Version classiqueVersion mobile

James Fenimore Cooper ou la frontière mélancolique

 | 
Agnès Derail
, 
Cécile Roudeau

Comité scientifique

Texte intégral

1Thomas Constantinesco est maître de conférences à l’université Paris-Diderot (LARCA, UMR 8225) et membre de l’Institut universitaire de France. Auteur de Ralph Waldo Emerson. L’Amérique à l’essai (Rue d’Ulm, 2012), il a dirigé la traduction des Écrits sur la peinture de Henry James (Fage, 2014) et traduit et présenté Les Aventures de Tom Sawyer de Mark Twain dans la Bibliothèque de la Pléiade (Gallimard, 2015).

2Agnès Derail-Imbert est maître de conférences à l’ENS et membre de l’équipe d’accueil VALE (EA 4085) à Paris-Sorbonne. Auteur de Moby Dick. Allures du corps (Rue d’Ulm, 2000), elle a codirigé avec Bruno Monfort l’édition des Derniers poèmes de Melville (Rue d’Ulm, 2010). Avec Cécile Roudeau, elle a traduit et présenté les Histoires de Pat Hobby de Francis Scott Fitzgerald dans la Bibliothèque de la Pléiade (Gallimard, 2012).

3Bruno Monfort, professeur à l’université Paris Ouest Nanterre, membre du CREA (EA 370), a publié de nombreuses études sur la littérature américaine du xixe siècle. Auteur de Hawthorne et ses nouvelles : le territoire du presque (Ellipses, 2000), il a également traduit et présenté un ensemble de contes de Hawthorne (La Semblance du vivant, Rue d’Ulm, 2010) et traduit et présenté, avec Thomas Constantinesco, Les Déterreurs de trésors de Washington Irving, paru en 2014 chez le même éditeur.

4Cécile Roudeau est professeur à l’université Paris-Diderot (LARCA, UMR 8225). Sa recherche porte sur la littérature américaine du xixe siècle. Elle est l’auteur de la première traduction française du Pays des sapins pointus et autres récits de Sarah Orne Jewett (Rue d’Ulm, 2004). La Nouvelle-Angleterre : politique d’une écriture. Récits, genre, lieu est paru aux Presses de l’université Paris-Sorbonne/AFEA en 2012. Elle prépare actuellement un livre intitulé Fictions d’un en-commun : lectures de la littérature américaine, à paraître chez Honoré Champion.

5Marc Amfreville est professeur de littérature américaine à l’université Paris-Sorbonne et ancien président de l’Association française d’études américaines. Outre de nombreux articles sur la littérature américaine, du xixe siècle et plus contemporaine, il est l’auteur de plusieurs ouvrages, Charles Brockden Brown, la part du doute (Belin, 2000), Pierre, ou les ambiguïtés ou l’ombre portée (2003), Écrits en souffrance (Michel Houdiard, 2009), Maison de deuil, maison de liesse, The House of Mirth d’Edith Wharton (Fahrenheit, 2013), et, à plusieurs mains, d’une nouvelle Histoire de la littérature américaine (PUF, 2010). Traducteur de plus de quarante romans contemporains, il a également édité, dans la bibliothèque de la Pléiade, Pierre, ou les ambiguïtés de Melville (Gallimard, 2006), Loin du Paradis de Francis Scott Fitzgerald (ibid., 2012) et, en collaboration avec Antoine Cazé, Croc Blanc et L’Appel du Monde sauvage de Jack London (ibid., 2016). À Paris IV, il a ouvert un atelier de recherche sur les écritures du trauma (ARTE) qui a récemment donné lieu à un numéro intitulé « Trauma » dans la revue Sillages critiques. Il prépare actuellement un essai qui devrait s’intituler Le Paradoxe, entre littérature et psychanalyse.

6Émilia Leseven est agrégée d’anglais. Ses recherches, depuis le master, portent sur le roman maritime américain, plus spécialement dans l’œuvre de James Fenimore Cooper à laquelle elle consacre actuellement une thèse de doctorat à l’université Paris-Diderot sous la direction de Cécile Roudeau.

7Ronan Ludot-Vlasak est professeur de littérature américaine à l’université de Lille 3. Ses travaux portent sur les questions intertextuelles dans la littérature américaine, et plus particulièrement sur les usages de Shakespeare et de l’Antiquité classique dans la fiction et le théâtre du xixe siècle. Il est l’auteur de La Réinvention de Shakespeare sur la scène littéraire américaine (1798-1857) (Presses universitaires de Lyon, 2013), a corédigé Le Roman américain (PUF, 2011) avec Jean-Yves Pellegrin et dirigé plusieurs numéros de revue sur les liens entre science et littérature et sur Shakespeare aux États-Unis. Son livre « Étranger en son lieu » : Essais sur Melville et l’Antiquité classique paraîtra en 2016 aux éditions Honoré Champion.

8 Ancien élève de l’ENS (Ulm), agrégé d’anglais, Julien Nègre est maître de conférences en littérature et civilisation des États-Unis à l’ENS de Lyon. Ses recherches portent sur la place de la cartographie et des questions spatiales dans les textes d’Amérique, notamment au xixe siècle. Il est l’auteur d’articles sur William Byrd de Westover, Herman Melville, Henry David Thoreau et Jack Kerouac.

9Mark Niemeyer est professeur de littérature et de civilisation américaines à l’université de Bourgogne à Dijon. Ses recherches portent essentiellement sur les écrits des décennies qui précèdent la guerre de Sécession, privilégiant souvent une analyse des questions liées au nationalisme culturel. Il a publié de nombreux articles dans ce domaine et il est coresponsable de plusieurs éditions d’œuvres d’Herman Melville. Il vient de publier chez Orison Books The Divine Magnet, une édition des lettres de Melville à Nathaniel Hawthorne, ainsi que d’autres écrits de l’auteur de Moby Dick concernant Hawthorne. Cette édition comporte une introduction, des notes et une préface du lauréat du prix Pulitzer, Paul Harding.

10Professeur émérite à l’université Paris-Sorbonne, Pierre-Yves Pétillon a longtemps enseigné la littérature américaine à l’ENSUlm. Outre de nombreux articles, il est l’auteur de La Grand-Route, espace et écriture en Amérique (Le Seuil, 1979), L’Europe aux anciens parapets (Le Seuil, 1986), ainsi que d’une Histoire de la littérature américaine. Notre demi-siècle 1939-1989 (Fayard, 2003, [1992]). À l’Imprimerie nationale, il a publié les éditions annotées des Contes et Récits de Hawthorne (1996), de L’Éducation de Henry Adams (2007), et traduit et présenté Cap Cod de Thoreau (2000).

11Pauline Pilote a commencé en 2013 un doctorat à l’ENS de Lyon, après y avoir fait ses études de master. Elle travaille aujourd’hui sur le roman historique américain, sous la direction de François Specq, en vue d’une thèse intitulée « Wizards of the West » : filiations, reprises, mutations de la romance historique de Sir Walter Scott à ses contemporains américains (James Fenimore Cooper, Washington Irving et Catharine Maria Sedgwick).

© Éditions Rue d’Ulm, 2016

Licence OpenEdition Books

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search