Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'École normale de l'An III. Vol. 2, Leçons d'histoire, de géographie, d'économie politique

 | 
Daniel Nordman

Leçons de géographie de Buache et Mentelle

Septième Débat

19 Germinal/8 Avril

Texte intégral

BUACHE ET MENTELLE

  • 1 La grande année, ou année parfaite, représentait la période au terme de laquelle toutes les planète (...)

1Berge. Dans le volume des débats, page 190, on lit ces mots : du temps d’Hypparque, nous avions 1 hiver a un autre point du ciel ; vous parlez d’une autre révolution de la terre que celles que l’on appelle diurne et annuelle. Je vous demanderai, citoyen professeur, si on peut entendre par cette autre révolution cette grande année1 dont parle Cicéron dans son Hortensias et qu’il évalue à 12 952, qui est évaluée par Censurine à 19 000, par Muschembroeck à 15 000, et par l’illustre Cassini à 24 800.

2Pour ce qui concerne Hypparque, je vous demanderai pour fixer cette époque s’il faut entendre Hypparque, fils de Pisistrate ; ou un autre Hypparque habile mathématicien qui vivait quatre cents ans après.

3Pour ce qui concerne le nombre des étoiles et la quantité de lieues qu’il y a de la terre aux astres, je crois ces nombres indiqués dans la leçon en nombres décimaux complets. Je demande si le nombre de ces étoiles et de ces lieux est nombre fixe, ou si les astronomes ont voulu donner à peu près, ou ont voulu, comme on dit, rotundare numerum.

4Mentelle. Je vais répondre aux deux questions ; et pour commencer par la dernière, je vous dirai, citoyen, qu’il n’y a aucune distance donnée de la terre aux étoiles.

5Berge. C’est aux astres.

6Mentelle. C’est aux planètes apparemment que vous appelez ici astres, quoique ce ne soit pas l’usage : on a, d’une manière positive, les distances du soleil aux planètes ; elles sont en nombre rond dans les leçons, mais on les trouve d’une manière encore plus précise dans les ouvrages d’astronomie, et notamment dans ma Cosmographie. Quand j’ai dit, il y a 13 millions de lieues du soleil à Mercure, c’était pour donner une idée générale de la distance qui existe entre ces deux corps ; je l’ai donnée en nombre rond de peur de me tromper, en voulant y joindre exactement le nombre dans ses détails : mais dans les ouvrages d’astronomie, et même dans ma Cosmographie, ces distances se trouvent telles que les calculs astronomiques les donnent ; on les a à quelque chose près pour toutes les planètes, jusqu’à la planète d’Herschel, à six cent soixante trois millions de lieues.

7Quant au changement arrivé du temps d’Hypparque, vous sentez bien vous-mêmes que quand deux Hypparques se présentent dans l’histoire, on ne peut guère supposer que ce fût le fils de Pisistrate qui s’occupa de la précession des équinoxes, disant que ce point d’astronomie aurait été négligé par l’autre Hypparque, l’un des plus grands hommes de l’antiquité, en astronomie. C’est donc lui qui a trouvé que de son temps il s’écoulait moins de temps depuis l’équinoxe du printemps jusqu’à l’été que de l’été à l’équinoxe d’automne ; et actuellement nous trouvons le contraire, et nous avons vu pourquoi : cela tient à la précession des équinoxes et à la forme de l’orbite que décrit la terre. Si la terre décrivait un cercle, il n’y aurait pas de différence pour la durée entre les saisons ; mais la terre décrivant une ellipse trace une portion de cette ellipse plus grande que l’autre, puisque le soleil est à l’un des foyers. Ainsi elle doit mettre plus de jours pour aller du printemps à l’automne que de l’automne au printemps. Il en existe une double raison : 1° elle parcourt une plus grande portion de son orbite ; 2° parce que son mouvement se ralentit jusqu’à ce qu’ayant passé par l’aphélie elle arrive au solstice d’été : elle augmente ensuite d’accélération dans le même rapport, et arrive ainsi à l’équinoxe d’automne.

8Au reste, ceci tient aux principes de l’astronomie physique, que les professeurs de mathématiques se sont réservés.

9N.B. Ici finit la conférence par le citoyen Mentelle ; le citoyen Buache, qui lui succéda, prit la parole, continua les développements, commencés dans la conférence précédente.

10Buache. Voici une question qui vient d’être déposée sur le bureau par le citoyen Ponchin, du district de Saint-Lô.

11Les différents climats, tels que les donnent les tables, ont été déterminés d’après la supposition que le globe terrestre est sphérique ; l’aplatissement des pôles, la protubérance de l’équateur ne doivent-ils pas entrer comme éléments dans ce calcul ; et alors les résultats du calcul où on les ferait entrer, résultats conformes à ce qui doit réellement avoir lieu, ne seraient-ils pas différents de ceux où le globe est considéré comme une sphère parfaite ?

12D’après cela, si on compare la position d’un pays donné, sur les sphéroïdes aplatis, avec la position correspondante sur la sphère, n’y aura-t-il pas une différence entre son climat et son plus long jour, et celui que donne le calcul ? Et si la chose est ainsi, ne pourrait-on pas en déduire une nouvelle preuve en faveur de l’aplatissement de la terre vers les pôles ?

13Ponchin, district de Saint-Lô.

  • 2 Voir note 150 sur l’aplatissement de la Terre.

14Les observations que fait ici le citoyen Ponchin sont justes et bien fondées. Les degrés des méridiens, que l’on supposait égaux dans l’hypothèse de la sphéricité de la terre, vont en augmentant de l’équateur aux pôles, en conséquence de l’aplatissement de la terre vers les pôles bien démontré aujourd’hui. Les tables des climats, qui ont été calculées jusqu’à présent dans la même hypothèse de la terre sphérique, ne sont pas conséquemment d’une exactitude rigoureuse ; mais la différence que donnerait un nouveau calcul, fait d’après l’aplatissement de la terre, ne peut être aussi bien considérable, l’ellipse de la terre différant très peu du cercle, ou la terre étant à très peu près sphérique. Au surplus, l’aplatissement de la terre2 n’est pas déterminé encore d’une manière bien exacte : quelques astronomes le supposent de 1/178 ; il est suivant Newton de 1/230  ; et, suivant le citoyen Laplace, de 1/321  ; ce dernier a publié, dans les mémoires de la ci-devant Académie des sciences, année 1783, un Mémoire sur la figure de la terre, dans lequel il considère tous les éléments qui peuvent servir à déterminer la figure de notre planète ; il doit en présenter le résultat dans son cours des mathématiques à l’École normale ; et je pense que la question du citoyen Ponchin doit lui être renvoyée.

  • 3 L’exposé récapitulatif sur les vents, solidement documenté, clair et bien construit, est une bonne (...)

15Nous avons établi les limites des vents alizés sur les parallèles de 30 degrés de latitude septentrionale et méridionale ; mais ces limites ne sont pas tellement fixées qu’elles ne s’étendent on ne se resserrent quelquefois, suivant la saison de l’année, ou le lieu du soleil qui a la plus grande influence sur ces vents. Nous avons dit que des vaisseaux qui partaient d’Europe, en été, pour les Indes, trouvaient ces vents alizés dans l’Océan occidental, avant d’avoir atteint le 30e parallèle, et assez communément vers le 40e degré de latitude. Où ces vents alizés cessent, là commencent les vents variables qui s’étendent jusqu’aux pôles ; dans cet espace, il n’y a rien de bien déterminé et de constant, si l’on considère la surface du globe où ces vents ont lieu : tant et tant de causes opposées peuvent agiter l’air qu’il serait fort extraordinaire en effet de trouver la moindre régularité dans la marche de ces vents ; mais nous ne nous occupons ici que des vents qui soufflent sur les mers, où il y a moins d’obstacles qui s’opposent à une marche régulière ; et nous pouvons entrevoir leur cours, la diversité de leur force, et leur inconstance même, d’après les causes principales de l’agitation de l’air dont nous avons déjà parlé, et qu’il convient de considérer de nouveau3.

  • 4 Comme il a été dit, Buache ne discute pas les hypothèses. Or, l’explication par le mouvement de la (...)

16Ces causes sont : 1o le mouvement de la terre4, dont la vitesse est plus grande que celle de l’air ; 2° l’élasticité de l’air qui, comprimé par quelque cause que ce soit, est bientôt nécessité à une réaction ; 3° les condensations et dilatations partielles de l’atmosphère, occasionnées par le froid et le chaud, et qui varient dans les diverses contrées et à diverses hauteurs ; 4° les fermentations des vapeurs qui s’élèvent de la terre, et de celles que les nuages contiennent ; 5° le gisement des côtes élevées et la situation des chaînes de montagnes qui rompent l’effort des vents et les détournent de leur direction. Examinons un instant les effets principaux qui résultent de chacune de ces causes.

  1. Le mouvement de la terre sur elle-même ou sa révolution journalière, qui est la cause première du vent, n’agit pas également sur toutes les parties de l’atmosphère ; son action la plus forte est sur les parties comprises entre les deux tropiques, où la vitesse est la plus grande, et sur les couches inférieures qui sont en contact avec la surface du globe. Comme les parties de la terre situées en dehors des deux tropiques ne font pas leur révolution avec autant de rapidité que celles qui sont entre ces deux cercles, les vents d’est qui résultent de ce mouvement y doivent être plus faibles, surtout lorsque le soleil est dans leur voisinage, que ceux qui ont lieu entre les deux tropiques, et qui forment les vents alizés ; ainsi ils se laissent facilement repousser, et se changent en un vent contraire d’occident en orient. D’un autre côté, les couches inférieures de l’atmosphère, qui sont la région principale des vents, doivent recevoir des côtes qui bordent les continents, pour peu qu’elles soient élevées, une impulsion plus ou moins forte qui les porte encore d’occident en orient.
  2. L’air a, comme nous l’avons déjà dit, une tendance très marquée à se rendre des pôles où il est plus dense à l’équateur où il est plus raréfié ; mais un tel effet ne peut avoir lieu sans que l’air accumulé au centre ne reflue en sens contraire. Cette réaction n’est point douteuse, et l’air raréfié se répand de l’équateur vers les pôles, par les parties supérieures de l’atmosphère, comme on peut le conjecturer de l’expérience de Franklin. Cette réaction se manifeste d’ailleurs assez souvent dans nos climats où nous voyons que des vents de nord et d’est lorsqu’ils ont duré plusieurs jours sont presque immédiatement suivis de sud-ouest ; elle est, sans contredit, une des sources les plus puissantes et les plus communes des variétés du vent, parce qu’elle a lieu non seulement de la zone torride à l’égard des autres zones, mais partout où quelque cause a exercé un mouvement considérable dans l’air. C’est de cette combinaison que naissent mille sortes de vents différents, dont le cours et la force offrent des bizarreries inexplicables.
  3. Une cause d’un genre semblable est la différence locale et sans cesse variable de la chaleur sur les différents points de l’atmosphère, différence bien sensible et très marquée par les états du thermomètre. Les terres, par leur situation, par leur élévation, et par la nature de leur sol, sont susceptibles de réfléchir plus ou moins de chaleur, et elles doivent avoir en conséquence une grande puissance sur les dilatations et condensations locales et diverses de l’atmosphère, et une grande influence sur les vents. C’est en été que la chaleur plus forte rend les dilatations et les condensations partielles de l’atmosphère plus sensibles et plus fréquentes ; et c’est aussi dans cette saison que le vent est généralement plus variable et plus sujet aux calmes et aux orages5.
  4. Les fermentations des vapeurs qui s’élèvent de la terre et de celles que les nuages contiennent donnent lieu à une foule de dilatations et de condensations partielles et diverses de l’atmosphère, et conséquemment à une interruption continuelle dans l’équilibre et dans le cours de l’air : voilà pourquoi les montagnes qui arrêtent et fixent les vapeurs rendent les pays où elles sont situées plus sujets aux orages, et pourquoi il tonne si peu en pleine mer. C’est en été que la chaleur élève une plus grande quantité de vapeurs, et que le tonnerre conséquemment gronde plus souvent. Les ouragans n’ont lieu aux îles Antilles que depuis le 25 messidor, jusqu’au 25 vendémiaire ; ce temps, qui est la saison la plus chaude de l’année, est sujet aux pluies et aux orages, et c’est pour cela qu’on lui donne le nom d’hyvernage. Il en est de même des ouragans de l’Ile de France, dans l’hémisphère austral ; c’est dans les mois de nivôse, pluviôse et ventôse, ou dans la saison chaude que cette île les éprouve. On a observé que dans leur commencement ils soufflent toujours d’un point de l’horizon opposé à la direction du vent alizé, et ordinairement entre le sud-sud-ouest et le nord-ouest, et on sait que les coups de vent n’ont lieu que par l’amas des nuages et des vapeurs, et seulement lorsque cet amas s’est fait dans des directions opposées. Dans certains parages, lorsque les vapeurs se fixent au sommet des montagnes, c’est une marque certaine d’un changement de vent ou d’un orage : on sait qu’au cap de Bonne-Espérance une vapeur, même d’une très petite étendue, qui paraît au sommet de la montagne de la Table, est un présage certain d’un gros vent.
  5. La situation des terres élevées influe sur les vents, en rompant leur effort et en les détournant de leur direction6. On éprouve tous les jours un effet semblable dans les villes où le vent prend un cours différent dans chaque rue, et dans les ports où l’on remarque à peine des vents qui paraissent être très violents en mer. Les montagnes des Gattes, dans la presqu’île de l’Inde, rompent le cours des vents périodiques de la mer des Indes ; de manière que l’on a l’hiver ou des pluies continuelles à l’Orient de ces montagnes, pendant que l’on a l’été ou le beau temps dans la partie occidentale7. L’île de Madagascar, en arrêtant le cours du vent alizé de la mer de l’Inde, donne lieu à une mousson particulière dans le canal de Mozambique, qui sépare cette île de la côte orientale de l’Afrique. On remarque, en conséquence de la situation invariable des chaînes de montagnes, qu’il n’y a guère de contrée au monde qui n’ait son vent particulier et, pour ainsi dire, favori. Muschembrock8 a observé que les vents d’ouest étaient plus fréquents en Hollande ; aux côtes occidentales de Bretagne, les vents sont le plus souvent au sud-ouest ; et aux côtes de Portugal, ils sont dix mois de l’année du nord nord-ouest au nord-est.

17On conçoit aisément qu’avec tant de causes opposées qui tendent à rompre l’équilibre de l’air, les vents ne peuvent être que sujets à beaucoup de variations au-delà de la bande des vents alizés ; et c’est ce qui a fait nommer vents variables tous ceux que l’on trouve au-dehors de cette bande : cependant en examinant avec quelque attention, et une carte sous les yeux, les principales causes que nous venons d’exposer, on remarque que, parmi ces vents variables, il doit y en avoir de plus constants, de plus déterminés, et qui dominent plus généralement, tels que les vents d’ouest, dans la partie septentrionale de l’océan Atlantique. Ces vents d’ouest paraissent déterminés par le mouvement de la terre, qui se communique à une partie de l’atmosphère, par la réaction ou le reflux d’une partie du vent alizé que les côtes réfléchissent, par la raréfaction de l’air, beaucoup plus considérable en Europe que sur les parties de l’Amérique qui lui sont opposées, à cause des lacs et des forêts, dont cette dernière est couverte, et enfin par le gisement des côtes orientales du nouveau monde. Les vaisseaux qui reviennent de l’Amérique en Europe rentrent dans les vents variables entre les méridiens qui passent par la pointe de la Floride et par Terre-Neuve ; et dans leur traversée ils éprouvent assez généralement des vents d’ouest et de nord-ouest qui leur sont favorables : il en est de même, à peu près, de la partie septentrionale du grand Océan ou de la mer du Sud ; on sait que les vaisseaux qui vont de Manille ou des Philippines au Mexique remontent au nord-est, jusque par les 36e et 40e degrés de latitude nord, et qu’ils y trouvent des vents d’ouest et de nord-ouest, qui deviennent plus constants et plus fixes à mesure qu’ils approchent des côtes de la Californie.

18A l’égard de la partie méridionale des vents variables, il peut y avoir quelque différence, attendu qu’il ne s’y trouve presque point de terres qui puissent s’opposer au vent et contrarier son cours. Les vents de sud-est et de sud-ouest y sont habituels et les plus fréquents, mais interrompus quelquefois par des vents opposés ; ce qui donne lieu à des coups de vent qui sont en général plus lourds pour les vaisseaux, parce que l’air y est plus condensé par le froid. Les vents de sud et de sud-est y sont clairs et amènent le beau temps, comme le vent de nord et de nord-est dans notre hémisphère.

  • 9 Cf. Forster, op. cit., p. 118-119 pour les exemples de vents rencontrés ; p. 118 pour le développem (...)

19Forster9 a trouvé des vents d’est assez constants dans la mer du Sud, entre 40 et 46 degrés de latitude, dans les mois de juin et juillet 1773, et des vents d’ouest également constants, entre la Nouvelle-Zélande et la Terre de Feu, en novembre et décembre 1774 : il a observé dans la partie la plus sud de sa route, en dedans et auprès du cercle polaire Antarctique, que les vents d’est étaient les plus constants et dominaient plus longtemps, et il pense que ces vents d’est sont une espèce de reflux des vents d’ouest qui sont les plus généraux dans les zones tempérées.

20De cette observation et de plusieurs autres que ce savant a eu occasion de faire sur les vents, il pense que l’on pourrait peut-être considérer le tout de cette manière : « En dedans des tropiques, la grande raréfaction de l’atmosphère, causée par la chaleur du soleil, produit le vent d’est ; ce mouvement constant du fluide aérien du côté de l’ouest occasionne une espèce de reflux vers les zones tempérées, de sorte que le vent tourne insensiblement au nord et au sud, et enfin à l’ouest qui devient le vent dominant dans les deux zones tempérées : ce courant d’air à l’ouest est ensuite contrebalancé vers les zones glaciales, et par une autre espèce de reflux devient un vent d’est dans ces dernières zones. » Cette idée ingénieuse n’est présentée par Forster que comme une simple conjecture, et il a soin de la distinguer des faits qu’il a observés, et qu’il offre avec confiance comme des matériaux pour l’histoire des vents. Il observe que cette histoire est encore imparfaite et qu’elle le sera toujours, parce qu’on n’a pas rassemblé un grand nombre d’observations exactes, et parce que les hommes étant portés à recueillir le plus tôt possible le fruit de leurs travaux ne se soucient pas de préparer des matériaux dont la postérité seule doit faire usage. Cette remarque importante sera recueillie sans doute par tous ceux qui s’intéressent aux progrès des sciences, et qui connaissent tous les avantages de la navigation. Je passe aux vents périodiques de la mer des Indes, connus sous le nom de moussons.

21Les différentes combinaisons des vents qui ont lieu dans la mer des Indes sont une suite nécessaire des principes que nous avons exposés précédemment ; et il nous suffira, pour les faire comprendre, de considérer sur la carte l’étendue et les formes de cette mer, ainsi que la situation des terres qui la bornent. La mer des Indes n’est, à proprement parler, qu’un golfe formé par l’Afrique, l’Arabie, la Perse, les Indes, la Chine, les îles Philippines et la Nouvelle-Hollande. Ce golfe, immense à nos yeux, n’est pas autre chose dans l’ordre de l’univers ; entièrement ouvert au midi, entre les caps de Bonne-Espérance et de Diemen, il est entièrement fermé au nord par les terres : il communique du côté de l’est avec le grand Océan mais par des détroits seulement et entre un grand nombre d’îles qui rompent le cours des vents réglés de cet océan. Les moussons ont lieu particulièrement dans la mer des Indes, et ne vont pas au-delà de l’archipel des Moluques et des Philippines.

22Pendant tout le cours de l’année, il souffle dans cette mer un vent réglé du sud-est, depuis le 10e jusqu’au 30e degré de latitude sud ; ce vent est l’alizé des autres mers, et il est indiqué sur notre carte par la même couleur, ou la teinte de bleu : il est à remarquer qu’il ne passe pas le méridien de la pointe orientale de Madagascar. Depuis le milieu de prairial jusqu’au milieu de brumaire, temps où le soleil échauffe et dilate le plus l’air dans la partie septentrionale de la mer des Indes, le même vent de sud-est s’étend jusqu’au deuxième degré de latitude sud ; il occupe la bande colorée en jaune sur la carte, et il représente ainsi le vent alizé austral dans toute son étendue : il ne passe pas non plus le méridien de la partie orientale de Madagascar.

23Pendant le temps que ce vent de sud-est, ou le véritable alizé, souffle dans toute sa plénitude dans la partie australe de la mer des Indes, souffle un vent de sud-ouest dans la partie septentrionale de cette mer, depuis l’équateur jusqu’au fond du golfe vers le nord, espace coloré en vert sur la carte. Ce vent dure depuis environ le 1er floréal jusqu’au 1er brumaire. Pendant les six autres mois de l’année, et depuis brumaire jusqu’en floréal, temps où le vent de sud-est se termine au deuxième degré de latitude sud, il souffle dans la même partie septentrionale de la mer des Indes un vent de nord-est qui est le même que l’alizé de la bande du nord, mais plus faible que dans les autres mers, parce qu’il est rompu plusieurs fois par l’archipel des Philippines, et par les deux presqu’îles de l’Inde.

24Dans le même temps, à peu près, et pendant que les deux vents alizés ont lieu au nord et au sud de l’équateur, il s’établit un vent d’ouest et nord-ouest entre les deux, dans la bande comprise depuis l’équateur jusqu’à 10 degrés de latitude sud, et qui est colorée en jaune sur la carte : c’est cette bande que le vent de sud-est occupe, comme nous l’avons dit, depuis le milieu de prairial jusqu’au milieu de brumaire. Ce vent d’ouest, ou de nord-ouest, ne commence qu’au-delà et à l’est du méridien de la pointe orientale de Madagascar ; et on remarque que du côté de la Nouvelle-Hollande, il s’étend jusqu’à 12 et 13 degrés de latitude sud ; il est en général plus faible que les autres et sujet à des variations.

25Enfin le canal de Mozambique, ou le détroit qui sépare l’île de Madagascar de la côte d’Afrique, a ses vents particuliers de nord-est et de sud-ouest, dont la durée est très inégale. Le premier ne dure guère que trois ou quatre mois, dans le temps où le soleil, placé verticalement au-dessus des terres voisines, y cause une grande dilatation à l’air ; le vent du sud-ouest dure huit ou neuf mois de l’année, parce qu’il est produit par le vent alizé du sud-est, qui, en se brisant sur la côte d’Afrique, tourne au nord dans le détroit, où il est poussé d’ailleurs par les colonnes d’air plus condensé de l’hémisphère austral.

26Telles sont les principales variétés des vents que l’on remarque dans la mer des Indes, et que l’on connaît sous le nom de moussons. On distingue ordinairement quatre moussons ou saisons, pendant lesquelles les vents soufflent communément six mois d’un côté et six mois de l’autre : savoir, la mousson du sud-est, et la mousson du nord-ouest, au sud de l’équateur ; la mousson du sud-ouest, et la mousson du nord-est, au nord de l’équateur.

27Il est facile d’apercevoir les causes de ces variétés, en considérant une carte de la mer des Indes, d’après les principes que nous avons exposés. On voit d’abord que rien ne gêne dans l’hémisphère austral le cours ordinaire du vent alizé, et conséquemment qu’il doit y régner toute l’année un vent de sud-est. Lorsque le soleil échauffe et raréfie l’air au nord de l’équateur, le vent du sud-est, devenu plus frais, doit se rapprocher de l’équateur et suivre la marche qu’il a dans les autres mers ; au contraire, lorsque le soleil échauffe et raréfie l’air au sud de l’équateur, il doit y avoir dans les parties les plus raréfiées, et aux environs de l’équateur, des vents faibles et même des calmes, comme nous avons dit qu’il y en avait dans l’océan Atlantique. Ces vents faibles ne pouvant vaincre l’obstacle que leur présente, du côté de l’ouest, les vents très marqués du sud-ouest qui y dominent la plus grande partie de l’année, il est naturel qu’ils se dirigent vers l’est, où les porte d’ailleurs le mouvement de la terre qui est le plus rapide sous l’équateur : voilà sans doute l’origine de cette bande des vents d’ouest au sud de l’équateur, qui n’est connu que depuis peu de temps, et dont on tire aujourd’hui de grands avantages pour la navigation.

28La mousson du sud-ouest au nord de l’équateur est produite en partie par les mêmes causes. Les terres de l’Afrique, de l’Arabie, de la Perse, de l’Inde et autres, qui sont les plus anciennement habitées du globe, doivent recevoir et réfléchir une chaleur forte et puissante, lorsque le soleil est au nord de l’équateur : c’est donc au-dessus de ces terres, plutôt qu’au-dessus des eaux et vers l’équateur, qu’a lieu la plus grande dilatation de l’air. Les colonnes d’air situées au sud de ces terres doivent donc se porter vers elles avec une force d’autant plus grande que la chaleur réfléchie est plus forte, et aussi parce qu’il n’y a point de terre au sud qui puisse affaiblir cet effet : ainsi il est naturel que le vent vienne en grande partie du sud ; il tourne à l’ouest et devient ainsi sud-ouest, entraîné par le vent de sud-ouest qui sort du canal de Mozambique et s’avance au nord, en suivant le gisement des côtes de l’Afrique et de l’Arabie. D’ailleurs les terres des deux presqu’îles de l’Inde, s’avançant beaucoup au sud, ainsi que les îles de la Sonde, et raréfiant l’air, rendent le vent sud-ouest dans la partie occidentale de leurs côtes. Le temps de cette mousson du sud-ouest est appelé, dans l’Inde, l’arrière-saison, parce que le vent y est moins régulier et moins marqué que dans la mousson du nord-est qui est le vent naturel. Ce n’est guère qu’au large, ou loin des terres, que cette mousson est bien déterminée ; encore les vents y sont le plus souvent du sud. Les dilatations causées par la chaleur de la terre donnent lieu à des brises de terre et de mer le long d’une partie des côtes.

29La mousson du nord-est au nord de l’équateur, qui succède à la mousson de sud-ouest, commence à la fin de vendémiaire, et finit au commencement de floréal : c’est à peu près le temps que le soleil est au-dessus de l’hémisphère austral ; les terres du fond du golfe, moins échauffées, n’interrompent plus par une raréfaction supérieure le cours ordinaire du vent alizé : c’est au sud de l’équateur qu’existe la plus forte raréfaction de l’air, et il est naturel que le vent y vienne du nord. Quoique le vent de cette mousson soit plus régulier et plus marqué que celui de la mousson du sud-ouest, il l’est beaucoup moins que celui de la mousson du sud-est, ou du vent alizé de la bande australe, à cause des terres qui en rompent l’effort, et qui occasionnent aussi des brises de terre et de mer : près des côtes de Malabar et de Guzurat, les vents sont, dans cette saison, de l’ouest au nord nord-ouest, et ce n’est qu’au large qu’on retrouve le vent de nord-est.

30Les changements de ces deux moussons se font par degrés et jamais subitement : les vents variables règnent entre l’une et l’autre ; néanmoins ces révolutions sont ordinairement suivies ou quelquefois précédées de tempêtes ou d’ouragans, surtout lorsque la mousson du nord-est succède à celle du sud-ouest. Le changement de la mousson au sud de l’équateur est aussi accompagné de mauvais temps ; mais les vents n’y sont pas violents, et il n’arrive point d’ouragans ni de tempêtes. Nous n’avons considéré ici que les moussons générales de la mer de l’Inde ; mais il y en a d’autres particulières à des parties de mer de peu d’étendue, comme les golfes et les détroits. La mer Rouge et le golfe Persique, par exemple, quoique séparés seulement par l’Arabie, ont des vents différents ; ils soufflent de la mer Rouge, environ 9 mois de l’année, de la partie du sud, depuis le 15 fructidor jusqu’au 15 prairial ; et de la partie du nord, ou nord-nord-est, les trois autres mois. Dans le golfe Persique, ils soufflent depuis environ le 15 vendémiaire jusqu’au 15 messidor, de la partie du nord-ouest ; et les trois autres mois du côté opposé. Ces derniers ne sont pas si réguliers que ceux de la mer Rouge. Dans le détroit de Malaca, les vents sont presque toujours inconstants et variables, et chaque mousson n’y souffle pas longtemps. Enfin dans la mer de Chine, comprise entre les côtes de l’Asie et de l’archipel des Indes, le voisinage des terres y rend les moussons, et surtout celles du sud-ouest, sujettes à de grandes vicissitudes. On sait qu’il pleut presque sans cesse pendant onze mois de l’année dans l’île de Bornéo.

31Il nous reste à considérer les vents périodiques connus sous le nom de brises de terre et de mer et qui ont lieu dans tous les pays de la zone torride. Le cours de ces vents est très régulier, mais leur effet n’est jamais sensible qu’à une petite distance de la terre ; chaque jour, quelques heures après que le soleil est levé, le vent commence à souffler de la mer ou du large vers les terres ; il est faible d’abord, mais il se fortifie et conserve toute sa force environ depuis midi jusqu’à quatre heures du soir ; alors il mollit et pour l’ordinaire il est tout à fait calme au coucher du soleil ; peu après, le vent s’élève de la terre et souffle ainsi vers la mer, pendant toute la nuit. On conçoit que ces espèces de moussons journalières ont pour cause les dilatations et les condensations de l’air au-dessus des terres. Les brises du large sont d’autant plus sensibles que l’étendue des terres est plus considérable ; mais elles sont presque insensibles aux petites îles, qui par leur peu d’étendue ne peuvent déranger le cours général du vent alizé. Les brises de terre qui succèdent aux brises du large sont bien plus générales ; elles ont lieu partout, aux petites îles, comme aux plus grandes et aux continents, surtout à l’égard de leurs côtes occidentales. En Europe, pendant les saisons chaudes, et lorsque le temps est beau, on éprouve un effet semblable : le matin le vent est à l’est ; il passe à l’ouest pendant le jour, pour retourner au nord-est et à l’est pendant la nuit ; position qui lui est naturelle, lorsque l’atmosphère jouit d’un état de pureté et d’équilibre. Les habitants de la mer disent alors que le vent suit le soleil, parce que l’air, qui se porte toujours vers le lieu où la chaleur, et conséquemment la dilatation, est la plus forte, va en effet frapper successivement les faces orientale, méridionale et occidentale des terres et des objets opposés à l’effet du soleil.

32Nous nous sommes étendus sur l’article des vents que l’on considère rarement dans l’étude de la géographie, parce qu’ils ont une grande influence sur les qualités des différents pays, et que l’on peut tirer de cette considération de grands avantages pour le progrès des connaissances. C’est par le moyen des vents que la nature dissipe l’air chargé d’exhalaisons putrides, et qu’elle nous en fournit sans cesse un plus pur ; les vents transportent les nuages sur toute la surface du globe ; ils occasionnent, par leur réunion, la pluie qui nous est quelquefois si nécessaire, et ils déposent sur les montagnes les eaux qui forment les rivières et les fleuves ; ils tempèrent une chaleur trop forte, et la zone torride serait peut-être inhabitable sans eux ; ceux qui sont humides favorisent la végétation des plantes ; et ceux qui sont secs absorbent l’humidité superflue des terres, et des objets qu’on leur expose ; enfin la navigation, sur laquelle la France doit aujourd’hui porter ses regards, leur doit toute son étendue.

33Il y a tant de rapports et une si grande analogie entre le cours des vents et celui des courants de la mer que la connaissance des uns conduit naturellement à celle des autres. On distingue dans la mer un courant général qui va de l’est à l’ouest, un autre qui va de l’ouest à l’est, un troisième qui va des pôles vers l’équateur, et des courants périodiques qui suivent ordinairement les vents réglés, selon les saisons de l’année.

34La cause première des courants, ainsi que celle des vents, est le mouvement de la terre sur son axe d’occident en orient ; les eaux, ne pouvant suivre ce mouvement, doivent demeurer en arrière, et se porter ainsi de l’ouest à l’est. Si l’on joint à cette cause l’action des rayons du soleil qui chassent devant eux les eaux qu’ils ne sauraient dilater, et l’action des vents alizés qui doivent produire le même effet, on concevra aisément que dans toute l’étendue de la zone torride, où le mouvement de la terre est le plus rapide, et où les rayons du soleil et les vents alizés ont le plus de forces, il doit se faire un transport des eaux ou un courant, de l’est à l’ouest ; c’est ce qui est certifié par l’expérience des navigateurs : on va plus facilement du Portugal au Brésil et au Mexique, ainsi que du Pérou aux Moluques, que l’on n’en revient.

35L’eau de la mer transportée ainsi de l’est à l’ouest dans la zone torride se trouve arrêtée par les côtes des continents et obligée de prendre une autre direction : une partie prend son cours le long de ces côtes dont elle suit le gisement et se dirige vers le nord et vers le sud ; mais la masse principale est forcée de rétrograder par les courants plus forts qui viennent des pôles, et il s’établit ainsi un courant de l’est à l’ouest au-delà des tropiques, lequel est encore augmenté par les vents qui soufflent le plus ordinairement dans cette partie. C’est à la faveur de ce courant que les habiles pilotes naviguent de l’occident à l’orient ; ils remontent vers le nord jusqu’au quarantième degré de latitude, pour revenir du Mexique en Europe, ou des Philippines au Pérou.

36La cause du courant qui va des pôles vers l’équateur est évidente : ce courant sert à rétablir l’équilibre, et surtout à remplir le vide qui se forme dans la zone torride par l’évaporation qui est la plus forte en cette partie. L’air raréfié par la chaleur aux environs de l’équateur s’élève jusqu’au haut de l’atmosphère, et se dirige ensuite vers les pôles où il dépose les eaux douces dont il était chargé ; les pôles, en retour de ces eaux douces, rendent à l’équateur des eaux salées ; et il s’établit ainsi un courant du nord au sud dans l’hémisphère septentrional, et du sud au nord dans l’hémisphère méridional. Les eaux du sud étant plus abondantes et rencontrant moins d’obstacles dans leur route doivent former un courant plus fort et plus rapide ; et l’on remarque qu’il s’étend assez loin dans l’hémisphère boréal. Le courant des pôles vers la ligne est fort sensible, et l’on observe que toutes les navigations qui se font du nord et du sud vers l’équateur sont toujours plus faciles que celles par lesquelles on s’en éloigne. On conçoit aisément que ces causes générales sont troublées par une infinité de causes particulières, telles que le flux et le reflux de la mer, les caps avancés, les embouchures des grands fleuves, les îles, les bas-fonds, et les inégalités du fond de la mer, qui a, comme la terre, ses montagnes, ses collines, ses plaines et ses vallées, et qu’ainsi il doit y avoir un nombre infini de courants particuliers ; mais ce qui est plus constant et ce qui m’a engagé principalement à parler ici des courants, c’est l’influence des vents sur ces courants.

37On remarque en général que les courants suivent non seulement le cours des vents généraux, mais encore celui des vents périodiques et des vents particuliers à chaque mer. Le courant porte presque continuellement à l’est, à la hauteur du cap de Horn, et à l’ouest à la hauteur du cap de Bonne-Espérance ; ce sont là deux phénomènes remarquables, et à l’égard desquels il n’existe aucun doute, parce qu’ils sont vérifiés par l’expérience. On sait aussi que le vent d’ouest souffle plus généralement à la hauteur du cap de Horn, et le sud-est à la hauteur du cap de Bonne-Espérance : ces vents différents sont donc les causes principales des deux courants opposés.

  • 10 Sur cet hydrographe, cf. supra, n. 81.

38Dans la mousson du sud-ouest de la mer des Indes, les courants, suivant Daprès10, l’auteur du Neptune oriental, suivent en partie l’impression des vents, et leur direction dépend presque toujours du gisement des côtes, des caps qu’ils rencontrent, et des îles dont les continents sont environnés.

39Dans la mer Rouge qui a ses vents particuliers, le courant y entre depuis le mois de vendémiaire jusqu’au mois de prairial, qui est le temps des vents de la partie du sud sur cette mer ; il en sort pendant les quatre autres mois, que les vents y viennent du nord et du nord-ouest. Dans le golfe Persique, le courant sort ordinairement pendant tout le temps qu’il entre dans la mer Rouge, ce qui est conforme encore au cours des vents de ce golfe.

40Un exemple plus remarquable encore est ce qui arrive dans la petite bande de la mousson du nord-ouest au nord de l’équateur, dans la mer des Indes ; et c’est ce qu’a éprouvé le vaisseau anglais le Lively, qui traversa cette bande en 1781 : depuis 8 degrés de latitude sud jusqu’à 1 degré 16 minutes de latitude nord, dans une route oblique entre les 74e et 88e degrés de longitude, à l’est du méridien de Greenwich, il trouva les courants dirigés à l’est, les vents soufflant presque toujours de l’ouest-nord-ouest ; plus au nord et depuis 1 degré 16 minutes jusqu’à 7 degrés 20 minutes de latitude nord, la direction des courants était à l’ouest, les vents presque toujours au nord-nord-est.

41De ces exemples, et d’une infinité d’autres que fournissent les journaux des plus habiles navigateurs, il résulte que les vents ont la plus grande influence sur les courants, etc. C’est ce que je me proposais de vous faire observer pour compléter ce que j’avais à vous dire sur les vents.

  • 11 Chevalier de La Coudraye, ancien lieutenant des vaisseaux du roi, membre des Académies de Dijon et (...)
  • 12 William Dampier, Voyages and Descriptions. Vol. II. In Three Parts, viz [...] 3. A Discourse of Tra (...)
  • 13 Isaac Vossius (Leyde, 1618 — Windsor, 1689), fils de l’humaniste G. J. Vossius, historiographe des (...)
  • 14 Edmund Halley (Haggerston, 1656 — Greenwich, 1742) rencontra John Flamsteed, astronome royal, qui c (...)
  • 15 D’Alembert (Paris, 1717 — Paris, 1783), Réflexions sur la cause générale des vents [...], Paris, Da (...)
  • 16 Peut-être s’agit-il de Jacques 1er Bernoulli (Bâle, 1654 — Bâle, 1705), professeur de mathématiques (...)

42Vous trouverez des détails intéressants sur cette matière que j’ai crue digne de votre attention dans la Théorie des vents de Lacoudraye11, ancien lieutenant de vaisseaux, qui a été couronnée, en 1785, par l’académie de Dijon, et dont j’ai extrait une grande partie de ce que je viens de vous exposer, dans le Traité des vents qui se trouve au tome II des voyages de Dampier12, dans le traité sur les moussons de l’Inde par le capitaine Forrest, traduit de l’anglais et imprimé à Paris, en 1786 ; et dans les recherches faites sur le même sujet par Isaac Vossius13, Halley14, Dalembert15 et Bernoulli16.

Notes

1 La grande année, ou année parfaite, représentait la période au terme de laquelle toutes les planètes devaient se situer dans les mêmes positions relatives (en ligne droite selon les Chaldéens). L’Hortensias, bien connu des grammairiens des ive et ve siècles, et de saint Augustin, disparut au plus tard au vie. Des fragments ont été publiés au xvie siècle. La grande année, dans ce texte, comprend effectivement 12 954 années, M. Ruch, L’Hortensius de Cicerón. Histoire et reconstitution, Paris, 1958, p. 139. Décidément très savant, l’élève Berge connaît aussi Censorinus, érudit du iiie siècle, auteur du Liber de die natali, où il traite de la conception et de la gestation, de la musique et de ses règles, des âges de l’homme, de la durée et du calendrier ; dans son exposé sur la grande année selon les auteurs, Censorinus passe en revue les Égyptiens, les astrologues de Chaldée, les philosophes grecs, Servius Tullius et les Romains, J. Mangeart, Livre de Censorinus sur le jour natal, traduit pour la première fois en français par [...], Paris, 1843, p. 81-89.

2 Voir note 150 sur l’aplatissement de la Terre.

3 L’exposé récapitulatif sur les vents, solidement documenté, clair et bien construit, est une bonne synthèse pédagogique constituée à partir de travaux de deux types : des dissertations de savants renommés (Bernoulli, Halley, d’Alembert), qui s’intéressent principalement à la physique, et des observations, plus descriptives, plus empiriques, dues à l’expérience des marins (Dampier, La Coudraye, Forrest). Science théorique et expérience personnelle peuvent, à des degrés divers, interférer : Halley rappelle qu’il a longtemps vécu entre les tropiques (« An Historical Account [...] », p. 153). Pour ces sources, cf. infra.

4 Comme il a été dit, Buache ne discute pas les hypothèses. Or, l’explication par le mouvement de la Terre manque de fondement selon Halley, Van Musschenbroek ou d’Alembert. D’après ce dernier, l’adhérence des couches d’air au globe et le frottement mutuel de toutes les couches entraîneraient l’atmosphère et la Terre dans une révolution en temps égal, comme un seul corps, ce qui interdirait l’existence de vents alizés. Cf. J.H.S. Formey, article « Vent », Encyclopédie, ou Dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers [...].

5 Cette seconde explication physique, fondée sur les lois du mouvement des fluides, sur la différence entre l’air froid, dense et plus pesant, et l’air chaud dilaté ou raréfié, et sur la tendance à 1’« aequilibrium », est celle de Halley, « An Historical Account [...] », p. 165.

6 Retour explicite à la géographie, aux causes — toujours physiques, mais présentées d’une manière plus confuse — des phénomènes climatiques locaux (en particulier liés à l’emplacement des montagnes). Ce type de précision n’était pas absent chez un Halley, attentif aux principales causes des variations dans les vents : la nature du sol, la position (ou l’absence de hautes montagnes), « An Historical Account [...] », p. 166.
On remarquera que ces causes sont secondaires, et modifient les alizés, définis comme vents primitifs, dus essentiellement à des causes astronomiques. Cette distinction est à rapprocher des considérations de Buache, dans la première leçon, sur les premières idées et « les variations dépendantes des causes accidentelles » qu’il ne faut pas perdre de vue (Programme, p. 169).

7 Buache, en même temps que les causes physiques (qui sont l’objet de nombreux traités savants), rappelle quelques vérités d’expérience sur la répartition géographique des vents (rôle des sites, des montagnes).

8 Pierre Van Musschenbroek (Leyde, 1692 — Leyde, 1761), physicien hollandais, professeur de philosophie et de mathématiques à l’université d’Utrecht, auteur d’un monumental Essai de physique [...], traduit du hollandais par P. Massuet, Leyde, S. Luchtmans, 1739, 2 t. en un vol., pl. (ch. XLI, « Des vents », t. 2, p. 878-914, avec carte h.-t.). Cf. le passage sur les vents dans les Pays-Bas, p. 895.
On notera l’intérêt porté aux vents par des savants hollandais, pour deux raisons : accessoirement et localement, l’absence de reliefs (et les effets sur la circulation du vent), voire l’utilisation du vent par les moulins ; et surtout, au loin, le grand commerce maritime.

9 Cf. Forster, op. cit., p. 118-119 pour les exemples de vents rencontrés ; p. 118 pour le développement sur le fluide aérien (Forster parle de revolin — tournoiement du vent provoqué par un obstacle —, et Buache de reflux) ; p. 111 pour les considérations sur les observations scientifiques et leur utilisation critique.

10 Sur cet hydrographe, cf. supra, n. 81.

11 Chevalier de La Coudraye, ancien lieutenant des vaisseaux du roi, membre des Académies de Dijon et de Bordeaux, Théorie des vents [...], Fontenay, A. Cochon de Chambonneau, 1786, [ii] + 100 p., carte h.-t.

12 William Dampier, Voyages and Descriptions. Vol. II. In Three Parts, viz [...] 3. A Discourse of Trade-Winds, Breezes, Storms, Seasons of the Year, Tides and Currents of the Torrid Zone throughout the World [...], Londres, J. Knapton, 1699, p. 1-108 ; le Traité des vents, des tempêtes, des marées, & des courans figure dans une édition française, Amsterdam, P. Marret, 1701, p. 1-99. Dampier (East Coker, c. 1652 — Londres, 1715), navigateur, aventurier, capitaine de flibustiers, bon observateur des réalités géographiques, bourlingua à travers le monde, des Antilles et de l’Afrique aux Philippines et à la Nouvelle-Guinée. Son traité renommé est accompagné de deux cartes des vents (en anglais ou en français, selon l’édition) qui constituent, à elles seules, une contribution originale à la connaissance des vents tropicaux.

13 Isaac Vossius (Leyde, 1618 — Windsor, 1689), fils de l’humaniste G. J. Vossius, historiographe des états de Hollande, bibliothécaire de Christine de Suède, est l’auteur d’un De motu marium et ventorum liber, Hagae-Comitis, A. Vlacq, 1663, [vi] + 128 p., fig., trad, en français sous le titre le Guidon de la navigation ou traicté du mouvement de la mer et des vents,.... où la cause de tous les différents flux, reflux & courans... est enseignée avec l’origine des vents, Paris, F. Clousier, 1666, [xxi] + 138 p., fig. On notera une des finalités de l’ouvrage : le Guidon, selon l’édition française, doit conduire les navigations ; il est le routier des routiers. Un « aéroscope » (utilisant le vif-argent, le mercure), c’est-à-dire un baromètre, permettra aux marins de prévoir les tempêtes.

14 Edmund Halley (Haggerston, 1656 — Greenwich, 1742) rencontra John Flamsteed, astronome royal, qui composait un catalogue d’étoiles de l’hémisphère nord. Il vécut deux ans à Sainte-Hélène, publia à son retour un catalogue des étoiles australes, commanda plus tard, de 1698 à 1700, un bateau de guerre sur lequel il effectua des observations magnétiques et météorologiques. Il succéda en 1720 à Flamsteed à la tête de l’Observatoire royal de Greenwich. Il fut le premier à appliquer la théorie de Newton à l’étude des comètes, calculant que trois des comètes décrites dans les livres avaient la même orbite, les identifiant comme un seul et même corps céleste et en prédisant le retour tous les soixante-seize ans. Cette prédiction fut vérifiée en 1759, et la comète prit le nom de Halley.
Halley est aussi l’auteur d’une étude intitulée « An Historical Account of the Trade Winds, and Monsoons, Observable in the Seas between and near the Tropicks, with an Attempt to Assign the Physical Cause of the Said Winds », Philosophical Transactions [...], 16 (183), juil.-sept. 1686, Londres, 1688, p. 153-168. Cette étude est également illustrée par une carte. Sur Halley et l’histoire de la météorologie en général, M. Deacon, Scientists and the Sea 1650-1900, A Study of Marine Science, Londres/New York, 1971, xvi + 445 p. (p. 167-169) ; H. Howard Frisinger, The History of Meteorology : to 1800, New York/Boston, 1977, xii + 148 p. (p. 123-125) ; A. Fierro, Histoire de la météorologie, Paris, 1991, 319 p. (p. 69-71). Les divers travaux de Halley (astronomie, hydrographie, météorologie, magnétisme terrestre, démographie) sont évoqués par sir Edward Bullard, « Edmond Halley (1656—1742) », Endeavour. Revue trimestrielle destinée à tenir registre du progrès des sciences au service du genre humain, 15 (60), oct. 1956, p. 189-199, cartes.

15 D’Alembert (Paris, 1717 — Paris, 1783), Réflexions sur la cause générale des vents [...], Paris, David, 1747 (l’ouvrage remporta le prix de l’Académie de Berlin, en 1746). Cf. Histoire de l’Académie royale des sciences. Année M. DCCL. Avec les Mémoires [...], Paris, 1754, p. 41-47. D’Alembert a développé une autre théorie physique des vents — liée à la marée atmosphérique et due à l’action (l’attraction) de la lune et du soleil —, qui ne paraît pas avoir retenu l’attention de Buache. Elle a retenu en revanche celle de Laplace qui en calcula les oscillations (cf. note 150 sur l’aplatissement de la Terre).

16 Peut-être s’agit-il de Jacques 1er Bernoulli (Bâle, 1654 — Bâle, 1705), professeur de mathématiques à l’université de Bâle à partir de 1687, auteur d’une Dissertatio de gravitate aetheris, Amsterdam, H. Wetstenius, 1683, xvi + 272 p., fig.

© Éditions Rue d’Ulm, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540