Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Théorie de la figure humaine

 | 
Pierre Paul Rubens

Théorie de la figure humaine

Chapitre III. De la figure humaine considérée dans son repos

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Une figure est dans son repos lorsque 1’équilibre étant exactement gardé, elle ne se meut ni ne s’incline d’aucun côté mais elle reste constamment dans la situation où elle se trouve : c’est l’état des corps pesants et robustes. Nous en avons un très bel exemple dans la statue de L’Empereur Commode1 qui se voit à Rome dans les jardins du Vatican, appelés vulgairement le Belvédère. Il y est représenté sous l’habillement et la ressemblance d’Hercule, portant un enfant sur son bras gauche2. On admire surtout les attitudes des figures qui paraissent devoir s’arrêter, ou de celles qui semblent prêtes à quitter le repos pour se mettre en mouvement. On trouve un exemple digne des plus grands éloges de la première de ces attitudes dans la statue d’Antinoüs3 (vulgairement le Lantin) que l’on voit à Rome, dans les mêmes jardins du Vatican, dont les membres sont disposés avec tant d’art qu’on croirait que la figure va passer du mouvement au repos, et cela avec une vivacité et une promptitude e...

© Éditions Rue d’Ulm, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540