Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'École normale de l'An III. Vol. 2, Leçons d'histoire, de géographie, d'économie politique

 | 
Daniel Nordman

Leçons de géographie de Buache et Mentelle

Huitième Leçon

7 Germinal/27 Mars

Texte intégral

MENTELLE

1Nous nous sommes d’abord occupés avec vous des moyens de répandre les connaissances géographiques dans les écoles primaires ; depuis nous avons parlé de l’enseignement des écoles centrales. Aujourd’hui nous ouvrons une nouvelle carrière, et nous allons traiter de la géographie, relativement aux maîtres, en fixant votre attention sur les objets qu’il leur convient de ne pas ignorer.

2Et d’abord j’offre à l’esprit, après la connaissance de la géographie physique, les notions plus ou moins étendues de la géographie politique qui embrasse des détails importants sur les pays et sur les peuples.

3La connaissance indispensable de l’histoire des peuples qui nous ont précédés, ainsi que l’ordre naturel des événements, nous imposent la nécessité de commencer ici par la géographie ancienne.

  • 1 Ici commencent les deux leçons (la huitième, Mentelle, et la neuvième, Mentelle puis Buache) sur la (...)

4Ordinairement on ne comprend, sous cette dénomination, que la description de la terre, au temps des peuples qui ont précédé l’ère vulgaire, et dont la connaissance est parvenue jusqu’à nous. Nous y joindrons un aperçu des connaissances géographiques chez les Grecs et les Romains1.

5Jusqu’ici les savants qui s’étaient occupés des recherches nombreuses et des études pénibles que nécessite le travail de la géographie, ayant eu deux objets différents, me paraissent pouvoir être divisés en deux classes : celle des littérateurs, et celle des géographes.

  • 2 Lucas Holste (Hambourg, 1596 - Rome, 1661). Humaniste, géographe et historien, secrétaire et biblio (...)
  • 3 Philipp Clüver (Danzig, 1580 — Leyde, 1622). Protestant de Danzig, professeur de géographie politiq (...)
  • 4 Christoph Cellarius (Smalkalde, 1638 - Halle, 1707). Philologue, historien et géographe, auteur d’é (...)
  • 5 Jacques Le Paulmier de Grentemesnil (pays d’Auge, 1587 - Caen, 1670). Érudit et philologue français (...)

6Les premiers, tels que Holstenius2, Cluvier3, Cellarius4, Paulmier de Grante-menil5, et beaucoup d’autres, ne s’étaient, en général, proposé que de nous faire connaître les peuples, les lieux, les fleuves indiqués par les auteurs anciens et cités dans leurs ouvrages.

  • 6 Cf. les travaux de M. Pastoureau, Les Sanson: un siècle de cartographie française (1630-1730), th. (...)
  • 7 Sur cette famille de géographes, cf. l’Introduction ; N. Broc, La géographie des philosophes [...], (...)
  • 8 Jean-Baptiste Bourguignon d’Anville (1697—1782), géographe du roi, membre de l’Académie des inscrip (...)

7Les seconds, tels que les Samson6, Delisle7, et surtout le célèvre Danville8, avaient cherché à retrouver par la discussion sur autant de points particuliers, quels lieux, quels fleuves représentent actuellement les fleuves et les lieux anciennement connus.

8On sent de quelle utilité les travaux des uns et des autres doivent être à l’étude de l’histoire et de l’antiquité.

9Mais une autre question, regardée jusqu’à présent comme insoluble, se présentait à l’esprit de ces savants, et personne ne l’avait traitée d’une manière satisfaisante ; c’est celle de rechercher quelle était l’étendue du savoir géographique chez les Grecs et chez les Romains.

  • 9 L’exposé de Mentelle et Buache s’appuiera sur des productions géographiques appartenant à plusieurs (...)

10Il ne nous reste proprement d’ouvrages géographiques des anciens9 que ceux de Strabon, de Pline, de Pausanias, de Ptolémée, de Pomponius Mela, et plusieurs périples.

11Il est vrai que Strabon nous a fait connaître Ératosthènes, Pythéas, etc., Ptolémée, Marin de Tyr, et d’autres. C’était dans leurs opinions qu’il fallait aller rechercher l’état des connaissances géographiques, et personne ne les a examinées sous ce point de vue.

  • 10 Pascal-François-Joseph Gossellin (Lille, 1751 - Paris, 1830). Issu d’une famille de négociants et l (...)
  • 11 Remarquons — louable effort pédagogique — l’utilisation des cartes contenues dans l’ouvrage de Goss (...)
  • 12 Le livre de Gossellin constitue la source essentielle, sinon unique, de Mentelle. Ou bien il lui em (...)
  • * C’est un volume in-4°, qui se vend chez l’auteur, vieille rue du Temple, en face de la maison appel (...)

12Ce problème vient d’être résolu d’une manière victorieuse par le citoyen Gosselin10, qui, joignant l’érudition à une sagacité rare, a publié sur cet objet un livre justement estimé de tous les savants de l’Europe. Mais comme par la nature des discussions qu’il renferme, il ne peut guère être un objet de lecture que pour ceux qui se livrent, d’une façon toute particulière, à l’étude de la géographie ; et que cependant la découverte qu’il renferme appartient à la philosophie et à l’histoire des révolutions des connaissances humaines, et même à celles des nations entières, je vais vous en présenter ici une exacte et courte analyse. Je vous mettrai en même temps sous les yeux quelques-unes des cartes11 qui accompagnent cet ouvrage, afin d’aider à l’intelligence de la doctrine qu’il renferme. Cet ouvrage a pour titre : Géographie des Grecs analysée12, etc.*.

  • 13 C’est le thème courant, dans la littérature grecque, des héros ou des peuples inventeurs, mythiques (...)

13Voici d’abord en deux mots ce qui résulte du travail vraiment neuf du citoyen Gosselin ; c’est que les Grecs n’ont traité la géographie que longtemps après des peuples infiniment plus instruits qu’eux13 ; peuples qui avaient certainement des connaissances très étendues en astronomie, et qu’ils avaient su appliquer, avec le plus grand succès, à la description de la terre, et à la construction des cartes géographiques.

14Le temps ayant effacé presque toutes les traces de ces travaux, il paraît que les Grecs n’en recueillirent qu’une espèce de carte, dont le mode de projection leur était entièrement inconnu et dont ils firent la base des différents systèmes qu’ils proposèrent pour la description de la terre. Cette carte n’offrait que des contours et des positions, sans parallèles et sans méridiens.

15Cette carte, d’après les différentes preuves qu’en donne le citoyen Gosselin, devait être à projection plate, et par conséquent offrir des mesures fictives, beaucoup trop grandes dans le sens des longitudes. Les Grecs, privés de tout moyen pour vérifier l’ensemble de ces distances, furent forcés d’en admettre la plus grande partie, et ne purent hasarder que des corrections partielles, par rapport aux lieux qu’ils parcoururent le plus.

16Ces corrections devinrent le principe de la variété que l’on remarque dans les divers systèmes géographiques des anciens ; et dans les distances qu’ils supposaient exister entre un lieu et un autre. Heureusement ils ne touchèrent pas sensiblement à la longueur de la Méditerranée, ni à celle de l’Asie, jusqu’à l’embouchure du Gange. Ils en conservèrent la mesure telle que cette ancienne carte la présentait. L’erreur qui résultait nécessairement de sa projection ne fut d’abord que d’environ un cinquième sur les distances, dans le sens de la longitude. Mais les Grecs ayant varié dans la suite sur l’étendue qu’il convenait de donner au degré des grands cercles de la terre portèrent l’erreur dans la graduation, jusqu’à deux septièmes.

  • 14 Liée à la précédente, cette affirmation, sans cesse répétée dans la suite des leçons (les erreurs d (...)

17Telles furent les causes qui répandirent tant d’obscurités et tant de méprises14, dont les Samson, Delisle et Danville même n’ont pu se garantir, et dont un génie actif vient de découvrir le principe, en donnant la méthode de les faire disparaître.

Système d’Ératosthènes15

  • 15 Pour Ératosthène (Cyrène, c. 285-275 — Alexandrie, c. 192), emprunt à Gossellin, op. cit., p. 7-12.
  • ** Cette obliquité, selon le citoyen de la Lande, est actuellement de 23 degrés 27 minutes 53 secondes (...)

18Dans le nombre des géographes anciens que le citoyen Gosselin a soumis à la discussion de ses principes mathématiques, Ératosthènes est celui qui s’offre le premier. Cet ancien disait avoir trouvé, par des opérations géométriques, que la circonférence de la terre devait être de 252 000 stades, ce qui donnait 700 stades pour le degré. Dans son observation de l’obliquité de l’écliptique, il avait trouvé le tropique, ou, ce qui revient au même, l’ouverture de l’angle formé par l’écliptique et l’équateur, de 23 degrés 51 minutes 15 secondes**. Il avait aussi reconnu que l’arc du méridien, compris entre le tropique et le zénith d’Alexandrie, était la cinquantième partie du cercle, ou de 7 degrés 12 minutes. Il s’ensuit qu’il fixait la latitude de cette ville à 31 degrés 3 minutes 15 secondes, qu’il réduisit dans ses cartes à 31, valant, selon lui, 21 700 stades.

Points principaux en latitude

19Ne croyant pas la terre habitable dans toute sa circonférence, à cause des excessives chaleurs de la zone torride, il avait tracé un premier parallèle à 83 000 stades au nord de l’équateur, et le nommait parallèle des limites. Cette ligne passait par l’île des Exilés, en Égypte ; par la partie méridionale de l’Éthiopie, où croissait la cinnamome, c’est-à-dire la cannelle ; par la Taprobane, au sud de l’Inde, et servait de bornes aux pays où l’on croyait que l’ardeur du soleil ne permettait plus aux hommes d’habiter.

20Le second parallèle était celui de Meroé ; il était à 3 400 stades de celui des limites : il passait par la partie méridionale des Indes ; donc il était à 11 700 stades de l’équateur.

21Le troisième parallèle passait à Syène, et se confondait avec le tropique. Ératosthènes le plaçait à 5 000 stades de Meroé, ce qui donne 16 700 stades de distances à l’équateur.

22Le quatrième parallèle est celui d’Alexandrie, fixé, comme je viens de le dire, à 5 000 stades au nord du tropique, ou à 21 700 stades à l’équateur.

23Le cinquième parallèle est le plus important à déterminer, parce qu’Ératosthènes le conduisit dans toute la longueur de la terre connue de son temps. Il le fit passer par les Colonnes d’Hercule, ou détroit de Gadès, par le détroit de la Sicile, les parties méridionales du Péloponèse et de l’Attique, l’île de Rhodes, la Carie, la Lycaonie, la Cataonie, le golfe d’Issus, la Médie, le long de la chaîne du Taurus, qui, rencontrant le Caspiae Pyloe, ou portes Caspiennes, s’avançait, selon lui, jusqu’à Thinoe. Ératosthènes ayant trouvé, au moyen d’un gnomon, que la mesure de l’arc du méridien, entre Rhodes et Alexandrie, était de 3 750 stades, il en faut conclure que le cinquième parallèle était à 25 450 stades de l’équateur.

24Le sixième parallèle (ou parallèle qui passait par la ville d’Amisus) passait aussi, selon Ératosthènes, par l’Hellespont, la Propontide, la Colchide, la mer Hircanienne, la Bactriane et la Scythie. Il était à 28 450 stades de l’équateur.

25Le septième parallèle passait par Byzance. Il était à 29 800 stades de l’équateur.

26Le huitième parallèle passait à l’embouchure du Borysthènes. Ce parallèle était à 500 stades du précédent ; ce qui donnait 34 800 stades de distance à l’équateur.

27Enfin, un neuvième et dernier parallèle passait à Thule. Il était éloigné de 11 500 stades des bouches du Borysthènes. Ératosthènes fixait la position de cette île, d’après Pythéas, qui disait y avoir observé que le tropique d’été y servait de cercle arctique, c’est-à-dire qu’il touchait l’horizon, ce qui plaçait Thule à 46 300 stades de l’équateur.

Points principaux en longitude

28Je passe actuellement à la recherche des principaux points en longitude.

29Eratosthènes comptait les degrés de longitude sur une ligne qu’il prolongeait depuis le cap Sacrum (C. S. Vincent) de l’Ibérie, ou de l’Hispanie, par les Colonnes d’Hercule, le détroit de Sicile, l’extrémité méridionale du Péloponèse, de l’Attique par Rhodes, le golfe d’Issus, les portes Caspiennes, et le long de la chaîne de Taurus, jusqu’à Thinœ, qu’il plaçait sur les côtes orientales d’Asie ; c’était, comme on vient de le voir, son cinquième parallèle.

30Et, comme ce parallèle, selon lui, ne devait avoir qu’un peu moins de 200 000 stades de circonférence, il est clair qu’il réduisait la valeur du degré à cette latitude à environ quatre cinquièmes de celui de l’équateur, ce qui est à peu près la diminution des degrés de longitude, calculée dans l’hypothèse de la terre sphérique pour une latitude approchant du trente-sixième degré et demie. Le degré à cette latitude ne doit donc comprendre que 555 stades.

  • 16 Lire 200 000 stades. Ces passages constituent un emprunt littéral à Gossellin, op. cit., p. 38-41.

31Mais Ératosthènes employait le degré à raison de 700 stades, et comme sous le parallèle de Rhodes ce cercle ne contenait, selon lui, que 20 000 stades16 ; que du cap Sacrum à l’embouchure du Gange, il en comptait 70 000, il soutenait que la longueur du continent embrassait un peu plus du tiers de ce parallèle.

32La même proposition se présentera, si l’on réduit cette mesure en degrés de 575 stades chacun, puisque l’on aura, pour l’intervalle compris entre ces deux points, 126 degrés 7 minutes 34 secondes, qui excéderont aussi le tiers du cercle divisé en 360 parties. Or, la distance réelle, entre le cap Sacrum et l’embouchure la plus orientale du Gange, n’est que de 99 degrés 33 minutes 45 secondes. Il en faut conclure qu’Ératosthènes s’est trompé de 26 degrés 43 minutes 49 secondes, dans l’évaluation qu’il a faite de leur intervalle.

  • 17 Cf. Gossellin, op. cit., p. 39. Ces dessins existaient, mais ils sont perdus. Les géographes de l’A (...)

33Cette erreur paraît tenir uniquement à la manière dont Ératosthènes envisageait la construction de la carte sur laquelle il prenait ses distances. Il faut observer que la mesure précédente, ainsi que la plupart de celles qui appartiennent aux longitudes, étaient purement hypothétiques pour cet ancien. Il n’avait aucune observation, aucun moyen qui pût l’aider à les vérifier. Les secours qu’il pouvait tirer de son siècle étaient même tellement bornés que, selon Strabon, il n’avait pu s’en procurer aucune sur l’Ibérie, la Gaule, l’Italie, le golfe Adriatique, le Pont-Euxin, etc. Ainsi, il ignorait presque toutes les distances de l’Europe, et il ne faisait que répéter aveuglément celles qu’il trouvait employées dans les cartes qui existèrent de son temps17.

34S’il a fait des changements à ces cartes, ce n’a donc pu être que dans quelques-unes des distances intermédiaires, en les combinant sans doute autrement qu’elles ne l’avaient été jusqu’alors ; et, comme il lui était impossible de réunir un assez grand nombre de ces mesures, ou de ces combinaisons nouvelles, pour qu’elles pussent atteindre, d’un bout à l’autre, l’extrémité du continent, il faut se persuader qu’il a soumis ses corrections particulières aux grandes limites qu’il trouvait établies, et qu’il n’a rien pu changer au cadre qui les renfermait.

35Il faut encore faire attention 1° qu’Ératosthènes ignorait la méthode des projections, et que toutes les cartes qui existaient de son temps étaient des cartes plates, dans lesquelles les méridiens et les parallèles étaient supposés représentés par des lignes droites qui conservaient partout entre elles les mêmes distances ; 2° que l’on retrouve cette même manière de construire une carte également employée par les nations qui sortent de la Barbarie, et par celles que les révolutions y ont replongées, avec cette différence que chez les premiers elle ne présente aucune base astronomique, et annonce seulement des efforts pour soumettre la géographie à quelques principes fixés ; au lieu que chez les seconds, elle conserve toujours des traces qui laissent apercevoir de grandes pertes et les débris d’une méthode beaucoup plus perfectionnée.

36Pour distinguer à laquelle de ces époques la carte d’Ératosthènes doit être rapportée, il faut lui appliquer le genre de graduation qui convient à une carte plate, en y traçant des méridiens perpendiculaires à l’équateur et des parallèles à ce cercle éloignés les uns des autres de 700 stades.

37Si alors aucune position ne se trouve rangée sous la graduation qui lui est propre, il faut regarder cette carte comme un premier essai informe qui, envisagé du côté de la science, ne mérite nulle attention. Mais si, au contraire, cette graduation fait voir que les points les plus essentiels s’éloignent peu de celle qu’ils ont réellement sur le globe, on sera forcé de croire, sans doute, que leur emplacement n’a pu être déterminé que par des connaissances positives, dont le souvenir peut s’être perdu, mais dont l’exactitude se découvre encore dans les monuments que l’ignorance a défigurés, sans être parvenue à les détruire.

38Les distances les plus importantes et les plus difficiles à fixer dans les cartes qu’Ératosthènes construisait étaient celle du cap Sacrum à Issus, qui donnait la longueur de la Méditerranée ; et celle de ce même cap à l’embouchure du Gange, qui déterminait à la fois l’étendue de l’Europe et de l’Asie.

39La carte qu’il consultait lui donnait 70 000 stades d’intervalle à l’ouverture du compas, entre le cap Sacrum de l’Ibérie et l’embouchure du Gange ; et comme la construction d’une carte décide seule de l’évaluation qu’il faut donner aux distances qu’elle offre, et que dans une carte plate les degrés de longitude sont nécessairement toujours égaux, ces 70 000 stades ne pouvaient représenter que 100 degrés justes. Or, c’est à 35 minutes 15 secondes près la distance précise que les observations modernes mettent entre l’une et l’autre de ces positions ; car, selon les meilleures observations, l’embouchure orientale du Gange est à 99 degrés 23 minutes 45 secondes loin du cap Saint-Vincent. Si l’on y ajoute les 36 minutes 15 secondes de différence en moins, nécessaires pour arriver à la distance indiquée par Ératosthènes, on aura les 100 degrés que présentait sa carte.

40De même, pour l’intervalle compris entre le cap Sacrum et Issus, il trouvait 30 300 stades, qui valaient 43 degrés 17 minutes 8 secondes, à raison de 700 stades au degré ; et c’est encore à 1 degré 22 minutes 52 secondes près la longueur que nous lui connaissons aujourd’hui, puisque la distance entre le cap Saint-Vincent et Alexandrette, très près de l’ancienne Issus, est de 44 degrés 40 minutes 0 seconde ; la différence entre cette mesure, et celle donnée en plus par Ératosthènes, est d’un degré 22 minutes 52 secondes, d’où il résulte la position à 43 degrés 17 minutes 8 secondes.

  • 18 De cette valeur approchée du tiers de la mesure du parallèle correspondant — encore supérieure à la (...)

41Il donnait donc ainsi des résultats justes, d’après des suppositions fausses ; car, en comptant 70 000 stades du cap Sacrum au Gange18, il admettait plus du tiers de 200 000 stades qu’il donnait à ce parallèle, et dans la réalité il y a moins du tiers de ce cercle, puisque cette étendue n’est que de 99 degrés 23 minutes 45 secondes.

42Les très anciens géographes avaient donc eu raison de mettre l’embouchure du Gange au 100e degré de longitude, à partir du cap Sacrum ; mais Ératosthènes, faute de les entendre, avait tort de donner à cette étendue 126 degrés 7 minutes 34 secondes, résultant du nombre de 70 000 qu’il comptait, et qui en supposaient 555 dans le degré du cercle. S’il eût eu nos connaissances, il eût vu :

  1. Que l’embouchure du Gange n’était pas près du 30e degré de latitude, comme il le supposait, mais seulement au 23e ;
  2. Qu’à cette latitude, le degré du parallèle, qui est de 52 514 toises, devait lui donner 641 stades 1/14 ;
  3. Qu’au lieu de 70 000 stades qu’il comptait du cap Sacrum à l’embouchure orientale du Gange, il n’aurait dû en compter que 64 100 ;
  4. Le même principe lui eût donné la latitude d’Issus, à 36 degrés environ ;
  5. Il eût vu qu’à cette latitude le degré de longitude ne renferme que 46 154 toises, ou 20 lieues 514 toises, ce qui lui aurait donné environ 31 223 stades, au lieu de 30 300 ;
  6. Mais, surtout, il eût vu qu’il ne devait pas tenir compte, dans toute cette carte, de la diminution qu’éprouvait le parallèle à la hauteur du 36e degré de latitude. Le fond d’exactitude de cette carte d’Ératosthènes contraste trop avec l’usage qu’il en fit, pour que les connaissances que ce travail suppose pussent appartenir à son siècle ni à lui-même ; et cela se prouve, d’abord par l’erreur qu’on lui voit faire de la longueur du continent, comparée à sa circonférence du parallèle de Rhodes. De plus, parce qu’aucun des peuples qui existaient alors ne possédait assez de géographie astronomique, pour avoir pu déterminer, avant tant d’exactitude, les distances indiquées sur sa carte.
  • 19 Pour ces passages du cours, cf., à quelques rares modifications près, le texte de Gossellin, op. ci (...)
  • 20 Insistance significative, ici, de Mentelle: Gossellin parle seulement de « la carte d’Ératos-thenes (...)

43Car, si l’on compare19 ces travaux géographiques avec ceux du siècle dernier, on verra que ceux-ci étaient bien loin d’avoir, sur la longueur de la Méditerranée et sur la distance du Gange, des notions qui approchassent de la justesse de celui qui se trouve sur la carte qu’Ératosthènes copiait20, quoique ces espaces eussent été parcourus sans relâche, pendant plus de 1900 ans, depuis l’époque de la publication de cette carte. Nicolas Samson en 1652, et Guillaume Samson en 1668, comptaient encore du cap Sacrum à Issus 60 degrés d’intervalle ; ce qui donnait à la Méditerranée une étendue de près d’un tiers de plus qu’elle n’a réellement. Ils plaçaient aussi l’embouchure du Gange à 125 degrés du cap Sacrum, et c’était 25 degrés de trop vers l’orient, lesquels donnaient plus de 600 lieues d’erreur, en mesurant à l’ouverture du compas ; tandis que, dans la carte d’Ératosthènes qui se trouve rectifiée dans l’ouvrage que j’analyse, l’erreur n’est que de 14 lieues, provenant vraisemblablement de ce que cet ancien, ou d’autres avant lui, avaient négligé quelques fractions, afin de fixer la somme des distances en nombres ronds.

44On sait très bien actuellement combien il est nécessaire d’avoir, pour fixer les longitudes, des observations correspondantes de quelques phénomènes célestes, tels qu’une éclipse de soleil ou de satellites, pour croire qu’aucun des anciens peuples, dont nous avons l’histoire, aient pu s’en occuper ; et même, malgré les progrès de l’astronomie, la découverte des satellites de quelques planètes, et la perfection des instruments, nous n’avons encore qu’un assez petit nombre de lieux déterminés avec une exactitude rigoureuse. À plus forte raison, les peuples de l’antiquité, venus à notre connaissance, n’ont-ils pu nous égaler dans ce genre de travail.

45Pour s’en assurer, il suffira de jeter un coup d’œil sur les principales nations qui occupaient alors les bords de la Méditerranée.

46Les Phéniciens, il est vrai, avaient parcouru cette mer ; mais il est certain qu’ils n’ont jamais su de géographie astronomique ; et que deux siècles après Ératosthènes, ils n’avaient encore que des principes fort erronés sur cette science ; car il est facile d’en juger par les erreurs que Ptolémée relève dans les ouvrages et dans les cartes que Marin de Tyr avait composés.

47On sait que les Égyptiens, avant l’invasion de Cambyse, sortaient peu de leur pays, et que depuis cette époque, jusqu’à l’arrivée d’Alexandre, ils n’ont fait que perdre les connaissances anciennes qu’ils avaient pu recueillir.

48Les Romains, occupés d’abord à soumettre l’Italie, n’ont commencé à construire des flottes que pour la première guerre punique, qui précéda de peu d’années le temps où écrivait Eratosthènes ; ainsi ils ne pouvaient, par eux-mêmes, avoir aucune notion sur l’étendue de la Méditerranée.

  • * Les Grecs appelaient ainsi tout voyage le long des côtes.

49Les Carthaginois n’étaient pas plus habiles que les Tyriens, à en juger par le Périple* qui nous reste de l’expédition d’Hannon. On y voit que cette nation commerçante n’employait pas les observations astronomiques dans ses voyages ; d’ailleurs, si Ératosthènes avait puisé chez eux quelques connaissances, il est probable qu’il n’aurait pas mis Carthage sous le méridien du détroit de Sicile ; ou bien il faudrait convenir que les Carthaginois n’avaient aucune notion exacte, même sur les pays qui avoisinaient le leur.

  • 21 « Avant J.-C. » chez Gossellin, op. cit., p. 44.

50Parmi les Grecs, si l’on excepte Pythéas, sur lequel je reviendrai bientôt, on n’en voit aucun qui se soit occupé de géographie astronomique, avant la fondation de l’école d’Alexandrie. Les descriptions géographiques les plus amples qu’ils eussent faites jusqu’alors n’étaient que des récits vagues, sur la disposition et l’étendue des différentes contrées, semblables à celui qu’Hérodote (liv. IV, § 40, 45) lisait aux Jeux Olympiques de l’an 456, avant l’ère vulgaire21. On y trouve le résultat des recherches qu’il avait faites dans ses voyages à Tyr, en Égypte, dans l’Asie mineure, où il venait de consulter les peuples qui avaient envoyé des colonies jusqu’aux extrémités de l’Europe. On doit croire qu’Hérodote présentait, à la Grèce assemblée, le corps de géographie le plus complet et le plus exact qu’il eût encore vu, et son ouvrage nous semble fixer, à cet égard, l’état des connaissances de son siècle. Cependant on n’y découvre aucun principe, aucun élément qui annonce la plus légère idée d’une observation, même sur les latitudes, et qui puisse aider à deviner comment il concevait l’arrangement des différentes parties du globe.

51Hérodote fait une erreur étrange, en assurant, comme une chose très connue alors, que l’Europe seule était plus longue que l’Asie et l’Afrique, prises ensemble. Une pareille assertion, née et soutenue au milieu des nations qui naviguaient le plus, fait assez voir qu’elles n’avaient encore aucune espèce de notions sur la distance que leurs vaisseaux devaient parcourir pour arriver à Gadès ; qu’elles y allaient à peu près, comme on va à la recherche d’un pays dont on ne fait que soupçonner l’existence.

52Dans la suite, les Grecs parvinrent à rassembler quelques itinéraires, semblables à celui de la marche d’Alexandre, qui n’avait à sa suite personne qui fût capable de faire une observation tant soit peu exacte. Ils eurent aussi des périples dans le genre de celui de Scylax, où les distances, le long des côtes, étaient estimées tantôt en stades, tantôt en journées de navigation. Mais on conçoit combien ces méthodes étaient insuffisantes pour faire connaître la situation des pays, et pour en fixer les limites correspondantes aux cercles de la sphère.

53Ces détails rapides doivent suffire, citoyens, pour démontrer qu’aucun des peuples qui naviguaient sur la Méditerranée n’était en état de fournir des connaissances précises sur son étendue. Chacun d’eux, pris séparément, pouvait bien connaître quelques parties des rivages de cette mer ; mais son ensemble leur était aussi impossible à saisir qu’il l’était pour nous dans le dernier siècle, avant que nos astronomes fussent allés déterminer les bords de son bassin. Les distances particulières, données par Ératosthènes, peuvent être considérées comme le résultat des erreurs de ces divers peuples. C’est probablement lui qui aura arrangé les distances dans le cadre où celle du cap Sacrum à Issus était fixée, comme il aura disposé, d’après l’itinéraire d’Alexandre, les distances d’Issus aux portes Caspiennes et à YIndus, sans rien changer à la position des bouches du Gange, qu’il trouvait également fixée sur quelque carte ou dans quelque ouvrage qui ont cessé d’être connus. Car il est remarquable que pas une des distances intermédiaires n’est exacte dans Ératosthènes, tandis que les grandes mesures sont ou peuvent être considérées comme justes. Il paraîtra sans doute impossible de croire qu’en accumulant et en combinant les erreurs le hasard ait produit des vérités ; et surtout si l’on fait attention qu’elles n’ont pu appartenir qu’à une géographie aidée de tous les secours de l’astronomie.

54Ces connaissances, très anciennes, n’étaient pas bornées à l’intérieur du continent ; elles embrassaient, sans doute, le globe entier. Nous allons en indiquer des traces sur les côtes de l’océan Atlantique. Celles de l’Europe, au-delà des Colonnes d’Hercule, n’étaient connues d’Ératosthènes que par les écrits de Pythéas. Cet homme, né à Marseille, se vantait d’avoir parcouru toutes les contrées maritimes de l’Europe, depuis le Tanaïs jusqu’à Thule, sous le cercle polaire, entreprise inconcevable de la part d’un particulier qui paraît avoir joui d’une fortune médiocre, dans un siècle où les voyages étaient si pénibles et si coûteux que Polybe, Dicéarque, Strabon, et d’autres, ont regardé le récit de Pythéas comme une fable grossière, quoiqu’ils n’eussent pas, contre les assertions renfermées dans ses récits, les preuves que nous allons leur opposer.

Notes

* C’est un volume in-4°, qui se vend chez l’auteur, vieille rue du Temple, en face de la maison appelée autrefois Palais-Cardinal.

* Les Grecs appelaient ainsi tout voyage le long des côtes.

** Cette obliquité, selon le citoyen de la Lande, est actuellement de 23 degrés 27 minutes 53 secondes (Éléments d’astronomie).

(61) L’Astronomie de Joseph-Jérôme Le Français de Lalande a été éditée pour la première fois en 1764, puis rééditée en 1771, 1792, etc. Cet ouvrage comporte la somme des connaissances du temps et constitue par ses nombreuses tables une référence pour l’époque. Il comprend en plus une importante partie consacrée à l’histoire de cette discipline.

1 Ici commencent les deux leçons (la huitième, Mentelle, et la neuvième, Mentelle puis Buache) sur la géographie ancienne, conçue comme le début d’un cours de géographie politique. Les leçons ne visent pas à faire connaître les villes, les peuples, les régions et les divisions administratives du monde ancien (malgré trois pages très schématiques de Mentelle, à la fin de son intervention, neuvième leçon, p. 265-266). Elles ont essentiellement pour objet de rechercher « l’étendue du savoir géographique » des Anciennes, Grecques et Romaines (huitièmes leçons, p. 242), en le mettant à l’épreuve des connaissances modernes et de souligner les « erreurs » de ces premiers géographes. Il ne s’agit donc pas de géographie historique, mais d’histoire de la pensée géographique.
De là certaines difficultés de la présente annotation, ou plutôt ses choix. Il n’a pas paru nécessaire de procéder, à la suite de Mentelle, et comme lui, au partage entre le vrai et le faux dans la géographie des Anciens; ni de distinguer, en tout cas systématiquement, selon la même démarche, ce qui est vrai et faux (judicieux ou non) dans les appréciations portées sur leur géographie par Gossellin (cf. infra), Mentelle et Buache, etc. Ont été naturellement exclues des références (qui eussent pourtant été dans la ligne de la démonstration) à ce que l’on sait aujourd’hui, en 1993, de la science géographique grecque ou romaine: on se reportera, pour telle ou telle de ces questions (les ouvrages et les sources géographiques, les dimensions et les distances, la forme du monde habité, la cartographie, les apports des géographes anciens les uns par rapport aux autres, etc.), entre autres travaux, à ceux de G. Aujac, La géographie dans le monde antique, Paris, 1975, 128 p., ill., et Strabon et la science de son temps. Les sciences du monde, Paris, 1966, 327 p., fig.; P. Pédech, La géographie des Grecs, Paris, 1976, 203 p.; Cl. Nicolet, L’Inventaire du monde. Géographie et politique aux origines de l’Empire romain, Paris, 1988, 347 p., ill.; R. Chevallier, Voyages et déplacements dans l’Empire romain, Paris, 1988, 447 p.; Ch. Jacob, La Description de la terre habitée de Denys d’Alexandrie ou la leçon de géographie, préface de M. Detienne, Paris, 1990, 267 p.

2 Lucas Holste (Hambourg, 1596 - Rome, 1661). Humaniste, géographe et historien, secrétaire et bibliothécaire du cardinal François Barberini, auteur d’une multitude d’ouvrages, et d’annotations sur des œuvres anciennes et modernes.

3 Philipp Clüver (Danzig, 1580 — Leyde, 1622). Protestant de Danzig, professeur de géographie politique à l’université de Leyde, auteur de Introductionis in universam geographiam tam veterem quam novam libri VI [...], Leyde, 1624. Sur celui qui fut appelé le « prince des géographes », cf. F. de Dainville, La géographie des humanistes, Paris, 1940 (Slatkine reprints, 1969), p. 180 sq.

4 Christoph Cellarius (Smalkalde, 1638 - Halle, 1707). Philologue, historien et géographe, auteur d’éditions d’un grand nombre d’auteurs anciens (Cicéron, César, Cornelius Nepos, Quinte-Curce, Pline le Jeune...).

5 Jacques Le Paulmier de Grentemesnil (pays d’Auge, 1587 - Caen, 1670). Érudit et philologue français, commentateur de textes de l’Antiquité (Lucain, périple de Scylax, Strabon).

6 Cf. les travaux de M. Pastoureau, Les Sanson: un siècle de cartographie française (1630-1730), th. de 3e cycle, 1982, université de Paris IV, 3 t., dactylogr.; Nicolas Sanson d’Abbeville. Atlas du monde 1665, présenté par [...], Paris, 1988, 226 p.

7 Sur cette famille de géographes, cf. l’Introduction ; N. Broc, La géographie des philosophes [...], op. cit., passim; et les recherches de L. Lagarde, citées infra.

8 Jean-Baptiste Bourguignon d’Anville (1697—1782), géographe du roi, membre de l’Académie des inscriptions et belles-lettres, puis de l’Académie des sciences, est l’auteur d’une production cartographique et géographique considérable (des ouvrages comme la Géographie ancienne abrégée, Paris, 1768, 3 t., ou les États formés en Europe après la chute de l’Empire romain en Occident, Paris, 1771, etc.). Ses travaux, conduits dans son cabinet, correspondent bien aux préoccupations de cette école géographique telles que les définit Mentelle: esprit critique et érudition, science géographique mêlée d’histoire et passionnée d’Antiquité, confrontation de la géographie du monde ancien et de celle du monde moderne, de la géographie historique et de la géographie mathématique, attention extrême portée à la toponymie, à la valeur des mesures itinéraires, à la position exacte des villes ou à la direction des fleuves... Cf. N. Broc, op. cit., p. 31-35.

9 L’exposé de Mentelle et Buache s’appuiera sur des productions géographiques appartenant à plusieurs courants de la géographie antique: la géographie astronomique, géométrique et mathématique (type Ératosthène); la description de la terre habitée (Strabon); les itinéraires de voyageurs ou d’explorateurs, décrivant par exemple des côtes (Pythéas); des cartes enfin, qui ont dû exister mais qui ont disparu (sur ces traditions, Ch. Jacob, La description [...], op. cit., p. 19 sq.).
Mentelle insistera longuement sur la géographie géométrique (données astronomiques, latitudes et longitudes, distances), mais passera aussi, comme par une sorte d’éclectisme (ou par rigueur et nécessité pédagogique), aux autres expressions géographiques. Buache choisira beaucoup plus nettement, en s’intéressant aux routes de terre et de mer.

10 Pascal-François-Joseph Gossellin (Lille, 1751 - Paris, 1830). Issu d’une famille de négociants et lui-même destiné aux affaires, il est consul et syndic de la Chambre de commerce de Lille, membre du Conseil royal du commerce pour la Flandre, le Hainaut et le Cambrésis. Il s’intéresse à l’économie, aux mathématiques, à l’histoire naturelle, à la numismatique. Il voyage à travers l’Europe occidentale (en France, aux Pays-Bas, en Espagne, en Italie, en Suisse), acquérant ainsi de solides connaissances économiques et mettant à profit ses déplacements pour effectuer des recherches de géographie antique. L’Académie des inscriptions et belles-lettres ayant proposé comme sujet, pour le prix qu’elle allait décerner en 1789, la comparaison des œuvres de Strabon et de Ptolémée, il écrit une vaste synthèse sur les connaissances géographiques des Grecs, publiée en 1790, intitulée Géographie des Grecs analysée; ou les systêmes d’Ératosthenes, de Strabon et de Ptolémée comparés entre eux et avec nos connaissances modernes [...], Paris, Impr. Didot l’aîné, 1790, [viii] + 164 p. + xxxi p., tableaux, cartes. Membre de l’Académie des inscriptions en 1791, mobilisé en 1794 au département de la Guerre, membre de l’Institut en 1795, conservateur au Cabinet des médailles en 1799, il publie des Recherches sur la géographie systématique et positive des Anciens; pour servir de base à l’histoire de la géographie ancienne, Paris, Imprimerie de la République, an VI-1813, 4 t., cartes. D’autres travaux portent sur les médailles, les mesures itinéraires des Anciens, les cartes géographiques. Il rédige le chapitre, consacré à la géographie ancienne, inclus dans le Rapport à l’Empereur présenté par B.-J. Dacier, le Rapport historique sur les progrès de l’histoire et de la littérature ancienne depuis 1789, et sur leur état actuel (la géographie, partagée depuis 1803 entre deux classes de l’Institut, apparaît aussi dans le Rapport historique sur les progrès des sciences mathématiques [...], op. cit., dû à J.-B. Delambre). Gossellin est bien, de la Constituante à l’Empire, le spécialiste incontesté de la géographie ancienne, discipline formellement littéraire — officiellement classée comme telle —, mais dont il s’emploie à démontrer le statut et le contenu scientifiques. Sur Gossellin, cf. B.-J. Dacier, « Notice historique sur la vie et les ouvrages de M. Gossellin », Histoire et mémoires de l’Institut royal de France, Académie des inscriptions et belles-lettres 9, 1831, p. 200-221; L. Trenard, « Gossellin », in Roman d’Amat (éd.), Dictionnaire de biographie française; Ch. Jacob, « Géographie ancienne. Présentation », in Rapports à l’Empereur sur le progrès des sciences, des lettres et des arts depuis 1789. IV. B.-J. Dacier, Histoire et littérature ancienne, préface de D. Woronoff, présentation et notes sous la direction de F. Hartog, Paris, 1989, 330 p. (p. 187-191).

Sur la géographie historique au xviiie siècle, cf. Ch. Grell, Histoire ancienne et érudition. La Grèce et Rome dans les travaux des érudits en France au xviie siècle, th. de 3e cycle, université de Paris-IV, 1984, 2 vol., dactylogr., 642 p., en particulier p. 323 sq. Voir aussi, du même auteur, Le xviie siècle et l’antiquité en France. Etude sur les représentations sociales et politiques, littéraires et esthétiques de la Grèce et de la Rome païennes, université de Paris-IV, 1990, 2 vol., dactylogr., 1200 p.

11 Remarquons — louable effort pédagogique — l’utilisation des cartes contenues dans l’ouvrage de Gossellin (dix cartes reconstituées: le système géographique d’Ératosthène, de Strabon, de Ptolémée...).

12 Le livre de Gossellin constitue la source essentielle, sinon unique, de Mentelle. Ou bien il lui emprunte, textuellement, de larges extraits. Lisait-il l’ouvrage devant son public ? On n’a pas vraiment l’impression qu’il ait pris des notes. Le cours a-t-il été édité à partir de pages entières de Gossellin ? C’est le cas pour la première leçon, et pour le début de la deuxième. Ou bien il lui emprunte des bribes, en sautant d’un développement à l’autre, comme il le fait pour la géographie de Strabon. Force est de constater que ces leçons de géographie ancienne, réputées difficiles (Mentelle les destine à de futurs maîtres), ne font pas l’objet de l’analyse annoncée, d’un cours reconstruit et composé. S’agissant de la documentation proprement dite, elles se présentent comme un patchwork (d’une seule origine), développées selon l’ordre suivi par Gossellin (par auteurs, puis, avec Strabon, par régions).

13 C’est le thème courant, dans la littérature grecque, des héros ou des peuples inventeurs, mythiques ou réels, fondateurs des sciences et des techniques, comme les Égyptiens ou les Phéniciens. Cf. Ch. Jacob, La description [...], op. cit., p. 59. Mais, si l’on se reporte à la fin de la leçon, on constate que ces peuples, qui avaient eu de vastes connaissances en astronomie, ne pouvaient être ni les Phéniciens, ni les Carthaginois, et que les Égyptiens eux-mêmes perdirent leur science... (cf. infra).
L’idée selon laquelle il exista un peuple ancien et savant est présente dans l’ouvrage de Gossellin (allusions à une carte ou un ancien ouvrage, connu d’Ératosthène, mais disparu, Géographie des Grecs [...], op. cit., p. 45; à un ancien ouvrage pillé par Pythéas, p. 47; voire, suivant la théorie de l’astronome Bailly, à un peuple très ancien, p. 50-51; ou même considérations plus générales sur les découvertes des hommes, perdues et retrouvées, p. 148), mais beaucoup plus discrètement exprimée. Elle est en revanche continuellement évoquée par Mentelle, et lui permet d’insister sur la décadence et les erreurs de la géographie grecque. C’est là une de ses deux ou trois idées forces qui enveloppent les extraits de Gossellin. Dans un même ordre d’idées, Buache attribue plus loin aux Chaldéens le catalogue d’étoiles d’Hipparque.
Mentelle évoque, dans sa Cosmographie élémentaire (cf. supra, n. 10), cette théorie d’un peuple très ancien et très savant, mais c’est surtout pour la considérer comme mal établie. Plus tard, après les cours à l’École normale, il publiera un livre sur les erreurs des Grecs. Sur la question du peuple antérieur (chez Jean-Sylvain Bailly, Gossellin), cf. Ch. Grell, Histoire ancienne et érudition [...], op. cit., pp. 422-431. Selon Bailly, ce peuple avait vécu dans le Grand Nord, dont le climat était, dans des temps reculés, tempéré; P. Vidal-Naquet, « Hérodote et l’Atlantide: entre les Grecs et les Juifs. Réflexions sur l’historiographie du siècle des lumières », Quaderni di storia, 16, juil.-déc. 1982, p. 3-76.

14 Liée à la précédente, cette affirmation, sans cesse répétée dans la suite des leçons (les erreurs des Anciens, leurs ignorances, voire, comme c’est le cas chez Pythéas, les fables et les mensonges) constitue l’idée principale. Mentelle l’emprunte à Gossellin, qui relevait, par exemple chez Ératosthène, « un mélange d’erreurs et de vérités » (les premières plus fréquentes, paradoxalement, pour les régions proches, pour les distances intermédiaires, op. cit., p. 37, 45, tandis que les évaluations globales étaient justes: preuve, selon Gossellin, qu’il s’agissait là de débris d’une science ancienne disparue), et paraît l’accentuer, dans la mesure où il est amené à contracter le texte de Gossellin, ou à rappeler cette idée sous forme de transition commode.

15 Pour Ératosthène (Cyrène, c. 285-275 — Alexandrie, c. 192), emprunt à Gossellin, op. cit., p. 7-12.

16 Lire 200 000 stades. Ces passages constituent un emprunt littéral à Gossellin, op. cit., p. 38-41.

17 Cf. Gossellin, op. cit., p. 39. Ces dessins existaient, mais ils sont perdus. Les géographes de l’Antiquité décrivaient sans doute dans leurs textes des cartes qu’ils avaient sous les yeux (c’est le cas de Denys d’Alexandrie, Ch. Jacob, La description [...], op. cit., p. 20-21, 30).

18 De cette valeur approchée du tiers de la mesure du parallèle correspondant — encore supérieure à la réalité — Mentelle ne tire aucune conséquence quant aux projets ultérieurs de circumnavigation. Il y a pourtant une rapide allusion à Colomb dans Gossellin, op. cit., p. 38.

19 Pour ces passages du cours, cf., à quelques rares modifications près, le texte de Gossellin, op. cit., p. 42-46.

20 Insistance significative, ici, de Mentelle: Gossellin parle seulement de « la carte d’Ératos-thenes », op. cit., p. 42.

21 « Avant J.-C. » chez Gossellin, op. cit., p. 44.

© Éditions Rue d’Ulm, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540