Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Études et la guerre

 | 
Stéphane Israël

Troisième partie. L’École dans la guerre (février 1943-août 1944)

6. Le STO à l’École normale : l’attitude de l’administration

Texte intégral

1Après l’échec de la guerre éclair, la menace d’une levée massive de travailleurs français pour faire face aux besoins en main-d’œuvre du Reich hitlérien s’accentue. En avril 1942, Sauckel décrète le service du travail obligatoire pour toute l’Europe occupée. En mai 1942, il précise ses exigences vis-à-vis de la France : le départ pour l’Allemagne de 250 000 travailleurs avant la fin de l’année. Désireux de maîtriser le processus et d’en faire un volet de la politique de collaboration, Laval annonce le 22 juin 1942 la « relève », par laquelle Vichy encourage le départ de trois travailleurs français pour le retour d’un prisonnier. La pression allemande et celle de Vichy s’intensifient en septembre 1942 : le 4 septembre, la loi sur « l’orientation de la main-d’œuvre nationale » instaure un service du travail obligatoire (STO) en France même, autorisant le gouvernement à affecter tout Français de 18 à 50 ans et toute Française de 21 à 35 ans à « l’emploi qu’il juge utile à l’intérêt de la nation ».

  • 1 J.-F. Muracciole, La France pendant la Seconde Guerre mondiale, p. 426.

2Les résultats restant insuffisants aux yeux de l’occupant – 20 000 volontaires à peine se sont présentés dans le cadre de la relève –, le 16 février 1943 une nouvelle loi durcit le STO. Désormais, tous les jeunes gens des classes 1940 à 1942, bientôt suivis de la dernière fraction de la classe 1939, sont requis pour un travail forcé en Allemagne. Comme l’ensemble des étudiants, les normaliens sont touchés de plein fouet : plus des deux tiers des 194 élèves présents à la rentrée de novembre 1942 appartiennent aux classes visées par cette loi. Jusqu’au lendemain du débarquement, où Abel Bonnard décide de la mobilisation de l’ensemble des jeunes de la classe 1944 et 1945, l’administration de l’École reçoit de nombreuses instructions précisant la situation de ses élèves et des étudiants de l’université à l’égard du STO. Ces instructions révèlent l’intensité du contrôle exercé par les autorités, en particulier par les services d’Abel Bonnard et ceux du ministère de la Production industrielle : ainsi ils réclament l’envoi régulier de listes mentionnant les élèves présents rue d’Ulm et leur répartition dans les différentes classes visées par le STO. Mais ces instructions précisent aussi les emplois en France même et les multiples exemptions qui permettent d’éviter un départ pour l’Allemagne. Comme le souligne à juste titre Jean-François Murraciole : « La loi sur le STO, pur produit de la politique de Laval et de ses subtils marchandages avec les nazis, ne se donnait pas les moyens d’un État totalitaire. Par son extrême complexité et par les multiples facilités d’exemption qu’elle offrait, elle plaçait nombre de fonctionnaires ou de responsables dans une position de choix et d’arbitre1. »

  • 2 La plupart des éléments présentés dans ce chapitre sont extraits du carton d’archive AN 61 AJ 108.

3Au total, ce sont 730 000 travailleurs français qui se trouvent en Allemagne à l’été 1944. Mais, dans les universités, les doyens et le personnel administratif se sont montrés réfractaires à l’envoi de leurs étudiants en Allemagne. Entre la pression accrue de Vichy et les possibilités de contournement, l’administration de l’École normale, représentée par Jérôme Carcopino, Georges Bruhat et Jean Baillou, a adopté plusieurs stratégies successives face à la loi du 16 février 19432.

TROUVER UNE SOLUTION GLOBALE (FÉVRIER-MAI 1943)

Obtenir des délais jusqu’à l’été

4Le jour de la promulgation de la loi et du décret relatifs au STO, la menace paraît sans appel. Les élèves doivent se faire recenser immédiatement auprès des services de la main-d’œuvre. Ils sont aussi convoqués pour une visite médicale auprès d’un médecin français. La classe 1942 doit partir la première. La stratégie carcopinienne d’isolement de la rue d’Ulm vis-à-vis des désordres de la guerre s’en trouve ruinée : les normaliens sont exposés à un départ pour l’Allemagne avant même d’avoir achevé leur année scolaire.

5Dans un premier temps, Carcopino espère toutefois que Bonnard acceptera de soustraire les normaliens au sort commun. Mais c’est sous-estimer l’anti-intellectualisme du ministre-académicien, auteur d’un fameux pamphlet « Éloge de l’ignorance » en 1926, et l’hostilité à la rue d’Ulm qui en découle. Dès lors, faute de trouver une solution définitive, Carcopino cherche à gagner du temps : conformément aux possibilités ouvertes par le décret du 24 février 1943 relatif à l’accomplissement du STO par les étudiants, il sollicite un délai de grâce pour ses élèves jusqu’à l’été 1943, le temps qu’ils passent les examens et les concours. Aidé par Bruhat et Baillou, il fait le siège du boulevard Saint-Germain, où se trouve le ministère des Travaux publics, et de la place de Fontenoy, qui abrite le Commissariat de la main-d’œuvre. Dans ses mémoires, tout à son souci de se distinguer de son successeur Bonnard, Carcopino écrit ainsi :

  • 3 J. Carcopino, Souvenirs de sept ans, p. 637.

Mon successeur au ministère de l’Éducation nationale, imbu de l’idée que l’envoi en Allemagne était une chance inespérée de régénération, ou, comme il le disait, d’enrichissement pour ceux qu’il mobilisait, n’avait pas voulu seulement envisager pour l’École normale la possibilité d’une exception qu’eussent excusée le petit nombre et la qualité de ses élites. J’en étais réduit à solliciter des recruteurs officiels les délais que motivaient, jusqu’à l’été prochain, où devaient avoir lieu les concours et les sessions d’examens, les exigences de difficiles études qu’il aurait été inique et absurde d’interrompre en plein effort.
Sur ce point, j’acquis des services français du STO les preuves de leur bonne volonté3.

6Ces démarches sont couronnées de succès : les normaliens sont préservés d’un départ jusqu’à l’été.

Verser tous les normaliens dans les Chantiers de la jeunesse ?

  • 4 Sur l’application du STO à l’École polytechnique, cf. V. Guigueno, « La formation d’une élite à l’ (...)

7Passé l’été 1943, la question du sort des élèves de la rue d’Ulm demeure entière. Ainsi, tout en s’efforçant d’obtenir des délais supplémentaires, Carcopino recherche une solution plus globale et plus durable. Or, selon des instructions complémentaires au décret relatif au STO, si la durée totale du STO est de deux ans, la première année peut être effectuée en France, à condition que l’on soit embauché dans les secteurs de la production qui travaillent pour le bénéfice de l’Allemagne ou que l’on accomplisse un service dans les Chantiers de la jeunesse. En outre, les étudiants de la zone sud qui accomplissent depuis novembre 1942 leur stage de huit mois dans les Chantiers peuvent le prolonger de quatre mois pour arriver ainsi à une année entière dans le cadre d’une affectation en France. Ainsi, dès le mois de mars 1943, Carcopino considère que le versement de tous les normaliens dans les Chantiers à compter de l’été est la solution à privilégier. Le 5 mars 1943, il écrit au général La Porte du Theil pour lui présenter sa proposition. Comme il l’avait déjà fait l’année précédente pour améliorer le sort des normaliens de la zone sud en stage dans les Chantiers, Carcopino justifie sa demande en se référant à l’École polytechnique, dont l’ensemble de la promotion 1942 a été versé dans les Chantiers pour une durée d’un an4. Il vante également les vertus de la formation dispensée par les Chantiers : les normaliens, écrit-il, reviendront « mieux préparés à leur tâche d’éducateurs de la France rénovée de demain ». À l’appui de sa lettre, Carcopino en joint une autre, datée du 4 mars 1943 et signée des deux « caciques généraux » – le cacique de la promotion lettres 1939, Jacques Havet, et le cacique de la promotion sciences 1940, Marcel Ferré, érigés en porte-parole de leurs camarades. Les élèves s’y montrent favorables à l’idée d’accomplir un stage aux Chantiers : « Ceux d’entre nous qui appartiennent aux classes visées par ladite loi, connaissant l’atmosphère de pur travail et de discipline librement consentie et aussi l’esprit de bonne fraternité française qui règnent aux Chantiers de la jeunesse, ont manifesté le souhait d’y passer huit mois du temps qu’ils doivent à leur pays. » Les caciques ajoutent même qu’ils souhaitent pouvoir passer une année entière aux Chantiers ; à défaut, ils suggèrent d’employer les quatre mois restants au service du secours national dans les villes côtières touchées par les bombardements.

8La demande de Carcopino est bien reçue par La Porte du Theil. Dans sa réponse du 2 avril 1943, il assure qu’il peut accueillir dans les Chantiers les normaliens nouvellement reçus dès l’été 1943, tout comme ceux qui sont déjà en cours de scolarité à l’École normale et qui sont visés par le STO. Sa réponse témoigne de la qualité des relations qui le lient à Carcopino :

Le stage des élèves de l’ENS dans les Chantiers ne me paraît pas devoir offrir en soi de difficultés du moment que la décision de principe est prise.
Si vous êtes de mon avis, le même régime que celui qui a été appliqué aux polytechniciens pourra être étendu aux normaliens : stage immédiat après l’admission au concours d’entrée à l’École.
Pour les élèves actuellement à l’École et qui peuvent être soumis à la loi et au décret du 16 février 1943 sur le Service du travail obligatoire, […] je pourrais les prendre dans les Chantiers dès le mois de juillet, à condition d’y être autorisé par M. le ministre de l’Éducation nationale, si tant est que cette autorisation soit nécessaire.
Les circonstances m’obligent en effet à demander l’abrogation de l’arrêté du 5 juillet 1941. Cet arrêté impose aux étudiants ou aux candidats aux grandes écoles d’accomplir leur stage dans les Chantiers à une série commençant au mois de novembre. Or le décret du 24 février 1943, relatif à l’accomplissement du STO par les étudiants, fixe au 1er septembre 1943 la date du début de ce service. Et il est admis que le STO commence en zone non occupée par le stage dans les Chantiers : il s’agit donc de faire coïncider pour les étudiants le début de ce service avec celui d’une série du stage dans les Chantiers, et sans doute est-ce juillet qui sera retenu par le Gouvernement.
Je vous retourne sous ce pli la lettre de vos caciques généraux. Je comprends qu’elle vous ait fait plaisir. Elle montre un état d’esprit élevé dont il faudra d’ailleurs que la jeunesse fasse preuve si elle veut surmonter les événements graves qui l’attendent.
Si j’en avais besoin, votre lettre du 5 mars m’aurait apporté la preuve que le directeur de l’ENS porte toujours aux Chantiers de la jeunesse l’intérêt dont le ministre de l’Éducation nationale ne s’est jamais départi à leur endroit, je vous en suis personnellement reconnaissant […].

  • 5 Il s’agit de Gilbert Lazard, dont le cas a déjà été évoqué. Lazard partira pour le maquis à l’été (...)
  • 6 Carcopino prend le soin d’indiquer qu’il est prêt, s’ils pouvaient être accueillis par les Chantie (...)

9Les 10 et 18 avril, un nouvel échange de lettres entre Carcopino et La Porte du Theil confirme les orientations précédentes : le directeur transmet la liste des 132 élèves en cours de scolarité susceptibles de rejoindre les Chantiers. Il précise cependant que les élèves juifs, à l’exception d’un seul qui n’est que « demi-juif et en instance de révision de statut5 », ne figurent pas sur la liste, puisqu’ils « sont externés depuis plus d’un an et inscrits pour la plupart à la faculté des lettres ou à la faculté des sciences de Lyon6 ». En retour, le général s’engage à ce que les normaliens soient accueillis dans les meilleures conditions possibles.

  • 7 Lettre de Jérôme Carcopino à La Porte du Theil du 17 avril 1943.

10On le voit, l’élaboration de la solution des Chantiers doit beaucoup à la complicité unissant Carcopino et La Porte du Theil depuis que le premier, ministre à Vichy, a favorisé le développement des Chantiers. Elle a aussi reçu l’agrément du Commissariat général à la main-d’œuvre. En revanche, Carcopino a tenu à ce qu’Abel Bonnard ne soit pas informé de cette initiative, car il redoute que Georgin, son directeur de cabinet, ne veuille appliquer une solution équivalente, au risque de compromettre la sienne, aux élèves de Saint-Cloud dont il est le directeur7. On le voit, les mauvaises relations entre Abel Bonnard et Jérôme Carcopino se doublent d’une compétition entre les deux Écoles normales supérieures de garçons pour protéger et placer leurs élèves, la plus jeune semblant désormais mieux en cour à Vichy grâce à l’influence du directeur de cabinet d’Abel Bonnard.

11Le 31 mai 1943, le placement de tous les normaliens dans les Chantiers est toujours envisagé par Carcopino, comme en témoigne la lettre qu’il adresse, ce même jour, au Commissariat général au travail obligatoire. Cette correspondance contient d’ailleurs deux éléments significatifs de la position de Carcopino face au STO. D’une part, il souhaite que l’interruption des études des élèves ne dure pas plus d’une année : « la prolongation du STO au-delà d’un an constituerait pour l’École normale et pour la nation la plus terrible des menaces ». D’autre part, il voit dans la solution des Chantiers l’avantage d’un règlement global de la question du STO. Apparaît ici sa volonté de préserver l’unité de la communauté normalienne. Mais, dans les deux cas, son hostilité de principe au STO est réelle et les Chantiers représentent pour lui la meilleure solution de contournement légal de la mesure.

  • 8 Témoignages de René Rémond et Henri Plard, confirmés par d’autres entretiens.
  • 9 La Porte du Theil est relevé de ses fonctions par Laval en décembre 1943, avant d’être emprisonné (...)

12À la veille de l’été 1943, la question du STO semble réglée pour les normaliens. Selon plusieurs témoignages8, La Porte du Theil serait même venu rue d’Ulm pour présenter les Chantiers de la jeunesse aux élèves. Pourtant, entre les mois de juin et de juillet, Carcopino change radicalement de stratégie et écarte cette option. En l’absence de document explicatif dans les archives de l’École normale et de commentaire de Carcopino dans ses mémoires, il faut supposer que l’administration de l’École, alertée sur le sort de trois normaliens de la promotion 1942 qui, en stage dans les Chantiers, avaient dû partir pour l’Allemagne, ou informée du sort des polytechniciens de la promotion 1942, passés directement des Chantiers à l’Allemagne nazie, s’est rendue compte que, loin de protéger les élèves, les Chantiers ne feraient que les exposer davantage. En effet, dès l’été 1943, les Allemands y multiplient les rafles, suscitant les vives protestations de La Porte du Theil9. Témoin de ce changement d’orientation, la lettre que Carcopino lui adresse le 27 juillet pour lui demander d’accorder un sursis aux élèves des classes 1943 et 1944 nouvellement reçus à l’École. Dans une allusion à peine voilée à ces rafles, Carcopino affirme que le stage des normaliens dans les Chantiers serait « plus préjudiciable à l’École qu’avantageuse pour les Chantiers ». Si Carcopino doit réitérer sa demande directement auprès d’Abel Bonnard le 1er octobre 1943, il obtient finalement gain de cause : les normaliens n’iront pas dans les Chantiers.

TIRER PARTI DU RÉSEAU NORMALIEN ET DES COMPÉTENCES DES ÉLÈVES (ÉTÉ 1943)

13Devant l’échec d’une solution collective et alors que le sursis estival touche à sa fin, Carcopino, aidé par Bruhat et Baillou, opte pour une nouvelle stratégie : à partir d’une lecture attentive des opportunités offertes par les circulaires d’application de la loi, mobiliser les amitiés de l’École normale et tirer parti des compétences reconnues aux normaliens pour leur réserver, en France ou en Allemagne, le sort le plus favorable possible.

Des emplois qualifiés en Allemagne ?

14Pour les élèves de la classe 1942 déclarés aptes, sont ainsi envisagées des affectations privilégiées en Allemagne : pour les littéraires, des postes de traducteur ; pour les scientifiques, des emplois de chercheur dans des laboratoires d’outre-Rhin. Ce type d’affectations n’est d’ailleurs pas réservé aux seuls normaliens. Elles sont mentionnées dans les circulaires rectorales, ainsi que dans celles de la Commission de la main-d’œuvre française en Allemagne. Le 18 juin 1943, le recteur Gidel demande aux doyens des facultés de Paris de lui faire parvenir les noms des étudiants qui se portent candidats à un poste d’interprète en Allemagne ; il les informe que des épreuves de langue se dérouleront entre les 23 et 26 juin, rue de l’École de médecine, à l’Institut des langues modernes. En ce qui concerne les emplois dans les laboratoires allemands, des précisions rectorales parviennent à l’École normale le 9 juillet 1943, indiquant que les élèves titulaires d’un diplôme d’études supérieures de physique ou de chimie pourront recevoir des affectations spéciales. Le 5 août 1943, c’est une lettre du Commissariat à la main-d’œuvre française en Allemagne qui demande à l’École d’avertir les élèves scientifiques ayant postulé pour un emploi en Allemagne qu’ils doivent se rendre le 18 août à une réunion pour préciser les conditions de leur départ. Le caractère élargi de ces offres est aussi attesté par Jean Guéhenno dans son Journal des années noires, qui les mentionne, non sans une certaine ironie, à la date du 12 juin 1943 : « Je vois beaucoup de jeunes intellectuels qui se résigneraient volontiers à partir, à la condition qu’on ne les soumît pas tout à fait au sort commun. Des “scientifiques” se sentiraient consolés à l’idée qu’on les emploiera dans des laboratoires, des “littéraires”, comme interprètes ou employés de bureau. Tout serait pour le mieux si on les nommait sergents-chefs dans un régiment d’esclaves. »

  • 10 Lettre de Jérôme Carcopino au recteur Gidel du 19 juin 1943.
  • 11 Les réponses manuscrites des élèves sont en AN 61 AJ 108.
  • 12 Jean Honoré, François Ricci et Gabriel Bouchard.

15La direction de l’École fait circuler ces propositions parmi les élèves. Pour les littéraires, elle n’est toutefois pas obligée de signaler les candidats au rectorat, l’admission à l’École les dispensant de l’épreuve de langue10. Une liste récapitulative est dressée le 8 juin 1943. Elle mentionne le nom de 7 élèves scientifiques appartenant à la classe 1942 capables de remplir un emploi dans un laboratoire allemand ou dans un bureau d’études, et de 3 littéraires ayant une connaissance suffisante de l’allemand pour être interprètes. Cette liste a été établie après consultation des élèves, puisqu’elle précise également les noms de 4 élèves scientifiques et de 9 littéraires qui déclinent l’offre11. Elle montre qu’un certain nombre de scientifiques semblent disposés à partir en Allemagne, pourvu que les conditions de vie et de travail n’y soient pas trop difficiles. Pour les littéraires, l’analyse est différente : les trois noms12 présentés par Carcopino sont ceux d’élèves de la promotion 1942 issus de la zone sud, qui, ayant dû s’acquitter de leur stage de huit mois dans les Chantiers de la jeunesse, ne sont pas physiquement présents rue d’Ulm en mai-juin 1943. Comme ils sont tous les trois germanistes, Carcopino a pris l’initiative de mettre leurs noms sur la liste, sans même les consulter, dans le souci de leur épargner le sort commun au cas où ils seraient victimes d’une rafle allemande dans les Chantiers. Il en avertit d’ailleurs La Porte du Theil le 23 juin 1943. Mais, le 1er juillet 1943, La Porte du Theil lui répond que ces trois normaliens ont déjà quitté les Chantiers pour l’Allemagne sans obtenir la fonction avantageuse à laquelle il voulait les destiner.

  • 13 Il sera professeur de chimie à l’université de Paris-VI, directeur du département de chimie de l’E (...)
  • 14 J. Carcopino, Souvenirs de sept ans, p. 637.
  • 15 Cf. Ph. Burrin, La France à l’heure allemande. Gaston Julia y est cité aux pages 304, 358 et 361.

16Du côté des scientifiques, sur les 7 élèves dont les noms sont mentionnés par Carcopino, un seul part effectivement pour l’Allemagne en août 1943 : il s’agit de Marc Julia, un chimiste de la promotion 1942, qui effectue des recherches sur la pénicilline dans les laboratoires de l’université de Göttingen jusqu’à la défaite des nazis au printemps 1945. Le cas de Marc Julia, qui mènera par la suite une brillante carrière scientifique13, est suffisamment exceptionnel pour mériter quelques commentaires. Dans ses mémoires, Carcopino se montre d’une grande sévérité à son égard. Il affirme que « l’élève, sur la recommandation du ministre, s’était mis en instance de départ pour un laboratoire d’outre-Rhin où il se berçait de la spécieuse espérance de pouvoir apprendre sans être contraint de servir ». Carcopino écrit également que ni lui, ni Bruhat n’avaient été tentés de le retenir « pour ne pas dévoiler leurs arrière-pensées au ministre14 ». Dans le mémoire de défense qu’il rédige pour la Haute Cour de justice, Carcopino précise que Marc Julia a été poussé à partir en Allemagne par son père, Gaston Julia, lui-même archicube de la promotion 1911, professeur de mathématiques à la Sorbonne et membre de l’Académie des sciences. Ce scientifique de renom avait pris très officiellement le parti de la collaboration avec l’Allemagne, n’hésitant pas à faire à plusieurs reprises le voyage outre-Rhin15. Toutefois, contrairement à Carcopino, il ne sera pas véritablement inquiété à la Libération, son statut de grand mutilé de guerre jouant alors en sa faveur. Une inégalité de traitement dont il est possible que Carcopino, mécaniquement inculpé d’atteinte à la sûreté intérieure et extérieure de l’État en tant qu’ancien ministre de Vichy, ait gardé quelque rancœur au moment où il rédige ses souvenirs.

17Si la décision de Marc Julia de partir en Allemagne lui a très certainement été inspirée ou même imposée par son père, c’est bien par l’École normale, contrairement à ce qu’affirme Carcopino dans ses mémoires, que la possibilité lui en a été offerte. En outre, des facilités sont faites aux normaliens : comme je l’ai précisé, les littéraires n’ont pas d’examen à passer ; et les emplois qualifiés en Allemagne leur sont proposés dès le début du mois de juin 1943, soit plus tôt qu’au reste des étudiants. En réalité, les normaliens ne suivent pas la voie commune : la liste établie par Carcopino le 8 juin 1943 n’est pas destinée au recteur. Elle est directement transmise au secrétaire d’État à la Production industrielle, Jean Bichelonne, un brillant technocrate – il a obtenu en 1923 le record de points jamais enregistré au concours d’entrée à l’École polytechnique – que Carcopino a connu à Vichy comme secrétaire général du même ministère. Une fois de plus, Carcopino préfère court-circuiter les services d’Abel Bonnard pour obtenir une solution avantageuse au profit de ses élèves ; de même, il mobilise les réseaux tissés lors de son expérience ministérielle à Vichy. Le généreux secrétaire d’État à la Production industrielle a d’ailleurs une autre offre à proposer aux normaliens.

« L’offre Bichelonne16 »

  • 16 Selon l’inscription faite à la main par l’administration de l’ENS sur l’enveloppe qui contient les (...)
  • 17 Réponses des élèves contenues en AN 61 AJ 108.

18Au moment où les élèves de la classe 1942 se voient proposer des affectations privilégiées en Allemagne, Jean Bichelonne offre une autre possibilité aux normaliens, mais cette fois en France : être employés dans des mines de charbon. Ce type d’affectation fait partie des secteurs de l’économie nationale classés Speer-Betriebe qui, travaillant directement pour le Reich, dispensent d’un départ en Allemagne. Bichelonne en a négocié le principe avec Albert Speer, le ministre de l’Armement de Hitler, à l’été 1943. Mais, contrairement aux emplois intellectuels mentionnés précédemment, les normaliens n’ont pas a priori les compétences nécessaires pour occuper ces postes. L’offre de Bichelonne consiste précisément à leur réserver quelques places dans les mines. Elle est destinée aux élèves des classes 1940 et 1941, pour qui la menace d’un départ en Allemagne est moins immédiate que pour ceux de la classe 1942. De nouveau, un partage s’opère entre les élèves qui désirent « bénéficier des avantages proposés par monsieur Bichelonne » ou « être placés sous sa protection », et ceux qui, selon l’expression de Gilles Chaine, ancien d’Uriage qui s’apprête à gagner le maquis, « ne se considèrent pas engagés par les démarches que l’École normale supérieure a entreprises afin de faciliter aux élèves l’application du STO17 ». Une fois de plus, les littéraires sont plus nombreux à décliner l’offre que les scientifiques. Mais, contrairement à la solution précédente, il n’existe pas de liste récapitulative présentant l’ensemble des réponses des normaliens sollicités.

19À l’été 1943, Carcopino, qui a renoncé à trouver une solution globale pour l’ensemble des normaliens, espère leur obtenir un sort plus favorable en tirant parti du caractère élitiste du recrutement de l’École normale et en mobilisant ses appuis à Vichy. Mais cette stratégie révèle aussi la gravité de la situation : en dépit de son caractère avantageux, l’offre de Bichelonne suppose que les normaliens quittent la rue d’Ulm. De plus, la pression allemande reste forte : dès la fin du sursis estival, les élèves sont convoqués pour de nouvelles visites médicales suivies d’affectations immédiates. Les démarches de l’administration ne semblent donc pas en mesure d’éviter le départ de la plupart des normaliens : elle agit à la marge. À l’automne 1943, la situation évolue encore, permettant à Carcopino d’adopter une troisième stratégie : après la solution des Chantiers et l’offre Bichelonne venait la possibilité d’une affectation en France.

TROUVER DES AFFECTATIONS LÉGALES EN FRANCE (SEPTEMBRE 1943-JUILLET 1944)

20À la veille de la rentrée de 1943, les choses semblent pourtant mal engagées : très mécontent de voir que la majorité des étudiants des classes 1939 à 1942 ont trouvé des subterfuges pour ne pas partir en Allemagne, Abel Bonnard décide d’interdire à tous les étudiants visés par le STO de s’inscrire en faculté, risquant ainsi de compromettre la réouverture de l’École. De plus, Carcopino, qui s’est rendu place de Fontenoy au Commissariat général à la main-d’œuvre en septembre 1943, a pu constater que l’atmosphère y était changée : en partie renouvelé, le personnel met désormais du zèle à faire partir le maximum de jeunes gens en Allemagne.

21La situation s’éclaircit au début du mois d’octobre 1943. Bonnard annonce le 13 octobre que les étudiants touchés par le STO sont autorisés à s’inscrire dans les établissements d’enseignement supérieur : la rentrée de l’École normale peut avoir lieu. Surtout, une nouvelle circulaire prévoit que les jeunes gens des classes 1939 à 1942 inaptes pour l’Allemagne peuvent s’acquitter du STO en renforçant l’encadrement des établissements d’enseignement. Ce cas s’ajoute aux autres exemptions déjà prévues, notamment dans le cadre des accords Speer-Bichelonne. Carcopino, Bruhat et Baillou comprennent alors qu’une mobilisation intelligente de toutes les dérogations prévues par les textes d’application de la loi du 16 février 1943 peut éviter non seulement le départ des normaliens vers l’Allemagne, mais aussi, dans les situations les plus favorables, l’interruption de leur scolarité.

22Une partie des élèves des classes 1939 à 1942 déclarés inaptes pour l’Allemagne est donc maintenue rue d’Ulm, au motif qu’ils participent au renforcement de l’encadrement de l’établissement. À d’autres, j’y reviendrai, on propose des postes d’enseignant en Espagne. Aux élèves restés en province, l’administration recommande en priorité de trouver une affectation dans l’enseignement. Comme l’enseignement ne peut pas tous les accueillir, il leur est aussi conseillé de trouver des emplois dans les secteurs de production classés Speer-Betriebe : l’École donne aux normaliens les coordonnées de plusieurs usines situées dans la région parisienne, ce qui leur permettrait de poursuivre leur scolarité à l’École. L’administration peut d’ailleurs prendre elle-même contact avec certains industriels pour placer ses élèves.

23En ce qui concerne les normaliens déclarés aptes pour l’Allemagne, les choses sont à la fois plus simples et plus compliquées. L’École ne peut leur procurer une affectation en France. Mais elle prend le prétexte de la préparation de leurs examens et concours pour demander des sursis en leur faveur.

24L’administration encourage aussi chacun à multiplier les visites médicales afin de faire traîner les choses.

25Enfin, s’agissant des élèves de la classe 1943, qui appartiennent en majorité à la dernière promotion, les textes prévoient qu’ils peuvent rester dans les établissements universitaires, à condition de vivre au sein d’une collectivité, ce qui est le cas des normaliens. Il avait aussi été prévu qu’ils effectuent des travaux en usine ou des œuvres sociales supplémentaires, mais la mesure ne semble pas être entrée en application.

  • 18 Le cas de Martin est présenté au chapitre suivant.
  • 19 J. Carcopino, Souvenirs de sept ans, p. 640.

26Ainsi, à la veille de la Libération, seuls 5 élèves – les 3 normaliens victimes d’une rafle dans les Chantiers de la jeunesse, Marc Julia et Jacques Martin18, philosophe de la promotion 1941 – ont effectivement quitté la France pour l’Allemagne dans le cadre du STO. Beaucoup d’autres, à Paris ou en province, ont trouvé, le plus souvent grâce aux relations de l’École, des affectations qui leur permettent de continuer leurs études. Dans ses mémoires, Carcopino met en avant cet état de fait pour prouver son opposition résolue au STO et les efforts qu’il a entrepris afin d’en épargner l’application aux normaliens. « Trois semaines après les dernières instructions d’Abel Bonnard, Paris était libéré, et l’ENS était toujours indemne du STO. Loin de moi d’accaparer la beauté de ce résultat. Tous dans notre maison de la rue d’Ulm y ont concouru d’une égale ardeur. […] J’espère toutefois que, dans la victoire commune, l’on voudra bien laisser quelque part au directeur responsable19. » Cette ligne d’argumentation tend à démontrer, à travers l’hostilité de Carcopino au STO, son refus plus général de la collaboration. Il l’avait déjà utilisée avec succès en 1945-1947 lors de l’instruction de son procès devant la Haute Cour de justice. Dans ses réquisitions de non-lieu, le procureur général Mornet écrit ainsi que Carcopino, directeur de l’École normale, « ne se départit pas de son esprit de résistance » et qu’il « parvient à faire échapper l’école au STO ».

  • 20 S’agissant de Darlan, les analyses de M. Marrus et R. Paxton dès 1972, et celles, plus récentes, d (...)
  • 21 J. Carcopino, Souvenirs de sept ans, p. 636.

27L’examen des stratégies successives adoptées par Carcopino face au STO montre qu’il n’acceptait pas le principe d’un départ de ses élèves en Allemagne. Son patriotisme y répugnait. Il y voyait l’expression même de la « mauvaise » collaboration dans sa version Laval-Bonnard, celle qui procédait d’un choix idéologique et qui allait au-devant des demandes de l’occupant, alors que, dans son esprit, la politique dont il avait été partie prenante aux côtés de Darlan entre 1941 et 1942 se voulait d’abord une négociation de la contrainte20. Dans ses mémoires, Carcopino soutient d’ailleurs « qu’une des causes de la dissolution, en avril 1942, du gouvernement dont je faisais partie procéda de l’opposition de son chef, l’amiral Darlan, à la réquisition d’une main-d’œuvre pour le travail en Allemagne21 ». Son corporatisme pronormalien et son attachement à la poursuite des études de ses élèves s’opposaient aussi à la mise en place du STO, puisque l’événement heurtait frontalement sa volonté de tenir la rue d’Ulm à l’écart des soubresauts de la guerre. De toute évidence, avec le soutien actif de Bruhat et de Baillou, Carcopino a multiplié les efforts pour procurer aux élèves les affectations les plus avantageuses. A contrario, les normaliens qui se trouvaient en province loin des capacités d’intervention de l’École ont été moins bien lotis.

  • 22 Ces statistiques sont extraites du carton d’archive AN 16 AJ 7145.

28Il convient néanmoins de nuancer le satisfecit que se décerne Carcopino dans ses Souvenirs de sept ans. Si l’on tient compte du jeu des possibles, et pas seulement de ce qui est advenu, on s’aperçoit que Carcopino a aussi envisagé d’envoyer tous les normaliens dans les Chantiers de la jeunesse, ce qui aurait d’abord entraîné l’éclatement de l’École, puis leur transfert vers l’Allemagne ; quant aux propositions Bichelonne d’emplois qualifiés dans des universités allemandes, propositions relayées par Carcopino, elles sont aux marges de la collaboration universitaire. Il est révélateur que Carcopino passe sous silence dans ses mémoires les Chantiers comme l’offre Bichelonne, alors même que l’une et l’autre ont suscité une intense activité de l’administration entre les mois de mars et de juillet 1943. Je montrerai aussi dans le chapitre suivant qu’il a cherché à décourager le départ de certains normaliens pour Alger. En fait, Carcopino a utilisé toutes les failles de la loi du 16 février 1943 et de ses textes d’application successifs pour les vider de leur substance. Mais ce faisant, il a veillé à rester dans le cadre de la légalité, même s’il a poussé ce cadre à ses limites extrêmes. En outre, si le cas de l’École normale contraste fortement avec celui de l’École polytechnique, dont l’administration semble avoir facilité le départ de ses élèves pour l’Allemagne, il se rapproche néanmoins de plusieurs autres grandes écoles, où le STO a aussi été très largement contourné : en novembre 1943, il n’y avait en Allemagne que 6 normaliens de Saint-Cloud, école pourtant dirigée par un proche d’Abel Bonnard, 3 élèves de l’École des chartes, peu connue pour son esprit de rébellion, et 5 de l’École des mines22. Communautés restreintes, les écoles semblent avoir mieux protégé leurs élèves que les universités : au début de l’année 1944, les listes de la faculté des lettres de Paris indiquent le départ de plus de 110 étudiants, ce qui paraît proportionnellement plus élevé que les chiffres cités pour les grandes écoles, même si des investigations complémentaires seraient nécessaires pour en avoir la certitude.

Notes

1 J.-F. Muracciole, La France pendant la Seconde Guerre mondiale, p. 426.

2 La plupart des éléments présentés dans ce chapitre sont extraits du carton d’archive AN 61 AJ 108.

3 J. Carcopino, Souvenirs de sept ans, p. 637.

4 Sur l’application du STO à l’École polytechnique, cf. V. Guigueno, « La formation d’une élite à l’épreuve », in M.-O. Baruch et V. Guigueno, Le Choix des X, p. 74-76.

5 Il s’agit de Gilbert Lazard, dont le cas a déjà été évoqué. Lazard partira pour le maquis à l’été 1943.

6 Carcopino prend le soin d’indiquer qu’il est prêt, s’ils pouvaient être accueillis par les Chantiers, « à leur imposer la loi commune ».

7 Lettre de Jérôme Carcopino à La Porte du Theil du 17 avril 1943.

8 Témoignages de René Rémond et Henri Plard, confirmés par d’autres entretiens.

9 La Porte du Theil est relevé de ses fonctions par Laval en décembre 1943, avant d’être emprisonné par les Allemands.

10 Lettre de Jérôme Carcopino au recteur Gidel du 19 juin 1943.

11 Les réponses manuscrites des élèves sont en AN 61 AJ 108.

12 Jean Honoré, François Ricci et Gabriel Bouchard.

13 Il sera professeur de chimie à l’université de Paris-VI, directeur du département de chimie de l’ENS et membre de l’Académie des sciences.

14 J. Carcopino, Souvenirs de sept ans, p. 637.

15 Cf. Ph. Burrin, La France à l’heure allemande. Gaston Julia y est cité aux pages 304, 358 et 361.

16 Selon l’inscription faite à la main par l’administration de l’ENS sur l’enveloppe qui contient les réponses des élèves à cette proposition du ministre. Cf. carton d’archive AN 61 AJ 108.

17 Réponses des élèves contenues en AN 61 AJ 108.

18 Le cas de Martin est présenté au chapitre suivant.

19 J. Carcopino, Souvenirs de sept ans, p. 640.

20 S’agissant de Darlan, les analyses de M. Marrus et R. Paxton dès 1972, et celles, plus récentes, de Ph. Burrin ont montré qu’il avait bien recherché la collaboration avec l’Allemagne et avait même été prêt à s’engager dans une forme de partenariat militaire avec le Reich.

21 J. Carcopino, Souvenirs de sept ans, p. 636.

22 Ces statistiques sont extraites du carton d’archive AN 16 AJ 7145.

© Éditions Rue d’Ulm, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540