Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'École normale de l'An III. Vol. 2, Leçons d'histoire, de géographie, d'économie politique

 | 
Daniel Nordman

Leçons d’économie politique de Vandermonde

Sixième leçon

13 germinal/2 avril

Texte intégral

1Vous avez vu, dans la dernière séance, quelques applications de cette classification des fortunes en six degrés, que j’avais proposée dans l’avant dernière.

2Les fortunes ne sont pas seulement distinguées par leurs degrés, elles le sont par leur genre.

3À pareil degré, on distingue celle que se font les hommes laborieux, et qui est le prix de leur travail, d’avec celle dont jouissent les propriétaires et les rentiers oisifs.

4Les déclamations contre les rentiers oisifs sont si rebattues, que si l’on ne cherche que la vérité, si on est armé d’une juste défiance contre les déclamations, on est moins tenté de les répéter que de les combattre.

5D’abord, il y a fort peu de rentiers véritablement oisifs. Tel homme ne vit que de ses rentes, et emploie son temps fort utilement. Telle femme de Paris, qui ne s’est jamais occupée que de sa toilette, mais qui avait de l’esprit et du goût, a fait plus de bien à la France par l’extension qu’elle a donnée à nos modes, que l’homme gauchement austère qui déclame contre la frivolité.

6Ensuite, ne faudra-t-il pas toujours des intermédiaires, pour distribuer à la classe industrieuse l’excès des subsistances et des produits que recueille la classe cultivatrice ?

7Supposons que tous les Français soient cultivateurs, et qu’ils ne tirent de la terre que de quoi satisfaire à leurs besoins indispensables. Supposons que le gouvernement imagine un moyen de les porter tous à travailler davantage, sans diminuer leur bonheur. Supposons que, par cette augmentation de travail et par de meilleurs procédés d’agriculture, chaque famille adonnée à la culture du bled parvienne à pouvoir nourrir onze autres familles.

8Pourrait-on blâmer le gouvernement, si les cultivateurs y consentaient avec plaisir, de charger ses agents de distribuer ce surplus de subsistances à des hommes industrieux, en en gardant eux-mêmes leur part ?

9C’est précisément ce qui arrive parmi nous, par l’effet de nos lois et de nos usages, et sans que le gouvernement s’en mêle. Ces agents qu’il employerait sont précisément les propriétaires et rentiers oisifs dont nous parlons. Ceux qui sont totalement oisifs sont toujours au moins des roues de communication employées à la transmission de ce mouvement. On trouve dans les meilleures machines des roues de ce genre, qui tournent librement sur leur axe, sans en recevoir ou sans lui communiquer aucun mouvement.

10Nos nouvelles machines politiques sont des ouvrages compliqués qu’il faut étudier avant de les juger. Elles ressemblent, dans plus d’un sens, aux ouvrages modernes de l’horlogerie, dont il eût été difficile aux anciens de se former une juste idée.

11Il ne faut pas croire que les déclamations, que je viens de combattre, soient sans danger. Elles peuvent porter à désirer, elles portent quelquefois à faire des injustices très nuisibles à la prospérité publique.

12Je passe à une autre observation importante.

13On pourrait être disposé à croire qu’un homme qui dépense cent mille francs par an, donne autant de mouvement à l’industrie, fait autant de bien par les salaires qu’il procure, que dix hommes de dix mille livres de rente, que cent hommes qui ne dépensent que mille livres chacun. Il n’en est rien ; je vais en exposer une première raison.

14Les objets de la demande du premier diffèrent presque tous entr’eux ; ceux de la demande des derniers, sont presque tous semblables : ceux-ci donnent lieu à l’avancement de l’industrie, par les simplifications du travail ; et ces simplifications, en réunissant le bon marché à la perfection, appellent de nouveaux débouchés.

15J’ai eu occasion, il y a une dizaine d’années, de prendre des informations dans le faubourg Antoine, sur le nombre d’ouvriers occupés à faire des roulettes de lits, soit en buis, soit en gayac, soit en cuivre. J’en ai compté plus de huit cents. Il est manifeste que Paris était bien loin de consommer l’immense quantité de roulettes que ces ouvriers pouvaient faire ; mais jamais une branche aussi étendue d’une industrie perfectionnée n’aurait pu s’y former, si Paris n’eût pas contenu un très grand nombre de particuliers, à qui leur fortune permettait d’avoir des roulettes de lits. S’il ne fallait pas des milliards d’épingles, jamais on ne serait parvenu à faire une épingle à aussi bon marché ; jamais le commerce de Paris n’aurait approvisionné toute l’Europe de celles qui se fabriquent à Laigle.

  • 1 Isaac de Pinto (Amsterdam 1715—La Haye 1787). Il était le descendant d’une famille juive portugaise (...)

16Un auteur anonyme, dont je trouve le nom cité ici, et dont je ne me rappelle pas en ce moment le titre de l’ouvrage, Pinto1, observe « qu’on n’est pas plus riche aujourd’hui avec trois mille écus, qu’on ne l’était il y a deux cents ans avec mille ; mais qu’il y a vingt fois plus de gens aujourd’hui d’un revenu de trois mille écus, qu’il n’y en avait alors d’un revenu de mille ». C’est cette augmentation du nombre des hommes qui peuvent se procurer les objets de besoins factices, que comporte un degré déterminé de fortune ; c’est cette augmentation toujours croissante, qui rapproche successivement tous ces objets, des facultés d’un degré moindre : leur extension sert à en simplifier le travail ; cette simplification en abaisse le prix, et leur débouché s’accroît en même rapport.

17Il n’en est pas ici comme en mécanique, où ce qu’on gagne en temps, on le perd en force : ici on gagne de tous côtés : les jouissances s’accroissent, et les moyens d’y satisfaire croissent en même raison.

18Le principe le plus général de ce dernier accroissement, c’est l’abondance des capitaux versés dans l’industrie.

19Toute simplification du travail suppose quelque changement dans les outils, dans les ustensiles, dans la disposition du local approprié à cette simplification. Les moindres changements de ce genre exigent des dépenses qui supposent, dans celui qui les fait, un certain degré d’aisance.

20Cela suffirait pour expliquer pourquoi des ouvrages du même genre sont mieux faits, et moins chers dans les pays riches que dans les pays pauvres.

21Cet avantage devient d’autant plus sensible, que les capitaux de ceux qui entreprennent l’objet, sont plus considérables ; l’avantage est immense, lorsque l’objet parvient enfin à être traité en grande manufacture.

22Les Anglais traitent de cette manière des objets de toute espèce. Nous ne serons pas toujours forcés de prendre chez eux ces exemples ; nous en donnerons nous-mêmes un jour à l’univers. Je dois me hâter de vous en fournir une preuve que ma mémoire me rappelle en ce moment.

23Si les Anglais ont monté d’énormes brasseries, dont les cuves sont des espèces d’étangs, nous pouvons citer en France une brûlerie d’eau-de-vie, qui se trouve, si je ne me trompe, aux environs de Montpellier, et où on a employé, par économie, une machine à feu pour monter le vin.

24Voici maintenant une seconde raison qui rend la dépense des hommes très riches, moins utile au peuple et à la nation, qu’une dépense pareille faite par des hommes de moindre fortune. C’est que les hommes très riches se fournissent souvent, et quelquefois de préférence, dans d’autres pays, ou même dans d’autres parties du monde.

  • 2 Vandermonde s’inspire ici de l’abbé Galiani dont il citera le nom une page plus loin. Ce dernier av (...)

25On voyait à Paris, il n’y a pas encore longtemps, chez un fameux financier, un ameublement brodé en Chine2 on y voyait les armes de sa maison et les attributs de sa place. Dix ans s’étaient écoulés entre la commande et la réception de ce superbe ouvrage. Une peuplade entière avait dû y être occupée et y trouver des salaires ; mais c’était une peuplade de Chinois : voilà le luxe d’ostentation que l’opinion publique doit réprimer.

26La totalité de la dépense des particuliers est bien loin aujourd’hui de n’être qu’égale à la valeur des subsistances consommées ; cette dépense en payerait peut-être dix fois autant : cela tient, comme je l’ai déjà dit, à ce que l’apprêt des subsistances de tout genre, celui des autres matières brutes, et une énorme multitude d’autres services rendus, deviennent de nouvelles sources de revenus.

27L’accroissement des richesses accroît nécessairement la demande du travail ; mais il peut n’augmenter nullement la demande de subsistances : c’est une conséquence de ce que je viens de dire. Un homme riche ne consomme pas plus en poids qu’un homme moins riche ; mais il consomme l’objet d’un plus grand travail.

28Quand la demande de travail croît, sans que la demande de subsistances augmente, alors l’aisance de la classe laborieuse augmente. Il faut sans doute s’arrêter, à cet égard, à une limite ; car on découragerait la production, si cela était poussé jusqu’à enlever à l’agriculture, des bras nécessaires à sa prospérité.

  • 3 Op. cit., interprétation libre du livre I, chapitre 7, alinéas 9 et 10.

29Je pense, comme Smith3, que non seulement il se vend plus d’objets à bon marché que d’objets d’un plus grand prix, mais qu’il s’en vend pour une plus grande somme.

30Il est cependant à remarquer qu’Arthur Young, qui est, en général, un homme bien informé, dit dans son arithmétique politique, que la quantité de viande, de beurre et de fromage consommée en Angleterre, est d’une valeur bien supérieure à celle du froment : cela tient sans doute à ce que les Anglais mangent fort peu de pain ; mais cela tient aussi à ce que leur prospérité moyenne est fort grande. Et ici je ne veux pas négliger de remarquer une nouvelle preuve de la réaction mutuelle des progrès de l’aisance du peuple. Les fabriques d’étoffes de laine d’Angleterre ne prospèrent, les laines n’y sont à bon marché, que parce que la masse du peuple est en état d’y consommer et d’y payer la viande de mouton.

  • 4 Abbé Ferdinando Galiani (1728—1787) né à Chieti (Italie) en 1728, secrétaire de l’ambassade de Napl (...)

31Je vous ai déjà dit combien il paraissait nécessaire d’entretenir les denrées et matières premières à bas prix, et surtout à un prix constant ; je vais appuyer cette pensée par un mot de l’abbé Galiani4.

  • 5 Ce passage attribué à Galiani est une transposition libre des Dialogues sur le commerce des bleds, (...)

32On a dit de lui qu’il avait de l’esprit ; on ne lui fait pas de grâce : je l’ai trouvé plein de génie. Il n’est connu ici que par son dialogue sur le commerce des grains : il était très paresseux. Il a publié un autre ouvrage en italien sur les monnaies ; mais il était trop jeune quand il le composa. Il y a un mot de lui qui m’a toujours beaucoup frappé depuis notre Révolution. Il l’avait en quelque manière prédite à notre gouvernement, en 1765, lorsqu’il écrivait le dialogue dont je viens de parler, contre la loi de 1764, qui permettait la liberté indéfinie du commerce des grains. « Je vous félicite, lui disait-il, de votre résolution, de rendre la liberté aux Français. Dire à quelqu’un : “ je ne vous nourrirai plus ”, ou lui dire : “ vous n’êtes plus à moi ‘” c’est la même chose5. »

  • 6 Cette citation de Galiani (op. cit., p. 41) est très approximative. Seule la première proposition a (...)

33Je reviens à mon sujet. « Il n’y a, dit l’abbé Galiani, ni bonne, ni mauvaise année en manufactures : c’est la différence fondamentale entre les productions du sol et celles de l’industrie. La constance qui doit en résulter dans le prix des objets manufacturés, serait donc nécessairement troublée par les grandes variations dans le prix des subsistances premières6. »

34J’abandonne cette pensée à votre méditation. J’ajouterai que, dans la balance entre l’offre et la demande des objets de besoins, on doit chercher à établir un équilibre tel qu’il tende à se rétablir de lui-même, si quelque chose vient à le troubler.

35Il doit cependant y avoir cette différence entre les objets des besoins réels et ceux des besoins factices, qu’il vaut mieux, par rapport aux premiers, que l’offre soit plus forte que la demande ; et que, par rapport aux derniers, c’est le contraire.

36Cet équilibre, qui tend à se rétablir de lui-même, est celui que les géomètres ont nommé permanent ; c’est celui d’une balance ordinaire, dont le centre de gravité est au-dessous du point de suspension, tandis que dans une balance folle il est au-dessus.

37Le but du législateur est d’établir, dans toutes les parties de son ouvrage, un équilibre permanent ; mais il peut quelquefois permettre à la balance de pencher plus d’un côté que de l’autre.

38Jamais, dans un pays libre, les cultivateurs ne seront à plaindre ; mais les hommes industrieux peuvent l’être momentanément.

39En général, le cultivateur est porté à la frugalité ; il ne dépense point à mesure qu’il s’enrichit ; il thésaurise. L’artisan, au contraire, qui vit communément dans des lieux plus peuplés, est sujet à consommer tout ce qu’il gagne : mieux il se nourrit, plus il travaille, plus il peuple, plus il est soigné, plus sa vie moyenne devient longue ; mais il est exposé à un plus grand nombre d’accidents.

40C’est donc de lui que le gouvernement doit s’inquiéter davantage.

41Ce sont les accumulations successives qui créent, dans une nation, les capitaux nécessaires aux entreprises de tout genre. Il faut bien distinguer les accumulations des thésaurisations. Dans les pays vraiment riches, on accumule, on ne thésaurise point.

42L’excédent du revenu sur la dépense forme l’accumulation annuelle. Une partie de cette accumulation peut tourner en augmentation de l’aisance ; une autre partie peut être nommée épargne. La première est censée destinée à augmenter la dépense des années suivantes, ou devoir être employée en objets consommables en peu d’années, comme mobilier. C’est sur cette portion que l’impôt peut porter. Lorsque je parlerai des contributions, j’aurai beaucoup d’occasions de développer cette pensée. La seconde portion serait censée destinée à être ajoutée au capital produisant intérêt. Toutes les manières de placer, sous le sceau de l’autorité publique, sont propres à lui conserver ce caractère d’épargne. C’est la facilité d’en tirer l’intérêt, sans perdre la faculté d’en disposer dans l’occasion, qui détermine à la mettre promptement en circulation.

  • 7 Vandermonde fait allusion aux travaux d’Emmanuel-Etienne Duvillard de Durand. Ce mathématicien a ex (...)

43Il est de la plus haute importance, que les hommes qui n’ont que de petites épargnes puissent les accumuler afin de trouver des ressources dans l’âge avancé ; afin d’en procurer à leurs femmes, s’ils meurent avant elles, à leurs enfants : cela est d’une utilité immense. Il est incroyable qu’il n’y ait encore rien de fait en France à cet égard. La Convention l’a senti ; il y a des calculateurs à la trésorerie, qui sont actuellement occupés de ce travail. Le chef est un homme intelligent, et très versé dans cette partie de l’arithmétique politique7.

  • 8 Op. cit., t. II, p. 216.

44Stewart8 observe, livre 2, chapitre XXVI, que la proposition de Montesquieu, qu’il n’y aurait pas de luxe, si les fortunes étaient égales, n’est pas rigoureuse, il s’en faut de beaucoup : elle suppose qu’il n’y a que des pauvres qui travaillent pour les riches, tandis qu’on voit tous les jours des riches acquérir de nouvelles richesses par leurs profits sur les dépenses volontaires des pauvres. L’égalité de fortune empêchera-t-elle que la frugalité n’amasse, et que la prodigalité ne dissipe ? Tuera-t-elle toute espèce d’activité ? La proposition de Montesquieu ne mériterait pas d’être relevée, si elle ne servait pas de texte aux défenseurs des inégalités les plus choquantes et les plus injustes.

45Ce sont les erreurs qui sont la principale cause des malheurs de l’humanité. Nos riches émigrés se sont dit : c’est nous qui nourrissons les pauvres, nous les attraperons bien ; allons dépenser notre revenu ailleurs, et ils mourront de faim. J’en ai connu qui ne sont sortis de France que sur ce beau raisonnement ; ils n’écoutaient pas ceux qui cherchaient à leur en prouver la fausseté. On a continué de cultiver, les travaux n’ont pas cessé, les ressources du peuple n’ont fait que s’accroître, et les malheureux émigrés se sont plongés dans la plus grande infortune, par l’envie de faire du mal aux autres ; ils l’ont méritée.

46En général, c’est l’erreur qui est le principe des malheurs du genre humain. Montesquieu avait tort, quoiqu’il ne fût ici que l’écho d’une opinion très répandue ; les hommes d’une grande fortune n’ont pas l’importance qu’il leur suppose ; leur faste n’est pas le véritable aliment de l’industrie.

47Ceci nous conduit à remarquer l’une des nombreuses utilités des grandes villes ; c’est que tous les genres de service y sont faits par des gens plus aisés, et avec de plus grands moyens ; et que, par conséquent, ils y sont mieux faits. Les choses difficiles, dans les arts, dans toutes les parties du service public, ne peuvent se faire que dans les grandes cités ; il y en a même qui ne peuvent se faire que dans les villes immenses, et par leur population, et par leurs richesses. Les hautes sciences, les beaux arts en offrent mille preuves.

48Cette remarque est d’une grande importance, dans un temps où il règne tant de fausses idées sur cet article.

49Il se présenterait ici une question qui peut paraître oiseuse, et sur laquelle je me permettrai pourtant de dire un mot.

50Jusqu’à quel point l’aisance peut-elle se multiplier ? Pourrait-il exister un état de choses, où tous les hommes laborieux seraient riches, et où ils ne travailleraient que pour le devenir davantage ? Je n’en vois pas du tout l’impossibilité.

51N’y a-t-il pas, me dira-t-on, dans la société, une multitude d’emplois nécessaires, dont il est impossible d’imaginer que des hommes riches veuillent jamais se charger ? Je répondrai que, si ces emplois pouvaient doubler ou tripler leur fortune en peu de temps, il s’en trouverait de tout disposés à les accepter.

52Mais, dira-t-on encore, le progrès de la richesse d’un peuple, peut-il jamais être assez grand, pour qu’une pareille supposition se réalise ? S’en est-il jamais vu aucun exemple ?

  • 9 Op. cit., livre V, chapitre 2, « Taxes upon consumable commodities », alinéa 78.

53Si cela ne s’est jamais vu, c’est que la paix et la liberté n’ont jamais longtemps habité ensemble, sur aucun lieu de la terre. Il faut, pour les y fixer, que la raison y consolide entièrement son empire. Il est difficile d’imaginer à quel point se porteraient les accumulations d’un peuple industrieux, si des guerres périodiques ne les consommaient pas, ou n’en arrêtaient pas le cours. On en peut juger par les richesses mobiliaires de la France, où leur accroissement ayant commencé plutôt que dans aucun autre pays de l’Europe, leur masse est si grande, malgré les guerres continuelles qu’elle a soutenues, qu’il ne se voit rien de pareil chez les autres peuples. Adam Smith9 lui-même en a fait la remarque, en comparant, à cet égard, la France et l’Angleterre ; mais l’injuste prépondérance de nos privilégiés avait disséminé ces accumulations de richesses d’une manière très inégale : c’est une seconde raison qui fait que la France ne peut rien nous offrir de propre à confirmer l’étrange résultat que je viens d’énoncer ; je me contenterai donc de dire que je n’y vois rien qui répugne au bons sens.

Notes

1 Isaac de Pinto (Amsterdam 1715—La Haye 1787). Il était le descendant d’une famille juive portugaise et il vécut quelques temps à Bordeaux. Puis, il s’installa en Hollande où il acquit une grande fortune et devint très célèbre. Il fut un conseiller écouté du Stathouder William IV (1747-1751). Esprit tolérant, sa générosité contribua à sa popularité. Il défendit ses coreligionnaires contre Voltaire.
Il écrivit deux ouvrages d’économie, intéressants quoique curieux : Essai sur le luxe considéré relativement à la population et à l’économie (1762) dans lequel il condamne le luxe, entendant par là les dépenses supérieures aux revenus, et le Traité de la circulation et du crédit (1773 in-12° et 1781 in-8°) qui décrit le fonctionnement des bourses de valeurs. Dans ce Traité, Pinto plaidait pour les dettes publiques dans lesquelles il voyait une cause de la prospérité nationale.

2 Vandermonde s’inspire ici de l’abbé Galiani dont il citera le nom une page plus loin. Ce dernier avait écrit : « Vous savez qu’il y a plusieurs personnes à Paris qui font broder, qui font même faire leurs habits à la Chine. Un tailleur de Canton a donc des pratiques dans la rue Vivienne [...] » (Dialogues sur le commerce des bleds, Londres, 1770, p. 157)

3 Op. cit., interprétation libre du livre I, chapitre 7, alinéas 9 et 10.

4 Abbé Ferdinando Galiani (1728—1787) né à Chieti (Italie) en 1728, secrétaire de l’ambassade de Naples à Paris de 1759 à 1769, fonctionnaire dans différentes administrations économiques de 1769 à sa mort. Ses idées économiques étaient assez éclectiques et il rejeta assez largement les thèses physiocratiques. Il présenta une théorie de la valeur qui accordait une large place à des éléments subjectifs, mais affirmait aussi que « le travail donne la valeur aux choses ». Dans son analyse de l’intérêt, il ne porta pas son attention sur la moralité de l’intérêt, mais il s’efforça de déterminer les raisons pour lesquelles il était payé. Il y vit une contrepartie du risque pris par le prêteur qui se dessaisit de ses liquidités. Il publia notamment : Della Moneta (1750), Dialogues sur le commerce des bleds (1770).

5 Ce passage attribué à Galiani est une transposition libre des Dialogues sur le commerce des bleds, p. 245 à 257. On peut y lire : les Français « sont majeurs à présent, les voilà émancipés, ils doivent penser eux-mêmes à leur nourriture » (p. 247).

6 Cette citation de Galiani (op. cit., p. 41) est très approximative. Seule la première proposition appartient à l’auteur : « Il n’y a ni bonne ni mauvaise année en manufactures. » Le reste du paragraphe est une interprétation de Vandermonde.

7 Vandermonde fait allusion aux travaux d’Emmanuel-Etienne Duvillard de Durand. Ce mathématicien a exercé des fonctions au Contrôle général des finances puis au Trésor public pendant la Révolution. Il a publié un célèbre ouvrage de démographie statistique, Analyse et tableaux de l’infuence de la petite vérole et de celle qu’un préservatif tel que la vaccine peut avoir sur la population et la longévité, Paris, 1806. Comme tous les calculateurs du xviiie siècle (par exemple Deparcieux), Duvillard s’est intéressé aux tables de mortalité en travaillant sur les rentes viagères. Il avait présenté en septembre 1786 à l’Académie des sciences des Recherches sur les rentes, les emprunts et les remboursements [...] qui furent publiées à Paris et Genève en 1787. C’est au cours de ce travail qu’il a eu connaissance du livre de A. J. de La Rocque, Établissement d’une caisse générale des épargnes du peuple […], Bruxelles, 1786. Peu après, la même question fut évoquée par A. L. Lavoisier en 1788 à l’Assemblée provinciale de l’Orléanais (cf. « Projet d’établissement d’une caisse de bienfaisance dont l’objet serait d’assurer aux vieillards et aux veuves des secours contre l’indigence », in Œuvres de Lavoisier publiées par les soins du ministre de l’Instruction publique. Paris, t. VI, 1893, p. 241-250). Condorcet a écrit en 1790 un texte analogue (cf. « Sur les caisses d’accumulation », in Œuvres de Condorcet publiées par A. Condorcet O’ Connor et M. F. Arago, Paris, 1847-1849, t. 11, p. 387-403). À la demande de l’Assemblée nationale, l’Académie des sciences examina en décembre 1790 un nouvel opuscule de Duvillard sur le sujet : Plan d’une association de prévoyance (Paris, s.d., in-4°, 28 p. et tableaux). Condorcet, Laplace et Vandermonde, précisément, prononcèrent un jugement favorable sur cette brochure.

8 Op. cit., t. II, p. 216.

9 Op. cit., livre V, chapitre 2, « Taxes upon consumable commodities », alinéa 78.

© Éditions Rue d’Ulm, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540