Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Sens de la musique (1750-1900), vol. 1

Première partie. La remise en cause du modèle de l’imitation

La réception

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

HEINRICH WILHELM VON GERSTENBERG (1737-1823)

Poète et critique, ami de Klopstock, en service à Copenhague et agent danois à Lubeck, Heinrich Wilhelm von Gerstenberg est grand admirateur de Carl Philipp Emanuel Bach (supra, p. 164-167) et défend le principe de la parole dans la musique instrumentale. Dans son traité sur l’art de jouer des instruments à clavier, C. Ph. E. Bach donne six exemples musicaux. Le dernier est une fantaisie, cette forme très libre où l’auteur cherche à cerner au plus près les sentiments humains. Cette prétention de la musique instrumentale à sortir de toute forme et à exprimer de nouvelles émotions relève d’un nouveau style, appelé « empfindsam », dont le compositeur est l’un des promoteurs. Surgit immédiatement la question de comprendre comment cette musique fait sens et quelle est sa relation au langage. La tentative d’y mettre des paroles est symptomatique de l’ambiguïté avec laquelle on la reçoit, elle qui se veut pourtant purement instrumentale.

Lettre à ...

© Éditions Rue d’Ulm, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540