Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Études et la guerre

 | 
Stéphane Israël

Première partie. Un îlot de tranquillité? (octobre 1940-février 1943)

2. Travailler à l’École normale supérieure

Texte intégral

ENTRER RUE D’ULM

1Après les péripéties de l’année 1939-1940, les conditions de préparation au concours redeviennent presque normales dès la rentrée de 1940.

2Le nombre de candidats augmente régulièrement, pour se rapprocher des niveaux atteints avant la guerre. En 1941, 281 pour les lettres, 325 pour les sciences ; en 1942, 332 pour les lettres et 311 pour les sciences. La géographie des classes préparatoires retrouve également ses lignes de force des années 30, les délocalisations prises durant la drôle de guerre ayant été annulées : la khâgne de Rennes ne compte plus que 7 candidats ; celle de Caen disparaît. La division de la France en plusieurs zones cloisonnées a néanmoins des conséquences : les classes préparatoires de la zone sud accueillent plus d’élèves qu’avant-guerre, celles de Paris un peu moins. Les effectifs s’effondrent à Lille, située en zone rattachée à la Kommandantur de Bruxelles. Comme son université, les classes préparatoires de Strasbourg se replient à Clermont-Ferrand.

  • 1 Ce sont Claude Wiéner et Georges Margolin, qui étaient en hypokhâgne à Henri-IV en 1938-1939. La q (...)

3Les résultats des littéraires réaffirment la domination des trois khâgnes, de Henri-IV, de Louis-le-Grand et du lycée du Parc à Lyon. Au concours lettres de 1941, la khâgne de Toulouse compte néanmoins deux reçus, dont le cacique, ce qui n’était pas habituel : il s’agit en réalité d’élèves qui avaient été admis dans les khâgnes parisiennes, mais qui, visés par le statut des juifs, avaient préféré se replier en zone sud1. Du côté des scientifiques, le lycée Saint-Louis reste en tête : 7 reçus en 1941 et 6 en 1942.

Le niveau baisse

4L’organisation du concours est modifiée par la ligne de démarcation. La pratique de deux jurys distincts pour l’oral inaugurée en 1940 est maintenue en 1941 et en 1942. Les membres du jury se voient délivrer des Ausweis pour franchir la ligne de démarcation.

5Quel jugement porte le jury sur le niveau des candidats ? Le rapport du concours lettres de 1941 témoigne d’une certaine insatisfaction. Il n’est pas de matière, à l’écrit comme à l’oral, où il ne soit constaté une baisse du niveau. Ainsi, en composition française, le correcteur dénonce la « médiocrité » des copies ; en thème latin, André Boulanger, professeur à la faculté des lettres de Paris, juge les résultats nettement inférieurs à ceux du concours de 1935, dernière année où il avait siégé au jury ; en version latine, Jean Bayet constate un « fléchissement » à l’écrit et regrette la médiocrité de l’oral ; en philosophie, Jean Cavaillès et Pierre Lachièze-Rey affirment que les copies sont moins bonnes que lors du concours de 1940 ; enfin, pour la dissertation historique, Georges Lefebvre, professeur à la faculté des lettres de Paris, est catégorique : c’est « la plus faible épreuve » depuis six ans.

6Sans doute faut-il voir dans cette baisse du niveau une conséquence de la défaite : comment travailler avec la même ardeur quand la situation matérielle se dégrade et que la situation politique vous préoccupe légitimement ?

7Pour certaines épreuves, le choix des sujets n’est d’ailleurs pas sans faire écho aux circonstances. Pour la version latine, Jean Bayet, très hostile à l’occupant, a extrait un texte des Histoires de Salluste, qui présente un discours de Lépidus au peuple contre la tyrannie de Sulla. Commentant ce passage dans son rapport, Bayet note que l’auteur « revêt d’ironie et de passion une suite de lieux communs : mépris de la mort, dégoût de la tyrannie, appel à la confiance ». Ces « lieux communs » ont certainement une résonance particulière dans le contexte de 1941. Un constat identique peut être fait pour le sujet d’histoire moderne sur « la politique extérieure de Napoléon III ». De façon significative, le correcteur reproche aux candidats de n’avoir pas pris la mesure du sentiment de revanche que la défaite de Waterloo a pu susciter chez beaucoup de Français : « Mais comment se fait-il que la grande majorité des candidats ne paraissent pas se douter que, de 1815 à 1870, une des préoccupations dominantes des Français fut la revanche de Waterloo, la reconquête des frontières naturelles ? Et que Napoléon III, partageant ce sentiment, a pu prendre la figure d’un chef national. » N’y a-t-il pas alors, à Vichy, un maréchal qui entend incarner la figure du chef national après la défaite et, à Londres, un général qui prépare la reconquête des frontières naturelles ? Lequel des deux incarne alors pour les candidats ce désir de revanche ?

La réforme du concours littéraire en projet

8Malgré ces nuances, l’économie générale – nombre d’épreuves, programmes – des concours d’entrée de 1941 et 1942 est la même que celle des années 30. Mais Jérôme Carcopino entend faire évoluer le concours littéraire. Il s’y emploie depuis Vichy, profitant des marges de manœuvre que lui ouvre sa nomination comme secrétaire d’État à l’Éducation nationale et à la Jeunesse en février 1941, poste qu’il cumule avec la direction de la rue d’Ulm, qui n’est alors que déléguée à Georges Bruhat. Signés par Pétain et contresignés par Carcopino, les décrets du 28 avril et du 11 juillet 1941 fixent le contenu de cette réforme.

9Elle consiste principalement en quatre mesures :

  • spécialiser les élèves par la création de quatre options – lettres, philosophie, histoire et langues – alors que les épreuves étaient jusqu’à présent identiques pour tous les candidats ; cette évolution est cohérente avec le souhait de Carcopino d’orienter les normaliens vers la recherche et l’enseignement supérieur, puisqu’il s’agit d’éveiller des vocations de spécialistes le plus en amont possible ;
  • harmoniser le niveau d’étude des candidats et les rajeunir, par l’interdiction d’être titulaire de plus d’un certificat d’études supérieures ;
  • rendre le grec obligatoire pour tous les candidats : jusqu’alors, si la majorité des candidats choisissaient la version grecque comme deuxième épreuve de langue après le latin, d’autres lui préféraient une langue vivante2 ; ainsi, chaque année, deux ou trois normaliens n’étaient pas hellénisants ; ils s’orientaient généralement vers une agrégation de langues, diversifiant ainsi le profil des reçus ;
  • porter à huit, au lieu de six, le nombre des épreuves écrites : tous les candidats devront désormais passer une composition française, une version et un thème latin, une version grecque, une version de langue vivante, une composition de philosophie générale, un commentaire historique, puis l’épreuve correspondant à la discipline choisie en spécialité3. Pour l’épreuve commune d’histoire, le commentaire de texte se substituera à la dissertation.
  • 4 Sur la réforme Carcopino de l’enseignement, cf. W. D. Halls, Les Jeunes et la politique de Vichy, (...)

10Imposer le grec à tous les candidats à l’École normale n’est pas sans lien avec la volonté de Vichy de remettre les humanités à l’honneur, contre la culture moderne. Pourtant, en tant que ministre, Carcopino a eu la sagesse de ne pas supprimer l’enseignement sans latin dans le secondaire4 ; il ne fait pas preuve de la même retenue pour l’École normale, jugeant que, si l’on pouvait laisser une partie de la jeunesse dans l’ignorance des humanités, il fallait que les véritables élites intellectuelles se distinguent par leur maîtrise de la culture traditionnelle. Tel est du moins ce que laisse penser un article paru en septembre 1941 dans Les Documents français, publication officielle du régime de Vichy. La réforme du concours d’entrée littéraire est ainsi présentée : « Le plus difficile des concours littéraires connaît une réorganisation de ses programmes. La version grecque est rendue obligatoire, car l’on ne conçoit pas que l’on puisse ranger dans l’élite enseignante du pays des professeurs d’histoire incapables de lire dans le texte Xénophon ou Plutarque, ni des philosophes Platon. »

11D’ailleurs, en imposant le grec à tous les candidats, Carcopino renoue avec ce qui était la norme jusqu’à la réforme de 1903 : là encore il montre qu’il veut restaurer l’École qu’il avait connue au début du siècle. Mais, dès sa publication au Journal officiel du 30 avril 1941, la réforme Carcopino suscite de vives réserves.

12Jean Bayet et Georges Bruhat adressent immédiatement leurs observations à Jérôme Carcopino. Leurs critiques sont de deux ordres : ils dénoncent l’augmentation du nombre d’épreuves, qui, selon eux, exigera un effort hors de portée de la plupart des candidats ; ils craignent que le jeu des coefficients ne favorise une spécialisation trop précoce. La question du grec obligatoire n’est pas ouvertement mentionnée, mais, de toute évidence, le directeur scientifique et son adjoint pour les lettres jugent inopportun le renforcement de la difficulté du concours littéraire.

  • 5 Pour Henri-IV, Guéhenno, Bizos, Calvet, Lacroix en lettres, Alba et Dieny en histoire ; pour Louis (...)

13Les professeurs de classes préparatoires expriment aussi leurs inquiétudes. Dans un rapport adressé à Carcopino à l’été 1941, les professeurs d’histoire et de lettres des khâgnes de Henri-IV, de Louis-le-Grand et de Condorcet soulignent que l’introduction d’options de spécialisation nuira au caractère généraliste de la première supérieure5. Ils dénoncent également le paradoxe qui consiste à vouloir aligner les différentes spécialisations sur le modèle de la licence universitaire tout en refusant aux candidats d’obtenir plus d’un certificat de licence. Aussi demandent-ils la suppression de la huitième épreuve de spécialisation, d’autant plus qu’elle imposerait une surcharge de travail « particulièrement dangereuse dans les circonstances présentes ». Ils sont également hostiles à l’abaissement de la limite d’âge prévue par le décret. D’une part, parce que « les fils de famille pauvre qui ont commencé par l’école primaire avant de venir en sixième seraient particulièrement atteints » ; d’autre part, parce que « beaucoup de jeunes gens ont été retardés par la guerre ou ont tiré de leurs classes un moindre profit par suite des conditions dans lesquelles l’enseignement est organisé depuis octobre 1939 et aussi en raison de la sous-alimentation dont on ne saurait oublier les dangers ». En tout état de cause, ils demandent que le décret n’entre pas en application avant 1945.

14Des protestations identiques sont formulées le 3 juillet 1941 par les professeurs d’histoire des khâgnes de Henri-IV, de Louis-le-Grand, de Condorcet et de Lakanal. La spécialisation est dénoncée de façon lapidaire : « L’introduction des options est une menace de mort pour l’esprit même des premières supérieures. » Surtout, la réforme des études historiques leur paraît beaucoup trop ambitieuse. Ils se déclarent sceptiques quant à la possibilité de remplacer la dissertation historique par un commentaire de document : comment demander à un candidat de commenter avec précision un document lorsque le programme comprend l’Antiquité grecque et romaine et l’histoire du monde de 1750 à 1914, si ce n’est en exigeant de lui un travail d’érudition sans précédent ? Loin d’arriver au résultat recherché, on aboutirait seulement « à un bachotage épuisant et dégradant, absolument opposé à ce goût de réflexion calme, à cette tradition de culture qui ont fait pendant tant d’années la vertu des classes de première supérieure ».

15On le voit, ce qui se joue à travers le concours d’admission, c’est aussi l’identité et la vocation de la rue d’Ulm : humanités, érudition, sélectivité et spécialisation accrues pour Carcopino ; ouverture d’esprit, démarche critique, dimension moderne et démocratisation pour les professeurs de khâgne.

16Devant l’importance des critiques, Carcopino accepte de réviser ses propositions. Remplaçant celui du 28 avril 1941, le décret du 11 juillet tient compte de certaines observations : le nombre d’épreuves est ramené à sept. Cependant, sur l’essentiel, l’esprit du décret demeure le même : les langues vivantes sont marginalisées, puisque l’épreuve supprimée est celle de langue, alors que le grec reste obligatoire ; la création de quatre options est réaffirmée ; la dissertation historique est bel et bien remplacée par un commentaire de texte, dont le programme est très vaste – histoire ancienne et histoire moderne.

  • 6 Lettre datée du 29 juillet 1941 adressée au directeur de l’ENS.

17Logiquement, le nouveau décret suscite les mêmes réactions que le précédent. En histoire, Georges Lefebvre6, membre du jury du concours d’entrée depuis six ans, reprend à son compte les objections formulées par ses collègues de khâgne, jugeant que seule la composition historique permettait de développer chez les candidats « un certain sens historique », c’est-à-dire de « mettre en lumière l’interdépendance des faits et ce qu’il y a de relatif dans la conduite et les œuvres des hommes ».

18Quelques mois plus tard, le 9 février 1942, le proviseur du lycée Henri-IV signale que les élèves songent

à abandonner la préparation du concours de l’École pour se tourner, tout en restant en première supérieure, du côté du concours de l’ancienne École normale supérieure de Saint-Cloud, devenue par le décret du 4 décembre 1941 l’École nationale préparatoire à l’enseignement dans les collèges. Le programme est assez voisin de celui de l’ENS, la préparation semble assez aisée et le succès beaucoup plus assuré […] Des professeurs eux-mêmes de première supérieure ou de première supérieure préparatoire songent à cette orientation nouvelle. Il y a là un grave danger pour le recrutement de l’École et même pour l’avenir de notre enseignement secondaire.

  • 7 Sur les détails de la réforme de l’ENS de Saint-Cloud, cf. A. Barbé et J.-N. Luc, Des normaliens. (...)

19L’argument ne manque pas de poids : évoquer le spectre d’une désertion massive des « ulmiens » potentiels vers l’École normale supérieure de Saint-Cloud au moment où son nouveau statut7, qui est d’ailleurs l’œuvre de Carcopino, la rapproche de son aînée en ouvrant à ses élèves la possibilité de passer le Certificat d’aptitude à l’enseignement dans les collèges (CAEL) peut ébranler les convictions d’un directeur ministre si attaché au rayonnement de son établissement.

20Les archives ne portent pas trace de la réponse apportée par Carcopino à cette lettre. Quoi qu’il en soit, la réforme Carcopino n’est jamais entrée en application. Le décret du 11 juillet 1941 prévoyait son entrée en vigueur lors du concours de 1944. Or, en raison du débarquement du 6 juin 1944, ce dernier est reporté après l’été. Puis, à la Libération, le successeur de Carcopino, Albert Pauphilet, écarte ces projets.

L’ÉCOLE SE RÉORGANISE

L’administration et les enseignants au complet

21Dès la rentrée d’octobre 1940, l’École normale supérieure retrouve l’organisation qui était la sienne jusqu’en 1939.

22Jérôme Carcopino est secondé par Georges Bruhat à la direction de l’établissement. De février 1941 à avril 1942, Carcopino, ministre à Vichy, reste le directeur en titre de l’École, cumul sans précédent dans l’histoire de la rue d’Ulm. Mais, dans les faits, Georges Bruhat est chargé de ses fonctions et Jean Bayet devient son adjoint pour les lettres. Lors de la rentrée 1942, Carcopino retrouve la rue d’Ulm avec Bruhat pour adjoint. Cette équipe peut s’appuyer sur Jean Baillou, littéraire de la promotion 1924, qui est secrétaire général de l’École depuis 1936. Plus proche des élèves, Baillou est leur interlocuteur direct, aussi bien pour ceux qui ont regagné l’École que pour les autres, restés en zone sud. Il joue ainsi un rôle décisif dans la préservation de l’unité de la communauté normalienne, mise à mal par les événements. Je montrerai par la suite la façon dont, avec Bruhat, il a aidé et protégé les différentes formes de résistances normaliennes. Les élèves peuvent aussi s’appuyer sur la secrétaire du directeur, madame Poré, toujours disponible et prête à rendre service : au besoin, elle tape même leurs mémoires de diplôme d’études supérieures.

23Dans la section des lettres comme dans celle des sciences, les jeunes agrégés-répétiteurs et les professeurs délégués sont nombreux, offrant un très bon encadrement aux élèves.

24Du côté des lettres, le bibliothécaire Paul Étard est assisté par Jean Meuvret, archicube de la promotion de 1922 et spécialiste de l’histoire économique de l’Ancien Régime. Les autres caïmans sont Henri Le Bonniec pour le latin, Hubert Gallet de Santerre et Max Hugueny pour le grec ; Louis Chevalier, puis Stéphane Piobetta, en philosophie ; en géographie, Jean Chardonnet est chargé d’un cours à partir de l’année 1941-1942.

25Les professeurs délégués sont tous issus de la Sorbonne. On y retrouve, pour chaque discipline, les noms de grands universitaires. Pour le français, il s’agit de Charles Bruneau, Maurice Levaillant et Albert Pauphilet ; en latin, Jean Bayet ; en grec, Louis Séchan ; en histoire ancienne, Charles Picard, André Piganiol, Pierre Roussel et Jérôme Carcopino lui-même à partir de la rentrée 1942 ; en histoire médiévale, Charles-Edmond Perrin ; en géographie, Emmanuel de Martonne ; en philosophie, Jean Cavaillès jusqu’à ce qu’il plonge dans la clandestinité. Plus jeune que les autres, Cavaillès n’est encore que chargé de cours à la Sorbonne.

  • 8 La présence de ces lecteurs n’est évidemment pas neutre dans le contexte de l’Occupation. Je revie (...)

26Les linguistes n’ont pas d’enseignement à l’intérieur de l’École, à l’exception des germanistes qui bénéficient des cours de trois lecteurs successifs : Kaspar Pinette jusqu’en janvier 1942 ; Walter Reinecke pour la fin de l’année 1941-1942 et l’année 1942-1943 ; enfin Johannes Hoffmeister à partir de novembre 19438.

27L’encadrement est aussi de qualité pour la section des sciences. Là encore, parmi les jeunes comme pour les plus anciens, bien des noms illustres se détachent. En mathématiques, les professeurs sont Georges Valiron, Élie et Henri Cartan, Albert Châtelet, René Garnier et Lucien Thiberge. Luc Gauthier est agrégé-préparateur. Les laboratoires se reconstituent dans les autres disciplines. En physique, les agrégés-préparateurs sont André Blanc-Lapierre, Georges Goudet, Pierre Herreng et Gaston Raoult ; les professeurs sont Georges Bruhat, Louis de Broglie, Pierre Auger, Alfred Kastler, Jean Baurand, Joseph Pérès et, à partir de novembre 1941, Marcel Courtines. En chimie, les agrégés-préparateurs sont René Lombard, Philippe Traynard et Pierre Piganiol ; les professeurs sont Paul Pascal, Gustave Vavon et Louis Hackspill. Enfin, pour les sciences naturelles – la zoologie, la botanique et la géologie – les agrégés-préparateurs sont Raymond Croland, Pierre Routhier, Roger Buvat et Jean Pavillard ; les professeurs sont Georges Teissier, Lucien Plantefol, Louis Barrabé, Charles Pérez et Georges Bouligand.

28Trois professeurs ont dû cesser leurs fonctions à la fin de l’année 1940, du fait de l’entrée en vigueur du statut des juifs : le philosophe Jean Wahl – qui est remplacé par Jean Cavaillès –, Eugène Bloch et Robert Lévy, respectivement responsables des laboratoires de physique et de géologie. Quant à Marc Bloch, qui assurait un enseignement en histoire médiévale jusqu’à la guerre, il s’est replié à l’université de Clermont-Ferrand. Alors recteur de l’université de Paris, où ces trois professeurs enseignent à titre principal, Jérôme Carcopino n’intervient pas en leur faveur. Leur révocation de la Sorbonne les éloigne aussi de l’École. Les archives de la rue d’Ulm ne donnent pas d’indication particulière sur ces révocations. Elles ne semblent pas avoir suscité de protestation parmi les élèves ou chez leurs collègues. Ainsi, dès janvier 1941, le corps enseignant, s’il a retrouvé son excellence, présente néanmoins une spécificité, qui porte la marque des circonstances : il est aryanisé.

Toujours pus d’élèves

29En 1938-1939, l’École comptait 111 élèves pour la section des lettres et 72 pour la section des sciences, soit 183 élèves au total. À la rentrée 1940, ce chiffre baisse considérablement : il n’y a que 130 élèves présents le 19 octobre dans les locaux de l’École polytechnique ; à la fin de l’année scolaire, 144 élèves ont regagné la rue d’Ulm. Dès la rentrée suivante, les effectifs progressent : 181 élèves sont présents en novembre 1941. La tendance se confirme pour l’année scolaire 1942-1943 : 194 élèves y poursuivent leur scolarité.

30En dépit de cette progression, l’unité des promotions est remise en cause mais plus nettement pour les littéraires que pour les scientifiques qui ont été moins nombreux à être mobilisés en septembre 1939. Prenons l’exemple de la promotion lettres 1939, la plus touchée par la dispersion : en 1940-1941, 13 élèves de cette promotion sont élèves à l’École, 16 ne sont pas rentrés ; en 1941-1942, 17 élèves ont regagné l’École, mais 12 n’y sont toujours pas revenus. Alors que les promotions sciences 1939 à 1942 sont quasiment au complet. Conséquence de ce bouleversement, des élèves appartenant à des promotions différentes se retrouvent parfois au même niveau d’études : en 1941, certains élèves de la promotion 1936 sont encore en train d’achever leur scolarité ; à l’automne 1942, René Rémond, on l’a vu, est reçu à l’École normale après avoir passé deux années dans l’armée d’armistice, et s’être présenté à deux reprises aux concours de 1938 et 1939. Il a pour camarade d’étude François Crouzet, reçu au concours de 1941, qui est de trois ans son cadet.

LE DERNIER ENDROIT OÙ L’ON CAUSE

31Le bon déroulement des études des normaliens dépend, pour partie, de l’université de Paris, à laquelle ils sont rattachés en lettres comme en sciences.

32C’est là qu’ils suivent certains de leurs cours et, surtout, qu’ils passent les différents examens et concours qu’ils préparent.

33Or, après une brève fermeture d’un mois imposée par les Allemands à la suite des manifestations du 11 novembre 1940, la Sorbonne fonctionne comme en temps de paix. À condition qu’ils ne soient pas visés pas la législation antisémite de Vichy, professeurs et assistants assurent les cours magistraux et les travaux dirigés des étudiants ; les examens et les concours se déroulent aux échéances normales. L’année universitaire reprend son rythme ordinaire.

34Seule exception, le retard de la session d’agrégation de 1941, repoussée à l’automne. Voulait-on permettre aux étudiants de rattraper le temps qu’ils avaient perdu en novembre et décembre 1940 ? Croyait-on au retour rapide des prisonniers qui auraient ainsi pu passer les épreuves ? Quoi qu’il en soit, les oraux ne s’achèvent qu’à la fin de l’année et les jeunes agrégés ne commencent leur service en lycée qu’au début de l’année suivante, un trimestre après la rentrée des classes.

35Aux enseignements de la Sorbonne et à ceux qui leur sont réservés au sein de l’École s’ajoutent les conférences exceptionnelles dont Carcopino avait envisagé le principe dès sa nomination. Elles se mettent en place à la rentrée 1941, en lettres comme en sciences.

36Arrêtons-nous quelques instants sur le programme des conférences littéraires des années 1941-1942 et 1942-1943, tant la distribution en est prestigieuse.

37Avec Lucien Febvre, Paul Hazard, Gabriel le Bras ou encore Edmond Faral, ce sont bien les sommités de leur temps et de leur discipline que les normaliens ont le privilège de pouvoir écouter. Ces conférenciers ne sont pas tous issus de l’université de Paris. Un quart d’entre eux a une chaire au Collège de France. Carcopino et Bayet, qui a organisé la session de 1941, sont ainsi parvenus à introduire une brèche dans la dépendance – instaurée par la réforme de 1903 – de l’École normale supérieure à l’égard de la Sorbonne. De toute évidence, l’École reste un lieu attractif pour les élites intellectuelles et universitaires. Carcopino, qui compte parmi les conférenciers certains de ses maîtres – comme Frantz Cumont – ou de ses proches amis – tel Paul Hazard –, n’a eu aucun mal à persuader ces personnalités de venir s’exprimer devant un auditoire de normaliens. La plupart – Edmond Farral, Mario Roques, Jacques Weulersse ou encore Louis Robert – sont d’ailleurs des anciens élèves de la rue d’Ulm ; d’autres, comme Lucien Febvre, ont siégé au jury du concours d’entrée.

38Le détail des conférences révèle une nette domination de l’histoire et des lettres, la philosophie n’ayant droit qu’à trois conférences, ce qui peut s’expliquer par le rôle joué par Bayet et Carcopino dans le choix des conférenciers. Selon leur objet, on peut distinguer quatre types de conférences :

  • les conférences « classiques » ou « académiques » présentant un auteur ou une période historique connus : « Homère », « Le Bas-Empire » ;

1941
Alexandre Desrousseaux, directeur d’études à l’École des hautes études
« Constitution des textes des auteurs grecs »
« Les tâches actuelles du philologue »
Lucien Febvre, professeur au Collège de France
« L’histoire économique et sociale, trois conférences »
Edmond Faral, administrateur du Collège de France
« L’étude du Moyen Âge : objet »
« L’étude du Moyen Âge : méthode »
Louis Lavelle, professeur au Collège de France
« La réflexion philosophique »
« La méthode dans la recherche philosophique »
« La découverte philosophique »
Louis Réau, professeur à la faculté des lettres
« La forme et le sujet dans l’art médiéval et moderne »
« Les rapports de l’art religieux du Moyen Âge avec la liturgie »
« Les rapports de l’art religieux du Moyen Âge avec la mystique »
Louis Renou, professeur à la faculté des lettres
« Les sources du védisme : découverte des textes »
« La religion védique »
« Les aspects sociaux du védisme »
Louis Robert, professeur au Collège de France
« Les noms de personne dans le monde grec : sources »
« Les noms de personne dans le monde grec : méthodes »
« Les noms de personne dans le monde grec : enseignement »
Mario Roques, professeur au Collège de France
« Le vocabulaire français : problèmes et travaux, trois conférences »
Charles Samaran, directeur d’études à l’École des hautes études
« Pour apprendre à se documenter de première main »
« Pour apprendre à lire et à étudier les textes manuscrits »
Jacques Weulersse, docteur ès lettres, chargé de mission
« Études et problèmes du Proche-Orient »
1942
Frantz Cumont, membre de l’Institut
« Virgile et les morts prématurés »
Madame Dussane, sociétaire de la Comédie française
« Molière, trois conférences »
Le révérend père Jean Festugière, des frères prêcheurs
« La révélation d’Hermès Trismégiste »
« La doctrine hermétique »
« Le salut hermétique et les quatre formes du salut »
René Grousset, conservateur au musée Cernuchi
« Relation du monde chinois avec l’Occident à l’époque gréco-romaine »
« Relation du monde chinois avec l’Occident à l’époque des Tuang, viie-ixe siècle »
« Relation du monde chinois avec l’Occident à l’époque mongole, xiiie-xive siècle »
Paul Hazard, professeur au Collège de France
« La littérature comparée : son objet »
« La littérature comparée : ses résultats »
Gabriel le Bras, professeur à la faculté de droit
« La part du droit de l’Église dans l’histoire des civilisations, trois conférences »
Paul Mazon, professeur honoraire à la faculté des lettres
« Homère, trois conférences »
Pierre Meille, professeur aux langues orientales
« Langues et peuples de l’Inde : littératures du sud de l’Inde »
André Piganiol, professeur à la faculté des lettres de Paris
« Le Bas-Empire, six conférences »
Gaétan Pirou, professeur à la faculté de droit
« Qu’est-ce que l’économie politique ? »
« La querelle des méthodes en économie politique »
« Science économique et doctrine sociale »
Jean Pommier, professeur à la faculté des lettres de Paris
« Problèmes d’histoire littéraire : l’idée de génération, l’idée de genre, les servitudes de l’esprit »
Alexandre Desrousseaux, directeur d’études à l’École des hautes études « Traduction, restitution, édition des textes grecs antiques, six conférences »

  • les conférences « techniques » présentant des méthodes de recherche : « Pour apprendre à se documenter de première main » ;
  • les conférences « pionnières » présentant des objets et des techniques de recherches encore récents, s’ils ne sont déjà plus d’avant-garde : « L’histoire économique et sociale », « La part du droit de l’Église dans l’histoire des civilisations » ;
  • enfin, les conférences « exotiques » initiant les jeunes normaliens à des civilisations qui leur sont méconnues : « Langues et peuples de l’Inde ».

39Les conférences de madame Dussane sur Molière doivent être considérées à part : les élèves viennent écouter cette sociétaire de la Comédie française pour leur plaisir. Son succès est tel que l’École donnera son nom après la guerre à sa principale salle de conférences.

40L’objectif des conférences est clair : elles doivent ouvrir des horizons nouveaux à de jeunes normaliens frais émoulus de la khâgne, soit en les incitant à poursuivre des recherches dans des matières qu’ils connaissent déjà, soit en leur faisant découvrir des domaines qu’ils n’avaient jamais étudiés auparavant. Écrivant à Carcopino le 29 avril 1942, Bayet dit ainsi des conférences de Pommier, Meille, Hazard et Le Bras qu’elles doivent donner aux élèves « des aperçus sur des sciences ou des méthodes sortant de leur routine scolaire ». En revanche, les enjeux politiques, économiques et sociaux du moment ne sont guère abordés : les exposés de Gaétan Pirou, consacrés à « l’économie politique », font figure d’exception. Le contraste est grand avec l’École des années 30, où les normaliens pouvaient s’initier à la sociologie et aux problèmes de leur temps à travers le Centre de documentation sociale. Jugeant le centre trop « rouge » à son goût dans le contexte de la Révolution nationale et du Paris occupé, Carcopino en a d’ailleurs décidé la fermeture dès son arrivée rue d’Ulm. Toutefois, ce repli sur l’érudition protège aussi les normaliens de toute forme de propagande, dont Carcopino ne veut pas davantage.

41Ce qui ne signifie pas que tous les conférenciers passent sous silence les événements qui se déroulent autour d’eux. Jean Pommier, en s’attachant à démontrer que l’on peut analyser l’histoire littéraire en se fondant sur la succession des générations, signale qu’il n’est pas anodin qu’une génération s’éveille à la littérature dans un contexte de censure politique et montre les difficultés que celle-ci impose aux auteurs. Quant à Frantz Cumont, il conclut la conférence sur Virgile et les morts prématurés en montrant que la croyance au caractère démoniaque de ceux-ci a traversé toutes les civilisations, et que Dante lui-même s’est sans doute inspiré de la mystique juive. Rappeler la continuité des cultures dans le contexte de la barbarie nazie, fondée sur la croyance en la hiérarchie des hommes et des civilisations, n’est pas anodin. En revanche, les exposés de Lucien Febvre, publiés après la guerre, s’en tiennent à une stricte démarche méthodologique, sans la moindre allusion à l’actualité. Pour Febvre, le temps long des Annales, revue dont il a obtenu la reparution dans le Paris occupé et sans la participation de son co-fondateur Marc Bloch, avait manifestement enjambé la débâcle de 1940.

  • 9 Collectif, Essais d’ego-histoire, p. 312 et 315.

42Les normaliens qui ont assisté à ces conférences en ont gardé un souvenir encore vif un demi-siècle plus tard. L’influence de celles-ci a pu compter dans certains parcours. Dans les Essais d’ego-histoire9, l’historien René Rémond écrit ainsi :

La direction de l’École normale organisait pour les élèves de première année des conférences dites d’initiation dont l’objet était de leur révéler des disciplines, des secteurs de recherche que la préparation fort scolaire d’un concours de formule traditionnelle ne leur avait pas donné l’occasion de connaître. C’est dans ce cadre que j’ai entendu dans l’hiver 1942-1943 Lucien Febvre et Gabriel Le Bras : de ce dernier la personnalité hors série nous impressionna.

43Rémond se souvient également de Paul Hazard :

J’ai goûté l’élégance et l’érudition de « La Crise de la conscience européenne » de Paul Hazard que j’avais entendu dans les conférences d’initiation de la rue d’Ulm, j’en admirai la culture européenne et il m’a inoculé le goût de la littérature comparée dont un reflet se retrouve dans ma thèse sur « L’image des États-Unis dans l’opinion française ».

44À l’évidence, les conférences exceptionnelles apprennent aux normaliens à jouer dans la cour des grands, dès leur entrée dans la carrière, et à ne pas borner l’horizon de leur scolarité rue d’Ulm à la seule routine des examens et des concours.

FORMATION INTELLECTUELLE ET DÉROULEMENT DES ÉTUDES

Du côté des littéraires

45Les élèves littéraires se répartissent entre quatre grandes disciplines : les lettres à proprement parler – qui se divisent en deux agrégations, lettres et grammaire –, l’histoire, la philosophie et les langues.

46C’est en lettres que les élèves sont les plus nombreux. Pour l’année 1941-1942, sur les 22 élèves qui rejoignent l’École normale, 16 choisissent de poursuivre leurs études en lettres et en grammaire. Cette même année, sur les 24 agrégatifs, 14 présentent une agrégation de lettres et 3 de grammaire. Ainsi, plus des deux tiers des normaliens se spécialisent dans l’étude des lettres et de la grammaire. Logiquement, le français, le latin et le grec sont les mieux pourvus en agrégés-répétiteurs et en professeurs.

47Cette tendance n’est pas nouvelle. Elle s’explique notamment par le concours d’admission, qui accorde une prééminence au latin et au français, et où le grec est généralement préféré aux langues vivantes comme langue complémentaire. Les chaires de khâgne attirent d’ailleurs des professeurs de lettres très réputés. Ainsi Jean Guéhenno est nommé à Louis-le-Grand en 1941, après avoir enseigné dans la khâgne de Lakanal.

48Les domaines d’études des normaliens sont variés. L’analyse des sujets de diplômes d’études supérieures pour les années 1941-1942 et 1942-1943 le montre : sur 39 diplômes, 9 sont consacrés à la littérature grecque, 9 à la littérature latine, 5 à la littérature patristique, 1 à la littérature médiévale, 2 à la littérature de la Renaissance, 2 à la littérature du xviie siècle, 1 à la littérature du xviiie siècle, 9 à la littérature du xixe siècle et 1 à la littérature du xxe siècle. On peut toutefois remarquer la prédominance des lettres classiques – 23 sujets sur 39 – sur les lettres modernes, les deux agrégations n’étant pas encore séparées. Pour les lettres modernes précisément, le xixe siècle est surreprésenté. En revanche, la quasi-absence d’auteurs du xviiie siècle est étonnante. Dans la Sorbonne des années 30 et 40, le xixe siècle apparaît comme le grand siècle des lettres françaises, au détriment du précédent : n’est-il pas surprenant de constater que deux diplômes sont consacrés à Barrès et à Taine, quand aucun n’étudie Montesquieu ou Rousseau ? Rue d’Ulm, Maurice Levaillant, éminent spécialiste de Lamartine, exerce une forte influence sur les élèves. Au moment même où la démocratie est en péril, le Romantisme semble avoir éclipsé les Lumières. Ce n’est sans doute qu’une coïncidence, mais comment ne pas la relever ?

49La meilleure copie de français au concours de 1942 confirme cette analyse. Publiée le 25 août 1942 dans les pages littéraires du Figaro, elle est le fait de Marius-François Guyard, khâgneux à Louis-le-Grand, reçu cacique. Invité à réfléchir sur « Les rapports entre la vie de l’auteur et son œuvre », il cite à plusieurs reprises des auteurs des xviie et xixe siècles – Bossuet, Pascal, Racine, Vigny, Baudelaire, Taine, Sainte-Beuve, et Flaubert –, sans jamais évoquer le xviiie siècle. Sa conclusion oppose Voltaire, que « personne ne saurait prendre pour modèle et dont la lecture est lassante », à Charles Péguy, « dont la mort héroïque renforce la signification de l’œuvre ». Au-delà des goûts personnels du candidat, qui, près d’un demi-siècle plus tard, éditera les souvenirs de guerre de de Gaulle en « Pléiade », la critique ouverte de Voltaire et l’admiration déclarée pour Charles Péguy sont bien dans l’air du temps des études littéraires.

50Dans ce contexte, l’originalité du diplôme de Frédéric Deloffre (L 1941) sur « Langue et style chez Marivaux » n’en ressort que davantage, même si elle n’est pas consacrée à un philosophe mais à un dramaturge du siècle des Lumières. C’est pour Deloffre le début d’une œuvre universitaire tout entière dédiée à Marivaux. Publiée après la guerre, sa thèse prolonge ces premiers travaux et renouvelle durablement la lecture et la compréhension d’un auteur qui avait pu être considéré comme mineur à côté des grands dramaturges du xviie siècle. D’autres élèves de la promotion 1941 ont aussi developpé après la guerre, dans le cadre d’une thèse ou de publications, des études sur des auteurs auxquels ils avaient consacré leur diplôme : ainsi de Jean-Pierre Richard pour Verlaine et de Guy Mesnard pour Pascal.

51Dans l’École où avait enseigné Marc Bloch avant la déroute de 1940, et qui est dirigée par un spécialiste de l’histoire romaine, les historiens restent peu nombreux : 2 élèves préparant le diplôme d’études supérieures et 3 agrégatifs en 1940-1941 ; l’année suivante, 5 élèves préparant le diplôme et 2 agrégatifs ; parmi les élèves de première année, 2 choisissent l’histoire en 1941 et 5 en 1942.

52Les études historiques ne sont pas distinctes de celles de géographie : il n’y a qu’une seule agrégation pour les deux disciplines. Ainsi, certains élèves qui optent en thèse pour l’histoire ont auparavant consacré leur diplôme à un sujet de géographie. C’est le cas par exemple de Jean-Baptiste Duroselle (L 1938). En juin 1942, Duroselle soutient un diplôme consacré au « golfe du Morbihan », où réside une partie de sa famille. L’appréciation du professeur Emmanuel de Martonne, conservée dans le dossier d’élève de Duroselle, est des plus élogieuses : il souligne « l’exhaustivité du travail qui, de la géographie physique aux peuplements successifs, pour aboutir aux mentalités, ne néglige aucun des aspects du sujet, illustré par un atlas de 27 cartes ». Ce travail « poussé et personnel » qui obtient une note de 18 sur 20 sera publié après la guerre.

53Arrêtons-nous un instant sur les années de formation du futur « pape » des relations internationales à la Sorbonne. Duroselle, né à Paris le 17 novembre 1917, était le fils d’un champignonniste établi à Maisons-Laffitte. Très catholique, sa famille le place dans l’enseignement confessionnel à Neuilly. Après son baccalauréat, ses proches le poussent à entrer en hypotaupe : car, comme le rappelle Jean-Baptiste Duroselle dans l’entretien qu’il m’a accordé en 1993, « dans une famille aussi catholique, l’université était mal vue et on se destinait plutôt à des carrières d’industriel, de militaire ou de profession libérale ». Mais, après trois semaines passées en hypotaupe, Duroselle constate qu’il n’a pas la bosse des mathématiques. Il se décide alors à rejoindre l’hypokhâgne de Louis-le-Grand. Admissible à son premier concours en 1937, il est reçu quatrième au concours lettres de 1938. Le Senne, son professeur de philosophie, évoque « une puissance de réflexion qui lui paraît garantir son avenir intellectuel » ; quant à Roubaud, son professeur d’histoire, son appréciation est catégorique : « Duroselle a le sens de l’histoire. » En 1938-1939, Duroselle est l’élève de Marc Bloch à l’École. Il passe deux certificats d’histoire médiévale et moderne. Catholique pratiquant, il participe aussi aux activités de la JEC.

  • 10 J.-B Duroselle, « Le désordre et l’espérance », in A. Peyrefitte, Rue d’Ulm…, p. 57-59.

54Mobilisé le 16 septembre 1939 à Fontainebleau, démobilisé le 20 août 1940, il retrouve l’École en novembre 1940 en tant qu’externe, après avoir épousé la fille d’un polytechnicien à l’été 1940. Il est reçu premier à l’agrégation d’histoire et de géographie de 1943. Père de famille, il prend un poste au lycée de Chartres à la rentrée 1943 et renonce au bénéfice de la quatrième année d’École. Ce n’est qu’après la guerre qu’il commence une thèse sur les relations internationales sous la direction de Pierre Renouvin. Retraçant ses années normaliennes pour l’édition du bicentenaire de Rue d’Ulm, Duroselle évoque des années d’« énorme travail », soulignant avec humilité que « pour le père de famille que j’étais, le travail apparaissait comme le maigre service que je rendais au pays10 ».

  • 11 Dans le vocabulaire normalien « conscrit » désigne un élève de première année.

55Le nombre des philosophes se rapproche de celui des historiens : 2 agrégatifs en 1941-1942, 5 élèves préparant le diplôme d’études supérieures, 4 conscrits11 en première année de licence ; l’année suivante, ils sont 6 agrégatifs, 5 élèves préparant le diplôme et 1 conscrit en deuxième année de licence.

56Ces apprentis philosophes commencent leur formation à un moment charnière pour la discipline : la philosophie allemande – les « trois H », Husserl, Heidegger et Hegel – pénètre alors en France mais sans avoir encore l’écho qui sera le sien après la guerre. L’institution universitaire demeure méfiante vis-à-vis de cette philosophie. Les professeurs de khâgne des années 30 – Nabert et Lavelle à Henri-IV, Le Senne et Serrus à Louis-le-Grand – sont des spiritualistes post-kantiens. La relève commence dès 1941, avec l’arrivée de Jean Hyppolite à Henri-IV. Ces auteurs sont à la mode. Leur œuvre est-elle bien comprise des candidats ? Ce n’est pas ce que suggèrent les rapports de Jean Cavaillès et Pierre Lachieze-Rey, examinateurs de l’épreuve de philosophie des concours de 1940 et 1941, qui mettent en garde les élèves contre l’usage des textes de Husserl ou de Heidegger qu’ils ne maîtrisent pas.

  • 12 Source : dossier de scolarité de Tran-Duc-Thao à l’ENS.

57Pour l’heure, la majorité des sujets de diplôme reste consacrée à Descartes, Kant ou Aristote. Seule exception notable : le diplôme de Tran-Duc-Thao en 1942, sur « La méthode phénoménologique ». Bien avant son diplôme, l’itinéraire de Tran-Duc-Thao est tout à fait atypique. Il est né le 26 septembre 1917 à Thaï Binh dans le Tonkin. Son père était receveur des postes à Hanoï. Tran-Duc-Thao y poursuit ses études primaires et secondaires au lycée Albert-Sarraut. À l’automne 1936, il rejoint Paris pour entrer en hypokhâgne à Louis-le-Grand. Collé la première année, il refait sa khâgne à Henri-IV et est reçu deuxième au concours d’entrée à l’été 1939. En tant qu’Indochinois, il est considéré comme « protégé français » et entre à l’École avec un numéro « bis ». Quand la guerre éclate, il se trouve en Indochine : ne voulant pas rentrer en France, il sollicite de la direction de l’École une année de congé pour accomplir quelques lectures personnelles et perfectionner ses connaissances en économie politique. De retour en France après la défaite, il passe deux certificats de philosophie à Toulouse et regagne finalement l’École normale en mars 1941, année où il achève sa licence, avant de préparer l’année suivante son diplôme. Tran-Duc-Thao travaille alors sous la direction d’Émile Bréhier. En plus de son diplôme à l’université, il suit quelques cours d’ethnologie et participe aux conférences de philosophie que donne Jean Cavaillès à l’École. Chez Cavaillès, il fait notamment un exposé sur « l’espace et le temps chez Husserl », dont son professeur souligne la qualité. Les observations de Cavaillès sur son diplôme sont aussi élogieuses : après avoir affirmé que son interprétation, consistant à rapprocher Husserl de Heidegger, n’est pas inattaquable, il précise : « M. Thao a lu toute l’œuvre publiée de Husserl, quelques inédits, l’essentiel des commentaires. Son travail constitue lui-même une des meilleures études françaises sur Husserl et dépasse nettement le niveau du diplôme ordinaire. Il révèle des connaissances nombreuses et une réflexion philosophique pénétrante. » Cavaillès ajoute qu’il espère en obtenir la publication très rapidement12.

  • 13 Sur Tran-Duc-Thao, voir le livre de Serge Audier à paraître aux Éditions Rue d’Ulm.

58À l’École, le diplôme de Tran-Duc-Thao jouit immédiatement d’une très forte réputation : Jean-Pierre Dannaud, Paul Naulin et Jean-François Revel, respectivement philosophes des promotions 1940, 1941 et 1943 se souviennent de l’avoir lu dans sa version ronéotypée. Tran-Duc-Thao apparaît comme un des premiers philosophes français à avoir pris la mesure de la nouvelle philosophie allemande. Après son diplôme, il poursuit un parcours d’exception. Il est reçu premier ex-aequo à l’agrégation en 1943. En 1943-1944, ayant obtenu une quatrième année d’École, il approfondit ses recherches sur la phénoménologie et se rend même à Louvain pour consulter des textes inédits de Husserl. À l’université, il est désormais en contact avec Henri Gouhier et Gaston Bachelard. Cet itinéraire philosophique des années de guerre appelle deux précisions : d’une part, Tran-Duc-Thao n’est pas encore marxiste, théorie qui imprégnera la version de son mémoire publiée après la guerre ; d’autre part, il n’a aucun engagement durant toute l’occupation allemande, alors qu’il deviendra ensuite un partisan actif du Viêt-minh contre l’occupant français. Après avoir passé toute sa vie active au Vietnam et avoir rompu avec la philosophie pour servir le parti communiste, Tran-Duc-Thao est revenu en France en 1992. Il y est mort quelques mois plus tard dans le plus grand dénuement13.

59Durant les années 30, seule une minorité d’élèves se spécialise dans l’étude des langues vivantes. Ainsi, à la veille de la guerre, on compte 3 agrégatifs en anglais, 2 en allemand et 1 en italien. Parmi les conscrits de la promotion 1940, 3 choisissent l’allemand et 4 l’anglais. En 1941-1942, il y a 4 agrégatifs d’allemand, tous issus des promotions 1936 et 1937, et 2 agrégatifs d’anglais, des promotions 1936 et 1938.

  • 14 Sur la stratégie d’influence culturelle et linguistique des autorités d’occupation en France, cf. (...)

60L’étude des langues subit directement l’onde de choc de la guerre. Les linguistes ne peuvent plus passer une ou deux années dans des universités étrangères comme ils le faisaient auparavant. Les enjeux sont aussi de nature politique : la littérature anglaise devient d’un accès difficile, alors que les œuvres allemandes s’étalent dans les librairies de la collaboration, à commencer par celle qui se situe à l’angle de la place de la Sorbonne et du boulevard Saint-Michel. Du fait de l’Occupation, les germanistes bénéficient de conditions d’études beaucoup plus favorables que les anglicistes : à l’intérieur de l’École, ils peuvent suivre les cours de trois lecteurs, tous liés à l’Institut allemand mis en place par les nazis pour promouvoir la culture allemande en France et dirigé par le docteur Karl Epting, un proche d’Otto Abetz. À la Sorbonne, le professeur Maurice Boucher, ancien élève de la promotion 1907, a fondé un institut d’études germaniques qui organise des conférences consacrées à différents aspects de la culture allemande : durant le mois de juin 1941, Alfred Jolivet, Henri Gouhier et Louis Réau s’y expriment14. Alors que le papier devient une denrée rare, cet institut se dote de « Cahiers » publiés chez Aubier : fin 1942, la collection accueille le diplôme sur La Mystique d’Angélus Silésius soutenu la même année par Henri Plard, germaniste de la promotion 1940.

61Le travail de Henri Plard porte sur un auteur du Moyen Âge et soulève des problèmes essentiellement théologiques. Il n’a aucun lien avec les aspects contemporains de l’Allemagne du IIIe Reich. Il en va de même pour les deux autres diplômes soutenus par les germanistes de l’École entre 1941 et 1943 : La Légende de Wolfdietrich et Novalis.

  • 15 Cf. carton AN 61 AJ 191.
  • 16 Témoignage de Germain Kreweras.

62Une exception mérite d’être relevée : en 1941-1942, un diplôme placé sous la direction de Maurice Boucher propose une étude de L’Organisation économique du IIIe Reich en fonction des principes du national-socialisme15. Son auteur, François Terrasse, appartient à la promotion 1937. Depuis 1940, faute d’un certificat de démobilisation en règle après son évasion d’un camp de prisonniers, il n’est plus officiellement élève à l’École. Cette dernière lui porte néanmoins secours en 1940-1941, en le plaçant dans une propriété angevine comme précepteur auprès de trois enfants de bonne famille, en compagnie d’un élève scientifique de la même promotion qui s’était évadé avec lui16. Après cette expérience, Terrasse s’inscrit à la Sorbonne pour l’année 1941-1942 et choisit Maurice Boucher pour diriger son diplôme.

  • 17 La collection complète de ce journal se trouve à la BDIC de l’université de Nanterre.
  • 18 C. Nay, Le Noir et le Rouge, p. 74.

63Maurice Boucher en fait un compte rendu élogieux : « Un excellent travail rédigé en allemand dans une langue très sûre. Monsieur Terrasse s’est montré capable de dominer un sujet très compliqué, d’en voir les aspects essentiels, de les exposer avec toute la lucidité désirable. » Il ajoute que ce travail « qui sort du cadre de nos études littéraires exigeait de grandes qualités d’esprit, de méthode et d’information ». C’était souligner le contenu très politique de l’étude de François Terrasse, ainsi que les sources privilégiées auxquelles il semble avoir eu accès. De fait, celui-ci travaille alors aux côtés de son père, professeur d’université et ancien secrétaire général de l’Alliance démocratique – la formation politique de Pierre-Étienne Flandin, éphémère successeur de Laval à Vichy avant la nomination de Darlan –, qui a fondé au lendemain de la défaite La Vie industrielle17, un quotidien consacré à l’actualité économique. Cette initiative vaudra quelques déboires au père de François Terrasse à la Libération. Quant à Terrasse lui-même, il ne fait guère de doute qu’il est alors favorable à l’Allemagne nazie. Après la guerre, il poursuit une carrière dans la presse économique. À sa mort, en 1974, il était directeur général adjoint d’une agence de presse. Pour l’anecdote, on relèvera que François Terrasse est le frère de la célèbre speakerine des années 60, Catherine Langeais, un temps fiancée avec François Mitterrand, qu’elle avait justement rencontré au « bal de Normale » en 1938 et avec qui elle a eu une abondante correspondance quand il était prisonnier de guerre en Allemagne18.

64En marge de leur scolarité rue d’Ulm, certains normaliens suivent des formations complémentaires.

65Une partie d’entre eux s’inscrit à la faculté de droit. Ainsi, en novembre 1942, 14 normaliens sont en première année de droit, 5 en deuxième année et 7 en troisième année. La plupart de ces élèves sont également inscrits à l’École libre des sciences politiques dont les relations avec l’École sont d’ailleurs bonnes. Pour Sciences-Po, les normaliens sont des recrues de qualité dont il convient de faciliter la scolarité. Ainsi, lorsque le sport devient obligatoire en 1941, le président du conseil d’administration de Sciences-Po accepte que les normaliens soient dispensés d’une activité dont ils sont déjà censés s’acquitter dans leur école. Il conclut la lettre qu’il adresse le 5 décembre 1941 à Jean Baillou en rappelant qu’il accueille avec plaisir les normaliens, qui sont « d’excellents éléments ».

  • 19 Sources : entretien avec Jean Méary et dossier d’élève.
  • 20 Témoignage de Janine Méary, reçue au concours en 1938.

66La moitié des élèves qui ont suivi les cours de Sciences-Po se dirigent ensuite vers la haute fonction publique. Plus que leurs camarades de la rue d’Ulm, ils sont issus de milieux socialement favorisés et l’École normale constitue d’abord pour eux un diplôme prestigieux dans une stratégie professionnelle dont le terme ne doit pas être l’enseignement. L’itinéraire de Jean Méary, littéraire de la promotion 1938, en constitue un bon exemple. Il naît en novembre 1919 dans une famille bourgeoise, de tradition catholique et conservatrice. À la veille de la guerre, son père, alors directeur de société, dispose d’un revenu sensiblement plus élevé que celui de la plupart de ses camarades de promotion19. Après des études secondaires au lycée Buffon, il rejoint les classes préparatoires du lycée Henri-IV. C’est dans la khâgne de Henri-IV qu’il rencontre sa future épouse, Janine Frappier, qui a préféré préparer Ulm plutôt que l’École de Sèvres, qu’elle considère comme une « caserne pour jeunes filles20 ». Reçu à sa première tentative en 1938, Jean Méary choisit l’histoire. Dès son entrée à l’École, il suit les conférences du Centre de documentation sociale où il découvre, sous les auspices de Raymond Aron et de Robert Marjolin, l’économie politique. En 1940-1941, il consacre son diplôme d’études supérieures à un sujet de géographie humaine et économique sur la ville d’Angers. L’année suivante, il est reçu premier à l’agrégation d’histoire et de géographie. Puis, ne souhaitant pas enseigner, il se dirige vers le droit et les sciences politiques. Reçu à la toute nouvelle École nationale d’administration après la guerre, il en sort dans la botte, à l’inspection des Finances. Il y retrouve son jeune camarade Pierre Moussa (L 1940) dont j’évoquerai l’itinéraire par la suite.

67Très différent est le choix des élèves qui suivent les cours de l’École des hautes études, de l’École du Louvre et de l’École des langues orientales. Dans leur cas, il s’agit de préciser une vocation d’universitaire ou de chercheur en se familiarisant avec une discipline rare. Jean Bayet et Jérôme Carcopino encouragent fortement cette démarche. Certains des professeurs qui participent aux conférences exceptionnelles sont d’ailleurs issus de ces institutions.

  • 21 Cf. Bulletin de la Société des amis de l’ENS, numéro 171, octobre 1987, complété par un entretien.

68Pour ces normaliens, la « souche » sera durable : après la guerre, Louis Bazin (L 1939) consacre sa carrière au turc, Lionel Galand (L 1941) au berbère et Jean Leclant (L 1940) à l’égyptologie. Ce dernier a d’ailleurs décrit avec précision les conditions dans lesquelles il a découvert l’égyptologie au cœur du Paris occupé21.

69Leclant est né à Paris en 1920. Ses parents ont de solides liens d’amitié avec de grandes figures du monde enseignant, comme Jean Guéhenno ou Alfred Kastler. Au lycée Voltaire, Leclant a pour professeurs deux anciens élèves de l’École normale, Marcel Déat et Georges Cogniot, dont les destins politiques seront diamétralement opposés. Dès la classe de quatrième, il prend goût à l’histoire ancienne, qu’il découvre à travers l’enseignement de Léon Abensour. À la rentrée 1938, il est admis en classe de lettres supérieures au lycée Henri-IV. Le philosophe Michel Alexandre, disciple d’Alain, y égrène devant des hypo-khâgneux à la fois admiratifs et désarçonnés des formules mi-ironiques, mi-énigmatiques telles que « signes, insignes et consignes, c’est toute la société ».

70Après avoir passé l’année de la drôle de guerre dans la khâgne de Henri-IV repliée à Rennes, Leclant est reçu au concours de 1940. Dès son arrivée à l’École normale, il fait part à Carcopino de son goût pour l’orientalisme et pour l’archéologie. Le directeur accepte alors de lui remettre des lettres d’introduction auprès de Paul Pelliot et de Jean Sainte-Fare Garnot. C’est ainsi que Leclant découvre les cours de l’École pratique des hautes études, « cette oasis d’érudition », et fréquente « les salles glaciales de haute science du Collège de France ». Là, il suit les exposés que Paul Pelliot consacre à « l’histoire secrète des Mongols », « jonglant tout à la fois avec des formules en chinois et en tibétain ». Sainte-Fare Garnot est incontestablement le professeur qui le marque le plus. Devenu égyptologue, cet archicube de la promotion 1908 enseigne depuis 1938 à la Ve section de l’École des hautes études. Pendant la guerre, il prépare une thèse, qu’il soutiendra en 1946, consacrée à « L’hommage aux dieux dans l’ancien empire égyptien d’après les textes des pyramides ». En plus de ses cours, Sainte-Fare Garnot accepte de consacrer à son élève un après-midi par semaine rue d’Ulm pour lui apprendre à déchiffrer les hiéroglyphes. La vocation d’égyptologue de Leclant se précise dès l’année 1942-1943 quand il choisit pour sujet de diplôme « Amon, son oracle à l’Oasis, son culte chez les Grecs ». Interrompue durant une année par le STO, qu’il accomplit dans une usine de bois de la région de Grenoble, cette vocation se prolonge après la Libération pour le mener à la chaire d’égyptologie du Collège de France, où il est élu en 1968, et à l’Académie des inscriptions et belles-lettres.

Du côté des scientifiques et des laboratoires

71Les élèves scientifiques se répartissent en quatre disciplines : les mathématiques, la physique et la chimie, qui sont encore regroupées dans la même agrégation, et les sciences naturelles. La première année de licence, qui correspond à la première année de scolarité à l’École, est la même pour tous les élèves, à l’exception des naturalistes. Puis, pour le diplôme, physiciens, chimistes et naturalistes rejoignent les laboratoires, alors que ceux qui choisissent les mathématiques doivent faire des certificats de licence supplémentaires.

72Les mathématiciens représentent généralement la moitié d’une promotion. À l’agrégation de 1939, ils étaient 13 candidats. En 1940-1941, du fait des effectifs manquants, ils ne sont plus que 8 ; ce chiffre remonte à 12 l’année suivante, puis retombe à 7 en 1942-1943, en raison du petit nombre d’élèves reçus en 1940, devenus entre-temps agrégatifs.

73Ne souffrant pas des restrictions de crédits qui touchent les laboratoires, les mathématiciens peuvent poursuivre leurs études dans de très bonnes conditions. Surtout, le fait marquant des années de guerre réside dans la nomination de Henri Cartan, archicube de la promotion 1923, comme professeur à l’École. Avec d’autres camarades mathématiciens, il a créé en 1935 le groupe des « collaborateurs de Nicolas Bourbaki », qui fonde les mathématiques modernes. C’est Bruhat qui a obtenu que Cartan, nommé en 1940 professeur suppléant à la Sorbonne, fasse l’intégralité de son service rue d’Ulm. Comme le rappelle Martin Andler, cette décision audacieuse – depuis la réforme de 1903, les professeurs de la Sorbonne ne peuvent faire qu’un complément de service rue d’Ulm – va permettre au groupe Bourbaki de faire de nouveaux émules à l’École. Après Laurent Schwartz de la promotion 1934, et médaillé Fields en 1950, après Marc Zamansky (S 1938), Paul Germain (S 1939) et Jacqueline Ferrand (S 1936), Henri Cartan va initier aux mathématiques modernes les promotions des années 1940 :

  • 22 M. Andler, « Les mathématiques à l’ENS », in J.-F. Sirinelli (dir.), L’École normale supérieure, l (...)

Cartan pousse à faire des exposés « modernes ». Mais c’est surtout par les cours complémentaires qu’il enseigne à l’École que, prudemment, il introduit les points de vue nouveaux. […] C’est un excellent enseignant, un excellent mathématicien qui surpasse largement tous ceux à qui avaient affaire les normaliens jusque-là ; la nouveauté passe bien et en séduit beaucoup.
Et quelle décennie commence alors ! Ne citons que quelques noms : en 1940 arrivent Godement, Koszul et Samuel ; en 1941, le [futur] prix Nobel d’économie Debreu (agrégé de mathématiques avant de devenir économiste) ; en 1942, Cabannes, Dixmier, Souriau ; en 1943, Néron et Thom, qui obtiendra la médaille Fields en 1958 […]22.

74De fait, l’influence de Cartan pousse les mathématiciens à aller massivement vers l’enseignement supérieur, alors que, dans la décennie précédente, une majorité se destinait encore au secondaire.

75Réduit avant la guerre – ils n’étaient que 5 agrégatifs pour 13 en mathématiques en 1939 –, le nombre de physiciens et de chimistes augmente après 1941 : ils sont 11 agrégatifs en 1941-1942.

76Cette progression est liée à la construction des nouveaux laboratoires scientifiques, qui offre aux élèves de meilleures conditions de travail. Le laboratoire de chimie avait été achevé dès 1937 ; celui de physique l’est au début de l’année 1940. Agrégé-préparateur de physique à l’École pendant la guerre, André Blanc-Lapierre (S 1934) a retracé plusieurs décennies plus tard, lors d’une cérémonie d’hommage à Yves Rocard, le fonctionnement du laboratoire de physique durant l’Occupation.

77En octobre 1940, ce laboratoire offre une surface utile de 8 000 m2 avec certains équipements de base – distribution d’électricité, de fluides. Il est dirigé par Georges Bruhat. Une première réorganisation est nécessaire quand, à la fin de l’année 1940, son assistant, Eugène Bloch, se trouve victime des lois antisémites de Vichy. Il est remplacé par Pierre Auger, qui doit lui-même quitter la France en 1941. Avant son départ, Auger installe avec Joseph Pérès une des premières cuves rhéographiques. Alfred Kastler rejoint alors l’École et utilise cette cuve pour des travaux qui donneront naissance au rayon laser après la guerre. D’autres professeurs travaillent dans le laboratoire : Jean Baurand, Daniel Challonge, Marcel Pauthenier et Adrien Foch. Principal animateur du laboratoire au lendemain de la guerre, Yves Rocard y donne ses premières conférences entre deux missions pour la France libre. Les agrégés-préparateurs – Georges Goudet, Pierre Herreng, André Blanc-Lapierre et Pierre Grivet – se consacrent à des thèses qui comportent une large part d’électronique. C’est là sans doute une conséquence du service militaire et de la guerre, durant lesquels ils ont tous été liés aux services de détection électromagnétique-radar.

  • 23 Cf. le rapport de Georges Bruhat sur le fonctionnement de l’École à l’attention des élèves prisonn (...)

78Au total, Blanc-Lapierre estime à moins de vingt le nombre de physiciens présents dans le laboratoire, assistés par un personnel assez restreint. Le laboratoire ne fonctionne donc que d’une façon réduite. Il en va de même du laboratoire de chimie. Un rapport adressé par l’administration aux élèves prisonniers de guerre en 1942 donne des indications sur les activités qui y sont menées. Les recherches commencées durant la guerre pour l’économie nationale se poursuivent : les travaux sur le bois, les carburants, les acides gras, le papier donnent lieu à des articles et à des publications. En revanche, conformément aux instructions du directeur du CNRS en date du 10 janvier 1941, toutes les recherches stratégiques ont dû être arrêtées, ce qui justifie une baisse significative des crédits. De plus, dans l’ensemble des laboratoires, l’électricité et l’eau sont rationnées et le chauffage n’est pas assuré23.

79Les élèves naturalistes peuvent aussi travailler dans de nouveaux laboratoires. Ces normaliens sont issus de la nouvelle option « normale sciences expérimentales », dite « NSE » – où les sciences naturelles sont enseignées et les mathématiques allégées –, créée dans les classes préparatoires scientifiques en 1937. À l’École normale, le nombre de ces élèves demeure réduit : 4 agrégatifs en 1940-1941, puis 2 et 4 les deux années suivantes.

  • 24 Lettre de Raymond Croland, le 7 août 1942.

80Comme les laboratoires de chimie et de physique, ceux des naturalistes fonctionnent au ralenti. À la demande des autorités d’occupation, seules les recherches consacrées à la nutrition peuvent être poursuivies. En 1942, les Allemands, redoutant déjà la guerre biologique, exigent que les sources pathogènes de fièvre typhoïde et d’autres maladies contagieuses utilisées dans le laboratoire soient tenues dans des endroits fermés à clé et ne puissent être manipulées que par des personnes autorisées24.

81Néanmoins, en raison de leur spécialisation, les naturalistes ont la chance de pouvoir participer à des excursions scientifiques à travers la France aux côtés de leurs professeurs et des agrégés-préparateurs. L’agrégé-préparateur Pierre Routhier se souvient ainsi de voyages d’études à Banyuls et à Roscoff pour la zoologie maritime et dans le Massif central pour la géologie. On peut aussi évoquer le cas de Maxime Lamotte. Reçu au concours de 1939 par le groupe II, il obtient en novembre 1941 une bourse offerte par le secrétariat d’État aux Colonies à six jeunes savants pour mener des recherches en Guinée, au cœur de l’Afrique occidentale française. Il y passe une année entière, étudiant plus particulièrement un crapaud d’une espèce rare, avant de retrouver l’École pour préparer une agrégation de sciences naturelles. Bien des années plus tard, il dirigera le laboratoire de zoologie de la rue d’Ulm.

LES TENSIONS PROVOQUÉES PAR L’AGRÉGATION ET LA QUATRIÈME ANNÉE

82Dans une école qui, contrairement à l’École polytechnique, n’a pas de classement de sortie, l’agrégation constitue un, voire « le » moment crucial de la scolarité des élèves. D’une part, parce que, même pour les normaliens, le succès n’y est jamais assuré ; d’autre part, parce que, si elle clôt un cycle d’études pour ceux qui ont choisi l’enseignement secondaire, elle ouvre la voie à des travaux universitaires pour les autres. C’est tout le sens de la quatrième année de scolarité attribuée par la direction de l’Enseignement supérieur sur proposition de Carcopino.

Préparer l’agrégation

83Comme avant la guerre et comme tous les agrégatifs, les normaliens sont tenus d’accomplir un stage d’agrégation. Le stage se déroule dans les lycées parisiens et se divise en une partie « passive », où le normalien se contente d’assister aux cours, et une partie « active », durant laquelle il remplace le professeur. À l’issue de ce stage, les élèves rédigent un rapport.

84Pour éviter que le stage ne perturbe la préparation de l’agrégation, les normaliens l’accomplissent durant l’année de leur diplôme. À partir de 1940, il semble que sa durée ait été abrégée, passant de 5 à 3 semaines. On ne trouve plus dans les archives les rapports de stage des élèves, alors que ces derniers figurent dans les cartons de l’École pour les années 30, apportant de précieuses indications sur la façon dont les normaliens considéraient le lycée et les enjeux pédagogiques.

  • 25 Pierre Moussa a bien décrit dans La Roue de la fortune, p. 34, la façon dont il a préparé l’agréga (...)

85Ensuite, vient la préparation de l’agrégation elle-même. En lettres, les élèves forment des groupes de travail, s’échangent leurs fiches et se répartissent les cours auxquels ils doivent assister25. Quant aux professeurs, ils surveillent avec attention le travail des agrégatifs. Pour les sciences, un rapport de synthèse est établi dans chaque discipline en fin d’année : on y découvre les pronostics de l’administration sur les performances attendues des élèves, ainsi que sur celles des auditeurs libres qui ont été admis à préparer à l’École normale. Il semble d’ailleurs que ce rapport soit communiqué, à titre confidentiel, au président du jury d’agrégation, ce qui est pour le moins contraire au principe d’égalité entre les différents candidats.

  • 26 Il s’agit de Germain Kreweras (S 1937), qui s’est évadé d’un camp de prisonnier mais n’a pu prépar (...)

86Les concours d’agrégation de 1941 sont repoussés à l’automne, en raison des perturbations créées par le retour progressif des démobilisés et par la fermeture de la Sorbonne après les manifestations du 11 novembre 1940. À cela, il faut ajouter l’abaissement de l’heure du couvre-feu durant l’été 1941, décidé par les Allemands en représailles après l’attentat perpétré contre un officier à la station de métro Barbès. Pour cette session d’agrégation, le rapport de mathématiques évoque un niveau homogène, mais « peut-être un peu inférieur aux années précédentes, en raison des circonstances, de l’interruption des études pendant l’année de guerre et aussi au fait que la promotion est privée de deux de ses meilleurs éléments26 » ; en sciences naturelles, Lucien Plantefol se plaint aussi des « conditions anormales de préparation ».

  • 27 Bien que la limite chronologique de cette partie de mon étude soit la mise en place du STO en févr (...)

87En revanche, les concours de 1942 et de 1943 ont lieu aux dates prévues. Leur déroulement n’appelle pas d’observation particulière. Voyons maintenant quels en sont les résultats27.

AGRÉGATIONS SCIENTIFIQUES : NOMBRE DE REÇUS PAR RAPPORT AU NOMBRE DE CANDIDATS

AGRÉGATIONS SCIENTIFIQUES : NOMBRE DE REÇUS PAR RAPPORT AU NOMBRE DE CANDIDATS

AGRÉGATIONS LITTÉRAIRES :

NOMBRE DE REÇUS PAR RAPPORT AU NOMBRE DE CANDIDATS

NOMBRE DE REÇUS PAR RAPPORT AU NOMBRE DE CANDIDATS
  • 28 Témoignages de Jean Plaud, Henri Ziéglé et Pierre Moussa.

88Dans l’ensemble, ces résultats sont conformes à ceux des années précédentes. L’École voit la plupart de ses élèves réussir, certains dans les meilleurs rangs. Toutefois, l’année 1942 marque un fléchissement, notamment pour l’agrégation de lettres et de mathématiques. La cause en est vraisemblablement la diminution du nombre de postes offerts cette année-là, pour réserver des places aux prisonniers de guerre à leur retour28. Mais Jérôme Carcopino ne conçoit pas qu’un normalien puisse échouer. À l’automne 1942, retrouvant la rue d’Ulm après la fin de ses fonctions ministérielles à Vichy, il décide ainsi d’exclure pour une année un élève de la promotion sciences 1940, qui vient d’échouer à son certificat de chimie générale. Dans la lettre qu’il adresse aux autorités ministérielles le 30 octobre 1942 pour motiver sa décision, il écrit notamment : « Il importe, au moment où je prends en main la direction effective de l’École, que des sanctions comme celle que je désire faire prendre démontrent à tous que l’ère des facilités est désormais close et que la paresse, condamnable en tout temps, l’est deux fois plus dans la période actuelle. »

89Carcopino décide alors qu’à partir des concours de 1943, les normaliens se présentant à l’agrégation ne pourront plus passer en même temps le certificat d’aptitude pour l’enseignement dans les collèges. Il considère que ce deuxième concours, qui est le débouché officiel des normaliens de Saint-Cloud, risque de détourner les normaliens de la préparation effective de l’agrégation. Le 8 février 1943, il écrit au directeur de l’Enseignement secondaire pour lui expliquer son point de vue. Pierre Chenevier, lui-même archicube de la promotion sciences 1908, lui fait observer qu’il doute du bien-fondé d’une telle mesure, tout en se déclarant d’accord avec Carcopino sur la priorité à accorder à l’agrégation. Chenevier formule ensuite l’aveu, pour le moins étonnant au regard des règles d’égalité entre les candidats, de la bienveillance du jury envers les normaliens : « Je puis en tout cas vous donner l’assurance, que je vous demande de considérer comme confidentielle, que les jurys d’agrégation examinent avec une particulière bienveillance le cas des élèves de l’ENS, et que ceux d’entre eux qui n’ont pas été reçus doivent incriminer la faiblesse de leurs épreuves, et non l’insuffisance du nombre de places mises au concours. »

Pas de quatrième année pour les filles

90Dans l’esprit de Jérôme Carcopino, la quatrième année de scolarité doit permettre, soit de réparer un échec à l’agrégation, dès lors qu’il n’est pas la sanction d’un travail insuffisant, soit de commencer des travaux de thèse. Elle marque donc un premier partage entre ceux qui se destinent à une carrière dans le secondaire et ceux qui se dirigeront vers l’université. Tout au long de la scolarité des élèves, les annotations des professeurs témoignent de l’importance de cette question : dans les rapports d’agrégation des élèves scientifiques comme dans les commentaires des diplômes des littéraires, les professeurs indiquent souvent « fait pour la recherche » ou au contraire « fera un bon professeur de spéciales ». Pendant l’Occupation, l’obtention d’une quatrième année devient d’autant plus précieuse que les solutions alternatives au lycée se font rares : les bourses et les postes jadis offerts par les instituts français à l’étranger, les universités étrangères, la fondation Thiers ou encore le Centre de documentation sociale sont remis en cause. Il ne reste que quelques postes dans les écoles françaises de Rome et d’Athènes ainsi que des bourses du CNRS.

  • 29 Madeleine Herr a été reçue au concours de 1939. Elle meurt prématurément en 1952.

91L’attribution d’une quatrième année se fait sur décision du ministère, après proposition du directeur de l’École. Carcopino suit généralement les propositions que lui formulent ses directeurs adjoints en fonction des mérites des élèves. À une exception notable, toutefois : il refuse d’élargir le bénéfice de la quatrième année à une catégorie d’élèves dont il juge la présence inopportune : les jeunes filles. Comme on l’a vu, la mixité constitue pour Carcopino un ferment de décomposition de la communauté normalienne. Or, quand il est nommé à la direction de l’École en 1940, une petite dizaine de jeunes filles y sont encore élèves. Toutes celles qui pensent passer l’agrégation y réussissent, sauf Geneviève Rodis-Lewis et Madeleine Herr, qui échouent en 1942, la première en philosophie, la seconde en lettres. Geneviève Rodis-Lewis, élève exceptionnellement douée qui avait été reçue à l’École en 1938 après une seule année de préparation au lycée Fénelon, échoue pour des raisons de santé qui l’ont empêchée de passer l’oral ; quant à Madeleine Herr29, la fille de Lucien Herr, de graves problèmes de santé sont aussi venus perturber sa préparation.

  • 30 Témoignage de Geneviève Rodis-Lewis.

92Considérant que ces deux échecs n’ôtent rien au mérite de Rodis-Lewis et de Herr, Jean Bayet écrit le 23 juillet 1942 à Jérôme Carcopino pour lui demander de leur attribuer une quatrième année. Désireux d’en finir au plus vite avec toute forme de mixité rue d’Ulm, Carcopino refuse et ne propose que de leur attribuer des bourses d’agrégation. Reçue première en 1943 à l’agrégation de jeunes filles avant de s’engager dans des travaux de recherche sur Descartes, Geneviève Rodis-Lewis se souvient encore, un demi-siècle plus tard, de la décision de Carcopino comme d’une véritable injustice30. En novembre 1942, L’Université libre, parfaitement informée sur la vie intérieure des établissements, relate l’affaire : « Les filles qui ont terminé leurs études n’ont plus droit au titre d’anciennes élèves de l’ENS, ce qui les empêche en outre de faire une quatrième année d’étude à l’École. »

  • 31 Sur les dispositions de cette loi, cf. F. Muel-Dreyfus, Vichy et l’éternel féminin, p. 271.

93De toute évidence, Carcopino a une conception de la femme qui la voue plus aux arts ménagers qu’aux arts libéraux : en tant que ministre, il est d’ailleurs à l’origine de la loi du 18 mars 1942 qui rend obligatoire pour les jeunes filles « l’enseignement ménager familial » dans tous les lycées et collèges pendant 7 ans, à raison d’au moins une heure par semaine31.

  • 32 Il s’agit de Georges Llensa (S 1938), Paul Germain, Michel Hervé, Guy Lefort (S 1939) et Paul Belg (...)

94Mis à part le cas des filles, les suites données aux propositions du directeur de l’École normale par la direction de l’Enseignement secondaire, qui arrête la liste définitive des bénéficiaires de la quatrième année, peuvent aussi soulever certaines difficultés. Au mois de septembre 1942, en réponse à la liste que vient de lui transmettre Carcopino, cette dernière lui demande de ne garder « que les meilleurs agrégés, et ceux qui ont de sérieuses excuses pour avoir raté [l’agrégation] ». Carcopino retire donc les noms de trois élèves. De son côté, Georges Bruhat explique longuement à la direction pourquoi il propose le nom de cinq élèves mathématiciens : selon lui, le nombre d’admis à l’agrégation doit tenir compte des besoins de l’enseignement secondaire, mais aussi de ceux du supérieur, et il est important que les élèves puissent prendre contact avec les mathématiques modernes, ce qu’ils ne font pas jusqu’à l’agrégation. Pour les cinq élèves en cause, la demande paraît d’autant plus justifiée qu’ils ont déjà accompli un premier travail de recherche, qui leur avait valu les éloges de leurs professeurs, lors de la fermeture de la Sorbonne en novembre 194032. En dépit des arguments de Bruhat, le moins bien classé des cinq mathématiciens à l’agrégation n’obtient pas de quatrième année ; il prend donc un poste en lycée dès l’automne 1942. Quand, après la guerre, ses quatre autres camarades se destineront à la recherche et à l’enseignement supérieur, il restera, lui, dans l’enseignement secondaire. Avoir ou ne pas avoir une année d’étude supplémentaire à l’issue de l’agrégation pouvait donc être lourd de conséquences.

95L’affaire des 5 agrégés de mathématiques désireux d’obtenir une quatrième année connaît un rebondissement le 30 janvier 1943 dans L’Information universitaire. Dressant le bilan de l’agrégation de mathématiques de 1942 dont il a présidé le jury, l’inspecteur général Dontot déplore que « 5 sur 5 des normaliens déclarés reçus aient exprimé le désir de ne pas occuper de poste dans l’enseignement secondaire » alors que cela « aurait été un beau geste de solidarité de la part des mieux doués des candidats de renoncer pendant la durée de la guerre à leurs recherches personnelles, pour assurer la relève de leurs aînés prisonniers ».

96Carcopino n’apprécie guère l’attaque. Le 8 février 1943, il écrit au directeur de l’Enseignement secondaire Pierre Chenevier pour prendre la défense de l’École normale et de ses élèves. Il fait d’abord remarquer que l’un des reçus, Michel Hervé, assure volontairement un enseignement au lycée Saint-Louis. Il précise que c’est la direction de l’École, et non les jeunes agrégés, qui a fait le choix de prolonger leur scolarité. Revenant sur l’esprit de cette quatrième année, il affirme qu’il ne s’agit en aucun cas de soustraire définitivement des normaliens à l’enseignement secondaire, mais « de donner le branle à des vocations véritables et amorcer des études, qui plus tard, dans les chaires de lycées, seraient pour leurs titulaires à la fois un soutien moral et un perfectionnement intellectuel ».

97Pourtant, en dépit des dénégations de Carcopino, destinées à étouffer dans l’œuf le conflit naissant avec l’enseignement secondaire, la quatrième année confirme, en même temps qu’elle l’amplifie, le tournant amorcé dès l’entre-deux-guerres : autrefois pourvoyeuse des maîtres du secondaire, la rue d’Ulm se veut désormais une pépinière de chercheurs et d’universitaires.

Notes

1 Ce sont Claude Wiéner et Georges Margolin, qui étaient en hypokhâgne à Henri-IV en 1938-1939. La question de l’admission des candidats juifs à l’ENS est analysée au chapitre 5.

2 51 candidats sur 350 en 1939 et 38 sur 281 en 1941 n’ont pas choisi le grec.

3 Le thème grec pour la spécialité lettres ; une dissertation de philosophie ; une composition de langue vivante ; une composition d’histoire ou de géographie, ce qui scindait cette dernière spécialisation entre l’histoire et la géographie.

4 Sur la réforme Carcopino de l’enseignement, cf. W. D. Halls, Les Jeunes et la politique de Vichy, p. 37-47, et J. Carcopino, Souvenirs de sept ans, p. 402-431.

5 Pour Henri-IV, Guéhenno, Bizos, Calvet, Lacroix en lettres, Alba et Dieny en histoire ; pour Louis-le-Grand, Sausy en lettres, Gadrat et Reinhard en histoire ; pour Condorcet, Delacroix et Débidour en lettres, Crouzet en histoire.

6 Lettre datée du 29 juillet 1941 adressée au directeur de l’ENS.

7 Sur les détails de la réforme de l’ENS de Saint-Cloud, cf. A. Barbé et J.-N. Luc, Des normaliens. Histoire de l’École normale supérieure de Saint-Cloud. Les auteurs montrent que ce décret ouvre l’ère du défi universitaire pour les normaliens de Saint-Cloud.

8 La présence de ces lecteurs n’est évidemment pas neutre dans le contexte de l’Occupation. Je reviendrai par la suite sur les enjeux politiques des études d’allemand à l’ENS entre 1940 et 1944.

9 Collectif, Essais d’ego-histoire, p. 312 et 315.

10 J.-B Duroselle, « Le désordre et l’espérance », in A. Peyrefitte, Rue d’Ulm…, p. 57-59.

11 Dans le vocabulaire normalien « conscrit » désigne un élève de première année.

12 Source : dossier de scolarité de Tran-Duc-Thao à l’ENS.

13 Sur Tran-Duc-Thao, voir le livre de Serge Audier à paraître aux Éditions Rue d’Ulm.

14 Sur la stratégie d’influence culturelle et linguistique des autorités d’occupation en France, cf. P. Ory, Les Collaborateurs, 1940-1945, R. Thalmann, La Mise au pas, Ph. Burrin, La France à l’heure allemande, 1940-1944, et B. Lambauer, Otto Abetz et les Français ou l’envers de la collaboration.

15 Cf. carton AN 61 AJ 191.

16 Témoignage de Germain Kreweras.

17 La collection complète de ce journal se trouve à la BDIC de l’université de Nanterre.

18 C. Nay, Le Noir et le Rouge, p. 74.

19 Sources : entretien avec Jean Méary et dossier d’élève.

20 Témoignage de Janine Méary, reçue au concours en 1938.

21 Cf. Bulletin de la Société des amis de l’ENS, numéro 171, octobre 1987, complété par un entretien.

22 M. Andler, « Les mathématiques à l’ENS », in J.-F. Sirinelli (dir.), L’École normale supérieure, le livre du bicentenaire, p. 351-404.

23 Cf. le rapport de Georges Bruhat sur le fonctionnement de l’École à l’attention des élèves prisonniers, année 1942.

24 Lettre de Raymond Croland, le 7 août 1942.

25 Pierre Moussa a bien décrit dans La Roue de la fortune, p. 34, la façon dont il a préparé l’agrégation de 1943 avec trois de ses camarades.

26 Il s’agit de Germain Kreweras (S 1937), qui s’est évadé d’un camp de prisonnier mais n’a pu préparer l’agrégation, et d’Hélène Cartan.

27 Bien que la limite chronologique de cette partie de mon étude soit la mise en place du STO en février 1943, par souci d’homogénéité, les résultats des agrégations de 1943 sont présentés ici. Ne sont comptabilisés dans ces tableaux que les candidats ayant préparé à l’École ; n’apparaissent pas ceux qui, n’étant plus élèves, ou n’étant pas à Paris, ont tout de même présenté le concours. Enfin, le cas des agrégatifs juifs sera détaillé par la suite, tout comme celui des enfants d’étrangers.

28 Témoignages de Jean Plaud, Henri Ziéglé et Pierre Moussa.

29 Madeleine Herr a été reçue au concours de 1939. Elle meurt prématurément en 1952.

30 Témoignage de Geneviève Rodis-Lewis.

31 Sur les dispositions de cette loi, cf. F. Muel-Dreyfus, Vichy et l’éternel féminin, p. 271.

32 Il s’agit de Georges Llensa (S 1938), Paul Germain, Michel Hervé, Guy Lefort (S 1939) et Paul Belgodère (S 1940).

Table des illustrations

Titre AGRÉGATIONS SCIENTIFIQUES : NOMBRE DE REÇUS PAR RAPPORT AU NOMBRE DE CANDIDATS
URL http://books.openedition.org/editionsulm/docannexe/image/695/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 83k
Titre NOMBRE DE REÇUS PAR RAPPORT AU NOMBRE DE CANDIDATS
URL http://books.openedition.org/editionsulm/docannexe/image/695/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 110k

© Éditions Rue d’Ulm, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540