Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'École normale de l'An III. Vol. 2, Leçons d'histoire, de géographie, d'économie politique

 | 
Daniel Nordman

Leçons de géographie de Buache et Mentelle

Programme

3 pluviôse/22 janvier

Texte intégral

BUACHE ET MENTELLE

1La terre est la demeure de l’homme ; les biens qu’il en obtient forment sa propriété naturelle ; il était de son devoir et de son intérêt de chercher à connaître, dans ses détails, l’étendue et les avantages d’un si beau domaine. En suivant la marche que durent suivre les premiers qui en eurent la pensée, il semblerait conforme à l’ordre des idées de calquer, pour ainsi dire, nos études sur les leurs, en parcourant d’abord toute la surface du globe, pour en connaître les formes et les grandes divisions.

2Mais comme, dès les premiers temps, trompé par son ignorance et, depuis, égaré par des cosmogonies absurdes, l’homme s’imagina que la terre était le centre commun de tout l’univers, et qu’il y devait rapporter les mouvements de tous les corps célestes, il convient de prévenir, dès le commencement de nos études, ce préjugé d’une vanité ridicule, démenti par les faits.

3Après avoir donc donné une idée générale de la géographie, comme description de la terre, nous la considérerons :

4D’abord, comme une simple planète, assujettie, dans ses mouvements, à la puissance active du soleil. C’est dans cette partie que l’on traitera de la figure de la terre, de son mouvement sur deux points appelés pôles et de sa révolution annuelle, d’où la géographie tire les inductions qui lui servent à expliquer la vicissitude des saisons, la succession des jours et des nuits, ainsi que les latitudes et les longitudes qui servent de base à la géographie, au moyen des cercles qu’elle a empruntés de l’astronomie, l’équateur, l’horizon, le méridien, l’écliptique, les tropiques, etc.

5On considérera de même les principales divisions mathématiques qui naissent de l’application rationnelle de ces cercles sur le globe, telles que ces bandes circulaires de trois espèces différentes, relatives à la température, et qui en ont pris les noms de zones torride, tempérée et glaciale.

6Ces différentes vérités, aperçues et démontrées par une théorie savante, et par une longue suite d’observations, n’en existeraient pas moins, ou du moins seraient supposées exister par rapport au globe terrestre, quand même ce globe serait sans productions et sans habitants. Il est vrai qu’elles n’ont été communiquées au géographe que par l’astronome ; c’est pourquoi cette partie a été nommée géographie mathématique ou astronomique.

7Mais la terre étant une planète habitable, il convient d’en connaître la forme extérieure, les productions de tout genre, la nature des êtres qui l’habitent ; c’est ce qui a fait donner à cette division de la géographie le nom de géographie physique.

8La direction des grandes chaînes de montagnes a tant d’influence sur le physique des pays et le moral des peuples ; leurs différentes hauteurs modifient si impérieusement l’état de l’atmosphère et la végétation ; leur existence au travers des plus grandes mers est tellement démontrée par la suite des îles, bancs de sable, vigies, qui n’en sont que les sommités, que ces considérations doivent porter tout esprit attentif à suivre dans ses études ces grands travaux de la nature, qui ne nous dévoilent pas les causes, mais nous montrent partout de grands résultats.

9Les propriétés particulières de chacune des productions intérieures et extérieures de la terre, soit pour ce qu’elles ont de nuisible, soit pour les avantages que l’on peut en retirer, imposent au géographe la nécessité de les faire connaître ; non pas, il est vrai, comme le naturaliste qui les décrit, ni comme le chimiste qui les analyse, mais comme indiquant aux uns et aux autres les lieux où ils doivent les chercher.

  • 1 Le mythe des géants Patagons de l’Amérique australe remonte au récit de A. Pigafetta, Relation du p (...)
  • 2 Un bon exemple d’enseignement géographique sur ce sujet, extérieur au cours de Buache et de Mentell (...)

10On peut dire des êtres qui se trouvent à la surface de la terre à peu près ce que l’on a dit de ses productions. Laissant à la physique la cause des variétés de l’espèce humaine et animale ; à la morale, les effets de l’influence des climats sur les mœurs, la géographie en indique les généralités et les variétés remarquables. Elle promène l’observateur dans les différentes régions du globe, et lui montre l’homme très blanc au centre de l’Europe, et très noir au centre de l’Afrique ; d’une stature fort haute à l’extrémité australe de l’Amérique1, et d’une difformité affligeante à l’extrémité septentrionale des deux continents. De même entre la physionomie ronde du Chinois et les traits féroces du Caraïbe, il existe mille nuances qui sont aussi du ressort du géographe. Il doit de même indiquer les grandes espèces d’animaux qui partagent avec l’homme le domaine de la terre2.

11L’homme lui-même ajoute aux avantages qu’il tient de la nature, soit en les modifiant, soit en dirigeant l’emploi vers le but le plus utile : c’est ainsi qu’il a, dans beaucoup de lieux, changé et amélioré l’état de l’atmosphère par de nombreux établissements et par une grande culture. C’est donc encore à la géographie physique à expliquer la cause des changements arrivés dans plusieurs grandes parties de l’Europe, de l’Asie et de l’Amérique. C’est elle qui nous apprend comment cette Germanie, si froide et si inculte au temps des Romains, est devenue depuis plusieurs siècles si peuplée, si fertile et si salubre, et comment la Natolie, pays si riant, si cultivé et couvert d’un peuple ami du luxe et des arts plusieurs siècles avant l’ère moderne, s’est enfin changée en des lieux barbares où le voyageur ne retrouve, qu’après de longs intervalles, les traces éparses de tant de prospérité et de splendeur.

12Cette idée, de l’influence de l’homme sur les propriétés des terres qu’il habite, conduit naturellement à l’établissement des grandes sociétés, des empires, enfin de tous les corps politiques qui ont existé ou qui existent actuellement. C’est là proprement l’objet de la géographie politique.

13C’est à cette partie de la géographie à montrer les hommes en correspondance entre eux par leurs besoins mutuels, donnant naissance aux arts plus ou moins utiles aux besoins de la vie, source de tous les rapports, et au commerce, source de toutes les richesses. C’est elle qui, traitée comme elle doit l’être, offre à l’histoire la situation des peuples et la position des lieux dont elle s’occupe ; au commerce, les comptoirs vers lesquels il peut diriger son active industrie ; à la politique, les rapports sur lesquels elle peut établir les bases de ses traités, et régler la balance de ses opérations. Les détails qu’offre cette partie sont immenses.

14Mais on céderait à un préjugé nuisible aux progrès du savoir, si l’on jugeait de la difficulté d’étudier la géographie par la foule d’objets qu’elle présente.

15On sent bien qu’il n’est pas nécessaire, qu’il est même impossible qu’un même homme retienne dans sa mémoire tout ce qui particularise chaque localité. La manière la plus sûre, la plus profitable, est de bien saisir l’ensemble, tant dans la géographie physique que dans la géographie politique. La plus légère attention suffit pour convaincre de cette vérité, que ce qui est dit d’une montagne ou du lit d’un fleuve peut être dit du lit d’un autre fleuve ou d’une autre montagne, dès qu’il y a conformité entre ces objets ; mêmes causes, mêmes effets, quant aux saisons des pluies, quant à la pérennité des sources ; même rapport entre la nature des terrains et les propriétés de leurs productions. Ainsi, une première instruction bien conçue, bien développée, peut mettre promptement en état de juger d’un pays par un autre, surtout si l’on ne perd pas de vue les variations dépendantes des causes accidentelles.

16Quant à cette partie qui effraie ordinairement les hommes déjà instruits et que recueille si aisément, et si souvent sans fruit, une jeunesse active, la nomenclature, elle n’est réellement difficile que parce que c’est ordinairement sans aucune méthode que l’on cherche à se l’approprier, ou parce qu’en étudiant la géographie on s’attache plus volontiers à la lecture des méthodes qu’à l’étude des cartes. C’est pourtant à cette étude des cartes qu’il faut essentiellement s’appliquer, car c’est là qu’est l’image du pays ; et l’on a eu raison de dire, sous ce rapport, que la géographie est une science qui ne s’apprend bien qu’avec les yeux.

17Sur ces objets, sur les différentes méthodes, nous exposerons ce que la réflexion et l’expérience ont pu nous faire adopter de plus simple, et de plus sûrement utile.

Notes

1 Le mythe des géants Patagons de l’Amérique australe remonte au récit de A. Pigafetta, Relation du premier voyage autour du monde par Magellan (1519-1522), introduction, postface, bibliographie et notes de l’Académie de marine par L. Peillard, Paris, 1984, p. 109 sq.

2 Un bon exemple d’enseignement géographique sur ce sujet, extérieur au cours de Buache et de Mentelle, se trouve dans l’exposé de Lacépède « Sur une nouvelle division zoologique du globe », in Séances des Écoles normales [...], 1800, t. 8, p. 208 sq. On lira également ce que Lacépède, dans ce cours d’histoire naturelle donné alors au Muséum, pense de l’utilisation de la zoologie — la distribution actuelle des différentes espèces d’animaux sur le globe — pour la reconstitution de l’histoire géologique.
Autre exemple de réflexion spécifiquement géographique dans ce texte de Lacépède : il s’emploie à déduire le relief de l’intérieur des continents mal connus (Amérique, Afrique et Australie) de la connaissance des rivages et des embouchures de fleuves. Pour ce faire, il utilise implicitement la théorie des bassins hydrographiques (ibid., p. 195 sq.).

© Éditions Rue d’Ulm, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540