Version classiqueVersion mobile

L’Invention de l’autobiographie d’Hésiode à saint Augustin

 | 
Marie-Françoise Baslez
, 
Philippe Hoffmann
, 
Laurent Pernot

Deuxième partie. Le moi dans l’histoire et dans les documents politiques

Parler de soi-même dans la cité d’Athènes

L’exemple du décret honorifique pour Phaidros et Sphettos

François Lefèvre

Texte intégral

1Invoquer le témoignage des inscriptions lorsque l’on s’interroge sur I’autobiographie dans le monde grec paraîtra surprenant. À plus forte raison si l’on envisage exclusivement les décrets civiques, documents administratifs et impersonnels par excellence. En effet, dans les décrets honorifiques, catégorie la plus nombreuse, les gratifications votées résultent toujours de la proposition d’un citoyen non directement concerné. Ainsi, on retrouve partout le trio proposant – assemblée – destinataire, ce dernier étant bien sûr omniprésent dans le texte, surtout dans les considérants, mais pourtant inexorablement muet.

2Il n’y a donc pas d’autobiographie dans ces documents, tout au plus des biographies. Cependant, en amont du décret gravé, on peut trouver trace d’une procédure approchant l’autobiographie : un bon exemple nous en est donné par le décret d’Athènes pour Phaidros de Sphettos (Syll.3, 409 – IG, II/2, 682), daté du milieu du iiie siècle.

3Ce document très développé, mais dont l’intitulé est malheureusement perdu, rapporte les honneurs rendus à un citoyen pour l’ensemble de ses mérites. C’est donc un texte récapitulatif. Il ne comporte rien d’extraordinaire jusqu’à la ligne 92, où commence non pas un amendement, mais un second décret, en ces termes :

Lyandros, fils de Lysiadès, d’Anaphlystos, a fait la proposition : à la bonne fortune, plaise au peuple que pour tout le reste on agisse, au sujet de la récompense qu’a demandée Phaidros, conformément au précédent décret proposé par Lyandros […].

  • 2 Sur ces questions, voir Ph. Gauthier, Les Cités grecques et leurs bienfaiteurs (Bulletin de corresp (...)

4 Ce passage nous apprend donc que ces honneurs furent votés après une aitêsis de l’intéressé lui-même, ce qui avait déjà suscité l’étonnement de l’éditeur de la Sylloge (n. 24)2. Comment expliquer cette particularité ?

5Une première catégorie d’explications peut-elle venir des mérites exceptionnels du personnage honoré ? Procédons à une analyse rapide du texte. Il est tout d’abord fait mention des hauts faits du grand-père (l, 1.4), puis de ceux du père de Phaidros (l, 4-19). Ensuite seulement commence la relation des honneurs rendus à Phaidros lui-même, qui apparaît ainsi comme le digne successeur de ses aïeux. Nous apprenons qu’il fut deux fois stratège préposé à la paraskeuê (armement-logistique), stratège de la khôra à plusieurs reprises, et stratège des mercenaires par trois fois. Il fut également ambassadeur auprès de Ptolémée Sôter, ce qui permit notamment de procurer du blé au peuple, puis stratège epi ta hopla à plusieurs reprises. Il fut enfin agonothète, seul et en compagnie de son fils, et se montra irréprochable dans les autres liturgies et pour les epidoseis, ce qui lui valut de recevoir une couronne de la boulê et du peuple. On a donc là un texte récapitulatif d’une carrière bien remplie, remarquable mais pas unique, pouvant néanmoins légitimer une procédure particulière.

6La nature des honneurs rendus peut-elle fournir une autre explication ? Ceux-ci appartiennent à la catégorie des megistai timai, extraordinaires, et plaçant Phaidros dans la lignée des tyrannoctones. Il recevra l’éloge public et une couronne d’or, on lui érigera une statue sur l’agora, et il se verra gratifié de la sitêsis au prytanée, à perpétuité, ainsi que de la proédrie. Ces honneurs sont donc remarquables, rarement octroyés ensemble, et peuvent nécessiter le dépôt d’une demande préalable. Il reste à définir les modalités de celle-ci.

  • 3 L. Moretti, Iscrizioni storiche ellenistiche, Florence, La Nuova Italia, 1967, no 33.

7Le verbe utilisé pour la qualifier est aitein, fort banal et que l’on attendrait au moyen, puisque l’intéressé a ici parlé en son propre intérêt : dans le décret rendu à Athènes en l’honneur de Képhisodoros, très semblable à celui-ci, on trouve précisément cet emploi3. En revanche, le parfait est lui tout à fait légitime, précisant sans doute que la demande a été faite, et enregistrée, dans les archives (idem pour Képhisodoros). Il y a donc eu demande directe du destinataire des honneurs : il n’apparaît pourtant pas directement dans le texte, toujours impersonnel, même s’il est très précis et détaillé. Il y a donc là un paradoxe qui permet d’apprécier plus précisément la portée autobiographique d’un tel document.

8 En effet, pour expliquer ces deux aspects contradictoires du texte (impersonnalité et extrême précision), il faut envisager, parallèlement à cette demande auprès de la boulê, la remise d’un mémoire (pour reprendre les termes de Ph. Gauthier) où l’intéressé a dû récapituler l’ensemble de ses mérites : ce mémoire sert de justificatif à la sollicitation de ces honneurs. Là se situe probablement la démarche la plus autobiographique, malheureusement fort peu visible dans la rédaction de notre décret probouleumatique tel qu’il a été gravé, mais que l’on peut restituer en toute logique. Et c’est parmi les divers mérites mentionnés dans ce mémoire que le proposant choisissait, afin de retenir les plus significatifs en vue de l’octroi des megistai timai. Cela était possible sous une triple réserve.

9En premier lieu, une certaine limite inférieure devait être requise pour l’âge du destinataire : tous les textes parallèles montrent que les honneurs étaient votés très tardivement. Ensuite, un certain délai était observé entre la demande et la mise en délibération (cf. l. 70), sans doute pour éviter les décisions hâtives et irréfléchies. Enfin, la procédure était l’objet d’une docimasie, le tribunal vérifiant la légalité de la demande (l. 96). Cet ensemble de mesures montre que cette démarche d’aitêsis était strictement réglementée, preuve de son importance dans la vie publique.

  • 4 J. et L. Robert, Claros, I : Décrets hellénistiques, Paris, Recherche sur les civilisations, 1989, (...)

10Ce document est donc remarquable par sa longueur, par les mérites du bénéficiaire et par les honneurs votés, mais surtout par la mention de l’aitêsis. Cependant, il paraît plus vraisemblable de penser que celle-ci, même si elle n’est que rarement citée, était de règle pour l’octroi des honneurs civiques de quelque importance. Qu’elle soit passée sous silence le plus souvent dans nos documents n’est pas fait pour surprendre : elle correspond à une étape située en amont de la rédaction du décret, et n’a donc pas lieu d’y figurer. De plus elle est connue de tous et automatique quand on brigue de telles récompenses : inutile donc de la mentionner. Notons malgré tout qu’elle ne saurait donner à notre texte le statut d’autobiographie, ni dans la forme, car la première personne n’est pas employée, ni dans le fond, car le personnage n’est pas seul mentionné, et on ne connaît que ses hauts faits patriotiques. Une telle sécheresse ne sera d’ailleurs plus de mise aux époques postérieures : le décret pour Polémaios, notamment, évoque abondamment la paideia du destinataire des honneurs, avant même de parler des services rendus à la patrie4. Mais de tels exemples restent fort rares, et le plus souvent I’aitêsis elle-même ne devait pas être véritablement une autobiographie, mais plutôt un curriculum vitae détaillé et élogieux.

  • 5 a. wilhelm, Attische Urkunden, v, vienne-leipzig, 1909, p. 40-41.

11Une telle procédure permet en tout cas de mieux cerner les rapports existant entre la polis et ses membres les plus distingués, et donne un éclairage nouveau sur cette notion assez répandue, mais souvent difficilement traduisible, de philotimia : I’aitêsis est l’instrument et l’aboutissement de cet « amour des honneurs » fréquemment mentionné dans les textes5. Par ailleurs, elle n’est pas sans rappeler nos habitudes modernes, par exemple pour l’octroi de décorations telles que la Légion d’honneur ou autres.

Notes

2 Sur ces questions, voir Ph. Gauthier, Les Cités grecques et leurs bienfaiteurs (Bulletin de correspondance hellénique, Suppl. 12), Paris, De Boccard, 1985, p. 77-99, qui cite et étudie les parallèles.

3 L. Moretti, Iscrizioni storiche ellenistiche, Florence, La Nuova Italia, 1967, no 33.

4 J. et L. Robert, Claros, I : Décrets hellénistiques, Paris, Recherche sur les civilisations, 1989, p. 11-62.

5 a. wilhelm, Attische Urkunden, v, vienne-leipzig, 1909, p. 40-41.

© Éditions Rue d’Ulm, 2018

Licence OpenEdition Books

Acheter

Volume papier

decitre.fr
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search