Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'École normale de l'An III. Vol. 2, Leçons d'histoire, de géographie, d'économie politique

 | 
Daniel Nordman

Leçons d’économie politique de Vandermonde

Deuxième débat

28 ventôse/18 mars

Texte intégral

1Voici une lettre que j’ai reçue, il y a quelques jours du citoyen Dubois, district de La Souterraine. L’assemblée trouve-telle bon que ce citoyen prenne la parole, quoiqu’il ne soit pas inscrit ? Le citoyen Dubois (lit sa lettre) :

2« Citoyen Professeur, j’ai quelques réflexions à vous soumettre sur ce que vous avez dit des besoins factices ; mais avant, permettez que je vous dise un mot sur la réponse que vous fîtes à votre dernière conférence à un de mes collègues. Citoyen, aucuns motifs particuliers ne me conduisent ; l’envie de m’instruire, l’amour de la vérité sont mes seuls agents.

3« Vous dites, que non seulement le pain noir n’était pas délicat, mais qu’il ne nourrissait pas ; qu’il fallait pour vivre, du pain blanc, de la viande et du vin. Je n’ignore pas que la bonne nourriture peut contribuer à donner de la force et rétablir la santé ; ce que l’expérience démontre tous les jours aux habitants des campagnes pauvres, c’est que ceux qui ont le plus grand besoin de force physique, qui en font le plus grand usage, sont ceux qui, en général, vivent le plus mal.

4« Vous dites les cultivateurs de la Hollande et de la Grande-Bretagne. Eh bien ! N’habitent-ils pas par rapport à la majeure partie des cultivateurs français, une vallée de Tempe ? Les nôtres, loin d’avoir du superflu, manquent souvent du nécessaire ; ils travaillent cependant très longtemps aux ardeurs du soleil, dorment peu, mangent du gros pain, boivent de l’eau ou du lait, duquel on a toujours ôté la partie butireuse, et quelquefois la caseuse, sont très robustes et vivent longtemps ; j’ajoute que c’est dans les campagnes, où tout est plus près de la nature, que la population augmente, tandis qu’elle diminue dans les cités où les femmes ont des boudoirs et des sofas.

5« Je reviens à mon objet. Vous dites dans une de vos précédentes leçons, que les besoins factices sont propres à faire défendre la liberté. J’ignore si le goût de la parure et une vie passée dans les plaisirs, sont propres à faire des héros ; mais je vois dans la deuxième Catilinaire, que Cicéron, cet homme si vigilant, dit que Catilina a attaché à son parti « ces jeunes gens si proprement mis, qui ont une chevelure arrangée, vêtus de robes flottantes, etc. » Il fait des vœux pour qu’ils soient chassés de Rome ; et après avoir dit qu’ils sont incapables de supporter les fatigues de la guerre, il les place au dernier rang des amis du tyran. L’histoire nous apprend que Sparte et Athènes furent longtemps amies, puis rivales : et enfin la ville où les besoins factices étaient portés au plus haut degré, où les moyens de se les procurer étaient la plus douce occupation de ses habitants, finit par voir submerger et détruire ses murs, par celle dont trois cents citoyens avaient arrêté au passage des Thermopyles l’armée innombrable de Xerxès.

6« Les besoins de la patrie ont ôté beaucoup de forces aux cultivateurs ; eh bien ! Ils ont rendu leur travail plus opiniâtre, les vieillards ont repris la charrue, l’amour sensé de la liberté les a animés : ils supportent les travaux multipliés et l’absence de leurs fils ; cependant ils ont très peu de besoins factices.

7« Je ne veux pas conclure delà, que les républicains ne doivent s’occuper que de la fabrique des armes, et à l’exemple des Lacédémoniens, ne demander que du fer et du pain ; au contraire, je crois qu’il faut multiplier les manufactures, encourager les manufacturiers, acheter chez l’étranger les matières premières qui nous manquent, et leur vendre beaucoup de ces objets dont ils ne peuvent se passer. C’est ainsi que nous augmenterions nos forces ; en remplissant nos coffres avec leur or, nous les obligerions de contraindre leur ambitieuse jalousie, et s’ils nous inquiétaient, nous leur ferions la guerre avec leurs richesses : mais je crois aussi que nous devons être très sobres dans l’usage de ces mêmes objets, crainte que le goût des plaisirs ne devienne dominant.

8« Si vous pensez que ce que je viens de dire soit susceptible de quelques réflexions, je vous prie de nous en faire part.

9« Je suis, avec toute la considération possible, citoyen professeur,

10« Dubois

11« District de La Souterraine.

12« P. S. Ma lettre était écrite et non cachetée, et j’ajoute que je trouve de l’incompatibilité entre deux moyens d’augmenter les richesses, que vous avez énoncés à votre leçon de ce jour ; vous avez dit, sauf erreur de l’ouïe, qu’il fallait que les objets de première nécessité fussent à un très bas prix, et les salaires considérables. Ces objets sont toutes les espèces de grains, de fourrage, de fruits, de légumes, le chanvre, la laine, etc. Le salaire est l’argent que l’on donne en échange du travail de ceux que l’on emploie. Je vous prie de me dire comment vous concevez que le propriétaire d’un petit bien, qu’il ne cultive pas lui-même, peut, après avoir payé des impôts très considérables, augmenter son aisance en payant très cher les personnes qu’il emploie, et vendant ses denrées à un très bas prix. Je ne ferai aucun raisonnement ; mais je pourrais citer plusieurs exemples que je prendrais dans le pays que j’habite, qui prouveraient que si le propriétaire ou le fermier, peut dans ce moment payer très cher les ouvriers, c’est que toute espèce de denrée et marchandise sont à un prix excessif, et que l’un se trouve compensé par l’autre. »

13Vandermonde. Je remarque trois objets dans votre lettre. Il m’avait semblé avoir éclairci suffisamment les deux premiers, et je dois traiter le troisième dans les séances subséquentes.

14Vous me reprochez d’avoir dit que du gros pain noir ne devait pas suffire à des républicains français ; vous objectez que les gens de la campagne n’avaient depuis longtemps que du gros pain noir, qu’ils se portaient bien, et qu’ils peuplaient beaucoup : mais ils peupleraient davantage s’ils avaient du bon pain blanc, de la viande et du vin. Dès que vous convenez qu’une nourriture substantielle fortifie les hommes laborieux, et qu’elle convient à leur santé, nous ne pouvons être que du même avis.

15Votre seconde remarque, dans laquelle vous m’avez cité un passage de Cicéron, est aussi une de ces objections auxquelles je croyais avoir répondu.

16Les anciens Romains, car ce sont là les véritables, étaient pauvres, et avaient fondé leur république sur le courage à supporter cette pauvreté. Mais c’est précisément là ce qui fait que lorsqu’ils sont devenus riches, ils ont cessé d’être libres. Je dis que la République française doit avoir un tout autre fondement pour être perpétuelle.

17Je vous invite, citoyen, à méditer les développements dans lesquels je suis entré à cet égard.

18Quant à votre troisième objection, elle porte sur la contradiction entre ce que j’ai dit, qu’il était bon que les objets de première nécessité fussent à bas prix, et que les salaires fussent chers.

19La contradiction est si apparente que je devais m’attendre qu’elle serait relevée. J’avais promis de développer ailleurs ma pensée ; et en effet, comme je dois, en suivant l’ordre des matières indiqué dans le programme, vous entretenir incessamment de la valeur et du prix des choses, j’aurai occasion alors de revenir sur cet objet.

20Cependant puisque vous provoquez en ce moment cette explication, je ne crois pas devoir m’y refuser.

21Citoyen, tout le monde a retenu le mot du négociant qui répondit à un roi qui lui demandait comment il avait fait une si grande fortune ; « Sire, c’est en achetant cher et en vendant bon marché ». C’est la contradiction apparente qui grave ce mot dans la mémoire. Si le négociant avait répondu : « c’est en multipliant les petits gains, c’est en me faisant rechercher et par les vendeurs et par les acheteurs » ; la vérité de son excellent précepte eût été moins frappante. Cette réflexion peut servir d’excuse à la singularité du rapprochement que je me suis permis et que vous avez remarqué.

22Il y a une valeur intrinsèque des choses ; on les vend à bas prix quand on les vend pour leur valeur intrinsèque. Il y a un minimum du salaire des journaliers ; c’est celui qui ne suffit qu’à leur procurer une nourriture grossière.

  • 1 Op. cit., livre I, chap. 7, alinéa 33 ; chap. 8, alinéa 57, et chap. 11, alinéa 8.

23Je ne puis pas vous développer ici les éléments de la valeur intrinsèque des choses ; ce sera l’objet d’une ou de plusieurs leçons. Adam Smith1 vous offre les principaux dans son Traité de la richesse des nations, et cela peut nous suffire ici.

24Les salaires des journaliers, les profits du cultivateur, la rente du propriétaire, la charge des impôts, l’intérêt des avances, concourent à la valeur intrinsèque des objets de première nécessité. Si les salaires renchérissent, s’ils peuvent procurer au journalier une nourriture plus abondante et plus saine, et le mettre à portée de satisfaire quelques besoins factices ; il ne s’ensuit pas nécessairement que la valeur intrinsèque des objets augmente. Car, 1° il est possible qu’il travaille alors davantage et avec plus de zèle ; 2° les moyens d’accroître la production peuvent se perfectionner ; 3° il peut y avoir une réduction dans la rente du propriétaire, dans la charge des impôts, dans l’intérêt des avances.

25Non seulement ces compensations sont possibles, mais il faut nécessairement qu’elles aient eu lieu dans la suite des siècles, par rapport au prix des grains ; puisque des tables de ces prix, qui remontent très haut, prouvent qu’il y a un équilibre permanent entre 240 livres pesant de froment, et la quantité d’argent fin contenue dans trois de nos écus de six livres. Cet équilibre n’a point été troublé, comme on est porté à le supposer, par l’affluence de l’or et de l’argent du nouveau monde. Les 25 sous qui payaient le septier de Paris, sous François premier, valaient intrinsèquement les dix-huit francs qui le payaient sous Louis XV ; et j’aurai occasion de vous montrer ailleurs que la plupart des maux de la fin du règne de celui-ci, et des temps postérieurs, sont dus principalement aux efforts indiscrets de ceux qui ont cherché à rompre cet équilibre, et qui ont réussi à porter à 24 ou 30 livres, la valeur du septier de bled.

26Quant à la différence de l’ardeur du journalier pour le travail, quand il est bien payé ou quand il l’est mal, elle est énorme. Il y a un dicton populaire que la chose la plus chère est la sueur de Limousin, ou des manœuvres-maçons. Ils ont toujours été assez mal payés en effet, et ils ont l’habitude de ne prendre de la peine qu’en proportion de l’argent qu’on leur donne : on ne peut pas se défendre d’un peu d’impatience quand on les considère dans leurs travaux habituels. Lorsqu’au contraire vous alliez ci-devant de grand matin, à la Rapée, par exemple, et que vous examiniez les hommes occupés à monter dans les chantiers le bois des trains qui descendent la rivière, vous étiez peiné du travail excessif de ces hommes ; mais ils gagnaient quatre ou cinq fois plus que les Limousins. Les marchands de bois avaient un grand intérêt dans l’accélération de leur travail ; car, le train une fois entamé, les bûches prennent le cours de l’eau, si on ne se hâte pas de les retirer. On était dans l’usage de donner à ces hommes de l’eau-de-vie à discrétion en sus de leurs salaires ; ils allaient communément se coucher, après leur journée finie, à neuf ou dix heures du matin. Vous aviez donc occasion de remarquer à Paris, l’excès dans les deux sens opposés.

27Arthur Young raconte, dans son Voyage d’Irlande, qu’avant son départ un de ses amis qui y avait des terres lui donna une lettre pour son receveur, en le conjurant de donner des ordres sur le lieu pour les améliorations dont son bien lui paraîtrait susceptible, et en le prévenant que le receveur était chargé de se conduire en tout sur les instructions qu’il le priait de lui donner.

28Arrivé sur le lieu, la tentation prit à Arthur Young de surveiller les améliorations par lui-même, et il y séjourna, en plusieurs fois, beaucoup plus de temps qu’il n’avait compté. Il est très habitué à tout calculer ; et quand les travaux furent finis, il fut surpris de trouver que pour une même masse d’ouvrage fait, il avait plus dépensé en Irlande qu’il n’eût dépensé chez lui en Angleterre : et cependant il payait chez lui la journée à 18 deniers sterling, tandis qu’il ne les avait payées que six deniers en Irlande. Il fait là-dessus cette réflexion : si j’avais employé des hurons, je ne leur aurais donné que deux deniers par jour, et l’ouvrage m’aurait coûté encore plus cher. Quand l’homme ne peut pas épargner sur son salaire, il épargne sur sa peine.

29C’est donc par économie qu’il faut que les salaires soient chers, et que les objets de première nécessité soient à bon marché. L’ouvrier bien payé, bien nourri, bien vêtu, aura plus de cœur à l’ouvrage ; et le cultivateur n’ayant de ressource pour gagner plus, que de produire plus, ne négligera aucun moyen d’accroître la production.

30Desaux. En rapprochant quelques-unes de vos leçons, il m’est venu des scrupules que je prendrai la liberté de vous présenter. D’abord vous regardez comme un principe démontré, qu’il fallait donner aux besoins factices toute l’étendue possible ; ensuite vous avez dit que ces besoins factices-là n’étaient nullement offensatifs à la liberté : cependant j’ai vu dans une de vos leçons que vous regardez l’invention des cartes comme ayant très bien servi, il paraît que vous posez cette opinion : je regarde l’invention des cartes et l’usage qu’on en fait, comme un besoin très factice. Je voudrais que vous voulussiez bien concilier ces deux assertions.

31Vandermonde. Citoyen, je n’ai embrassé aucune opinion, relativement à l’utilité des jeux de société, des jeux de cartes. J’ai dit qu’on supposait que Louis XI n’avait mis les cartes en vogue, que pour rendre les turbulents moins sensibles à son oppression, et pour se frayer la route du despotisme. J’ai dit que cette invention était remarquable, et qu’elle avait fait époque. En ajoutant qu’elle avait pu contribuer à l’établissement de la paix intérieure, je me suis bien gardé de recommander les cartes à jouer comme utiles à celui de la liberté. Un temps viendra où dans les communes médiocres, on s’occupera moins de médisances et de tracasseries : un temps viendra où il s’y trouvera moins d’hommes inoccupés.

32Alors tombera cette manie qu’on y a vu régner pendant si longtemps, de passer tous les après-midi et quelquefois les journées à jouer aux cartes. On imaginera quelqu’institution républicaine qui offrira aux personnes aisées un délassement et un passe-temps plus moral et moins puéril.

33Desaux. Citoyen, vous avez posé comme un principe que la richesse des nations résulte des richesses des particuliers. Je crois actuellement qu’en faisant l’analyse des moyens d’en acquérir vous avez compté la frugalité et l’économie. La frugalité et l’économie sont bien séparées de l’étendue des besoins factices ; ils ne peuvent donc concourir à la richesse des nations.

34Vandermonde. L’objection est très bonne, et je vous en remercie ; je crois que je puis y répondre.

35Celui qui n’économiserait que pour thésauriser, priverait ses concitoyens d’une partie de leurs ressources ; mais s’il économise pour accumuler, la chose est très différente. Son accumulation crée un capital qui ne peut pas manquer de devenir productif entre ses mains. Lorsqu’il économise pour consommer dans l’occasion, il n’y a dans la circulation qu’un retard, qui n’a pas d’influence sensible, parce que tous ceux qui sont dans ce cas, finissant toujours par consommer, il s’établit un courant, sur la grandeur duquel ces retards partiels n’ont point d’effet remarquable.

36Desaux. Voici une troisième observation : en rapprochant deux professions qui paraissent disparates, celle du cultivateur et celle d’un chanteur, vous paraissez les mettre sur la même ligne. Sans doute je n’aurai pas pour le chanteur plus de mépris que pour le cultivateur ; mais il faut souvent mesurer une profession au danger ou au courage qu’il faut pour l’exercer : par exemple, il n’y aurait certainement point de sort plus estimable que celui de nos braves volontaires qui vont en fonçant à la bayonnette.

37Je ne veux pas parler ici de ces hommes qui rivaliseraient avec Orphée, car vous donnez au chanteur toute la latitude possible ; car il n’est estimable que parce qu’il procurera une heure de plaisir : or il s’ensuit que ces deux hommes sont également estimables.

38Vandermonde. Votre objection est très solide, si j’ai comparé ces professions ; elle n’est pas solide, si j’ai comparé les hommes. Il n’y aurait personne d’assez extravagant, pour comparer la profession d’un cultivateur, à celle d’un chanteur ; mais on peut comparer les hommes qui les exercent. J’ai dit qu’il fallait que nous estimassions les hommes, non pas à raison de leur profession, mais pour eux-mêmes. J’ai dit qu’il ne fallait considérer que les qualités personnelles ; en relevant la prééminence de la profession militaire, vous me fournissez l’occasion de mieux faire sentir l’utilité du précepte. C’est précisément parce que l’homme est naturellement porté à l’admiration pour les qualités qu’exige cette profession, que nous avons été si longtemps dupes et victimes de l’insolence de ceux qui l’exerçaient, sans avoir ces qualités. C’est précisément ce qui fait que dans les villes où l’on voyait tant d’égraifins en uniforme, attendre, comme disait Jean-Jacques, qu’il fût midi et qu’il fût huit heures, tous les bourgeois, tous les artisans humiliés ou vexés, concevaient du dégoût pour leur état.

39Il n’y avait pas un petit sous-lieutenant bien ignorant, bien borné, bien dépravé, qui ne se crût plus important que le chancelier d’Aguesseau ; et il se trouvait parmi toutes les classes de citoyens, des gens assez sots pour applaudir à leurs ridicules. Vous concevez donc combien il importe à des républicains, de n’estimer les hommes que par ce qu’ils valent, sans songer à la profession qu’ils exercent.

Notes

1 Op. cit., livre I, chap. 7, alinéa 33 ; chap. 8, alinéa 57, et chap. 11, alinéa 8.

© Éditions Rue d’Ulm, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540