Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Trois Physiciens

 | 
Bernard Cagnac

Georges Bruhat

Texte intégral

La jeunesse et la guerre

1Les trois professeurs fondateurs du Laboratoire de l’ENS se suivent l’un l’autre à environ dix ans d’écart. Eugène Bloch est né dix ans après Abraham ; et Georges Bruhat naît à Besançon, le 21 décembre 1887, neuf ans après Bloch.

2Bruhat entre à l’ENS en 1906, reçu premier au concours comme ses deux prédécesseurs ; trois ans plus tard, il est reçu premier à l’agrégation de physique. À sa sortie de l’ENS, il est délégué durant un an dans un poste de professeur au lycée Buffon à Paris, avant de prendre en 1910 un poste d’agrégé préparateur à l’ENS ; cela lui permet de préparer une thèse dans le domaine de la polarisation rotatoire, sous la direction d’Aimé Cotton, qui est alors maître de conférences à l’ENS. Il a le temps de soutenir cette thèse en 1914, juste avant le début de la Première Guerre mondiale.

3À la différence de ses deux prédécesseurs, Georges Bruhat fait partie des jeunes générations dont l’armée a le plus besoin ; mobilisé dans les unités combattantes en 1915 seulement pour raison de santé, il commande pendant trois ans une section de repérage par le son des canons ennemis. Il collabore avec efficacité aux perfectionnements de la technique de repérage – ce qui lui vaudra la Croix de guerre.

L’enseignant d’université, l’auteur prolifique

4La paix revenue, en 1919, Bruhat est nommé maître de conférences à l’université de Lille : premier poste dans l’enseignement supérieur en province, comme il est habituel à cette époque. Deux ans plus tard, en 1921, Bruhat obtient une chaire de professeur, toujours à l’université de Lille. Le 23 juillet de la même année, il épouse une sévrienne de la promotion 1911, agrégée de philosophie, Berthe Hubert, qui terminera sa carrière comme professeur au lycée Fénelon ; parmi leurs trois enfants, deux seront de brillants mathématiciens, après leurs études à l’ENS.

5C’est en 1927 seulement que Bruhat obtient, à Paris, une chaire de physique céleste à la Sorbonne. Il avait une certaine prédilection pour ce domaine de l’astronomie physique ; et le vaste travail de documentation qu’il avait entrepris, avec sa puissance de travail exceptionnelle, pour préparer ce cours, le conduit à écrire deux beaux livres de vulgarisation de haut niveau : Le Soleil et Les Étoiles.

6Dès son retour à Paris, Bruhat reprend contact avec l’ENS et assume une charge d’enseignement auprès des jeunes normaliens de première année. Le professeur André Guinier, déjà cité à propos d’Eugène Bloch, faisait partie de ces promotions ; nous mentionnerons une fois encore son témoignage :

Pour caractériser l’enseignement de Bruhat, on pourrait dire que son but était de développer le véritable esprit du physicien, c’est-à-dire cette attitude d’esprit intermédiaire entre celle du mathématicien qui met en branle sa lourde et puissante machine […] et celle du naturaliste qui cherche plus à faire des observations que des déductions. Dans ces conférences de Bruhat, plus directes, plus intimes que les cours magistraux de la Sorbonne, nous étions peu à peu désintoxiqués de nos préoccupations de lycéens… C’était pour nous l’initiation à la physique expérimentale, la physique qui se fait, et non plus celle qui s’apprend dans les manuels.

7L’œuvre magistrale de Bruhat en tant que professeur réside dans les quatre tomes, de 700 à 800 pages chacun, qui constituent son Cours de physique générale, dont les deux premiers ont été écrits dès le début de sa carrière à l’université de Lille :

  • le premier tome paraît en 1924 : un Cours d’électricité, parce que l’électromagnétisme est la base de tout enseignement de physique ;

  • en 1926, paraît le Cours de thermodynamique, domaine dans lequel Bruhat publiait aussi des articles théoriques ;

  • en 1930, après son arrivée à Paris, paraît le Cours d’optique : c’est dans ce domaine que Bruhat exerçait son activité de recherche principale ; nous avons utilisé deux figures de ce Cours pour illustrer son œuvre scientifique (figures 17 et 19) ;

  • en 1934 est publié le Cours de mécanique physique, qui ne remplace pas les cours de mécanique rationnelle des mathématiciens (il le dit dans sa préface), mais décrit les applications expérimentales de la mécanique.

Figure 16 – Les quatre tomes du Cours de physique générale
de Georges Bruhat ; de gauche à droite :
Mécanique, Thermodynamique, Électricité, Optique.

8Le Cours d’optique, sans conteste le plus complet, sert encore de référence pour maints aspects de l’optique expérimentale. Certains reprochent à Bruhat d’avoir négligé la théorie quantique dans les chapitres de spectroscopie ; mais il pensait qu’il fallait expliquer cette nouvelle théorie dans un livre de physique théorique distinct (il le dit dans sa préface), et il savait qu’Eugène Bloch préparait, en même temps que lui, son livre d’introduction aux théories quantiques.

9Ces quatre ouvrages originaux de Bruhat ont rendu les plus grands services à de nombreuses générations d’étudiants pendant une trentaine d’années. Bruhat a disparu trop tôt pour pouvoir les réviser et les adapter lui-même. L’évolution des idées et des méthodes d’enseignement ont conduit dans les années 1960 à réécrire presque entièrement les deux premiers cours d’électricité et de thermodynamique (le premier a été récrit par Goudet, le second par Kastler).

10Mais les deux derniers, en optique et en mécanique, n’ont été que très partiellement complétés par Kastler et Foch ; c’est encore pour l’essentiel l’écriture de Bruhat qui, soixante ans après, continue de servir. On ne peut qu’admirer le travail qui a permis à Bruhat de produire ce « monument » (figure 16) en à peine plus d’une dizaine d’années. Pour conclure, nous ferons encore appel au professeur Yves Rocard, plutôt avare de compliments, qui écrit en 1947 : « Les élèves de langue française n’ont pas, à ma connaissance, un autre ouvrage semblable à leur disposition. À lui seul, Bruhat a donc accompli la tâche d’une génération entière de professeurs. »

Un grand administrateur déporté pour faits de Résistance

11En 1935, Georges Bruhat est nommé sous-directeur de l’ENS, plus particulièrement chargé des sciences, en appui au directeur littéraire Célestin Bouglé. En tant que sous-directeur, c’est lui qui assure la liaison entre le Ministère et les directeurs du Laboratoire de physique, Abraham puis Bloch, pour la construction du nouveau bâtiment, dans laquelle il s’est aussi beaucoup investi.

12Cette responsabilité à une échelle supérieure a donné à Bruhat l’occasion de révéler des qualités nouvelles, qui ont impressionné Yves Rocard lui-même, autre gestionnaire avisé et efficace, lequel écrivait en 1947 :

L’administration centrale, au Ministère, se référait sans cesse à lui. Ses conseils pleins de finesse, ses solutions aptes à faire aboutir les questions, sa profonde connaissance des textes en ont fait à la fois le pilier de l’Administration de l’enseignement supérieur et le défenseur du normalien trop négligent des intérêts de ce bas monde.

  • 1 Voir S. Israël. Les Études et la guerre. Les normaliens dans la tourmente (1939-1945), Paris, éditi (...)

13Rocard soulignait aussi son dévouement envers les personnels de l’École et des laboratoires et son efficacité à défendre leurs intérêts. Les témoignages des élèves, vivant à l’École sous l’Occupation, permettent de reconstituer la figure d’un directeur, obligé en public à une certaine réserve mais, en privé, accueillant les élèves juifs et/ou résistants, et n’hésitant pas à trouver, si besoin, des solutions de dépannage. C’est ce dévouement à l’École et à tous ceux qui relevaient d’elle, c’est son intransigeant sens du devoir qui vont conduire Bruhat à faire face par deux fois à la Gestapo1. Ces événements ont été relatés après la Libération par Georges Dupont, professeur de chimie à l’École, pendant la guerre, qui remplaça Bruhat à la sous-direction après son départ en déportation :

Bruhat est arrêté une première fois au Laboratoire de physique (le 26 février 1944). Prilliez, agent de l’École, et madame Prilliez viennent, sur une dénonciation, d’être appréhendés par la Gestapo [pour avoir abrité des parachutistes dans les caves de l’ENS]. Georges Bruhat vient défendre ses employés ; il est incarcéré avec eux ; mais comme aucun fait précis ne lui est reproché, il est finalement relâché trois semaines après.

Quelques mois plus tard (le 4 août), c’est comme sous-directeur de l’École (le directeur étant absent) qu’il se retrouve aux prises avec les Allemands. Ceux-ci recherchent un élève littéraire. Ni Georges Bruhat, ni le secrétaire général Jean Baillou ne veulent donner son adresse. Les Allemands menacent ; ils font mieux, ils emmènent madame Bruhat et madame Baillou, et c’est l’ignoble chantage : si demain nous n’avons pas les renseignements désirés, ces dames seront passées par les armes.

Les Allemands, pour une fois, ne mettront pas leurs menaces à exécution ; les dames seront libérées le lendemain soir, mais Bruhat et Baillou sont emmenés à Fresnes. Et puis c’est le départ pour l’Allemagne, dans l’un de ces trains où les Allemands entassent à la hâte les victimes qu’ils craignent de voir leur échapper.

Le train emportant Bruhat en Allemagne quitte Paris le 15 août 1944, dix jours avant la libération de Paris, le 25 août, par la division Leclerc. À la différence de ses deux anciens collègues disparus dans les camps de la mort sans laisser de trace, le sort de Bruhat sera connu par le témoignage de ses compagnons de captivité : conduit au camp de concentration de Buchenwald, il soutient le moral d’autres prisonniers en leur parlant de physique ; sa causerie sur le soleil (inspirée de son livre de vulgarisation) trouvera un auditoire plus nombreux. Transféré au camp de Sachsenhausen, il réunit là aussi un groupe d’étudiants, d’ingénieurs et d’officiers, avides d’activité intellectuelle. Mais vers le 20 décembre, il est atteint d’une bronchopneumonie, qui empire, venant à bout de son organisme épuisé ; il meurt à l’hôpital du camp, dans la nuit du 31 décembre 1944 au 1erjanvier 1945, alors que la majeure partie du territoire français est déjà libérée.

L’œuvre scientifique de Georges Bruhat

14Georges Bruhat a été essentiellement un opticien et il s’est spécialisé dans le domaine des milieux cristallins anisotropes (devenu important avec le développement de la physique des solides, après la guerre de 39-45), et surtout dans le domaine complexe du pouvoir rotatoire de certains milieux optiques, ayant une structure microscopique dissymétrique.

QUELQUES RAPPELS SUR LE POUVOIR ROTATOIRE

15Les définitions et les propriétés de ces phénomènes sont précisées dans l’encadré 3 (p. 69). Il s’agit d’une rotation du champ électrique de l’onde lumineuse, lorsqu’elle traverse certains milieux transparents, dits « optiquement actifs » ; on dit encore que ces milieux possèdent un « pouvoir rotatoire » (voir encadré, figure 20).

16Le pouvoir rotatoire a été mis en évidence dès le début du xixe siècle ; il a été expliqué par Fresnel en supposant que les deux ondes lumineuses privilégiées, transmises sans déformation par le milieu optiquement actif, sont les deux ondes polarisées circulairement, tournant en sens opposés (circulaire gauche et circulaire droit), et que leurs indices de réfraction n′ et n′′ sont différents. L’angle de rotation a peut être calculé en fonction de la différence des deux indices n′ et n′′.

17Les études effectuées tout au long du xixe siècle ont montré que ce pouvoir rotatoire est lié à une structure microscopique dissymétrique dans l’arrangement des atomes, pour former une molécule ou un cristal (dissymétrie moléculaire ou cristalline) : l’élément de base de cette structure est une figure géométrique spatiale dissymétrique, qui n’est pas superposable avec son image dans un miroir (figure 17). Ces deux structures, images l’une de l’autre, produisent des rotations en sens inverse du champ électrique. Dans le cas d’un liquide ou d’une solution, il s’agit forcément d’une dissymétrie moléculaire, liée à l’architecture de la molécule ; et elle intéresse les chimistes.

Fig 17 – Structure dissymétriques, images dans un miroir et non superposables.
Les deux hélices (a) et (b) sont images l’une de l’autre, dans le miroir plan P, perpendiculaire au plan de la figure. Les deux tétraèdres (c) et (d) sont images dans un autre plan P. Dans le cas de molécules organiques, où les groupements chimiques A, B, C, D sont différents, les deux structures restent non superposables malgré la symétrie du tétraèdre des liaisons du carbone.

18Ces molécules dissymétriques, actives, sont préparées généralement à partir d’une réaction chimique ordinaire entre molécules symétriques, inactives ; un tel processus, ne comportant au départ aucune dissymétrie, produit toujours un mélange à parties égales des deux molécules actives. Dans un tel mélange, appelé « racémique », les pouvoirs rotatoires opposés des deux types de molécules se compensent exactement ; et l’on n’observe aucun pouvoir rotatoire.

19Pasteur, à la fin du xixe siècle, a montré comment on peut séparer les deux composants d’un mélange racémique : soit par une cristallisation bien contrôlée, suivie d’un tri visuel et manuel des petits cristaux dont les formes extérieures sont images l’une de l’autre ; soit par interaction avec un organisme vivant, comme certaines bactéries qui consomment une seule des deux molécules miroirs. Dans certains cas, la séparation peut être obtenue aussi par interaction avec une lumière polarisée circulairement qui affecte un seul des deux composants du racémique.

LA THÈSE SUR LE POUVOIR ROTATOIRE ET LE DICHROÏSME CIRCULAIRE

20C’est au début du xxesiècle seulement qu’Aimé Cotton observe pour la première fois le phénomène de dichroïsme circulaire, sur des solutions de tartrates colorés, optiquement actives : dans ce cas, les deux ondes privilégiées de Fresnel, polarisées circulairement, sont partiellement absorbées, de manières inégales, dans la traversée du milieu. Elles en ressortent avec des amplitudes différentes ; et leur recomposition, à la sortie du milieu, forme alors une onde de polarisation elliptique caractérisée par l’angle φ de la diagonale du rectangle dans lequel s’inscrit l’ellipse représentant la vibration du champ électrique (voir figure 21).

21La tâche de Bruhat est de mesurer à la fois le dichroïsme circulaire (angle φ qui caractérise la polarisation elliptique de l’onde à la sortie du milieu) et le pouvoir rotatoire (angle α de rotation du grand axe de l’ellipse entre l’entrée et la sortie). La figure 18 montre, sur le même diagramme, en fonction de la longueur d’onde λ, les résultats obtenus par Bruhat dans le laboratoire d’Aimé Cotton.

Figure 18 – Rotation α et ellipticités φ qui mesurées en fonction de la longueur d’onde λ (Bruhat). (λ0, maximum de l’ellipticité, correspond au maximum de l’absorption, c’est-à-dire aussi au dichroïsme circulaire).

22On peut les comparer avec les courbes théoriques de la figure 22 ; on voit autour de la longueur d’onde centrale λ0 de la bande d’absorption, les variations caractéristiques correspondant aux formules théoriques de Ketteler-Helmholtz.

LA POLARIMÉTRIE DANS L’UV

23Lorsqu’il est professeur à Lille, après la guerre, Bruhat se remet aux études de polarimétrie. Pour la majorité des matériaux transparents, les longueurs d’onde centrales λ0 des bandes d’absorption appartiennent au domaine de l’ultraviolet. Or c’est autour de ces longueurs d’onde que l’on observe des variations particulièrement significatives. Bruhat effectue alors un travail de pionnier pour développer une polarimétrie dans l’UV. En collaboration avec Marcel Pauthenier, il parvient à étudier complètement dans l’UV la polarisation rotatoire et le dichroïsme circulaire du sulfure de carbone. On peut voir sur la figure 19 (tirée de son Cours d’optique) un exemple de polarimètre utilisé par lui, et perfectionné en ajoutant un spectroscope à l’entrée pour séparer les diverses longueurs d’onde.

Figure 19 – Polarimètre pour mesures du pouvoir rotatoire (avec un spectroscope à l’entrée).

24Ce type d’appareil a été utilisé par Georges Bruhat avant qu’il n’en reconstruise un complètement nouveau au laboratoire, adapté à l’ultraviolet.

25Après son arrivée à Paris, Bruhat publie en 1930 un livre de recherche qui fait le point sur l’ensemble des travaux de polarimétrie effectués dans le monde. Seule une puissance de travail comme la sienne pouvait fournir une bibliographie aussi complète !

26Toutes les mesures entreprises à Lille étaient encore effectuées par des méthodes photographiques, difficiles et relativement longues. Mais, dans les années 1930, des progrès significatifs sont faits dans la construction des récepteurs photoélectriques. En 1932, Bruhat construit un polarimètre photoélectrique pour l’UV, utilisant la technique de « pénombre » habituelle dans le visible.

27L’expérience acquise avec ce premier photomètre lui permet, quelque temps plus tard, d’en construire un autre, plus perfectionné, autorisant à pousser jusqu’aux longueurs d’onde les plus courtes vers 250 nanomètres, dont la précision angulaire sur la rotation a atteint la demi-minute, et dont le maniement est aussi rapide que celui des polarimètres pour le visible (figure 20).

Figure 20 – Le polarimètre UV construit par Georges Bruhat dans son laboratoire.

28L’analyse des vibrations elliptiques posait un problème plus délicat ; mais après une étude ingénieuse du problème, il parvient à réaliser cette analyse avec la même précision et la même rapidité dans l’UV que dans le visible.

29Avec ces appareils perfectionnés, Bruhat peut alors résoudre des problèmes controversés (pouvoir rotatoire du quartz pour des rayons perpendiculaires à l’axe, dichroïsme circulaire des solutions de camphre). Ultérieurement, son étude de la biréfringence par compression du quartz permet de confirmer la théorie de Pockels ; et l’étude de la biréfringence électrique du sulfure de carbone montre que la courbe de dispersion de la biréfringence, au voisinage de sa première bande d’absorption, est analogue aux autres courbes de dispersion déjà connues (celles de l’indice de réfraction et du pouvoir rotatoire).

30Ses travaux ont marqué une date dans l’histoire de la polarimétrie.

LA THERMODYNAMIQUE

31Georges Bruhat s’intéressait aussi beaucoup aux problèmes de thermodynamique, et ses réflexions à ce sujet donnaient parfois lieu à des articles scientifiques théoriques : par exemple, sur les fluides au voisinage du point critique ou sur la réfraction des courbes adiabatiques, lorsque, sur les diagrammes thermodynamiques, elles croisent la courbe de saturation, ou encore sur l’électrostriction dans les liquides isolants (contraction de volume du liquide soumis à un champ électrique).

32En fait, ces études théoriques en thermodynamique sont essentiellement concentrées sur deux périodes de sa vie relativement courtes (trois ans chacune) : après sa nomination à Lille en 1921 et après sa nomination à Paris en 1927. À chacun des déplacements au cours de sa carrière, Bruhat occupe ainsi les années nécessaires à la reconstitution d’un équipement expérimental efficace en optique. La thermodynamique et l’optique sont impliquées simultanément dans les études d’électrostriction (contraction du volume d’un isolant lorsqu’il est soumis à un champ électrique intense).

l

Eα
ĒĒnncncn
  • décomposer l’onde incidente, qui entre dans le milieu, en ses deux composantes selon les directions de Ē′ et Ē′′ ;

  • calculer la transmission séparément de chacune de ces composantes ;

  • faire la recomposition (addition vectorielle) des deux composantes à la sortie, en tenant compte du déphasage introduit par la propagation sur l’épaisseur j du milieu, avec les deux indices n′ et n′′ différents.
    L’interprétation de Fresnel pour le pouvoir rotatoire utilise comme ondes privilégiées les deux ondes de polarisation circulaire, tournant en sens opposés ; c’est-à-dire que leurs champs électriques tournent autour de la direction de propagation Oz avec la fréquence f de l’onde lumineuse, soit la vitesse angulaire ω = 2πf, dans le sens gauche ou dans le sens droit. (Fresnel avait remarqué que ces deux ondes de polarisation circulaire étaient transmises sans déformation.)
    Le calcul de recomposition des deux ondes circulaires, droite ou gauche, à la sortie, en tenant compte de leur déphasage, montre que l’on obtient un champ Ē (sortie) polarisé linéairement, mais ayant tourné d’un angle α égal à la moitié de leur angle de déphasage, calculable en fonction de la différence des deux indices : α = π (n′′ − n′)ℓ/λ

λfcλ
n′′nλ
Le dichroïsme circulaire

nn′′aa′′
a′′aa′′
Remarque :aa′′niκ′ n′′iκ′′aα
a a [1 − 2πκℓ/λ] ; a′′ a [1 − 2 πκ′′ ℓ/λ] ;
et
a + a′′ 2a


EE’E"bφα
φ
φ tanφ = (a′− a′′)/(a + a′′) π (κ′′ − κ) ℓ/λ
κ′κ′′λ0φ

33Une plaque à la mémoire des Trois Physiciens fondateurs a été posée à l’entrée du Laboratoire de physique et inaugurée le 29 novembre 1947. Des discours ont été prononcés par le professeur Georges Dupont, directeur de l’ENS, et le professeur Yves Rocard, directeur du Laboratoire, ainsi que par quatre autres scientifiques ayant bien connu les trois physiciens : Maurice Ponte, Max Morand, Marcel Pauthenier et André Guinier. Cette cérémonie s’est déroulée en présence des veuves des anciens directeurs du Laboratoire et de leurs enfants : Hélène Abraham (devenue Hélène Dennery), Germaine Abraham, Jeanne Bruhat (devenue Jeanne Reboul), Yvonne Bruhat (devenue Yvonne Choquet) et François Bruhat.

34Ces discours étaient reproduits dans une brochure précédente, à laquelle le présent opuscule doit beaucoup, et dont il a repris l’essentiel, tout en y ajoutant des éléments sur l’œuvre scientifique des trois physiciens. Des informations complémentaires figuraient dans les archives de madame Bloch, qui, après son décès en 1978, ont été déposées, par son amie madame Rouault, à la bibliothèque des Lettres de l’ENS, et dans les archives familiales des descendants des deux autres professeurs. La rédaction et la mise en forme du texte ont été assurées par Bernard Cagnac, professeur émérite au laboratoire Kastler-Brossel.

Madame Eugene Bloch, chez elle,
lors d’une réunion du jury dans les années 1970.

Notes

1 Voir S. Israël. Les Études et la guerre. Les normaliens dans la tourmente (1939-1945), Paris, éditions Rue d’Ulm, 2005, p. **.

Table des illustrations

Légende Georges Bruhat
URL http://books.openedition.org/editionsulm/docannexe/image/758/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Légende Figure 16 – Les quatre tomes du Cours de physique généralede Georges Bruhat ; de gauche à droite :Mécanique, Thermodynamique, Électricité, Optique.
URL http://books.openedition.org/editionsulm/docannexe/image/758/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Légende Fig 17 – Structure dissymétriques, images dans un miroir et non superposables.Les deux hélices (a) et (b) sont images l’une de l’autre, dans le miroir plan P, perpendiculaire au plan de la figure. Les deux tétraèdres (c) et (d) sont images dans un autre plan P. Dans le cas de molécules organiques, où les groupements chimiques A, B, C, D sont différents, les deux structures restent non superposables malgré la symétrie du tétraèdre des liaisons du carbone.
URL http://books.openedition.org/editionsulm/docannexe/image/758/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Légende Figure 18 – Rotation α et ellipticités φ qui mesurées en fonction de la longueur d’onde λ (Bruhat). (λ0, maximum de l’ellipticité, correspond au maximum de l’absorption, c’est-à-dire aussi au dichroïsme circulaire).
URL http://books.openedition.org/editionsulm/docannexe/image/758/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Légende Figure 19 – Polarimètre pour mesures du pouvoir rotatoire (avec un spectroscope à l’entrée).
URL http://books.openedition.org/editionsulm/docannexe/image/758/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Légende Figure 20 – Le polarimètre UV construit par Georges Bruhat dans son laboratoire.
URL http://books.openedition.org/editionsulm/docannexe/image/758/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
URL http://books.openedition.org/editionsulm/docannexe/image/758/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
URL http://books.openedition.org/editionsulm/docannexe/image/758/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
URL http://books.openedition.org/editionsulm/docannexe/image/758/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
URL http://books.openedition.org/editionsulm/docannexe/image/758/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 920k
URL http://books.openedition.org/editionsulm/docannexe/image/758/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 91k

© Éditions Rue d’Ulm, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540