Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'École normale de l'An III. Vol. 2, Leçons d'histoire, de géographie, d'économie politique

 | 
Daniel Nordman

Leçons de géographie de Buache et Mentelle

Troisième Débat

7 Ventôse/25 Février

Texte intégral

BUACHE ET MENTELLE

1Buache. Avant que d’ouvrir la conférence, j’ajouterai, si vous le jugez convenable, quelques observations à celles qui vous ont été présentées par mon collègue sur les globes et les cartes et plans qui sont les tableaux de la surface de la terre. Ces tableaux sont les livres essentiels de l’étude de la géographie, ceux dont on fait le plus souvent usage, et il importe d’en bien connaître la langue, c’est-à-dire les caractères ou signes de convention qui servent à représenter les différents objets de la géographie. C’est en considérant ces tableaux et en les considérant souvent, que l’on apprend la partie essentielle de la géographie, c’est-à-dire la forme et l’étendue des différents pays, leur situation respective, la direction des chaînes de montagnes et celle du cours des neuves qui les traversent, ainsi que la position des principales villes qui se trouvent, pour la plupart, sur ces fleuves. On se peint ainsi, par le secours seul des yeux, et sans aucune difficulté, ces mêmes tableaux dans l’esprit ; on aperçoit ensuite la situation d’un pays toutes les fois qu’on lit ou qu’on apprend quelque particularité qui le concerne, et tout ce qu’on lit, soit dans l’histoire, soit dans les relations de voyages, ou dans les papiers publics, est mis à profit. C’est ainsi que nous retenons plus aisément les nouvelles que nous apprenons des personnes ou des lieux que nous connaissons.

  • 1 Sur la question des globes, cf. l’Introduction.
  • 2 Voir M. Pelletier, La carte de Cassini: l’extraordinaire aventure de la carte de France, Paris, 199 (...)

2Le globe terrestre qui représente la terre sous sa véritable forme est le tableau le plus parfait de sa surface, parce que les objets y conservent les mêmes rapports et la même proportion qu’ils ont dans la nature ; mais un globe1, quelque considérable qu’il puisse être, n’est jamais susceptible de grands détails. La France, par exemple, n’occupe pas un pouce carré sur un globe d’un pied de diamètre, et vous savez tous que la dernière carte topographique qui en a été levée sous la direction de Cassini2, sur l’échelle d’une ligne pour 100 toises, comprend plus de 180 feuilles de notre papier grand aigle, et tous les détails ne s’y trouvent pas encore.

  • * Ce globe est dans la maison du citoyen Bergevin, architecte, rue Barouillière, faubourg Germain.

3La plupart des élèves de l’École normale ont vu les globes qui se trouvent à la Bibliothèque nationale, et qui sont les plus gros qui existent en France ; je les invite à voir, dans les premiers beaux jours, un nouveau globe de huit pieds de diamètre que le ministre Vergennes avait fait entreprendre aux frais du gouvernement, et que le comité d’instruction publique se propose de faire terminer incessamment pour l’usage des Écoles normales *.

4Vous pouvez voir aussi chez le citoyen Mentelle un globe de trois pieds de diamètre, exécuté également par ordre et aux frais de l’ancien gouvernement, et qui renferme dans son intérieur un autre globe en relief qui indique la suite des principales chaînes de montagnes, et sur lequel s’adaptent de petites cartes particulières qui représentent la géographie ancienne de chaque pays ; de manière que ce globe en forme, pour ainsi dire, trois différents.

5Vous reconnaîtrez, à la vue de ces globes, combien ils sont insuffisants pour les détails ; mais vous reconnaîtrez en même temps qu’ils sont infiniment propres pour donner une juste idée des parties principales qui composent la surface de la terre, et aussi pour préparer à l’étude des cartes et des plans qui en sont les développements.

  • 3 Buache de La Neuville a été associé à l’éducation des enfants royaux, cf. l’Introduction.

6Je sais, par expérience3, qu’un globe de trois pouces de diamètre, mis entre les mains d’enfants de sept à huit ans, a suffi pour leur apprendre parfaitement la position, ainsi que l’étendue et la figure des principales parties des continents et des mers ; et que munis de ces premiers éléments, ils ont appris ensuite sans peine et en peu de temps tous les détails que présentent les cartes.

7Le petit globe dont je parle était une boule toute simple que l’enfant pouvait tenir à sa main, et elle était de bois, pour qu’elle ne se cassât pas si aisément. On a donné à ce même enfant, lorsqu’il a été plus avancé, un globe de neuf pouces de diamètre, également simple, sans monture, posé seulement sur un socle de bois que l’on avait un peu creusé et garni d’un morceau d’étoffe, de manière qu’il pouvait placer et considérer ce globe dans toutes sortes de positions. En comparant les premières cartes, qui lui ont été présentées, avec ce globe, où il reconnaissait les mêmes formes plus en grand et développées, l’enfant s’est accoutumé bientôt à la description nouvelle qu’offrent ces cartes, qui sont par rapport au globe ce qu’un portrait peint est par rapport à un portrait en relief.

8J’ajouterai ici pour donner une idée de la méthode que l’on a suivie dans cette circonstance, que l’on a commencé par faire considérer à l’enfant l’étendue, la figure et les bornes des principales mers qui renferment moins d’objets, et qui exigent en conséquence moins d’attention : les grands golfes et les îles que ces mers renferment, ont été l’objet de ses premières recherches. On lui a fait considérer de la même manière l’étendue, la figure et les bornes des principales parties du monde ; après quoi on lui a fait parcourir successivement les côtes qui bordent chaque mer, pour reconnaître les configurations, les neuves qui viennent y aboutir, et les pays situés le long de ces côtes ; enfin on l’a fait voyager dans l’intérieur des terres, en dirigeant la route par les sources des grands fleuves, pour reconnaître les principales chaînes de montagnes qui se trouvent dans cette direction, les sources des fleuves dont il avait déjà reconnu les embouchures, et en même temps les différents pays de l’intérieur.

9J’indique cette méthode, non pas pour dire qu’elle soit une des meilleures, mais parce qu’elle me paraît pouvoir être employée utilement, soit dans une éducation particulière, soit par un père à l’égard de ses enfants.

10On représente sur le globe, et sur les cartes générales et particulières les objets de la géographie de la même manière, ou par les mêmes signes, les côtes ou les bords de la mer et des lacs par une ligne bordée de petits traits qu’on nomme hachures, les rivières par une ligne qui serpente et va en grossissant de leurs sources à leurs embouchures, les montagnes par une espèce de chevron brisé qui est ombré d’un côté, et la position des villes par un petit cercle ou un o, sur lequel on ajoute une tour ou un clocher, pour distinguer celle des principales villes.

11C’est principalement à ce petit cercle qu’il faut faire attention, pour voir la position d’une ville : bien des personnes ne considèrent que le nom de la ville, qui se place à côté de ce petit cercle, et elles se trompent beaucoup. Le géographe peut mettre le nom au-dessus, au-dessous, à droite ou à gauche de ce signe qui indique la position : c’est à lui à le disposer, de manière qu’on ne puisse pas confondre la position d’une ville avec celle d’une autre.

  • 4 Sur cet instrument pédagogique apprécié par les Buache, cf. l’Introduction.

12Dans les cartes topographiques et les plans particuliers d’un canton de peu d’étendue, et où l’on exprime tous les détails, les collines, les montagnes, les vallées, les marais, les prairies, les bois et autres objets, on se sert d’autres signes, dont il sera facile de prendre connaissance en jetant les yeux sur une de ces cartes : il importe essentiellement de bien comprendre ce que ces différents signes expriment, et de pouvoir juger de la nature du terrain à la vue d’une carte. Les cartes topographiques sont essentielles, et de la plus grande importance pour les opérations militaires, et toutes celles qui représentent quelques parties du théâtre de la guerre actuelle ont été mises en réquisition ; nous devons une partie des succès de nos armées aux secours de ce genre que le Comité d’instruction publique a pris soin de rassembler, et à l’instruction révolutionnaire qui a eu lieu à l’égard des jeunes ingénieurs qu’il a fallu former. Il y a un moyen assez simple pour faire comprendre aux élèves la langue de ces cartes et plans, et pour les mettre en état d’en faire usage : il consiste à mettre sous leurs yeux un plan topographique qui comprendrait tous les objets que l’on représente ordinairement dans ces cartes, et un plan en relief4 du même terrain, ou qui offrirait les mêmes objets que le plan topographique.

  • 5 Léon Hennequin est surtout connu pour sa « Carte de France divisée suivant le plan proposé à l’Asse (...)

13En comparant ces deux plans et examinant avec un peu d’attention comment le plan topographique représente chaque objet du plan en relief, un élève se formera bientôt une véritable idée de la nature et de la disposition des terrains ; il distinguera sans peine ce qui est vallée, colline, montagne, roche escarpée, défilé, etc. Le citoyen Hennequin5, topographe de la Convention nationale, a entrepris d’exécuter ces deux plans qui pourraient être d’une grande utilité pour l’instruction : je lui ai indiqué des moyens simples d’exécution, qui pourront rendre ces objets d’un prix modique.

14Dans les cartes hydrographiques, les hachures qui bordent les côtes sont du côté de la terre, pour laisser à découvert le bord de la mer et les écueils qui pourraient s’y trouver. On désigne dans ces cartes, les écueils qui paraissent au-dessus de l’eau, par une espèce de petit triangle, à moitié ombré, et les écueils qui sont sous l’eau, par une petite croix ; les bancs de sable se marquent par des points qui en remplissent toute l’étendue. On a soin de marquer sur ces cartes, ou du moins sur les cartes particulières, et à grands points, la profondeur de l’eau, ou ce qu’on appelle les sondes, par des chiffres.

15La plupart des cartes, et surtout les cartes particulières et les plans, ont des échelles qui servent à mesurer les distances d’une ville à une autre ; mais les globes, les cartes générales des quatre parties du monde et les cartes hydrographiques générales, n’en ont point. Pour mesurer les distances sur les globes, il faut poser les deux points d’un compas sur les positions des villes, ou des objets dont on veut connaître les distances, porter ce compas, ainsi ouvert, sur l’équateur ou sur le premier méridien qui sont l’un et l’autre divisés en degrés, et compter combien il y a de degrés compris entre l’ouverture du compas. Comme chaque degré vaut 25 lieues communes de France, ou 20 lieues marines, suivant l’ancienne manière de compter, en multipliant le nombre de degrés qu’on aura trouvés par 25 ou par 20, on aura la distance en lieues.

16À l’égard des mappemondes et des cartes générales des quatre parties du monde, on ne peut y prendre les distances au compas, parce que leur projection ne permet pas de représenter les espaces dans leur juste proportion : les degrés du méridien et de l’équateur n’y sont pas égaux partout, mais beaucoup plus grands vers les extrémités que dans le milieu.

17Il n’y a que deux cas où l’on puisse connaître par les cartes les distances de deux lieux, savoir lorsqu’ils ont la même longitude ou la même latitude.

18Lorsque deux lieux ont la même longitude, ou se trouvent sous le même méridien, on connaîtra leur distance, en comptant combien il y a de degrés de latitude entre leurs positions, et multipliant ces degrés par 25 ou par 20, si l’on veut avoir des lieues communes de France ou des lieues marines.

19Lorsque deux lieux ont la même latitude, ou se trouvent sous le même parallèle, il faut compter de même combien il y a de degrés de longitude entre leurs positions, et multiplier les degrés par le nombre de lieues que vaut un degré de longitude sur ce parallèle. Les degrés de longitude ne valent 25 lieues que sous l’équateur ; sous les cercles parallèles à l’équateur, ils occupent moins d’espace et valent conséquemment d’autant moins qu’ils s’éloignent plus de l’équateur. Sous le 30e parallèle, les degrés de longitude, comptés à raison de 25 lieues sous l’équateur, ne valent plus que 20 lieues ; sous le 50e parallèle, ils valent 16 lieues ; et sous le 80e, ils ne sont que de 4 lieues ; on trouve communément dans les livres de géographie une table qui indique la valeur de ces degrés de longitude sur les différents parallèles.

20Lorsque deux lieux diffèrent en longitude et en latitude, ou se trouvent sous des méridiens et des parallèles différents, il faut avoir recours au globe, et porter sur l’équateur l’ouverture du compas qui se trouve entre leurs positions sur le globe.

21Dans les cartes hydrographiques, destinées à l’usage de la navigation, les méridiens sont représentés par des lignes droites parallèles entre elles, et les degrés de longitude sur tous les parallèles y sont égaux. Mais par la projection de ces cartes, qui a d’ailleurs les plus grands avantages, on augmente l’étendue des degrés de latitude, dans le rapport de la diminution que devraient éprouver les degrés de longitude : on rétablit par ce moyen la proportion entre les espaces, ou du moins, on parvient à les apprécier exactement, et le défaut occasionné par l’égalité des degrés de longitude sur les différents parallèles n’est qu’apparent. Ce sont les degrés de latitude qui servent d’échelles dans ces cartes. Chaque degré y vaut 20 lieues ou 60 mille marins, suivant la manière de compter des navigateurs usitée jusqu’à présent, et l’étendue plus ou moins grande que prend un degré ne change rien à sa valeur. Le degré du 60e parallèle, par exemple, qui occupe un espace double du premier degré, ou du degré de l’équateur, ne vaut néanmoins que 20 lieues, comme tous les autres degrés de latitude. Ainsi pour mesurer sur des cartes hydrographiques les distances entre deux lieux, il faut prendre pour échelle le degré de latitude qui leur correspond, s’ils sont situés sous le même parallèle, ou les degrés de latitude compris entre leurs parallèles, s’ils sont situés sous le même méridien.

22Si les lieux diffèrent en longitude et en latitude, ou se trouvent situés sous des méridiens et des parallèles différents, il faut, dans ce cas, prendre pour échelle le degré de latitude du parallèle, qui tient le milieu entre les positions des deux lieux, et qu’on appelle le moyen parallèle.

23Jusqu’à présent on n’a fait presque aucun usage des cartes hydrographiques dans l’étude de la géographie, et à l’exception des marins peu de personnes en ont une idée bien précise ; cependant on trouve communément de ces cartes dans les relations des voyages qui sont aujourd’hui au nombre des livres les plus recherchés, et qui plaisent le plus : elles ont d’ailleurs l’avantage d’exprimer les contours des côtes, les îles et tous les détails des mers, avec beaucoup plus de précision que les cartes géographiques, elles doivent être aussi beaucoup plus exactes dans les positions qu’elles assignent aux différents objets, parce que c’est en grande partie de cette exactitude que dépendent la fortune et la vie des navigateurs.

24J’observerai, au sujet de cette exactitude qu’il est si important d’atteindre, que malgré les progrès qui ont été faits dans ces derniers temps, il s’en faut beaucoup que la géographie soit aussi avancée qu’elle paraît l’être à la vue des détails que présentent les cartes.

25La mer, qui occupe seule à peu près la moitié de la surface du globe, et qu’il importe surtout de bien connaître pour la sûreté de la navigation, ne peut offrir encore qu’un très petit nombre de ses parties dans lesquelles le navigateur puisse voyager sans crainte : ce sont celles qui ont été parcourues par un grand nombre de vaisseaux, ou qui se trouvent sur les routes les plus fréquentées ; pour peu que l’on s’écarte de ces routes, l’on doit toujours craindre de rencontrer quelques dangers contre lesquels un vaisseau se briserait la nuit : aussi un navigateur expérimenté ne s’en rapporte pas aveuglément aux notions que lui présentent les cartes et les plans qu’il consulte ; de ce que ces cartes n’indiquent aucun danger, il ne conclura pas qu’il n’en existe point, mais seulement qu’on n’en a pas encore découvert dans les parages où il se trouve.

26L’auteur d’un Voyage à l’île de France, publié en 1773, ajoute cette remarque à la suite des observations nautiques qu’il avait faites dans sa route : « La navigation est devenue une routine ; on part dans les mêmes temps ; on passe aux mêmes endroits ; on fait les mêmes manœuvres ; il serait à souhaiter que l’on risquât quelques vaisseaux pour la sûreté des autres. Il est étrange — continue ce voyageur — que nous ne connaissions pas encore notre maison ; cependant nous brûlons tous en Europe de remplir l’univers de notre renommée. Commençons donc par rompre les entraves que nous a données la nature ; sans doute nous trouverons quelque langue qui puisse être universelle ; et quand nous aurons bien établi la communication avec tous les peuples de la terre, nous leur ferons lire nos histoires, et ils verront combien nous sommes heureux. »

  • 6 A noter ici le lien, solidement établi — et formulé — par les Buache entre connaissance scientifiqu (...)
  • 7 Sur l’expédition de d’Entrecasteaux, cf. H. Richard, Une grande expédition scientifique au temps de (...)

27J’ai cru devoir rapporter cette observation, faite en 1773, pour vous faire voir combien nous sommes encore peu avancés dans la connaissance des mers que tant de navigateurs ont déjà parcourues6. Vous avez probablement entendu parler des nouvelles que l’on a reçues de l’expédition de Dentrecasteaux7 qui avait été envoyé à la recherche de l’infortuné Lapeyrouse. Il a trouvé un si grand nombre d’écueils dans une partie des mers qu’il a parcourues, en suivant la route que Lapeyrouse avait dû tenir, qu’il est très probable que les deux bâtiments aux ordres de Lapeyrouse, dont on n’a trouvé nulle part aucune trace, se sont perdus dans ces écueils.

  • 8 Écho ultérieur du débat entre les conceptions du géographe d’Anville (qui s’appuyait sur Ptolémée) (...)

28À l’égard des continents qui sont habités depuis si longtemps, et qui devraient être beaucoup mieux connus, il reste encore un très grand nombre de parties dont la géographie est absolument informe : tout l’intérieur de l’Afrique est entièrement inconnu ; le cours du fleuve Niger, que présentent nos cartes modernes, est pris de l’ancienne géographie de Ptolémée, que nous sommes obligés de copier encore aujourd’hui8.

29Des parties considérables de l’Asie et de l’Amérique ne sont encore qu’ébauchées sur les cartes des meilleurs géographes ; l’Europe même renferme de vastes contrées, telles que la Turquie, dont nous n’avons qu’une faible idée. Nous connaissons beaucoup mieux la géographie de l’ancienne Grèce que celle de l’empire turc qui occupe aujourd’hui cette belle contrée.

30La mer Méditerranée qui est aussi, de toutes les mers de l’Europe, la plus fréquentée de tous les temps, n’est rien moins que bien connue ; et il est impossible, avec les observations et les matériaux recueillis jusqu’à ce jour, d’en dresser une carte tant soit peu satisfaisante : excepté les côtes d’Espagne, de France, et partie de celles de l’Italie, tout le reste est à visiter de nouveau, et à reconnaître comme dans un pays nouvellement découvert. Du détroit de Gilbraltar à Damiette en Égypte, nous n’avons, pour toute la côte d’Afrique, que trois points déterminés en longitude : Tunis, Tripoli et Alexandrie, et encore d’une manière peu certaine. Pour les côtes de Syrie, de Natolie, et autres, jusqu’aux environs de Malte, nous ne connaissons guère que les positions d’Alexandrète, Smyrne et Constantinople : encore y a-t-il de l’incertitude, à l’égard de la longitude des deux premières de ces villes.

31À l’exemple de la France, les principales nations de l’Europe s’occupent aujourd’hui de perfectionner la géographie de leur pays ; et à l’exemple de l’Angleterre, la France et les autres nations s’occuperont, sans doute aussi, de perfectionner l’hydrographie ou la connaissance des mers. Nous avons lieu d’espérer des progrès rapides dans cette partie intéressante de nos connaissances, surtout avec les nouveaux instruments dont nous jouissons à présent.

32Je n’ajouterai rien à ce que le citoyen Mentelle vous a présenté sur la division naturelle de la terre par les chaînes de montagnes ; cette partie intéressante de la géographie ne peut être bien démontrée que par le moyen d’un globe en relief, ou de cartes particulières. J’exposerai l’un et l’autre sous vos yeux dans une des premières séances : la vue seule de ces objets vous éclairera sur ce point beaucoup plus que de longs discours.

33Mentelle. Je vois ici une lettre, signée Ferrand.

34« Je trouve p. 196 ces mots : “ La longitude d’un lieu est la distance de ce lieu au méridien d’un autre lieu, d’où l’on commence à compter et que l’on considère comme premier méridien ; elle se mesure sur l’équateur ou sur des cercles qui lui sont parallèles, et se compte de suite depuis 1 jusqu’à 360 degrés ” ; mais, citoyen Professeur, il me semble qu’on devrait dire à 360 degrés du premier méridien ; si je dis qu’un lieu est à 350 degrés de longitude d’un autre lieu, un enfant peut croire que ce lieu doit être très éloigné ; et vous savez qu’il n’en est qu’à 10 degrés à l’Ouest. »

  • 9 La connaissance des temps, ou calendrier et ephemerides du lever & coucher du Soleil, de la Lune, (...)

35Qui que ce soit, de moi ou du citoyen Buache, qui ayons dit le passage cité, la réflexion est précise et juste : si on disait continuellement à 360 degrés, comme on l’a dit autrefois, on pourrait induire les enfants en erreur ; il arriverait qu’ils croiraient réellement le lieu à 360 degrés du point où l’on commence à compter. On avait bien senti cet inconvénient ; car, depuis assez longtemps, les astronomes ont toujours désigné les longitudes en les indiquant à l’est ou à l’ouest du premier méridien : les Anglais le comptent de Greenwich, et les Français de l’observatoire de Paris ; dans le livre qu’on appelle Connaissance des temps9, destiné particulièrement aux voyages et aux astronomes, les longitudes sont toutes indiquées en heures et en degrés à partir du premier méridien à l’est jusqu’à 180 degrés.

36Buache. Lorsque j’ai dit que l’on comptait la longitude depuis 0 jusqu’à 360 degrés, j’ai voulu indiquer ce qui se pratiquait le plus généralement, et chez toutes les nations, à l’égard des mappemondes et des cartes générales publiées jusqu’à ce jour : on voit que la longitude s’y compte de cette manière, ou de suite, depuis 0 jusqu’à 360 degrés.

37J’ai dit aussi que depuis quelque temps, et dans quelques cartes, on comptait les degrés de longitude, à droite et à gauche du premier méridien, depuis 0 jusqu’à 180 degrés seulement ; et cela a lieu principalement dans les cartes hydrographiques. Mais c’est une question à examiner, et qui me paraît digne de l’attention des nations commerçantes de l’Europe, si cette nouvelle manière de compter n’a pas plus d’inconvénients que d’avantages. Tous les jours des vaisseaux se rencontrent en mer, et ils s’approchent jusqu’à la portée de la voix, pour se demander leur longitude qu’il leur importe de bien connaître : dans des circonstances semblables, la réponse doit être la plus concise et la plus claire qu’il est possible ; elle devrait se faire, pour ainsi dire, par un seul mot ; et c’est ce qui ne peut avoir lieu avec la nouvelle méthode, parce qu’il faut indiquer encore si la longitude est orientale ou occidentale, par rapport au méridien d’où l’on commence à compter ; et que de plus, il faut annoncer quel est ce premier méridien. Les Hollandais, par exemple, comptent leur longitude du méridien de Ténériffe, l’une des îles Canaries ; et si un vaisseau français, à son retour d’Amérique, en rencontrait un hollandais, qui lui indique qu’il est à deux degrés de longitude, il faudrait que ce dernier ajoutât, s’il comptait suivant la nouvelle méthode, que c’est à l’Orient ou à l’Occident du méridien de Ténériffe. D’ailleurs, dans les tables de latitude et de longitude qui se trouvent dans les livres de géographie et autres destinés à l’usage des marins, il faut indiquer également, pour chaque lieu, si la longitude est orientale ou occidentale, ce qui se fait d’une manière abrégée par les lettres initiales or. et occ. Il peut arriver que l’on mette une de ces expressions à la place de l’autre ; et l’erreur qui en peut résulter sur la position que l’on assignerait en conséquence à une île ou à un rocher situés aux environs du premier méridien, ou du 180e pourrait être très funeste.

38Cette nouvelle méthode mérite d’être examinée avec attention, avant que d’être adoptée généralement, surtout si les différentes nations continuent à avoir différents premiers méridiens, et ne s’accordent pas sur le choix d’un point de départ commun, si important en cette matière. Le méridien de l’Isle-de-Fer, que les Français, et la plupart des autres nations, avaient adopté, paraissait être le plus convenable ; il est à l’extrémité occidentale de l’ancien monde ; et un plan mené par ce méridien divise la surface du globe de la manière la plus naturelle, comme vous le voyez sur les mappemondes ordinaires : l’ancien continent est renfermé presque en entier dans l’hémisphère oriental, et le nouveau continent est aussi tout entier dans l’hémisphère occidental. Il peut être avantageux pour plusieurs considérations, de présenter une mappemonde aux élèves sous une autre forme, en plaçant l’hémisphère occidental de suite, et à la droite de l’hémisphère oriental.

39Mentelle. Voici une lettre du citoyen Michel, elle renferme des réflexions très justes sur la manière d’enseigner la géographie ; elles se rencontrent avec celles que nous avons exposées ici : on remarque qu’en effet les enfants ne pourraient entendre et expliquer des choses trop au-dessus de leur âge. Je suis de cet avis aussi bien que le citoyen Michel.

40Le tout est exposé dans la lettre avec beaucoup de clarté, et le citoyen qui l’a écrite a dû voir que c’était bien le plan que j’adoptais dans la dernière lecture que j’ai faite ; mais cette lettre était antérieure à ma lecture.

41En voici une autre très sage et très sensée, signée Eugène Loneux. On y remarque avec raison qu’en parlant à l’élève dans les différentes séances, j’avais peut-être un peu trop disposé ce jeune enfant à regarder comme d’autres hommes les nations qui nous environnent ; qu’en disant « nous sommes des républicains », elles sont soumises à des souverains ; cela peut faire germer des principes de morale qui peuvent devenir très dangereux. Quelques personnes m’ont déjà fait de vive voix la même observation, et je m’engage bien à réformer ces choses-là. Personne ne peut respecter plus que moi la philanthropie et la fraternité qui tendrait à unir tous les hommes.

42Vignette. Citoyen, dans votre leçon du 3 ventôse, vous parlez d’une mappemonde à projection plate, où la surface de la terre n’y forme qu’un développement sur une même feuille, et où les méridiens demeurent parallèles entre eux.

43Il me semble, citoyen professeur, que ce parallélisme doit rendre impossible la construction de cette mappemonde, car puisque les méridiens y sont supposés parallèles, il n’y a donc pas de concours et par conséquent de représentation de pôle. Or l’idée qu’on a d’une mappemonde est inséparable de l’idée des pôles.

44Mentelle. L’usage est d’appeler ces sortes de cartes, représentant les quatre parties du monde, cartes à projection plate : il est vrai qu’elle ne peut donner les parties voisines des pôles.

Notes

* Ce globe est dans la maison du citoyen Bergevin, architecte, rue Barouillière, faubourg Germain.

1 Sur la question des globes, cf. l’Introduction.

2 Voir M. Pelletier, La carte de Cassini: l’extraordinaire aventure de la carte de France, Paris, 1990.

3 Buache de La Neuville a été associé à l’éducation des enfants royaux, cf. l’Introduction.

4 Sur cet instrument pédagogique apprécié par les Buache, cf. l’Introduction.

5 Léon Hennequin est surtout connu pour sa « Carte de France divisée suivant le plan proposé à l’Assemblée nationale par son Comité de constitution le 29 septembre 1789 », M.-V. Ozouf-Marignier, in D. Nordman et M.-V. Ozouf-Marignier, éds, Le territoire. Réalités et représentations (Atlas de la Révolution française. 4), Paris, 1989, p. 30, 89-90. On notera que, en dehors de la carte de Cassini, voire de quelques autres travaux, le Comité de constitution ne paraît pas s’être vraiment servi de la cartographie savante de type académique — celle des Buache par exemple — comme si les préoccupations de la géographie pragmatique et appliquée étaient demeurées — dans une large mesure — distinctes de celles de la géographie scientifique et livresque lors de la création des départements.

6 A noter ici le lien, solidement établi — et formulé — par les Buache entre connaissance scientifique (des mers) et nécessités pratiques de la navigation, et, à l’appui de cette idée, le texte cité de Bernardin de Saint-Pierre, extrait de la lettre V, « Observations nautiques », in Voyage à l’isle de France, à l’isle de Bourbon, au cap de Bonne-Esperance, etc. Avec des observations nouvelles sur la nature & sur les hommes, par un officier du roi, Neuchâtel, Imprimerie de la Société typographique, 2 vol., 1773, I, p. 71-72.

7 Sur l’expédition de d’Entrecasteaux, cf. H. Richard, Une grande expédition scientifique au temps de la Révolution française: le voyage de d’Entrecasteaux à la recherche de Lapérouse, préface de M. Mollat du Jourdin, Paris, 1986, 376 p., ill. Le chevalier de d’Entrecasteaux a quitté Brest en 1791, avec deux bâtiments, dont l’un commandé par Huon de Kermadec. Il explore le Pacifique pendant près de deux années (1792-1793), recueillant une documentation scientifique considérable. Les deux chefs de l’expédition meurent de maladie en 1793. On voit à nouveau ici à quel point l’enseignement de la géographie à l’Ecole normale, en particulier celui de Buache, s’efforce de s’appuyer sur les récentes découvertes maritimes et cartographiques.

8 Écho ultérieur du débat entre les conceptions du géographe d’Anville (qui s’appuyait sur Ptolémée) et celles de Buache de La Neuville in J.-B. Delambre, Rapport historique sur les progrès des sciences mathématiques depuis 1789 et sur leur état actuel (Rapports à l’Empereur sur le progrès des sciences, des lettres et des arts depuis 1789. I. Sciences mathématiques, préface de D. Woronoff, présentation et notes de J. Dhombres, Paris, 1989, 333 p., p. 190). Indiquons ici, pour mémoire, que dans les rapports présentés à l’Empereur par l’Institut et édités entre 1810 et 1815, la géographie ancienne figure dans le Rapport de Bon-Joseph Dacier (cf. infra), et la géographie moderne dans celui de Delambre, l’un et l’autre publiés en 1810. On trouvera sous la rubrique « Géographie et voyages » (plus de 20 % du Rapport de Delambre, en nombre de pages, ce qui est bien supérieur à la place de ce genre dans l’ensemble des mémoires des membres de la première classe de l’Institut avant 1808, J. Dhombres, ibid., p. 17-19) des renseignements précieux, qui doivent beaucoup à Buache de La Neuville (J.-B. Delambre, ibid., p. 70), sur les progrès des connaissances géographiques en Afrique, en Asie, dans l’océan Pacifique. Remarquons enfin que, si les travaux de Buache de La Neuville sont plusieurs fois évoqués, Mentelle n’est cité qu’une fois dans le Rapport de Delambre.

9 La connaissance des temps, ou calendrier et ephemerides du lever & coucher du Soleil, de la Lune, & des autres planetes. Avec les eclipses pour l’An [...] calculées sur l’elevation & le meridien de Paris, & la maniere de s’en servir pour les autres elevations. Avec plusieurs autres tables & traitez d’astronomie & de physique. Et des ephemerides de toutes les planetes en figure, Paris, 1679 sq. Sur ce périodique, publié sous le patronage de l’Académie des sciences, cf. Ph. Haudrere, La compagnie française des Indes au xviie siècle (1719— 1795), Paris, 4 vol., p. 658, 660 (les techniques de navigation).

© Éditions Rue d’Ulm, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540