Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Art et utopie

 | 
Novalis

Note sur la composition des derniers fragments et sur cette édition

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Les manuscrits traduits ici sont les derniers textes philosophiques de Novalis que nous possédions1. La maladie qui l’affecte (la phtisie) l’empêchera de tenir une plume les quatre derniers mois qui lui restent à vivre (il meurt le 25 mars 1801), période durant laquelle il n’écrit plus rien, à l’exception de trois lettres. Les notes qui nous occupent furent rédigées sur une période d’un an et demi, du mois de mai 1799 à la fin de l’automne 1800. Comme le remarquent les éditeurs allemands, cette période fut sans doute l’une des plus actives de la brève existence de Novalis, à la fois sur les plans professionnel, littéraire et personnel. Au sortir de ses études à l’École des Mines de Freiberg (1797-1799), Novalis devient inspecteur des salines pour l’État saxon, ce qui le conduit à effectuer de nombreux déplacements sur le terrain (Dürrenberg, Kösen, Artern). Il sera nommé à la direction des mines de Weißenfels en janvier 1800. Les raisons de cet engagement professionnel sont notammen...

© Éditions Rue d’Ulm, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540