Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'École normale de l'An III. Vol. 2, Leçons d'histoire, de géographie, d'économie politique

 | 
Daniel Nordman

Leçons de géographie de Buache et Mentelle

Première leçon

3 pluviôse/22 janvier

Texte intégral

Buache ET MENTELLE

1Buache. Nous avons cru devoir nous borner, dans ce prospectus, à vous présenter une idée générale de l’ensemble des connaissances diverses dont se compose l’étude de la géographie. Vous pouvez entrevoir déjà combien il vous sera facile d’en saisir tous les détails et, en même temps, de parcourir cette carrière avec succès d’après les lumières que vous allez puiser dans les autres cours de l’École normale. Le cours de mathématique vous développera les lois qui régissent la terre, ainsi que les autres corps célestes placés comme elle dans l’immensité de l’espace; il vous fera connaître les différents phénomènes qui résultent et de sa position, et de sa figure; il vous fera connaître en même temps les moyens que l’on a déduits pour déterminer les longitudes et les latitudes qui font la base de la géographie.

2La physique générale et la chimie, en vous exposant la nature et les propriétés de l’air, de l’eau et du feu, ainsi que la composition et la décomposition des corps, vous développeront en même temps l’intelligence d’un grand nombre de phénomènes qui s’observent généralement dans toutes les parties de la terre. L’histoire naturelle vous fera connaître les diverses matières que présente la surface de la terre, ses productions, tant extérieures qu’intérieures, la disposition naturelle de ces différentes matières qui la composent, la structure du globe; et vous reconnaîtrez en même temps, d’après ces observations, que la terre n’a pas toujours offert à l’homme le même spectacle: ainsi telle terre qui, autrefois, n’était qu’une mer agitée est aujourd’hui une plaine riante; peut-être ce ne sera quelque jour qu’un désert aride. Vous trouverez de même dans l’histoire politique les principes qui doivent diriger vos considérations sur les grandes sociétés qui se sont formées, et qui ont disputé dans tous les temps l’empire du monde; sur les différentes formes de gouvernements qui s’y sont établis; sur les révolutions qui les ont fait naître et qui les ont détruits tour à tour; sur les mœurs, les usages et généralement la civilisation qui a apporté les plus grands changements dans toutes les parties du globe.

3Vous concevez qu’il vous reste très peu de choses à faire pour apprendre ce qu’on appelle proprement la géographie. Les différents cours de l’École normale vous en exposeront les circonstances fondamentales; il ne sera plus question que d’y appliquer les détails.

4Nous allons vous faire connaître en quoi consistent ces détails de la géographie, pour vous en démontrer l’importance.

5Mentelle. Vous devez entrevoir, citoyens, par ce qui vient d’être dit, quel est l’objet de la géographie. Cette science est moins difficile à acquérir que la plupart des autres; elle est bien la connaissance de la terre, mais elle en est plus particulièrement la description: cependant, elle exige, comme les autres, pour l’apprendre, de la mémoire et du jugement; pour l’enseigner, de la méthode.

6La géographie se lie à toutes les sciences, à toutes les connaissances; le besoin de la bien savoir se fait sentir dans tous les moments de la vie, et devient plus pressant à mesure qu’on multiplie ses rapports avec ses semblables. Si nos connaissances en ce genre doivent se porter de préférence sur notre pays natal, que de motifs sollicitent à les étendre au-delà de ses limites, depuis que nos phalanges républicaines semblent agrandir la sphère de la géographie par leurs nombreuses conquêtes, et en illustrant tous les lieux qui sont devenus le théâtre de leur gloire ! Et lorsque chaque jour nous entendons célébrer les succès de nos frères guerriers, combien n’est-il pas doux de pouvoir indiquer au même instant l’endroit où la victoire a signalé leur courage; et en suivant de l’œil toutes leurs traces, d’y porter, en quelque sorte, avec nos tendres alarmes, les vives acclamations de notre reconnaissance !

7Maintenant, surtout, que le génie de la liberté, uni à celui du commerce, doit étendre nos relations sociales, rien de ce qui appartient à la géographie pourrait-il être étranger à un citoyen français ?

8Depuis longtemps l’intérêt des nations leur a fait un devoir de s’en instruire; et celles qui étaient plus versées dans cette connaissance ont su profiter d’une foule d’avantages perdus pour les autres. L’histoire de tous les peuples anciens et modernes, qui ont fondé leur prospérité sur le commerce, le démontre à chaque page.

9Il serait inutile de chercher à établir longuement ici que ceux qui se livrent à l’art militaire et à la marine doivent cultiver cette science avec un soin extrême, et combien, en y faisant chaque jour des progrès, en perfectionnant surtout les cartes des divers pays qu’ils parcourent, ils servent utilement leur pays.

10Voici ce que nous nous proposons dans ce cours:

  1. D’exposer les principales vérités géographiques.
  2. Avant de terminer chaque leçon, d’indiquer, autant qu’il sera possible, les moyens les plus propres à communiquer ces vérités à ceux qui ne les connaissent pas, et à les graver plus profondément dans l’esprit de ceux qui les connaissent. Nous devons spécialement nous occuper de la génération qui commence, et qui va s’élever sous nos yeux: il faut savoir bien parler aux enfants, et pour cela leur donner des idées premières qui les attachent aux connaissances qu’ils doivent acquérir. C’est une méthode toute particulière: il faut, en quelque sorte, jouer avec eux, mais non d’une manière frivole ou insuffisante. Je n’adopte pas la méthode du bureau topographique1; c’est un simple mécanisme: on n’atteint pas toujours par le mécanisme, au lieu qu’on est sûr d’arriver par la méthode. Quand on aura inculqué aux enfants les premiers éléments, ils auront acquis plus de ressources pour étudier: il faudra prendre d’autres moyens, et se servir alors des livres et des machines que demande surtout la géographie mathématique.

11On considère dans la géographie mathématique le globe terrestre, non comme habitable et couvert de cités, mais comme une simple planète qui occupe un point dans l’espace, comme un corps tournant autour du soleil. Ainsi l’on peut dire d’abord en géographie que le soleil est comme un centre, autour duquel tournent des corps que l’on nomme planètes, d’après le mot planer qui, dans son origine, signifie tourner autour. Les deux planètes qui sont plus près de lui sont Mercure et Vénus. Vient ensuite la terre; et c’est ici que nous nous arrêterons, notre objet n’étant pas de nous occuper des autres corps célestes; nous allons donc appeler la terre planète, et essayer de rendre sensible son rapport avec le soleil.

12Deux questions semblent s’offrir à résoudre. D’abord la terre est toujours en présence du soleil, et cependant le soleil n’est pas toujours aperçu par nous. Cette première question se résout bien vite dès que l’on s’est pénétré de l’idée que la terre tourne sur elle-même. Dans ce mouvement de la terre, on conçoit deux points autour desquels il s’exécute: ces deux points sont nommés pôles par les géographes ainsi que par les astronomes; et la ligne droite qui se conçoit de l’un à l’autre a le nom d’axe.

13Ce premier mouvement s’opère, à peu près en vingt-quatre heures, et produit le jour et la nuit: quant au changement des saisons, et c’est ici la seconde question, il est produit par le mouvement de la terre autour du soleil, qui se fait en un an. Ainsi la terre obéit à deux mouvements, l’un de rotation qui est diurne, l’autre de révolution qui est annuel. Ce sont les premières idées qu’il faut savoir donner à un enfant.

14Pendant très longtemps les anciens ont ignoré le mouvement de la terre; ils l’attribuaient au soleil; et il faut avouer que cette erreur était pardonnable dans un temps surtout où, faute d’instruments, on avait bien moins de préservatifs contre les illusions de l’apparence; mais ce qu’il faut ajouter, c’est que même encore, malgré les preuves multipliées et inattaquables par la raison, qui établissent ces divers mouvements, bien des personnes ont de la peine à y accoutumer leur imagination.

15C’est pour faire cesser cette espèce de résistance que les sens et l’imagination opposent à d’incontestables vérités, qu’il faut bien s’attacher à rendre sensibles et à l’aide des machines et sans machines tous les mouvements de la terre; qu’il faut faire voir comment la terre étant une sphère, dont la moitié est toujours éclairée par le soleil, le mouvement de rotation amène successivement le jour et la nuit; comment ensuite l’axe de la terre étant incliné sur le plan de l’orbite qu’elle décrit autour du soleil et, ce qu’il faut bien faire remarquer, restant toujours parallèle à lui-même, la terre dans sa marche se présente diversement aux rayons solaires, et comment il en résulte la diversité des saisons pour tous les peuples de la terre, etc.

16Telles sont les premières vérités, les vérités fondamentales en géographie, qu’on ne peut trop s’attacher à bien faire sentir; ce n’est pas même uniquement pour les enfants qu’on doit ici travailler: il ne sera pas inutile de chercher à les rendre plus claires et plus familières aux personnes plus avancées.

Notes

1 Institution difficile à identifier parmi les différents dépôts cartographiques concurrents. Peut-être s’agit-il de l’Agence des cartes, créée en prairial an II (avant le dépôt géographique, fondé en l’an V, du ministère de l’Intérieur), M. Pastoureau, « Histoire de la Bibliothèque nationale. Géographie et cartographie à la BN pendant la Révolution : un rendez-vous manqué », Revue de la Bibliothèque nationale, 32, été 1989, p. 65, 67-68 ; cf. N. Broc, « Un Musée de géographie en 1795 », Revue d’histoire des sciences, 27 (1), 1974, p. 37-43. Nous remercions Patrice Bret d’avoir attiré notre attention sur l’existence d’un Cabinet topographique du gouvernement, créé en août 1794 auprès du Comité de Salut public, et sur celle d’un de ses bureaux (note manuscrite, 26janvier 1993); de cet auteur, « Le Dépôt général de la Guerre et la formation scientifique des ingénieurs-géographes militaires en France (1789—1830)», Annals of Science, 48, 1991, p. 113-157.

© Éditions Rue d’Ulm, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540