Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'École normale de l'An III. Vol. 2, Leçons d'histoire, de géographie, d'économie politique

 | 
Daniel Nordman

Leçons d’économie politique de Vandermonde

Cinquième leçon

3 germinal/23 mars

Texte intégral

1Dans la séance du 23 ventôse, j’ai distingué six degrés de fortune. Dans un État libre, la pauvreté, l’indigence, ce degré de misère où l’on manque de moyens de se procurer du pain et d’en donner à ses enfants, ne doivent point exister. Comme je ne trouvais pas d’expression reçue pour indiquer la position de ceux qui, pouvant se nourrir, ne peuvent cependant pas se vêtir convenablement, j’ai adopté le mot de dénuement, et je l’ai employé pour désigner le premier degré.

2Les six degrés ont été classés dans l’ordre suivant :

Le dénuement.
Le nécessaire.
L’aisance.
L’abondance.
Le luxe.
Le faste.

3Ces classifications ne sont ici que des méthodes artificielles de fixer les idées. C’est ainsi qu’on distingue en physique sept couleurs primitives, quoiqu’il y en ait une infinité ; on en distingue sept, parce qu’elles sont remarquables. Il y a de même une infinité de degrés de fortune, mais on peut les distinguer en six classes.

  • 1 Op. cit., t. I, p. 61 : « Je ne fais pas consister le luxe à satisfaire des désirs sensuels, ni à a (...)

4On trouve une extrême confusion dans les idées de ceux qui ont écrit sur le luxe, particulièrement en France ; elle vient de ce qu’ils n’ont pas admis de pareilles distinctions. Les uns blâment ce que les autres louent, parce qu’ils ne s’entendent pas sur la définition du luxe. Celle que Stewart1 a donnée, me paraît exacte et lumineuse : c’est dit-il, un goût recherché dans les habitudes de la vie, qui suppose dans ses objets un travail ingénieux. Pinto ajoute, avec raison, que le luxe d’ostentation est l’ennemi de celui de commodité et d’agrément, qui est le luxe utile.

5Je dis maintenant que, dans l’état actuel de la civilisation, il faut que l’opinion attache une espèce de honte au dénuement, et qu’elle devienne un genre de fléau contre le faste.

6Le nécessaire, l’aisance, l’abondance, le luxe, doivent être respectés.

7Je ne crois pas que la loi doive réprimer le faste en aucune manière ; c’est assez que l’opinion le réprouve : et sans doute si le principe de l’égalité est maintenu en France, l’opinion publique suffira pour en dégoûter tous les gens de bon sens.

8Quant à l’espèce de honte à attacher au dénuement, elle doit être très mesurée. Les hommes libres ont un sentiment de justice qui ne permet pas d’en craindre les abus.

9Cette honte a deux objets ; l’un, d’exciter au travail ceux qui ne tombent dans le dénuement que par paresse et par inconduite ; l’autre, de prévenir l’excès de parcimonie de ceux qui cacheraient sous un extérieur pauvre une fortune suffisante pour procurer des ressources à leurs concitoyens industrieux.

10Mais il faut exciter au travail sans jeter dans le découragement ; et c’est ici qu’il importe d’observer que le degré d’industrie qui donne le nécessaire à ceux qui n’ont que peu ou point d’enfants, pourrait laisser dans le dénuement ceux qui en ont beaucoup.

11On voit donc la principale raison qui nous porte à demander :

  1. Que les salaires soient chers ;
  2. Que le gouvernement s’occupe à créer des ressources faciles pour les femmes et pour les enfants.

12Le meilleur moyen pour cela, est de multiplier les travaux qui se font en manœuvrerie. Tous ceux qui connaissent de grandes manufactures, en quelque genre que ce soit, savent bien que dans leur voisinage, il ne manque jamais de ressources pour les femmes et pour les enfants.

13Il est temps de passer enfin à la définition des besoins factices dont j’ai déjà tant parlé.

14Le goût des superfluités est naturel aux hommes, parce que l’homme est doué de perfectibilité.

15Les superfluités auxquelles on est accoutumé constituent les besoins factices.

16Il y en a autant de classes que de degrés de fortune. Pour le prouver, il suffit de rappeler ce mot si touchant du pauvre assisté par sa paroisse à qui la dame de charité reprochait d’avoir un chien. « Qui est-ce donc qui m’aimera, répondit le pauvre ». Déclamez, si vous l’osez, contre ce besoin factice.

17Le goût des superfluités est entretenu par les moyens des uns, pour être ou pour paraître plus heureux que les autres ; et par les efforts de ceux-ci, pour jouir, ou paraître jouir, d’un bonheur égal.

18Dans mon opinion, ce n’est point après la supériorité que les hommes courent ; c’est après l’égalité. Tel ambitieux n’a paru rechercher la supériorité en tout que parce qu’il avait une horreur profonde pour toute espèce d’infériorité. « J’aimerais mieux être le premier ici que le second à Rome », disait César. On a tort de conclure de ce propos, que César n’eût pas voulu être l’égal de tous rieurs en mérite aux autres, uniquement parce qu’ils ne sont pas intimement certains d’être leurs égaux ? C’est ce qui explique la tournure simple et modeste de tous les hommes d’un mérite supérieur ; ils n’éprouvent pas le tourment de cette incertitude. Ceux qui cherchent à humilier les autres par leur faste, ne le font que pour se venger de quelqu’autre genre d’humiliation : mais nous tenterions en vain de guérir les hommes de leurs faiblesses, contentons-nous d’en profiter pour le bonheur commun.

19Notre classification des degrés de fortune va me servir à exposer une idée que je crois importante ; elle était consignée dans une de mes notes ; qui est un peu longue, et que je crois devoir vous lire.

  • 2 Op. cit., t. I, p. 435-458.

20Vous y trouverez les gouvernements distingués en trois genres, sous le nom d’arbitraires, de modérés et de libres. C’est encore une classification artificielle. Elle a été adoptée par Stewart2 et par d’autres auteurs ; c’est celle que je préfère, parce qu’il y a bien des abus de mots dans ce qui a été dit sur les formes de gouvernement : voici ma note.

21« Dans les gouvernements arbitraires, tous les hommes dont le degré de fortune s’élève jusqu’au faste, jouissent d’une espèce d’égalité politique entre eux. Ceux qui ne peuvent avoir que du luxe, sont dans une position supportable, mais tout le reste est plus ou moins vexé.

22« Dans les gouvernements modérés, l’égalité peut descendre jusqu’à ceux qui sont dans l’abondance. Ceux qui n’ont que de l’aisance, sont dans une position moyenne, et il n’y a point de liberté politique pour ceux qui n’ont que le nécessaire.

23« Dans un gouvernement libre, l’égalité descend encore ; tous ceux qui ont le nécessaire y peuvent prétendre. La position de ceux qui sont dans le dénuement, est tolérable ; mais leur infériorité est marquée. Leurs moyens physiques et intellectuels sont trop bornés pour suffire à la défense de leurs droits naturels. Ils ont sans doute, comme tous les autres citoyens, leur part indivise dans la souveraineté nationale ; ils concourent comme tous les autres, à la formation de la volonté générale, qu’il ne faut pas confondre avec celle de la majorité, et qui ne doit être qu’une moyenne, une résultante de toutes les volontés particulières ; mais les volontés incohérentes de cette classe, ont peu d’influence sur cette résultante.

24« Le goût général pour les besoins factices, et l’ardeur pour le travail, qui en est la conséquence, tendent à augmenter le nombre et les moyens de ceux qui ont le nécessaire et, par conséquent, à rendre moins nombreuse et moins forte la classe immédiatement inférieure de ceux qui se trouvent dans le dénuement.

  • 3 Les liens problématiques de l’égalité sociale et de la liberté politique forment un objet de débat (...)

25« Telle est l’étendue la plus grande dont la liberté soit susceptible dans l’état actuel de la civilisation. Elle tient à celle des besoins factices, dont l’utilité est d’établir solidement la liberté par le secours de la richesse nationale3.

26« C’est donc après le nécessaire, et avant le dénuement, que nous pouvons tracer la ligne de démarcation. C’est la verticale, si j’ose m’exprimer ainsi, où doit s’arrêter enfin ce pendule de l’état social, qui tantôt est retenu de force dans une situation inclinée, et qui oscille quelquefois sans pouvoir se fixer.

27« Tous les malheurs du genre humain naissent de la confusion des idées sur la position de cette verticale.

28« Chaque classe veut toujours que la ligne de démarcation soit tirée après elle immédiatement, et sans aller plus loin. Dans cette lutte, la première des classes inférieures appelle quelquefois à son aide celles qui la suivent ; mais comme elle ne veut pas s’en associer constamment aucune, comme la force des choses repousse la dernière de toutes, la fausse crainte des uns, la folle espérance des autres, empêchent de reconnaître et de tracer la véritable ligne de repos.

29« Mais notre Déclaration des droits n’aurait-elle pas dû dessiller tous les yeux ? Peut-on croire qu’on aura proclamé en vain que la loi est l’expression de la volonté générale ? Laissons, enfin, laissons, il en est temps, parvenir l’égalité jusqu’à sa limite réelle. »

  • 4 Bord extérieur et généralement gradué d’un cercle ou de tout autre instrument de mathématique ; bor (...)

30Permettez-moi maintenant, citoyens, de vous peindre de bouche l’image que je me forme des positions de ce pendule, dont j’ai introduit ici l’idée. Je me figure un limbe4, destiné à indiquer ses positions, et l’étendue de ses oscillations. Sur ce limbe serait inscrit à gauche le mot dénuement, et à droite successivement et en remontant, ceux de nécessaire, aisance, abondance, luxe et faste. Ces classes en remontant, étant de moins en moins nombreuses, je suppose le limbe gradué en conséquence. Pour être exact, il faudrait autant de graduations que de natures de gouvernement. Dans celui qui est mûr pour la liberté, le dénuement ainsi que le faste occupent très peu d’espace ; le nécessaire en occupe beaucoup ; l’aisance en occupe moins, mais elle en occupe beaucoup encore, et ainsi de suite.

31Les révolutions ordinaires relâchent le lien qui retient le pendule dans une situation inclinée ; la Révolution française l’a tranché. Le pendule parviendra à la ligne verticale : voilà le sens de ma note.

32Examinons maintenant les grands arguments des classes qui ont plus que le nécessaire, et qui cherchent à priver de leurs droits politiques, ceux dont les ressources ne suffisent qu’à le leur procurer. Le premier argument, c’est qu’ils n’ont qu’une existence précaire.

33Sur cet article, j’observe que l’homme qui sait un métier ne peut plus être dans la dépendance. Il n’a, disent-ils, son pain qu’au bout de ses doigts : ils se trompent, il le porte dans sa tête.

  • 5 En 1777, le concours de l’Académie des sciences, arts et belles-lettres de Châlons-sur-Marne sur l’ (...)

34Je me suis fait souvent un plaisir de montrer un joli modèle de moulin à pédales, imaginé et exécuté par un ancien soldat d’artillerie qui avait perdu les deux mains par un coup de feu, et qui était retiré aux invalides ; il se nommait Dautelle. Je lui ai vu faire ce modèle ; et ses méthodes pour travailler, que je ne puis pas décrire ici, étaient très simples. Je connais des ouvriers qui parviendraient à faire un pareil modèle avec leurs pieds, avec leurs genoux. Un ouvrage d’art dépend moins du genre des muscles que du genre de cervelle de l’ouvrier5.

35Quand l’homme qui sait un métier ne peut plus travailler, il peut diriger le travail des autres ; et s’il devient trop vieux, ses enfants, ses parents prennent soin de lui. Que de gens vivent de leur bien, et ne pourraient pas s’en promettre autant !

36Un second argument, c’est : ils sont trop ignorants. Ils le sont peut-être moins qu’on ne le pense ; mais plus ils le seront, plus nous en souffrirons.

37C’est à l’organisation des écoles, qu’il appartient de remédier à ce mal. Il faut en ce moment les rendre attrayantes pour tous les âges.

38À l’École normale, où l’on n’admet que des hommes éclairés, choisis par des autorités constituées, on doit enseigner même les vérités que la prudence peut interdire dans les lieux publics. Ne saurez-vous pas tous en tempérer l’éclat ? Dans la propagation de la vérité, il ne peut plus y avoir que la précipitation de dangereuse.

39Osons donc le dire ; il faut éclairer complètement la partie du peuple qui a la force effective, car il n’est plus temps de songer à la dompter en la trompant. Des quatre moyens généraux de gouverner les hommes, l’empire de la force, le poids de l’autorité, l’influence de la séduction, l’ascendant de la confiance, il ne nous reste plus que le dernier.

40J’ai encore un mot à dire, avant de terminer cette séance, relativement à l’un des principaux avantages de la liberté et de l’égalité pour l’encouragement de l’industrie ; c’est que partout où elles sont établies, chacun peut se livrer à la dépense que sa fortune lui permet. Il n’y a plus pour tous les hommes qu’une sphère commune. Dans l’Ancien Régime, il y avait des distinctions, des prérogatives tacitement convenues. Une femme qui avait épousé un marchand n’osait pas prendre le ton de dépense de la femme d’un noble, d’un militaire, d’un magistrat ; elle était forcée de se renfermer dans sa sphère. C’était pour toutes les classes inférieures à la première, un principe d’inactivité. Arrivé à un certain degré de fortune, on ne songeait qu’à changer d’état, pour entrer dans une autre sphère. Maintenant, il n’y aura plus qu’une sphère commune, et les ressources de la classe industrieuse deviendront inépuisables.

Notes

1 Op. cit., t. I, p. 61 : « Je ne fais pas consister le luxe à satisfaire des désirs sensuels, ni à abuser des richesses, mais dans une certaine élégance dans la manière de vivre, et dont les objets supposent un travail ingénieux. »

2 Op. cit., t. I, p. 435-458.

3 Les liens problématiques de l’égalité sociale et de la liberté politique forment un objet de débat qui gagne en vigueur à la veille de la Révolution. Mais en 1795, la thèse de L.-S. Mercier, par exemple, ne peut plus être énoncée sous une forme aussi radicale : « L’inégalité est une chose si essentielle au bonheur de la société que si elle n’existait pas, il faudrait la créer politiquement ; mais non, elle est née avec la liberté, puisqu’elle est l’inévitable résultat du bien et du mal, du vice et de la vertu, de la paresse et du travail et il serait impossible que jamais une grande société existât sans cette précieuse inégalité » (Notions claires sur les gouvernements, Amsterdam, 1787, 2 vol., t. 2, p. 283). Il est suggestif de voir comment le même thème se trouve amendé chez Vandermonde.

4 Bord extérieur et généralement gradué d’un cercle ou de tout autre instrument de mathématique ; bord d’un astre en astronomie.

5 En 1777, le concours de l’Académie des sciences, arts et belles-lettres de Châlons-sur-Marne sur l’extinction de la mendicité avait suscité de nombreuses propositions analogues à celle-ci. L’ouvrage de l’abbé Malvaux qui fit la synthèse des réponses (Les moyens de détruire la mendicité en France en rendant les mendiants utiles à l’État sans les rendre malheureux, Châlons, nouv. éd., 1780) y consacra le chapitre III de sa deuxième partie (p. 387 sqq.). Condorcet, le confrère de Vandermonde à l’Académie des sciences, écrivait à ce sujet au secrétaire perpétuel de Châlons : « Il y a dans cette question une partie mécanique qui mériterait d’être traitée à part et où l’on exposerait les moyens d’adapter à différents métiers des machines telles qu’un aveugle, un manchot, un homme sans mains, un homme privé de jambes, etc. pût, presque sans aucun apprentissage, gagner sa subsistance, du moins en partie. On pourrait aussi en inventer pour faire travailler les paresseux qui sont une espèce d’estropiés. » À cette époque, les maisons de force des Provinces-Unies avaient la fâcheuse réputation d’utiliser des machines qui obligeaient les enfermés à la besogne. Les auteurs qui ont concouru pour le prix de Châlons-sur-Marne voudraient éviter la contrainte, mais ils sont séduits par le plaidoyer utilitariste.

© Éditions Rue d’Ulm, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540