Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'École normale de l'An III. Vol. 2, Leçons d'histoire, de géographie, d'économie politique

 | 
Daniel Nordman

Leçons de géographie de Buache et Mentelle

Onzième leçon

3 floréal/22 avril

Texte intégral

MENTELLE

  • 1 Sur la place de ces différentes rubriques traitées par Mentelle (géographie politique, y compris h (...)

1Je m’étais proposé de vous faire connaître l’empire de Russie, sous ses rapports géographiques et politiques ; et déjà vous avez vu quelle est l’étendue de cet empire immense, quelle en est la population, et quelles espèces différentes de peuples il renferme. Il en reste encore quelques-uns qu’il est intéressant d’offrir à votre attention. Mais comme ces détails offrent toujours quelque chose d’un peu plus amusant, je les réserverai, comme précédemment, pour la seconde moitié de la séance : je vais reprendre mon exposé statistique1, puis je parlerai des principales villes de cet empire.

Finances

2Aucune partie de l’administration de la Russie n’est plus obscure que celle des finances ; c’est un dédale dont personne n’a le fil. La connaissance exacte et précise des revenus de cet empire a toujours été un problème que l’on n’a pu résoudre que par des approximations. L’impératrice elle-même, encore moins aucun de ceux qui ont une part essentielle dans la perception et dans l’administration des impositions, n’ont, à cet égard, des idées nettes, dont la réunion et la combinaison raisonnable puissent porter assez de jour sur cette matière, pour l’éclairer et pour fournir une balance de recette et de dépense, sur laquelle on puisse compter.

3Plusieurs motifs s’opposent à une démonstration fondée. Le gaspillage, la mauvaise foi des préposés, le double emploi, l’usage d’affecter dans les gouvernements une partie des rentes, et de ne mettre que l’excédent dans la caisse impériale ; l’ignorance des employés, l’éloignement pour toute espèce d’ordre et d’arrangement, l’habitude de tromper le souverain, l’irrégularité des recettes, soit pour le temps, soit pour les quantités ; la méthode enfin de se servir de ce que l’on a, sans penser à la somme totale que l’on doit avoir, l’inexactitude des états, et la difficulté de les vérifier, ainsi que de percer les mystères de la régie, qui sauve les apparences, en versant dans la cassette de l’impératrice ce qui doit y entrer annuellement, laissant dans d’autres parties des vides que l’on ne peut remplir que par l’enjambement d’une année sur l’autre ; enfin plusieurs autres causes encore contribuent à répandre sur cet objet essentiel une obscurité que les soins de l’impératrice régnante, secondés de tout ce qu’elle a de pouvoir, n’ont pu entièrement dissiper.

4Les différentes branches du revenu ordinaire de la Russie sont :

  1. l’imposition sur les paysans appartenant à la couronne et aux particuliers ;
  2. la Ferme des eaux-de-vie, qui appartient à la couronne ;
  3. les douanes, les salines, les mines, les droits de lods et ventes, etc. ;
  4. les revenus de la Livonie, de l’Esthonie et de la Finlande ;
  5. le droit de timbre ; les monnaies.

5On suppose que ces différentes branches produisent annuellement 40 millions de roubles. Vous savez, du moins je crois l’avoir dit, que quand on comptait chez nous par écu, le rouble de Russie répondait à peu près à cinq de nos livres.

6Ce revenu suffirait amplement à toutes les dépenses de l’empire Russe, si ceux qui le gouvernent ne se livraient pas, sans frein, à des projets gigantesques et à des prodigalités excessives. Mais ces désordres rendent les revenus de l’État insuffisants, et occasionnent annuellement un déficit énorme. Pour y remédier, le gouvernement a eu recours à des expédients ruineux. Il a fait en Hollande des emprunts qui s’élèvent à plus de 40 millions de florins ; il a fait battre de mauvais or, pour mieux dire, de la fausse monnaie ; et il a multiplié à l’infini les billets de banque, après en avoir distrait continuellement le capital.

7Les suites de ces déprédations, de cette imprévoyance, se sont déjà fait sentir, de la manière la plus sensible et la plus douloureuse pour le peuple russe. La dégradation du change est extrême : le rouble qui, du temps de Pierre Ier, valait 52 1/2 stuyvers de Hollande, et qui s’était soutenu jusqu’à 48, jusqu’au commencement du règne de Catherine II, n’en valait, il y a deux ans (car je ne sais pas pour le moment actuel), que 25. Les denrées sont continuellement augmentées. Les paysans ont enfoui le peu d’or qu’ils possédaient, dans la crainte de se le voir arracher. Toutes les marchandises étrangères ont haussé de prix ; l’or et l’argent ont entièrement disparu : le luxe, avant-coureur de la ruine, s’est accru par la facilité avec laquelle le gouvernement a prêté aux particuliers de sa fausse monnaie en papier, sur l’hypothèque de leurs terres ; et la balance du commerce, qui était autrefois si favorable à la Russie, est maintenant contre elle de plus de cinq millions de roubles par année, ce qui faisait au cours d’alors 25 millions de livres de France.

Armée

8Dans un moment où les armées russes désolent la Pologne, et avaient même la prétention d’effrayer la République française, vous apprendrez avec quelque intérêt sans doute, citoyens, le résultat des renseignements que j’ai pu me procurer sur les forces et l’administration militaire de la Russie.

9L’administration de toutes les affaires de la guerre est confiée en Russie à un collège composé d’un président, d’un vice-président et de plusieurs membres de différents grades, pris dans le militaire, et d’un grand nombre de subalternes. Chaque chef de division a sa chancellerie, de même que chaque régiment ; et ces dernières suivent l’armée. On y inscrit une copie de tous les ordres donnés par les généraux et par les officiers des corps ; on y tient un état de tous les rapports faits par les officiers, ou sous-officiers. La minute y est déposée par écrit. De là des embarras, des longueurs à l’infini. Une ordonnance de Pierre Ier porte de n’obéir qu’à des ordres écrits. L’obéissance de cette loi, portée à l’extrême, a fait qu’un jour d’affaire on a vu des généraux refuser d’exécuter les ordres que leur faisait passer de vive voix le général en chef. Mais cette exactitude rigoureuse n’est réellement qu’apparente, et ne prévient pas les désordres sans nombre, qui tiennent au caractère mou, indolent et corruptible des Russes.

10La négligence des bureaux est telle qu’un régiment d’infanterie se trouva égaré, il y a quelques années, sans que l’on sût ce qu’il était devenu. On envoya des courriers dans les provinces, pour en avoir nouvelle. Enfin, on apprit que, depuis la paix de Cainardgi, il était sur les frontières du Kouban, sans savoir quelle garnison on lui destinait, et attendant paisiblement qu’on l’en informât.

11Les colonels russes regardent leurs régiments comme un bénéfice dont ils savent profiter, pour acquérir quelques richesses, avant que d’arriver au grade de général, qui ne rapporte que le produit des appointements.

12Chaque régiment est censé rapporter quatre mille ducats à son propriétaire ; et ces colonels s’y prennent si bien qu’en huit ans ils ont gagné 500 000 livres.

13Il n’y a jamais de marchés faits pour les fourrages de la cavalerie, ni pour l’entreprise des habillements. Le soldat fait tout ; il est tailleur, boulanger, cordonnier, sellier, maréchal, etc. ; et chaque régiment a deux compagnies attachées à ce qu’on appelle le dépôt qui comprend tous les objets dont on a besoin. On sent que c’est une diminution sur les combattants effectifs.

14Les recrues des troupes de Russie sont une espèce d’impôt que les seigneurs paient au monarque, selon le temps de paix ou de guerre, et relativement au besoin qu’il en a pour renforcer son armée. Dans les cas ordinaires, on prend un homme sur 500, dans toute l’étendue de l’empire ; mais dans les cas urgents, comme ceux de la dernière guerre avec les Turcs, on a pris jusqu’à un homme sur 100, ce qui avait fort dépeuplé le pays, et mécontenté la noblesse. Il y a des propriétaires qui ont été obligés de livrer jusqu’à 800 recrues, estimées 4 000 livres pour chaque homme. On estime la totalité des recrues, levées pendant la dernière guerre, à 500 000, et à la dépense de deux millions par les propriétaires, vexés d’ailleurs par la mauvaise foi et l’avidité des employés à cette opération. Ils vexent de même les soldats recrutés, en ne leur accordant que la moitié des vivres qui leur sont destinés ; et comme ces vexations sont bien connues et très redoutées, ces malheureux s’enfuient dès qu’ils le peuvent, et vont peupler les forêts de brigands. Aussi arrive-t-il souvent que d’un détachement de 500 hommes, il n’en reste pas 100.

15Jadis le soldat russe passait individuellement pour un des meilleurs de l’Europe ; attaché, non à sa patrie, mais à ses habitudes et à sa glèbe, rarement abandonnait-il ses drapeaux. Des préjugés de religion et une discipline sévère le rendaient redoutable un jour de bataille. Sa constitution physique et sa manière de vivre lui faisaient supporter les fatigues, et surmonter les plus grands obstacles. Ce temps n’est plus : les guerres du dehors lui ont appris que partout ailleurs il peut être mieux que dans son pays natal. Les préjugés disparaissent peu à peu, et la désertion est actuellement très commune dans les troupes.

16Les officiers valent encore moins que les soldats, et le plus grand nombre ne prend du service que pour obtenir un rang ; beaucoup d’autres qui se sont attachés à quelques généraux, en qualité d’aides de camp, parviennent à la tête des régiments, sans avoir une juste idée du service. Il faut convenir cependant que l’artillerie est sur un meilleur pied ; c’est la partie dans laquelle il se passe le moins de désordre, et il s’y trouve des hommes de mérite. Ce n’est pas la même chose dans le génie ; à peine y trouve-t-on des hommes capables d’y faire un nivellement ; s’il se trouve de bons ingénieurs, c’est qu’ils sont étrangers. La cavalerie est aussi en très mauvais état, tant parce que les chevaux sont mal tenus que parce que les cavaliers sont mal exercés.

17La Russie peut mettre en campagne un essaim énorme de troupes irrégulières. On évalue leur nombre à 300 000 hommes, qui, pendant la paix, ne lui coûtent rien à entretenir. Car ces troupes sont levées au milieu de la guerre chez les Bashkires, les Kalmouks et les Cosaques du Jaïk, du Don et de l’Ukraine. De tous ces guerriers, les Cosaques sont les plus estimés.

18On a pris en Russie un singulier moyen d’éluder la loi portée par Pierre Ier, en vertu de laquelle personne n’arrive aux grades supérieurs qu’il n’ait passé par tous les grades inférieurs. Comme ce régime blesse la vanité des seigneurs russes, ils font inscrire leurs enfants comme soldats, dès le moment de leur naissance ; et dès l’âge de 5 à 6 ans, ils sont déjà promus au grade de sergent, et ainsi de suite. Ils arrivent souvent au régiment avec le grade de lieutenant, avant de savoir aligner une troupe, ni l’avoir vu manœuvrer. Au reste, je l’ai déjà dit, il faut à la cour avoir un grade militaire. On a vu, sous le règne d’Elisabeth, que chaque laquais de la cour était capitaine, et pouvait passer comme tel dans l’armée. La gouvernante des demoiselles d’honneur de l’impératrice, ainsi que l’intendante des vaches hollandaises, que cette princesse se plaisait à entretenir, avaient chacune le rang de colonel.

19Si l’abus n’est pas actuellement aussi considérable, il prête encore à bien des ridicules ; depuis l’année 1775, on peut reconnaître le grade ou le rang des personnes, par le nombre de chevaux attelés à leurs voitures. Les sous-officiers n’ont qu’un cheval à un traîneau, ou à une calèche ; les officiers, jusqu’au capitaine inclusivement, vont à deux chevaux ; depuis le major jusqu’au colonel, on en a quatre ; depuis le brigadier jusqu’au lieutenant-général, on en a six ; et les deux premières classes ont, outre ces six chevaux, deux estaffiers à cheval qui les précèdent.

20Et tout étranger même, qui veut habiter quelque temps à Pétersbourg, artiste, homme de lettres, médecin, etc., est obligé d’obtenir un grade militaire, pour être reçu convenablement dans la société : on ne le souffrirait pas dans une loge au spectacle, s’il n’était officier.

21Quoique l’on n’eût pas le nombre exact de toutes les troupes, il me semble certain qu’en 1792 on les estimait ainsi :

22Mais toutes ces troupes ne sont pas au complet.

Forces de mer

23Pierre Ier avait établi à Cronstadt un port et une marine militaire, qui s’affaiblirent après lui. Catherine II a rétabli ces forces dans la Baltique ; et après la conquête de la Crimée, elle a établi dans la mer Noire une marine très redoutable ; mais cette princesse n’a, pas plus que Pierre Ier, une marine marchande pour exercer des matelots, ni assez d’occasion de former des officiers, pour que cette marine militaire ne lui soit pas fort onéreuse. Au reste, voici quelques détails.

24Le collège de l’amirauté est à la tête de toute la marine. Il y a deux bureaux : l’un pour les armements, l’autre pour les vivres et les habillements. L’un et l’autre bureau est présidé par un amiral qui rapporte au collège les détails qui les concernent. Le ministre de la Marine préside dans le collège de l’amirauté, et les commandants en chef dans les différents ports.

25La marine est divisée en deux départements, celui de la Baltique, et celui de la mer Noire. Depuis la mort du prince Potemkin, le département de la mer Noire est, comme celui de la Baltique, sous les ordres du collège de l’amirauté.

26On construit, pour la Baltique, à Cronstadt, à Pétersbourg, à Archangel ; pour la mer Noire, à Cherson, à Sévastopole.

27Le gouvernement de Casan fournit du chêne plus gros que celui de Suède : il dure plus longtemps lorsqu’il est dans l’eau, et se pourrit plus promptement lorsqu’il n’y est pas.

28Le port de Cherson est actuellement un des plus beaux de l’Europe : il est sur le Dnieper, à quelque distance de son embouchure : la forteresse est achevée ; il y a des casernes pour 24 000 hommes, une amirauté avec tous ses magasins, un arsenal où se trouvent 600 pièces de canon, des bâtiments publics, des églises d’une belle architecture, une ville marchande qui contient plus de 200 maisons et des chantiers, où l’on a construit toute la marine de la mer Noire avec des bois tirés de la Pologne.

29Sévastopole est mieux situé que Cherson ; il se trouve sur la côte sud-ouest de la Crimée. Son port est vaste, commode et sûr ; le rocher qui en forme le quai est taillé à pic par la nature, ce qui donne aux vaisseaux la facilité d’en approcher bord à bord. L’entrée du port est assez étroite, pour que les feux des batteries de deux rivages, non seulement se croisent, mais puissent porter d’un bord à l’autre, à mitraille.

30La Russie, comme je l’ai dit, n’ayant pas de marine marchande, est obligée, pour soutenir sa marine militaire, d’entretenir un corps considérable de matelots. On portait (en 1792) à 18 000 ceux qui se trouvent actuellement dans la Baltique, et à 8 000 ceux qui sont attachés au service de la mer Noire. La plupart de ces derniers sont des Grecs ; et lorsque la guerre a lieu, on ajoute le nombre d’hommes jugé nécessaire.

31L’armée navale de la Baltique est composée de 50 vaisseaux de ligne, non comprises les corvettes et les flottilles.

32L’armée de la mer Noire est forte de 10 vaisseaux, non comprises les corvettes et les flottilles.

33On porte les dépenses ordinaires de la marine de la Russie à 3 millions de roubles, ce qui faisait alors 15 millions de Francs.

Commerce

  • 2 Seule référence, dans les leçons de géographie, au cours d’économie politique, alors que ceux d’hi (...)

34La Russie importe des matières de luxe, et elle exporte des matières premières. Le professeur d’économie politique2 vous établira comme principe, citoyens, du moins je le présume, que c’est une manière désavantageuse de commerce, et il vous en démontrera la vérité. Cependant la balance avait été longtemps en sa faveur ; mais, depuis quelques années, elle a tourné contre elle. En 1791, cette balance lui fut défavorable de près de 80 millions de nos livres.

35Je n’entrerai pas ici dans le détail des objets qui constituent proprement le commerce de la Russie ; mais j’aurai un moyen d’en donner une idée, en faisant connaître les principales villes de cet empire en Asie, après celles qu’il convient de connaître en Europe.

36Ce sera l’objet de la séance prochaine.

Notes

1 Sur la place de ces différentes rubriques traitées par Mentelle (géographie politique, y compris histoire de la Russie, finances de l’État, armées, marine, etc.), cf. l’Introduction. Ces thèmes sont ceux qu’avait déjà abordés le géographe allemand A. F. Büsching dans son introduction à la Description de l’empire de Russie (Géographie universelle traduite de l’allemand [...], nouv. éd., Strasbourg, J.-G. Treuttel, t. 2, première partie, 1783). Les chiffres de Bùsching sont différents de ceux de Mentelle. Dans son texte ne figurent pas les jugements péjoratifs portés par ce dernier sur les armées russes, la société, le commerce.

2 Seule référence, dans les leçons de géographie, au cours d’économie politique, alors que ceux d’histoire naturelle, de physique, de mathématiques sont plusieurs fois évoqués.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/editionsulm/docannexe/image/603/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 49k

© Éditions Rue d’Ulm, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540