Version classiqueVersion mobile

L’Europe dans la construction politique et identitaire russe

 | 
Stéphanie Burgaud
, 
Deplhine Placidi-Frot

Première partie. Processus décisionnel et stratégies

L’URSS et la construction européenne dans les années 1950

Quelques clés idéologiques, politiques et stratégiques

Emilia Robin Hivert

Texte intégral

  • 1 Voir par exemple : M-P. Rey, Le Dilemme russe. La Russie et l’Europe occidentale d’Ivan le Terrible (...)

1La perception soviétique de la construction européenne a longtemps été décrite de manière simpliste, pour une raison évidente : l’on ne disposait que du discours public sur l’intégration européenne, ramené à de la pure propagande sur l’agressivité capitaliste contre le monde socialiste épris de paix. Le recul historique (quarante ans d’évolution soviétique, d’après-guerre aux années 1980) et l’accès aux archives russes et est-européennes ont permis de repenser et de nuancer l’attitude de l’URSS face à l’intégration communautaire1.

2Nous nous intéressons ici aux débuts effectifs de la construction communautaire, dans les années 1940 et 1950. Cette période offre l’avantage de l’homogénéité : on peut assimiler discours soviétique et discours communiste, et les projets européistes des années de guerre prennent une forme concrète. À partir des années 1960, les stratégies commenceront à différer, mais ce n’est pas notre objet ici. Trois temps structureront notre analyse : une présentation du discours soviétique sur la construction européenne, une analyse des perceptions qui sous-tendent ce discours, et enfin un aperçu de la réponse soviétique aux projets occidentaux d’intégration. Nous nous efforcerons ainsi de montrer que la réaction soviétique est basée sur une analyse complexe relevant autant de l’idéologie que de l’histoire, et que sa stratégie envers les communautés naissantes doit se lire à l’aune de sa stratégie mondiale.

Les mots pour le dire : propagande et construction européenne

3Les historiens se sont longtemps contentés de citer la propagande soviétique sur la construction européenne, sans s’attarder à la commenter, puisqu’elle relevait d’un discours d’agitation et de mobilisation, qu’elle n’était finalement qu’une construction langagière malléable, et qu’elle n’enseignait rien sur la véritable attitude de l’URSS. Néanmoins, par ses outrances et ses oublis, la propagande est révélatrice.

  • 2 « Vers de nouvelles victoires du camp démocratique ! », Pour une paix durable, pour une démocratie (...)
  • 3 G. Cogniot, Parti pris, Paris, Éditions sociales, vol. 2 : « De la libération au programme commun » (...)
  • 4 P. Courtade, « Situation internationale. Infériorité du parti de la guerre », Démocratie nouvelle, (...)

4Dès les origines, elle ne s’embarrassait pas de subtilités : le plan Marshall créait un « ministère américain des colonies européennes2 » dans le cadre d’un « contrat d’esclavage3 », les idées du congrès de La Haye étaient une « imitation servile d’un procédé de la diplomatie et de la propagande hitlérienne4 », le tout au service d’un effrayant plan américain :

  • 5 O. Winzer, « Die USA als “westeuropäische” Großmacht. Über die anglo-amerikanischen Gegensätze und (...)

Le « grand projet politique » que les impérialistes américains poursuivent avec l’« union sidérurgique d’Europe continentale », c’est la création d’une base industrielle pour la guerre, la création d’un marché européen libre pour les monopoles américains, la suppression de la souveraineté nationale des peuples européens, l’établissement de la domination américaine sur l’Europe comme pas vers l’instauration de la domination américaine sur le monde5.

5Lorsque le Comité central du PCF discute du plan Schuman, en juin 1950, Charles Tillon le présente en ces termes :

  • 6 Archives d’histoire contemporaines (Sciences Po), fonds Charles Tillon, carton 26, dossier 2, « CC (...)

Le plan Schuman est un plan des possesseurs américains de bombes atomiques, associés aux marchands de canons de la Ruhr, anciens nazis. [...] L’économie de la France va leur être offerte de nouveau, comme au temps de l’occupation, avec le plan Schuman6.

6Ces arguments ont été exposés dès le 11 mai dans la Pravda : le plan est mis en œuvre par des « gouvernements soumis à Washington », selon les consignes transmises par Acheson à Schuman, l’ensemble des élites politiques occidentales défendant les intérêts exclusifs des grands industriels. Les plus puissants sont les sidérurgistes allemands, anciens soutiens de Hitler et très liés aux milieux économiques américains. Tous deux ont comme objectif de renverser le camp communiste, les premiers pour faire disparaître les adversaires du capitalisme, les seconds pour obtenir par la force une réunification de l’Allemagne et une reconquête de l’« espace vital » allemand. Pour les communistes, les pays occidentaux ont été rendus dépendants et dociles grâce au plan Marshall, ils ont été organisés sous commandement américain grâce au Pacte atlantique, la liaison avec les pays neutres a été assurée grâce au Conseil de l’Europe. Le plan Schuman organisera concrètement le réarmement, et la Communauté européenne de défense (CED) à venir intégrera légalement l’armée allemande dans les armées occidentales.

  • 7 A. Ackermann, « Der neue ’’Rat der Götter’’. Zur Bildung der Montan-Union », Einheit, no VI/8- 9, m (...)

7C’est évidemment une vision fantasmatique et paranoïaque, née d’une logique de guerre froide poussée à l’extrême. Elle insère dans un schéma d’ensemble des éléments disparates mais réels : il existe bien des courants favorables à une attaque préventive contre l’URSS ; l’épuration des milieux économiques en Allemagne n’a pas éliminé tous les anciens soutiens de Hitler ; la réunification, un an après la proclamation des deux États allemands, ne semble pas encore impossible ; etc. Et notons que le camp oriental était très bien informé : le mensuel du parti communiste est-allemand signale dès le printemps 1951 le rôle important joué par Jean Monnet dans les négociations européennes7.

8Mais cette lecture de la construction européenne comme organisation offensive à but politique et militaire inverse le sens de l’entreprise : la Communauté européenne du charbon et de l’acier (CECA) inclut la RFA justement pour contrôler un essor économique inévitable et l’empêcher de devenir dangereux politiquement ; d’autre part, le projet européen ambitionne de faire de l’Europe un interlocuteur économique pouvant parler à égalité avec les États-Unis, donc secouant la dépendance d’après-guerre.

  • 8 É. Fajon, « Les paroles et les actes des dirigeants socialistes français », Pour une paix durable.. (...)

9Enfin, le discours soviétique sur la construction européenne dénie toute spécificité à l’idée européenne : elle n’est qu’un « vernis trompeur », une perversion des aspirations sincères à la coopération internationale8. Peut-on parler d’aveuglement ? Nous touchons à un point méthodologique important. Avec nos soixante années de recul sur la construction européenne, il est facile de voir le discours de l’Horloge comme un moment fondateur, de considérer que la CECA allait rapidement fonctionner, que la CED était un accident ou une erreur de parcours, que le pool blanc ou le pool vert allaient échouer silencieusement, etc. Mais dans la trame quotidienne des années 1950, dans un climat de violence verbale et de manichéisme qu’on peine à imaginer, dans le souvenir immédiat d’un conflit mondial plus proche que n’est le 11 Septembre pour nous, avec des dégâts matériels, économiques et humains dont les traces s’effacent à peine, dans une atmosphère internationale où la guerre semble pouvoir éclater à tout moment (elle est en cours en Indochine, en Malaisie, en Corée), les beaux discours sur l’intégration européenne et la paix semblent au mieux iréniques, au pire mensongers.

10Pour comprendre les projets de communautés européennes, les dirigeants soviétiques ne se fondent pas sur les déclarations publiques : ils analysent les mouvements de l’adversaire en fonction de ce qu’ils savent et de ce qu’ils redoutent de lui. La construction européenne est donc analysée en fonction de l’idée que l’on se fait de l’Occident.

Comprendre la construction européenne ou comprendre l’Occident ?

  • 9 V. Zubok et K. Pleshakov, Inside the Kremlin’s Cold War. From Stalin to Khrushchev.
  • 10 M.-P. Rey, Le Dilemme russe.

11L’historiographie récente a mis l’accent sur la complexité des facteurs influençant la politique. Il ne s’agit pas seulement du débat classique entre idéologie et réalisme, entre objectifs de révolution mondiale et objectifs de grande puissance. Ce débat a été en quelque sorte clos par le « paradigme révolutionnaire-impérial » formulé par Vladislav Zubok et Konstantin Plechakov9. En France, Marie-Pierre Rey a particulièrement insisté sur la continuité entre Russie et URSS, et l’importance du facteur culturel : la Russie se perçoit comme héritière et participante à la civilisation européenne, par conséquent fondée à émettre un jugement moral sur le modèle occidental10.

12La manière dont l’URSS perçoit le monde occidental dans les années 1940- 1950 est donc déterminée par de multiples paramètres, qu’on peut décrire comme un empilement de strates géologiques : ces strates se soutiennent, elles ne s’annulent pas. J’en ai identifié quatre.

  • 11 M.-P. Rey, ibid. ; Iver B. Neumann, Russia and the Idea of Europe. A Study in Identity and Internat (...)
  • 12 Voir par exemple ces propos d’un compagnon de route : « L’humanisme grec... l’humanisme occidental (...)

13C’est tout d’abord une strate prérévolutionnaire, issue des réflexions du xIxe siècle sur l’identité russe et le rapport à l’Occident européen11. On en retrouve la trace dans de nombreux textes écrits vers 1949-1950, récusant l’idée de construction européenne : l’Europe ne se réduit pas à l’Europe occidentale, 1917 est la continuation de 1789, l’idéal humaniste proprement européen inspire également l’idéal communiste qui le perpétue12.

  • 13 Z. S. Belooussova, « L’URSS contre la PanEurope de Briand (d’après les archives du ministère des Af (...)

14Ce bagage historique change de nature dans l’entre-deux-guerres : l’isolement diplomatique de l’URSS, confrontée à une politique de « cordon sanitaire », lui inspire une méfiance de principe envers toutes les formes de rapprochement européen. C’est à ce titre que Moscou condamne le plan Briand en 1929-193013. Le même soupçon justifie dès 1943 de condamner les projets d’unions élaborés à Londres dans les milieux d’exilés. La dénonciation d’un « bloc occidental » est ensuite un thème récurrent des années 1943- 1945 : les projets de rapprochement entre la France, la Grande-Bretagne, la Belgique, etc., seraient une façon déguisée d’exclure l’URSS de l’échiquier européen. Or, l’enjeu principal en Europe, c’est l’Allemagne, qui a failli venir à bout de l’URSS : empêcher l’URSS de participer à l’élaboration d’un système européen, c’est l’empêcher d’assurer sa sécurité contre l’Allemagne, c’est donc vouloir sa perte. Le rapprochement occidental est donc, par essence, antisoviétique et offensif.

15Vient ensuite une strate léniniste, théorisée par un opuscule de 1915, Du mot d’ordre des États-Unis d’Europe. Rédigé dans le cadre des débats internes du mouvement socialiste, ce texte postule que deux motifs seulement pourraient conduire des États capitalistes à surmonter leurs divergences pour coopérer : étouffer le mouvement socialiste, exploiter en commun les colonies. Ce texte, à vrai dire tombé dans l’oubli, est opportunément ressorti à partir de 1948. Le rapprochement entre six pays, dont cinq sont des puissances coloniales ou ex-coloniales, ne peut que conforter l’analyse léninienne.

16Dernière strate, la guerre froide. L’affrontement global avec les États-Unis conditionne les analyses : tout geste de l’adversaire fait partie d’une stratégie d’ensemble, rien ne peut être neutre, tout converge vers la future guerre d’agression de l’Ouest contre l’Est, soit sur initiative américaine (« les capitalistes de Wall Street »), soit sur initiative allemande (les « revanchards de Bonn ») que les Occidentaux auront échoué à contenir, pour avoir refusé de démanteler les bases économiques et sociales du régime hitlérien à cause de la solidarité de classe entre bourgeoisies. On voit ici comment l’analyse idéologique et l’analyse réaliste sont deux éléments complémentaires, et combien la lecture idéologique n’est pas uniquement une stratégie de communication.

Quelle politique soviétique ?

  • 14 C. Lequesne, « La RDA et la Communauté européenne ».

17Au-delà de cette analyse des perceptions, quelle est la politique soviétique ? Tout dépend de la nature de la menace qu’elle perçoit. Ce n’est pas, dans les années 1950 en tout cas, une menace économique. L’on accuse, évidemment, l’Organisation européenne de coopération économique (OECE), la CECA puis le Marché commun de créer de nouveaux obstacles aux échanges commerciaux en Europe. Mais le déclin du commerce Est-Ouest est antérieur aux communautés, vu qu’il commence en 1948-1949, et il est plutôt le résultat d’une politique soviétique d’autarcie. Les réglementations du Comité de coordination pour le contrôle multilatéral des échanges Est-Ouest (COCOM) jouent leur rôle, évidemment, mais ne portent que sur certains postes d’exportation. Plus sérieuse est l’inquiétude de voir les courants économiques entre les deux Allemagne rompus à cause du Marché commun. Rapidement pourtant, ces inquiétudes se dissipent14.

18Une Europe occidentale unie représente-t-elle une menace d’ordre civilisationnel, en proposant une alternative entre le modèle américain et le système soviétique ? À en croire la propagande, dans les années 1950 en tout cas, cette menace n’existe pas parce que l’idéologie européiste, appelée « cosmopolitisme », ne crée rien, elle détruit. L’Europe occidentale s’américanise, perdant ainsi tout lien avec sa véritable culture :

  • 15 G. Cogniot, « Le cosmopolitisme, arme de l’impérialisme agressif des États-Unis », Pour une paix du (...)

Le cosmopolitisme déclare faussement que la « culture américaine » [...] et que le « mode de vie américain » sont l’étalon de la culture universelle [...] ; il implante les mœurs américaines, le gangstérisme, la haine de l’homme, les discriminations raciales, la décomposition morale, la dégradation spirituelle [...] véritable Niagara de fadaises, de faux sentimentalisme, de cynisme et de pornographie [...]15.

  • 16 P. Roger, Rêves et cauchemars américains. Les États-Unis au miroir de l’opinion publique française (...)
  • 17 M.-P. Rey, « L’URSS et l’Europe communautaire, représentations et pratiques, 1957-1991 ».

19Il faut replacer ce discours dans son contexte : pour décourager les voyages vers l’Ouest, la propagande doit présenter le continent sous son jour le plus sombre, dénoncer les misères que dissimule l’apparente prospérité, démasquer les « libertés bourgeoises » et l’« idéologie trompeuse » des droits de l’homme, etc. La construction européenne n’a rien à voir avec cette fascination de l’Occident qui, elle, est une menace pour le système soviétique. Par ailleurs, l’indignation des observateurs orientaux est sincère face à certains aspects de la civilisation américaine qui gagnent le continent européen. Ce n’est pas spécifique, d’ailleurs, aux communistes. En 1930, Georges Duhamel dénonçait, dans les Scènes de la vie future, une société américaine conformiste, matérialiste et individualiste, marquée par l’ennui et l’indifférence16. Comme le souligne Marie-Pierre Rey, « La vision soviétique de l’Europe se nourrit... de clichés idéologiques, mais aussi de clichés moraux [...], la représentation d’une Europe occidentale mesquine et décadente constituant en effet un topos du discours slavophile du xixe siècle17 ».

  • 18 D. Goeldel, Le Tournant occidental de l’Allemagne après 1945.

20Si la construction européenne représente une menace dans les années 1950, ce n’est donc pas tant sur le plan économique ou culturel que sur le plan politique, stratégique et militaire. La question principale est celle de la sécurité européenne et du danger allemand. Les crises se succèdent (petit blocus de Berlin en 1950-1951, CED puis accords de Paris, crise de Berlin de 1958 à 1961) et, par différents moyens, l’URSS essaie de modifier le statu quo de 1949 en obtenant une réunification de l’Allemagne doublée d’une neutralisation, avant d’essayer de forcer un contact direct avec la RDA. La construction européenne, dont l’un des objectifs est d’arrimer la RFA au camp occidental, va à l’encontre de ces projets18.

  • 19 « Aide-mémoire soviétique sur le projet d’accord paneuropéen de coopération économique (2 juillet 1 (...)
  • 20 Ministère des Affaires étrangères et européennes, série Europe 1944-1960, sous-série Généralités, v (...)

21Plus largement, on le sait, l’URSS essaie de distendre les liens entre les États-Unis et le continent. La construction européenne, ou plus précisément le souci d’organiser le continent, va devenir, dans le contexte de la détente des années 1950, un thème susceptible de séduire ceux qui, à l’Ouest, voudraient surmonter la division Est-Ouest. Au printemps 1956, deux projets sont discutés dans le cadre de la « relance européenne » : un projet de marché commun visant à développer les échanges commerciaux, et un projet de pool atomique visant à faciliter le développement du nucléaire civil. Quelques semaines plus tard, l’URSS fait deux propositions : un « accord paneuropéen de coopération économique19 », et une « déclaration du gouvernement soviétique sur la coopération paneuropéenne pour l’utilisation pacifique de l’énergie atomique20 ». Le parallélisme est évident.

  • 21 D. Holloway, Stalin and the Bomb. The Soviet Union and Atomic Energy, 1939-1956, New Haven, Yale Un (...)

22Et pourtant, les objectifs de Moscou ne sont pas liés à la construction européenne : le projet économique a pour but de supprimer les limitations du COCOM et d’insérer la RDA sur la scène européenne, le projet atomique est à mettre en rapport avec la nouvelle stratégie de l’OTAN, les débuts du programme nucléaire français, la création d’institutions internationales dans ce domaine, qu’il s’agisse du Conseil européen pour la recherche nucléaire (CERN) ou de l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA)21. Enjeux globaux par conséquent, bien plus que régionaux, utilisation opportuniste du calendrier des négociations plutôt que stratégie visant spécifiquement la construction européenne.

Éléments de conclusion

23Que conclure de ce rapide parcours ? D’une part, la perception soviétique de la construction européenne ne se résume pas à de simples slogans sur l’« impérialisme » ou le « revanchisme allemand » : les idées européistes sont interprétées en fonction des représentations soviétiques, qui se nourrissent autant de l’histoire, de la géopolitique que du marxisme-léninisme. D’autre part, et bien que la revendication identitaire sur la civilisation européenne ne disparaisse jamais, ce sont bien les questions politiques et stratégiques qui priment dans l’analyse des initiatives de l’Ouest, sous un angle plus mondial qu’exclusivement européen.

  • 22 E. Robin Hivert, « Anti-européens et euroconstructifs : les communistes français et l’Europe (1945- (...)

24Au-delà de ce bilan, le tableau dressé ici n’est qu’un point de départ. Les « 17 Thèses » formulées en juillet 1957 par l’Institut d’économie mondiale de Moscou formalisent les arguments que nous avons évoqués, autour du danger allemand, du néocolonialisme, de l’aggravation des conditions de vie des ouvriers, etc. Mais dès 1962, 32 nouvelles « Thèses » révisent certaines conclusions, prouvant au passage que l’on observe de près le phénomène communautaire en URSS. Tournant majeur, l’on reconnaît que le Marché commun est une réalité, alors que jusqu’ici on le ramenait à une simple émanation du Pacte atlantique. La doctrine s’en trouve modifiée, et un nouveau concept sera élaboré au courant des années 1960 : le capitalisme monopoliste d’État, qui permet de concilier l’existence d’unions économiques prospères avec la théorie des contradictions internes du capitalisme. Concrètement, cela légitime une action des partis communistes à l’intérieur de telles communautés, et rend possible, par exemple, l’élaboration d’un programme commun de la gauche incluant les questions européennes22. Sur ce point, les recherches sont encore embryonnaires et éparpillées.

  • 23 V. Mastny et M. Byrne (éd.), A Cardboard Castle ?, Budapest, p. 10.

25En outre, beaucoup reste à faire pour analyser la réception du projet communautaire derrière le rideau de fer, et notamment le rôle de modèle (ou de contre-modèle) qu’il a pu jouer. On sait que l’organisation interne de l’OTAN a inspiré le pacte de Varsovie23, que le développement de la CEE a influencé celui du Conseil d’aide économique mutuelle (COMECON), mais on manque d’études précises pour mesurer cette influence (pratiques, institutions, méthodes administratives...) et en identifier les relais. La continuité de certains projets soviétiques, comme l’organisation d’un système continental de sécurité, de la conférence de Berlin en 1954 aux accords d’Helsinki en 1975 en passant par les projets paneuropéens de 1956 et de nouvelles propositions dans les années 1960, cette continuité a été démontrée. Mais dans le détail, tout reste à faire, qu’il s’agisse des décideurs ou des rouages soviétiques, des intermédiaires des démocraties populaires, des interlocuteurs en Europe occidentale, du rôle des milieux émigrés ou des organisations culturelles, etc. Ces recherches permettraient de mieux définir le lien entre construction européenne et guerre froide, jusqu’ici perçu de manière unilatérale.

Bibliographie

Bibliographie

Goeldel, Denis, Le Tournant occidental de l’Allemagne après 1945, Strasbourg, PUS, 2005.

Lequesne, Christian, « La RDA et la Communauté européenne », in H. Ménudier (dir.), La RDA, 1949-1990. Du stalinisme à la liberté, Asnières, Publications de l’Institut d’allemand, 1990, p. 233-234.

Mastny, Vojtech, et Byrne, Malcom (éd.), A Cardboard Castle ?, Budapest, Central European University Press, 2005.

Müller, Wolfgang, « The Soviet Union and Early West European Integration, 1947-1957 : From the Brussels Treaty to the ECSC and the EEC », Journal of European Integration History, vol. 15, n° 2, 2009, p. 67-85.

Narinski, Mikhail, du Réau, Élisabeth, Soutou, Georges-Henri et Tchoubarian, Alexandre (dir.), L’URSS et l’Europe dans les années 1920, Paris, PUPS, 2000.

Rey, Marie-Pierre, Le Dilemme russe. La Russie et l’Europe occidentale d’Ivan le Terrible à Boris Eltsine, Paris, Flammarion, 2002.

— , « L’URSS et l’Europe communautaire, représentations et pratiques, 1957-1991 », in G. Bossuat et A. Deighton (dir.), L’Union européenne, acteur de la sécurité mondiale, Paris, Soleb, 2007, p. 53.

Robin Hivert, Emilia, « Anti-européens et euroconstructifs : les communistes français et l’Europe (1945-1979) », Cahiers de l’IRICE, n° 4, juin 2009, p. 49-67.

Roger, Philippe, Rêves et cauchemars américains. Les États-Unis au miroir de l’opinion publique française (1945-1953), Lille, Presses du Septentrion, 1996, p. 36.

Zubok, Vladislav et pleshakov, Konstantin, Inside the Kremlin’s Cold War. From Stalin to Khrushchev, Cambridge, Harvard University Press, 1996.

Notes

1 Voir par exemple : M-P. Rey, Le Dilemme russe. La Russie et l’Europe occidentale d’Ivan le Terrible à Boris Eltsine ; W. Müller, « The Soviet Union and Early West European Integration, 1947- 1957 : From the Brussels Treaty to the ECSC and the EEC », p. 67-85 (article utilisant abondamment les archives soviétiques et proposant une bibliographie très détaillée).

2 « Vers de nouvelles victoires du camp démocratique ! », Pour une paix durable, pour une démocratie populaire, no 4, 1er janvier 1948, p. 1. Pour une paix durable est le journal du Kominform.

3 G. Cogniot, Parti pris, Paris, Éditions sociales, vol. 2 : « De la libération au programme commun », 1965, p. 187.

4 P. Courtade, « Situation internationale. Infériorité du parti de la guerre », Démocratie nouvelle, no 4, avril 1948, p. 177-180. Démocratie nouvelle est un mensuel de politique internationale lancé par le PCF début 1947.

5 O. Winzer, « Die USA als “westeuropäische” Großmacht. Über die anglo-amerikanischen Gegensätze und die Deutschlandspolitik der imperialistischen Mächte », Einheit, no V/7, juillet 1950, p. 573. Einheit est le mensuel théorique du SED (parti communiste est-allemand).

6 Archives d’histoire contemporaines (Sciences Po), fonds Charles Tillon, carton 26, dossier 2, « CC du PC. 1948-1951 », sous-dossier « CC, 22 juin 1950 » ; rapport dactylographié de Tillon, p. 7.

7 A. Ackermann, « Der neue ’’Rat der Götter’’. Zur Bildung der Montan-Union », Einheit, no VI/8- 9, mai 1951, p. 527.

8 É. Fajon, « Les paroles et les actes des dirigeants socialistes français », Pour une paix durable..., no 42, 1er août 1949.

9 V. Zubok et K. Pleshakov, Inside the Kremlin’s Cold War. From Stalin to Khrushchev.

10 M.-P. Rey, Le Dilemme russe.

11 M.-P. Rey, ibid. ; Iver B. Neumann, Russia and the Idea of Europe. A Study in Identity and International Relations, Routledge, Londres, 1996. Pour une approche de l’identité russe contemporaine et de sa définition par rapport à l’Europe, voir Mikhail Narinski, Natalia Vassilieva, « Identité européenne et identité russe. Débats historiques et réflexions actuelles », Matériaux pour l’histoire de notre temps, no 76, octobre-décembre 2004, p. 7-12.

12 Voir par exemple ces propos d’un compagnon de route : « L’humanisme grec... l’humanisme occidental n’ont jamais été le bien de tous. Ils n’existaient en quelque sorte que par délégation, pour une élite qui montait la garde autour de la culture. [...] Pour la première fois – depuis l’apparition du christianisme, qui l’avait entrevu – le problème de la participation de tous les hommes à un trésor commun et, dans le cas donné, au vaste trésor de la civilisation est posé avec franchise, avec rigueur : et c’est l’humanisme soviétique qui le pose » (André Bonnard, « De la Grèce antique à la civilisation soviétique en passant par la Renaissance. Vers un humanisme nouveau », France-URSS, no 42, février 1949, p. 17).

13 Z. S. Belooussova, « L’URSS contre la PanEurope de Briand (d’après les archives du ministère des Affaires étrangères de la Fédération de Russie et du Comité central du Parti communiste) », in M. Narinski, É. du Réau, G-H. Soutou et A. Tchoubarian (dir.), L’URSS et l’Europe dans les années 1920, p. 120-122.

14 C. Lequesne, « La RDA et la Communauté européenne ».

15 G. Cogniot, « Le cosmopolitisme, arme de l’impérialisme agressif des États-Unis », Pour une paix durable, no 94, 29 août 1950, p. 3.

16 P. Roger, Rêves et cauchemars américains. Les États-Unis au miroir de l’opinion publique française (1945-1953), p. 36.

17 M.-P. Rey, « L’URSS et l’Europe communautaire, représentations et pratiques, 1957-1991 ».

18 D. Goeldel, Le Tournant occidental de l’Allemagne après 1945.

19 « Aide-mémoire soviétique sur le projet d’accord paneuropéen de coopération économique (2 juillet 1956) », texte intégral est disponible sur la base de données du CVCE, http://www.cvce.eu [consulté le 20 septembre 2011].

20 Ministère des Affaires étrangères et européennes, série Europe 1944-1960, sous-série Généralités, vol. 222, fol. 41-46 ; télégramme de Dejean, Moscou, 13 juillet 1956, no 2863.

21 D. Holloway, Stalin and the Bomb. The Soviet Union and Atomic Energy, 1939-1956, New Haven, Yale University Press, 1994. Ainsi que P. Guillen et M. Vaïsse (dir.), L’Énergie nucléaire en Europe : des origines à Euratom : actes des journées d’étude de Louvain-la-Neuve des 18 et 19 novembre 1991, Berne, Peter Lang, 1994.

22 E. Robin Hivert, « Anti-européens et euroconstructifs : les communistes français et l’Europe (1945-1979) », communication au colloque « Anti-européens, eurosceptiques et souverainistes : une histoire des résistances à l’Europe », Cahiers de l’IRICE, no 4, juin 2009, p. 49-67.

23 V. Mastny et M. Byrne (éd.), A Cardboard Castle ?, Budapest, p. 10.

Auteur

Normalienne et agrégée d’histoire, a consacré sa thèse aux relations Est-Ouest au début de la guerre froide et aux perceptions mutuelles de l’unité européenne. Actuellement directrice des études à l’Association Georges Pompidou, elle poursuit ses recherches sur le système européen de guerre froide, notamment sous l’angle des relations économiques et scientifiques.

© Éditions Rue d’Ulm, 2013

Licence OpenEdition Books

Acheter

Volume papier

lcdpu.frdecitre.fr
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search