Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'École normale de l'An III. Vol. 2, Leçons d'histoire, de géographie, d'économie politique

 | 
Daniel Nordman

Leçons de géographie de Buache et Mentelle

Chronologie et résumés des leçons et des débats

Texte intégral

PROGRAMME : 3 pluviôse an III (22 janvier 1795)

1La géographie définie comme description du monde est divisée en trois parties : la géographie mathématique (ou astronomique) qui étudie les mouvements de la Terre et des corps célestes, et en déduit le jour, la nuit, les saisons, etc. ; la géographie physique qui examine la forme extérieure de la Terre, ses productions, ses habitants ; la géographie politique qui traite des divisions territoriales, de la situation et de l’activité des villes, des comptoirs ou des États.

PREMIÈRE LEÇON : 3 pluviôse an III (22 janvier 1795)

2Buache. Le professeur analyse la place de la géographie dans l’enseignement de l’École normale (ou comment la géographie se déduit des autres sciences).

3Mentelle. Les cours de géographie ont un double objet : exposer les principales vérités géographiques et les moyens de les enseigner. Le début du cours porte sur la place et les mouvements de la Terre dans le système solaire.

DEUXIÈME LEÇON : 7 pluviôse an III (26 janvier 1795)

4Mentelle. Cette séance décrit les machines astronomiques propres à faciliter l’enseignement : ou de la manière dont on peut, dans une école primaire de campagne, expliquer, à l’aide de fruits et d’objets usuels, dans une première leçon, les saisons et l’inégalité des jours, dans une deuxième leçon, la différence entre les hémisphères et les distances entre les planètes et le soleil.

TROISIÈME LEÇON : 14 pluviôse an III (2 février 1795)

5Mentelle. Suite du cours précédent, cette troisième leçon traite des points cardinaux, de l’horizon, du crépuscule, de la lune et de ses quartiers, des éclipses.

PREMIER DÉBAT : 18 pluviôse an III (6 février 1795)

6Buache et Mentelle. Cette séance reprend les questions suivantes : les étoiles et le soleil ; les planètes, les planètes secondaires ou satellites ; les comètes ; le mouvement des planètes ; les phases et les éclipses, leurs usages pour la détermination de la longitude ; la précession des équinoxes.

QUATRIÈME LEÇON : 23 pluviôse an III (11 février 1795)

7Buache. À l’aide d’une sphère armillaire utilisant le système de Ptolémée, Buache donne l’explication des saisons et de l’inégalité des jours. Il décrit ensuite les divisions de la Terre en zones torrides, tempérées et glaciales, en climats d’heures et de mois, la latitude et la longitude ainsi que les moyens de les mesurer.

DEUXIÈME DÉBAT : 28 pluviôse an III (16 février 1795)

8Mentelle. On discute d’expériences destinées à faire comprendre aux enfants que les hommes des antipodes ont bien les pieds sur terre. Les élèves font diverses propositions. Faut-il commencer les cours par la géographie locale et finir par le système solaire, ou faut-il procéder de la façon inverse ?

CINQUIÈME LEÇON : 3 ventôse an III (21 février 1795)

9Mentelle. Le professeur décrit les différents types de cartes géographiques : mappemondes, cartes générales, chorographiques et hydrographiques. Il examine l’utilité de la toponymie pour la lecture des cartes, donne une liste de racines toponymiques de différentes langues, avec des exemples.

TROISIÈME DÉBAT : 7 ventôse an III (25 février 1795)

10Buache. Sont évoquées la question des globes, la lecture et la mesure des distances sur les cartes topographiques, hydrographiques, sur les mappemondes, etc. La géographie se trouve dans une grande ignorance de nombreuses contrées.

11Mentelle. Brève intervention, au sujet de quelques lettres d’élèves.

QUATRIÈME DÉBAT : 8 ventôse an III (26 février 1795)

12Mentelle. Les questions traitées sont relatives à l’arc crépusculaire, à la durée des jours sous l’équateur et aux diverses machines astronomiques.

SIXIÈME LEÇON : 13 ventôse an III (3 mars 1795)

13Mentelle. Cette séance est consacrée à la figure du monde et à la répartition des chaînes de montagnes, terrestres et marines (îles et archipels), à l’influence des montagnes sur le climat, les fleuves et les mœurs des peuples, à la cause du froid dans les montagnes, à la hauteur de la neige et aux glaciers.

CINQUIÈME DÉBAT : 28 ventôse an III (18 mars 1795)

14Buache et Mentelle. Les sources des fleuves et des rivières indiquent la position des montagnes. Celles-ci constituent aussi des limites naturelles, et le monde, l’Europe, la France sont divisés en bassins. La séance s’achève par quelques considérations de Buache sur le tableau géographico-chronologique.

SEPTIÈME LEÇON : 2 germinal an III (22 mars 1795)

15Mentelle. La géographie doit être enseignée de manière analytique dans les écoles primaires et synthétique dans les écoles centrales. La géographie et la chronologie doivent être associées. A l’intention des élèves des écoles centrales, la géographie de la Grèce est présentée sous la forme d’un tableau.

HUITIÈME LEÇON : 7 germinal an III (27 mars 1795)

16Mentelle. C’est le début du cours de géographie destiné aux maîtres. Il porte sur la géographie ancienne, sur les erreurs des Anciens (que le géographe Gossellin explique par l’existence de peuples plus anciens et plus savants dont les connaissances ont presque intégralement disparu), sur le système d’Ératosthène.

SIXIÈME DÉBAT : 8 germinal an III (28 mars 1795)

17Buache et Mentelle. Buache examine les causes générales et physiques des vents, décrit plusieurs expériences les concernant, ainsi que les vents alizés, leurs causes et leurs localisations.

NEUVIÈME LEÇON : 13 germinal an III (2 avril 1795)

18Mentelle passe en revue les connaissances géographiques des Anciens (Pythéas, Hypparque, Posidonius, Strabon, Marin de Tyr, Ptolémée). Il finit la séance par une esquisse des différentes divisions de l’Ancien Monde, au commencement de notre ère.

19Buache poursuit l’exposé des connaissances géographiques des Anciens, d’après Pline l’Ancien, et les voyages de Hannon et de Himilcon.

SEPTIÈME DÉBAT : 19 germinal an III (8 avril 1795)

20Buache et Mentelle. Après quelques précisions fournies par Mentelle dans le domaine de l’astronomie, Buache reprend les questions des vents alizés et de leurs causes, des moussons, des brises de terre et de mer, des grands courants océaniques et de leurs usages en navigation.

DIXIÈME LEÇON : 23 germinal an III (12 avril 1795)

21Mentelle. Décidant de ne pas s’attarder sur la géographie du Moyen Age, Mentelle commence son cours sur la Russie. Après des développements sur l’étendue, les montagnes, les fleuves, la faune disparue, le climat, il en arrive à la géographie politique (société, populations et dénombrements, quelques ethnies).

ONZIÈME LEÇON : 3 floréal (22 avril 1795)

22Mentelle. La leçon est consacrée aux finances, à l’armée, à la marine et au commerce russes.

DOUZIÈME LEÇON : 13 floréal an III (2 mai 1795)

23Mentelle. Dans cette dernière leçon sur la Russie, Mentelle décrit les villes, le commerce avec la Chine, puis passe à quelques populations de la Russie d’Asie.

TREIZIÈME LEÇON : 23 floréal an III (12 mai 1795)

24Mentelle donne un résumé général du cours et quelques remarques sur l’aplatissement de la Terre et la cause des marées.

25Ce résumé rapide du cours de géographie appelle quelques remarques, la question principale étant ici de savoir comment les leçons ont été réparties entre deux professeurs, illustres l’un et l’autre. Buache et Mentelle, présents probablement à chaque séance, n’interviennent pas à chacune d’entre elles. Sur les vingt séances de géographie (y compris celles des débats) qui s’échelonnent du 3 pluviôse au 23 floréal, quelques-unes sont conduites par les deux enseignants (3 et 18 pluviôse ; 7 et 28 ventôse ; 8, 13 et 19 germinal), Buache assure huit séances, et Mentelle dix-neuf, la distorsion étant particulièrement nette à partir de ventôse. Et très rares (quatre seulement, surtout parmi les premières quand l’équilibre est encore à peu près préservé) sont les séances au cours desquelles Buache intervient seul ou à peu près. Il ne semble pas, en revanche, que la distribution des responsabilités repose sur l’idée d’une spécialisation préalable et officiellement reconnue : alors que Mentelle a exposé les questions astronomiques, Buache dirige la séance des débats du 18 pluviôse consacrée aux étoiles et aux planètes, traite, le 23 pluviôse, des saisons, de l’inégalité des jours, et parle de globes dans les débats du 7 ventôse. Inversement, Mentelle prend en charge, le 13 ventôse, l’exposé sur les chaînes de montagnes — en citant Buache, « prédécesseur et cousin (sic) de celui qui siège avec nous » (sixième leçon, p. 225). Les deux enseignements se renforcent l’un l’autre, sans qu’il y ait une véritable complémentarité.

26Subsiste une impression cependant. Buache a su examiner méthodiquement une question neuve comme celle des vents. Mais dans la mesure où Mentelle a développé un certain nombre de leçons générales et méthodologiques — de géographie théorique ou de pédagogie (les deux méthodes, analytique et synthétique) — ou de géographie régionale (avec le cours sur la Russie), il semble que le déséquilibre, apparent déjà du point de vue du temps de parole proprement dit, se soit légèrement accentué en sa faveur. Mais un indice, un texte manque, qui expliquerait pourquoi et comment s’est effectué ce partage, si partage il y eut.

© Éditions Rue d’Ulm, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540