Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Savoir et engagement

 | 
Vincent Duclert

Deuxième partie. Interventions

Présentation

Vincent Duclert

Texte intégral

  • 1 Voir infra, p. 169 sq.

1À l’aveu, révélé par les correspondances privées, des doutes et des convictions succède, souvent très rapidement, le temps de l’engagement public. La gravité de la situation, les menaces croissantes sur les libertés civiles et politiques, l’urgence d’arracher un innocent au bagne accélèrent cette entrée dans le combat avec toutes les conséquences qu’elle représente. L’expression publique en faveur de la révision du procès Dreyfus met en danger ceux qui rompent le silence. Ils contestent l’autorité de la chose jugée par la justice militaire – le 22 décembre 1894 avec la condamnation du capitaine Dreyfus, le 11 janvier 1898 avec l’acquittement du commandant Esterhazy –, ils s’opposent aux pouvoirs d’État, au gouvernement et au Parlement décidés à éviter toute agitation, ils se dressent contre l’opinion antidreyfusarde résolue à empêcher toute expression d’une vérité autre que la sienne, antisémite, nationaliste, militariste. Les normaliens, très présents dans les engagements publics de l’élite intellectuelle, ne se laissent pas intimider. Ils se sentent protégés par leur appartenance à l’enseignement supérieur – contrairement à leurs camarades encore en lycée –, par leurs titres et décorations tels qu’ils s’affichent au long des pétitions de janvier 18981, par leurs solidarités mutuelles qui ne cessent de s’exprimer au point de devenir l’une des voies même de l’engagement public. Ainsi, Alexandre Bertrand, depuis le musée des Antiquités nationales de Saint-Germain-en-Laye, approuve « complètement les lettres de [ses] confrères Duclaux et Louis Havet », Charles Péguy salue l’auteur de « J’accuse… ! », Jean Jaurès défend la raison supérieure d’un tel acte civique et patriotique, tandis que le 17 novembre 1897, le jeune Claude-Étienne Maître fait parvenir au Temps une lettre de soutien à l’historien Gabriel Monod victime d’attaques injurieuses depuis son intervention inaugurale dans le même journal, onze jours auparavant.

2Le passage du privé au public, de la conviction à l’intervention, est facilité par les ressources que procurent les moyens modernes de publication, particulièrement la presse quotidienne et les trois ou quatre journaux résolument engagés dans la campagne dreyfusarde, L’Aurore de Georges Clemenceau, Le Siècle d’Yves Guyot, Les Droits de l’homme d’Henri Deloncle et Louis Forest, La Fronde de Marguerite Durand, suivis de La Petite République de Gérault-Richard ou du Radical d’Arthur Ranc. Ces journaux, auxquels s’associent des quotidiens moins militants comme Le Figaro et Le Temps, n’hésitent pas à publier, à la demande des expéditeurs et/ou des destinataires, les lettres les plus définitives proclamant l’engagement le plus solennel et nécessaire. C’est le cas, de manière très emblématique, du directeur de l’Institut Pasteur Émile Duclaux qui répondait, le 8 janvier 1898, à une lettre personnelle du vice-président du Sénat Auguste Scheurer-Kestner lui demandant ce qu’il pensait, « comme savant », de l’acte d’accusation dressé contre Dreyfus en 1894 et que Le Siècle venait de publier à l’initiative de Joseph Reinach. Autre exemple d’un aveu d’indignation exprimé d’abord en privé et aussitôt publié, la lettre contre l’antisémitisme du philosophe Émile Boutroux, professeur à la Sorbonne, répondant à une question du jeune Élie Halévy sur sa réaction aux violences antijuives. Le journal Le Temps, qui avait rendu publique cette solennelle et courageuse protestation, était resté muet sur sa source. C’est en étudiant la correspondance d’Élie Halévy, versée de son vivant par la très-regrettée Henriette Guy-Loë, sa nièce et l’inlassable protectrice de son œuvre, à la bibliothèque de l’École normale supérieure, que nous avons découvert l’original de la lettre d’Émile Boutroux.

3D’autres lettres directement adressées aux journaux ont elles aussi valeur d’engagement. Ce moyen de la « lettre ouverte », destinée d’emblée à être publiée, propulse son auteur dans l’arène publique. Gabriel Monod, dès le 6 novembre 1897, annonce dans Le Temps que « c’est un besoin personnel de conscience, un pur scrupule de justice » qui l’ont conduit à s’éclairer « sur cette douloureuse affaire », puis à rompre le silence qu’il s’imposait depuis plusieurs semaines dès lors qu’il fut mis en cause. Certaines de ces lettres publiques individualisent des actes collectifs d’engagement comme un nom porté au bas d’une pétition. Un autre historien, Henri Hauser, maître de conférences à la faculté des lettres de Clermont-Ferrand, revendique ainsi vigoureusement son geste en réponse à un article injurieux de la presse nationaliste. Ni lui, ni Monod, ni bon nombre de ces normaliens dreyfusards n’acceptèrent de se laisser intimider par la menace. L’affirmer publiquement constitua souvent le premier acte de l’engagement. Même les rectificatifs adressés aux journaux leur donnaient l’occasion d’affirmer leur conviction, à l’image d’Émile Durkheim rappelant ses droits et devoir de professeur de l’université de Bordeaux.

4Les journaux accueillirent également des engagements plus tardifs mais non moins décisifs comme celui de l’historien Georges Duruy, fils de l’ancien ministre libéral de Napoléon III. Sa décision, le 8 mai 1899, de procéder dans Le Figaro à un « examen de conscience » et la suspension de son cours à l’École polytechnique qui s’en suivit amenèrent la démission du ministre de la Guerre, élément précurseur dans la chute des républicains en guerre contre la révision. Ce sont aussi dans les journaux que s’exprimèrent les rares mais très actifs normaliens antidreyfusards, ou ceux qui déclarèrent leur hostilité à toute forme d’engagement, manière transparente de dénoncer le choix de leurs camarades dreyfusards. Les discours extrêmes n’émanèrent cependant que très rarement d’anciens élèves de l’École, à l’exception d’Ernest Judet, directeur du Petit Journal, et de Louis Grégori qui justifia à son procès, en septembre 1908, sa volonté d’assassiner le commandant Dreyfus. Le géographe Marcel Dubois, le zoologue Alfred Giard ou l’académicien Jules Lemaître, promoteur avec Ferdinand Brunetière et le poète François Coppée de la Ligue la Patrie française, ne basculèrent pas dans l’antisémitisme.

5Du côté dreyfusard, les mensonges et les violences sont résolument combattus. Le professeur de grammaire comparée Michel Bréal dénonce ainsi les propos attribués à Dreyfus par du Paty de Clam. Il a déjà éprouvé le besoin, au printemps 1898, de surmonter la réserve qu’il s’était imposée, étant juif comme Dreyfus, et de dire hautement le « manquement à la patrie » des journaux agressant les Alsaciens à travers les figures héroïques d’Auguste Scheurer-Kestner et du colonel Picquart. « J’éprouve le besoin de le dire publiquement, puisque l’attentat se continue tous les jours, au scandale de l’Europe, pour la satisfaction de nos ennemis, pour le deuil de tous les Français non aveugles !... » Le refus des attentats contre la vérité, la justice et la France amène un autre Alsacien, Lucien Herr, à signer de son nom une longue réponse à l’écrivain Maurice Barrès qui venait, dans Le Journal du 1er février 1898, d’assimiler les « intellectuels » aux déchets que produit une société dans sa marche vers le progrès. Le texte de Lucien Herr, publié par La Revue blanche, est celui du maître à penser d’une génération normalienne prête au combat pour la démocratie et la raison. Ébranlé par une telle charge, Maurice Barrès se réfugia dans un antisémitisme de plus en plus obsessionnel et déclara qu’il ignorait que son contradicteur était juif !

6Les journaux, les revues, les pétitions ne furent pas les seuls vecteurs de l’engagement des normaliens. Le procès d’Émile Zola devant la cour d’assises de la Seine entendit la déposition d’Émile Duclaux qui expliqua les raisons pour lesquelles, avec l’écrivain, il avait signé en tête des listes de protestation, et la déclaration qu’avait adressée à la défense le philosophe Gabriel Séailles, souhaitant « apporter ici le témoignage de [sa] conscience libre et sincère ». Jean Jaurès utilisa le prétoire pour interpeller le gouvernement et la France, comme il l’avait déjà fait depuis la tribune de la Chambre, et comme il allait continuer à le faire jusqu’à son grand discours de relance de l’Affaire les 6 et 7 avril 1903. Il salua le courage et la clairvoyance d’Émile Zola, lors de son procès et au fils des innombrables articles qu’il écrivit, à La Dépêche, à La Petite République surtout, et pour finir à L’Humanité où les agrégés s’étaient transformés en journalistes.

7Le point commun de ces interventions publiques en faveur de la justice, au nom d’une fidélité patriotique ramenant la France vers ses origines démocratiques, réside dans un usage revendiqué et critique du savoir dont étaient porteurs ces intellectuels formés aux méthodes les plus exigeantes de la recherche de la vérité. Cette souveraineté capable d’affronter la raison d’État et la loi du plus fort s’exprima dans la lettre de Paul Dupuy au gouverneur militaire de Paris qui ouvrait sa longue étude sur le « petit bleu », le document capital accusant Esterhazy et découvert en 1896 par le lieutenant-colonel Picquart lorsqu’il dirigeait les services secrets français. Elle s’était exprimée, un an plus tôt, dans la lettre inaugurale d’Émile Duclaux proclamant, le 10 janvier 1898, dans Le Siècle, que « si, dans les questions scientifiques que nous avons à résoudre, nous dirigions notre instruction comme elle semble l’avoir été dans cette affaire, ce serait bien par hasard que nous arriverions à la vérité ». Et ajoutant, ironique mais très conscient du mal qu’il décelait, que « c’est à se demander si l’État ne perd pas son argent dans ses établissements d’instruction, car l’esprit public est bien peu scientifique ».

8Si les lettres privées des normaliens ont pu montrer, dans le cheminement des convictions, des raisons plus complexes que la seule figure héroïque du savoir guidant l’engagement, les textes d’intervention paraissent souligner davantage la volonté d’agir en intellectuel, en défendant un usage public et civique du pouvoir critique de la raison scientifique.

Ernest Babut (L 1896) et alii

Lettre collective, Le Temps, 5 janvier 1898

9Nous ne savons si Dreyfus est innocent ou coupable. Nous ne voulons pas discuter le fond de l’Affaire. Mais tous nous voulons que celle-ci soit conduite à l’égal de tout autre affaire. Nous entendons qu’elle soit traitée avec l’impartialité, avec la hauteur de vue, qui importe dans un pareil débat. Jugeant les faits avec la précision et la rigueur qui doit toujours en inspirer l’étude, nous estimons que, depuis deux mois, cette affaire a été conduite avec des procédés insoutenables. Il y a une affaire Dreyfus. […] Il y a une affaire Dreyfus, et tout est venu contredire l’affirmation contraire, fût-elle ministérielle. […] Un général enquêteura-t-il refusé pendant quatorze jours d’examiner un bordereau, seule pièce qui fait la base du procès, du nouveau comme de l’ancien ? Serait-ce qu’à ce bordereau avaient été jointes naguère des pièces secrètes qui n’auraient été communiquées ni à l’accusé ni à son défenseur ? Fut-il, en un mot, commis, non plus une simple illégalité, mais un crime judiciaire ? Voilà ce qu’il aurait fallu nier, et nous eussions aimé que celui qui est et se déclare l’honneur de l’armée, vînt anéantir hautement de pareils soupçons.

10Signés E. Babut, de l’École normale supérieure ; G. Barbey, licencié ès lettres ; A. Barbier, étudiant ès lettres ; H. Bonnet, licencié en droit ; E. Bonson, docteur en médecine ; Jacques Bonson, avocat à la Cour ; O. Goepp, licencié ès lettres et en droit ; G. Hervé, agrégé d’histoire ; H. Mounier, licencié ès lettres ; H. Trocené, licencié ès lettres.

Alexandre Bertrand (L 1840)

Lettre à Yves Guyot, Le Siècle, 20 janvier 1898. In E. de Haime, Les Faits acquis à l’histoire, P.-V. Stock, 1898, p. 201

11Mon cher compatriote,
Je suis avec le plus grand intérêt votre courageuse campagne. J’approuve complètement les lettres de mes confrères Duclaux et Louis Havet réclamant la révision, et je vous autorise à ajouter mon nom à ceux des esprits libéraux et indépendants qui demandent que pleine lumière se fasse au sujet de cette douloureuse question. Veuillez agréer, etc.
Alexandre Bertrand,
membre de l’Institut

Émile Boutroux (L 1865)

Lettre à « un de ses amis » [il s’agit d’Élie Halévy], 25 janvier 1898. Fonds É. Halévy, Bibliothèque de l’ENS

12Mon cher ami,
Vous me demandez quels sont mes sentiments en présence des désordres auxquels nous assistons, notamment au sujet des manifestations qui se sont produites sur la place de la Concorde. Je ne suis, vous le savez, qu’un méditatif retiré, impropre de toute manière à la vie active. Mais je n’ai pas besoin de songer à mon devoir, je suis l’impulsion invincible de mon cœur, en unissant intimement ma vie à celle de mon pays. Je ne songe point à dissimuler mon émotion actuelle, et je vous répondrai très librement, puisque vous voulez bien m’interroger.

13Depuis longtemps, sous l’influence de nos études classiques et aussi par suite de longs et fréquents séjours à l’étranger, j’ai pris l’habitude de juger des questions intérieures par leur rapport à la politique extérieure. C’est, je pense, une règle qui ne trompe guère, de se demander en toute circonstance : cette conduite est-elle de nature à accroître la force, le prestige et le bon renom de la patrie ? Que de questions soi-disant énormes deviennent insignifiantes, rapportées à cette mesure ! Mais que d’événements, où l’on voudrait ne voir que des écarts sans conséquence, prennent des proportions inattendues !

14La France a subi des revers inouïs. La preuve palpable de son relèvement matériel n’existe pas encore. Sa grandeur morale est toujours debout. Elle est la patrie de l’humanité. Elle a proclamé que les hommes naissent libres et égaux en droits, que nul ne doit être inquiété pour ses opinions même religieuses, que la loi ne connaît que des citoyens, auxquels elle assure, sans distinction, la liberté de conscience. Si nous faisons fi de cette grandeur, les autres peuples s’en souviennent. Ils pensent que dans l’âme française est innée la disposition à juger les hommes d’après leur honnêteté et leur mérite intrinsèque, non d’après leur naissance, leur situation ou leur confession religieuse. Quelle joie profonde et réconfortante pour un Français qui se trouve à l’étranger, de voir s’avancer vers lui, confiant et gagné d’avance, l’honnête homme que l’on repousse de toutes parts, sous prétexte qu’il appartient à telle race, à telle secte, à telle église ! C’est par ce sens du droit et de l’humanité, dit Goethe, que les Français gagnèrent tous les cœurs :

So gewannen sie bald, die überwiegenden Franken,
Erst der Männer Geist…

15Quel honneur, si ces paroles s’appliquent aujourd’hui encore !

16Les peuples ont encore foi en nous. Cette foi est particulièrement vivace chez ceux qui ont mêlé leur âme à la nôtre, et que nous ne pourrions oublier sans consommer nous-mêmes notre déchéance. Si nous voulons que notre cause reste juste et qu’elle soit forte par sa grandeur même, nous ne pouvons renier le noble idéal dont le culte marque notre place dans le monde.

17Quel sens pourrait donc avoir dans notre pays cet accouplement monstrueux : « Vive l’armée ! À bas les juifs ! » Et cela devant l’image de Strasbourg ! L’armée est la force organisée en vue de la conservation de la patrie, et la patrie, chez nous, c’est le respect de la dignité humaine et l’égalité civile et politique de tous les citoyens. On s’étonnerait grandement à l’étranger, si de tels égarements avaient quelque généralité et quelque durée. On serait douloureusement ému, là même où l’on s’est fait de la fidélité une religion. Et qui sait si quelques âmes faibles ne se demanderaient pas : « Est-ce bien encore la France, la France que nous portons dans notre cœur, et à qui nous sacrifions notre tranquillité, notre sécurité, nos joies de famille ? »

18Il faudrait déplorer les erreurs présentes si nous n’avions affaire qu’à nous-mêmes. Si nous songeons à l’effet qu’elles pourraient produire à l’étranger, jusque parmi ceux qui nous sont le plus attachés, elles doivent nous préoccuper très sérieusement. Là, plus anxieusement encore que chez nous-mêmes, on attend que se dissipe le brouillard qui passe devant la statue de la France.

19Agréez, mon cher ami, l’assurance de mes sentiments très affectueux.
Émile Boutroux

Michel Bréal (L 1852)

« Encore un témoignage ». In E. de Haime, op. cit., p. 345

20Quelques-uns de mes amis sont arrivés, par degrés, à la conviction de l’innocence de Dreyfus. Jour à jour, en ajoutant une preuve après l’autre, ils ont formé leur opinion. Un de mes collègues au Collège de France a même écrit Les Étapes d’un intellectuel. Je n’ai rien à dire contre cette conquête méthodique de la vérité. J’honore et j’estime ceux qui ont dû se livrer à ce travail. Mais je dois déclarer – sans en tirer nulle vanité – que je n’ai pas eu à passer par ces étapes. Jamais, à aucun moment, je n’ai cru Dreyfus coupable. À une époque où une sorte de terreur, artificiellement entretenue, faisait partout régner le silence, j’ai parlé de l’affaire Dreyfus à ceux de mes amis qui ont bien voulu aborder ce sujet avec moi, et je leur ai dit ma conviction.

21J’en ai même fait parvenir l’expression à madame Dreyfus, et je me plais à penser que ce fut, en ces temps qui ont été des temps d’angoisse et d’isolement, une consolation pour cette noble femme.

22Je ne pouvais rien faire de plus, car ma conviction reposait sur des considérations purement morales, et de quel poids auraient-elles pesé en présence de preuves certaines, indiscutables, dont l’accusation se prétendait armée ? Encore aujourd’hui, elles passeront pour des « raisons de sentiment ». Je crois néanmoins devoir les dire, pour ma satisfaction personnelle plutôt que pour convaincre les autres.

23Dès l’abord je me suis défié, quand j’ai vu de quel côté partaient les accusations et en quels termes énigmatiques elles étaient conçues. Dans des journaux connus pour leur animosité contre tout ce qui est juif, paraissaient des articles dénonçant un crime énorme, mais ne s’expliquant pas sur la nature du crime. On ne savait pas en quoi consistait la trahison, chacun avait à ce sujet des renseignements différents.

24Une seule chose était certaine ; sur un seul point on ne variait pas :c’est que le traître était un officier juif. Je me suis étonné de voir cette précision sur la personne de l’accusé unie à cette ignorance sur le fait qui lui était reproché. Cela pouvait se résumer en ces deux phrases : Je ne sais pas ce qu’il a fait, mais c’est un abominable scélérat. En voyant que le prétendu criminel était un juif et que ce concert de réprobation partait des feuilles antijuives, je me suis défié d’une accusation qui débutait si étrangement.

25Toute la suite de l’Affaire a répondu à ce commencement. On a toujours vu cette même presse en avance sur la justice, se disant sûre du fait quand le juge n’avait pas fini d’instruire, et réclamant le châtiment longtemps avant de savoir comment il serait justifié. On l’a vue poursuivre le condamné avec un acharnement peu commun : elle trouvait trop douce la peine fixée par la loi. Elle approuvait, elle provoquait des aggravations aussi cruelles qu’inutiles.

26Cependant, si j’avais pu croire au crime, je me serais dit que des haines dont l’expression s’étalait au grand jour depuis plusieurs années avaient trouvé là très malheureusement une occasion de se satisfaire. Mais c’est le crime lui-même qui me paraissait inconcevable. J’ai d’abord cherché comme tout le monde si l’accusé était endetté, joueur, viveur, s’il était mal avec ses chefs, s’il avait une raison quelconque de se lancer dans une aussi noire et aussi dangereuse aventure. Mais je n’ai rien trouvé ; personne n’a rien trouvé ; en dernière analyse il n’est resté que ceci, c’est qu’il était juif.

27[…]

28Si l’on avait voulu, de parti pris, décourager, détourner la jeunesse alsacienne, que pouvait-on trouver de mieux ? Je ne parle pas ici des israélites, que certains journaux couvrent de boue à tel point que l’Allemagne en comparaison doit leur paraître le pays de la tolérance ; mais les protestants d’Alsace, qui voient comment sont traités des hommes tels que Scheurer-Kestner et Picquart, les catholiques sincères qui ne veulent pas se laisser faire la loi par des journalistes sans conviction et sans scrupule, quel désir pense-t-on qu’ils doivent ressentir de venir se jeter dans la mêlée parmi nous ? Il faut avoir le courage de voir les choses comme elles sont. Ce ne sont pas seulement de bons serviteurs perdus pour la France : dans un temps plus ou moins éloigné, ce seront de bons serviteurs gagnés par nos voisins. Ce qui nous restait de l’Alsace, on achève de le perdre.

29Une telle folie, un tel manquement à la patrie, après trente ans seulement, après moins de trente ans, ne me paraissait pas possible. J’éprouve le besoin de le dire publiquement, puisque l’attentat se continue tous les jours, au scandale de l’Europe, pour la satisfaction de nos ennemis, pour le deuil de tous les Français non aveugles !...

30Michel Bréal,
de l’Institut

« Un mensonge de du Paty de Clam », Le Siècle, 5 juin 1899

31Je vois que certains journaux rééditent un propos qu’ils attribuent au capitaine Dreyfus : Ma race se vengera sur la vôtre. Ce propos a pour seul garant M. du Paty de Clam. Il ne mérite aucune confiance. Il portera la marque d’un esprit violent et haineux, vaguement hanté de souvenirs théologiques. Il est bien du même homme qui, ne trouvant aucune raison pour expliquer la prétendue trahison de Dreyfus, a fi ni par dire : c’est donc quelque fatalité de race. Il y a eu assez de mensonges en cette affaire. N’en laissons pas circuler de nouveaux après que les premiers ont été démasqués !

Marcel Dubois (L 1876)

Lettre adressée au Temps, 4 janvier 1899

32Depuis longtemps, je souffre, et beaucoup de confrères voués à la science et à l’enseignement souffrent comme moi, de se voir confondu sous le titre d’intellectuels, avec quelques hommes dont ils n’approuvent ni les opinions ni les procédés […]

33D’autre part, l’attitude agressive de quelques intellectuels, leur prosélytisme offensif m’étaient aussi pénibles à supporter ; m’entendre, à tout propos, qualifier de clérical, de réactionnaire, d’antisémite, moi qui ait donné tant de gages par la parole et par le livre à l’opinion républicaine, qui compte d’excellents amis parmi les israélites, comme parmi les protestants et les catholiques et qui tient toutes mes amitiés au même titre, m’était odieux.

Émile Duclaux (S 1859)

Lettre à Auguste Scheurer-Kestner, 8 janvier 1898, Le Siècle, 10 janvier 1898

34Cher monsieur,
Vous voulez bien me demander ce que je pense, comme savant, de l’acte d’accusation porté contre le capitaine Dreyfus, tel qu’il a paru hier dans les journaux. Je pense tout simplement que si, dans les questions scientifiques que nous avons à résoudre, nous dirigions notre instruction comme elle semble l’avoir été dans cette affaire, ce serait bien par hasard que nous arriverions à la vérité.

35Nous avons des règles tout autres, qui nous viennent de Bacon et de Descartes : garder notre sang-froid, ne pas nous mettre dans une cave pour y voir plus clair, croire que les probabilités ne comptent pas et que cent incertitudes ne valent pas une seule certitude. Puis, quand nous avons cherché et cru trouver la preuve décisive, quand nous avons même réussi à la faire accepter, nous sommes résignés à l’avance à la voir infirmer dans un procès de révision auquel souvent nous présidons nous-mêmes.

36Nous voilà loin de l’affaire Dreyfus ; et vraiment c’est à se demander si l’État ne perd pas son argent dans ses établissements d’instruction, car l’esprit public est bien peu scientifique.

37Bien cordialement à vous,
Duclaux

Déposition au procès Zola, 19 février 1898. In Le Procès Zola devant la cour d’assises de la Seine et la Cour de cassation, Paris, P.-V. Stock, 1898, t. I, p. 182

38MeLabori : M. Duclaux, qui est directeur de l’Institut Pasteur et successeur de Pasteur, voudrait-il nous dire pourquoi il a signé une liste de protestation ?

39M. Duclaux : J’ai signé la liste de protestation en même temps que M. Zola parce que j’ai pensé qu’il était utile, au lendemain du procès Esterhazy, qu’un groupe d’hommes, débarrassés de tout autre préoccupation que celle de la vérité, vienne dire hautement dans le public, que les obscurités du second procès n’avaient pas fait disparaître les obscurités du premier et qu’ils continuaient à demander la lumière.

Paul Dupuy (L 1876)

« Lettre au général Zurlinden », [gouverneur militaire de Paris]. In Le Petit Bleu2, Paris, P.-V. Stock, 1898

  • 2 « Étude critique d’après les comptes rendus sténographiques du Conseil de guerre (affaire Esterhaz (...)

40[…] Je suis ce premier venu, et c’est à vous que je veux présenter tout d’abord le résultat d’un travail, où j’ai mis, avec une certaine expérience de la critique historique, toute la conscience dont je suis capable.
Du rapprochement méthodique des témoignages rendus publiquement sur le « petit bleu », je pense avoir tiré des conclusions rigoureuses, dont aucune instruction au monde, quel que soit le secret dans lequel elle ait été conduite, ne pourrait détruire la valeur historique.

41Je crois, je dis, je prouve que la culpabilité du colonel Picquart est inconciliable avec ces conclusions nécessaires.

42Je vous soumets ces preuves, et je les soumets en même temps au public ;j’ose croire qu’elles convaincront ceux qui les liront, et je voudrais espérer qu’elles vous convaincront, et contribueront ainsi à la libération définitive du colonel Picquart.

43Je suis, Monsieur le Gouverneur, votre très humble et très obéissant serviteur,
Paul Marie

Émile Durkheim (L 1879)

Lettre adressée au Siècle, 2 février 1898

44Ayant toujours blâmé les professeurs qui usent de leur autorité pour entraîner les étudiants dans les luttes de parti, je me suis gardé de commettre cette faute. À deux élèves qui m’avaient demandé mon avis, j’ai répondu que, personnellement, j’avais cru devoir protester contre les illégalités qui me semblent entacher le procès de 1894, mais j’ai ajouté que je n’avais pas à leur donner le moindre conseil et que je préférais même voir des étudiants s’abstenir de ces sortes de manifestations, quel qu’en fût le sens. D’autre part, je n’ai adressé à M. Zola aucune lettre d’aucune sorte.

Lettre adressée à L’Aurore, 26 juillet 1898

45Monsieur,
Votre collaborateur, M. Guinaudeau, en racontant l’incident qui s’est produit à Bordeaux aux obsèques de M. Couat, prête aux universitaires présents je ne sais quelle peur de « perdre leurs places ». C’est oublier que, parmi ces universitaires, il en est plusieurs qui n’ont laissé aucune occasion de manifester publiquement leurs sentiments. D’une manière générale, n’est-ce pas dans l’Université que s’est formé le noyau de la petite armée qui combat avec vous ?

Georges Duruy (L 1872)

« Examen de conscience », Le Figaro, 8 mai 1899

46Ce que nos adversaires ne veulent pas comprendre, quand ils osent essayer encore de servir à la crédulité publique leur vieille bourde du « Syndicat de trahison », c’est que nous sommes à l’heure qu’il est, en France, une innombrable quantité de gens qui éprouvent ces impérieuses sollicitations de la conscience que j’ai connues, auxquelles j’ai cédé. Et c’est pourquoi le parti révisionniste, minorité agissante et croyante, soutenue par une foi profonde en la bonté de sa cause, a successivement triomphé de tous les obstacles dressés contre son ardente revendication de vérité et de justice.

47J’ai été, depuis quelques jours, beaucoup loué et beaucoup blâmé. Cela prouve simplement que j’ai vécu. Et il faut vivre, en ce moment surtout. Vivre : c’est-à-dire agir.

48Avec une modération, un tact qui ne surprendront aucun des lecteurs de cette vieille et glorieuse feuille où les bonnes traditions de la presse courtoise d’autrefois sont conservées, les Débats me blâment de n’avoir pas choisi entre mes opinions révisionnistes et mes fonctions de professeur.

49[...] Le cas de conscience qu’on me reproche d’avoir résolu de la façon que l’on sait, je l’ai débattu avec moi-même. J’ai gardé longtemps un silence qui me pesait. Je ne l’ai rompu que lorsqu’une force d’indignation et de douleur patriotique devenue tout à fait irrésistible m’a poussé. [...] Je voyais avec douleur s’engager un conflit qui conduisait tout droit l’armée à un désaccord, sacrilège à mes yeux, entre elle et une portion de jour en jour plus considérable de la nation. De part et d’autre, on échangeait des accusations injustes et violentes. [...]

50Et il m’a semblé que ma voix serait peut-être mieux entendue qu’une autre – non pas que j’eusse la vanité de lui croire une force autre que celle de sa sincérité – mais parce qu’on sait que cette voix est celle d’un homme qui appartient presque autant à l’Armée qu’à l’Université, et s’il m’est permis de tout dire, parce que cet homme porte un nom qu’il n’a pas fait lui-même, mais dont il essaye au moins de soutenir l’honneur en s’appliquant, selon ses forces, à imiter de très loin quelques-unes des vertus du bon citoyen qui le lui lègue.

Henri Hauser (L 1885)

Lettre adressée à L’Avenir du Puy-de-Dôme, Janvier 1898
In E. de Haime, op. cit., p. 301

51Monsieur le Directeur,
Oui, j’ai signé les pétitions demandant la révision du procès Dreyfus. Je les ai signées avec M. Duclaux, ancien professeur à l’université de Clermont, aujourd’hui directeur de l’Institut Pasteur ; avec M. A. France, avec des professeurs du Collège de France, de l’École normale supérieure, avec un grand nombre de mes collègues de la Sorbonne et des universités provinciales.

52Les accusez-vous tous, monsieur le directeur, d’avoir voulu « outrager le gouvernement et l’armée » ?

53Ceux qui me connaissent savent assez que si j’ai signé, c’est pour obéir à un impérieux devoir de conscience, en dehors de toute passion religieuse ou politique. Pour ceux qui ne me connaissent pas, je leur dois l’exposé des motifs qui m’ont déterminé.

54Respectueux autant que quiconque de l’autorité de la chose jugée, je considère – actuellement, et jusqu’à une révision que la loi autorise – Dreyfus comme coupable. Je souhaite même que de cette révision sorte enfin une preuve éclatante, irréfutable de sa culpabilité, et qu’ainsi soit dissipée l’angoisse qui étreint en ce moment – croyez-le, monsieur le directeur – le cœur de tant de bons Français. Mais cette preuve, nous ne l’avons pas, on ne nous l’a pas produite.

55Si le procès Dreyfus avait été jugé il y a deux cents ans, pas un historien n’admettrait comme suffisantes les pièces sur lesquelles il a eu à s’expliquer. Le fait qu’il a été jugé il y a trois ans, le fait qu’il est juif (Bazaine n’était-il pas catholique ?), ne changent rien à la question.

56Il est d’ailleurs aujourd’hui avéré que Dreyfus a été condamné sur des pièces secrètes qui ne lui ont pas été communiquées. Mais cette procédure est absolument contraire au code militaire. Sans le vouloir, sans le savoir – j’en suis sûr – les juges de Dreyfus ont commis une irrégularité grave. Dreyfus a été illégalement condamné et voilà pourquoi son procès doit être révisé.

57Il ne s’agit ni de sa personne, ni du crime épouvantable dont on l’accuse. Il s’agit de la liberté individuelle de tous les citoyens, il s’agit des formes tutélaires de la loi : la Révolution française nous les a données, on ne nous les arrachera pas.

58Quant à mon patriotisme, monsieur le directeur, je ne m’abaisserai pas jusqu’à l’affirmer. Je veux une France grande et noble, une France fidèle à sa mission de justice et de vérité ; je souhaite que cette France soit (et le plus tôt possible) en état de rendre aux Alsaciens leur vraie patrie.

59Je ne fais pas partie de la Société des Alsaciens-Lorrains, mais les braves gens qui la composent savent bien que je partage toutes leurs espérances. On peut vouloir tout cela, monsieur le directeur, et croire que sept braves officiers, peu au courant des formalités de la procédure, ont jugé contrairement aux lois.

60H. Hauser

Lucien Herr (L 1883)

« À Maurice Barrès », La Revue blanche, 15 février 1898

61Je suis l’un quelconque de ces « intellectuels » dont la protestation vous a si fort diverti. Mon sentiment sur votre personne politique et sur votre action est celui d’un anonyme et d’un inconnu. Je vois pourtant au moins trois raisons qui lui donneront à vos yeux quelque valeur. La première, c’est qu’il s’énonce ici, dans une revue qui vous est notoirement amie et qu’on a faite plus d’une fois solidaire de votre œuvre et de votre esprit. La seconde, c’est qu’il exprime assez fidèlement, j’en suis sûr, la pensée de quelques jeunes hommes et de quelques jeunes gens dont l’action, un jour ou l’autre, déterminera jusqu’à un certain point la vie intellectuelle et la vie sentimentale de notre pays. La troisième, c’est que vous le savez simple et sincère, pur de tout amour-propre, libre enfin de tout soupçon. Je viens de relire votre œuvre entière, et dix fois, en sentant revivre aussi fraîches qu’au premier jour les joies d’art que je vous ai dues jadis, en songeant à ce que vous valez, et à ce que valent ceux qui ne vous aiment pas, j’ai eu la tentation de me taire. C’est donc très calmement, et pour des motifs sérieusement réfléchis, que je viens vous dire : ne comptez plus sur l’adhésion de cœurs qui vous ont été indulgents dans vos moins tolérables fantaisies.

62[…]

63Au reste, il se peut que je me trompe. Peut-être n’avez-vous jamais eu une hésitation, ni un scrupule. Peut-être n’avez-vous jamais cessé de tenir la justice militaire pour insoupçonnable ou pour infaillible. La preuve du crime pour correcte, ou, si elle fut boiteuse, pour acquise. Peut-être estimez-vous que, même condamné injustement, le condamné devait revendiquer le crime et la peine, pour éviter qu’un honneur et un intérêt plus précieux fussent sacrifiés à son honneur et à son intérêt. J’ai entendu soutenir ces choses, et je vous défie d’être logique avec vous-même sans aller jusque-là.

64Ce qui est évident, c’est que la question elle-même, culpabilité ou innocence, justice droite ou crime judiciaire, procédure loyale ou violence oblique et sournoise, n’existe pas à vos yeux. Tranquillement, vous déclarez que réclamer justice égale pour tous, exiger un contrôle sur une série de procédures dont tous les actes patents sont ou d’une inquiétante imbécillité, ou d’une audace qui confond, vouloir rendre inoffensifs désormais ceux qui, sciemment ou passivement, furent les instruments de plus haut qu’eux, de plus puissant qu’eux, d’une institution, d’une caste, de tout un esprit, c’est dresser contre la patrie une race mauvaise et haïssable, c’est se faire les dupes ou les complices des étrangers du dedans, c’est être à coup sûr criminels. Pour les hommes de raison lucide et d’intégrité morale incontestée que j’ai vus souffrir dans leur chair à l’idée chaque jour plus impérieuse de l’erreur possible, et qui les premiers se sont déclarés prêts à exiger la révision du procès, fût-ce au prix d’une manifestation révolutionnaire, pour les jeunes gens qui, n’ayant pas même les quatorze mille francs de rente avec lesquels vous et Simon vous fîtes votre entrée dans la vie, s’inscrivirent sur des listes encore presque blanches, sans savoir s’ils n’y risquaient pas le pain de demain, pour tous ceux qui sont avec nous, et qui n’ont pas le courage ou qui n’ont pas le pouvoir de se nommer publiquement, pour tous ces « étrangers » et ces nigauds, pour tous ces animaux enragés ou décérébrés, vous réclamez, si je vous entends bien, l’abattoir, ou tout au moins des cages solides. Cela, c’est un état de sensibilité qui n’est peut-être ni d’une bravoure éclatante, ni d’une délicatesse bien raffinée ; mais vous conviendrez qu’il n’y a, dans cette condamnation sommaire, plaisante à force d’être sommaire, ni une raison, ni une idée. Cela ne se discute pas.

65[…]

66Il y a chez vous une idée constante, fixe à force d’être constante, fixe à force d’être, si je compte bien, votre unique idée. C’est l’idée de la race, et des sous-races dans la race : c’est l’idée se fondant dans les petites patries provinciales, et des petites patries provinciales se rejoignant dans leur résultante commune, dans la grande patrie française, substance unique, âme que vous voulez close et intangible. Cette métaphysique ethnique, si vous la regardiez d’un peu près, de votre œil d’analyste, si vous retranchiez ce qu’elle contient de Michelet et de Taine confusément et hâtivement assimilé, vous y trouveriez bien du verbalisme romantique, et vous la jugeriez sans doute inférieure encore en qualité à l’éclatante et sonore doctrine sociale de votre ami M. Izoulet. Au fond de votre patriotisme provincial, vous trouveriez, en cherchant, la vieille tradition chauvine de la province frontière, la terreur héréditaire des bandes d’outre-Vosges qui, périodiquement, descendaient ravager la plaine ; plus au fond encore, en cherchant bien, vous trouveriez la haine de province à province, de ville à ville, de village à village, la haine barbare, la haine native de ce qui est autre. Au fond de votre patriotisme national, si vous saviez écarter tout ce qui est d’excitation littéraire, vous trouveriez non pas la vieille France, qui avait une tête et qui n’avait pas d’âme, mais la France conquérante, altière et brutale, la France napoléonienne, c’est-à-dire le chauvinisme cocardier des grandes villes, l’instinct passionné de la gloire guerrière, c’est-à-dire encore l’exaltation barbare, la haine et l’orgueil de la force.

67Tout cela, c’est de la littérature ; ce n’est ni de la vérité, ni de la vie. Soyez convaincu que, si le mot race a un sens, vous êtes, comme nous tous, non pas l’homme d’une race, mais le produit de trois, de six, de douze races fondues en vous et indissolublement mêlées. Les impulsions que vous sentez surgir du plus profond de vous, et que vous jugez précieuses entre toutes, primordiales et souveraines, soyez persuadé qu’elles sont, aux heures de défaillance cérébrale, la poussée aveugle de l’antique brutalité qui couve, mal éteinte, au fond de vous. L’homme qui, en vous, hait les juifs, et hait les hommes d’outre-Vosges, soyez sûr que c’est la brute du xiie siècle, et la barbare du xviie. Et croyez que le monde moderne serait peu de chose, s’il n’était l’avènement du droit nouveau, la lente croissance d’une volonté raisonnable, maîtresse de ces instincts et tueuse de ces haines.

68[…]

69L’âme française ne fut vraiment grande et forte qu’aux heures où elle fut à la fois accueillante et donneuse. Vous voulez l’ensevelir dans la raideur tétanique où l’ont mises les rancunes et les haines. Les jeunes gens dont vous raillez la demi-culture savent qu’en effet ils ne possèdent pas plus que vous toute la vérité ; mais ils ont en eux quelque chose qui est de l’absolu, la foi en un idéal humain, et cette force naïve d’action généreuse balaiera les haines absurdes que surexcitent les malhabiles. Prenez garde, vous vous croyez d’accord avec la nation : vous avez avec vous cette grosse fraction bruyante, fluctuante et changeante de la nation, qui vous a déçu lors du boulangisme, et qui n’est pas une force, et vous avez les parlementaires que vous méprisez, et les intérêts satisfaits, et le monde, et le capitalisme juif et chrétien, et les Semaines religieuses de la France entière ; et tout cela, vous le savez, c’est une faiblesse. Vous avez contre vous à la fois le vrai peuple et les hommes de volonté réfléchie, les déracinés, ou, si vous le voulez bien, les désintéressés, la plupart des hommes qui savent faire passer le droit et un idéal de justice avant leurs personnes, avant leurs instincts de nature et leur égoïsme de groupes. Ceux-là, qui sont la force active, auront raison de vous et des brutalités que vous déchaînez.

Jean Jaurès (L 1878)

Discours à la Chambre des députés, 24 janvier 1898. In Le Parlement et l’affaire Dreyfus, V. Duclert (éd.), Paris, Cahiers Jean Jaurès – Assemblée nationale, 1998, p. 77-78

70La vérité, d’ailleurs, c’est que toutes ces précautions, toutes ces habiletés pour échapper à la seule solution de toute cette affaire, c’est-à-dire à la pleine lumière, à la pleine clarté, toutes ces habiletés seront vaines. Un premier huis clos complet ne vous a pas dispensés, quelques années après, de toute l’agitation et de tout le trouble que nous subissons. Puis vous avez réalisé un huis clos partiel, qui n’a pas résolu la question. Vous allez en cour d’assises ! Si vous y allez, allez-y franchement, loyalement, pour porter au pays toute la vérité, et non pas une vérité mutilée et incomplète (Applaudissements à l’extrême gauche et sur plusieurs bancs à gauche.) […]

71Voilà l’équivoque qui se perpétue et qui s’aggrave avec tous ses périls. Vous n’avez pas le droit de refuser une réponse à une question qui touche aux garanties de la défense pour tout citoyen. (Applaudissements à l’extrême gauche.)

72Oh ! Messieurs, j’ai entendu tous ces jours-ci […] les insinuations par lesquelles on espère détourner les hommes de bonne foi et de courage (Applaudissements à l’extrême gauche. Bruit au centre) de poser ici les questions claires qui intéressent le fondement même de la liberté légale dans notre pays. (Applaudissements sur les mêmes bancs.)

73Non ! on ne nous détournera pas de notre œuvre, parce que nous avons le droit de la poursuivre au grand jour, parce que ce n’est pas la première iniquité ou la première irrégularité de procédure contre laquelle nous avons été appelés à [nous] prononcer. (Mouvements divers.)

74[…]

75Et puisque, messieurs, on semble mêler à ce débat, pour y glisser je ne sais quel soupçon détestable, des questions de religion ou de race, je rappellerai que lorsque, dans un débat récent, de tout autre proportion ; il est vrai, de tout autre ampleur et portée, lorsqu’il s’agissait des victimes de la barbarie en Orient, nous ne nous sommes pas demandé si c’étaient des chrétiens ou des catholiques abandonnés ici par le parti catholique. (Applaudissements à l’extrême gauche.) Quelle que fût la race [...] quelle que fût la religion, la forme et la victime de l’oppression et de l’iniquité, nous avons protesté toujours, et voilà pourquoi envers un juif comme envers tout autre, nous avons le droit de réclamer l’observation des garanties légales. (Nouveaux applaudissements à l’extrême gauche.)

76Et, en tout cas, puisque vous parlez de calculs, monsieur le Président du Conseil, le vôtre, laissez-moi vous le dire, est bien enfantin et bien court, si vous vous imaginez que c’est par des réponses ambiguës comme celle que vous me faisiez tout à l’heure, par des ajournements, que vous éluderez les problèmes qui vous pressent. (Très bien ! très bien ! à l’extrême gauche.) Il n’y a qu’un moyen, dans ce pays de franchise, d’en finir avec les questions, c’est de dire la vérité, toute la vérité. (Très bien ! très bien ! sur les mêmes bancs.)

Déposition au procès Zola, 12 février 1898. In Le Procès Zola, t. 1 [1898], Paris, Stock, rééd. 1998, p. 418-426

77MeLabori : M. Jean Jaurès n’a-t-il pas assisté aux débats du procès Esterhazy, et, si oui, voudrait-il nous faire part de ses impressions d’audience ?

78M. Jaurès : J’ai assisté, en effet, à la partie publique du procès Esterhazy, et c’est parce que j’ai assisté à la partie publique du procès Esterhazy que je viens affirmer à cette barre, non seulement l’entière bonne foi de M. Zola, mais la haute valeur morale et sociale de son acte.

79J’estime que la conduite du procès Esterhazy justifie, en effet, les indignations les plus véhémentes de M. Zola ; elle justifie aussi les inquiétudes de ceux qui, profondément respectueux de l’armée nationale, ne veulent pas que le pouvoir militaire s’élève au-dessus de tout contrôle et de toute loi.

80J’ajoute que les défaillances parlementaires et gouvernementales, qui se sont produites depuis le commencement de cette affaire, qui ont obligé les citoyens à intervenir et à suppléer, pour la défense de la liberté et du droit, les pouvoirs responsables qui se dérobaient.

81[…]

82Messieurs les jurés, le pays a d’autant plus le droit de s’émouvoir et de s’indigner qu’on se sert pour l’entraîner de mots plus nobles. Il n’est pas de paroles plus belles, plus grandes, plus sacrées que celles de la patrie, de défense nationale, d’honneur national ! Mais c’est précisément parce que ces paroles sont les plus sacrées et les plus grandes qu’il y ait dans la langue des hommes, qu’on n’a pas le droit de les profaner et de les prostituer pour couvrir des habiletés de procédure… Non, non ! Il y avait, dans cette profanation de la patrie, de quoi soulever toutes les âmes françaises et toutes les consciences droites.

83Et maintenant, pourquoi des citoyens comme M. Zola, comme beaucoup d’autres avec lui, se sont-ils jetés dans la bataille, pourquoi sont-ils intervenus, pourquoi ont-ils jeté ce cri de leur émotion et de leur conscience ? Mais, parce que les pouvoirs responsables, voués à l’intrigue et à l’impuissance, n’agissaient pas, ne paraissaient pas. Est-ce que ce n’était pas le premier devoir des législateurs et des gouvernants, depuis l’heure où le bruit avait couru qu’une pièce secrète avait été communiquée aux juges d’un procès criminel, sans être communiquée à l’accusé et à la défense, est-ce que ce n’était pas le premier devoir des législateurs et des gouvernants de s’assurer si, en effet, cette violation de la loi républicaine et des droits humains avait été commise ?

84Et pourquoi ne l’a-t-on pas fait ? Nous avons essayé d’obtenir sur ce point du gouvernement responsable les déclarations qu’il devait au pays ; il a été fait, à cette violation de la loi et du droit, une allusion à la tribune du Sénat. Je me suis permis de préciser la question à la tribune de la Chambre et j’ai demandé nettement à M. le président du Conseil : « Oui ou non, une pièce pouvant intéresser un accusé, pouvant établir ou confirmer sa culpabilité, oui ou non, cette pièce a-t-elle été communiquée aux juges sans être communiquée à l’accusé et à son défenseur ?… » Et je n’ai pu obtenir une réponse précise !

85On se réfugie toujours dans l’équivoque de la vérité légale !... Oui, c’est la vérité légale qu’un homme est coupable quand il a été légalement condamné et c’est aussi la vérité légale, paraît-il, que cet homme est coupable et qu’il a été légalement jugé lorsque son pourvoi en révision a été rejeté ; mais cela ne dit pas si la communication, inconnue à l’heure où le pourvoi en révision a été formé, si la communication d’une pièce secrète, en dehors de toutes les garanties légales, a été faite ou non.

86Et à cette question, posée par les représentants responsables du pays, au gouvernement responsable, pourquoi s’est-on refusé toujours à faire une réponse claire ? Je me trompe ; M. Méline, M. le président du Conseil, m’a répondu : « Je ne peux pas vous répondre sans servir vos calculs… » Il paraît que c’est un calcul, dans le pays de la Déclaration des droits de l’homme, d’affirmer que l’on ne peut pas être jugé sur des pièces secrètes !

87Mais il m’a dit, et ses paroles sont au Journal officiel : « On vous répondra ailleurs… » Ailleurs ! Je pensais que ce serait à la cour d’assises, et il est vrai qu’on m’a dit qu’ici, comme par surprise, la vérité avait fini enfin par sortir de terre ; mais je ne sache pas qu’aucun des représentants responsables du pouvoir soit venu ici, pas plus qu’au Parlement, répondre à la question que le pays a le droit de poser, et il est vraiment prodigieux qu’un pays qui se croit libre ne puisse savoir si la loi a été respectée, ni dans le palais où l’on fait la loi, ni dans le palais où on l’applique.

88Eh bien, cette violation, on la devine, tout le monde la pressent ! Il n’y a pas à la Chambre quatre députés qui en doutent ; et pourquoi n’en parlent-ils pas, et pourquoi n’agissent-ils pas ?… L’autre jour, lorsque très simplement j’ai posé cette question décisive, il y avait un petit groupe d’amis, quinze ou vingt, qui me soutenait, et, dans l’ensemble de la Chambre, silence passif ! Mais quand je suis descendu de la tribune, dans les couloirs, là où l’âme parlementaire retrouve son élasticité et sa liberté, dans les couloirs, des députés sans nombre, de tous les groupes et de tous les partis, me disaient : « Vous avez raison, mais quel dommage que cette affaire ait éclaté quelques mois avant les élections ! »

89Eh bien, je crois qu’ils se trompent ! Je crois que, malgré tous les brouillards qui passent sur lui, malgré toutes les injures et toutes les menaces, je crois que ce pays aura encore la franchise de la lumière et de la vérité. Mais si la vérité devait être vaincue, il vaut mieux être vaincu avec elle que se faire le complice de toutes ces équivoques et de tous ces abaissements ! (Approbation.)

90Mais, messieurs, il n’y a pas eu seulement violation de la loi. Cette violation, elle s’est accomplie dans des circonstances particulièrement aggravantes ; non seulement le ministre de la Guerre a communiqué, on n’en doute plus aujourd’hui, une pièce secrète, dans des conditions qui n’étaient pas légales, mais il n’a même pas pris ce que j’appellerai les précautions humaines contre l’erreur, il n’a même pas consulté à titre amical, à titre officieux, ses collègues du Ministère !

91J’ai entendu dire – je viole ici le secret professionnel des autres (sourires) –, j’ai entendu dire par M. Charles Dupuy, j’ai entendu dire par M. Delcassé, qui étaient alors ministres avec le général Mercier, qu’on n’avait parlé au Conseil des ministres, comme pièce secrète, que du bordereau, qu’aucune allusion n’avait été faite à d’autres pièces secrètes, à celles dont on a parlé depuis…

92(Depuis un moment, M. Jaurès est tourné plutôt vers le fond de la salle que vers le jury.)

93M. Le Président : Voulez-vous vous adresser à MM. les jurés ?...

94M. Jaurès : Oh !... Je vous demande pardon, monsieur le Président !

95Eh bien, messieurs les jurés, il résulte donc de ce fait, non seulement que la communication a été illégale, mais qu’un homme, un seul, sans consulter officieusement ses amis, a pris sur lui de jeter dans la balance du procès une pièce dont seul il avait osé mesurer la valeur. Je dis que cet homme, malgré l’éclat des services et des galons, malgré la superbe du pouvoir, cet homme est un homme, c’est-à-dire un être misérable et fragile, fait de ténèbres et d’orgueil, de faiblesse et d’erreur, et je ne comprends pas ce qui, dans ce pays républicain, un homme, un seul, ose assumer sur sa seule conscience, sur sa seule raison, sur sa seule tête, de décider de la vie, de la liberté, de l’honneur d’un autre homme ; et je dis que si de pareilles mœurs, de pareilles habitudes étaient tolérées dans notre pays, c’en serait fait de toute liberté et de toute justice ! (Sensation.)

96Et voilà pourquoi les citoyens comme M. Zola ont eu raison de se dresser et de protester. Pendant que le gouvernement, prisonnier de ses combinaisons, intriguait ou équivoquait, pendant que les partis parlementaires, prisonniers de la peur, se taisaient ou abdiquaient, pendant que la justice militaire installait l’arbitraire du huis clos, des citoyens se sont levés dans leur fierté, dans leur liberté, dans leur indépendance, pour protester contre la violation du droit et c’est le plus grand service qu’ils aient pu rendre à notre pays.

97Ah, je sais bien que M. Zola est en train d’expier par des haines et des attaques passionnées ce noble service rendu au pays, et je sais aussi pourquoi certains hommes le haïssent et le poursuivent !

98Ils poursuivent en lui l’homme qui a maintenu l’interprétation rationnelle et scientifique du miracle ; ils poursuivent en lui l’homme qui a annoncé, dans Germinal, l’éclosion d’une humanité nouvelle, la poussée du prolétariat misérable germant des profondeurs de la souffrance et montant vers le soleil ; ils poursuivent en lui l’homme qui vient d’arracher l’État-Major à cette irresponsabilité funeste et superbe où se préparent inconsciemment tous les désastres de la patrie. (Bruit.) Aussi, on peut le poursuivre et le traquer, mais je crois traduire le sentiment des citoyens libres en disant que devant lui nous nous inclinons respectueusement. (Mouvement prolongé.)

« L’heure décisive », La Petite République, 26 septembre 1898

99[…] qu’on le veuille ou non, la révision est inévitable. Si elle ne se fait pas selon la procédure légale, elle se fera au hasard de chaque jour, sur la poussée des événements, sous le choc des passions irrésistibles.

100Pour des républicains avisés et fermes, il est clair que la révision est le seul moyen d’arracher le pays à toutes les surprises et à toutes les violences.
J’ajoute qu’aujourd’hui, le patriotisme nous en a fait un devoir étroit.

Discours à la Chambre des députés, 6 et 7 avril 1903. In Le Parlement et l’affaire Dreyfus, op. cit., p. 256-261

101Messieurs, la question qui se pose est celle-ci […] : il s’agit de savoir si la Chambre ne jugera pas utile de faire la réponse que n’a pas faite sa commission ; il s’agit de savoir si nous accepterons indéfiniment ce système de calomnies, et lorsque nous élevons ici la parole pour répondre et pour protester, il y a des hommes même dans le parti dont je suis qui nous disent : « Prenez garde, il ne faut pas rouvrir une agitation qui a été close ! »

102Et moi, je dis qu’il ne faut pas être dupes de la tactique perfide de l’ennemi. (Très bien ! très bien ! à l’extrême gauche et à gauche.) Il prétend clore l’agitation pour nous et la continuer pour lui-même, il a donné de l’amnistie une interprétation unilatérale. Au nom de la politique d’amnistie, il prétend nous interdire de continuer, dans l’intérêt de ce que nous avons cru et de ce que nous croyons être la vérité et le droit, des recherches légitimes et lui, il ne laisse passer aucune occasion d’exploiter contre nous ce qui a pu rester encore d’obscurité dans les esprits. […]
Messieurs, je pourrais répondre que si quelque chose a pu, au procès de Rennes, étonner et scandaliser, c’est la faiblesse de ce gouvernement dont vous dénoncez les violences prétendues. (Exclamations à droite et au centre.)

103Il y a eu ce fait sans précédent que l’arrêt de la Cour de cassation proclamant, toutes Chambres réunies, que tout : l’écriture, le papier, indiquaient que le bordereau sur lequel Dreyfus fut condamné... (Nouvelles rumeurs au centre et à droite. Applaudissements à gauche et à l’extrême gauche.)

104Il est étonnant que, devant les hommes qui ont si longtemps réclamé contre nous le respect de la chose jugée, je ne puisse pas rappeler les décisions de la Cour de cassation. (Applaudissements à gauche.)

105Il est extraordinaire et sans précédent que l’arrêt qui attribuait à Esterhazy le bordereau sur lequel en 1894 Dreyfus avait été condamné n’ait pas trouvé dans l’organe du ministère public à Rennes le défenseur qui était dû à la Cour de cassation. (Applaudissements à l’extrême gauche et à gauche.)

106Je ne veux pas m’attarder aux détails de la procédure et je ne veux pas toucher au fonctionnement du mécanisme judiciaire, mais je veux dire ici, nettement, jusqu’au bout, à ceux qui nous ont accusés d’être le parti de l’étranger, à ceux qui dans l’enquête même ont renouvelé cette accusation, à ceux qui triompheront demain, si votre faiblesse laisse passer sans protestations et sans sanctions cette flétrissure inscrite contre nous dans des documents officiels (applaudissements sur les mêmes bancs), je veux rappeler à ceux qui nous accusent d’être le parti de l’étranger que, moins que d’autres peut-être, ils ont le droit de porter contre nous cette accusation, car, si je voulais, moi aussi, recourir après vous à ces violences de vocabulaire, je dirais que le vrai parti de l’étranger, c’est celui qui pendant quatre ans, dans l’intérêt de ses combinaisons, a fait appel par le faux à la signature d’un souverain étranger. (Nouveaux applaudissements.)

107Je veux démontrer devant cette Chambre et devant le pays que, en effet, pendant quatre ans, toute la presse nationaliste, plusieurs des orateurs du parti catholique, toute la grande presse catholique ont affirmé qu’il existait, à la charge du condamné de 1894, une lettre, une note écrite et signée de la main de Guillaume II lui-même et accablante pour l’accusé.
Messieurs, c’est l’histoire de la légende monstrueuse créée autour de ce faux et c’est l’histoire de ce faux lui-même, centre de la légende, que je veux suivre pas à pas. Je serai obligé d’infliger à la Chambre, contre mon gré, de trop nombreuses et trop longues lectures. J’espère que je pourrai la dédommager, au cours de mon exposé, par la communication d’un document inédit et bref. (Interruptions sur divers bancs. Mouvements divers.)

108Je prie nos amis de ne pas s’émouvoir de quelques interruptions et je prie mes adversaires eux-mêmes de ne pas se hâter ; car s’ils protestaient trop vite ce n’est pas contre moi, ce n’est pas contre mes affirmations, c’est contre les affirmations multipliées et prolongées où leurs amis politiques ont engagé leur responsabilité et leur honneur qu’ils se trouveraient avoir protesté.

109Nous avons le droit et le devoir de le connaître, et nous avons en même temps le devoir de condamner par un vote précis l’abominable système de calomnie électorale par lequel on a essayé de ruiner le crédit du parti républicain dans la conscience même de la patrie. (Nouveaux applaudissements sur les mêmes bancs.) Nous avons le devoir d’y mettre un terme et de prouver au parti nationaliste déclinant que son impuissance d’aujourd’hui ne doit pas être une excuse à ses méfaits d’hier. (Vifs applaudissements à gauche. Interruptions à droite.)

110M. Firmin Faure : Si vous n’aviez pas eu la candidature officielle vous ne seriez pas ici.

111M. Jaurès : Si vous ne le faisiez pas, vous consacreriez vous-mêmes une jurisprudence électorale, politique, de calomnie meurtrière allant jusqu’aux racines mêmes de la vie nationale de ce pays. Que le parti qui a, depuis cinq ans, la responsabilité de tant de fautes commises, de tant de faux accumulés, que ce parti ait osé contre nous, contre la République, se dresser en accusateur ; si vous le tolériez, ce serait la stupeur de l’histoire, le scandale de la conscience et la honte de la raison. (Applaudissements vifs et répétés à l’extrême gauche et à gauche. Bruit prolongé à droite. L’orateur, de retour à son banc, reçoit les félicitations de ses amis.)

Jules Lemaître (L 1872)

Première Conférence, Paris, Bureaux de la « Patrie française », 1899

112Notre âme n’est pas distincte de celle de l’armée. L’armée, c’est la nation ramassée et debout pour assurer sa propre durée. C’est peut-être, par la très grande majorité de ses chefs, le meilleur de la nation et c’est tout à tour, par ses soldats, la nation entière. (Applaudissements prolongés.) […] La Ligue pour la Patrie française aimera donc l’armée et elle ne craindra pas de mettre dans cet amour un peu d’intransigeance. Ce crédit fait à l’armée lui profitera : nos officiers voudront de plus en plus n’être pas inégaux à l’opinion que nous avons d’eux. Et la Ligue, au besoin, défendra l’armée contre les projets qui tendraient à en affaiblir l’organisation et, par exemple, à lui enlever ou à réduire sa juridiction propre, qui est une des conditions de son existence même. (Vifs applaudissements.)

113[…]

114La question qui divise la France – en deux camps fort inégaux – n’est pas, Dieu merci et quoi qu’on ait dit, une question de morale : c’est une question de fait. Il ne s’agit pas de savoir s’il est permis de punir un innocent (la question est résolue et, pour ainsi dire, de toute éternité), mais de savoir si l’ex-capitaine est innocent ou coupable. (Applaudissements.)

115Or, non seulement cette question de fait a été légalement tranchée par le tribunal compétent : mais, par sa nature même, ce fait échappe à l’appréciation des particuliers. (Très bien !) Nous, simples citoyens, nous n’avons ni qualité pour établir la qualité dans cette affaire, ni moyen personnel de l’atteindre : par suite, nous n’avons même nullement le devoir de la rechercher pour notre compte. Mais, en outre, les moyens de la saisir nous faisant défaut, où prendrions-nous le droit d’affirmer si violemment que nous la tenons et que les juges compétents, infiniment mieux informés que nous, l’ont ou méconnue ou méprisée ? (Vifs applaudissements.)

116[…]

117Ils ont goûté le plaisir de découvrir eux-mêmes, pensaient-ils, par la « libre recherche », la vérité, et une vérité insoupçonnée du vulgaire, et d’appliquer leurs excellentes « méthodes scientifiques » à un cas qui justement n’en comportait pas à l’emploi, puisqu’ils en étaient réduits, comme nous, aux conjonctures et aux impressions. Ils n’ont pas vu, ces critiques distingués, qu’ils manquaient ici, précisément, à toutes les règles du doute méthodique. Mais la vanité de paraître atteindre et voir ce qui échappe au troupeau les a comme grisés ; ils se sont enfoncés de plus en plus dans leur sentiment propre ; ils n’en ont plus voulu démordre. Chez quelques-uns, on peut flairer encore une vieille défiance, une antipathie instinctive, secrète, inavouée d’homme d’étude et de cabinet, non pas précisément contre l’armée elle-même, que ces personnes si intelligentes ne confondent certes pas avec la force brutale, mais contre l’armée en tant que son appareil extérieur est, en effet, celui de la force brutale, en tant que ses allures et ses mœurs peuvent offenser un scribe, et dans la mesure où la hiérarchie des vertus diffère pour un mandarin et pour un soldat, celui-ci mettant nécessairement au premier rang la discipline, l’abnégation, le courage dans l’action physique. L’excuse enfin de plusieurs, non des moins respectables, mais non des moins ardents, c’est une tendance héréditaire – et très honorable en soi – à la protestation, à la revendication chronique, à une défensive inquiète et ombrageuse : tendance bien compréhensible chez des petits-fils de persécutés et par où ils nous font payer indéfiniment les crimes de nos pères contre leurs aïeux : à quoi nous n’avons plus qu’à nous résigner… (Applaudissements.) Oui, plus j’y songe, et plus je vois que, dans cette affaire, on a beau déguiser ses instincts en raisonnements, les hommes les plus cultivés et les plus savants sont mus, en réalité, par des instincts cachés, peut-être ignorés d’eux-mêmes, bien plus que par la raison.

Claude-Eugène Maître (L 1895)

Lettre ouverte à Gabriel Monod, Le Temps, 17 novembre 1897

118Indigné des attaques injurieuses dont vous avez été l’objet dans différents journaux, les élèves de l’École normale supérieure tiennent à vous exprimer la respectueuse sympathie qu’ils ont pour votre personne et pour votre caractère. (Suivent les signatures de tous les élèves de l’École.) Veuillez, etc.

119Cl.-E. Maître, élève de troisième année

Gabriel Monod (L 1862)

Lettre adressée au Temps, 5 novembre 1897

120Versailles, le 3 novembre 1897
Monsieur le Directeur,
En arrivant ce matin de Rome, j’apprends que divers journaux ont prononcé mon nom à propos de l’affaire Dreyfus et qu’on est venu chez moi pour m’inviter à faire connaître mon opinion. Bien que, depuis plusieurs mois, je sois arrivé, en effet, à la conviction que le capitaine Dreyfus avait été victime d’une erreur judiciaire, je n’ai pas cru de mon devoir de donner aucune publicité à cette opinion, et cela pour deux raisons.

121D’abord, je ne me croyais pas le droit de jeter le trouble dans les consciences et d’accuser d’erreur des autorités militaires que je respecte, sans être sûr de pouvoir provoquer la révision du procès et faire reconnaître la vérité. Or, pour cela, des preuves positives, l’indication de la trace des vrais coupables étaient nécessaires. Je n’avais que des preuves négatives et des certitudes morales. En second lieu, l’initiative des démarches de ce genre ne devait pas venir d’un fonctionnaire du corps enseignant. Un homme politique ou un publiciste auraient seuls, me semblait-il, toute l’indépendance et toute l’autorité nécessaires pour agir.

122J’espérais, de plus, que cette initiative viendrait d’un catholique, et qu’un nouveau Voltaire surgirait pour défendre ce nouveau Calas. J’aurais craint que ma qualité de protestant et les stupides attaques que m’ont souvent values cette qualité et le nom que j’ai l’honneur de porter, diminuassent auprès d’un certain public la valeur de mes jugements. Mais, puisque je suis aujourd’hui directement mis en cause, je pense qu’il y aurait lâcheté de ma part à ne pas dire comment j’ai été amené à croire à l’innocence du capitaine Dreyfus.

123Quand sa condamnation fut prononcée, j’ai cru, comme tout le monde, à sa culpabilité, bien que j’eusse été troublé et écœuré par la passion haineuse avec laquelle une partie de l’opinion et de la presse l’avait déclaré coupable dès le premier jour, avant même de savoir de quoi il était accusé, et accablait sa famille et celle de sa femme d’insultes et de calomnies. Je ne pouvais admettre qu’un officier français pût être déclaré coupable du plus abominable des crimes sans avoir été convaincu par des preuves irrécusables qui l’auraient réduit au silence ainsi que son défenseur.

124Mais bientôt des doutes naquirent dans mon esprit, quand je vis le capitaine Dreyfus proclamer son innocence, en présence d’une foule en furie, avec un calme et une fermeté d’âme qu’un coupable aurait pu difficilement affecter, et maître Demange affirmer avec plus d’énergie que jamais que son client était victime d’une effroyable méprise ; quand je constatai que dans les hautes sphères politiques, dans le monde judiciaire et même dans le monde militaire, des hommes prudents et bien informés hésitaient à croire à la culpabilité ; quand enfin des témoins sûrs me firent connaître tous les antécédents de Dreyfus, sa situation et ses relations.

125[…]

126On a prétendu que je m’étais posé en défenseur de Dreyfus. Je n’ai pas cru, et j’ai dit plus haut pourquoi, que je fusse destiné à jouer ce rôle. C’est un besoin personnel de conscience, un pur scrupule de justice qui m’a contraint à m’éclairer sur cette douloureuse affaire. Je puis me tromper ; je dirai même : je voudrais qu’on me démontrât que je me trompe, car j’échapperais ainsi à cette torture de penser que mon pays a condamné un innocent à une telle peine pour un tel crime.

127Mais je ne crois pas me tromper ; je ne crois pas avoir cédé, en me persuadant de l’innocence de Dreyfus, à un donquichottisme chimérique, ni avoir été aveuglé, moi, descendant des persécutés, par l’indignation que j’ai éprouvée en voyant se mêler ces haines de religion et de race à une pure question de justice et de patriotisme, et par le désir de défendre un juif dans un temps où les juifs sont l’objet de préjugés cruels et de mesquines persécutions.

128Je ne suspecte d’ailleurs nullement la bonne foi et l’impartialité des honorables officiers qui composaient le Conseil de guerre. Je suis convaincu qu’ils ont condamné Dreyfus avec douleur, pour obéir à leur conscience. Mais quiconque a étudié les annales judiciaires sait que tout tribunal est faillible, et il suffit de se rappeler dans quelles conditions s’est produit et s’est développé le procès Dreyfus pour comprendre et excuser l’erreur commise alors par les juges, s’ils en ont commis une.

129Quant à ceux qui prétendent que la révision du procès serait une insulte à l’armée, je ne sais ce qu’ils veulent dire. Aucune honte ne saurait être attachée à une erreur consciencieusement commise et consciencieusement réparée.

130Toute l’armée ne se réjouirait-elle pas au contraire de voir le corps impeccable de nos officiers d’artillerie lavé de la tache que la trahison présumée du capitaine Dreyfus a fait rejaillir sur lui ?
Veuillez agréer, etc.

131Gabriel Monod, membre de l’Institut

Lettre à Claude-Eugène Maître, Le Siècle, 14 novembre 1897

  • 3 Voir la lettre de Claude-Eugène Maître (L 1895), supra, p. 92.

132Mon cher ami
Je regrette que mon absence momentanée de Versailles (où je retourne demain) ne m’ait pas permis de répondre immédiatement à votre lettre3 et de vous remercier, ainsi que vos camarades, de votre sympathie. Cette sympathie unanime m’est d’autant plus précieuse que beaucoup d’entre vous, certainement, ou pensent que je me trompe ou ne croient pas pouvoir formuler d’opinion sur une question aussi compliquée et aussi obscure. Mais vous saviez tous, et vous avez voulu m’en donner le témoignage public, que, si j’avais cru devoir élever la voix, c’était parce que ma conscience ne me permettait pas de vivre autrement.

133Vous êtes destinés à vivre dans un temps où les violences et la corruption d’une partie de la presse, toujours prêts à accuser des mobiles les plus bas ceux qui ne pensent pas comme la foule, dégoûtent les âmes délicates de toute activité publique, les poussent à se renfermer dans les tours d’ivoire de la science ou de la famille, et deviennent ainsi maîtresses d’égoïsme et de lâcheté. On n’ose plus prendre aucune responsabilité par crainte des attaques et des calomnies.

134Vous vous préserverez de cette faiblesse et de ces abandons et vous formerez pour l’avenir des générations plus fortes que les nôtres qui sauront avoir le courage de leur opinion et le respect de celle d’autrui et qui garderont à la France son vieux renom de générosité et de courage.
Recevez encore une fois, mes chers jeunes camarades, l’expression [...].

Lettre adressée au directeur du Temps, 8 février 1898 [Rome]

  • 4 André Lebon enseignait à l’École libre des sciences politiques, dont était diplômé le fils de Gabr (...)

135Je viens de lire dans L’Aurore du 6 février la lettre que mon fils, Édouard-Gabriel Monod, adresse à M. Lebon, ministre des Colonies4. Quoiqu’il me soit pénible, dans un pareil moment, de devoir blâmer un acte inspiré par la chaleur juvénile d’une âme généreuse, je tiens cependant à déclarer que, si mon fils est intervenu publiquement dans les graves et douloureuses polémiques suscitées par l’affaire Dreyfus, il l’a fait à mon insu et contre mon avis formel. Je crois que des manifestations comme celle qu’il vient de faire ne peuvent avoir que des effets fâcheux. Je suis plus convaincu que jamais que la révision du procès Dreyfus est indispensable au point de vue de la légalité comme à celui de l’équité, et je suis certain que cette révision aura lieu tôt ou tard. Mais je suis convaincu aussi que cette révision est une affaire judiciaire qui doit être poursuivie par les voies judiciaires et non devenir une affaire politique livrée aux violences de la presse et de la rue. Je suis convaincu que les attaques contre le gouvernement et contre l’armée, aussi bien que les excitations aux haines de race et de religion, non seulement créent un danger national en accroissant le trouble des esprits, en compromettant la sécurité et la prospérité du pays, mais encore retardent le moment où la révision pourra être faite avec le calme et l’impartialité sans lesquels elle ne pourrait apporter aux consciences ni lumière ni paix.

136Veuillez, je vous prie, donner accueil dans Le Temps à cette lettre et croire à mes sentiments de bonne confraternité.

137Gabriel Monod, directeur de la Revue historique, membre de l’Institut

« L’affaire Dreyfus et l’étranger », Le Siècle, 25 avril 1902

138À quelles singulières aberrations mentales et morales peut conduire la passion politique, surtout quand le fanatisme clérical s’y mêle ! Voilà M. Jules Lemaître qui accuse M. Waldeck-Rousseau et ses collègues d’être vendus à nos ennemis de l’étranger, parce qu’ils ont désiré l’acquittement d’un officier injustement accusé de trahison. Cet homme d’esprit, ce dilettante, cet académicien transformé, on ne sait sous quelle influence, en énergumène, ne peut croire à l’accusation qu’il lance. Mais tout n’est-il pas permis en matière de lutte électorale ? Et s’il réfléchissait un instant, ne verrait-il pas que son argument se retourne contre lui et en faveur du ministère qu’il attaque ? […]

139Qui donc, à l’étranger, s’est réjoui de la seconde condamnation de Dreyfus, sinon les ennemis de la France, ravis de voir notre justice militaire fouler aux pieds la justice malgré l’évidence ; sacrifier les intérêts de l’armée et de la patrie à des intérêts de personnes et de caste, et le virus de cette monstrueuse affaire qu’on croyait presque expulsé, refoulé dans les veines de la nation pour la corrompre et la débiliter ?

140Les vrais complices de nos ennemis de l’étranger, ce sont ceux qui ont empêché de mettre au grand jour les crimes du véritable traître et de ses amis, qui, en faisant condamner un innocent, totalement inconnu aux Schwarzkoppen et aux Panizzardi, ont épargné à ceux-ci l’ennui de voir révéler le détail de leurs manœuvres avec Esterhazy, qui ont empêché l’armée de se débarrasser de ses membres véreux et l’ont privée de quelques-uns de ses officiers les plus capables et les plus dévoués. Si M. de Galliffet, qui, pourtant savait et disait Dreyfus innocent, n’a pas compris tout cela, s’il a vraiment écrit la lettre que lui attribue M. Lemaître, s’il n’a voulu rien faire pour empêcher le conseil de guerre de Rennes d’ajouter à une procédure illégale une sentence inique, et s’il a refusé de faire réformer cette sentence, cela prouve qu’on peut-être un héroïque soldat et se méprendre étrangement sur ses devoirs de ministre, de chef de l’armée et de citoyen.

141Gabriel Monod, membre de l’Institut

Charles Péguy (L 1894)

« Lettre à Émile Zola », L’Aurore, 23 janvier 1898. In Œuvres en prose complètes, Paris, Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiade », t. I, 1987, p. 45

142Puisque plusieurs parlementaires, soi-disant socialistes, se refusent à marcher droit, nous voulons, nous, les jeunes socialistes, sauver d’eux l’idéal socialiste. Les socialistes, sous peine de déchéance, doivent marcher pour toutes les justices qui sont à réaliser. Ils n’ont pas à considérer à qui servent les justices réalisées, car ils sont désintéressés ou ils ne sont pas. Ils n’ont pas non plus à prétexter les injustices passées pour se refuser à la justice présente, parce que c’est là de la vengeance et du talion, non pas de la justice.

143Pour ces raisons, nous saluons comme les futurs citoyens de la cité socialiste les hommes de métier, les ouvriers manuels et intellectuels, en particulier les universitaires, qui ont quitté leurs travaux ordinaires pour travailler à l’entier recouvrement de la justice. [...]

Gabriel Séailles (L 1872)

Déposition au procès Zola, 19 février 1898. In Le Procès Zola, op. cit., t. 11, p. 181-182

144MeLabori : J’avais maintenant à faire entendre M. Gabriel Séailles, qui n’est pas là, mais qui m’a envoyé sa déclaration. Monsieur le Président veut-il la lire ou me permettre de la lire, en vertu de son pouvoir discrétionnaire ?

145M. Le Président : En vertu de mon pouvoir discrétionnaire, je vous autorise à la lire.
M. Le greffier : Est-ce que Me Labori renonce à sa déposition orale ?

146MeLabori : Oui.

147Ceci est la déclaration que m’a fait parvenir M. Gabriel Séailles, professeur de philosophie à la Sorbonne :

148« Pourquoi j’ai signé »

149Homme d’étude, je ne puis apporter ici que le témoignage de ma conscience libre et sincère. Après le procès Dreyfus, l’idée ne m’est pas venue un instant de mettre en doute la légalité de l’arrêt rendu contre lui. Je ne voudrais pas diminuer l’initiative de M. Zola, mais ce n’est pas lui qui a ouvert ce débat ; celui qui l’a ouvert, c’est celui qui a mis au journal Le Matin le fac-similé du fameux bordereau.

150Ce jour-là, la question a été portée devant l’opinion publique ; il a été fait appel à la conscience de chacun de nous. On n’échappe pas à la logique des faits. D’autres événements ont surgi, d’autres documents nous ont été présentés, on nous a montré une écriture qui, de l’aveu de son auteur, offrait avec celle du bordereau une effrayante ressemblance. Nous avons assisté à un procès dont la marche nous a étonnés, les témoins s’y changeant en accusés. Nous avons lu un acte d’accusation qui nous a déconcertés, parce que nous avons vainement cherché ce que nous croyions y trouver. On peut se condamner au silence, mais on ne peut pas s’empêcher de penser. Quelque dépit que j’en eusse, mon esprit revenait sur les données qui lui avaient été fournies et mes idées se résumaient dans ce dilemme : de deux choses l’une, ou Dreyfus a été condamné sur le bordereau, c’est-à-dire sans preuve, ou il a été condamné sur des pièces secrètes non communiquées à la défense, c’est-à-dire illégalement. Ce jugement, presque involontaire, m’est tombé lourdement sur le cœur.

151Si la loi, qui est notre garantie à tous et que nous pouvons avoir à invoquer demain, doit être toujours respectée, ne doit-elle pas l’être surtout quand, dans un individu, ce sont des milliers d’individus qu’on prétend condamner et déshonorer !

152Comment j’ai été amené à signer la protestation ? le voici : je venais de corriger une leçon de morale faite par un étudiant ; j’avais dit à ces jeunes gens ce que tous, j’en suis assuré, vous voulez qu’on leur dit : que la personne humaine est sacrée, que la justice est intangible, qu’elle ne peut être sacrifiée ni à la passion ni à l’intérêt, de quelque nom qu’on les décore ; je leur avais dit que la justice n’est pas une servante qu’on sonne quand on a besoin de ses services ; elle est la grande image qui doit planer au-dessus du conflit des passions et des intérêts parce que, seule, elle en peut être la pacificatrice.

153Je suis rentré dans mon cabinet, un étudiant m’a apporté une pétition, j’ai signé. Notre enseignement serait sans intérêt si nous n’étions pas prêts à le confirmer par nos actes. Je n’ai pas qualité pour parler au nom de l’université ; il faudrait une voix plus autorisée que la mienne. Le conflit douloureux de devoirs qui a troublé tant de consciences nous a divisés, mais nous avons trop l’estime les uns des autres, nous avons trop de respect des pensées sincères pour nous traiter d’abord de coquins ou d’imbéciles. Si, maintenant, vous avez trouvé sur la liste tant de noms d’universitaires, ce n’est pas par esprit de révolte, c’est que ces braves gens, qui, le moment venu, sauraient défendre l’intégrité du territoire, considèrent comme leur devoir professionnel de maintenir une autre intégrité, qui n’est pas moins précieuse, celle de la conscience nationale.

154Mais, puisque le nom de l’université a été prononcé, entendons-nous bien ! Nous respectons et nous aimons l’armée ; sur ce point, nous sommes tous unanimes : nous nous considérons comme les ouvriers de la même œuvre, les serviteurs de la même cause, je dirais les soldats du même combat. L’armée de la France, l’armée de la France mutilée, c’est la force au service du droit. Jamais nous n’avons séparé la cause du droit de la cause de l’armée. Plaise à Dieu que nous nous trouvions bientôt réconciliés dans la pensée supérieure de la patrie et que cesse enfin la douleur de se voir retirer les unes des autres tant de mains françaises, qui toutes devraient s’entendre, se rapprocher et s’unir pour une action commune et fraternelle !

155Pour la bonne foi de M. Zola, les épreuves mêmes qu’il subit suffisent à l’attester ; il a agi avec son tempérament, à la façon d’un homme qui, enfermé dans une chambre où l’air devient étouffant, se précipite vers la fenêtre et, au risque de s’ensanglanter, enfonce la vitre pour appeler un peu d’air et de lumière.

Notes

1 Voir infra, p. 169 sq.

2 « Étude critique d’après les comptes rendus sténographiques du Conseil de guerre (affaire Esterhazy), de la cour d’assises (affaire Zola), de la Cour de cassation (révision du procès Dreyfus et règlement des juges). Précédée d’une lettre au général Zurlinden, gouverneur de Paris, ancien ministre de la Guerre. »

3 Voir la lettre de Claude-Eugène Maître (L 1895), supra, p. 92.

4 André Lebon enseignait à l’École libre des sciences politiques, dont était diplômé le fils de Gabriel Monod. Sa lettre fut publiée dans L’Aurore le 6 février 1898.

© Éditions Rue d’Ulm, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540