Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Sens de la musique (1750-1900), vol. 1

Première partie. La remise en cause du modèle de l’imitation

Domaine français. Sonate, que me veux-tu ?

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Reprise un nombre incalculable de fois, la phrase « Sonate, que me veux-tu ? » est devenue célèbre car elle dénonce l’absence de signification de la musique purement instrumentale.

Quatre auteurs concourent à cette célébrité et révèlent le contexte précis dans lequel elle s’inscrit. Il s’agit tout d’abord de Fontenelle (1658-1757), dont les bons mots sont à ce point recherchés que l’on en fait des recueils, même si les premiers Fontenelliana dans lesquels on trouve la citation sont tardifs. Algarotti, ensuite, rappelle que ce qui est visé est la musique instrumentale italienne, qui, avec Corelli, Tartini (auteur en 1754 d’un Traité d’harmonie différent de celui de Rameau et discuté par d’Alembert) ou Vivaldi, prend un essor européen. La formule repose sur une fausse appréciation de ce qu’est le genre de la sonate et Algarotti montre clairement à quel point les « sonates » en question ont un sujet identifié, sujet que les Anglais discutent également. D’Alembert reprend ces allégations...

© Éditions Rue d’Ulm, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540