Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'École normale de l'An III. Vol. 2, Leçons d'histoire, de géographie, d'économie politique

 | 
Daniel Nordman

Leçons de géographie de Buache et Mentelle

Septième Leçon

2 Germinal/22 Mars

Texte intégral

MENTELLE

1L’étude de la géographie est si généralement indispensable que nous nous sommes d’abord occupés de la méthode la plus propre à en faciliter l’enseignement. La marche la plus naturelle nous a paru devoir être celle qui commence par ouvrir les premières idées de l’enfance, en piquant sa curiosité, et en lui faisant une espèce d’amusement des choses qui doivent être réellement un objet d’étude. Cette méthode, que l’on peut appeler peut-être analytique, consiste à ne s’occuper que des choses qui frappent le plus les sens. C’est ainsi que, sans traiter précisément des détails astronomiques, nous avons cru important de lui faire parcourir des yeux son horizon, soit pour lui donner une idée de la cause qui entretient la succession des jours et des nuits, soit pour y distinguer les objets qui doivent former les premières connaissances géographiques. Nous sommes donc convenus que l’on partirait d’un point connu pour la faire arriver en esprit à des points qu’elle ne connaît pas.

2Mais cette marche, infiniment utile pour donner d’abord une idée très générale de la géographie, deviendrait impraticable, s’il était question, dans un âge plus avancé, de faire connaître un ou plusieurs pays, dans les détails que comportent ce que l’on appelle proprement connaissances géographiques. Car, même dès les premiers éléments, si vous n’exigez pas des enfants une récapitulation un peu raisonnée de ce qu’ils savent, en en formant un précis serré et exact, vous accoutumeriez leur esprit à une espèce de diffusion infiniment nuisible et, quoique instruits, ils ne sauraient jamais jusqu’à quel point ils peuvent compter sur ce qu’ils savent. Je voudrais donc que dans les écoles primaires la géographie fût traitée par ce que j’appelle ici analyse, exerçant, pour ainsi dire, la science, conjointement avec les efforts de l’enfance ; c’est, pour ainsi dire, le lait de son esprit ; mais je voudrais que dans les écoles centrales on disposât cette étude de manière à concourir, avec les autres connaissances, à donner de la rectitude et de la force à son jugement, et ces aliments d’un esprit plus robuste, je les trouve dans ce que j’appelle synthèse. Je vais m’expliquer par quelques exemples, et je prends ici la géographie de la Grèce, intéressante sous bien des rapports. Je demande seulement de vous la patience d’établir mon raisonnement.

3Je me suppose professeur de l’histoire philosophique des peuples, aux écoles centrales. Je sens que cette tâche m’oblige, en parlant de ces peuples, à faire connaître l’étendue et les ressources des pays qu’ils habitaient, les principes de leur puissance, les causes de leur destruction, etc. Je dois donc, avant de tirer des faits les conséquences qui rendront mes leçons vraiment philosophiques, c’est-à-dire, qui tendront à convertir en principes sages, pour le siècle présent, l’expérience des siècles passés ; je dois, dis-je, traiter de ces peuples géographiquement ; et dans cette supposition, la géographie n’est que le squelette de mon travail. Les détails et les réflexions de l’histoire, en revêtant ce squelette de nerfs et de muscles disposés dans les formes les plus agréables et recouvertes d’une enveloppe fine et colorée, lui donneront toute la consistance et l’embonpoint d’un corps frais et robuste.

4*. On supprime les autres tableaux tracés pendant la leçon, et qui n’en étaient que le développement, parce que celui-ci joint aux explications paraît devoir suffire.

5Je me proposerai donc d’abord deux objets indispensables.

6La géographie, qui traitera du pays et du peuple ; la chronologie, qui présentera les principales époques de l’histoire de ce peuple, ou de ces peuples ; car dans l’exemple que j’ai choisi à dessein, il y en a plusieurs. Je vous demande pardon de ces petits détails ; c’est beaucoup que de savoir pour soi. Mais votre position, citoyens, vous impose une obligation de plus, celle de savoir pour les autres.

  • * On supprime les autres tableaux tracés pendant la leçon, et qui n’en étaient que le développement, (...)

7Pour ma classe d’école centrale, à laquelle je veux parler, non des Grecs en général, ceci aura été traité précédemment, mais de la Grèce en particulier, je présente, ou si le temps me le permet, je dispose en leur présence deux sortes de tableaux de la manière suivante. Après avoir montré quelle partie de l’Europe occupait la Grèce, je leur dis, en commençant à écrire mon premier tableau géographique : la Grèce comprenait une portion du continent, et les îles appelées de l’Archipel. La partie qui était sur le continent s’étendait depuis le sud de la Macédoine (qui n’y fut jointe que depuis Philippe) jusqu’à l’extrémité du Péloponèse ; elle comprenait les divisions suivantes, ainsi que les autres objets que je nomme à mesure que je les écris*.

Notes

* On supprime les autres tableaux tracés pendant la leçon, et qui n’en étaient que le développement, parce que celui-ci joint aux explications paraît devoir suffire.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/editionsulm/docannexe/image/597/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 189k

© Éditions Rue d’Ulm, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540