Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'École normale de l'An III. Vol. 2, Leçons d'histoire, de géographie, d'économie politique

 | 
Daniel Nordman

Leçons d’économie politique de Vandermonde

Deuxième Leçon

8 ventôse/26 février

Texte intégral

1Citoyens, dans la dernière séance, après la lecture du programme, je n’ai développé qu’une seule proposition. En allant ainsi à pas de tortue, le temps prescrit serait insuffisant pour traiter tous les objets du cours. Je dois donc songer à doubler incessamment le pas.

2La proposition que j’avais soumise à votre examen est celle-ci : il faut que les moyens de bonheur soient le plus égaux qu’il est possible, entre tous les hommes ; et, en même temps, le plus dissemblables. Je n’avais parlé qu’incidemment de la distribution la plus avantageuse des différentes fonctions entre les citoyens. Cette observation serait capitale pour notre objet, si nous n’avions pas borné nos recherches à ce qui concerne la production et les communications de la richesse publique. Le décret qui a été rendu hier, sur les écoles centrales, m’y ramène naturellement ; et je ne puis me refuser d’en dire un mot.

3Avec le temps, sans doute, on ira dans tous les points de la République, trier chaque année, les sujets qui auront montré le plus de disposition. Votre mission, citoyens, sera peut-être de les choisir et de les faire passer aux écoles centrales, vous pourrez y former vous-mêmes les sujets les plus distingués. De là, ils pourront arriver à l’École normale ; et c’est ainsi que la République pourra former graduellement les hommes les plus propres à remplir les fonctions délicates et difficiles. On ne peut pas imaginer une mission plus honorable et plus importante. La réalisation de ce projet sera un des grands bienfaits de la Convention nationale. Ce sera le plus puissant de tous les moyens de consolider notre prospérité.

  • 1 Voir entre autres Condillac, Le commerce et le gouvernement considérés relativement l'un à l'autre (...)

4Je passe maintenant à une maxime qui est une espèce de conséquence du principe que nous avions posé. La voici : // faut donner aux besoins factices 1le plus d’étendue qu’il est possible.

5Ce que j’avais dit l’autre jour était plus philosophique. Ici je dois paraître m’écarter encore davantage de la saine morale. Je vous dois là-dessus quelques explications.

6Cette maxime est presque une conséquence du principe que nous avons posé ; qu’il faut que les moyens de bonheur soient dissemblables ; car comment les moyens et les travaux seront-ils très dissemblables dans une grande société, s’il n’y a pas beaucoup de besoins factices ?

  • 2 Cf. « Rapport sur les fabriques et le commerce de Lyon », art. cit., p. 4, et James Steuart, Recher (...)

7Ce sont les besoins factices qui ont changé totalement l’état de la civilisation ; ce sont eux qui ont marqué d’un caractère particulier les sociétés modernes. Celui de nos collègues qui vous donne sur les généralités de l’histoire, des notions si profondes et si lumineuses, vous a fait remarquer qu’il y avait dans l’histoire un événement qui séparait entièrement, par rapport à cet objet, tous les premiers âges de celui où nous vivons ; c’est l’époque de l’imprimerie. Je dois vous faire une remarque analogue. Il y a pareillement une époque qui sépare l’économie politique des anciens, de l’économie politique moderne, c’est l’abolition de l’esclavage2 personnel. On attribue communément l’abolition de l’esclavage, ce grand événement qui a changé la face de l’Europe, à l’établissement de la religion chrétienne. Elle a dû y contribuer ; mais la crise avait été préparée par la propagation des besoins factices. Lorsque les Romains, après avoir conquis le monde, devinrent possesseurs des richesses de tout l’univers, d’abord ces richesses passèrent entre les mains des brigands qui gouvernaient ; on appelait encore République, ce qui n’en était plus une. Peu à peu ces richesses se disséminèrent. Les objets de luxe devinrent communs, et on s’y accoutuma. Mais, citoyens, on peut faire cultiver des esclaves ; on n’en fait pas des hommes industrieux. Tout ce qui exige du talent se fait mal, lorsque c’est la force qui le commande. Des journaliers, des manœuvres cèdent à la force ; mais il faut finir par traiter avec des artistes, avec des manufacturiers, avec des commerçants. L’esclavage personnel tombait de lui-même, et son abolition totale ne fut qu’une conséquence de l’étendue des besoins factices.

8Nous voilà, direz-vous, bien loin de la nature. Il y a eu tant de déclamations à ce sujet, il est si aisé d’en faire ; les talents qui sont multipliés les ont rendues si éloquentes, qu’on est disposé à objecter : « Vous sortez de la nature ; vous ne voulez rien de fait comme la nature l’a fait ». On est disposé à blâmer celui qui dit que, pour bien gouverner un état moderne, il faut y multiplier les besoins factices.

  • 3 Les auteurs du xviiie siècle, qui ont dénié au concept d’état de nature toute valeur d’argument his (...)
  • 4 Vallée de la Grèce, entre l’Olympe et l’Ossa dont Virgile a salué la beauté (Géorgiques, II) ainsi (...)

9Citoyens, nous nous apercevons à peine qu’aujourd’hui il n’y a réellement rien de fait autour de nous, comme le fait la nature ; tout est factice dans nos moyens d’existence3. Voyez les champs cultivés, les animaux apprivoisés, les végétaux transplantés et acclimatés, les mines exploitées, les maisons bâties, les rues, les chaussées, les ponts, les digues, les ports, les vaisseaux, les voitures, les machines, tous les produits de l’art. Enfin, voilà les retranchements dans lesquels nous avons combattu la nature. Tout cela est contre la nature, dans ce sens qu’elle n’a rien fait ainsi. On peut dire cependant que, puisqu’elle a donné à l’homme de l’intelligence, puisqu’elle lui a donné la raison, tout ce qui est un produit de l’intelligence, ce qui est conforme à la raison, est conforme à la nature de l’homme. Je crois la réponse excellente. Nous ne sortons de la nature que comme il a fallu en sortir, et surtout dans nos climats. Car ceux qui ont fait de si beaux romans du bonheur des premiers âges, se sont placés, par exemple, dans la vallée de Tempé4, ou, en général, dans des climats où l’homme n’a pas à se défendre des intempéries des saisons.

10Aurait-on habité la province de Hollande, si on eût laissé faire la nature ? Si on la laissait agir, elle submergerait la Hollande. Voilà ce que j’avais à dire sur ce premier article. Il n’y a rien de contraire à la nature, dans ce qui est conforme à la raison que la nature a donnée à l’homme.

11Les besoins factices sont-ils contraires à la morale ? Seconde question. Si l’on entend par la morale ce que des prêtres donnaient sous ce nom, il faut dire oui ; car leurs prédications faisaient craindre à de jeunes personnes d’être confondues avec des prostituées, quand elles avaient un ruban sur la tête. Cependant nous connaissons tous d’excellentes mères de famille, qui remplissent parfaitement tous leurs devoirs, et qui sont mises avec élégance.

12Qu’est-ce que la morale ? Qu’est-ce que les mœurs ? Il n’y en a qu’une bonne définition. Les mœurs, c’est la conformité des volontés particulières avec la volonté générale ; c’est la conformité à l’intérêt du genre humain, qui fait les bonnes mœurs. Les mœurs publiques, appuyées sur la volonté générale exprimée par la loi, ne doivent jamais être déprimées, quoiqu’elles ne soient pas toujours bonnes, dans le premier sens. Les anciens Romains, par exemple, avaient des mœurs qu’on respecte avec raison, quoique leur république fût fondée sur d’exécrables maximes, très contraires à l’intérêt du genre humain. Appliquons ces idées à notre question.

13Les besoins factices ne peuvent pas être contraires aux mœurs, dans un État où il est nécessaire qu’il y ait des besoins factices, pour que tous les hommes aient des moyens égaux, mais dissemblables de bonheur. Ajoutons qu’ils n’ont rien de contraire à l’intérêt du genre humain.

14Il faut convenir cependant que, si les besoins factices n’offensent pas les mœurs, ils exposent à les offenser. Sans doute le goût pour les besoins factices peut amollir les hommes, les rendre moins propres à défendre leur patrie ; ils peuvent exposer les femmes à négliger les soins domestiques : mais il suit de là seulement qu’une république n’est pas bien ordonnée, lorsqu’après avoir décidé que les besoins factices lui étaient nécessaires, elle n’a pas pris tous les soins convenables pour qu’il n’en résulte pas de suites funestes à l’ordre public.

15Maintenant dirai-je toute ma pensée ? Les besoins factices me paraissent très propres à soutenir le goût de la liberté parmi nous. Cela paraîtra peut être un peu paradoxal ; je me permettrai cependant quelques développements.

16Dans les républiques anciennes, le courage à supporter la pauvreté et le dénuement était un des principes de la liberté. Cette liberté a dû être précaire ; elle s’est montrée précaire pour les effets. Aussitôt qu’il n’y avait plus ni pauvreté, ni dénuement, aussitôt que les richesses s’étaient introduites par les conquêtes, il n’y avait plus de liberté. Rien n’était constitué pour ce nouvel état de choses.

17Cependant l’homme qui jouit habituellement des objets des besoins factices, est celui qui est le plus intéressé à se garantir de l’oppression ; car il aurait trop à perdre, en cherchant à l’éviter par la fuite : il a réellement plus d’intérêt que le pauvre à y résister. Chez les anciens, comme dans notre ancien régime, il avait, pour éviter l’oppression, des moyens d’intrigue, il avait des privilèges ; mais le progrès de la raison a amené la destruction des privilèges, a amené l’égalité. Aujourd’hui, je dis que le commerce, les manufactures, les besoins factices en un mot, seront les plus forts soutiens de l’amour de la liberté ; qu’ils nous rendront sensibles aux moindres atteintes de l’oppression, parce que nous aurons tous le plus grand intérêt à les repousser.

18Ainsi, loin de craindre que les besoins factices n’affaiblissent parmi nous le goût de la liberté, je dis que, si on soutient le principe de l’égalité, comme il y a tout lieu de l’attendre des républicains français, on aura un résultat contraire. La liberté n’était que précaire chez les anciens, parce qu’elle tenait à leur courage à supporter la pauvreté, et qu’aussitôt qu’il n’y avait plus de pauvreté, lorsqu’ils avaient étendu leurs conquêtes sur des pays riches ; alors le fondement de leur courage, de leur liberté se perdait. Dans le système moderne, la liberté subsistera par les besoins factices ; parce que l’égalité une fois établie sans retour, les moindres atteintes de l’oppression n’en deviendront que plus redoutables pour tout le monde.

19Au surplus, lorsqu’il m’arrivera d’insister sur des propositions qui vous paraîtront paradoxes, tolérez-les ; je suis prêt à y renoncer. J’offre tout cela comme une matière à votre méditation, et vous m’éclairerez lorsqu’il vous paraîtra que je m’égare.

20Les besoins factices me paraissent encore conduire à la paix universelle et perpétuelle. Faites réflexion à ce qui s’est passé dans le temps de la féodalité, aux guerres des Barons. Lorsqu’il y avait des guerres de Barons et un servage de vassaux, alors il n’y avait pas de besoins factices. Vous trouvez dans les vieux romanciers, dans des anecdotes bien plus modernes, du temps même du cardinal de Richelieu, que, lorsqu’un grand seigneur invitait ses vassaux à un grand banquet, le pain, le vin et la viande s’y trouvaient en abondance, mais le mobilier était misérable. Tel banquet est célèbre ; on raconte ce qui s’y est passé ; on ne manque pas de citer que le grand seigneur a fourni, à tous les convives, de la paille fraîche en abondance, pour s’asseoir pendant le repas. Dans ces temps il y avait peu de chaises, encore moins de fauteuils, peu de besoins factices ; tandis qu’il y a quelques années, c’était une chose toute simple que de trouver, dans nos grands châteaux, cent lits de maître, et un mobilier immense. Chacun de ceux qui étaient reçus dans le château avait un appartement commode, et fourni de tout ce qui pouvait lui être agréable. Voilà ce que les besoins factices avaient amené.

21Mais qu’en résultait-il ? C’est que les barons, qui avaient beaucoup de subsistances et peu de mobilier, avaient du superflu à employer au soutien de leurs querelles. Ils commandaient à des hommes qu’ils faisaient vivre, et les faisaient marcher à la guerre. Quand il a fallu beaucoup de mobilier, il est resté beaucoup moins de superflu. On ne commande point à ceux qui fournissent ce mobilier, il faut traiter avec eux ; et ce sont eux bien souvent qui sont les maîtres. Cela arrive par exemple toutes les fois que la balance, entre l’offre et la demande de travail, penche en faveur de l’ouvrier.

22Nous avons donc de quoi nous consoler de l’introduction des besoins factices. Ils ont terminé les guerres des barons, et on peut entrevoir le moment où leur étendue, partout augmentée, forcera les princes eux-mêmes à la paix.

23En effet, les moyens d’attaque et de défense exigent aujourd’hui une dépense incalculable. Il vous a été facile de voir, par différents écrits publiés depuis peu, quelle est l’énormité de la dépense nécessaire pour la défense d’une grande nation : elle serait impossible, s’il n’y avait une multitude d’hommes inutiles à l’agriculture et au service indispensable des arts et métiers. Imaginons que tous les Français eussent été cultivateurs, qu’auraient-ils fait contre les tyrans coalisés ? Que pourraient-ils faire ? Nous nous sommes défendus avec tous les moyens de la richesse nationale, qui était immense ; nous les avons tous employés, il n’y a rien eu de trop. Sans doute le courage de notre jeunesse française a été bien utile, mais il a été soutenu par du canon, de la poudre et tous les attirails immenses qui sont nécessaires pour en tirer parti. A combien de privations personnelles, de besoins factices, les dépenses de ce genre ne réduiront-elles pas les tyrans coalisés ? Et n’y trouverez-vous pas une raison de les dégoûter de la guerre pour longtemps ? Donnons donc, sans scrupule, aux besoins factices, le plus d’étendue qu’il est possible. Cela ne veut pas dire qu’il faille en introduire chaque jour de nouveaux ; car si celui qu’on introduit en fait tomber plusieurs autres, on ne remplit pas le but. Il ne faut songer à de nouveaux moyens, que lorsque les anciens sont insuffisants. Passons à un autre objet.

24Le but de l’économie politique est d’opérer et d’assurer le bonheur de la génération présente et des générations futures, en attachant l’intérêt de tous les hommes à y contribuer par leurs services. Dans la partie de l’économie politique que je me suis engagé de traiter, en parlant d’attacher l’intérêt de tous les hommes à contribuer au bonheur commun, je dirai franchement qu’on entend les payer. C’est encore un mot bien sec : payer avec de l’argent ! On me dira : vous croyez donc que tous les hommes sont conduits par leur intérêt ; vous ne croyez donc pas à la vertu ? J’avoue que celui qui croit que tous les hommes sont conduits par le désir de jouir des plaisirs des sens (et malheureusement cette idée n’est que trop répandue) ; j’avoue, dis-je, que celui qui tient à cette maxime, ne peut pas croire à la vertu : il faut donc s’entendre.

25Le mobile de tous les hommes n’est pas l’envie de jouir des plaisirs des sens : je dis que tous les hommes se font un système de bonheur ; que ce qui les conduit, c’est l’intérêt qu’ils attachent au succès de leur système de bonheur. Cette manière de voir est la vraie.

26Il faut avouer que le système de bonheur que la plupart des hommes se font, se réduit à jouir des plaisirs des sens. C’est toujours une maladresse du gouvernement, lorsque cela devient général. Mais les hommes peuvent s’être proposé, pour système de bonheur, le bien de la patrie, le bien de tous. Le patriotisme peut être le système de bonheur d’un citoyen. Je dis que si c’est là véritablement son système de bonheur, il attache au succès de ce système toutes ses affections ; il y sacrifie les plaisirs des sens qu’il pourrait se permettre : nous en voyons des exemples. Ce sont ces exemples qu’il faut multiplier. Ceux qui ont adopté la maxime que nous faisons tout pour les plaisirs des sens, ont en effet tué la vertu. Qu’est-ce que la vertu ? J’ai donné une définition des mœurs ; je vais essayer d’en déduire celle de la vertu.

27J’ai dit que les mœurs consistaient dans la conformité entre les volontés particulières et la volonté générale. Je dis que la vertu n’est que la disposition à tout sacrifier à cette conformité. Le patriotisme est une vertu, parce qu’il porte à faire à la loi et à son pays toutes sortes de sacrifices.

28Mon objet resserré me borne à traiter des intérêts pécuniaires. Mais dans le grand ensemble de l’économie politique, ce sont tous les moyens d’exciter les hommes au bien, qui remplissent le but. Il faut exciter les hommes par l’intérêt du système qu’on doit leur faire embrasser.

29Nous passerons à l’examen de ce qu’on entend par richesses. On peut entendre par ce mot, tout ce qui est propre à satisfaire un désir ou une demande. Cependant cette définition est trop vaste et trop générale. Nous n’aurons à traiter que des richesses commerçables. Les richesses, dans le sens trop général que nous leur avions donné, comprendraient la beauté, les honneurs, tout ce qui est l’objet de nos désirs. On a dit que les honneurs étaient une monnaie que le gouvernement devait employer. Je n’en crois rien en mon particulier. On peut dire que c’est une richesse ; mais ce n’est pas une richesse commerçable.

30L’objet de l’économie politique, c’est, comme nous avons dit, la théorie des richesses, considérées dans leur rapport avec la prospérité publique.

31Maintenant qu’est-ce que la richesse d’une nation ? Les richesses d’une nation se mesurent par la grandeur des impositions qu’elle peut percevoir, sans diminuer ses ressources pour l’avenir. Il faut y ajouter ses accumulations en objets propres au maintien et à l’agrandissement de sa prospérité, et à sa défense. Il faut y ajouter encore le crédit que lui procure l’opinion qu’on a de sa fidélité à remplir ses engagements. Tels sont les trois éléments de ce qu’on entend par richesse nationale.

Notes

1 Voir entre autres Condillac, Le commerce et le gouvernement considérés relativement l'un à l'autre (1776), première partie, chapitre premier, alinéas 16 à 21.

2 Cf. « Rapport sur les fabriques et le commerce de Lyon », art. cit., p. 4, et James Steuart, Recherche des principes de l’économie politique, t. I, p. 65-73.

3 Les auteurs du xviiie siècle, qui ont dénié au concept d’état de nature toute valeur d’argument historique, ont développé des thèmes analogues. Cf. F. J. de Chastellux, De la félicité publique, ou considérations sur le sort des hommes dans les différentes époques de l’histoire, Bouillon, 1776, 2 e éd., 2 vol., t. 1, p. xii : « L’état de société a effacé jusqu’aux moindres traces de ce qu’on appelle l’état de nature ».

4 Vallée de la Grèce, entre l’Olympe et l’Ossa dont Virgile a salué la beauté (Géorgiques, II) ainsi que Horace (Odes, III) ; par extension haute vallée fraîche et ombreuse.

© Éditions Rue d’Ulm, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540