Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Études et la guerre

 | 
Stéphane Israël

Deuxième partie. Opinions, engagements, éloignements et exclusions (octobre 1940-février 1943)

5. Normaliens réprouvés et normaliens hors les murs

Texte intégral

1En raison des circonstances, un nombre important d’élèves – plus de 110 appartenant aux promotions 1936 à 1942 – se trouvent éloignés de la rue d’Ulm durant tout ou partie de la guerre. Les normaliens hors les murs connaissent des destins très différents : quoi de commun entre les élèves victimes des lois raciales de Vichy, les prisonniers de guerre, ceux qui sont mobilisés dans l’armée d’armistice ou encore ceux qui s’engagent volontairement dans les Chantiers de la jeunesse ? Mais pour chacune de ces catégories d’élèves, leur appartenance à l’École normale supérieure a des conséquences, liées à la fois à la politique de l’administration à leur égard et aux solidarités normaliennes qui persistent en dépit de l’exil, de l’éloignement ou de l’exclusion.

TROIS CATÉGORIES D’EXCLUS

Les Alsaciens et les Lorrains

  • 1 Conformément aux frontières de 1871, la Moselle fait également partie de la zone annexée.
  • 2 J.-P. Azéma, De Munich à la Libération, p. 175.

2Après la défaite, l’Alsace et la Lorraine deviennent l’une « zone réservée », l’autre « zone annexée1 », toutes deux placées sous la tutelle directe des Allemands. L’occupant procède d’abord à la « germanisation » des lieux et des populations, puis à leur « nazification », selon la terminologie de Jean-Pierre Azéma2. Les jeunes Alsaciens et Lorrains sont particulièrement exposés : à la suite de l’échec de la guerre éclair, ils sont passibles d’une sorte de travail obligatoire avant la lettre. À partir d’août 1942, les conscrits de ces départements doivent servir dans l’armée allemande : c’est l’histoire, douloureuse, des « malgré nous ». Pour les étudiants, la situation n’est guère plus favorable. À la rentrée 1940, la khâgne et l’université de Strasbourg, repliées l’année précédente à Clermont-Ferrand, ne rouvrent pas leurs portes. Ils doivent donc aller poursuivre leurs études à Clermont ou ailleurs.

  • 3 Lettre de Jérôme Carcopino à Jean Baillou du 28 août 1942.
  • 4 Sur cette rafle, cf. A. Gueslin (dir.), Les Facs sous Vichy, p. 87-113.

3Les normaliens originaires d’Alsace et de Lorraine préfèrent s’éloigner de leurs départements d’origine. Mais ils hésitent entre deux attitudes : poursuivre leur scolarité à l’École ou gagner la zone non occupée. Certains font leur entrée rue d’Ulm : c’est le cas de Marie-Joseph Moeglin (L 1940) et d’Alfred Frühling (S 1941). Ils vivent isolés de leur famille : Moeglin ne va à Strasbourg qu’une seule fois, durant l’été 1941, et n’y retourne plus jusqu’à la fin de l’Occupation. Pour la plupart toutefois, la situation de la zone non occupée paraît plus sûre. Telle est aussi l’analyse de l’administration de l’École, qui les incite à y rester. Ainsi, de Raoul Ergmann (L 1940) qui est originaire de Mulhouse, où son père a été élu conseiller municipal socialiste dans les années 30. À l’automne 1940, il s’inscrit à l’université de Lyon. En 1942-1943, sa préparation de l’agrégation est interrompue par le STO. À la Libération enfin, plutôt que de rejoindre la rue d’Ulm, il passe avec succès le dernier concours de la Cour des comptes, avant que l’École nationale d’administration n’unifie les modalités de recrutement de la haute fonction publique. Ergmann n’a donc jamais fait sa rentrée effective à l’École normale. Le germaniste Albert Greiner (L 1937), originaire de Strasbourg, s’abstient quant à lui de retourner à Paris pendant toute l’Occupation. Démobilisé en mai 1941, il s’inscrit à l’université de Lyon. Il prépare son diplôme en 1941-1942 et passe avec succès l’agrégation l’année suivante. À l’automne 1941 comme à l’automne 1942, il demande à l’administration de l’École normale s’il peut regagner Paris : à deux reprises, il lui est conseillé de rester à Lyon3. Après son invasion, la zone sud n’est pourtant plus à l’abri des menées allemandes. Ainsi, le 25 juin 1943, les Allemands organisent une vaste rafle d’étudiants alsaciens et lorrains à l’université de Clermont4. Le scientifique Frühling, qui s’est inscrit à Clermont à la rentrée 1942, y échappe. Il gagne alors l’université de Grenoble.

  • 5 Témoignage de Pierre Moussa.

4Pour ces élèves éloignés de la rue d’Ulm, l’appartenance à la communauté normalienne n’est toutefois pas sans secours. D’une part, l’administration de l’École parvient à leur faire obtenir une bourse dans l’université qui les accueille. D’autre part, ils bénéficient de l’appui des archicubes présents dans ces universités. Il faut souligner en particulier le rôle joué par Jean Thomas. Ancien élève de la promotion 1920, il est alors maître de conférences en littérature comparée à la faculté des lettres de Lyon. Ses liens avec l’École normale restent solides : ancien secrétaire général, il siège au jury du concours des lettres et est lié d’amitié avec Jean Baillou. Dès lors, Thomas devient le correspondant officiel de Baillou pour les normaliens inscrits à Lyon : les Alsaciens et les Lorrains naturellement, mais aussi tous les élèves exilés, pour des raisons et des durées diverses, dans l’ancienne capitale des Gaules. À la rentrée 1940, Thomas convie ainsi à déjeuner Raoul Ergmann, Pierre Moussa (L 1940), Georges Snyders (L 1937) et Jean Sauvagnargues, archicube de la promotion 19355. Son aide est aussi active pour les fils d’étrangers – comme Moussa – que pour les juifs – comme Snyders.

Les fils d’étrangers

5Si les Alsaciens et les Lorrains sont exposés à la traque de l’occupant, au moins n’ont-ils pas à souffrir des législations d’exception de Vichy. Tel n’est pas le cas des fils nés de père étranger ou naturalisés. Ils sont exposés à une double menace : la dénaturalisation, qui vise potentiellement, dès le mois de juillet 1940, tous les étrangers ayant acquis la nationalité française depuis 1927, et l’impossibilité de rejoindre la fonction publique, réservée aux Français « à titre originaire » par la loi du 3 avril 1941.

6Les normaliens d’origine étrangère admis à l’École avant-guerre et jusqu’au concours de 1940 sont autorisés à y poursuivre leur scolarité. En tant que boursiers de licence, ils ne sont pas passibles des mesures qui les excluent de la fonction publique. En revanche, ils sont théoriquement interdits d’agrégation par la loi du 3 avril 1941, puisqu’il s’agit d’un concours de recrutement pour la fonction publique. Dès lors, ils doivent obtenir une dérogation pour s’y présenter. Trois normaliens sont dans ce cas.

7Henri et Louis Ziéglé, deux frères admis en 1938, le premier en lettres et le second en sciences, sont nés de parents luxembourgeois. Leur famille est installée en Algérie. Ils poursuivent normalement leur scolarité rue d’Ulm après 1940. Durant l’été 1942, ils font une demande de dérogation à la loi du 3 avril 1941. Cette demande est appuyée par l’administration de l’École. Elle est suivie d’une enquête de police qui insiste sur la religion catholique des deux élèves et mentionne les services qu’ils ont rendus dans l’armée durant l’année 1939-1940. Un décret leur donne satisfaction à l’automne 1942. Henri Ziéglé peut bénéficier de son agrégation de lettres, à laquelle il s’est présenté à l’été 1942 sans même attendre la réponse de l’administration. Son frère peut se présenter à celle de sciences naturelles en 1943. Le succès de la demande des frères Ziéglé a certainement été facilité par l’appui que l’École lui a apporté. Il faut aussi mentionner le fait que Henri Ziéglé, proche de l’extrême droite, s’est inscrit à la Légion des volontaires français (LVF) en Algérie au lendemain de sa démobilisation.

  • 6 Le paragraphe qui suit est établi sur la base de trois entretiens avec Pierre Moussa et sur les él (...)

8Un autre élève littéraire connaît une situation analogue, Pierre Moussa, reçu au concours de 1940 et né d’un père égyptien et d’une mère française6. Venant du lycée du Parc à Lyon, son succès risque d’être à la fois compromis par la législation de Vichy et par la ligne de démarcation. De fait, en raison des difficultés de passage entre les deux zones, il ne peut rejoindre la rue d’Ulm qu’à l’automne 1941. Entre-temps, il multiplie les démarches pour obtenir une dérogation à la nouvelle loi sur les étrangers : son dossier comporte les nombreux éloges de ses professeurs, assure qu’il a été élevé dans un « milieu uniquement français », et que son oncle est mort au champ d’honneur durant la Première Guerre mondiale. Sans même que l’École ait à intervenir, Moussa obtient une dérogation au printemps 1942, signée de la main du nouveau ministre de l’Éducation nationale, Abel Bonnard. Il passe l’agrégation de lettres avec succès l’année suivante, avant de se présenter au dernier concours de l’Inspection générale des finances au lendemain de la guerre.

9Si l’administration de l’École normale a laissé les élèves « français à titre non originaire » reçus jusqu’au concours de 1940 achever leur scolarité à l’École, elle doit également se prononcer sur le droit des candidats qui se trouvent dans cette situation à se présenter au concours à partir de 1941. Durant ses fonctions ministérielles, Jérôme Carcopino fait adopter successivement deux décrets, le 28 avril et le 11 juillet 1941, qui portent réforme du concours d’entrée. Or, si le premier ne dit mot des conditions d’admission à l’École normale supérieure eu égard aux nouvelles législations, le second précise que les élèves qui « ne peuvent faire partie du personnel enseignant, en vertu des dispositions législatives en vigueur » restent admis à concourir, mais sont classés avec un numéro « bis » ; s’ils font partie des reçus, ils obtiennent une bourse de licence, en lieu et place d’une admission à l’École normale, partageant ainsi le sort des premiers collés. Ainsi, à partir du concours de 1941, l’accès à l’École normale est théoriquement interdit aux candidats nés de parents étrangers. Sur les listes d’admissibilité des concours de 1941, 1942 et 1943, leur numéro de classement est suivi par un « bis ». Durant ces trois années, un seul élève dans cette situation obtient un rang d’admission : il s’agit d’Émile Noël, reçu cinquième au concours sciences de 1941. Né en 1922 à Constantinople d’un père belge et d’une mère française, Noël avait acquis la nationalité française en 1935.

  • 7 M.-O. Baruch note également dans Servir l’État français : l’administration en France de 1940 à 194 (...)

10L’exemple d’Émile Noël montre que la mesure d’interdiction, inflexible en théorie, ne l’a pas été dans les faits. Dès les résultats, Georges Bruhat lui demande de ne pas s’inscrire dans une université de province – Noël a préparé le concours à Marseille – et de rejoindre Paris. Officiellement inscrit comme boursier auprès de l’université de Paris, Noël se voit proposer un statut d’auditeur libre à l’École, qui lui ouvre des conditions de vie et d’étude identiques à celles de ses camarades. Sans en avoir le titre, Noël est, selon son propre témoignage, normalien de fait. Parallèlement, dès le 4 septembre 1941, Bruhat écrit au secrétaire d’État à l’Éducation nationale, qui n’est autre que Carcopino, pour que le Conseil d’État examine la demande de relèvement d’Émile Noël de l’interdiction prévue pour les futurs fonctionnaires qui ne sont pas nés de père français. La demande met du temps à aboutir : en juillet 1942, Bruhat transmet le dossier de Noël au commissaire de police du Ve arrondissement, pour qu’il émette un avis favorable à sa requête, ce qu’il fait. Enfin, le 12 mai 1943, un décret Pétain-Bonnard permet à Noël de postuler pour des emplois dans la fonction publique. Noël est donc autorisé à se présenter à l’agrégation, qu’il prépare à partir de l’automne 1943. On le voit, l’administration de l’École a fait tous ses efforts pour assimiler Noël aux autres élèves, gommant ainsi les conséquences de son numéro « bis »7.

Élèves et candidats juifs

11Quoique victimes d’une législation d’exception, les normaliens enfants d’étrangers ont vu leur situation à l’égard de l’université et de l’École se régler sans trop de difficulté. Le cas des élèves juifs est très différent. Le premier statut des juifs du 3 octobre 1940 les écarte de la fonction publique. Puis la loi du 21 juin 1941 impose un numerus clausus dans l’enseignement supérieur qui limite à 3 % le nombre d’élèves juifs autorisés à s’inscrire dans chaque université. Le Commissariat général aux questions juives (CGQJ), auprès duquel tous les juifs doivent être recensés, veille à l’application rigoureuse de la législation antisémite de Vichy.

12Après un échange de lettres entre Jérôme Carcopino et le rectorat en octobre 1940, il est décidé que les élèves juifs reçus rue d’Ulm jusqu’aux concours de 1940 inclus pourront y poursuivre leur scolarité. Boursiers de l’université de Paris, ils ne sont pas considérés comme des fonctionnaires, ce qui les met – provisoirement – à l’abri des mesures d’exclusion prévues par le premier statut des juifs. Ils bénéficient donc d’un traitement identique à celui des normaliens dont le père est étranger.

  • 8 Témoignages de René Pomeau et Jean Auba (L 1937), confirmés par Anne Ubersfeld.
  • 9 Cf. C. Singer, Vichy, l’université et les juifs, p. 119.

13Durant l’année scolaire 1940-1941, 8 élèves juifs sont présents à l’École, 4 dans la section des lettres et 4 dans la section des sciences. Deux d’entre eux ne sont pas français d’origine. Parmi ces 8 élèves, 3 sont candidats à l’agrégation : Pierre Kaufmann, philosophe de la promotion 1936, fils d’un médecin parisien, et qui a obtenu la Croix de guerre pour son attitude lors des combats de juin 1940 ; Anne Ubersfeld, normalienne littéraire de la promotion 1938, qui est originaire de Besançon, où son père est commerçant et sa mère médecin ; Geneviève Bass, reçue au concours sciences de 1939, qui prépare l’agrégation de mathématiques, et dont les parents sont également installés à Paris. Leur situation est délicate : si rien ne leur interdit de préparer l’agrégation, le statut d’octobre 1940 les prive du bénéfice de leur éventuel succès. Les trois agrégatifs normaliens se mettent néanmoins au travail : plusieurs élèves se souviennent ainsi d’un brillant exposé d’Anne Ubersfeld à la Sorbonne, chez Maurice Bardèche8. Mais, en février 1941, le ministre de l’Éducation nationale Jacques Chevalier prend la décision d’interdire purement et simplement aux candidats juifs de se présenter à l’agrégation9. Anne Ubersfeld s’inscrit en première année de droit pour s’occuper jusqu’à l’été. L’année suivante, elle quitte Paris pour Lyon, où elle commence, très théoriquement, une thèse. Pierre Kaufmann part également à Lyon à l’automne 1941, où il est accueilli à l’université par Jean Thomas ; en janvier 1942, il se rend en Ardèche, avant de s’installer dans une ferme du Massif central avec son frère. Seule Geneviève Bass reste à Paris : en 1941-1942, elle en est troisième année de scolarité et s’inscrit en doctorat de mathématiques.

14Ainsi, au début de l’automne 1941, il n’y a plus que 6 élèves juifs rue d’Ulm auxquels il faut ajouter Robert Salmon, qui, on l’a vu, ne s’est pas déclaré comme juif lorsqu’il a été reçu au concours de l’été 1941. Prolongeant la décision prise par Jacques Chevalier pour l’agrégation, Carcopino et Darlan jugent inutile que des étudiants qui se verront refuser l’accès à certaines professions préparent en trop grand nombre les diplômes qui doivent les y mener. C’est la raison pour laquelle ils proposent à Pétain de limiter à 3 % le nombre d’étudiants juifs autorisés à s’inscrire à l’université.

15Après un temps d’hésitation, il est décidé d’étendre l’application du numerus clausus aux grandes écoles. Selon la loi Darlan-Carcopino du 21 juin 1941, une commission de cinq professeurs doit se réunir pour examiner les dossiers des élèves de l’École normale supérieure « tombant sous le coup de la loi portant statut des juifs ». Cette commission se réunit le 10 octobre 1941 : présidée par Bruhat, directeur en l’absence de Carcopino, elle comprend Jean Bayet, Jean Cavaillès, Louis Barrabé et Lucien Plantefol. Parmi les 7 élèves juifs qui se trouvent à l’École, 5 seulement sont mentionnés : Marc Zamansky (S 1938), Geneviève Bass (S 1939), Évry Schatzman (S 1939), André Bloch (L 1939) et Gilbert Lazard (L 1940). La commission propose de les autoriser à poursuivre leurs études à l’École, soulignant qu’il s’agit d’excellents éléments et affirmant qu’ils représentent moins de 3 % du total des élèves. Bruhat et Bayet écrivent ensuite aux doyens des facultés de lettres et de sciences pour qu’ils soient inscrits à l’université de Paris. La commission omet de mentionner la présence à l’École de Roger Nataf, physicien de la promotion 1938. Juif d’origine tunisienne, Nataf passera toute la guerre rue d’Ulm, sans se présenter à l’agrégation mais en travaillant dans les laboratoires de physique. Dans son témoignage, il affirme d’ailleurs ne pas s’être fait recenser comme juif auprès du CGQJ. La commission ne signale évidemment pas davantage Robert Salmon. Cette double omission est intéressante car, à la rentrée de 1941, 181 normaliens poursuivent leur scolarité à l’École normale. Le quota de 3 % n’autoriserait donc la présence que de 5 élèves juifs. On peut formuler l’hypothèse selon laquelle la commission a délibérément choisi de passer sous silence la présence de deux autres élèves juifs afin de faire correspondre le nombre de normaliens juifs aux règles du numerus clausus. La composition de la commission, dont trois membres au moins sont hostiles à Vichy – Bruhat, Bayet et Cavaillès –, renforce une telle interprétation.

16En 1941-1942, si l’on met à part le cas, déjà évoqué, de Salmon, trois de ces élèves ne sont pas encore parvenus au stade de l’agrégation : Évry Schatzman, André Bloch et Gilbert Lazard. Schatzman, reçu au concours sciences de 1939, prépare son diplôme dans les laboratoires de physique. Il décide de quitter la rue d’Ulm au début de l’année 1942, après que son père, dentiste à Paris, a été victime de la rafle allemande du 12 décembre 1941 à l’encontre de 742 juifs français appartenant à des professions libérales et intellectuelles. Schatzman part alors pour Lyon. Reçu au concours lettres de 1940, Gilbert Lazard, qui se trouvait en zone sud, a dû accomplir un stage de huit mois dans les Chantiers de la jeunesse avant de regagner l’École ; en 1941, il prépare son diplôme en grammaire. André Bloch, fils d’un représentant de commerce établi à Paris, a été reçu au concours de 1939 ; il prépare son diplôme en lettres. Il part à Lyon à l’automne 1942.

17Deux autres élèves auraient dû passer l’agrégation : Marc Zamansky et Geneviève Bass. L’administration de l’École mène des démarches pour que Zamansky puisse se présenter à la session d’agrégation de l’été 1942. Passant sous silence ses origines juives au profit de ses origines russes, elle demande qu’il soit relevé de l’interdiction d’enseigner faite aux enfants de parents étrangers, au motif de sa participation aux combats de 1939-1940. Le 25 juin 1942, le ministère de l’Éducation nationale répond qu’il est disposé à accorder à Zamansky une dérogation à la loi du 3 avril 1941, mais seulement à la condition qu’il fournisse « une attestation de non-appartenance à la race juive ». Zamansky ne peut donc se présenter à l’agrégation. Comme l’a montré la situation des normaliens d’origine étrangère, la réponse du ministère de l’Éducation nationale indique que l’administration de Vichy accorde nettement plus facilement des dérogations aux personnes visées par la loi du 3 avril 1941 qu’à celles qui tombent sous le coup du statut des juifs. C’est aussi ce que confirme l’exemple de François Moses. Ce normalien de la promotion lettres 1936 est resté en zone sud au lendemain de la défaite pour y poursuivre ses études. D’abord considéré comme juif par les autorités de Vichy, il ne peut se présenter à l’agrégation. Il multiplie les démarches, qui reçoivent le soutien de Baillou et de Carcopino, pour établir que, s’il est bien né de parents étrangers, il n’est en revanche pas juif. Ses requêtes finissent par aboutir. Moses peut se présenter à l’agrégation de 1942, sur la base d’une dérogation à la loi du 3 avril 1941.

18Tel n’est pas le cas de Geneviève Bass. Après avoir été empêchée de passer l’agrégation de mathématiques une première fois à l’été 1941, elle décide de demander une dérogation au statut des juifs pour pouvoir se présenter à la session de l’année suivante. Comme elle compte cinq générations d’ascendance française et même un arrière-grand-père qui avait été député à la Constituante de 1848, elle entre dans les cas prévus par l’article 8 de la loi du 2 juin 1941 pour obtenir le droit d’enseigner. Sa demande est transmise par Bruhat avec un avis favorable au secrétariat d’État à l’Éducation nationale le 25 août 1941. Le 13 octobre 1941, Carcopino transmet son dossier, également avec un avis favorable, au CGQJ. Pourtant, le 10 janvier 1942, la direction de l’Enseignement supérieur demande un rapport complémentaire à Bruhat au sujet de Bass. Le 31 mars 1942, le CGQJ émet un avis défavorable, demandant au secrétaire d’État de préparer un nouveau dossier à l’attention du Conseil d’État. Pour la troisième fois, le directeur de l’École doit dresser un rapport sur cette élève, sans obtenir plus de résultat dans l’immédiat. Elle ne peut donc pas se présenter à l’agrégation de 1942.

19Le 30 octobre 1942, la commission du numerus clausus de l’École normale supérieure se réunit une nouvelle fois. Elle est présidée par Carcopino, assisté de Georges Bruhat, Jean Bayet, Henri Cartan et Charles Picard. La commission relève la présence de 3 élèves juifs, Marc Zamansky, Geneviève Bass et Gilbert Lazard sur les 194 normaliens que compte alors l’École. Le quota de 3 % n’étant pas atteint, un avis favorable est donné à la poursuite de leurs études. Quoique toujours présents, ni Roger Nataf, ni Robert Salmon ne sont mentionnés par la commission. Le retour de Carcopino rue d’Ulm ne se traduit donc pas par une attitude plus sourcilleuse de l’administration à l’égard des normaliens juifs.

20Marc Zamansky quitte l’École dès l’automne 1942 pour plonger dans la clandestinité. Gilbert Lazard, qui n’est en réalité que « demi-juif », formule une demande de dérogation, laquelle peut théoriquement aboutir puisque, selon le statut d’octobre 1940 comme celui de juin 1941, est regardé comme juif « celui qui, appartenant ou non à une confession quelconque, est issu d’au moins trois grands-parents de race juive ». Par réalisme, Lazard renonce à préparer l’agrégation de grammaire et s’inscrit à la faculté de droit. Il quitte définitivement la rue d’Ulm à l’été 1943 pour rejoindre le maquis. Quant à Geneviève Bass, elle reste à Paris et poursuit son doctorat. Comme tous les autres normaliens, elle est boursière de l’université de Paris. Le ministère de l’Éducation nationale écrit au CGQJ le 24 décembre 1942 pour savoir si, bien qu’étant juive, elle est autorisée à percevoir une bourse. Le 1er mars 1943, le Commissariat général répond par l’affirmative, en attendant que sa situation à l’égard du statut des juifs soit tranchée. En juin 1943, quand la scolarité normalienne de Geneviève Bass s’achève, il n’a toujours pas été statué sur son cas, alors même qu’elle avait formulé sa demande de dérogation deux années auparavant.

21Au total, l’administration de l’École normale a laissé les normaliens visés par le statut des juifs finir leur scolarité rue d’Ulm. Cependant, aucun d’eux n’a pu se présenter à l’agrégation. La présence de Carcopino à Vichy ne leur a pas procuré un sort plus favorable de ce point de vue. En outre, les élèves juifs ont progressivement quitté l’École, à la recherche de conditions moins exposées en zone sud. De fait, à l’exception de Roger Nataf, qui n’a jamais été déclaré comme tel par l’administration, plus aucun élève juif n’est présent rue d’Ulm à l’été 1943.

22Si 8 normaliens juifs sont présents rue d’Ulm à la rentrée 1940, 14 n’ont pas voulu ou pas pu regagner l’École après 1940 : dès le 27 septembre 1940, les circulaires allemandes interdisent aux juifs de la zone sud de se rendre en zone occupée ; et malgré la législation antisémite de Vichy, la menace semble moindre en zone sud.

23Démobilisés au lendemain de l’armistice, certains normaliens victimes du statut des juifs rejoignent des universités de province dès la rentrée 1940 : 3 scientifiques et 4 littéraires sont dans ce cas ; ils sont inscrits dans les universités de Clermont-Ferrand, Lyon, Marseille et Alger. Démobilisés plus tardivement, d’autres doivent attendre l’année 1941-1942, voire 1942-1943, pour s’inscrire auprès d’une université de province : c’est le cas de René Ochs qui, appartenant à la classe 1939-1, a pu passer le concours de 1940 alors qu’il venait d’être mobilisé au mois de mai. Après son succès, il est versé dans l’armée d’armistice jusqu’en octobre 1942. Il rejoint alors l’université de Lyon. D’autres encore, trop jeunes pour être mobilisés en 1939, préfèrent rester en zone sud bien qu’étant parisiens d’origine : ainsi du mathématicien Pierre Samuel, qui, reçu au concours sciences de 1940, poursuit ses études à Grenoble, où il n’est pas inquiété jusqu’en octobre 1943, date de la fin de l’occupation italienne. Pour ces normaliens, d’un point de vue strictement scolaire, deux problèmes se posent : obtenir la bourse à laquelle leur donne droit leur statut de normalien et pouvoir s’inscrire à l’université, en dépit des difficultés créées par le numerus clausus. L’administration de l’École formule une demande de bourses en leur faveur auprès du Ministère dès l’année 1940-1941.

  • 10 Notons cependant que les bourses ne sont pas parvenues à tous : Jules Alter, un scientifique de la (...)
  • 11 Lettre à Jean Baillou du 18 septembre 1942.

24Le 26 novembre 1941, un arrêté ministériel signé par Carcopino confirme leur attribution. La plupart des élèves juifs en bénéficient durant les années scolaires 1940-1941 et 1941-194210. Quant au numerus clausus, il ne semble pas avoir empêché les normaliens juifs de s’inscrire dans les facultés, bien qu’il ait exigé d’eux des démarches supplémentaires. Toutefois, comme pour les élèves juifs restés à l’École, il leur est impossible de se présenter à l’agrégation. Ainsi Roger Bauer, originaire de Strasbourg et reçu au concours lettres de 1939, a-t-il pu passer sa licence et son diplôme d’allemand auprès de l’université de Strasbourg repliée à Clermont-Ferrand. Néanmoins, pour l’année 1942-1943, il signale à l’administration de l’École normale qu’il va travailler à une agrégation qu’il ne présentera pas et mener en parallèle des recherches de doctorat11.

  • 12 Témoignage d’Évry Schatzman et Roger Bauer.

25Éloignés de la rue d’Ulm, certains élèves juifs peuvent encore s’appuyer sur la solidarité normalienne. Elle se manifeste de deux façons : dans l’accueil privilégié que leur réservent leurs professeurs lorsqu’ils sont eux-mêmes archicubes12 ; dans les relations qu’ils nouent avec les autres normaliens présents en zone sud. En outre, ils restent en contact avec l’administration de l’École, à travers la personne de Jean Baillou. On peut citer en exemple deux cartes que Pierre Kaufmann, philosophe de la promotion 1936, adresse à Baillou les 27 et 30 avril 1942, depuis un hôtel du village de Saint-Agrène en Ardèche où il s’est installé en janvier de la même année.

  • 13 François Cuzin, philosophe de la promotion 1936, dont j’ai mentionné l’entrée en résistance aux cô (...)
  • 14 Victime du premier statut des juifs, Jean Wahl a cessé son enseignement rue d’Ulm à la fin de l’an (...)
  • 15 Auguste Anglès est un archicube de la promotion lettres 1935.

(Le 27 avril) Cher Monsieur, j’attendais toujours pour vous donner de mes nouvelles une installation stable, mais il faut pourtant vous dire un peu ce que je deviens. Au mois de janvier, je suis monté avec Cuzin13 sur ce haut plateau qui a gardé sa neige jusqu’à la fin mars. Cuzin m’a quitté à ce moment pour retourner à Toulon. Nous avons eu tous deux la plus amicale et la plus laborieuse des turnes, seuls dans cet hôtel et presque seuls hivernants dans ce village balayé de vent et perdu dans des forêts de sapin. Mon assiduité au travail m’a rapidement convaincu de folie dans l’esprit de notre hôtesse. Les seuls événements étaient l’interruption des communications quand il y avait trop de neige. Puis est venu le dégel et le printemps tardif pour les arbres, mais déjà fleuri d’anémones et de jonquilles.
Nouvelles d’autres ordres : après l’avis que ma bourse allait m’être payée, plus aucune nouvelle. Je pense qu’elle sera maintenant une des premières victimes de monsieur Caïn Bonnard. Par ailleurs, le général Deutz m’a informé que ma citation allait être prochainement soumise à l’appréciation de la commission de Néris.
Mon frère va bientôt me rejoindre, son internat terminé. Il a trouvé entre Clermont et Vichy une minuscule petite ferme dont j’espère vous donner un jour d’heureuses et bucoliques nouvelles. Ainsi se trouvent honorés de vieux projets dans des conditions qui cette fois me paraissent assez viables. Une petite maison de quatre pièces, une remise, trois petits prés, un potager, une vigne, des bouts de champs.
À l’occasion d’un passage à Lyon, j’ai déjeuné avec Wahl14 qui est perdu dans de grandes perplexités et dans des difficultés pratiques sans nombre. Il hésite à gagner l’Amérique où une chaire lui est assurée et pour laquelle la France lui a donné un visa. D’hésitation en hésitation, il est depuis trois mois à Lyon. J’ai vu aussi Anglès15, qui attend vainement dans sa sixième de Roanne l’unique signature qui le transférerait dans la dignité d’assistant à Lyon. À chaque fois que je suis à Lyon, s’augmente mon remords de n’avoir pas donné signe de vie à Jean Thomas depuis qu’il s’était occupé de moi l’an dernier. Je ne sais s’il vaut mieux faire pénitence ou tenter de me faire oublier, et chaque mois grossit mon embarras.
Rencontré hier là par hasard quelques archicubes avec lesquels on a souvent plus de plaisir à se retrouver qu’on n’en avait à les voir à l’école : l’esprit de famille.
(Le 30 avril) Cher Monsieur, c’est encore moi, pour réparer une injustice à ma carte d’hier : j’apprends en effet ce soir que deux trimestres de ma bourse sont versés. J’espère marquer bientôt l’unité de la substance en investissant en cheptel et en semence cette somme destinée à l’entretien du philosophe et qui ne saurait mieux y répondre que sous les espèces du formage, des légumes et du miel. Quel parfum n’aura pas la philosophie de demain.

26Quant à André Mandouze, nommé assistant à l’université de Lyon à partir de la rentrée 1942, il écrit dans ses Mémoires d’outre-siècle :

  • 16 Normalien de la promotion 1937, Snyders, originaire d’une famille juive hollandaise, s’est replié (...)

Parmi les habitués de la maison, étaient, très proches de nous, Albert Greiner et Georges Snyders16, tous deux pour des raisons diverses mais convergentes dans l’impossibilité de regagner la rue d’Ulm. Alsacien, agrégatif d’allemand, apprenti pasteur et futur inspecteur ecclésiastique luthérien, Greiner avait été un de mes co-turnes la première année d’École. […] Quant à Georges Snyders, qui allait plus tard devenir un des pontifes des sciences de l’éducation et dont l’esprit éblouissant ne masquait pas son désir d’un engagement fort qu’il n’avait pas encore trouvé, il avait repris avec Greiner et moi nos veilles discussions oscillant entre art, philosophie, théologie et politique. Entre autres souvenirs : une nuit, où le couvre-feu a probablement empêché Georges de rentrer chez lui et où, sur le divan dépliant de fortune, il se livre à un étourdissant tournoi musicologique avec Marc Zamansky, futur grand doyen des sciences de Paris, et, en attendant, sans doute de passage entre deux maquis. Le temps n’était pourtant pas loin où, même si tous deux devaient en revenir, la déportation (qui n’était pas celle du travail) ne les épargnerait pas.

  • 17 AN F17 17695.

27Le sort des normaliens juifs en zone sud se dégrade en effet à partir de l’année 1942-1943. Le nouveau ministre de l’Éducation nationale, Abel Bonnard, refuse de leur accorder une bourse. Carcopino en avait pourtant fait la demande le 14 octobre 1942 pour l’ensemble des normaliens, sans distinction d’origine, qui, « pour convenances personnelles et en raison des circonstances présentes ont demandé à poursuivre leur scolarité dans des facultés de province », soit 11 au total. Mais, après transmission au CGQJ, l’arrêté du directeur de cabinet de Bonnard, signé le 6 janvier 1943, n’accorde de bourse qu’aux élèves non juifs. Sur la liste transmise par Carcopino, une main anonyme, sans doute travaillant pour le Commissariat général, a pris le soin d’indiquer « juif » à la droite de certains noms et « non » à leur gauche, pour bien distinguer leur situation de celle des normaliens non juifs inscrits en province17. On le voit, si pour Carcopino la politique antisémite de la Révolution nationale à laquelle il adhère en tant que ministre de Vichy est contrebalancée par l’esprit de corps, chez Bonnard, en revanche, anti-intellectualisme et antisémitisme se conjuguent pour mettre en place, à l’encontre des normaliens juifs, une politique d’exclusion et de discrimination qui ne souffre plus d’exception. De plus, l’invasion de la zone sud rend le sort de ces élèves beaucoup plus précaire, marquant souvent la fin de deux années où ils avaient pu, bon gré, mal gré, continuer leurs études. On peut citer l’exemple de René Ochs (L 1940) et d’André Bloch (L 1939) qui se retrouvent à Lyon en novembre 1942. Le premier vient d’être démobilisé de l’armée d’armistice et le second arrive de Paris. Logés dans un hôtel de fortune, ils sont arrêtés le 25 janvier 1943 dans une rafle de la Gestapo. Identifiés comme juifs sur indication du rectorat, ils n’échappent à la déportation qu’en s’évadant d’un convoi de prisonniers.

  • 18 Cette circulaire autorise les candidats juifs à se présenter aux concours des ENS tout en précisan (...)

28Préparé par la direction de l’Enseignement supérieur, le décret Pétain-Carcopino du 11 juillet 1941 relatif au concours pour l’admission à l’École normale supérieure et à l’obtention d’une bourse de licence prévoit que « ne peuvent être admis à l’École, les candidats qui ne peuvent pas faire partie du personnel enseignant, en vertu des dispositions législatives en vigueur » (article 14). En cela il confirme les dispositions déjà inscrites dans la circulaire adressée par Jacques Chevalier aux recteurs le 10 février 194118. Comme les élèves inaptes pour des raisons physiques, et comme les candidats étrangers avant la guerre, « ces candidats sont classés avec des numéros “bis” et peuvent obtenir une bourse d’enseignement supérieur ». Ce décret, qui modifie par ailleurs en profondeur les épreuves du concours d’entrée, ne doit entrer en application qu’à partir des concours de 1944. Mais il est précisé que les dispositions de l’article 14 sont d’application immédiate. Ainsi, dès le concours de 1941, tous les élèves reçus à l’École normale doivent remplir un certificat où, après avoir précisé s’ils sont nés de père français ou naturalisés, ils déclarent « tomber ou ne pas tomber sous le coup des lois portant statut des juifs ». À partir du concours de 1942, ils doivent d’ailleurs apposer une première signature devant cette mention, avant de signer une seconde fois au bas du document (voir page suivante).

  • 19 Margolin, Pecker, Frenkel et Chouchan seront réintégrés à la Libération. François et Claude Lévy a (...)
  • 20 AN 61 AJ 105.

29Comme les enfants d’étranger, les candidats visés par le statut des juifs, et alors même qu’ils ont déjà passé les écrits du concours, sont donc avertis le 11 juillet 1941 qu’en cas de succès, ils ne se verront accorder qu’une bourse de licence. À travers le cas d’Émile Noël, reçu au concours de 1941, j’ai montré comment l’administration s’est efforcée d’offrir aux élèves qui n’étaient pas français d’origine des conditions de scolarité identiques à celles des autres admis. La situation des candidats juifs est très différente : plus aucun n’est admis à l’École normale supérieure à partir de 1941 et ils devront attendre la Libération pour être réintégrés à leur promotion. Certains sont pourtant reçus : Georges Margolin, candidat littéraire au concours de 1941 qui s’est replié à Toulouse, après avoir été élève à Henri-IV en hypokhâgne en 1938-1939 ; François et Claude Lévy au concours sciences de 1941 ; Claude Bloch, René Chouchan, Jean Claude Pecker et Jean Frenkel, tous reçus au concours sciences de 194219. Mais, aucun n’est admis rue d’Ulm. Ils sont invités à poursuivre leurs études dans des universités de province. Ainsi, Pecker et Chouchan s’inscrivent à l’université de Grenoble à la rentrée 1942. De surcroît, les bourses auxquelles ils ont droit, et dont l’administration de l’École avait fait la demande, ne leur sont pas attribuées : le 7 novembre 194220, le CGQJ avise le ministère de l’Éducation nationale que « l’octroi de bourses pour les candidats juifs reçus aux concours des Écoles normales supérieures est contraire à l’esprit comme au texte de la loi du 2 juin 1941 ».

30Sous l’impulsion du Commissariat général, les services de Vichy veillent d’ailleurs à la stricte application du nouveau règlement. Le 6 janvier 1943, après que la demande lui en a été faite par le Commissariat, le Ministère écrit à Jérôme Carcopino pour qu’il lui communique la liste des reçus au concours de 1942 ainsi que des boursiers en précisant « leur situation à l’égard de la loi du 21 juin 1941, concernant les conditions d’admission des étudiants juifs dans les établissements d’enseignement supérieur ». Le 8 janvier 1943, la réponse de Carcopino rappelle que « le nouveau règlement du 11 juillet 1941 ne prévoit plus que des élèves juifs soient admis ». Il adresse la liste des reçus, à laquelle il ajoute les noms des trois élèves juifs « proposés pour une bourse de licence, bien qu’ayant un nombre de points supérieurs au dernier admis ».

Fiche individuelle à remplir par les élèves au moment de leur entrée à l’École et précisant leur statut vis-à-vis des lois d’exception (pour les concours de 1941 à 1943).

  • 21 C. Singer, Vichy, l’université et les juifs, p. 119-120.

31Ainsi, à compter du concours de 1941, si les candidats juifs peuvent continuer de préparer le concours de l’École normale supérieure dans les khâgnes et dans les taupes, ils savent qu’ils ne pourront plus prétendre à la qualité d’élève de l’École, ni même obtenir une bourse pour poursuivre leurs études à l’université. Encore les taupins ont-ils d’autres débouchés que l’École normale et l’enseignement. Mais, pour les khâgneux, à quoi bon, dans ces conditions, préparer un concours aussi difficile ? Claude Singer a montré que bien des khâgneux juifs ont alors renoncé à leur préparation21. Il faut ajouter qu’après 1942, la multiplication des rafles rend le travail en classes préparatoires de plus en plus incertain pour ces candidats. De façon révélatrice, aucun khâgneux juif n’est reçu avec un numéro « bis » au concours de 1943 et seul un taupin est dans ce cas, contre quatre l’année précédente.

32Admis au concours sciences de 1942, le physicien Jean-Claude Pecker m’a accordé un entretien en 1993 dans son bureau du Collège de France. Il se souvient de ses années d’occupation et de la façon dont il a passé le concours avec une étoile jaune cousue sur la poitrine. Au-delà de l’émotion qu’il suscite – les deux parents de Pecker sont morts en déportation –, son témoignage est d’autant plus intéressant qu’il ne manifeste aucune rancœur à l’égard de l’institution normalienne, mais qu’il insiste, à l’inverse, sur la solidarité que lui ont alors manifestée le jury d’oral et son camarade de taupe Henri Cabannes. En voici un extrait :

En 40-41, j’étais en hypotaupe au lycée Montaigne de Bordeaux. Les lois antijuives pétainistes sont arrivées en cours d’année. Ma mère, qui était professeur au lycée de Bordeaux, n’a plus pu enseigner. Elle a vécu en donnant des leçons particulières. Mon père dirigeait la succursale bordelaise de la Compagnie générale de radiologie, qui était « en rapport avec le secteur public » ; or, il était interdit aux juifs d’avoir des métiers en rapport avec le public. Mais cette société avait des sociétés sœurs à Paris et comme il y était bien vu, ils lui ont proposé de venir travailler à Paris pour le même salaire. Nous nous sommes donc déplacés à Paris pendant l’été 1941. Nous avons porté l’étoile jaune quand il a fallu. Mes parents étaient très fatalistes.
Alors moi, je suis entré en taupe au lycée Saint-Louis en octobre 1941. À la fin de l’année, j’ai passé le concours de l’École, en même temps que les Ponts, les Mines et l’X. J’ai eu la chance d’être admissible à l’X et à Normale. Quand est venu l’oral, nous avions deux examinateurs en maths : Delsarte, professeur à Nancy et membre de Bourbaki ; Henri Milloux, professeur à Bordeaux et grand ami de mes parents. En physique, c’était Alfred Kastler qui allait en montagne avec mon père et qui avait été bordelais. Et le dernier, c’était Truchet, qui était professeur de chimie à Bordeaux et nous avions des amis communs. Bref, c’était des gens qui connaissaient ma famille. Quand je suis arrivé, imaginez un petit gamin boutonneux, maigrichon, mal habillé, crasseux avec une étoile jaune sur sa poitrine, il est reçu, c’est évident ! Vous lui donnez un numéro « bis », il ne prend de place à personne. À l’écrit, j’étais quarantième, et j’ai gagné plus de vingt places à l’oral, ce qui est exceptionnel. Je pense que je le dois à cette sorte d’impression, car aucun de ces gens n’était bien sûr nazi, ils étaient fermement antinazis et forcément apitoyés.
D’ailleurs, au moment de l’oral, j’ai aussi connu la solidarité de certains de mes camarades de taupe : Henri Cabannes me montrait son amitié, parce que l’étoile jaune le révulsait. Entre l’écrit et l’oral, il y a eu une vague de rafles antijuives à Paris, on m’a dit de me cacher. Mes parents devaient rester à Paris à cause de ma grand-mère. Alors Cabannes est venu camper avec moi dans la forêt de Sannois et nous avons révisé ensemble pendant dix jours.
Après mon intégration, j’ai choisi d’aller à Grenoble pour ma bourse de licence, que je n’ai d’ailleurs jamais touchée. Je suis passé en zone nord de façon clandestine. Chouchan m’a rejoint. Je me suis alors inscrit à mes différents certificats puis, à la rentrée 1943, à mon diplôme.
Tout s’est patafiolé en décembre 1943. J’ai dû partir pour échapper aux Allemands après la fin de l’occupation italienne. Je suis allé à Paris avec une fausse carte d’identité et une fausse carte d’étudiant, sous le nom de Pradel. Théoriquement né en 1925, j’échappai ainsi au STO. Je me suis fait embaucher comme ouvrier dans les usines de Gnôme-Rhône. J’habitais seul, sans mes parents, dans un hôtel d’Argenteuil, puis dans une chambre.
J’étais resté en contact avec mon oncle. Un jour de mai 1944, je suis arrivé chez lui et il m’a annoncé que mes parents venaient d’être arrêtés. Ils ont été déportés à Auschwitz en juin 1944.
Après la Libération, je suis retourné à l’École en septembre 1944. Il y avait beaucoup de « normaliens normaux », si j’ose dire, qui étaient restés à l’École, ni juifs, ni résistants, ni nazis. Je connaissais quelques-uns de mes camarades de promotion. J’étais ravi. Je ne savais pas que mes parents ne reviendraient pas. À cette date, ma mère était déjà morte et mon père encore vivant, mais je ne le savais pas. J’allais à la gare de l’Est pour voir les gens qui arrivaient des camps, à tout hasard.
J’ai été mobilisé en janvier 1945. J’ai fait ce service militaire affreux et pesant dans une caserne de Saint-Denis. Je me suis fait démobiliser en août 1945, comme soutien de famille, puisque je vivais avec ma grand-mère, qui avait eu la chance de ne pas être arrêtée quand mes parents l’avaient été. À la rentrée 1945, j’ai repris le chemin de l’École pour passer l’agrégation. Finalement, je n’ai connu la vie normalienne normale que pendant mes permissions de soldat et pendant l’année de l’agrégation.
Je voulais être astronome. J’ai rapidement eu une bourse au CNRS.
Pour mes parents, le summum, c’était le Collège de France, et le summum du summum, c’était l’Académie des sciences. Il y a des choses que je n’ai pas aimées dans cette vie et que j’ai faites par devoir : l’agrégation, je n’ai pas aimé.
Et bien d’autres jours, qui ont été tristes. Mais, quand j’ai été élu au Collège et à l’Académie des sciences, je me suis dit : « Qu’est-ce que ça aurait fait plaisir à mes parents. » En plus, j’étais fils unique, cela multipliait le sentiment de devoir que j’avais vis-à-vis d’eux.

33L’analyse comparée de la situation des normaliens originaires d’Alsace et de Lorraine, des enfants d’étrangers et des juifs montre une gradation dans l’exclusion, où sont parties prenantes les autorités allemandes, la législation de Vichy et l’administration de l’École normale.

34Les Alsaciens et les Lorrains sont victimes de l’occupation allemande, mais non des lois de Vichy. Aucune législation ne les empêche de franchir le seuil de l’École : seule la prudence de l’administration a pu les en tenir éloignés. Les enfants d’étrangers sont victimes d’une législation française, à défaut d’être exposés à la répression de l’occupant. Ils se voient théoriquement exclus de l’enseignement et de l’École : mais l’application libérale de la législation leur permet, grâce au soutien actif de l’administration, de passer l’agrégation, voire d’entamer leur scolarité rue d’Ulm, y compris après 1941. Les juifs sont à la fois victimes de la législation de Vichy et des autorités d’occupation. Ceux qui ont regagné l’École en 1940 la quittent progressivement, à la recherche d’un sort moins exposé en zone sud. Soumis au numerus clausus à l’université, ils ne peuvent plus se présenter à l’agrégation. À partir du concours de 1941, ils ne sont plus admis à l’École. Le CGQJ veille à l’application tatillonne de ces différentes mesures d’exclusion.

35Dans ces conditions, Jérôme Carcopino traite différemment les normaliens juifs en cours de scolarité et ceux qui ne sont encore que candidats. S’il laisse les premiers achever leur scolarité rue d’Ulm, s’il demande des bourses pour ceux qui en sont éloignés, en revanche, après avoir instauré le numerus clausus pour les étudiants juifs à l’université en juin 1941, il ferme la porte de l’École aux candidats juifs par le décret du 11 juillet 1941 : par esprit de corps, Carcopino fait preuve d’une certaine sollicitude vis-à-vis des normaliens juifs ; mais, par fidélité à la Révolution nationale, il se montre inflexible avec les candidats juifs. Une tension entre le directeur de l’École et le ministre de Vichy que nous retrouverons par la suite et qui constitue l’une des clefs d’explication de son comportement et de ses choix entre 1940 et 1944. Pour progressive qu’elle soit, l’aryanisation de l’École normale n’en demeure pas moins implacable : à la veille de la Libération, il n’y a plus aucun normalien juif rue d’Ulm.

  • 22 Même si un normalien comme Marc Soriano (L 1939), éloigné de l’ENS durant toute la guerre, expliqu (...)

36Néanmoins, dans les entretiens que j’ai menés avec des normaliens qui ont été victimes du statut des juifs, j’ai pu constater que, pour eux, la responsabilité première de cette exclusion incombe moins au directeur de l’École qu’au régime de Vichy. Le décret du 11 juillet 1941 peut, en effet, n’apparaître que comme la conséquence mécanique de l’interdiction faite aux juifs d’enseigner, laquelle se diffuse en amont aux écoles et aux concours qui mènent à l’enseignement. Surtout, comme l’atteste leur correspondance, Baillou et Bruhat ont constamment veillé à maintenir un lien à la fois humain et administratif avec les élèves juifs éloignés de l’École. Et, à la Libération, les numéros « bis » sont immédiatement réintégrés rue d’Ulm avec leur promotion d’origine. La durée limitée de l’Occupation a fait le reste : trois concours seulement – 1941,1942 et 1943, celui de 1944 ayant eu lieu après le rétablissement de la légalité républicaine – sont concernés par le décret du 11 juillet 1941. Il n’y a donc pas de véritable cassure entre l’institution normalienne et les normaliens juifs22.

  • 23 Sur les élèves juifs de l’École polytechnique, cf. V. Guigueno, « Les élèves juifs et l’École poly (...)

37On mesure ici l’écart qui sépare la rue d’Ulm de l’École polytechnique23. Placée sous la responsabilité du secrétaire d’État aux Communications Jean Berthelot, cette dernière perd son statut militaire au lendemain de la défaite. En vertu du décret du 15 avril 1941, l’École polytechnique débouche officiellement sur des formations civiles en écoles d’ingénieur qui libèrent du remboursement de la pantoufle. Pour ces deux raisons, à l’image de ce qui se passe dans les autres écoles d’ingénieur, les élèves juifs auraient pu y être admis normalement, puisque l’armée et la fonction publique n’en constituent plus l’unique débouché. Or, dès la fin de l’année 1940, les élèves juifs de l’École polytechnique se voient placés eux aussi sur un contingent « bis », lequel a pour caractéristique de rendre leur scolarité payante et de leur interdire l’accès aux corps techniques et militaires de l’État : un recensement des élèves susceptibles d’entrer dans cette catégorie est aussitôt lancé par l’administration, démarche inexistante rue d’Ulm et des plus humiliante pour ceux qui la subissent. En outre, alors même que les candidats juifs peuvent être admis à l’École polytechnique après 1941, la hiérarchie militaire leur réserve un accueil pour le moins mitigé et voit de mauvaise grâce les demandes de dérogation au statut – sur le fondement de services rendus à la nation durant les combats de 1939-1940 – se multiplier. Tant et si bien qu’en juillet 1942 une proposition de loi prévoit la suppression pure et simple de la catégorie « bis » pour n’autoriser que l’admission des candidats juifs ayant obtenu une dérogation au statut ; et que l’année suivante, lorsqu’est envisagé le retour de l’École polytechnique sur la montagne Sainte-Geneviève, les « bis » sont renvoyés dans leurs foyers et priés de poursuivre leur cursus polytechnicien par correspondance. Plus que les normaliens, les polytechniciens juifs, perçus comme des éléments perturbateurs et une source de complications, ont eu à négocier leur sort directement avec l’administration de leur école, au prix d’une cruelle déception et d’une désillusion durable à l’égard de l’institution.

LES PRISONNIERS DE GUERRE

  • 24 Il s’agit de Jean Charier, René Guiart, Germain d’Hangest (L 1936) ; Serge Chambrillon, Jean Cazen (...)

38Les prisonniers de guerre constituent un deuxième groupe d’élèves qui restent éloignés de l’École normale pendant tout ou partie du conflit. En nombre, ce phénomène concerne d’abord les anciens élèves : selon les statistiques de l’École, 121 archicubes sont détenus en Allemagne au début de l’année 1942, alors qu’à la rentrée 1940, seulement 18 normaliens en cours de scolarité, appartenant aux promotions 1936 à 1939, sont prisonniers. Sur ces 18 élèves, 12 sont des littéraires et 6 des scientifiques. Trois élèves littéraires – Jean Auba (L 1937), Pierre Reboul (L 1937) et Jean Touchard (L 1938) – sont libérés dans le courant de la guerre pour des raisons sanitaires et peuvent ainsi reprendre leurs études à l’École. Deux élèves scientifiques connaissent le même sort : mais si Gabriel Vautor (S 1938) regagne l’École normale en novembre 1943, Jacques Mayer (S 1937), visé par le statut des juifs, choisit de reprendre ses études à Marseille jusqu’à l’invasion de la zone sud, date à laquelle il rallie les troupes de la France libre en passant par l’Espagne. Ainsi, à la fin de la guerre, 13 élèves24 de l’École se trouvent encore prisonniers en Allemagne : ils auront passé près de cinq ans dans les oflags et les stalags allemands. Parmi eux, un germaniste de la promotion 1936, Jean Charier, a réussi à obtenir un poste de lecteur à l’université de Munich à partir de l’année 1944, poste qui peut s’assimiler à une forme de collaboration intellectuelle. Un autre élève, Joseph Bigio, connaît un sort tragique : il meurt dans les bombardements alliés de 1945.

39L’administration de l’École s’efforce de maintenir un lien avec les normaliens prisonniers. Elle leur adresse de fréquents courriers pour les tenir informés de la façon dont se déroule la vie rue d’Ulm et cherche à les rassurer sur leurs perspectives universitaires à leur retour de captivité. Ainsi, dans le rapport qu’il rédige à l’attention des prisonniers dans le courant de l’année 1942, Georges Bruhat écrit-il :

Vos places restent réservées aussi bien dans les concours que dans les lycées, les fondations et les instituts. Les inspecteurs généraux et les maîtres de l’enseignement supérieur sont presque tous des anciens combattants de la guerre de 1914-1918 : nous avons assez lutté pour reprendre notre rang, de 1919 à 1924, pour que vous puissiez avoir confiance en nous. Nous veillerons à ce que vous soyez placés au rang qui aurait été le vôtre, si le sort ne vous avait pas désignés pour être les victimes de cette guerre.

40L’École normale s’associe aussi aux activités du Centre d’entraide aux étudiants mobilisés et prisonniers. Elle assure dans ce cadre un service de bibliothèque à distance, expédiant aux prisonniers les livres nécessaires à la poursuite de leurs études. Ce faisant, l’École tente de répondre le mieux possible à la demande de chacun. Pour tel élève qui a consacré avant la guerre un diplôme à « l’éducation sportive dans l’enseignement », et qui entend actualiser son étude en tenant compte des mesures prises par Vichy, Jean Baillou sollicite les conseils de Raymond Boisset, archicube de la promotion 1932 qui s’était distingué lors des championnats du monde universitaires de Budapest en 1935. De même, pour un élève qui envisage de préparer l’agrégation d’allemand à sa libération, Jean Baillou demande au germaniste Claude Marnot d’établir une bibliographie des livres les plus utiles. En témoignant de sa solidarité à l’égard des prisonniers, l’administration de l’École ne démontre pas seulement la pérennité de la famille normalienne dans les épreuves du moment. Elle répond aussi à un souhait de Vichy, qui a fait du devoir de solidarité de la nation à l’égard de ses prisonniers – ils sont 1,6 million en 1940 et encore 1 million en 1945 – l’un des éléments constants de sa rhétorique, voire de sa politique de collaboration avec l’Allemagne – à travers la « relève » imaginée par Laval en juin 1942. Dès lors, il n’est guère surprenant si, le 6 mai 1942, répondant à une commande des Cahiers des étudiants sur « les activités extra-scolaires de l’ENS », le secrétaire général Jean Baillou choisit de mettre en avant les actions en faveur des normaliens prisonniers, après avoir évoqué les activités sportives, artistiques et sociales :

L’École n’oublie pas ses prisonniers. Comment le pourrait-elle ? Au 1er mai 1942, le nombre d’anciens élèves et d’élèves prisonniers atteignait 136, chiffre considérable par rapport aux faibles effectifs de nos promotions. Pensée affectueuse et fidèle certes, mais aussi aide matérielle la plus large possible ; aide discrète, car dès la rentrée de novembre 1940, notre effort s’est confondu avec celui du Centre d’entraide aux étudiants mobilisés et prisonniers. Jusqu’en octobre 1941, des équipes de normaliens volontaires ont collaboré au travail matériel considérable (empaquetage, fiches, etc.) que représente l’envoi des milliers de livres que le Centre a fait parvenir dans les camps. Depuis octobre 1941, l’organisation s’est perfectionnée : un système de roulement par équipe a été mis sur pied, et c’est l’École entière qui participe maintenant à l’œuvre d’entraide. Depuis peu, nous assurons nous-mêmes, pour gagner du temps, l’achat, l’étiquetage et l’emballage des livres destinés aux normaliens. Nous avons aussi rédigé une bonne partie des conférences d’information scientifique et littéraire envoyées récemment dans les universités de camps.

  • 25 Sur l’importance de ces années de captivité dans l’itinéraire intellectuel d’Althusser, cf. L. Alt (...)

41S’agissant du sort réservé aux prisonniers par les Allemands, c’est le grade militaire et non la qualité de normalien qui est déterminant. Les plus âgés, comme Georges Belbenoit ou René Guiart, qui étaient sous-lieutenants, sont répartis dans des camps d’officiers, les oflags. Là, ils retrouvent des archicubes plus anciens. Des universités de prisonniers peuvent être organisées. Les conditions de vie, sans être toujours satisfaisantes, y sont cependant bien meilleures que dans les stalags, où se trouvent les sous-officiers et les simples soldats : c’est précisément dans le stalag XA que Louis Althusser, le plus jeune des normaliens prisonniers, passe toute la guerre, totalement isolé du reste de ses camarades et exposé aux privations de toutes sortes. Ancien khâgneux au lycée du Parc reçu au concours lettres de 1939, Althusser a été mobilisé dans l’artillerie en septembre 1939 à Issoire. Il est fait prisonnier à la caserne de Vannes en juin 1940, avant d’avoir achevé ses classes. Contrairement à deux autres élèves faits prisonniers en même temps que lui, Germain Kreweras et François Terrasse, il ne tente pas de s’évader25 et se retrouve donc prisonnier en Allemagne.

  • 26 Sur ce camp, cf. A. Silbert, « Le camp des aspirants », Revue d’histoire de la Seconde Guerre mond (...)
  • 27 On peut supposer que ce livre est issu d’un mémoire, écrit dans le cadre des mesures publiées les (...)

42Mais la plupart des normaliens en cours de scolarité ne sont encore qu’aspirants lorsqu’ils sont faits prisonniers. Or ce grade, qui débouche naturellement sur celui de sous-lieutenant, pouvait être considéré soit comme le dernier des grades de sous-officier, soit comme le premier de celui des officiers. Les Allemands ont donc hésité sur le sort à leur réserver. Finalement, au printemps 1941, tous les aspirants sont placés dans un camp qui leur est réservé, situé à Stablack-über-Eylau en Prusse orientale, le stalag IA26. Plus de deux mille aspirants s’y retrouvent, parmi lesquels dix normaliens. Plusieurs cartes postales collectivement adressées à l’administration montrent d’ailleurs les liens qui unissent les normaliens du camp des aspirants. Après une série de brimades jusqu’au mois de juillet 1941, les Allemands décident d’en faire un camp modèle : ils autorisent la venue d’un certain nombre d’officiers des oflags pour animer l’université des prisonniers et relâchent les contraintes disciplinaires. Expérience qui a aussi son versant politique : sur la base d’accords passés avec le gouvernement de Vichy, une mission dirigée par le général Didelet développe une forte propagande dans le camp en faveur de la Révolution nationale, et un « Cercle Pétain » y est fondé. Les archives écrites ne donnent guère d’indication sur l’attitude politique des normaliens qui se trouvaient à « l’Aspilag ». Jean Cazeneuve, qui a fait partie des dix normaliens de ce camp, n’a pas gardé le souvenir de camarades qui militaient dans le « Cercle Pétain », mais, en la matière, la mémoire peut être sélective. Il est probable que les élèves ont d’abord songé à entretenir leur niveau intellectuel, en multipliant les lectures. C’est d’ailleurs dans ce camp que Jean Cazeneuve a écrit son premier livre, La Psychologie du prisonnier de guerre, ouvrage primé par l’Académie française et publié par les Presses universitaires de France à l’automne 194427.

LES NORMALIENS DANS LES MOUVEMENTS DE JEUNESSE DE LA ZONE SUD

  • 28 L’étude la plus exhaustive sur la politique de Vichy à l’égard de la jeunesse est le livre de W. D (...)

43Un troisième ensemble d’élèves est constitué par ceux qui, repliés en zone sud, participent aux structures d’encadrement de la jeunesse de Vichy : les Chantiers de la jeunesse, les Compagnons de France et l’école nationale des cadres d’Uriage. Si Vichy n’est jamais parvenu à enrôler la jeunesse dans un cadre unique, ces différents mouvements expriment la volonté du régime et de son secrétariat général à la Jeunesse et aux Sports de forger, au lendemain de la défaite, une jeunesse nouvelle28. Expérience d’ailleurs vouée à l’échec, puisque les Chantiers deviennent un piège pour le STO à partir de l’été 1943, alors que Laval a dissous l’école d’Uriage – dont les cadres vont basculer du côté de la Résistance – en décembre 1942 ainsi que les Compagnons en janvier 1943. Dans la mesure où – à l’exception de ceux qui sont requis dans les Chantiers et de ceux qui restent mobilisés dans l’armée d’armistice – les normaliens qui participent à ces mouvements le font de façon volontaire, leur éloignement de l’École obéit à une logique très différente de celle à l’œuvre pour les prisonniers et pour les élèves victimes de la législation raciale de Vichy. Leurs parcours sont autant de trajectoires individuelles. Cependant, le rôle important joué par certains d’entre eux dans les Chantiers ou aux Compagnons ne peut s’expliquer que par leur appartenance à l’École, qui les met en position d’élite de la jeunesse.

Quand le fils de Lucien Herr rejoint La Porte du Theil

  • 29 J.-F. Muracciole, La France pendant la Seconde Guerre mondiale, p. 160.

44Les Chantiers de la jeunesse ont été créés au lendemain de la défaite à l’initiative du général Colson, chef d’état-major de l’armée d’armistice pour « contrôler les quelque 100 000 jeunes de la classe 1940 qui n’avaient pu, dans la débâcle du printemps 1940, être mobilisés et qui erraient à l’aventure29 ». D’abord conçus comme une structure provisoire, les Chantiers sont pérennisés par la loi du 18 janvier 1941. Confiés au général La Porte du Theil, ancien commissaire des scouts de France, ils sont rattachés au ministère de la Jeunesse et des Sports, et non à celui de la Guerre, pour démontrer leur caractère civil. Néanmoins, craignant qu’ils n’entretiennent parmi la jeunesse un esprit de revanche, les Allemands refusent que les Chantiers soient étendus à la zone nord. En plus de la classe 1940, Vichy décide que tous les jeunes âgés de vingt ans et résidant en zone sud doivent y accomplir un stage de huit mois. Trente-deux groupements, rassemblant chacun 2 000 jeunes, sont alors formés. Chaque chantier est organisé de façon hiérarchique : à la base les « jeunes » sont regroupés en équipe que dirige un « chef d’équipe » ; dix équipes forment un « groupe », commandé par un « chef de groupe » ; la réunion de dix groupes forme un « groupement » placé sous l’autorité d’un chef d’une quarantaine d’années. Entre 1940 et 1944, les Chantiers accueilleront ainsi 400 000 jeunes. L’idéal des Chantiers allie plusieurs valeurs : celles du scoutisme, avec des exercices physiques et des travaux en plein air d’aménagement agricole ou forestier ; celles de l’armée, à travers le port de l’uniforme, la hiérarchie, le salut au drapeau et l’exaltation du patriotisme ; celles de la Révolution nationale, enfin, le culte du maréchal Pétain et la volonté de former une jeunesse nouvelle n’en étant pas absents. Le STO mettra un terme à cette expérience ambiguë, qui pouvait être considérée, par les uns, comme préparant la revanche, alors que d’autres y voyaient avant tout un moyen de diffuser la propagande de Vichy auprès des jeunes.

45Une trentaine de normaliens ont fait un séjour dans les Chantiers entre 1940 et 1943. Parmi eux, on peut distinguer trois types de situations.

46Il y a d’abord la dizaine d’élèves de la classe 1920, contingent qui a été mobilisé juste avant l’armistice et pour qui l’expérience des Chantiers avait précisément été mise en place afin de l’occuper avant sa démobilisation. Comme ces normaliens ont le grade d’aspirant, ils exercent des fonctions de chef d’équipe dans les Chantiers où ils sont affectés. Leur stage prend fin à l’automne 1940, date à laquelle ils regagnent l’École normale. Cette brève expérience n’a guère marqué les élèves qui l’ont vécue. Leur scolarité ne s’en est pas véritablement ressentie.

47Très différente est la situation des élèves nés entre le 1er janvier 1918 et le 1er septembre 1919 : du fait de leur classe d’âge, ils sont versés dans l’armée d’armistice à l’été 1940. À l’automne 1940, 38 normaliens en cours de scolarité sont ainsi maintenus sous les drapeaux. En mai 1942, 18 sont encore mobilisés, parmi lesquels 5 littéraires de la promotion 1939 qui n’ont toujours pas fait leur entrée à l’École normale supérieure. Or, s’ils le souhaitent, les mobilisés de l’armée d’armistice peuvent prendre des responsabilités dans les Chantiers. Cinq normaliens des promotions d’avant-guerre, tous littéraires, font ce choix. Le premier est Gabriel Beis, reçu au concours de 1939. Mobilisé en septembre 1939, il choisit de rejoindre les Chantiers en octobre 1940. Appartenant à une famille de tradition catholique, mais orientée à gauche, il espère y trouver une organisation préparant la revanche du pays. Or, son chef de Chantier y fait régner un climat de Révolution nationale très marqué. Déçu, Beis quitte les Chantiers en décembre 1941. De retour à l’École normale en janvier 1942, il y poursuit des études d’histoire et de géographie tout en se rapprochant de la résistance chrétienne. Les quatre autres élèves littéraires qui rejoignent les Chantiers se voient, eux, réserver une place de choix : ils travaillent directement auprès du général La Porte du Theil à Châtelguyon, dans les environs de Vichy. Une véritable filière normalienne se constitue auprès de La Porte du Theil, selon des modalités qu’il faut expliquer.

  • 30 Témoignage de Michel Herr, complété par son dossier d’élève.
  • 31 Cf. lettre de Jean Boussinesq à Jérôme Carcopino du 11 octobre 1941.

48Le premier normalien à rejoindre Châtelguyon est Michel Herr30. Nom illustre, puisqu’il est le fils du bibliothécaire Lucien Herr (L 1883), resté célèbre bien des années après sa mort en 1926 pour avoir initié au socialisme plusieurs générations de normaliens. Après avoir préparé le concours au lycée Louis-le-Grand, Herr est reçu à l’École en septembre 1938. Il est resté en contact avec les nombreuses relations de son père, notamment Léon Blum. Mobilisé en mars 1940 à l’école de Saint-Maixent, Herr quitte l’armée d’armistice en janvier 1941 pour les Chantiers, qui lui paraissent offrir des perspectives plus stimulantes. Selon son témoignage, il dit en avoir alors informé Léon Blum, détenu à Riom, qui aurait approuvé sa décision au nom d’une stratégie de présence dans les nouvelles institutions de Vichy. Herr fait alors appel auprès de La Porte du Theil à un normalien de la promotion 1937, Robert Barrat, qui fait lui-même venir deux autres normaliens : Charles Mantoux, de sa promotion, et Jean Boussinesq, de la suivante, qui, bien que démobilisé en juin 1941, préfère rejoindre les Chantiers plutôt que de regagner l’École normale31.

  • 32 Soucieux de former de nouvelles élites acquises aux idées de la Révolution nationale, le régime de (...)
  • 33 Selon B. Comte, Une utopie combattante. L’École des cadres d’Uriage, 1940-1942, p. 359.

49À Châtelguyon, les quatre normaliens aident à la rédaction du journal des Chantiers et participent à l’élaboration de la doctrine du mouvement. Ils sont aussi envoyés dans les différents groupements pour participer à la formation des chefs. Par leurs activités, ils sont en relation avec Uriage32. Par leur engagement, ils sont proches de la revue Esprit. Michel Herr a ainsi l’occasion de rencontrer Mounier à Uriage. Avec Robert Barrat, il écrit plusieurs articles pour la revue d’Uriage Jeunesse… France ! durant l’année 194133. Herr signe même un article au mois de mai 1941 dans la revue Esprit. Présentant une analyse sur « le chef de groupe dans les Chantiers », l’article de Herr s’insère dans une série d’articles qu’Esprit consacre au « rôle du chef dans la société », thème en vogue aux beaux jours de la Révolution nationale. Dans sa contribution, Michel Herr se demande de quelle manière le chef de groupe, qui a sous son autorité 150 jeunes, peut leur donner le meilleur exemple possible. Il souligne les erreurs à éviter – être trop autoritaire ou trop démagogique – et préconise finalement un équilibre entre exemple physique et formation intellectuelle. Au total, il voit dans la mission du chef de groupe « une tâche essentielle d’éducation de la jeunesse qui doit contribuer au redressement du pays, et dont la réussite serait totale s’il arrivait à faire de ses jeunes des futurs chefs dévoués aux intérêts de la collectivité ». On le voit, sa prose est parfaitement dans le ton de la production intellectuelle des mouvements de jeunesse de la zone sud entre 1940 et 1942. Plus que d’une forme de propagande en faveur de la Révolution nationale, l’article de Michel Herr témoigne d’un effort de théorisation de l’expérience des Chantiers. En outre, il plaide pour des chefs dotés de solides qualités humaines, qualités dont ils tireraient leur légitimité pour exercer un commandement. Mais, à travers cet article, Herr montre aussi qu’il croit au projet des Chantiers et qu’il s’inscrit dans la démarche d’édification d’une France nouvelle voulue par Vichy. Démarche également inspirée, pour les normaliens, par une forme de patriotisme et par le pari qu’il peut y avoir une forme de lutte contre l’Allemagne nazie dans le cadre institutionnel de Vichy. Dans un courrier qu’il m’a adressé en octobre 1994, Jean Boussinesq m’a communiqué le recueil de « poésie nouvelle » qu’il avait établi pour la revue des Chantiers en 1941. Parmi d’autres auteurs contemporains comme Jules Supervielle et Pierre Emmanuel, on peut lire des poèmes d’Aragon – « La nuit de Dunkerque », « Les lilas et les roses », « Complaintes pour l’orgue de la nouvelle barbarie », extraits pour la plupart de son recueil Le Crève-cœur – et de Paul Éluard. À la suite de cette publication, Boussinesq a d’ailleurs eu une correspondance avec Aragon, agréablement surpris que la revue des Chantiers publie des poèmes utilisant le style clos de la poésie courtoise pour faire comprendre des sentiments patriotiques qui ne pouvaient pas être dits plus ouvertement en 1940-1941, même en zone libre.

  • 34 Cf. la notice nécrologique que lui a consacrée André Mandouze dans l’Annuaire des anciens élèves d (...)

50La présence volontaire de ces normaliens auprès de La Porte du Theil peut aussi s’expliquer par un désir d’action et une volonté de rompre avec la démarche purement intellectuelle qu’aurait impliquée la poursuite de leurs études rue d’Ulm. En réalité, leur itinéraire, avant et après les Chantiers, témoigne à la fois d’une distance à l’égard de l’institution universitaire et d’un goût pour l’engagement, au prix parfois d’une certaine instabilité idéologique. Ainsi, Jean Boussinesq, issu de la khâgne de Montpellier, a d’abord été proche des socialistes jusqu’à son entrée rue d’Ulm en 1938. Il tombe alors sous la coupe de Pierre Boutang, « pape » de l’Action française à l’École. Il devient aussi un catholique fervent. Après son départ des Chantiers à l’automne 1942, il ne regagne pas l’École, mais se découvre une vocation de capucin. Au lendemain de la guerre, il accomplit un nouveau virage, pour se rapprocher des prêtres-ouvriers, avant de quitter définitivement l’Église et de rédiger des ouvrages sur la laïcité. Quant à Michel Herr, socialiste avant l’armistice, il devient communiste après les Chantiers. Il ne fait qu’un bref passage à l’École à l’automne 1942, avant de rejoindre les rangs de la résistance armée des FTP. Après 1945, il renonce à reprendre ses études et poursuit une carrière de capitaine qui le mène en Indochine. Identifié par ses supérieurs comme communiste, il cesse de progresser dans la hiérarchie militaire. Quant à Robert Barrat, il décide de préparer l’agrégation à son retour rue d’Ulm en septembre 1942. Dans une lettre qu’il adresse de Châtelguyon à Jean Baillou le 17 septembre 1942, il exprime sa joie de quitter les Chantiers : « Vive la liberté ! Il est vrai que je vais troquer une geôle contre une autre. » Ami de promotion de Mandouze34, il se rapproche des milieux de la résistance chrétienne et s’engage dans une carrière de journaliste dès la Libération. Entre 1945 et 1963, il écrit plus de 200 articles pour Témoignage chrétien et s’illustre tout particulièrement à travers ses prises de positions contre la colonisation et l’Algérie française, qui lui valent notamment d’être arrêté par le gouvernement français en septembre 1955. Enfin, Charles Mantoux, visé par le statut des juifs bien que converti au catholicisme, préfère s’inscrire à la faculté des lettres de Lyon après son expérience dans les Chantiers, pour préparer une hypothétique agrégation. Il y retrouve son camarade de promotion André Mandouze, déjà assistant. Des quatre normaliens passés par Châtelguyon, il est le seul à rester dans l’enseignement après la guerre.

  • 35 Lettre de Roger Rémondon à Jean Baillou du 6 novembre 1942.

51La dernière catégorie d’élèves à être passés par les Chantiers ont préparé le concours dans les classes préparatoires de la zone sud et ont vingt ans au moment de leur succès. C’est Jérôme Carcopino, alors secrétaire d’État, qui avait exigé des étudiants et des candidats aux grandes écoles de la zone sud reçus à un concours l’accomplissement d’un stage de huit mois dans les Chantiers. Décidée par l’arrêté du 5 juillet 1941, la mesure est effective dès l’été 1941. Ce stage a surtout concerné les littéraires, plus âgés que les scientifiques : pour la promotion de 1941, ils sont 7, contre 2 scientifiques ; l’année suivante, ils sont 9, pour 2 scientifiques. Comme ils n’ont aucun grade militaire, ils n’occupent pas d’emblée les fonctions de commandement auxquelles ont eu droit leurs prédécesseurs. Simples « jeunes », ils sont censés passer leurs journées à couper du bois et à chanter au grand air. Mais Carcopino, conscient que la condition de « jeune » ne donnerait peut-être pas toutes les satisfactions voulues à ses élèves, écrit le 14 octobre 1942 à La Porte du Theil pour lui demander si les normaliens peuvent bénéficier du même traitement que les polytechniciens, lesquels prennent des responsabilités deux mois après leur arrivée dans les Chantiers. Selon une argumentation fréquente sous sa plume, Carcopino justifie sa demande « afin de maintenir un traitement égal entre Polytechnique et Normale », mais aussi parce qu’il juge « souhaitable que de futurs éducateurs acquièrent aussi tôt que possible le sens de l’autorité », valeur chère au directeur-ministre et à même de convaincre La Porte du Theil. De fait, Carcopino obtient gain de cause : les listes de l’École mentionnant les affectations des élèves aux Chantiers indiquent qu’ils sont désormais « chefs d’équipe » ou « chefs d’ateliers ». Les normaliens font office d’intellectuels au sein des groupements, et sont, par exemple, employés à des tâches de documentation, qui ne les dispensent pas pour autant des exercices physiques. L’expérience des Chantiers est diversement appréciée par les élèves, mais tous ne la jugent pas désagréable, comme en témoigne cette lettre de Roger Rémondon, littéraire de la promotion 1942 et futur égyptologue disparu prématurément en 1971, affecté au « bureau d’études, documentation et éducation des jeunes » : « La vie aux Chantiers est conforme à la nature. Nous apprenons des gestes simples et la lutte naturelle contre des dangers que nous ne connaissions plus : froid, boue. À tous égards, c’est une riche expérience35. »

Gilles Chaine en stage à Uriage, Dunoyer de Segonzac rue d’Ulm

  • 36 Cf. B. Comte, Une utopie combattante, p. 449.

52Alors que les élèves de l’École normale supérieure font partie des élites susceptibles d’être accueillies par Uriage, on trouve peu de normaliens en cours de scolarité dans l’école de Dunoyer de Segonzac. Sans doute la situation de l’École normale en zone occupée ne facilite-t-elle pas l’accomplissement d’un stage dans la région de Grenoble. La présence de certains normaliens à Uriage résulte d’initiatives individuelles. On l’a vu pour Robert Barrat et Michel Herr, qui, en raison de leurs fonctions dans les Chantiers, ont pu nouer des contacts avec l’équipe d’Uriage. Les noms de trois autres normaliens apparaissent aussi dans l’étude consacrée par Bernard Comte à cette école : Georges Snyders, Jacques Chatagner et Gilles Chaine y accomplissent en septembre 1942 un stage de formation réservé à un groupe d’élèves sélectionnés36.

53La présence de Georges Snyders s’explique certainement par sa proximité géographique avec Uriage : victime du statut des juifs, ce philosophe de la promotion 1937 poursuit ses études à Lyon depuis le début de l’Occupation. C’est peut-être par la faculté de droit à laquelle il s’est inscrit pour compléter ses études de philosophie qu’il est entré en contact avec Uriage, à moins que ce ne soit par les réseaux chrétiens de Lyon, qu’il côtoie par l’intermédiaire de son camarade de promotion André Mandouze. Quant à Jacques Chatagner, littéraire de la promotion 1939 issu de la khâgne de Henri-IV et mobilisé jusqu’à la fin de l’année 1941, rien ne nous éclaire sur les conditions de sa participation au stage. Néanmoins, il est de formation chrétienne et sera, après la guerre, un militant de la cause algérienne dans le cadre de la revue qu’il dirige, La Quinzaine. Quant à Gilles Chaine, le plus jeune, il a été reçu au concours de 1940, après avoir préparé au lycée du Parc, puis à Clermont-Ferrand. Fils d’un grand notaire de Lyon, Chaine est assez représentatif de ces khâgneux lyonnais d’origine sociale souvent plus élevée que leurs camarades de la rue d’Ulm. À Normale, il forme avec ses co-turnes Jean Lorenceau, Henri Plard et Maurice Didier une équipe très soudée. Avec Didier, il est volontaire pour un stage d’un mois dans les Chantiers de la jeunesse durant l’été 1941. Expérience qu’il prolonge en septembre 1942 par un passage à Uriage. Son co-turne Henri Plard assure qu’il rentra enthousiasmé d’Uriage, où il avait cru en la fabrique d’un homme nouveau.

  • 37 La référence à « la Manche » pourrait également indiquer que Carcopino considère alors Dunoyer com (...)

54Des trois normaliens présents à Uriage, Chaine est assurément celui dont les liens avec l’École nationale des cadres sont les plus prononcés. Selon le témoignage de plusieurs de ses camarades, c’est Chaine qui a invité Dunoyer de Segonzac à venir faire une conférence rue d’Ulm, certainement durant l’année 1941-1942 et au plus tard à la fin de l’année 1942, date de la dissolution de l’école par Vichy, ce qui est aussi attesté par une lettre – non datée – adressée par Jérôme Carcopino à Jean Baillou. Fidèle à sa stratégie de préservation de la rue d’Ulm de toute politique, le directeur-ministre tient à ce que la conférence garde un caractère privé, et qu’elle « ne vise que des principes » ; il ajoute qu’Uriage « est familier avec les problèmes généraux de la conscience » et que Dunoyer de Segonzac « est un chevalier, souvent même de la Manche, mais aussi la droiture même ». En comparant implicitement Dunoyer à Don Quichotte, Carcopino confirme son refus, voire sa condamnation de l’engagement, qui, dans le cas de Dunoyer, bascule alors de la Révolution nationale à la Résistance. C’est d’ailleurs aussi à Don Quichotte que Carcopino avait comparé Plard après son internement à Drancy pour avoir porté l’étoile jaune. Comme si, finalement, pour lui, se battre contre des moulins à vent et résister… étaient la même chose37.

Maurice Clavel, héraut des Compagnons de France

  • 38 Les renseignements sur Clavel sont empruntés à son dossier d’élève ainsi qu’à la biographie de M. (...)

55Fondés en juillet 1940 par l’inspecteur des finances Henry Dhavernas, auquel succède en 1941 le colonel Tournemire, les Compagnons de France n’ont jamais eu le caractère obligatoire des Chantiers de la jeunesse. De plus, ils s’adressent à un public plus jeune. Il ne faut donc pas s’attendre à y retrouver des normaliens. C’était sans compter sur l’inventivité militante et l’activisme d’un certain Maurice Clavel38.

56Né à Frontignan dans l’Hérault le 10 novembre 1920, Maurice Clavel accomplit toutes ses études secondaires à Sète, où son père est installé comme pharmacien. Élève très doué, il obtient en classe de première le deuxième prix au concours général de latin, et, l’année suivante, un accessit de philosophie. En 1936, son baccalauréat mention très bien en poche, il monte à Paris pour préparer le concours de la rue d’Ulm au lycée Henri-IV. Clavel s’intéresse déjà à la politique. La tradition de sa famille le situe nettement à droite. En juin 1936, il est séduit par le Parti populaire français de Jacques Doriot et devient alors un lecteur assidu de son journal, L’Émancipation nationale. Il reste fidèle au mouvement de Doriot en classes préparatoires, où il s’affirme aussi comme un catholique pratiquant. Durant son année de khâgne, il lit Bagatelles pour un massacre, le premier des pamphlets antisémites de Céline, et ne trouve rien à redire à la « mélodie de l’injure » – pour reprendre l’expression de Philippe Sollers – de l’auteur du Voyage. Clavel fréquente aussi le Cercle national des khâgneux, proche de l’Action française. En avril 1938, lors de l’une des réunions du cercle, il fait la rencontre de Pierre Boutang, normalien philosophe de la promotion 1935. C’est le début d’une influence et d’une amitié.

57Reçu à l’École normale supérieure à l’été 1938, Clavel n’a pas encore dix-huit ans. Il y poursuit des études de philosophie et retrouve Boutang, alors agrégatif, qui cohabite en turne avec Jean-Toussaint Desanti, pourtant du bord exactement opposé au sien. Selon Monique Bel, Boutang est alors parvenu à convaincre Clavel de rejoindre l’Action française. À l’automne 1939, trop jeune pour être mobilisé, Clavel assure brièvement une suppléance au lycée de Nîmes, avant de regagner l’École au début de l’année 1940. Au moment de l’armistice, il achève sa licence de philosophie à Montpellier et fait d’emblée confiance à Pétain. L’épisode de Mers-el-Kébir ne fait qu’attiser son anglophobie. En août 1940, Pierre Boutang, qui se trouve à Vichy aux côtés d’un autre archicube René Gillouin, lui propose de le rejoindre pour prendre des responsabilités à leurs côtés. Si l’équipe se disperse rapidement, c’est dans ces circonstances que Clavel entre en relation avec les Compagnons de France, comme il l’écrit le 18 octobre 1940 à Jean Baillou :

J’ai été appelé à Vichy au mois d’août par un ami, Pierre Boutang, qui était alors à l’Instruction publique, secrétaire particulier de M. René Gillouin. Il m’a demandé de servir, comme lui, l’État nouveau, et c’est ainsi que je suis entré aux Compagnons de France. Je suis actuellement chef de pays à Montpellier. J’ai le désir le plus vif de me dévouer à ce mouvement, où je vois la possibilité d’une rénovation nationale, et en particulier à Montpellier, où connaissant tous les milieux jeunes, je puis avoir une grande influence.

58Séduit par l’entreprise, Clavel décide de demander un congé d’un an « pour se consacrer à l’œuvre des Compagnons », selon l’expression qu’il emploie dans une nouvelle lettre adressée à Jean Baillou le 12 novembre 1940, soit le lendemain des premières manifestations patriotiques en zone occupée. Clavel apprécie autant le scoutisme et l’esprit de Révolution nationale des Compagnons que leurs efforts, d’inspiration plus sociale, pour venir en aide à de jeunes chômeurs. Pour les besoins de la formation de ces jeunes, Clavel découvre aussi une nouvelle culture littéraire à travers les œuvres de Péguy, Psichari ou encore Gustave Thibon. Il écrit des articles sur l’autorité, la fidélité ou la mystique française dans le journal des Compagnons, Le Métier de chef. Selon Jean-Pierre Dannaud, il aurait même rédigé la Charte des Compagnons de France, qui plaçait les Compagnons « au service de la France » et leur assignait la mission d’assurer « la formation de la personnalité de la jeunesse dans le respect et l’approfondissement des convictions de chacun ». Maurice Clavel est alors totalement à l’unisson des convictions pétainistes de son père, Jean Clavel : le 2 février 1941, ce dernier écrit à Carcopino pour lui donner des nouvelles de son fils. Il conclut sa lettre en faisant allusion à la situation politique : « J’espère que le cri sournois de “vive Pétain, vive de Gaulle” sera remplacé par “vive Pétain, vive la France”. »

59Durant l’année 1940-1941, Clavel n’en oublie pas pour autant ses études. Dans la lettre déjà citée du 12 novembre 1940, il fait part à l’École de sa volonté d’être inscrit gratuitement et à distance à l’université de Paris pour y accomplir son diplôme sur « la philosophie critique et le problème de l’âme et du corps » sous la direction de Henri Gouhier : « Car, si en entrant dans ce mouvement, je n’ai cherché aucun avantage personnel, mais seulement l’occasion de servir le pays et l’État, il serait assez étrange que cela me suscitât des ennuis du côté de l’université. » Resté chez les Compagnons à la rentrée 1941, Clavel se décide finalement à regagner la rue d’Ulm en février 1942 pour y préparer, à la hâte, l’agrégation, à laquelle il est reçu quatrième à l’été. Sa prolixité ne se dément pas : il remet à Gouhier une dissertation de 75 pages sur Leibniz. Il demande aussi à Jean Cavaillès, caïman à l’École, de pouvoir faire des exposés devant les conscrits : dans le dossier d’élève de Clavel, Cavaillès remarque qu’il s’exprime « sans note, avec flamme et des formules heureuses. Il lui arrive de dramatiser le débat ». Au terme de cette année 1942, il obtient une quatrième année de scolarité à l’École, durant laquelle il s’inscrit en thèse avec Gouhier. Dès le mois d’avril 1943, il a achevé la rédaction de l’introduction de sa thèse. Gouhier écrit alors à Carcopino pour lui faire part de ses appréciations sur son élève. Bien qu’il lui reproche de se complaire dans une certaine abstraction, au risque parfois de déconcerter son lecteur, il précise qu’il tient ce « grand travailleur en très haute estime » et il ajoute : « La philosophie n’est pas pour lui un jeu. Que les circonstances le tournent vers l’action ou le maintiennent dans une carrière universitaire, on peut être sûr que sa vie sera conforme à sa pensée. Ce point mérite d’être noté. » La forte personnalité de Clavel marque aussi ses camarades, comme le montre le souvenir qu’a gardé de lui Jean-Pierre Dannaud, philosophe de la promotion 1940, qui a côtoyé Clavel lors de son retour rue d’Ulm :

Maurice Clavel était fier d’avoir rédigé la Charte des Compagnons de France. Il était capable de la réciter par cœur et avait certainement beaucoup impressionné le commandant de Tournemire, qui dirigeait ce petit mouvement de jeunesse. Clavel avait une facilité exceptionnelle et d’abord une mémoire prodigieuse : ce qu’il écrivait, il le savait mot pour mot. C’est précieux pour l’orthodoxie ! Quand il faisait une dissertation sur le « papier pot » d’un beige terne distribué par l’économat, il pissait la copie jusqu’à 80 pages grand format. Ses dissertations étaient tellement étoffées qu’elles en devenaient commercialisables : il en a cédé quelques-unes à des sorbonnards, à qui cela rapportait un diplôme d’études supérieures sur Leibniz ou sur Kant. À nous, cela rapportait des tickets de confiture.
Mes amis Bloch et Tran-Duc-Thao, aussi critiques l’un que l’autre, considérant qu’il y avait trois catégories d’hommes, et spécialement de normaliens, qui étaient « les cons, les couillons et les enculés », rangeaient sans hésiter Clavel dans la deuxième espèce. Je me souviens que le soir, il allait voir des « petites », comme il disait, et il rentrait en pleurant dans notre turne, juste avant le couvre-feu, et se confessait : « J’ai détruit un concept, je lui ai pris son pucelage. » Cela m’exaspérait, moi qui avais passé la soirée à « fayoter ». Je me vengeais le lendemain matin quand nous faisions de la boxe en m’arrangeant – il avait beaucoup d’allonge mais il était myope – pour le frapper au nez et lui donner une nouvelle occasion, mécanique, de pleurer.

  • 39 A. Mandouze, Mémoires d’outre-siècle, p. 77.

60Entre août 1940 et décembre 1941, la présence de Maurice Clavel parmi les Compagnons de France a duré plus d’une année. Cet engagement ne peut se comprendre que comme un acte d’adhésion au nouveau régime, choix idéologique qui apparaît dans la continuité des convictions de jeunesse de Clavel. Il suffit de lire les mémoires d’André Mandouze pour se convaincre de l’atmosphère pétainiste qui régnait alors parmi les Compagnons, atmosphère qui l’en détourne aussitôt39 :

Durant mes démarches en vue d’obtenir banalement un poste au lycée de Bourg, je reçus de Vichy un télégramme me sollicitant d’accepter d’être détaché aux Compagnons de France pour y exercer je ne sais quelle cheftennerie. Bonne occasion, pour l’intellectuel de terrain que j’ai précédemment évoqué, d’aller voir sur place de quoi il retournait. Une journée me suffit pour que je n’aie plus le moindre doute sur l’implication de l’idéologie sous-jacente à ce genre de mouvement de jeunesse. […] Autrement dit, préservatifs inattendus, les premiers signes tangibles qui ont contribué à me faire refuser tout net de pouvoir risquer d’être amené à faire chanter « Maréchal, nous voilà ! », c’est très précisément la gueule bêtement ou faussement enjouée et la cervelle défaillante de ceux qui à Vichy le chantait.

61Pour Clavel, l’air enjoué de « Maréchal nous voilà » n’a pas eu l’effet repoussoir qu’il a exercé sur Mandouze. D’ailleurs, à son retour à l’École normale, Clavel est encore favorable, sinon à la Révolution nationale, du moins au maréchal Pétain, suscitant la réprobation de ses camarades. Néanmoins, cet engagement est aussi celui d’une personnalité flamboyante, en quête de public et en désir d’action, un très jeune homme de vingt ans dont la formation, tant intellectuelle que politique, est loin d’être achevée. Car, commencée avec les Compagnons en 1940, la guerre de Clavel s’achève par la libération de Chartres quatre étés plus tard, où il accueille le général de Gaulle.

  • 40 Selon mes calculs : 17 normaliens juifs et 4 candidats « bis » réintégrés après la Libération ; 18 (...)

62Entre la défaite d’août 1940 et la mise en place du STO, si la majorité des normaliens a pu continuer ses études dans des conditions qui, pour être matériellement austères, n’en étaient pas moins intellectuellement satisfaisantes, plus de 110 élèves appartenant aux promotions 1936 à 1942 ont connu des difficultés, d’ampleur et de nature évidemment différentes, pour poursuivre leurs études rue d’Ulm. Pour 98 d’entre eux, l’interruption des études dépasse huit mois ou les empêche de se présenter à un concours40. Pour comprendre chacune de ces situations, les facteurs « exogènes » à la rue d’Ulm comptent souvent plus que les critères « endogènes » : plus que la qualité d’élève de l’École normale, ce sont l’origine, religieuse ou géographique, l’appartenance à une classe d’âge, la situation militaire et les choix idéologiques qui sont déterminants pour expliquer la diversité des parcours. Cependant, au sein de chaque catégorie, l’appartenance à la communauté normalienne n’est pas sans effet. Majoritairement, le sort de ces élèves est meilleur qu’il n’aurait été sans la qualité de normalien. Toutefois, quand l’institution se trouve confrontée à une logique de répression et d’exclusion qui ne souffre pas de concession, comme c’est le cas pour les normaliens juifs, sa capacité à amortir les difficultés des temps rencontre ses limites. Pis, la direction de la rue d’Ulm peut elle-même devenir un rouage des processus d’exclusion qui se mettent en place, comme le montre le décret Carcopino interdisant, à compter de 1941, aux candidats juifs de devenir normaliens.

Notes

1 Conformément aux frontières de 1871, la Moselle fait également partie de la zone annexée.

2 J.-P. Azéma, De Munich à la Libération, p. 175.

3 Lettre de Jérôme Carcopino à Jean Baillou du 28 août 1942.

4 Sur cette rafle, cf. A. Gueslin (dir.), Les Facs sous Vichy, p. 87-113.

5 Témoignage de Pierre Moussa.

6 Le paragraphe qui suit est établi sur la base de trois entretiens avec Pierre Moussa et sur les éléments contenus dans son dossier d’élève.

7 M.-O. Baruch note également dans Servir l’État français : l’administration en France de 1940 à 1944, p. 388, que Vichy considère les Français d’origine belge comme des « quasi-nationaux ».

8 Témoignages de René Pomeau et Jean Auba (L 1937), confirmés par Anne Ubersfeld.

9 Cf. C. Singer, Vichy, l’université et les juifs, p. 119.

10 Notons cependant que les bourses ne sont pas parvenues à tous : Jules Alter, un scientifique de la promotion 1937, n’a pas touché sa bourse en 1940-1941.

11 Lettre à Jean Baillou du 18 septembre 1942.

12 Témoignage d’Évry Schatzman et Roger Bauer.

13 François Cuzin, philosophe de la promotion 1936, dont j’ai mentionné l’entrée en résistance aux côtés de Desanti dès 1940.

14 Victime du premier statut des juifs, Jean Wahl a cessé son enseignement rue d’Ulm à la fin de l’année 1940. Il s’est alors replié à Lyon.

15 Auguste Anglès est un archicube de la promotion lettres 1935.

16 Normalien de la promotion 1937, Snyders, originaire d’une famille juive hollandaise, s’est replié à Lyon après l’armistice.

17 AN F17 17695.

18 Cette circulaire autorise les candidats juifs à se présenter aux concours des ENS tout en précisant qu’en cas de succès, ils ne pourront bénéficier que d’une bourse de licence.

19 Margolin, Pecker, Frenkel et Chouchan seront réintégrés à la Libération. François et Claude Lévy ainsi que Claude Bloch ont opté pour l’X.

20 AN 61 AJ 105.

21 C. Singer, Vichy, l’université et les juifs, p. 119-120.

22 Même si un normalien comme Marc Soriano (L 1939), éloigné de l’ENS durant toute la guerre, explique qu’il s’est senti en profond décalage avec ses camarades à l’automne 1944. Je cite son témoignage dans le dernier chapitre de ce livre.

23 Sur les élèves juifs de l’École polytechnique, cf. V. Guigueno, « Les élèves juifs et l’École polytechnique (1940-1943) », p. 76-88. Sur l’École polytechnique pendant l’Occupation, cf. M.-O. Baruch et V. Guigueno, Le Choix des X.

24 Il s’agit de Jean Charier, René Guiart, Germain d’Hangest (L 1936) ; Serge Chambrillon, Jean Cazeneuve, Georges Belbenoit, Paul Deketleare, Claude Leroux (L 1937) ; Louis Althusser (L 1939) ; Christian Corolleur (S 1936) ; Jacques Delassus, Paul Jeangirard (S 1937) ; Joseph Bigio (L 1938).

25 Sur l’importance de ces années de captivité dans l’itinéraire intellectuel d’Althusser, cf. L. Althusser, Journal de captivité et Y. Moulié-Boutang, Louis Althusser. Une biographie.

26 Sur ce camp, cf. A. Silbert, « Le camp des aspirants », Revue d’histoire de la Seconde Guerre mondiale, 1957, p. 16-34, et 1958, p. 49-72.

27 On peut supposer que ce livre est issu d’un mémoire, écrit dans le cadre des mesures publiées les 7 et 8 janvier 1943 au Journal officiel pour favoriser la poursuite de la formation des prisonniers de guerre. Ces textes prévoient que les prisonniers peuvent déposer un mémoire résumant « les réflexions qu’ils auront été amenés à faire durant leur captivité sur toute question qui touche à la vie intérieure ou collective, intellectuelle, morale, ou sociale, pourvu que leur mémoire soit directement inspiré de leur expérience de prisonniers, et montre ainsi comment leur valeur professionnelle aura été augmentée par leur valeur d’hommes ».

28 L’étude la plus exhaustive sur la politique de Vichy à l’égard de la jeunesse est le livre de W. D. Halls, Les Jeunes et la politique de Vichy.

29 J.-F. Muracciole, La France pendant la Seconde Guerre mondiale, p. 160.

30 Témoignage de Michel Herr, complété par son dossier d’élève.

31 Cf. lettre de Jean Boussinesq à Jérôme Carcopino du 11 octobre 1941.

32 Soucieux de former de nouvelles élites acquises aux idées de la Révolution nationale, le régime de Vichy a encouragé la création de plusieurs écoles de cadres, dont la plus célèbre est l’École nationale des cadres d’Uriage. Dirigée par le capitaine Dunoyer de Segonzac, l’école exalte des valeurs inspirées par le personnalisme d’Emmanuel Mounier et les non-conformistes des années 30. Les conférences théoriques qui y sont données sont complétées par le travail en équipe et la pratique du sport. D’abord acquis au régime, ses animateurs s’en éloignent dès le courant de l’année 1941, si bien qu’en décembre 1942 Laval met fin à l’expérience. Dunoyer de Segonzac et les siens basculent alors dans la Résistance.

33 Selon B. Comte, Une utopie combattante. L’École des cadres d’Uriage, 1940-1942, p. 359.

34 Cf. la notice nécrologique que lui a consacrée André Mandouze dans l’Annuaire des anciens élèves de l’ENS de 1978.

35 Lettre de Roger Rémondon à Jean Baillou du 6 novembre 1942.

36 Cf. B. Comte, Une utopie combattante, p. 449.

37 La référence à « la Manche » pourrait également indiquer que Carcopino considère alors Dunoyer comme acquis à la cause de l’Angleterre : c’est d’ailleurs par Uriage que Chaine ralliera par la suite les rangs de la Résistance.

38 Les renseignements sur Clavel sont empruntés à son dossier d’élève ainsi qu’à la biographie de M. Bel, Maurice Clavel.

39 A. Mandouze, Mémoires d’outre-siècle, p. 77.

40 Selon mes calculs : 17 normaliens juifs et 4 candidats « bis » réintégrés après la Libération ; 18 prisonniers de guerre ; 38 mobilisés dans l’armée d’armistice ; 20 requis dans les Chantiers de la jeunesse durant plus de huit mois ; 1 normalien engagé dans les Compagnons de France. À ces élèves, il faut ajouter, 4 normaliens originaires d’Alsace et de Lorraine ; 4 fils d’étranger ; 10 normaliens de la classe 1920, qui passent par les Chantiers de jeunesse avant de regagner l’ENS à l’automne 1940.

Table des illustrations

Légende Fiche individuelle à remplir par les élèves au moment de leur entrée à l’École et précisant leur statut vis-à-vis des lois d’exception (pour les concours de 1941 à 1943).
URL http://books.openedition.org/editionsulm/docannexe/image/699/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 541k

© Éditions Rue d’Ulm, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540