Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Études et la guerre

 | 
Stéphane Israël

Épilogue. Présence de la guerre après l’Occupation (1944-1946)

Texte intégral

1Le 22 août 1944, Jérôme Carcopino, qui avait pourtant eu la prudence, ou l’opportunisme, de faire hisser les couleurs nationales sur le fronton du 45 rue d’Ulm, est arrêté dans son bureau par un groupe de FFI et conduit au vélodrome d’Hiver où il retrouve, avec Sacha Guitry et quelques autres, le ghota de la collaboration parisienne. Il est alors blessé à la tête de plusieurs coups de matraque. Cette date marque pour l’ancien ministre de Vichy le commencement d’un long chemin de croix judiciaire qui, de la prison de Fresnes à l’instruction de son dossier par la Haute Cour de justice en passant par sa mise à la retraite d’office de l’enseignement supérieur, ne trouve un terme qu’en juillet 1947, avec le non-lieu qui met fin aux poursuites engagées à son encontre à la Libération.

2Carcopino frappé d’infamie, l’École normale supérieure se verrait-elle reprocher d’avoir été dirigée par un ministre de Vichy durant toute l’Occupation ? Critiquerait-on l’institution pour avoir donné à la collaboration certaines de ses figures les plus emblématiques, telles que Marcel Déat ou Robert Brasillach ? La traîtrise de certains clercs ne fournissait-elle pas des arguments à ceux qui estimaient que les élites avaient failli et qu’il fallait en finir avec les grandes écoles ? Ou, à l’inverse, retiendrait-on de la rue d’Ulm la déportation de son directeur adjoint et de son secrétaire général, ainsi que le martyre d’un nombre important de ses élèves et anciens élèves, parmi lesquels se détachent les noms de Pierre Brossolette et de Jean Cavaillès ? Et caractériserait-on alors l’esprit normalien par un goût pour la liberté et un attachement aux valeurs universelles qui justifiaient la pérennité de la rue d’Ulm, malgré le petit nombre de ses élèves ?

  • 1 Il est formellement élu directeur de l’ENS par le conseil de l’université de Paris le 16 décembre (...)

3Possible en théorie, le conflit de mémoire bascule très vite dans les faits en faveur de la seconde interprétation, favorable à l’École. Albert Pauphilet, membre de la résistance universitaire, est nommé directeur par un décret du 20 août 19441.

  • 2 Sur ce point, cf. J.-F. Sirinelli, « La Khâgne », in P. Nora (dir.), Les Lieux de mémoire, II. La (...)

4Les nouvelles autorités politiques décident de maintenir le système des grandes écoles2. Deux ans après la Libération, en juin 1946, le cent cinquantenaire de l’École normale supérieure est célébré avec fastes : à cette occasion, Marcel Prenant prononce un discours dans le grand amphithéâtre de la Sorbonne, où il fait l’éloge de la participation des élèves et anciens élèves à la Résistance. Entre-temps, la rue d’Ulm a retrouvé tous les normaliens que l’Occupation avait éloignés ou dispersés, quand d’autres, soucieux de démontrer leur esprit civique, se sont engagés dans les armées régulières pour finir la guerre. Des polémiques naissent, les normaliens pétitionnent et contre-pétitionnent au sujet du cas Carcopino. Bref, dans les deux années qui suivent la fin de l’Occupation, si la Seconde Guerre mondiale est encore dans toutes les têtes, l’avenir de l’École n’en est pas moins garanti.

ON TERMINE LA GUERRE ?

Albert Pauphilet, nouveau directeur de l’École normale supérieure

5Dans les années 30, un radical avait été nommé à la direction de l’École ; aux beaux jours de la Révolution nationale, ce fut un pétainiste ; à la Libération, ce ne pouvait être qu’un résistant. Le successeur de Jérôme Carcopino, Albert Pauphilet, a été membre du Front national universitaire et a passé une partie de l’année 1943-1944 dans la clandestinité. Il siège dans la commission d’épuration de l’enseignement supérieur, aux côtés de professeurs qui ont fait partie du jury d’admission à l’École, comme Henri Bédarida et Jean-Marie Carré, ou qui y ont enseigné, comme le mathématicien Georges Valiron et le physicien Joseph Pérès. Mais, comme ses prédécesseurs, Pauphilet est d’abord un universitaire reconnu par ses pairs. Né à l’Île-Saint-Denis le 13 avril 1884, ce fils d’employé de librairie et de directrice d’école communale a franchi tous les échelons de la méritocratie républicaine, depuis son admission rue d’Ulm (L 1905) jusqu’à son élection en Sorbonne à la chaire de littérature française préclassique en 1937. Pendant l’Occupation, il est devenu professeur délégué à l’École. Entre 1938 et 1942, il a publié trois volumes de Textes choisis du Moyen Âge dans la prestigieuse collection de la « Bibliothèque de la Pléiade ». De la même génération que Carcopino, qui est entré quatre ans plus tôt que lui à l’École, Pauphilet a combattu pendant la Première Guerre mondiale, ce qui lui a valu la Croix de guerre en 1915 et la Légion d’honneur à titre militaire en 1924. Carcopino semble d’ailleurs lui avoir accordé sa confiance lors de son directorat, puisqu’il l’a nommé responsable de l’éducation générale, discipline introduite par le gouvernement de Vichy et qui devait avoir un titulaire par établissement.

6Les premières initiatives de Pauphilet à la tête de l’École visent à assurer le retour à la légalité républicaine. Les conditions d’admission suppriment les numéros « bis » pour les élèves juifs et les fils d’étrangers. Les candidats ayant réussi aux concours de 1941 et 1942 dans cette catégorie sont nommés élèves de l’École. Claude Roussel, qui avait été exclu par Carcopino après le drame du 4 août 1944, est également réintégré dans sa qualité de normalien. Mais Pauphilet, dans le nouveau règlement général du 11 octobre 1945, va au-delà de l’annulation des mesures de discrimination. Il remet en cause le caractère obligatoire de l’internat, redonnant à la vie normalienne l’ouverture sur le monde extérieur qui était la sienne dans les années 30. De même, il abroge la réforme Carcopino du concours d’admission, qui aurait dû entrer en vigueur en 1945 et qui accordait au grec un caractère obligatoire. Dans l’ensemble, Pauphilet revient à la lettre comme à l’esprit du règlement général de 1931. Toutefois, trois innovations pédagogiques de Jérôme Carcopino sont maintenues : les conférences exceptionnelles de rentrée, les Publications de l’École normale supérieure (le second tome de la Correspondance de Lamartine paraît en 1948) et le principe d’une quatrième année.

7La question du sport offre, quant à elle, un exemple de continuité et de rupture. Le 18 janvier 1945, le directeur général de l’Éducation physique et sportive écrit à Albert Pauphilet. Se référant à un discours prononcé à l’université d’Alger le 18 décembre 1943 par René Capitant, alors commissaire à l’Éducation nationale et à la Jeunesse du Comité français de libération nationale (CFLN), à travers lequel le futur ministre du général de Gaulle insiste sur les vertus de l’éducation physique dans la formation du caractère de la jeunesse, il demande à Pauphilet d’attirer l’attention des normaliens sur la nécessité de la pratique du sport. Mais, cinq jours après, une circulaire ministérielle du 23 janvier 1945 met fin au caractère obligatoire des enseignements sportifs dans les établissements universitaires. Albert Pauphilet, qui a sans doute été sensibilisé à cet enjeu dans le cadre de ses fonctions de responsable de l’éducation générale des normaliens à partir de 1942, tient à ce que les élèves continuent à faire du sport. Dans sa réponse au directeur général de l’Éducation physique et sportive, il souligne combien la pratique du sport maintient une cohésion et un esprit de camaraderie. Rappelant les efforts entrepris par Émile Boile, il demande le maintien du caractère obligatoire du sport à l’École et avise les autorités ministérielles de son inscription comme tel dans le nouveau règlement général. Boile reste en fonction jusqu’en mai 1945, date à laquelle, nommé inspecteur, il est remplacé par monsieur Ruffin. Lancé par le Front populaire sous l’impulsion de Jean Zay et de Léo Lagrange puis consacrée par Vichy, le renforcement de la pratique sportive rue d’Ulm est donc confirmé à la Libération. Les élèves continuent pour leur part d’animer une association sportive et de participer aux compétitions de l’Office du sport scolaire et universitaire (OSSU), réorganisé dès l’automne 1945.

S’engager ou ne pas s’engager

  • 3 Lettre du 30 avril 1945 au général d’armée commandant la Ire armée française.
  • 4 Lettre du 29 avril 1945 au ministère de l’Air.

8Après le rétablissement de la légalité républicaine, la priorité de Pauphilet à l’automne 1944 est d’encourager les normaliens à participer aux derniers développements de la guerre. Dans les courriers qu’il échange quelques jours avant la capitulation de l’Allemagne nazie avec les autorités militaires, il affirme que « l’université se doit d’être présente au combat3 » et il se félicite de l’attitude des normaliens : « À l’heure actuelle, la jeunesse, et particulièrement cette élite intellectuelle dont j’ai la charge, est animée d’un plus grand désir de combattre qu’aucune des générations précédentes. La proportion très élevée des engagements volontaires le prouve4. » Qu’en est-il plus précisément ?

  • 5 Cette mesure concerne 9 élèves de la section des lettres et 12 de la section des sciences.

9Mis à part ceux de la classe 1943 qui doivent effectuer six mois de service militaire à compter de février 19455, les élèves ne sont pas tenus de participer à la poursuite du conflit. Néanmoins, certains en font le choix. Leur engagement s’effectue de trois façons différentes.

  • 6 Lettre du 28 mai 1945 au ministre de la Guerre.
  • 7 Par exemple, Yves Le Menn (L 1939) ; Maxime Lamotte (S 1939) ; François Courtès, Louis Déroche (L (...)

10Trente et un normaliens rejoignent l’École interarmes de Cherchell, en Algérie. Ils y suivent une formation militaire intensive entre décembre 1944 et mai 1945, dont ils sortent avec le grade d’aspirant. Albert Pauphilet les y encourage, jugeant que leur présence à Cherchell, aux côtés des élèves des autres grandes écoles, et en particulier de ceux de l’École polytechnique, constitue la preuve du patriotisme des normaliens6. Comme son prédécesseur, Pauphilet se montre attentif à l’égalité de traitement entre ses élèves et les polytechniciens : lorsqu’il apprend que les polytechniciens sortent de Cherchell avec le grade de sous-lieutenant, supérieur à celui d’aspirant, il demande à l’autorité militaire que les normaliens bénéficient des mêmes dispositions. Parmi les 31 élèves qui s’engagent pour Cherchell, 10 appartiennent à la section des sciences et 21 à la section des lettres. Le plus âgé est Germain Kreweras, scientifique de la promotion 1937, qui avait déjà été mobilisé en septembre 1939, les plus jeunes sont les littéraires de la promotion 1943 comme Jean Deprun, Jean Delumeau, Armand Rivat, Pierre Clément, Pierre Soudet ou encore le cacique Jacques Bompaire. Entre ces deux extrêmes, on trouve plusieurs normaliens des promotions 1939 à 19427. Comme la fin de leur instruction militaire coïncide avec la capitulation de l’Allemagne, tous ces normaliens sont alors envoyés dans les troupes d’occupation françaises en Allemagne. Ils n’ont donc pas à eu à combattre avant le 8 mai 1945.

  • 8 Lettre du 29 avril 1945 au ministre de la Guerre.

11Moins nombreux, 4 élèves s’engagent au centre d’instruction de la Ire armée : il s’agit de Michel Join-Lambert, Simon Jeune (L 1938), Jean Meunier (L 1939) et Maurice Besset (L 1940). Dans ce cas, les normaliens sont directement mobilisés comme aspirants. En avril 1945, dès la fin de leur stage dans les armées blindées, ils demandent à être versés au plus vite dans les régiments de chars de la IIe armée. Dans la lettre qu’il adresse aux autorités militaires le 29 avril 1945, Pauphilet justifie cet empressement par l’évolution de la guerre : « La marche des événements leur inspire une hâte légitime8. » Selon une démarche assez semblable, qui fait d’ailleurs la fierté de l’administration de l’École, Georges Caquot, cacique de la promotion lettres 1944 et futur professeur d’hébreu et d’araméen au Collège de France, s’engage dans l’armée de l’air pour une durée de trois ans. Mais, déçu par l’accueil qu’il reçoit durant sa période de formation, il fait part de ses réflexions sur la condition militaire au directeur qui s’empresse de les communiquer au cabinet militaire du général de Gaulle.

12Un troisième groupe d’élèves décide de rejoindre des formations combattantes dès l’automne 1944. Désirant se trouver directement sur le théâtre des opérations militaires, ils ont refusé d’aller à Cherchell. Il s’agit de Michel Herr (L 1938), Louis Ziéglé (S 1938), Maurice Didier et Roger Trousseau (L 1940), Raymond Castaing (S 1940), Robert Ruhlmann, Jean Sirinelli et Georges Tallon (L 1941), Jean Frenkel (S 1942), René Kappler et René Bissières (L 1943). Ces 11 élèves s’ajoutent aux 6 normaliens partis en Afrique du Nord courant 1943, et qui demeurent mobilisés après la Libération : Jean-Pierre Dannaud, Georges Demerson, Jean Delvert, Louis Bacquier, Marcel Boiteux et Henri Cabannes.

  • 9 Entretien relu par Jean Delumeau, qui figure en annexe de mon mémoire de DEA.

13Ainsi, à l’automne 1944, plus de 50 normaliens ont fait le choix de participer, d’une façon ou d’une autre, à la poursuite de la guerre. Pour tous, cet engagement signifie une interruption de leur scolarité, parfois au détriment de la préparation d’une agrégation déjà ajournée l’année précédente. Leur nombre significatif montre qu’ils sont conscients de la nécessité d’afficher le patriotisme de l’École. Dans les circonstances de la Libération, le pacifisme qui avait caractérisé la génération des années 20 et de la première partie des années 30 est bel et bien révolu. Néanmoins, une analyse plus fine de ces engagements montre qu’il existe une vraie différence entre le fait de rejoindre l’école de Cherchell et celui de se tourner directement vers les unités combattantes. Certes, la guerre pouvait durer et les élèves de Cherchell auraient alors pris part aux combats. Mais, dans un premier temps, ce choix les expose moins que celui des formations combattantes. De toute évidence, il est également moins dangereux de se rendre en Algérie en décembre 1944, à un moment où le théâtre des opérations militaires a traversé la Méditerranée, que deux ans auparavant. L’engagement à Cherchell fait donc preuve d’un moindre volontarisme. D’ailleurs, la plupart des élèves qui rejoignent Cherchell ont pu continuer leurs études sans interruption durant l’Occupation. C’est le cas en particulier des normaliens de la promotion 1943, qui n’ont pas été mobilisés pendant la drôle de guerre et qui n’ont pas été visés par le STO. Avec modestie et lucidité, certains considèrent leur engagement comme une sorte de « rattrapage », selon le terme employé par Jean Delumeau (L 1943) : « Pour moi, il s’agissait d’une sorte de rattrapage ; nous ne savions pas quand finirait la guerre, et il nous semblait important de ne pas rester à l’écart, d’autant plus que nous avions été relativement épargnés pendant les années précédentes9. » En revanche, la majorité des élèves qui gagnent les unités combattantes ont pris une part active à la lutte contre l’occupant : Jean Sirinelli et Georges Tallon, résistants, se sont illustrés lors des combats pour la libération de Paris ; Michel Herr avait rejoint les FTP dès 1943 ; Maurice Didier avait fait partie de l’équipe des « maquis écoles ». Et que dire de ceux qui, comme Dannaud ou Delvert, se trouvaient aux côtés des Forces françaises libres après avoir gagné l’Algérie à l’été 1943 ?

Pro- et anti-Carcopino

  • 10 Lettre du 24 décembre 1944 aimablement communiquée par Jean Delvert.
  • 11 Vœux des agrégatifs pour l’organisation des concours de 1944 et 1945, contenus en AN 61 AJ 109.

14Si une cinquantaine d’élèves se trouvent sous les drapeaux en 1944-1945, près de 120 normaliens sont présents rue d’Ulm cette année-là selon un recensement de la direction. Se côtoient des élèves qui n’ont quasiment pas connu d’interruption de leurs études durant les années précédentes et d’autres qui, dans la situation inverse, sont pressés d’achever leur scolarité : ainsi de René Rémond qui, ayant donné deux années à l’autorité militaire entre septembre 1939 et l’été 1941 avant même d’être reçu rue d’Ulm, décide de préparer l’agrégation à l’automne 1944. Conscient qu’il s’agit d’un choix qui ne va pas de soi puisque la guerre n’est pas finie – il faut rappeler que la Ire division française libre a perdu plus d’hommes sur l’Authion en 1944 qu’à Bir Hakeim l’année précédente –, il écrit une lettre à son camarade et ami de promotion Jean Delvert10 pour lui expliquer ses raisons. La question de l’agrégation est d’ailleurs épineuse. Est-il équitable d’organiser des examens en l’absence de candidats mobilisés, et alors même que les prisonniers de guerre ne sont toujours pas libérés ? Nommé directeur de l’Enseignement supérieur, Jean Bayet n’y est, de prime abord, guère favorable. Également, dans l’hypothèse où les concours ont lieu, faut-il organiser deux sessions distinctes – celle de 1944 ajournée et celle de 1945 – ou une seule ? L’incertitude règne durant plusieurs semaines. Finalement, conformément aux vœux des normaliens11, il est décidé que deux concours distincts seront mis en place, le premier en avril 1945 et le second en juin de la même année. Pour la première fois, les agrégations d’histoire et de géographie sont séparées : prise par Vichy à la demande des géographes, cette décision n’est pas remise en cause. Parmi les reçus se distinguent François Crouzet, premier à l’agrégation d’histoire d’avril 1945, Jean Leclant, deuxième à celle de géographie et René Rémond, deuxième à celle d’histoire de juin 1945.

  • 12 Le compte rendu de ces canulars se trouve dans Le Livre d’or des canulars conservé par Pierre Samu (...)
  • 13 AN 61 AJ 109.

15Mais l’École normale connaît encore un grand désordre. Une partie du personnel administratif manque à l’appel. Les concours d’admission de la promotion 1944 ne peuvent se tenir qu’en décembre : la première promotion de l’après-Occupation – qui compte, parmi les littéraires, Didier Anzieu, Jean-Louis Laplanche et Jean d’Ormesson – ne fait donc sa rentrée rue d’Ulm qu’en janvier 1945. Le rationnement se prolonge, même si les années les plus difficiles sont passées. Néanmoins, les normaliens redécouvrent l’insouciance et la liberté. Après les privations de l’Occupation, un air de défoulement collectif règne à l’École : jamais sans doute n’y a-t-il eu autant de canulars que durant cette année 1944-1945. Le concours d’admission reporté voit se succéder de faux jurys devant de vrais candidats. Les scientifiques annoncent la venue à l’École d’un mystérieux conférencier pour présenter le « quatrième état de la matière ». Plusieurs élèves littéraires vont chahuter le cours de Lucien Febvre au Collège de France12. Cette liberté collective s’exprime aussi à travers des revendications plus matérielles : en mars 1945, Robert Philippot (L 1942) demande à l’administration, pétition à l’appui, une substantielle augmentation du pécule des élèves13.

16Si cette dernière initiative préfigure la naissance du futur syndicat des élèves, où les communistes seront très actifs, deux autres pétitions intervenues en janvier 1945 sont directement liées aux années de l’Occupation : les normaliens s’y opposent sur le sort qui doit être réservé à leur ancien directeur, Jérôme Carcopino. Depuis le 6 novembre 1944, Carcopino est détenu à la prison de Fresnes, alors que commence l’instruction de son procès devant la Haute Cour de justice. Comme tous les anciens ministres de Vichy, il est inculpé d’atteinte à la sûreté intérieure et extérieure de l’État. Dès le 16 septembre 1944, Jean Bayet avait écrit à Henri Le Bonniec, très proche de Carcopino, pour qu’il l’informe « avec ménagement » qu’il lui était « conseillé de ne pas quitter Paris, une instruction devant être ouverte contre lui ». Estimé par ses collègues et ne pouvant être accusé de cléricalisme, comme son prédécesseur Jacques Chevalier, ni de collaborationnisme, comme son successeur Abel Bonnard, Carcopino est aussitôt défendu par beaucoup d’entre eux. Plusieurs pétitions sont lancées en sa faveur. Le 15 décembre 1944, les membres de l’Institut demandent que Carcopino soit mieux traité durant sa détention. Dans le courant du mois de janvier, d’autres signataires, issus pour la plupart de l’enseignement supérieur, vont plus loin et témoignent à Carcopino de leur assurance qu’il n’a à aucun moment « perdu de vue l’honneur et l’intérêt de la France » dans les fonctions qu’il a occupées à Vichy. Au bas de cette pétition, on retrouve les noms de plusieurs anciens élèves de la rue d’Ulm, littéraires et scientifiques, dont certains, comme Claude Roussel, ont été d’authentiques résistants. Enfin, les professeurs de la faculté des lettres de Paris souhaitent que Carcopino puisse reprendre rapidement ses travaux de recherche : là encore, des professeurs qui se sont distingués dans la Résistance, comme Henri Bédarida ou Jean-Marie Carré, apportent leur soutien à leur collègue.

17C’est à la lumière de ce contexte qu’il faut analyser les deux pétitions normaliennes. La première, favorable à Carcopino, reprend à l’identique le texte signé par les professeurs de la Sorbonne :

Les soussignés, membres de l’administration, ou élèves de l’ENS, qui, connaissant l’œuvre accomplie par monsieur Carcopino au cours de sa carrière universitaire, savent l’exceptionnelle valeur de son activité scientifique, l’influence qu’il a exercée sur des générations d’étudiants et la réputation qui s’attache à sa personne dans les milieux historiques du monde entier, croient pouvoir attirer la bienveillante attention de la Haute Cour de justice sur la dure condition qui est la sienne depuis plus de deux mois. Ils souhaitent que ce grand savant auquel ils conservent toute leur sympathie puisse reprendre à brefs délais ses travaux scientifiques, dans l’intérêt de la science française et du rayonnement intellectuel de notre pays.

18Les signataires se répartissent en deux groupes : le personnel – agents et professeurs – de l’École et les élèves. Du côté du personnel, on peut lire 13 noms : P. Étard, bibliothécaire ; H. Le Bonniec, secrétaire de l’ENS ; H. Gallet de Santerre, agrégé-répétiteur ; J. Delorme, agrégé-répétiteur ; Le Tellier, économe ; R. Martin, aide technique à la bibliothèque ; A. Lutz, agrégé-préparateur de physique ; A. Pierrart, interne résident de l’École ; docteur Soullard, chef de clinique, médecin résidant à l’ENS ; P. Traynard, agrégé-préparateur ; madame Poré, secrétaire ; madame Chabaud, sténodactylo ; M. Hervé, agrégé-préparateur de mathématiques. S’agissant des élèves, je n’ai pu identifier que 32 des 49 signatures manuscrites. En voici la liste : P. Deketleare, (L 1937) ; P. Coulet (L 1938) ; A. Fongaro, G. Beis, J. Chatagner (L 1939) ; J. Leclant (L 1940) ; A. Banuls, C. Digeon, L. Galand, F. Gotteland, J. Mesnard, P. Naulin, F. Crouzet (L 1941) ; G. Convert, R. Vuldy (S 1941) ; R. Étienne, M. Masson, R. Richard, J. Mauduit, J. Mazaleyrat, R. Rémond, M. Dubois, R. Rémondon, M. Billard (L 1942) ; J. Bacchus (S 1942) ; A. Bertière, B. de Mellis, C. de Villaines (L 1943) ; R. Thom, M. Parreau, X. Aubert, J. Berrard (S 1943).

  • 14 Correspondance de Jérôme Carcopino conservée à l’Institut de France.

19On le voit, la plupart des caïmans littéraires et les agents qui ont eu à travailler de façon directe avec Carcopino – comme sa secrétaire particulière madame Poré – lui apportent leur soutien. C’est important, car cela montre qu’au-delà du respect qu’ils ont pour l’universitaire, ils considèrent que leur directeur n’a pas failli dans l’exercice de sa mission rue d’Ulm, et qu’ils restent attachés à sa personne. Parmi les élèves qui défendent Carcopino, certains sont restés célèbres dans la mémoire normalienne pour leur parti pris en faveur de Vichy ou des Allemands. On peut donc penser, même si le texte s’en tient au strict rappel des mérites universitaires de Carcopino, qu’ils absolvent l’ancien ministre autant que le directeur. On trouve également les noms d’André Bertière, reçu sur intervention directe de Bonnard au concours de 1943, et de Claude Digeon, qui, deuxième collé au concours de 1941, s’était vu admis rue d’Ulm après la proclamation des résultats sur décision expresse de Carcopino et contre le souhait de Jean Bayet. Mais d’autres, plus nombreux, n’ont pas eu d’engagement particulier pendant la guerre ou, à l’image de René Rémond, ont même participé à la Résistance : littéraires pour la plupart, ils cherchent avant tout à manifester leur solidarité envers celui qu’ils considèrent comme un très grand maître. C’est vrai notamment des historiens, particulièrement représentés parmi les signataires. Les deux initiateurs de la pétition sont d’ailleurs des proches de Jérôme Carcopino en raison de leurs disciplines respectives : Henri Le Bonniec (L 1935), caïman de latin nommé à l’École dès la rentrée 1940 et qui a travaillé à ses côtés pendant toute l’Occupation en tant que secrétaire, et Robert Étienne (L 1942), qui a suivi les séminaires d’histoire ancienne du directeur en 1942-1943 et s’oriente vers l’histoire romaine. Étienne est reconnaissant à Carcopino de l’avoir aidé à trouver une place dans une mine au moment du STO et il n’a aucun grief à formuler à l’encontre de son action ministérielle. Dans une lettre qu’il adresse à Carcopino le 18 mars 1947, Étienne revient ainsi sur l’initiative qu’il a prise trois ans auparavant avec Le Bonniec : « Ce fut pour moi une façon bien modeste de payer la dette que j’ai contractée à jamais envers vous, mon cher maître, au cours de ces mois troubles en 1943 – et cette confiance que nous vous avons donnée si spontanément, nous savions bien au fond de nos cœurs comme de nos esprits que vous la méritiez, si du moins il nous est permis d’en juger. » Quant à Le Bonniec, tout à son empathie avec Carcopino, il évoque « l’an de disgrâce 1945 » le 5 août 1945, soit moins de trois mois après la capitulation de l’Allemagne nazie14.

20Mais, en janvier 1945, tous les normaliens ne sont pas d’accord pour exprimer ainsi leur soutien au savant Carcopino. En réponse à la précédente pétition, un second texte est proposé à la signature des élèves le 23 janvier 1945 :

Les soussignés, élèves de l’École normale supérieure, considérant que certains élèves ont signé ce jour une pétition en faveur de M. Carcopino, ancien ministre du gouvernement de Vichy, et constatant que cette pétition ne représente pas l’opinion unanime des élèves de l’École, déclarent ne pas en approuver les termes et se désolidarisent de ses signataires.
Signataires : Apéry (S 1936) ; Blin (L 1937) ; Routhier (S 1937) ; Lenouvel, Bourion, Nataf (S 1938) ; Nordon, Schatzman, (S 1939) ; Vroelant, Ferré, Lliboutry (S 1940) ; Fortassier, Deloffre, Rinuy (L 1941) ; Fruhling, Suardet, Boué, Brochier, Tortrat, Martin, Convert, Damblans, Fonvieille, Flory (S 1941) ; Phillipot (L 1942) ; Bacchus, Fournier, Pinel, Deheuvels, Soutif, Valentin, Pecker, Dixmier, Michaud (S 1942) ; Seigneurin, Germain, Fourès, Heller (S 1943) ; Scherer, Revel, Pingaud, Vallet, Deshayes, Vallet (L 1943) ; + 1 signature non identifiée.

21Cette seconde pétition recueille 45 signatures, soit un nombre presque équivalent à la précédente, si l’on ne prend en compte que les élèves. L’École se retrouve coupée en deux par « l’affaire Carcopino », puisque 100 élèves sur les 120 présents rue d’Ulm ont signé l’une des deux pétitions. Si l’on s’en tient à la lettre de ce second texte, on comprend que les signataires considèrent qu’il n’est pas justifié d’appeler la justice à la clémence en raison des qualités intellectuelles de leur ancien directeur. Contrairement à la première pétition, ils rappellent que Carcopino a été ministre à Vichy : ce faisant, ils manifestent à travers sa personne leur hostilité à ce régime, voire au nazisme. C’est d’ailleurs ce que montre la lettre que René Heller, biologiste de la promotion 1943, adresse au commissaire du gouvernement près la Haute Cour de justice, en complément à la pétition dont il a pris l’initiative : Heller, dont le père, alors inspecteur d’académie, avait été révoqué par Jérôme Carcopino, souligne que la pétition n’avait pu recueillir les signatures « des déportés, des fusillés, et des tués dans les armées de la Libération ». Ce n’est d’ailleurs pas un hasard si l’on retrouve parmi les signataires les noms de plusieurs élèves qui ont été directement victimes de la législation antisémite de Vichy, et qui pardonnent difficilement au directeur-ministre de s’être fait le complice, voire l’instigateur, de mesures telles que le numerus clausus et les numéros « bis ». Pour autant, la plupart des signataires de la pétition anti-Carcopino n’ont pas eu d’engagement actif au sein de la Résistance. En déclarant leur hostilité à Carcopino, certains peuvent même trouver l’occasion de s’identifier à un combat auquel ils n’ont pas participé. Il faut également avancer une explication extra-politique pour comprendre les motivations de tous les signataires. Cette seconde pétition recueille nettement plus de signatures d’élèves scientifiques que de littéraires : 33 contre 14. Outre la moindre sensibilité des scientifiques au prestige intellectuel de l’auteur de La Vie quotidienne à Rome au temps de l’Empire, il faut y voir une forme de solidarité à l’égard de Georges Bruhat, mort à Buchenwald à la fin de l’année 1944. Sort tragique qui fait contraste avec la situation de Carcopino et qui suscite des interrogations parmi les normaliens. Les élèves scientifiques semblent désireux d’attendre le retour de Baillou pour connaître les circonstances exactes du drame du 4 août 1944 et, ainsi, porter un jugement sur le comportement de Carcopino dans ces moments particulièrement troubles. C’est d’ailleurs ce que montre une lettre adressée par le mathématicien Roger Apéry (S 1936), signataire de la pétition, à Jean Baillou le 22 avril 1945 ; l’informant qu’une pétition avait été émise en faveur de Carcopino en janvier 1945, il écrit : « Malgré tout mes efforts, je n’ai pu obtenir qu’on attende pour juger cette affaire le retour des témoins. Puis-je me permettre au nom de tous ceux de mes camarades qui ont travaillé avec moi dans la Résistance de vous demander de faire connaître la vérité ? » Enfin, dans cette démarche de défiance à l’égard de Carcopino, les élèves ont pu être influencés par un article publié dans L’Université libre, journal de la résistance universitaire d’obédience communiste, dans son édition du 20 octobre 1944. Après avoir relaté les événements des 4 et 5 août 1944, le journaliste écrit en effet :

Quelques jours après, Jérôme Carcopino, directeur de l’École, revenait à Paris – car lui, du moins, prenait des vacances. Il aurait été élégant de sa part d’aller se constituer prisonnier à la place de ses collaborateurs, puisque, aussi bien, il était plus que tout autre, responsable de ses élèves. Il alla trouver madame Bruhat et lui dit en substance que l’arrestation de son mari ne pouvait étonner personne, car Bruhat avait toujours été à la tête de « l’opposition libérale » à la politique vichyssoise et qu’au surplus, lors de sa première arrestation, il avait été défendu par L’Université libre, ce qui suffisait à le juger. Il y a aujourd’hui des hommes dans l’Université qui seraient tentés de défendre Carcopino ou de se lamenter sur ses malheurs. Nous disons malgré tout son prestige et ses livres que Carcopino n’est qu’un lâche et un mufle.

  • 15 Sur ce procès, cf. A. Kaplan, Intelligence avec l’ennemi. Le procès Brasillach.
  • 16 Lettre du 16 juillet 1947.

22Intervenues six mois à peine après la Libération, ces deux pétitions sont révélatrices des clivages qui naissent alors dans l’ensemble du pays à l’égard de la phase légale de l’épuration, notamment celle qui touche les intellectuels. Il faut se souvenir que le mois de janvier 1945 est marqué par le procès Brasillach, qui voit lui aussi s’accumuler les pétitions et contre-pétitions dans le monde des lettres15. Clivages qui traversent d’ailleurs les rangs même de la Résistance, les communistes se montrant beaucoup plus intransigeants que les démocrates-chrétiens. D’un point de vue plus interne à l’histoire de la rue d’Ulm, ces deux pétitions témoignent aussi des divisions qui se font jour dans la mémoire normalienne au sujet du directeur-ministre. Carcopino est libéré pour des raisons médicales le 14 février 1945 et obtient un non-lieu le 11 juillet 1947 au terme de l’instruction de son dossier. Il reçoit immédiatement de nombreuses lettres de félicitation des élèves qui avaient pris sa défense. Henri Le Bonniec lui dit sa « joie de le savoir enfin délivré de ce long cauchemar16 ».

  • 17 Lettre du 16 juillet 1947.
  • 18 Sur ce point, cf. C. Singer, Vichy, l’université et les juifs.
  • 19 Mis à la retraite d’office à la Libération, ce n’est qu’à titre rétroactif et après qu’il a été at (...)

23Quant à René Rémond, alors caïman à l’École, il l’assure avoir été l’un des premiers à « souhaiter une mesure de justice qui nous paraissait s’imposer et que nous espérions de tout cœur17 ». Dans ses réquisitions, dont le texte intégral est reproduit en annexe des Souvenirs de sept ans, le procureur général Mornet porte au crédit de Carcopino « l’esprit de résistance » dans lequel il a occupé ses fonctions de directeur de la rue d’Ulm, faisant échapper l’école au STO et intervenant fréquemment pour les élèves en difficulté. Jugement flatteur qui ne dit rien du rôle joué par Bruhat et Baillou tant vis-à-vis du STO que des normaliens aux prises avec l’occupant. En outre, ces réquisitions passent sous silence l’interdiction faite aux candidats juifs, dans le cadre du décret Carcopino-Pétain du 11 juillet 1941, de devenir élèves de l’École. Mais elles affirment que le seuil de 3 % pour le numerus clausus dans l’enseignement secondaire et dans le supérieur est « plus élevé que le pourcentage réel de la population juive », ce qui est sans doute vrai si on la considère globalement mais faux dans certaines parties du territoire, comme Paris et les départements d’Algérie, où elle est plus concentrée et où le numerus clausus, infamant par lui-même puisqu’il suppose de recenser des étudiants en fonction de leur religion, a posé de vrais problèmes aux élèves juifs18. Réhabilité par la justice, mais écarté de sa chaire en Sorbonne19, Carcopino peut reprendre le fil de ses écrits sur la Rome antique et, surtout, obtenir en 1955 la consécration qu’il attendait depuis vingt ans : son élection à l’Académie française. Sous la coupole, il est reçu par André François-Poncet, normalien comme lui et qui avait été son ambassadeur lorsque Carcopino dirigeait l’École française de Rome.

LES RETOURS ET LE SOUVENIR DE LA GUERRE

24L’année scolaire 1945-1946 est la première année de l’après Seconde Guerre mondiale. Elle ouvre une période nouvelle dans l’histoire politique de l’École et des engagements de ses élèves, marquée par le communisme et les déchirements de la guerre froide. Mais, année charnière, elle porte aussi les traces et les souvenirs de l’Occupation.

Le temps des retours

25Dès les lendemains de la capitulation de l’Allemagne, l’administration souhaite que les normaliens mobilisés puissent revenir au plus vite à la vie civile et que les autres, quelle que soit leur classe, obtiennent des sursis d’incorporation pour leur service militaire. La mission des premiers est en effet terminée : à l’exception de Michel Herr (L 1938), aucun ne souhaite faire carrière dans l’armée, et ceux qui se trouvent aux côtés des forces alliées en Allemagne se soucient désormais de la reprise de leurs études. Pour les autres, l’École craint que la réquisition des classes 1940 à 1944, un temps envisagée, ne la prive de la plupart de ses effectifs. Avec l’ensemble des grandes écoles, le directeur de la rue d’Ulm demande au ministre de l’Éducation nationale le 3 juillet 1945 que « la mobilisation des jeunes classes ne perturbe pas le déroulement des études ». De même, au mois d’août 1945, 63 normaliens des classes 1940, 1941, 1942 et 1944 demandent des sursis d’incorporation dans l’armée.

26L’administration et les élèves obtiennent gain de cause : ceux des mobilisés qui souhaitent reprendre leurs études à la rentrée universitaire 1945 y sont autorisés ; les autres obtiennent les sursis qu’ils avaient demandés. Dès lors, les élèves des promotions 1944 et 1945 se retrouvent au complet rue d’Ulm à l’automne 1945. Ils sont progressivement rejoints par les engagés volontaires de l’année précédente. À ces élèves s’ajoutent tous ceux que la guerre avait tenus éloignés de l’École : les prisonniers, les élèves juifs – rentrés pour la plupart dès 1944 – et les déportés. Le nombre d’élèves est exceptionnellement élevé durant l’année 1945-1946 : 173 pour les lettres et 86 pour les sciences, soit 259 contre 120 en tout l’année précédente. Trop exigu, l’internat ne peut accueillir tout le monde ; une quarantaine d’internes sont donc logés dans les hôtels du quartier. Le mélange des générations est sans précédent : des élèves qui avaient intégré la rue d’Ulm avant la guerre se retrouvent au même niveau d’études que d’autres ayant réussi en 1942 ou même après la guerre. Ainsi, le philosophe Louis Althusser, de la promotion 1939 côtoie en deuxième année de licence François Ricci, reçu en 1942, mais retardé par le STO, et Jean Jolivet, admis au concours de 1945. Parmi les agrégatifs, Serge Chambrillon, prisonnier de guerre de la promotion 1937, prépare les épreuves de lettres en même temps qu’Armand Rivat de six promotions son cadet.

  • 20 Ce qui concerne à la fois les prisonniers de guerre, les étudiants mobilisés dans l’armée d’armist (...)

27Comme l’année précédente, deux sessions d’agrégation sont organisées. La première, qui se tient en décembre 1945, est réservée aux élèves qui ont subi une interruption d’études de plus de six mois20 ou qui ont été empêchés de postuler à des emplois dans la fonction publique. Les candidats à cette session ont le choix entre les programmes de 1939 et ceux de 1944-1945. Lors de la session normale de juin 1946, les élèves retardés dans leurs études du fait de la guerre passent les mêmes épreuves que les autres, mais leurs noms figurent sur un classement spécial. Phénomène remarquable, les tensions entre l’administration de la rue d’Ulm et l’enseignement secondaire, déjà perceptibles pendant la guerre, redoublent à partir de l’année 1946. Le 7 janvier 1946, une mesure prévoyant que les jeunes agrégés doivent immédiatement accomplir deux ans d’enseignement en lycée est publiée au Journal officiel. Albert Pauphilet écrit sur le champ au directeur de l’Enseignement secondaire Monod pour dénoncer cette décision qui, selon lui, lèse les intérêts de l’enseignement supérieur, interdit aux normaliens agrégés de commencer des travaux de recherche, comme le prévoit pourtant la quatrième année à laquelle certains ont droit, et risque d’encourager les scientifiques à choisir l’École polytechnique plutôt que l’École normale. Ce à quoi Monod répond en rappelant au directeur de la rue d’Ulm le but premier de l’agrégation – recruter les professeurs du secondaire – et en affirmant que les normaliens devraient avoir plus de reconnaissance pour les lycées où ils ont acquis l’essentiel de leur formation. On le voit, la querelle du secondaire et du supérieur a changé d’acteurs, mais les positions restent identiques. Finalement, Pauphilet, en accord avec la directrice de l’École normale de Sèvres, propose un compromis : oui au principe d’un enseignement de deux ans obligatoire dans le secondaire, mais à la condition que son application s’effectue dans un délai de dix ans après l’agrégation et non immédiatement. Il s’agit d’éviter que les normaliens ne rejoignent le lycée avant d’avoir commencé leurs travaux de recherche : dans l’esprit du directeur de l’École, le passage par le secondaire ne doit plus être conçu que comme une étape vers le supérieur.

Situations d’après-guerre

  • 21 Lettre à Jean Baillou de Casablanca, le 28 septembre 1945.
  • 22 Source : notice nécrologique de Louis Althusser, rédigée par Étienne Balibar, dans l’Annuaire des (...)

28Pour certains, la reprise des études s’avère difficile : c’est le cas de Louis Althusser qui, entré à l’École pour la première fois au printemps 1945 après une interruption de cinq ans dans les conditions éprouvantes du Stalag, connaît des moments de découragement. Dans une lettre qu’il adresse à Jean Baillou depuis Casablanca le 28 septembre 1945, il lui explique que « l’on ne passait pas dans les camps allemands un ou cinq ans de sa jeunesse impunément21 ». Il faut toute l’attention du secrétaire général pour le rassurer et l’encourager22. On sait le rôle que jouera par la suite l’École dans la vie intellectuelle et personnelle d’Althusser. Dans son cas, bien que retardée par les événements de la Seconde Guerre mondiale, la greffe normalienne prend. En revanche, pour d’autres, l’intégration à la communauté normalienne ne se réalise pas : ainsi de Marc Soriano, philosophe appartenant à la même promotion qu’Althusser. Pas plus que lui, Soriano n’a connu ses camarades de promotion, puisqu’il a été mobilisé immédiatement après son admission à la rentrée de 1939, et que, victime du statut des juifs, il s’est ensuite réfugié à Marseille et à Aix. Né au Caire en 1918 dans une famille très modeste, arrivé en France à l’âge de 11 ans, Soriano a d’abord été apprenti en menuiserie et reçu au concours de l’école Boulle, avant d’obtenir une bourse de lycée puis de préparer le concours de la rue d’Ulm dans la khâgne de Condorcet. Sans ressources et ne touchant pas la bourse de licence à laquelle il avait théoriquement droit, il doit exercer plusieurs métiers – ouvrier d’usine, épicier, garçon de café. Dès 1941, il entre dans la Résistance. Très marqué par la guerre, il n’a plus vraiment le goût pour le travail scolaire lorsqu’il regagne l’École après la Libération. Ne trouvant pas le soutien psychologique et moral qu’il espérait auprès de ses professeurs et sans amitié de sa génération parmi les autres normaliens, peu s’en faut qu’il ne renonce à poursuivre ses études. Il faut toute la gentillesse et l’attention de la secrétaire madame Poré pour le persuader de se présenter à l’agrégation. Bien lui en prend, puisqu’il est reçu premier à la session spéciale de décembre 1945. Dès l’année suivante, il travaille aux côtés de Jean Piaget dans le cadre du laboratoire de psychologie de l’enfant. Celui qui soutiendra une thèse de doctorat d’État sur les contes de Perrault en 1969 ne se sentira jamais réellement membre de la « famille normalienne » dont, il est vrai, les circonstances l’avaient éloigné. Cette expérience malheureuse explique peut-être la sévérité d’un article qu’il signe en 1950 pour la revue Europe, en réaction à la première édition du Rue d’Ulm d’Alain Peyrefitte :

  • 23 Texte reproduit dans A. Peyrefitte, Rue d’Ulm, réédition du bicentenaire, p. 245. Sur le parcours (...)

L’esprit normalien entre les deux guerres n’est en fait qu’une variété juvénile, estudiantine, raffinée de l’esprit bourgeois ; l’habitude de tout, le culte du canular, l’indépendance d’esprit n’est souvent qu’un « libéralisme » critique ; l’originalité superficielle cache un conformisme profond ; croyance à l’indépendance de l’intellectuel, légère angoisse, ironie qui n’est qu’incapacité de poser correctement un problème, paresse, indifférence […] Ainsi s’explique, pour la période considérée, qu’un bon nombre de normaliens aient été amenés par esprit « d’indépendance » au défaitisme de Munich, à la collaboration et à la trahison […] Ce n’est d’ailleurs pas parce qu’ils étaient normaliens, mais bien davantage à cause de cette mentalité petite bourgeoise […] Je suis sans doute un ancien élève sans entrailles mais je n’éprouve aucune sympathie a priori pour un normalien quel qu’il soit23.

  • 24 Récit de Georges Snyders recueilli par Nicolas Weill, Le Monde du 22-23 janvier 1995.

29Sans avoir la sévérité de Soriano pour une communauté d’élèves qu’il avait connus entre 1937 et 1939, et dont certains, comme André Mandouze, l’avaient soutenu à Lyon pendant l’Occupation, Georges Snyders n’en éprouve pas moins un sentiment de décalage avec ses camarades à son retour d’Auschwitz : « À l’École normale supérieure où j’ai travaillé avec Althusser qui revenait d’un camp de prisonniers, j’apparaissais comme un être étrange, à la fois vieux, vieilli – et camarade de ceux qui venaient juste de sortir de khâgne. Ni à eux, ni ensuite à mes proches, surtout pas à mes proches, je n’ai parlé du nazisme, de la déportation24. »

30D’autres élèves se détournent, sinon de la communauté normalienne, du moins de la carrière universitaire. Ainsi Jean Lorenceau (L 1940) et Michel Debeauvais (L 1942) choisissent de se présenter à l’École nationale d’administration, dans le cadre de la première promotion, « France combattante ». Ils renoncent à la préparation de l’agrégation, n’ayant plus ni l’énergie ni le temps d’accumuler les concours, comme ils l’auraient fait en d’autres circonstances : Lorenceau, qui avait échappé de peu à l’exécution après son arrestation dans le Doubs le 6 juin 1944, revenait de Dachau ; Debeauvais, après avoir été déporté à Buchenwald, puis transféré successivement à Laura, Dora, Elrich et Oranenburg, arrivait en France en juin 1945, atteint aux deux poumons, dans l’incapacité de travailler, et sans percevoir de traitement ni de bourse puisqu’il avait été rayé des listes des élèves de l’École pour n’avoir pas satisfait aux exigences du STO. Chez ces deux élèves, la participation à la Résistance et l’expérience de la déportation ont suscité un besoin d’action qui ne peut s’épanouir pleinement à l’université. S’orientant vers la diplomatie, ils retrouvent leur jeune aîné Stéphane Hessel (L 1937) qui, de retour de Buchenwald après une résistance très active, a choisi de délaisser la philosophie pour le dernier « grand concours » du Quai d’Orsay organisé à l’automne 1945. Comme il le raconte dans ses mémoires, Hessel a d’ailleurs été incité à franchir ce pas par un ancien élève de la promotion 1935, Jean Sauvagnargues :

  • 25 S. Hessel, Danse avec le siècle, p. 99-100.

Cette vie restituée, il fallait l’engager. J’étais tenté par l’enseignement de la philosophie. Mais serais-je capable de présenter l’agrégation ? Cinq ans s’étaient écoulés depuis mes dernières lectures sérieuses. Mes maîtres et mes camarades avaient exploré les cheminements de la pensée phénoménologique, de l’existentialisme. Saurais-je les rattraper sans m’essouffler ? Ce souffle que me conférait ma survie, ne fallait-il pas plutôt le mettre au service de l’action ? Le cosmopolitisme même des camps de concentration me poussait vers la diplomatie […] Mais y aurais-je accès ? […] Quelques jours après mon arrivée à Paris je fais une rencontre aussi décisive que fortuite. Sortant de la rue Saint-Dominique où il travaille au cabinet du général de Gaulle, un camarade de Saint-Maixent, Jean Sauvagnargues, tombe sur moi. Il a passé le grand concours du Quai d’Orsay en 1942, a appartenu au petit groupe de résistants qui préparaient secrètement la libération du territoire. Il m’encourage. « On a besoin dans la carrière de jeunes qui n’ont pas pactisé avec Vichy. » Je décide donc de me présenter au grand concours spécial ouvert aux anciens combattants, résistants, prisonniers ou déportés, dernière voie d’accès au Quai d’Orsay avant la mise en place de l’École nationale d’administration, dont sortirait désormais la majorité de nos diplomates25.

31Plusieurs autres normaliens prolongent dans le cadre de leur carrière professionnelle une action entreprise durant la guerre : après avoir participé à la libération des locaux de l’ancienne agence Havas le 19 août 1944, Claude Roussel (L 1938) entre à l’Agence France Presse, dont il deviendra le président trente ans plus tard ; Robert Salmon (L 1941), après un éphémère mandat de député à l’Assemblée constituante, devient l’un des dirigeants de France Soir, projet journalistique qui s’inscrit dans la continuité du journal clandestin de Défense de la France.

  • 26 Sur la question du communisme à l’ENS après 1945, cf. J.-F. Sirinelli, « Les normaliens de la rue (...)

32Les conséquences de la guerre sont aussi politiques. Au lendemain de la Libération, nombreux sont les normaliens et les jeunes archicubes qui, jusqu’alors peu politisés ou modérément de gauche, deviennent membres ou sympathisants du Parti communiste. C’est vrai en particulier de ceux qui ont eu à souffrir directement de la législation de Vichy ou de la répression allemande : Évry Schatzman, Anne Ubersfeld ou Marc Soriano, éloignés de l’École pendant tout ou partie de la guerre, et les anciens déportés, Georges Snyders, Gilbert Lazard, Jean Lorenceau et Michel Debeauvais. Mais ils sont loin d’être isolés dans cette démarche. Des élèves qui ont passé plusieurs années en Allemagne, comme prisonniers de guerre ou au titre du STO, basculent aussi vers le communisme : ainsi de Louis Althusser et de François Ricci, d’abord influencés par le catholicisme de leurs professeurs de la khâgne de Lyon. Comme d’autres qui avaient pu continuer leur scolarité rue d’Ulm et dont le milieu familial était parfois assez réactionnaire : citons l’helléniste Pierre Lévêque, le mathématicien Jacques Dixmier et les philosophes René Scherer et Jean Deprun. De façon révélatrice, ce dernier consacre son diplôme d’études supérieures en juin 1946 à une comparaison entre « La dialectique hégélienne et la dialectique marxiste ». Le passage de Kant à Hegel, opéré pendant la guerre, est à présent relayé par celui de Hegel à Marx. La puissance d’attraction du Parti communiste à la Libération transcende les différentes expériences vécues pendant la guerre et les générations, même si la conversion au communisme est encore plus massif pour les normaliens des promotions d’après-guerre – qui s’éveillent à la politique au moment où le prestige du Parti des fusillés est sans équivalent – que pour leurs aînés, dont certains n’ont pas oublié le pacte germano-soviétique26.

La célébration d’une école résistante

  • 27 La commission est composée, outre le directeur, des professeurs Lévy, Rocard et Séchan, et des élè (...)

33Si la question du communisme ordonne de nouveaux clivages politiques entre les élèves dès l’année 1945-1946, le souvenir de la guerre et de l’Occupation ne semble pas donner lieu à des controverses et à des affrontements au sein de la communauté normalienne, sinon autour du cas de Carcopino. Certes, Jacques Martin et Marc Julia, seuls normaliens à être partis en Allemagne volontairement au titre du STO, passent devant un jury d’honneur interne à l’École lors de leur retour au printemps 194527. Mais aucune difficulté ne leur est faite, chacun peut reprendre ses études rue d’Ulm. La commémoration du souvenir de la Seconde Guerre mondiale se déroule dans une atmosphère qui n’est pas celle des règlements de compte, mais de la célébration d’une école résistante.

  • 28 Il s’agit de Bigot, Cabos, Chaine, Didier, Join-Lambert, Juin, Lazard, Lorenceau, Lesèvre, Snyders (...)

34Plusieurs faits en témoignent. Tout d’abord, Baillou, qui a retrouvé ses fonctions de secrétaire général de l’École normale à son retour de déportation et est nommé en juillet 1945 président de la commission d’attribution des médailles de la Résistance aux fonctionnaires de l’Éducation nationale, fait établir les propositions de décoration pour les normaliens des années de guerre. Dès la première réunion de la commission, il est décidé que les élèves des grandes écoles seront proposés par leurs directeurs respectifs. De ce point de vue, les normaliens bénéficient d’un avantage sur les étudiants de l’université, qui, plus nombreux et moins connus de leur administration, risquent de voir leurs états de service échapper à la commission. Baillou adresse aussitôt des courriers aux normaliens résistants les plus actifs, comme Jean-Daniel Jurgensen, Robert Salmon, André Mandouze ou encore Claude Roussel. Il informe également les élèves de sa démarche, leur demandant d’établir leurs états de service pour la Résistance ou la France libre. Au total, 24 dossiers de propositions sont établis par la direction de l’École. Ils concernent des élèves des promotions 1937 à 1943, dont certains à titre posthume, auxquels il convient d’ajouter deux demandes pour les agents Poul et Prilliez, employés dans les laboratoires scientifiques. Sur ces 26 dossiers, il semble que 18 aient finalement été présentés à la commission, certains ayant sans doute été jugés trop légers par la direction de l’École pour faire l’objet d’un examen plus formel. La commission joue un rôle de filtre. Elle émet un avis, qui est ensuite transmis au cabinet du ministre de l’Éducation nationale. Pour distinguer les engagements les plus précoces, elle peut également proposer l’attribution de la croix de la Libération. À l’inverse, la médaille de la Reconnaissance française récompense des faits de résistance moins substantiels. Entre ces deux récompenses, la médaille de la Résistance apparaît donc comme une distinction intermédiaire. La commission siège jusqu’au 1er avril 1947. A priori, sa composition n’est pas défavorable aux normaliens, puisqu’elle est présidée par Baillou et que Georges Pompidou, également normalien à défaut d’avoir été résistant, y représente le cabinet du général de Gaulle. De fait, sur les 18 dossiers présentés par la direction de l’École normale supérieure, au moins 12 obtiennent la médaille de la Résistance28 (publication au JO du 20 février 1947), alors que Salmon et Jurgensen, aussi proposés, semblent avoir obtenu une décoration plus élevée. Il est d’ailleurs possible que, parmi les 6 élèves dont les noms ne figurent pas au Journal officiel de février 1947, certains l’aient déjà obtenue : c’est très vraisemblablement le cas de Michel Voisin, mort à son retour de déportation, et de Jean Binon, très actif dans la Résistance et qui est alors chargé de mission à la présidence du gouvernement provisoire de la République française à la Libération.

  • 29 Bien que reçu rue d’Ulm en 1939, il reste en zone sud après sa démobilisation. Il fait la connaiss (...)

35Il faut le préciser, le nombre de normaliens médaillés de la Résistance sur proposition de la direction de l’École normale supérieure ne donne pas une image exhaustive de la participation des normaliens des promotions 1937 à 1943 – champ de notre étude – à la Résistance. D’abord parce que certains normaliens, dont la scolarité est achevée en 1945, obtiennent cette médaille sans l’intervention de l’École : c’est le cas de René Ballini (S 1937), André Mandouze (L 1937), Michel Herr (L 1938), Bernard Vallantin (S 1938) et Michel de Boissieu29 (L 1939). Ensuite parce que certains résistants ou combattants volontaires refusent de solliciter des décorations : ainsi de Claude Roussel (L 1938), Émile Noël (S 1941) et Henri Cabannes (S 1942). Enfin parce que les combattants volontaires dans les Forces françaises libres, comme Jean-Pierre Dannaud (L 1940) ou Jean Delvert (L 1942), Michel Demerson (L 1942) et Marcel Boiteux (S 1942), ne sont pas concernés par cette décoration. Toutefois, il est clair que la mobilisation de l’administration de l’École pour reconstituer les états de service de ses élèves montre son souhait de consacrer l’image d’une école active dans la Résistance, et que cette participation constitue un enjeu stratégique pour la légitimité de l’institution.

  • 30 Lettre à André François-Poncet du 30 octobre 1945.

36Dans le même esprit, la mémoire des résistants et des victimes de la guerre est honorée au sein de l’École à travers plusieurs manifestations. Dès le 2 juin 1945, une cérémonie commémorative en l’honneur de Georges Bruhat se déroule en salle des Actes, suivie le 28 juin d’une seconde à la mémoire des caïmans Petitbon et Piobetta. Puis, au mois d’octobre 1945, le ministre René Capitant demande aux recteurs qu’une place particulière soit faite aux morts de la Résistance dans la commémoration prochaine du 11 novembre. Ce jour-là, une cérémonie est organisée à la Sorbonne par le recteur Roussy, qui a retrouvé les fonctions dont Vichy l’avait privé à la suite des manifestations étudiantes du 11 novembre 1940. Albert Pauphilet souhaite, comme l’habitude en a été prise après la Première Guerre mondiale, qu’une cérémonie ait aussi lieu à l’École même, et qu’une plaque provisoire mentionnant les noms des élèves et des archicubes « tombés au combat, fusillés par les Allemands, exécutés ou morts d’épuisement dans les camps allemands30 entre 1939 et 1945 » soit apposée à côté de celle retraçant la liste des disparus de la Première Guerre. Il ne s’agit donc pas d’honorer la mémoire des seuls résistants, mais de tous ceux – déportés, otages, soldats de 1939-1940 – qui ont péri en raison des événements survenus entre 1939 et 1945. Une commémoration a lieu le 11 novembre 1945 en présence de nombreux élèves et anciens élèves et des membres du personnel et de l’administration. Le discours principal est prononcé par André François-Poncet, qui a lui aussi connu la déportation après avoir eu quelque faiblesse pour le régime de Vichy. Dans son hommage aux victimes, il souligne le lien privilégié entre l’esprit normalien et l’esprit de résistance.

  • 31 Bulletin de la Société des amis de l’ENS, année 1946.

Mieux que d’autres, peut-être, nos camarades avaient conscience du caractère sacré de la cause pour laquelle ils luttaient. Car l’entreprise hitlérienne n’était pas seulement une entreprise de conquête matérielle et d’expansion impérialiste, c’était aussi une entreprise contre l’esprit, contre la liberté de l’esprit, contre le libre examen, la libre critique, contre la science honnête et désintéressée […]. Et c’est sans doute pourquoi le IIIe Reich s’est donné tant de peine afin d’asservir particulièrement l’esprit français […]. C’est pourquoi aussi l’université, et dans son sein, l’École normale, gardienne des retranchements fondamentaux, des positions clefs de l’esprit français, ont offert si peu de prise aux tentatives de l’ennemi31.

  • 32 En 1952, une « salle des Résistants », qui jouxte la « salle Cavaillès », viendra honorer la mémoi (...)

37Le 1er décembre 1945, une cérémonie interne à l’École accompagne celle, publique et radiodiffusée, organisée à la Sorbonne à la mémoire de Jean Cavaillès et durant laquelle interviennent successivement ses camarades de promotion Georges Canguilhem, Henri Cartan, Raymond Aron et Jean Baillou, ainsi que Jean Bayet et André Malraux. À cette occasion, l’ancienne salle D de l’École, où il avait l’habitude de donner ses cours, est baptisée « salle Jean Cavaillès32 ».

  • 33 Sur cet événement, cf. le Bulletin de la Société des amis de l’ENS, année 1946.
  • 34 Cacique du concours littéraire de 1922, il rejoint les Forces françaises libres en 1941 et s’engag (...)

38À l’été 1946 enfin se déroulent les festivités du cent cinquantenaire de l’École normale supérieure, dont la presse se fait largement l’écho33. Le souvenir de la guerre y est très présent. Le 29 juin 1946, la garden party est précédée d’une cérémonie devant le monument aux Morts de l’École. La veille, une séance solennelle se déroule dans le grand amphithéâtre de la Sorbonne en présence du recteur Roussy et de Marcel-Edmond Naegelen, le nouveau ministre de l’Éducation nationale. Les discours retracent l’apport de l’École à l’université, au monde des lettres et à la science et l’archicube Marcel Prenant, professeur de zoologie à la Sorbonne et ancien chef d’état-major des Francs tireurs et partisans français, retrace le « rôle de l’ENS dans les deux guerres et dans la Résistance ». S’il insiste sur le sacrifice d’anciens élèves connus comme Jean Cavaillès et Pierre Brossolette34, il revient aussi sur l’attitude des élèves en cours de scolarité et le développement généralisé de la résistance à l’École à la fin de la guerre.

  • 35 Il s’agit de Michel Cabos, dont j’ai déjà évoqué le tragique destin.
  • 36 Ce laboratoire est celui de zoologie, dont Robert Lévy a été écarté en 1940 et qui est dirigé pend (...)

À l’École, pendant tout ce temps, les jeunes « tenaient » aussi. Lorsqu’ils furent appelés au travail obligatoire en Allemagne, tous, sauf deux, eurent la volonté de s’y soustraire et y réussirent […] Leur hostilité à l’occupant se manifestait de façons spontanées, incoordonnées et souvent puériles, qui tenaient du canular plus que de la guerre, mais qui n’en étaient pas moins touchantes par leur résolution sincère. Et je ne sais rien de plus triste que l’histoire de ce jeune qui, sur une plaisanterie de camarades, et pour se prouver à lui-même sa bravoure, partit un jour avec un carnet et un crayon, sans liaisons et sans ordres, alla prendre des croquis des organisations allemandes, fut arrêté et mourut en déportation35.
Comment s’étonner qu’avec un tel courage, les plus avisés de ces jeunes gens et de leurs aînés eussent tout tenté pour passer aux forces françaises de la Libération, ou fussent entrés dans les organisations de résistance, et, en 1944, se fussent engagés pour poursuivre l’agresseur jusque chez lui, après en avoir nettoyé le sol français. [Marcel Prenant cite alors l’exemple de Stéphane Piobetta.]
On m’a assuré qu’à l’École, dans la période finale, il n’était pas rare de trouver, cachés derrière les livres de la bibliothèque, soit des documents clandestins, soit des armes. Cachettes enfantines et dangereuses, mais qui attestent à quel point l’École était un centre pour les mouvements de résistance. Je sais un laboratoire dont le directeur était écarté pour raisons raciales. Celui de nos camarades qui en assurait la direction était officier des francs-tireurs et partisans français36
[…]. L’agrégé-préparateur, activement mêlé à une autre organisation, était le bon naturaliste Raymond Croland, qui fut pris en 1944 et mourut en déportation.

  • 37 Sur ce sujet, cf. Henry Rousso, Le Syndrome de Vichy de 1944 à nos jours. Toutefois, P. Laborie, d (...)

39Cette allocution est suivie de celle de Marius-François Guyard (L 1942), qui, en tant que cacique général, s’exprime au nom de ses camarades, et commence par évoquer « la vie de l’École pendant l’Occupation, la lutte tenace contre les exigences de l’ennemi, la désertion du STO, et enfin, la joie de la Libération ». La commémoration du cent cinquantenaire de l’École montre que le prestige de l’institution n’a en rien été atteint par la Seconde Guerre mondiale. Au contraire, l’évocation d’anciens élèves qui se sont particulièrement illustrés dans la Résistance et la célébration de l’esprit résistant des élèves en cours de scolarité permettent de légitimer la communauté normalienne dans son ensemble. L’École n’échappe pas au « résistancialisme », fréquent dans les commémorations de l’immédiat après-guerre, qui consiste à étendre à l’ensemble d’une institution ou d’un corps social la résistance et le martyre de quelques-uns37. Rue d’Ulm, ce résistancialisme se développe d’autant plus qu’il peut s’appuyer sur un socle solide : des figures emblématiques de la Résistance, une minorité significative d’élèves engagés – on peut estimer, j’y reviendrai en détail dans la conclusion, que 10 % à 15 % des normaliens des promotions 1937 à 1943 ont participé activement à la Résistance, ce qui est très supérieur à la moyenne nationale –, le refus majoritaire du STO et, symbole des symboles, l’arrestation à l’école même du directeur adjoint et du secrétaire général. Ces faits permettent de passer sous silence la résignation d’un nombre important d’élèves, leur impressionnante capacité à poursuivre leurs études en toute circonstance ainsi que les compromissions d’autres archicubes, collaborationnistes parisiens comme Marcel Déat et Robert Brasillach, ou ministres des gouvernements successifs de Vichy comme Jacques Chevalier, Max Bonnafous, Pierre Pucheu et bien sûr Jérôme Carcopino. Au lendemain des fêtes joyeuses de la Libération, chacun préfère évoquer comme emblématiques de « l’esprit normalien » les destins brisés de Pierre Brossolette, Jean Cavaillès, Stéphane Piobetta, François Cuzin et Albert Chabanon. À travers ces discours et ces cérémonies, on mesure mieux l’importance de leur sacrifice, non pas seulement pour la nation dans son ensemble, mais pour l’institution normalienne elle-même et sa légitimité dans la société renouvelée de l’après-guerre.

Notes

1 Il est formellement élu directeur de l’ENS par le conseil de l’université de Paris le 16 décembre 1944. Cf. AN AJ 16 2890.

2 Sur ce point, cf. J.-F. Sirinelli, « La Khâgne », in P. Nora (dir.), Les Lieux de mémoire, II. La Nation, vol. 3, p. 607.

3 Lettre du 30 avril 1945 au général d’armée commandant la Ire armée française.

4 Lettre du 29 avril 1945 au ministère de l’Air.

5 Cette mesure concerne 9 élèves de la section des lettres et 12 de la section des sciences.

6 Lettre du 28 mai 1945 au ministre de la Guerre.

7 Par exemple, Yves Le Menn (L 1939) ; Maxime Lamotte (S 1939) ; François Courtès, Louis Déroche (L 1940) ; Raoul Giret (S 1940) ; Robert Garapon, Jacques Truchet (L 1941) ; Jean Combes, Alexandre Laforgue, Gérard Debreu, Pierre Buser, Robert Pallu de la Barrière (S 1941) ; Michel Debrun, Jean-René Derré, Marius-François Guyard, René Lion (L 1942) ; Jean Marie Souriau (S 1942).

8 Lettre du 29 avril 1945 au ministre de la Guerre.

9 Entretien relu par Jean Delumeau, qui figure en annexe de mon mémoire de DEA.

10 Lettre du 24 décembre 1944 aimablement communiquée par Jean Delvert.

11 Vœux des agrégatifs pour l’organisation des concours de 1944 et 1945, contenus en AN 61 AJ 109.

12 Le compte rendu de ces canulars se trouve dans Le Livre d’or des canulars conservé par Pierre Samuel (S 1940). Pour le chahut de Lucien Febvre, témoignages de François Crouzet et René Rémond.

13 AN 61 AJ 109.

14 Correspondance de Jérôme Carcopino conservée à l’Institut de France.

15 Sur ce procès, cf. A. Kaplan, Intelligence avec l’ennemi. Le procès Brasillach.

16 Lettre du 16 juillet 1947.

17 Lettre du 16 juillet 1947.

18 Sur ce point, cf. C. Singer, Vichy, l’université et les juifs.

19 Mis à la retraite d’office à la Libération, ce n’est qu’à titre rétroactif et après qu’il a été atteint par la limite d’âge que Carcopino sera réintégré dans ses droits universitaires par le Conseil d’État.

20 Ce qui concerne à la fois les prisonniers de guerre, les étudiants mobilisés dans l’armée d’armistice, les victimes du STO et ceux qui s’étaient engagés dans les FFI ou les FFL.

21 Lettre à Jean Baillou de Casablanca, le 28 septembre 1945.

22 Source : notice nécrologique de Louis Althusser, rédigée par Étienne Balibar, dans l’Annuaire des anciens élèves de l’ENS de 1993.

23 Texte reproduit dans A. Peyrefitte, Rue d’Ulm, réédition du bicentenaire, p. 245. Sur le parcours de Soriano, voir aussi les notices qui lui sont consacrées dans le Supplément de l’Annuaire des anciens élèves de l’ENS de 1997.

24 Récit de Georges Snyders recueilli par Nicolas Weill, Le Monde du 22-23 janvier 1995.

25 S. Hessel, Danse avec le siècle, p. 99-100.

26 Sur la question du communisme à l’ENS après 1945, cf. J.-F. Sirinelli, « Les normaliens de la rue d’Ulm après 1945 : une génération communiste ? », Revue d’histoire moderne et contemporaine, p. 569-588, ainsi que le mémoire de maîtrise de J.-P. Mochon, Les Normaliens et la politique, 1945-1962.

27 La commission est composée, outre le directeur, des professeurs Lévy, Rocard et Séchan, et des élèves Bacchus, Bergerard, Ruamps, Van den Heuvel, Bompaire et Guyard. L’agrégé-préparateur de physique Schiltz était chargé du rapport.

28 Il s’agit de Bigot, Cabos, Chaine, Didier, Join-Lambert, Juin, Lazard, Lorenceau, Lesèvre, Snyders, ainsi que des agents Poul et Prilliez.

29 Bien que reçu rue d’Ulm en 1939, il reste en zone sud après sa démobilisation. Il fait la connaissance de Pierre-Henri Teitgen dès 1940 à l’université de Montpellier. Rédacteur au secrétariat d’État au Ravitaillement à Vichy à partir de 1941, il accomplit des missions pour Georges Bidault. Puis, reçu à la Cour des comptes en mai 1943, il seconde Michel Fourré-Cormeray, qui travaille aux côtés d’Alexandre Parodi dans le cadre de la délégation générale du gouvernement provisoire à la préparation de la future administration de la France libérée. Capitaine FFI à la Libération, de Boissieu devient chef de cabinet de Pierre-Henri Teitgen quand celui-ci est nommé ministre de l’Information. Il sera par la suite l’un des dirigeants de la SNCF.

30 Lettre à André François-Poncet du 30 octobre 1945.

31 Bulletin de la Société des amis de l’ENS, année 1946.

32 En 1952, une « salle des Résistants », qui jouxte la « salle Cavaillès », viendra honorer la mémoire des élèves tombés en cours d’études au service de la Résistance.

33 Sur cet événement, cf. le Bulletin de la Société des amis de l’ENS, année 1946.

34 Cacique du concours littéraire de 1922, il rejoint les Forces françaises libres en 1941 et s’engage très tôt dans la Résistance, dont il contribue à fonder le Conseil national (CNR). Arrêté par la Gestapo en mars 1944 et torturé, il se donne la mort pour ne pas trahir les secrets importants qu’il détient.

35 Il s’agit de Michel Cabos, dont j’ai déjà évoqué le tragique destin.

36 Ce laboratoire est celui de zoologie, dont Robert Lévy a été écarté en 1940 et qui est dirigé pendant l’Occupation par Georges Tessier (S 1919), adjoint de Marcel Prenant dans les FTPF.

37 Sur ce sujet, cf. Henry Rousso, Le Syndrome de Vichy de 1944 à nos jours. Toutefois, P. Laborie, dans Les Français des années troubles, insiste sur le fait que l’image de la Résistance subit une forte dégradation dans l’opinion à partir de l’automne 1944. Ce phénomène ne me paraît toutefois pas exclusif d’une volonté de valoriser la minorité de Français qui s’étaient engagés dans la Résistance et d’étendre, par capillarité, leur courage à l’ensemble de la communauté nationale, afin de limiter l’ampleur du « traumatisme » de 1940.

© Éditions Rue d’Ulm, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable