Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Études et la guerre

 | 
Stéphane Israël

Préface

Jean-François Sirinelli

Texte intégral

1Les tempêtes n’épargnent pas les phares : ce constat – banal – de météorologie marine pourrait servir de moralité à l’histoire contée ici par Stéphane Israël. Au moment où commence cette histoire, en effet, l’École normale supérieure est un promontoire bien visible dans le paysage intellectuel français et son scintillement y est réel. Assurément, ses quelques dizaines d’élèves pèsent peu au regard des effectifs d’établissements universitaires plus peuplés, mais son rayonnement est indéniable. Aux yeux des élites éclairées, la rue d’Ulm apparaît alors tout à la fois comme un pôle scientifique et une serre politique. Mais la seconde image est statistiquement fausse, même si le prestige de Léon Blum, Édouard Herriot et quelques autres a contribué à l’enraciner dès l’époque du Cartel des gauches en 1924 et si Albert Thibaudet faisait des normaliens le cœur de sa République des professeurs. Si l’on donne à cette formule le double sens de terreau pour la vie scientifique et de pépinière pour la vie politique, le second aspect est sans nul doute usurpé : « Normale » pèse peu, de fait, parmi les filières d’accès au monde politique de premier plan.

2Mais, en histoire, la perception par les contemporains compte autant, à bien des égards, que la réalité. Et l’établissement de la rue d’Ulm est alors perçu comme un bassin d’alimentation de la classe politique : les représentations collectives, ici, l’emportent sur un réel beaucoup moins flatteur. Bien plus, l’autre élément de ces représentations collectives est, en revanche, parfaitement fondé. Dans l’entre-deux-guerres il y a effectivement, rue d’Ulm, un intense foyer de formation d’une partie de l’élite intellectuelle du pays. Certes, rapportée à la totalité, cette partie reste limitée, mais le phénomène de concentration joue en faveur de l’établissement. Le foyer est intense parce que dense et l’effet de visibilité dans le paysage s’en trouve renforcé. D’où l’image du phare.

3D’où, aussi, la métaphore de la tempête. Celle-ci est souvent un moment de vérité pour les institutions les plus prestigieuses. Leur solidité apparemment pérenne est soudain ébranlée et l’écosystème de chacune d’entre elles se trouve gravement perturbé. Cela étant, pour rendre compte d’une telle perturbation, il est, pour l’historien, bien des approches possibles, mettant chacune en avant un aspect de la perturbation. Celle qui est mise en œuvre dans ce livre est particulièrement ambitieuse, car elle relève de ce qui s’apparente à de l’histoire totale. Plutôt que privilégier un angle d’attaque, en effet, Stéphane Israël a adopté une démarche globale, sous-tendue par une préoccupation essentielle : pour faire l’histoire de l’École normale supérieure durant la Seconde Guerre mondiale, il convient, par-delà l’intérêt intrinsèque d’un tel sujet, tout à la fois d’étudier le métabolisme d’une institution confrontée au double événement traumatique de la défaite et de l’Occupation et de retracer le destin d’une communauté en butte aux conséquences de la situation historique en question.

4Avec de telles perspectives, ce livre prend donc, sur un sujet dense, une densité encore accrue, qui lui confère sa véritable portée : parti d’un objet certes important dans notre histoire intellectuelle, mais limité si on le rapporte à l’échelle de l’histoire nationale, il assume ainsi une démarche de microstoria et parvient, par cette densité, à acquérir une signification bien plus large. De ce fait, il y a bien là, on le verra, une contribution de tout premier plan à l’histoire de la France des années sombres. Et cette contribution est d’autant plus précieuse que, de surcroît, elle s’appuie sur une documentation impressionnante et neuve. Là aussi, il convient de noter d’emblée l’apport que constitue une telle documentation. Assurément, son tuf demeure l’archive : celle-ci forme le fondement de l’ouvrage, sans que le fait, en lui-même, ait rien d’exceptionnel ; l’historien est un homme – ou une femme – de l’archive et y avoir recours, aux côtés d’autres sources, demeure une pratique le plus souvent nécessaire pour sa démarche heuristique. C’est donc plutôt la nature des autres sources maniées qu’il faut souligner. On pourrait les qualifier de provoquées ou d’« inventées » et on mesurera, à la lecture, l’apport que constituent de tels témoignages oraux recueillis. Pour les historiens travaillant sur le temps proche, il est admis désormais qu’ils peuvent avoir directement recours à de tels témoignages, à condition, bien sûr, que ceux-ci soient passés au tamis de la critique historique, comme ici.

5Le nombre de ces témoignages permet leur réel recoupement et confère, en outre, une double épaisseur humaine à cette étude. D’une part, les travaux et les jours d’une petite communauté prise dans l’étau d’une situation historique à bien des égards liberticide sont ainsi retracés avec talent, avec des existences rattrapées par l’Histoire et des destins infléchis – parfois tragiquement – par elle. Mais, d’autre part, face à ce poids de l’Histoire, l’auteur montre aussi, témoignages à l’appui, que souvent les acteurs conservaient leur libre arbitre. Loin d’être les simples jouets du malheur des temps, ils demeurent dotés, même dans un contexte très contraignant, d’une marge d’initiative et, donc, de choix.

6Non, du reste, que l’ébranlement qui secoue la microsociété à laquelle ils appartiennent n’ait pas sur elle des effets dévastateurs. C’est, au contraire, une autre des qualités de ce livre que de permettre une sorte d’étude in vivo de la propagation, à l’intérieur d’un groupe humain, de l’onde de choc créée par un événement historique. Il y a là une leçon de choses, menée avec brio, en même temps qu’une réhabilitation du poids de l’événement en histoire. L’historien, s’il ne doit à aucun moment perdre de vue les effets des grandes houles économiques et sociales, travaille, au bout du compte, sur la complexité des configurations collectives et des situations individuelles, qui ne sont jamais réductibles à un seul paramètre. Et, dans un tel entremêlement de corrélations, la place de l’homme, comme sujet pensant et agissant confronté aux perturbations historiques de son environnement, redevient essentielle dans l’analyse. C’est là un autre enseignement majeur, à la fois philosophique et épistémologique, de ce beau livre. Constituant une étude de cas précieuse sur la France de l’Occupation, il dépasse en même temps les limites de son objet et fournit une ample matière à une plus large réflexion historique.

Auteur

Professeur d’histoire contemporaine à l’Institut d’études politiques de Paris

© Éditions Rue d’Ulm, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540