Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'École normale de l'An III. Vol. 2, Leçons d'histoire, de géographie, d'économie politique

 | 
Daniel Nordman

Leçons d’histoire de Volney

Annexe II. « Projet et plan d’une histoire philosophique et positive des sciences et des arts, à l’usage des élèves des Écoles normales, en quatre volumes in-8°»

Jacques Peuchet

Texte intégral

1Ce texte est conservé dans les papiers du comité d’Instruction publique aux Archives nationales, cote F17 9557. L’orthographe et la ponctuation ont été modernisées. La date, l’objet de ce projet, sa destination et ses points communs avec les propositions de Volney en font en grande partie l’intérêt, mais aussi la personnalité de son auteur : Jacques Peuchet (1758-1830), qui, après des études de droit et de médecine, a travaillé avec Morellet puis Calonne, compté parmi les révolutionnaires modérés et s’est engagé, sous le Directoire, dans les rangs du parti royaliste, avant de suivre une carrière administrative sans problèmes jusque sous la Restauration. Il est surtout l’auteur d’ouvrages de synthèse, souvent à visées statistiques qui rejoignent les préoccupations de Volney : Dictionnaire de police et de municipalité, Paris, 1789-1791, Dictionnaire universel de la géographie commerçante, Paris, 1799-1800, Statistique générale et particulière de la France et de ses colonies, Paris, 1803.

2Si la réflexion développe et compare, la mémoire conserve et transmet les connaissances sur lesquelles reposent les moyens de bonheur et les forces morales de la société. C’est par cette propriété de son être que l’homme a porté les efforts de son industrie au point de dominer la nature et de soumettre à ses besoins les nombreuses peuplades qui en composent le domaine ; tel est le caractère de l’histoire : elle est en quelque sorte la mémoire du genre humain ; qu’elle disparaisse, et l’homme retombe au même degré d’impéritie d’où l’ont tiré ses besoins et la perfectibilité de son espèce.

3Mais l’histoire des connaissances acquises ne transmet point seulement les résultats pratiques de l’expérience et du temps. Elle s’applique encore à faire connaître par quels enchaînements d’accidents imprévus, ou des tentatives méditées, les progrès de l’art se sont élevés au-dessus des essais antérieurs : étude qui constitue la partie philosophique de l’histoire et la distingue du simple exposé positif des faits, également utiles néanmoins l’une et l’autre à qui veut reculer les bornes de l’esprit et enrichir la société de nouvelles découvertes.

4Elle est surtout un accessoire intimement uni aux méditations de quiconque se destine à l’enseignement. Indispensable aux philosophes, à ces hommes honorés de la haine des tyrans et des sots, parce que le savoir et la philosophie en furent de tout temps les ennemis irréconciliables, c’est encore à l’aide de la connaissance historique des sciences et des arts, que la facilité, l’agrément, l’esprit de maturité se répandent dans les leçons et les écrits élémentaires. Elle perfectionne le talent et prévient les écarts de l’imagination, en même temps qu’elle en développe les brillantes facultés. Ainsi Pline écrivit les annales de la nature et de l’industrie, ainsi nos bons auteurs ont préparé le règne de la pensée, dont une horde vandale vient tout à coup et comme d’instinct de conspirer l’anéantissement.

5Si les lettres avaient moins souffert, si les supplices et la terreur n’avaient point porté la détresse et la désolation jusque dans les cabinets des hommes de lettres, ce serait à eux de s’entendre pour offrir aux élèves une bonne histoire des connaissances qu’ils viennent puiser parmi nous, à leur exposer dans un tableau clair et précis la succession de tentatives et de hasards, d’efforts et de succès, qui ont amené les moyens de civilisation où ils sont. Ils y apprendraient aussi à connaître ces hommes célèbres et trop peu connus qui, aux dépens de leur repos, de leur vie, de leur liberté même, jamais de leur indépendance cependant, ont travaillé aux intérêts de l’humanité et nous ont transmis le fruit de leurs peines dans des ouvrages dont ils n’ont souvent reçu d’autre prix que l’exil ou la persécution.

6C’est à la République qu’appartient de remplir cette tache honorable, c’est à elle d’élever un monument durable aux lettres, aux sciences, aux artistes, aux voyageurs dont les travaux et les découvertes font aujourd’hui le domaine le plus précieux de la société.

7Trois ou quatre volumes in octavo peuvent suffire pour cette entreprise vraiment utile aux vues de la Convention dans l’institution des écoles normales. Les matériaux existent, mais ils manquent d’ordre, de rapprochement ; ils sont disséminés dans une multitude d’ouvrages rares et volumineux, et par conséquent disproportionnés au temps et aux moyens des élèves.

8Je propose donc au Comité d’instruction publique de charger un ou deux hommes de lettres de la rédaction d’une histoire philosophique et positive des sciences et arts, dans le sens que je viens de présenter, à l’usage des élèves des écoles normales. Ils auraient le traitement des professeurs, un an pour fournir le manuscrit, qui serait imprimé à l’Imprimerie nationale. Chaque élève recevrait un exemplaire, le reste serait vendu au profit du Trésor public.

9En indiquant un très petit nombre de volumes pour un ouvrage de cette importance, je n’ai point voulu en fixer les limites, mais seulement déterminer le minimum de son étendue. On conçoit qu’il peut en acquérir une très considérable suivant les bases adoptées pour la rédaction particulière. Mais au total la mesure proposée semble pouvoir remplir l’objet désiré, celui d’instruire avec le plus d’économie de temps et de dépenses.

10Je n’entrerai point ici dans le développement du plan positif de l’ouvrage. C’est moins à l’esprit de système qu’à celui de lumière, d’ordre et de simplicité qu’il doit tenir et que je le lie dans celui que j’ai suivi. Une maxime générale à cet égard, c’est que les connaissances humaines s’entraidant à travers les siècles, on doit, pour en faire connaître les progrès, les présenter toutes de front et sur la même ligne de temps. Les isoler et tracer la chronologie de chacune à part, c’est ôter à la pensée son aliment le plus solide. La comparaison des découvertes et l’analyse des sciences et des arts est un principe qu’a reconnu un historien philosophe de la Grande-Bretagne en faisant autant d’histoires particulières que la société offre d’institutions et d’époques dans les annales de son pays.

11Si le comité d’instruction publique juge à propos de s’occuper de l’idée que je lui présente, je lui adresserai avec le plan de l’ouvrage une notice des écrivains et des livres qui traitent de l’histoire de quelques sciences en particulier, comme de la médecine, des mathématiques, de la navigation, de la chimie, n’en connaissant point qui ait parlé avec sens et philosophie de toutes dans un ouvrage d’une étendue à le rendre utile.

12Paris 7 pluviôse l’an 3e

© Éditions Rue d’Ulm, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540