Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'École normale de l'An III. Vol. 2, Leçons d'histoire, de géographie, d'économie politique

 | 
Daniel Nordman

Leçons de géographie de Buache et Mentelle

Sixième Leçon

13 Ventôse/3 Mars

Texte intégral

MENTELLE

1Citoyens, j’avais commencé, la dernière fois, à vous parler de la forme extérieure du globe terrestre ; je vais reprendre, en peu de mots, ce que j’en ai dit, et donner au tout ensemble un développement convenable.

2Et d’abord je remarquerai, avec l’illustre Buffon, que la surface de la terre n’est pas comme celle de Jupiter, divisée par bandes alternatives, et parallèles à l’équateur ; mais qu’elle est, au contraire, divisée d’un pôle à l’autre, par deux bandes de terre et deux bandes de mer.

3La plus grande des deux bandes de terre, et que l’on nomme ordinairement l’ancien continent, parce qu’il a été connu de nos plus anciens historiens, est inclinée d’environ 30° par rapport à l’équateur. La ligne tracée dans toute la longueur de ces terres, depuis le détroit de Bering jusqu’au cap de Bonne-Espérance, est d’environ 3 600 lieues, et se trouve peu interrompue par des mers ; en évaluant en lieues carrées les terres que renferme ce continent, on en trouve 4 940 780. Ce qui ne fait pas un cinquième de la surface du globe.

4Le nouveau continent offre, par rapport à l’équateur, à peu près la même inclinaison ; mais elle est en sens contraire à la précédente. Si l’on y tire de même une ligne dans toute la longueur des terres, elle aura environ 2 500 lieues de long, et toute la surface 2 140 213 lieues carrées.

5Ainsi les terres de l’ancien et du nouveau continent offrent une surface de 7 080 993 lieues carrées, ce qui n’est pas, à beaucoup près, le tiers de la surface du globe.

6Il est à remarquer que les terres les plus voisines des lignes tracées dans la longueur de l’ancien et du nouveau continent sont en général les plus élevées et les plus montueuses du globe.

7À cette première vue, sur la disposition et l’étendue des terres habitables du globe terrestre, le citoyen Buache, géographe habile, prédécesseur et cousin de celui qui siège avec nous, en a joint une autre qui n’est pas moins intéressante, sur la direction des grandes chaînes de montagnes et la situation des grands plateaux ; il a même fait graver des cartes qui n’ont que cet objet.

8En considérant sur le globe les terres élevées qui forment les montagnes et les espaces renfermés entre elles, comme autant de bassins où séjournent les eaux, on voit, en effet, que ces montagnes, quoique séparées, forment cependant de longues chaînes autour du globe, les unes parallèles à l’équateur, les autres s’étendant d’un pôle à l’autre, depuis le sommet de ces montagnes, jusqu’au fond des mers ; les terres vont toujours en s’inclinant, et y portent le tribut de toutes leurs eaux.

9Il y a sur les continents des endroits remarquables par leur étendue et leur hauteur : en géographie on les nomme plateaux. Ce sont, pour ainsi dire, les troncs, dont les montagnes sont les branches.

10Les principaux plateaux sont : en Europe, les Alpes, et une partie de la Russie très élevée ; en Asie, les montagnes du Tibet, au nord de l’Inde ; en Afrique, le mont Lupaia, au sud de la ligne, et dans l’Amérique méridionale, le Mato-Grosso, qui occupe une partie du Brésil.

11Peut-être auriez-vous désiré, citoyens, avoir ces objets sous les yeux ; mais je ne connais pas de carte assez grande pour être présentée dans ce local. Au surplus, je parle ici à des citoyens, qui seront bientôt autant de maîtres ; je puis leur confier le secret des géographes. Puisqu’il est reconnu que les îles, les bancs de sables, etc. ne sont que des sommités de montagnes, suivez, sur une bonne carte, la direction des bancs de sables et des îles, et vous aurez celle des montagnes sous-marines. Puisque les fleuves ont leur source dans les parties élevées des continents, suivez sur les continents la direction que vous indiqueront ces sources, et vous aurez celle des chaînes des montagnes des continents.

12Il y a plus même ; je voudrais que le professeur de géographie pût donner quelques instructions à ses élèves sur les objets suivants :

  1. Quelle est la direction et la situation des grandes chaînes de montagnes, et quelle est leur influence sur le physique des pays et le moral des peuples ?
  2. Comment s’y entretiennent les sources des grands fleuves ?
  3. Quelle est la hauteur relative des montagnes ?
  4. Quelle est la cause du froid à des latitudes non élevées, pendant que l’on éprouve une grande chaleur dans les plaines, et quelle est la cause de la chaleur pour le corps humain ?
  5. Quelle est la hauteur où se trouvent les neiges au-dessus du niveau de la mer ?
  6. Comment se forment et s’entretiennent ces énormes amas de glaces, connus sous le nom de glaciers ?
  7. Enfin, quelles sont les montagnes, que les naturalistes nomment montagnes de première formation, montagnes calcaires, montagnes volcaniques, etc.
  8. Je désirerais même qu’il pût donner quelques explications satisfaisantes à ses élèves sur des faits qui ne sortent pas de l’ordre des choses naturelles ; mais que les ignorants traitent de phénomènes extraordinaires ou incompréhensibles. Tels sont la pérennité et la chaleur des eaux thermales ; les feux de la Pietra-Mala, en Italie, sur les confins de la Toscane ; le phénomène de la grotte du chien, près de Naples, et celui de la Fata-Morgana, sur le détroit de Messine et ailleurs.
  • * Voyez ce qui en est dit, contre toute raison et contre toute justice, dans le journal appelé Décad (...)

13On me dira, peut-être, que le géographe parle ici physique ; mais le devoir d’un homme, qui étudie, est de composer son savoir de ce que toutes les autres connaissances lui offrent d’utile, pour les diriger vers son objet. Si le géomètre est parvenu à démontrer les lois qui régissent l’univers physique, c’est que l’astronome qui l’a précédé lui a fait connaître les effets résultants de ces lois. Si le naturaliste vous entretient aujourd’hui de l’Arbre à Pain, de la Girafe, de la Chaussée des Géants, c’est que le voyageur et le géographe lui ont enseigné où se trouvent la Chaussée des Géants, la Girafe, et l’Arbre à Pain ; et celui qui voudrait réduire la géographie à une simple nomenclature, ne pourrait être qu’un bel esprit bien superficiel, ou un esprit bien mal intentionné*. Je vais reprendre, dans leur ordre, la plupart des divisions que j’ai annoncées.

14Directions des grandes chaînes de montagnes. La direction des grandes chaînes de montagnes est bien plus sensible dans le sens de l’équateur que d’un pôle à l’autre. Cette première connaissance, donnée par la suite des îles, nous conduit aux suivantes :

15Dans la partie de mer qui sépare l’Europe et l’Afrique de l’Amérique, on reconnaît une chaîne de montagnes, qui part des îles Britanniques, pour aller se joindre au banc de Terre-Neuve, près l’Amérique septentrionale, et une autre chaîne qui s’avance de la partie nord-ouest de l’Afrique, formant les Canaries, Madère, les Açores, et se joint de même au grand banc que je viens de nommer.

16Les révolutions qu’a nécessairement éprouvées le globe, et les traces que nous trouvons ici des terres élevées, rendent très probable ce que les anciens ont dit de l’étendue et de la situation de l’Atlantide. Mais ce n’est pas à la géographie à discuter ce point d’histoire naturelle. Une autre chaîne part du cap Tagrin, en Guinée, et va joindre le cap Saint-Augustin, sur la côte du Brésil.

17Dans la mer des Indes, une chaîne de montagnes marines commence au nord-est du cap de Bonne-Espérance, forme les îles Comores et de l’Amirauté, l’île de Madagascar, les îles de France et de Bourbon, et quelques autres. Arrivé au nord, près de la presqu’île de l’Inde, où elle se joint aux Gâthes, elle forme les Maldives et les Laquedives. À l’est, dans la même mer, on trouve un groupe considérable d’îles, que l’on nomme assez généralement Archipel des Indes, lequel formait peut-être, il y a des milliers d’années, une partie de l’ancien continent.

18On voit évidemment deux grandes chaînes de montagnes dans la grande mer, appelée improprement, mer du Sud. L’une part des îles de Chiloé, à peu de distance au nord-ouest du détroit de Magellan, forme l’île de Juan-Fernandès, les îles des Amis, celles de la Société, et va joindre la terre des Arsacides, la nouvelle Calédonie, et ces îles que je viens d’indiquer sous le nom de l’Archipel des Indes... La chaîne de montagnes sous-marines, qui est au nord de l’équateur, tient du côté de l’Amérique à la Californie, et du côté de l’Asie aux Philippines. C’est cette chaîne qui forme une suite d’îles, dont les plus considérables sont les îles Sandwics et les Marianes.

19Si nous rentrons dans les continents, nous verrons :

  1. Que la situation des grands bassins et la direction des fleuves sont presque partout perpendiculaires aux grandes chaînes de montagnes, qui en renferment les sources, et que chaque fleuve a de plus son bassin particulier.
  2. Que la chaîne des monts ouraliques et altaïques occupe une partie du nord de l’Asie, et que la chaîne du Taurus s’étend de l’Asie mineure au Tibet ; tandis que d’autres montagnes s’étendent du Tibet jusqu’à la grande mer, par le nord de la Chine, jusqu’à la Corée.
  3. Nous verrons que toute la partie occidentale de l’Amérique méridionale paraît être la partie la plus élevée du globe, et qu’elle est de plus couverte d’une haute et longue chaîne, nommée Cordilière.
  4. Nous verrons la situation des chaînes de montagnes influer sur le moral des peuples, en Europe comme en Asie. On a observé avec raison que les Mogols, ainsi que les Mantcheous, passant rapidement des régions froides du Nord aux régions chaudes du Midi, dont ils étaient séparés par de hautes montagnes, avaient, par ce changement subit, perdu promptement leur férocité ; au lieu qu’en Europe, les peuples septentrionaux, en allant au sud, et n’éprouvant qu’une gradation successive, conservèrent leur férocité dans la Gaule, dans l’Hispanie, et même, pour les Vandales, jusqu’en Afrique.
  5. Si nous comparons le climat de l’Amérique septentrionale avec celui de l’Europe, nous verrons que les hautes montagnes, la situation des grands lacs, et le défaut de culture, donnent, à latitude égale, beaucoup plus de froid en Amérique qu’en Europe. Il fait plus froid à Philadelphie qu’à Paris. Cependant la première de ces villes est à 10 degrés plus au sud que la seconde, ce qui donne un degré de moins au nord que Madrid.
  6. Enfin nous verrons que la différence des saisons, c’est-à-dire de ce que l’on appelle dans les Indes l’été et l’hiver, tient à la direction des montagnes du nord au sud. Dans la presqu’île, en deçà du Gange, on éprouve sur la côte orientale des vents et des pluies considérables, depuis le mois de novembre et décembre jusqu’en avril, pendant qu’il fait le plus beau temps du monde sur la côte occidentale. Ces mêmes différences se font sentir également sur la côte de la mer Rouge, et dans l’Abyssinie.

20Sources des grands fleuves. Les sources des plus grands fleuves se trouvent dans les parties les plus élevées des continents. C’est ce que démontrent les cours de l’Amazone, qui sort des Cordillères du Pérou ; de l’Orénoque qui sort des monts Popayans ; de quelques autres grandes rivières qui sortent du Mattogrosse ou de ses branches, du Mississipi et du Missouri, qui viennent du nord-ouest de l’Amérique septentrionale, tandis que YOhio, la Delaware, etc., y sortent des montagnes bleues, des Apalaches, etc.

21On verrait en Europe le Rhône, le Rhin, même le Danube, sortir du plateau des Alpes ; le Don, la Wolga sortir du plateau qui se trouve en Russie ; Y Oural sortir des monts ouraliques, et se jeter dans la mer Caspienne ; et l’Obi, le Jenisseik, la Lena, sortir des monts altaïques, et de quelques autres branches du Tibet, ainsi que le fleuve Amur, à l’est, et les célèbres fleuves du Hoang-ho et du Kiang dans la Chine ; tandis que le Menancom, le Bouranpour, le Gange se jettent au sud, ainsi que le Tigre et l’Euphrate.

22En Afrique, on voit le Nil, le Siret, sortir des montagnes d’Abyssinie, et déborder régulièrement chaque année.

23Tous ces fleuves et beaucoup d’autres ont donc leurs sources dans de très hautes montagnes. Il y a différentes opinions sur la cause et l’origine de ces sources. Quelques auteurs ont cru que les eaux avaient été élevées ainsi à de grandes hauteurs dans les montagnes, par la chaleur centrale de la terre. Quoi qu’il en soit de cette première cause, il est reconnu que ces sources y sont entretenues par les nuages, les neiges, les brouillards même, qui s’y rassemblent, et s’y résolvent en pluie ; enfin, que, pénétrant les terres, elles y servent à l’entretien continuel des fleuves.

24Hauteur relative des montagnes. Je distingue, par rapport à leur hauteur, la hauteur absolue, à partir du niveau de la mer, et leur hauteur relative, c’est-à-dire par rapport au sol où elles sont situées. Et à cet égard, on remarque qu’en Europe les montagnes sont plus élevées au-dessus du sol, et qu’en Amérique c’est le sol lui-même qui est plus élevé.

25Selon La Condamine, le sol de la partie où est bâtie la ville de Quito, est élevé au-dessus du niveau de la mer de 16 à 1 700 toises.

26Et le mont Cimboraço, qui s’élève sur ce sol, a son sommet, selon don Juan-Ulloa, à 3 380 toises.

27Il s’ensuit qu’il n’a, quoique très élevé, que 1 680 toises au-dessus du sol. Le Coraçon a, selon La Condamine, son sommet à 2 270 toises, ce qui ne fait, au-dessus du sol, qu’environ 900 toises.

28Mais en Europe, les Alpes s’élèvent bien davantage au-dessus du sol. Berne, par exemple, n’est qu’à 275 toises au-dessus de la Méditerrannée ; et le Mont-Blanc, qui a d’élévation au-dessus du niveau de la mer 2 426 toises, s’élève à Chamouni comme un vaste colosse, à plus de 2 000 toises.

  • 1 A la suite de l'expédition géodésique au Pérou (voir la note 150 sur l'aplatissement de la Terre), (...)

29Si cette montagne était sur le sol de Quito, elle s’élèverait à 3 991 toises1.

  • 2 Résumé, sans référence, du chapitre XXXV du Voyage dans les Alpes de H.-B. Saussure.

30Cause du froid sur les montagnes2. Il se présente assez ordinairement, à l’esprit des personnes qui étudient la géographie, une question qui les embarrasse sur la cause du froid que l’on éprouve sur les montagnes, pendant qu’en même temps on a chaud dans les plaines ; en effet, la chaleur que nous devons à la présence du soleil, et qui devrait augmenter à mesure que l’on approche de cet astre, paraît dans ce cas avoir diminué. Voici comment on rend raison de cette contradiction, qui n’est qu’apparente : le froid que l’on éprouve sur les montagnes tient d’une part à la nature infiniment déliée de la lumière du soleil, qui influe sur la chaleur que nous ressentons ; et de l’autre à la forme des montagnes, qui se terminent plus ou moins en pointes, et ne se touchent qu’à leur base, ou même elles sont séparées par de profondes vallées. Voici quelques-unes des opinions de Bouguer, démontrées vraies par les expériences de Saussure :

  1. Plus un milieu est diaphane, moins il doit recevoir de chaleur, par l’action immédiate de la lumière du soleil.
  2. L’air s’échauffe dans les plaines, par le contact des corps déjà échauffés, et parce que même il est déjà plus dense.
  3. Sur les montagnes, les parties de l’atmosphère sont plus disséminées ; ainsi l’air y est plus rare, et les montagnes, à cause de leur forme, ne présentent que peu d’étendue à l’action du soleil.
  4. La chaleur dont nous avons besoin existe habituellement dans les corps, et l’action du soleil vient réparer pendant le jour les déperditions de la nuit. Si la perte a été plus considérable que ce qu’il rend, on a encore froid ; s’il en rend plus que l’on en a perdu, on a trop chaud.

31Mais sur une montagne on a peu de chaleur acquise, parce qu’il y a peu d’objets.

32L’état du thermomètre, au plus bas, se rapporte à la chaleur acquise par le sol, et cette quantité est peu de chose sur une montagne : par conséquent l’effet du soleil, dans l’instant de sa force, y est le plus marqué.

33Aussi remarquait-on que les variations du thermomètre étaient bien plus sensibles, bien plus grandes à Pichincha qu’à Quito.

34De là aussi la différence du thermomètre, à l’ombre et au soleil.

35De Saussure en résumant ces raisons, conclut en disant que la principale cause du froid sur les hautes montagnes tient à ce qu’elles sont exposées à un air constamment froid, qui ne peut être fortement échauffé ni par les rayons du soleil, à cause de sa transparence, ni par la surface de la terre, à cause de la distance qui l’en sépare.

36Pour s’assurer de la chaleur que peuvent produire les rayons du soleil, lorsque leur action ne se perd pas dans l’air, ce savant genevois a fait l’expérience suivante : il se transporta sur une montagne du département du Mont-Blanc, élevée de 777 toises au-dessus de la vallée, faisant transporter avec lui une boîte faite de bois et de liège, dont la couverture était formée par trois glaces superposées, laissant entre elles quelques lignes de distance ; il plaça un thermomètre au dedans, il en adapta un autre en dehors sur le côté de la boîte, et enfin il en exposa un troisième en plein air à 4 pieds de terre.

37Au bout d’une heure il vérifia les thermomètres, et il trouva :

  • Le thermomètre de la boîte, n° 1, à 70°, au-dessus des glaces ;
  • Le thermomètre en dehors, mais attaché à la boîte, n° 2, à 21° ;
  • Le thermomètre en plein air, n° 3, à 5°.

38Le lendemain, au bas de la montagne, l’état des thermomètres était :

  • le n° 1..............................69°.
  • le n° 2..............................27°.
  • le n° 3.............................. 19°.

39Il ne faut cependant pas laisser ignorer qu’à ces mêmes hauteurs, où le thermomètre est si bas, le corps humain éprouve quelquefois une chaleur très considérable. De Saussure en donne la raison physique dans son ouvrage ; je ne doute pas que le savant professeur de cette science ne la donne de même ici.

  • 3 Voir le chapitre XXXVI du Voyage dans les Alpes de H.-B. Saussure. C'est Bouguer qui s'est le prem (...)

40Hauteur où se trouve la neige3. La hauteur où se trouve la neige n’est pas la même partout ; selon Bouguer, dans la zone torride, elle ne se trouve qu’à 2 434 toises au-dessus du niveau de la mer.

41Il en avait conclu une décroissance géométrique ; elle est démentie par les faits ; il croyait qu’en France cette hauteur devait être de 1 600 toises, mais de Saussure observe :

  1. Que sur les montagnes continues qui ont 15 à 1 600 toises, la ligne de la neige commence à 1 300 toises.
  2. Mais que sur les montagnes isolées, elle ne commence qu’à 1 400 toises.

42Une observation que l’on peut faire, sur tous les points du globe, c’est que les montagnes, par une dégradation insensible, diminuant continuellement de hauteur, enrichissent les vallées de leurs dépouilles.

  • 4 Résumé, sans référence selon l'habitude de Mentelle, chapitre VII du Voyage dans les Alpes de Saus (...)

43Des glaciers4. Les glaciers qui nous sont le mieux connus se trouvent entre les montagnes de la Suisse ; il en existe de deux sortes :

44Les uns dans les vallées profondes ; Les autres sur les pentes des hautes sommités.

45Cette espèce de glace n’est pas unie, elle est poreuse et moins dense que la glace ordinaire ; elle n’est pas formée, comme on l’a vu, par les eaux qui y tombent pendant l’été, ni éternelle, comme on l’a quelquefois écrit, car il est prouvé :

  1. Que les glaciers s’accroissent par les neiges ;
  2. Qu’ils se détruisent par l’effet de la chaleur du soleil, par les pluies, les vents chauds, et par la chaleur propre de la terre.

46Il arrive aussi que les glaces étant sur des plans inclinés, tombent dans des vallées très profondes.

47Quant aux pierres, quelquefois hautes de trente pieds, que les paysans croient avoir pu s’élever de terre, comme une végétation, il est reconnu des naturalistes que ce sont des masses de rochers, déplacées par le mouvement des glaces.

48Division des montagnes calcaires, graniteuses, etc. Je n’en dirai rien ici, et je me ferai au contraire un devoir d’y recueillir ce que le savant naturaliste qui y professe nous dira sur cette intéressante partie de l’histoire naturelle.

Notes

* Voyez ce qui en est dit, contre toute raison et contre toute justice, dans le journal appelé Décadaire du 30 pluviôse. Article non signé et désavoué par ceux des honnêtes rédacteurs de ce journal auxquels j'en ai parlé.
(34) Sur cet article de La Décade philosophique, cf. l'Introduction générale, supra, p. 16.

1 A la suite de l'expédition géodésique au Pérou (voir la note 150 sur l'aplatissement de la Terre), les montagnes andines sont bien connues des Français. La comparaison entre celles-ci et les Alpes, et en particulier entre hauteur relative et hauteur absolue, devient classique: Robert de Vaugondy, dans le Voyage dans les treize cantons suisses, les Grisons, le Valais (Paris, 1789, t. 2, p. 296) compare le mont Blanc et le Corazon; Marc-Théodore Bourrit dans sa Description des Alpes Pennines et Rhétiennes (Genève, 1781, t. 2, p. 85) parle à propos des Andes de « nains posés sur de grands piédestaux »; Saussure enfin utilise le Chimboracao comme référence (H.-B. de Saussure, Voyages dans les Alpes [...], Neuchâtel, S. Fauche, 1779-1796, t. 4, p. 15).
Sur ces ouvrages et ces comparaisons cf. N. Broc, Les montagnes vues par les géographes et les naturalistes de langue française au xviie siècle, Paris, 1969, 298 p. En ce qui concerne le Mont-Blanc, il s'agit du chiffre adopté par H. B. de Saussure, op. cit., ch. X, p. 495, dont Mentelle s'est largement inspiré dans cette leçon. Sur l'histoire des mesures du mont Blanc, G. de Beer, « The History of the Altimetry of the Mont Blanc », Annals of Science, 1956, p. 3-29.

2 Résumé, sans référence, du chapitre XXXV du Voyage dans les Alpes de H.-B. Saussure.

3 Voir le chapitre XXXVI du Voyage dans les Alpes de H.-B. Saussure. C'est Bouguer qui s'est le premier intéressé à la limite inférieure des neiges éternelles (N. Broc, op. cit., p. 176).

4 Résumé, sans référence selon l'habitude de Mentelle, chapitre VII du Voyage dans les Alpes de Saussure. Sur les glaciers au xviiie siècle, voir N. Broc, op. cit., p. 197-218.

© Éditions Rue d’Ulm, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540