Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'École normale de l'An III. Vol. 2, Leçons d'histoire, de géographie, d'économie politique

 | 
Daniel Nordman

Leçons d’histoire de Volney

Cinquième Leçon

3 Germinal/23 Mars

Texte intégral

1Lucien à traité des qualités nécessaires à l’historien et du style convenable à l’histoire ; Mably a ajouté des observations sur les connaissances accessoires et préparatoires qu’exige ce genre de composition, et il les a presque réduites au droit des gens, soit naturel, soit factice et conventionnel, dont il faisait son étude favorite et spéciale. Le sujet ne me paraissant pas à beaucoup près épuisé, je vais joindre aux préceptes de ces deux auteurs, quelques aperçus sur l’art de recueillir et de présenter les faits de l’histoire.

2Je conçois quatre manières différentes de traiter et de composer l’histoire ; la première par ordre de temps que j’appelle méthode didactique ou annaliste. La seconde par liaison et corrélation de faits, que j’appelle méthode dramatique ou systématique ; la troisième par ordre de matières ; et la quatrième par l’exposition analytique de tout le système physique et moral d’un peuple : je l’appelle méthode analytique et philosophique ; je m’explique.

3La première méthode, par ordre de temps, consiste à rassembler et à classer les événements selon leurs dates, en ne mêlant à un narré pur et simple, que peu ou point de réflexions. Ceux qui appellent naturel tout ce qui est brut et sans art, pourront donner ce nom à cette méthode ; mais ceux qui, dans toute production, voient toujours la main de la nature, avec la seule différence du plus ou du moins de combinaison, ceux-là diront que cette méthode est la plus simple, la moins compliquée, exigeant le moins de soin de composition ; aussi paraît-elle être la première usitée chez toutes les nations, sous le nom d’annales et de chroniques ; et cependant, sous cette forme modeste, elle s’est quelquefois élevée à un assez haut degré de mérite, lorsque les écrivains ont su, comme Tacite dans ses Annales, et comme Thucydide dans sa Guerre du Péloponnèse, choisir des faits intéressants, et joindre à la correction du tableau les couleurs brillantes et fermes de l’expression ; si, au contraire, les écrivains admettant des faits sans critique, les entassent pêle-mêle et sans goût, s’ils les réduisent à des événements sommaires et stériles, de règnes de princes, de morts, de guerres, de combats, de pestes, de famines, comme l’ont fait presque tous les historiens de l’Asie ancienne et moderne, et ceux du bas et moyen âge de l’Europe, il faut convenir qu’alors ce genre de composition, privé d’instruction et de vie, a toute la fadeur, et comporte l’idée de mépris qu’on attache vulgairement au nom de chroniques. Ce n’est plus qu’un canevas grossier à qui manque toute sa broderie ; et dans tous les cas, même lorsque les matériaux sont bien choisis et complets, ce travail n’est que le premier pas à tous les autres genres d’histoire, dont il est seulement le porte-feuille et le magasin.

  • a [1800] ajoute ici : « Nous en avons des exemples brillants dans les Révolutions de Portugal, de Suè (...)

4La seconde méthode, celle que j’appelle dramatique ou systématique, consiste à faire entrer, dans un cours de narration prédominant et fondamental, toutes les narrations accessoires, tous les événements latéraux qui viennent se lier et se confondre au principal événement. Nous avons un exemple caractérisé de cette méthode dans l’histoire d’Hérodote qui, ayant pris pour base de son texte la guerre des Perses contre les Grecs, en a tellement compassé les incidents, que, remontant d’abord à l’origine des deux peuples acteurs principaux, il suit la formation graduée de leur puissance dans tous les rameaux qui vinrent s’y confondre, comme un géographe suit et reprend à leur origine tous les cours d’eau qui se rendent dans un principal torrent ; par une série habile d’incidents, Hérodote fait connaître à son lecteur les Lydiens, les Mèdes, les Babyloniens soumis par Cyrus au joug des montagnards perses ; puis les Égyptiens conquis par Cambyse, puis les Scythes attaqués par Darius, puis les Indiens, et à l’occasion des Indiens, il jette un coup d’œil général sur les extrémités du monde connu de son temps ; enfin il revient à son objet dominant, qu’il termine par l’événement capital, la glorieuse victoire des petits peuples grecs combattant à Salamine et aux Thermopyles contre l’immense cohue de Xerxès. Dans cette méthode de composition, tout est à la disposition de l’auteur ; tout dépend de son art et de son talent à lier, à suspendre, à combiner ses sujets, à en faire un tout correspondant en toutes ses parties, c’est ce que je désigne par le terme de systématique ; et si l’historien borne sa course à un événement qui est la solution de tout ce qui a précédé et qui en termine la série, l’accroissement graduel d’intérêt que ses épisodes et ses suspensions ont su ménager, donne réellement à son sujet le caractère dramatique. Ces avantages divers et variés de liberté dans la marche, de hardiesse dans l’exécution, d’agrément dans les détails, d’attrait de curiosité dans les résultats, paraissent avoir mérité la préférence à cette méthode auprès de la plupart des écrivains, surtout les modernes : il est fâcheux que par compensation elle ait l’inconvénient d’être sujette à erreur, en laissant trop de carrière aux hypothèses et aux écarts de l’imaginationa.

  • 1 Il est à noter que commence en 1796 la publication d’une histoire universelle qui répond aux vœux d (...)
  • 2 A. Goguet (1716—1758), conseiller au parlement de Paris, avait fait paraître à Paris en 1758 De l’o (...)
  • 3 Volney a personnellement connu J.-S. Bailly, son collègue à la Constituante, où tous deux ont fait (...)
  • b [1800] : « une des moindres tâches de cette sanglante époque ».
  • 4 W. Robertson (Édimbourg, 1721 — Édimbourg, 1793), historien britannique, représentant avec Hume de (...)
  • 5 L’économiste F. Véron de Forbonnais (Le Mans, 1722—Paris, 1800), collègue de Volney à l’Institut, a (...)
  • 6 L’abbé Pluquet (Bayeux, 1716—Paris, 1790) a occupé la chaire de philosophie morale au Collège Royal (...)

5La troisième méthode, celle par ordre de matières, consiste à suivre un sujet quelconque d’art, de science, depuis son origine ou depuis une époque donnée, pour le considérer sans distraction dans sa marche et dans ses progrès1. Tel a voulu être l’ouvrage de Goguet2, intitulé De l’origine des lois, des arts et des sciences. Le choix du sujet ne pouvait pas être plus philosophique ; malheureusement la manière de le traiter ne pouvait pas l’être moins. Avant d’établir l’origine des lois, des arts, des sciences et de toute société au déluge de Noé, raconté par la Genèse, il eût fallu bien examiner si, par cette base même, on ne renversait pas tout l’édifice de l’histoire ; si, en admettant des faits primitifs contraires à toute probabilité, à toute physique et à la concordance des meilleurs monuments de l’antiquité, l’on ne s’ôtait pas la faculté d’invoquer ces mêmes règles de physique et de probabilité, qui constituent l’art de la critique et de l’analyse ; il eût fallu constater que la Genèse n’est pas une compilation de main inconnue, faite au retour de la captivité, où l’on a mêlé aux chroniques nationales une cosmogonie purement chaldéenne, dont Bérose cite l’équivalent : une véritable mythologie de la nature de celles de toutes les nations, où des faits astronomiques défigurés, sont pris pour des faits politiques, physiques ; et où la prétendue histoire de la terre n’est que l’histoire du calendrier. Cela même eût-il été prouvé, il serait encore ridicule de prendre pour texte la période hébraïque du déluge à Jacob, et de n’user, pour la remplir, que de faits égyptiens, syriens, chaldéens, grecs, indiens et chinois, qui, s’ils étaient bien analysés et bien comparés, prouveraient que les bois sacrés, que les hauts lieux plantés de chênes à Mambré, que les sacrifices humains, dont Isaac faillit d’être victime, que les petites idoles des femmes de Jacob étaient autant d’usages du culte druidique et tartare, dès lors répandu des colonnes d’Hercule jusqu’à la Sérique ; culte qui n’est que le système du Buddisme, ancien ou moderne lamisme, dont le siège était dès lors au Tibet, chez ces Brachmanes réputés de toute l’antiquité les pères de la théologie asiatique ; avec plus de critique et plus de profondeur, un ouvrage du genre qui nous occupe, a traité de ces antiquités ; je parle de l’histoire de l’Astronomie ancienne par Bailly3, dont les talents et la vertu ont reçu de la Révolution un salaire qui ne sera pas une des moindres tâches de cette époqueb. Je citerai encore comme histoire par ordre de matières propres à servir de modèle, les recherches de Robertson4 sur le commerce de l’Inde, l’Histoire des finances de France par Forbonnais5, l’Histoire du Fatalisme par Pluquet6 qui, avec son Dictionnaire des hérésies, a préparé le plus beau sujet d’une autre histoire de même genre, l’histoire du fanatisme. De tous les sujets que l’on puisse traiter, il n’en est point qui réunisse plus éminemment le caractère historique à celui de la philosophie, puisque, dans ses causes et dans ses effets, le fanatisme embrasse d’une part, la théorie des sensations, des jugements, de la certitude, de la persuasion commune à l’erreur comme à la vérité, de cette double disposition de l’esprit, qui, tantôt passif et crédule, reçoit le joug en esclave, et tantôt actif et convertisseur, impose le joug en tyran ; et que d’autre part, il offre à considérer chez toutes les nations les symptômes effrayants d’une maladie de l’esprit qui, s’appliquant tantôt aux opinions, tantôt aux personnes, et prenant tour à tour des noms religieux, politiques et moraux, est toujours la même dans sa nature, comme dans ses résultats, qui sont la fureur des discordes civiles, le carnage des guerres intestines ou étrangères, la dissolution de l’ordre social par l’esprit de faction, et le renversement des empires par le délire de l’ignorance et de la présomption.

  • 7 La célèbre « théorie des climats » est exprimée par Montesquieu dans L’esprit des lois (1748), en p (...)
  • 8 La pensée de Volney rejoint en effet souvent celle d’Hippocrate dans ce traité, ou s’en inspire. On (...)

6La quatrième méthode que j’appelle analytique ou philosophique, est la même que la précédente, quant à la manière de procéder ; mais elle en diffère, en ce qu’au lieu de traiter un sujet d’art, de science ou de passion, etc., elle embrasse un corps politique dans toutes ses parties ; c’est-à-dire que, s’attachant à un peuple, à une nation, considérés comme individus identiques, elle les suit pas à pas dans toute la durée de leur existence physique et morale avec cette circonstance caractéristique, que d’abord elle pose en ordre tous les faits de cette existence, pour chercher ensuite à déduire de leur action réciproque les causes et les effets de l’origine, des progrès, et de la décadence de ce genre de combinaison morale que l’on appelle corps politique et gouvernement ; c’est en quelque sorte l’histoire biographique d’un peuple, et l’étude physiologique des lois d’accroissement et de décroissement de son corps social. Je ne puis citer aucun modèle de mon idée, parce que je ne connais aucun ouvrage qui ait été fait et dirigé sur le plan que je conçois. C’est un genre neuf dont moi-même je n’ai acquis l’idée bien complète que depuis quelques années. Obligé de chercher une méthode pour rédiger mon voyage en Syrie, je fus conduit, comme par instinct, à établir d’abord l’état physique du pays, à faire connaître ces circonstances de sol et de climat si différents du nôtre, sans lesquels l’on ne pouvait bien entendre une foule d’usages, de coutumes et de lois. Sur cette base, comme sur un canevas, vint se ranger la population, dont j’eus à considérer les diverses espèces, à rappeler l’origine et à suivre la distribution : cette distribution amena l’état politique considéré dans la forme du gouvernement, dans l’ordre d’administration, dans la source des lois, dans leurs instruments et moyens d’exécution. Arrivé aux articles des mœurs, du caractère, des opinions religieuses et civiles, je m’aperçus que, sur un même sol, il existait tantôt des contrastes de secte à secte et de race à race, et tantôt des points de ressemblance communs. Le problème se compliquait, et plus je le sondai, plus j’en aperçus l’étendue et la profondeur. L’autorité de Montesquieu7 vint se montrer pour le résoudre par une règle générale de climat, qui associait constamment la chaleur, la mollesse et la servilité d’une part ; et de l’autre, le froid, l’énergie et la liberté : mais l’autorité de Montesquieu fut contrariée par une foule de faits passés, et par des faits existants qui m’offraient sous un même ciel, dans un espace de moins de quatre degrés, trois caractères entièrement opposés. Je résistai donc à l’empire d’un grand nom, et j’y pus résister d’autant mieux que déjà je trouvais Buffon visiblement en erreur sur les prétendus épuisements du sol à qui je voyais toute la fertilité qu’il a jamais pu avoir ; à l’égard de Montesquieu il me devint évident par le vague de ses expressions, qu’il n’avait fait qu’adopter, et même qu’altérer une opinion que des philosophes anciens, et particulièrement Hippocrate, avaient énoncée dans un sens beaucoup plus précis et plus vrai. Je connaissais le célèbre traité de cet observateur sur les airs, les lieux et les eaux8. J’avais constaté la justesse de ses assertions à l’égard de l’influence qu’exercent ces trois éléments sur la constitution et le tempérament. Je m’étais aperçu qu’une quantité d’habitudes physiques et morales des peuples que j’étudiais étaient calquées sur l’état d’un sol aride ou marécageux, plane ou montueux, désert ou fertile ; sur la qualité, la quantité de leurs aliments : je conçus que toutes ces circonstances entraient, comme autant de données, dans la solution du problème, et depuis ce temps je n’ai cessé de m’occuper de cette importante question : « Quelle influence exercent sur les mœurs et le caractère d’un peuple, l’état physique de son sol, considéré dans toutes les circonstances de froid ou de chaud, de sec ou d’humide, de plaine ou de montagne, de fertile ou de stérile, et dans la qualité de ses productions. » Si c’est-là ce que Montesquieu a entendu par climat, il aurait dû le dire, et alors il n’existerait plus de débat : car chaque jour de nouveaux faits s’accumulent pour démontrer que ce sont ces circonstances qui modifient d’une manière puissante et variée la constitution physique et morale des nations ; qui font que sans égard aux zones et aux latitudes, tantôt des peuples éloignés se ressemblent, et tantôt des peuples voisins sont contrastants ; que dans leurs migrations, des peuples conservent longtemps des habitudes discordantes avec leur nouveau séjour, parce que ces habitudes agissent d’après un mécanisme d’organisation persistant ; qui font enfin que dans un même corps de nation, et sous un même climat, le tempérament et les mœurs se modifient selon le genre des habitudes, des exercices, du régime et des aliments ; d’où il suit que la connaissance de ces lois physiques devient un élément nécessaire de la science de gouverner, d’organiser un corps social, de le constituer en rapport avec le mouvement de la nature ; c’est-à-dire que la législation politique n’est autre chose que l’application des lois de la nature ; que les lois factices et conventionnelles ne doivent être que l’expression des lois physiques et naturelles, et non l’expression d’une volonté capricieuse d’individu, de corps ou de nation ; volonté qui étendue même à l’universalité du genre humain peut être en erreur : or, comme dans ce genre de recherches, et dans cette science pour ainsi dire naissante, il importe surtout de n’admettre rien de systématique, je vais exposer la marche qui ne semble la plus propre à conduire à des résultats de vérité.

  • 9 Volney reprend ici les Questions de statistique, première section (État physique du pays), articles (...)

7Prenant un peuple et un pays déterminés, il faut d’abord décrire son climat, et par climat, j’entends9 l’état du ciel sous lequel il vit, sa latitude, sa température, selon les saisons ; le système annuel des vents, les qualités humides ou sèches, froides ou chaudes de chaque rumb ; la durée, et les retours périodiques ou irréguliers ; la quantité d’eau qui tombe par an ; les météores, les orages, les brouillards et les ouragans ; ensuite, passant à la constitution physique du sol, il faut faire connaître l’aspect et la configuration du terrain, le calculer en surfaces planes ou montueuses, boisées ou découvertes, sèches ou aqueuses, soit marais, soit rivières et lacs ; déterminer l’élévation générale, et les niveaux partiels au-dessus du niveau de la mer, ainsi que les pentes des grandes masses de terre vers les diverses régions du ciel ; puis examiner la nature des diverses bandes et couches du terrain, sa qualité argileuse ou calcaire, sabloneuse, rocailleuse, luteuse ou végétale ; ses bancs de pierres schisteuses, ses granits, ses marbres, ses mines, ses salines, ses volcans, ses eaux, ses productions végétales de toute espèce, arbres, plantes, grains, fruits ; ses animaux volatiles, quadrupèdes, poissons et reptiles ; enfin, tout ce qui compose l’état physique du pays. Ce premier canevas établi, on arrive à considérer l’espèce humaine, le tempérament général des habitants, puis les modifications locales, l’espèce et la quantité des aliments, les qualités physiques et morales les plus saillantes ; alors, embrassant la masse de la population sous le rapport politique, on considère sa distribution en habitants des campagnes et habitants des villes, en laboureurs, artisans, marchands, militaires, en agents du gouvernement : l’on détaille chacune de ces parties sous le double aspect, et de l’art en lui-même, et de la condition des hommes qui l’exercent. Enfin, l’on développe le système général du gouvernement, la nature et la gestion du pouvoir dans les diverses branches de confection des lois, de leur exécution, d’administration de police, de justice, d’instruction publique, de balance de revenus et de dépenses, de relations extérieures, d’état militaire sur terre et sur mer, de balance de commerce, et tout ce qui s’ensuit.

8D’un tel tableau de faits bien positifs et bien constatés résulteraient d’abord toutes les données nécessaires à bien connaître la constitution morale et politique d’une nation. Et alors ce jeu d’action et de réaction de toutes ses parties les unes sur les autres, deviendrait le sujet non équivoque des réflexions et des combinaisons les plus utiles à la théorie de l’art profond de gouverner et de faire des lois.

  • 10 Volney parle ici du peuple juif.
  • 11 Volney fait ici référence aux travaux de 1’Asiatic Society of Bengal, fondée en 1784 à l’initiative (...)
  • 12 Johann Gottlieb Georgi (Gut Wachholzhagen, 1729—Saint Pétersbourg, 1802), géographe et chimiste, a (...)
  • 13 Pierre-Simon Pallas (Berlin, 1741—Berlin, 1811), naturaliste et ethnographe, un des grands savants (...)
  • 14 Philippe-Jean Strahlenberg (Poméranie suédoise, 1676—Carlshamm, Suède, 1747), officier poméranien a (...)
  • 15 Georges Horn, dit Hornius (Grenssen, 1620—Leyde, 1670), historien allemand et professeur à l’univer (...)
  • 16 Jean Elichman, Silésien qui pratique la médecine à Leyde où il meurt en 1639. Il pense que les lang (...)
  • 17 Paul-Ernest Jablonski (Berlin, 1693—Francfort-sur-l’Oder, 1757), fils du célèbre théologien protest (...)
  • 18 Volney écrit Marcow. Nous n’avons pu repérer aucune figure intellectuelle marquante de ce nom. Auss (...)
  • 19 J. Gebhard (Neubourg, 1592—Göttingen, 1632), professeur d’histoire et de langue grecque à l’univers (...)
  • 20 Jean Ihre (1707-1780), professeur à Uppsala, connu surtout pour son Glossarium Suio Gothicum (Uppsa (...)
  • 21 Volney pense aux ouvrages suivants, tous fort connus et réputés : Bossuet, Discours sur l’histoire (...)
  • c [1800] : « toutes ces prétendues universelles de Rollin, de Bossuet, de Fleury, etc., seront des li (...)

9De tels tableaux seraient surtout instructifs, s’ils étaient dressés sur des peuples et des pays divers et dissemblants, parce que les contrastes même dans les résultats feraient mieux ressortir la puissance des faits physiques agissant comme causes ; il ne resterait plus qu’une opération, celle de comparer ces tableaux d’un même peuple, d’une même nation à diverses époques, pour connaître l’action successive et l’ordre généalogique qu’ont suivi les faits, tant moraux que physiques, pour en déduire les lois de combinaison et les règles de probabilités raisonnables ; et, en effet, quand on étudie dans cette intention ce que nous avons déjà d’histoires anciennes et modernes, l’on s’aperçoit qu’il existe dans la marche, et si j’ose dire dans la vie des corps politiques, un mécanisme qui indique l’existence de lois plus générales et plus constantes qu’on ne le croit vulgairement. Ce n’est pas que cette pensée n’ait déjà été exprimée par la comparaison que l’on a faite de cette vie des corps politiques à la vie des individus, en prétendant trouver les phases de la jeunesse, de la maturité, et de la vieillesse dans les périodes d’accroissement de splendeur et de décadence des empires ; mais cette comparaison, vicieuse à tous égards, a jeté dans une erreur d’autant plus fâcheuse, qu’elle a fait considérer comme une nécessité naturelle, la destruction des corps politiques, de quelques manière qu’ils fussent organisés ; tandis que cette destruction n’est que l’effet d’un vice radical des législations, qui, toutes jusqu’à ce jour, n’ont été dressées que dans l’une de ces trois intentions, ou d’accroître, ou de maintenir, ou de renverser, c’est-à-dire qu’elles n’ont embrassé que l’une des trois périodes, dont se compose l’existence de toute chose ; et ce serait une science également neuve et importante que de déterminer les phénomènes concomitants de chacune de ces trois périodes, afin d’en tirer une théorie générale de législation qui embrassât tous les cas d’un corps politique dans ses diverses phases de force et de plénitude, de faiblesse ou de vacuité, et tracât tous les genres de régime convenables au regorgement ou au manque de population. Voilà quel doit être le but de l’histoire ; mais il faut avouer que ce but ne se peut bien remplir qu’à l’égard des peuples existants et des temps modernes, chez qui tous les faits analogues peuvent se recueillir ; et ceci m’a fait plus d’une fois penser que des voyages entrepris et exécutés sous ce point de vue seraient les meilleurs matériaux d’histoire que nous pussions désirer, non seulement pour les temps présents, mais encore pour les temps passés ; car ils serviraient à recueillir et à constater une foule de faits épars, qui sont des monuments vivants de l’antiquité : et ces monuments sont beaucoup plus nombreux qu’on ne le pense ; car, outre les débris, les ruines, les inscriptions, les médailles, et souvent même les manuscrits que l’on découvre, l’on trouve encore les usages, les mœurs, les rites, les religions, et surtout les langues, dont la construction est elle seule une histoire complète de chaque peuple, et dont la filiation et les analogies sont le fil d’Ariane dans le labyrinthe des origines. L’on s’est trop pressé de faire des histoires universelles ; avant de vouloir élever de si vastes édifices, il eut fallu en avoir préparé tous les détails, avoir éclairci chacune des parties dont ils doivent se composer ; il eut fallu avoir une bonne histoire complète de chaque peuple, ou du moins avoir rassemblé et mis en ordre tout ce que nous avons de fragments pour en tirer les inductions raisonnables. On ne s’est occupé que des Grecs et des Romains, en suivant servilement une méthode étroite et exclusive, qui rapporte tout au système d’un petit peuple d’Asie inconnu dans l’Antiquité10 ; et au système d’Hérodote, dont les limites sont infiniment resserrées ; l’on n’a voulu voir que l’Égypte, la Grèce, l’Italie, comme si l’univers était dans ce petit espace, et comme si l’histoire de ces petits peuples était autre chose qu’un faible et tardif rameau de l’histoire de toute l’espèce. L’on n’a osé sortir de ce sentier que depuis moins de cent ans ; et déjà l’horizon s’agrandit, au point que la borne la plus reculée de nos histoires classiques se trouve n’être que l’entrée d’une carrière de temps antérieurs, où s’exécutent dans la haute Égypte, la chute d’un royaume de Thèbes, qui précéda tous ceux de l’Égypte ; dans la haute Asie, la chute de plusieurs États bactriens, indiens, thibétans, déjà vieillis par le laps des siècles ; et les migrations immenses de hordes scythes qui, des sources du Gange et du Sanpou, se portent aux îles du Danemark et de la Grande-Bretagne ; et des systèmes religieux du bramisme, du lamisme ou buddisme, encore plus antique, et enfin tous les événements d’une période qui nous montre l’ancien continent, depuis les bouts de l’Espagne jusqu’aux confins de la Tartarie, couvert d’une même forêt, et peuplé d’une même espèce de sauvages nomades, sous les noms divers de Celtes, de Germains, de Cimbres, de Scythes, de Massagètes. Lorsque l’on s’enfonce dans ces profondeurs à la suite des écrivains anglais11, qui nous ont fait connaître les livres sacrés des Indiens, les Vèdes, les Pourans, les Chastrans ; lorsque l’on étudie les antiquités du Tibet et de la Tartarie, avec Géorgi12, Pallas13, Strahlenberg14, et celles de la Germanie et de la Scandinavie, avec Hornius15, Elichman16, Jablonski17, Masov18, Gebhard19 et Ihre20, l’on se convainc que nous ne faisons que d’ouvrir la mine de l’histoire ancienne ; et qu’avant un siècle, toutes nos compilations gréco-romaines, toutes ces prétendues histoires universelles de Rollin, de Bossuet, de Condillac, et même de la société des gens de lettres anglais21, seront des livres à refaire, dont il ne restera pas même sur plusieurs parties les réflexions, dont les bases auront écrouléc. En prévoyant cette révolution, qui déjà s’effectue, j’ai quelquefois pensé aux moyens qui seraient les plus propres à la diriger ; et je vais émettre mes idées, à cet égard, avec d’autant plus de confiance qu’un meilleur tableau de l’Antiquité aurait l’utilité morale de désabuser de beaucoup de préjugés civils et religieux, dont la source n’est sacrée que parce qu’elle est inconnue ; et cette autre utilité politique de faire regarder les peuples comme réellement frères, en leur produisant des titres de généalogie qui prouvent les époques et le degré de leur parenté.

  • 22 Volney fait plus haut référence à la Société Asiatique de Calcutta. L’Académie des Sciences de Sain (...)
  • d [1800] : « qu’ils parlaient l’idiome ».
  • 23 Johann-Christoph Gatterer (Lichtenau, 1727—Göttingen, 1799), historien allemand qui enseigne à Gött (...)
  • 24 Auguste-Louis de Schloetzer (Jagstadt, 1737—Göttingen, 1809) qui enseigne la philosophie et la poli (...)

10D’abord il est évident qu’un travail de ce genre ne peut être exécuté par un seul individu, et qu’il exige le concours d’une foule de collaborateurs. Il faudrait une société nombreuse, et qui, partagée en sections, suivit méthodiquement chaque branche d’un plan identique de recherches. Les éléments de cette société existent à mes yeux dans les diverses académies de l’Europe, qui soit par elles-mêmes, soit par l’émulation qu’elles ont produite, ont été, quoi en puisse dire, le grand mobile de toute instruction et de toute science. Chacune de ces académies, considérée comme une section de la grande société historico-philosophique, s’occuperait spécialement de l’histoire et des monuments de son pays, comme l’ont fait des savants de Pétersbourg pour la Russie et la Tartarie, comme le fait la société anglaise de Calcutta, pour l’Inde, la Chine et le Tibet ; comme l’a fait une société de savants allemands pour l’ancienne Germanie et la Sarmatie22 : et déjà nous devons à cette masse récente de travaux des ouvrages qui honoreront auprès de la postérité, et les particuliers qui les ont exécutés, et les gouvernements qui les ont favorisés et encouragés. Dans le plan que je conçois, les recherches se partageraient en sept principales sections : la première sous le nom de celtique, s’occuperait de toutes les langues et de toutes les nations qui, avec des caractères d’affinité de jour en jour plus sentis, paraissent avoir occupé la Gaule, la Grande-Bretagne, l’Italie même et toute l’Allemagne, jusqu’aux déserts de la Cimbrique et de la Sarmatie ; à cette branche s’attacheraient le bas breton, le gallois, le vieux germain, conservé dans l’allemand, le hollandais, l’anglais issus du gothique, dont les dialectes s’étendaient depuis la Scandinavie jusqu’à la Thrace, et au continent de la Grèce. Des savants de Suède et d’Allemagne ont rendu sensible, depuis trente années, que tous les peuples aborigènes de l’Europe et de la Grèce n’étaient qu’une race identique de sauvages, ayant le même genre de vie, chasseur, pasteur et nomade, et usant d’un même fonds de langage, varié seulement dans ses accessoires et ses ramifications. Chaque jour il devient prouvé de plus en plus que les Gaulois ou Keltes, qui ne sont qu’un même nom, parlaient une langue qui, dans le nord, s’appelait langue gothique, teutonique dans la Germanie, scythique dans la Thrace et dans la Grèce et l’Italie, langue pélasgique. Ces fameux Pelasges, souche première d’Athènes et de Rome, étaient de vrais Scythes, parents de ceux de la Thrace, dont Hérodote insinue qu’ils parlaient le langaged, et par conséquent une race géthique ou gothique ; car Gete, Goth et Scythe étaient pour les anciens un même mot. Ce n’est pas leur faute si cette identité est masquée pour nous dans le mot scythe ; elle était manifeste pour eux qui le prononçaient S-Kouth, terme composé de l’article 5, qui vaut en gothique notre article le, et de gouth ou gœ th, c’est-à-dire de goth ou gœte, qui dans une foule de dialectes antiques et modernes signifie un guerrier, un homme vaillant, et par transition, un homme brave, bon et riche, un optimate, good en anglais, gut en allemand : et cela parce que le guerrier, vaillant et fort est aussi l’homme riche, généreux et bon, dans le sens opposé au mal de la pauvreté et de la faiblesse. Le Glossaire mœsogothique du docteur Jean Ihre, publié à Upsal en 1769 offre, sur ce sujet, des détails auxquels les remarques de Gatterer23 et de Schlœzer24 n’ont fait qu’ajouter de nouvelles lumières. Il est prouvé que la langue grecque a la plus étroite affinité avec l’ancienne langue gothique, tant pour les mots que pour la syntaxe, et les enthousiastes des Grecs vont se trouver dans l’alternative d’accorder une partie de leur admiration aux Thraces et aux Scythes, ou de la retirer aux Grecs reconnus pour frères utérins des Vandales et des Ostrogoths.

  • 25 Ou Danaos, roi d’Egypte avec son frère Ramsès. Menacé par ce dernier, il se serait enfui en Grèce, (...)
  • 26 Venture de Paradis, Grammaire et dictionnaire abrégés de la langue berbère, Paris, 1844. Volney, dé (...)
  • 27 A.-G. de Busbecq (1522-1592), ambassadeur de Ferdinand 1er auprès de Soliman II, également précepte (...)
  • e [1800] appelle ici une note : « Wedn-esday chez les Anglais ».
  • 28 Histoire du grand Genghizcan, premier empereur des anciens Mongols et Tartares, Paris, 1710, de F. (...)

11Cette parenté est un point de contact où se forme une seconde section, que j’appellerai section hellénique, laquelle embrasserait les langues grecque et latine qui ont pour rameaux descendants tous les idiomes du midi de notre moderne Europe, le portugais, l’espagnol, le français, l’italien, et tous les termes de science des peuples du nord chez qui, comme chez nous, ces deux langues se sont mêlées au vieux goth ; tandis que leurs rameaux ascendants sont un mélange de l’idiome pélasgique avec les mots phéniciens, égyptiens, lydiens et ioniques qu’apportèrent les colonies asiatiques, désignées sous le nom de l’égyptien Danaus et du sidonien Cadmus25. Il paraît que ces colonies furent pour la Grèce et pour l’Italie, ce que les européens ont été pour l’Amérique ; qu’elles apportèrent les arts et les sciences de l’Asie policée, et qu’elles y devinrent une souche de population qui tantôt s’identifia, et tantôt détruisit totalement la race autochtone. Leur trace est évidente dans l’alphabet et les lettres grecques à qui, lors du siège de Troie, l’on ajouta deux ou trois caractères lydiens et troyens, dont l’un, celui du ph, se trouve encore dans l’alphabet arménien. Les éclaircissements nécessaires à cette seconde section se tireraient d’une troisième qui, sous le nom de phénicienne, embrasserait les idiomes, hébreu ancien ou samaritain, hébreu du second âge ou kaldéen, hébreu du bas âge ou syriaque, et de plus le copte ou égyptien, mélange de grec et de vieil égyptien, l’arabe et l’éthiopien qui n’en diffère que par la figure : à cette section appartiendraient les recherches sur Carthage et ses colonies, tant en Espagne et en Sicile, qu’en Afrique, où l’on commence à en retrouver des traces singulières dans les pays de Fezzan et de Mourzouq ; ce serait elle qui nous apprendrait à quelle branche appartient l’idiome singulier des Basques qui paraît avoir jadis occupé toute l’Espagne, et qui n’a aucune analogie avec le Celte ; et à quel peuple il faut rapporter le langage des montagnards de l’atlas, dit Berbères, qui ne ressemble à rien de connu ; à cette occasion, je remarquerai que c’est dans les montagnes que les dialectes anciens se sont généralement le plus conservé. Je possède un vocabulaire Berbère26 ; mais je n’ai point encore eu le temps de l’examiner : seulement j’y ai remarqué un fréquent usage de l’r grasseyé, qui est le gamma des Grecs, le gain des Arabes, que l’on trouve dans tout le midi de l’Asie, exclusivement aux peuples du Nord. Je crois ce dialecte l’ancien Numide. Cette même section, par la langue arabe, serait en contact avec plusieurs dialectes de l’Inde et de l’Afrique, et avec le persan et le turc modernes, dont la base est tartare et scythe ancien. Sur cette base se formerait une quatrième section que j’appellerais tatarique, qui serait spécialement chargée d’examiner les nombreux dialectes qui ont des branches d’analogie, depuis la Chine jusqu’en Angleterre ; elle nous dirait pourquoi l’anglo-saxon a la même syntaxe que le persan moderne, issu de l’ancien parthe, peuple scythe ; pourquoi une foule de mots de premier besoin sont entièrement semblables entre ces deux idiomes. Elle nous apprendrait pourquoi la Suède et le Danemark ont une quantité de noms géographiques que l’on retrouve chez les Mogols et, dans l’Inde ; pourquoi le Tartare de Crimée, cité par Busbecq27, ambassadeur de l’empereur, près Soliman II, ressemble au mcesogotique d’Ulphilas, c’est-à-dire un dialecte des tribus mogoles de Tchinguiz Kan, à un dialecte de l’ancien scythe ou goth, dont j’ai déjà parlé. C’est à cette section que serait réservée la solution d’une foule de problèmes piquants, dont nous ne faisons encore qu’entrevoir les premières données ; en considérant ces analogies de langages, en recueillant et confrontant les similitudes qui existent dans les usages, les coutumes, les mœurs, les rites, et même dans la constitution physique des peuples ; en considérant que les Cimbres, les Teutons, les Germains, les Saxons, les Danois, les Suédois, donnent tous les mêmes caractères de physionomie que cette race appelée jadis Massagètes ou grands gètes, et de nos jours éleutes et mongols, c’est-à-dire hommes blancs et occidentaux ; qu’ils ont tous également la taille haute, le teint blanc, les yeux bleus, les cheveux blonds, on sent bien que cette similitude de constitution a pour cause première une similitude de genre de vie et de climat ; mais l’on s’aperçoit aussi que les autres analogies sont dues à des migrations opérées par les guerres et par les conquêtes, si rapides et si faciles pour les peuples pasteurs. L’on voudrait connaître les détails de ces migrations et de ces conquêtes ; on voudrait savoir à quelle époque, par exemple, se répandit jusqu’au fond du Nord cette horde terrible et puissante des Ases qui y porta le nom de Voden et son affreuse religion : des idées systématiques veulent la trouver au temps de Mithridate qui, fuyant devant Pompée, poussa devant lui les riverains de l’Euxin, qui à leur tour, se poussèrent sur et à travers les Sarmates ; mais on a de solides raisons de s’élever au-dessus de cette date, et surtout de nier pour chef de cette invasion un prétendu homme Odin ou Voden, qui est la divinité présentée sous les noms divers de Budd, Bedda, Boutta, Fôt, Taut qui est Mercure, comme le prouve le nom de Voden, conservé dans le mercredi des peuples du Nord, appelle Vonsdag et Vodendag, jour de Vodene : ce qui d’une part lie ce système à celui des druites adorateurs de Teutates ; de l’autre à celui des gètes adorateurs de Zomolxis aujourd’hui le Lama des Thibétans et des Tatars. Quand on considère que le Tibet ou Bud-Tan pays de Budd, est l’ancien pays des Brachmanes ; que dès le temps d’Alexandre ces brachmannes ou gymnosophistes étaient la caste la plus savante et la plus vénérée des peuples indiens ; que leur chef-lieu Lah-sa et Poutala, est le plus ancien pélerinage de toute l’Asie ; que de temps immémorial, les hordes scythes ou gètes s’y rendaient en foule : qu’aujourd’hui leurs races continuées sous le nom de Tatars, en ont conservé les dogmes et les rites, et que ce culte a tantôt causé entre eux des guerres de schismes, tantôt les a armés contre les étrangers incroyants, l’on sent que ce durent être des hordes émigrées des déserts du Cha-mo et de la Boucharie, qui de proche en proche, furent poussées jusqu’à la Chersonèse Cimbrique, par un mouvement semblable à celui qui a amené les Turcs actuels des monts Altaï et des sources de l’Irtich aux rives du Bosphore, et alors une chronique suédoise citée dans l’Histoire de Tchinguizkan, page 14528, aurait eu raison de dire que les suédois sont venus de Kasgar. L’on sent encore qu’à cette même section appartiendraient les anciennes langues de la Perse, le Zend et le Pehlevé, et peut-être le Mède ; mais il n’y a que des travaux ultérieurs qui puissent déterminer s’il est vrai que l’Esclavon parlé en Bohême, en Pologne, en Moscovie, soit réellement venu du Caucase et du pays des Mosques, ainsi que le font croire les mœurs asiatiques des nations qui les parlent. C’est encore à des travaux ultérieurs, de faire distinguer de la branche mongole, la branche calmouque et hunnique, dont les dialectes se parlent en Finlande, Laponie, Hongrie ; de déterminer si l’ancienne langue de l’Inde le sanscrit, n’est pas le dialecte primitif du Tibet et de l’Indostan, et la souche d’une foule de dialectes de l’Asie Moyenne ; de découvrir à quelle langue se rapportent la langue chinoise, et l’idiome malais, qui s’est étendu dans toutes les îles de l’Inde, et dans l’océan Pacifique. Ce seraient là les travaux de deux autres sections, qui seraient les cinquième et sixième, tandis qu’une dernière s’occuperait de la confrontation des langues de l’Est de l’Asie, avec celles de l’Ouest de l’Amérique, pour constater la communication de leurs peuples.

12Pour tous ces travaux, les meilleurs monuments seront les dictionnaires des langues et leurs grammaires ; je dirais presque que chaque langue est une histoire complète, puisqu’elle est le tableau de toutes les idées d’un peuple, et par conséquent des faits dont ce tableau s’est composé. Aussi suis-je persuadé que c’est par cette voie que l’on remontera le plus haut dans la généalogie des nations, puisque la soustraction successive de ce que chacune a emprunté ou fourni, conduira à une ou à plusieurs masses primitives et originelles, dont l’analyse découvrira même l’invention de l’art du langage. L’on ne peut donc rien faire de plus utile en recherches historiques que de recueillir des vocabulaires et des grammaires ; et l’alphabet universel dont j’ai conçu le projet et dont je vous ai entretenu dans une conférence, sera pour cet effet d’une utilité véritable, en ce que ramenant toutes les langues à un même tableau de signes, il réduira leur étude au plus grand degré de simplicité, et rendra palpable la ressemblance ou la différence des mots dont elles sont composées.

  • 29 Plutarque rapporte en effet qu’Alexandre avait une édition d’Homère qu’il gardait sous son oreiller (...)
  • f [1800] modifie la rédaction de tout le passage qui suit à partir de ce point : « ...cette manie de (...)
  • 30 Voltaire, dans son Histoire de Charles XII, 1731 : « Il prit pour ce livre [Quinte-Curce] un goût q (...)
  • g [1800] : « Pierre Ier, malgré son défaut de culture et d’éducation ».

13Il me reste à parler de l’influence qu’exercent en général les livres d’histoire sur les opinions des générations suivantes, et sur la conduite des peuples et de leurs gouvernements. Quelques exemples vont rendre sensible la puissance de ce genre de récits, et de la manière de les présenter. Tout le monde connaît l’effet qu’avait produit sur l’âme d’Alexandre l’Iliade d’Homère, qui est une histoire en vers ; effet tel que le fils de Philippe, enthousiasmé de la valeur d’Achille, en fit son modèle, et que portant le poème-histoire dans une cassette d’or il alimentait, par cette lecture, ses guerrières fureurs29. En remontant des effets aux causes, il n’est point absurde de supposer que la conquête de l’Asie a dépendu de ce simple fait, la lecture d’Homère par Alexandre. Ma conjecture n’est que probable ; mais un autre trait non moins célèbre, et qui est certain, c’est que l’histoire de ce même Alexandre, écrite par Quinte-Curce, est devenue le principe moteur des guerres terribles, qui sur la fin du dernier siècle et le commencement de celui-ci, ont agité tout le nord de l’Europe. Vous avez tous lu l’Histoire de Charles XII, roi de Suède, et vous savez que ce fut l’ouvrage de Quinte-Curce qui lui imprima cette manie d’imitation d’Alexandref, dont l’ébranlement de quatre grands États fut la suite30. Je dis quatre États ; car après le Danemark, la Pologne et la Russie, ce fut la Suède qui reçut les plus violentes secousses. Que si l’historien et le poète eussent accompagné leurs récits de réflexions judicieuses sur tous les maux produits par la manie des conquêtes, et qu’au lieu de blasphémer le nom de la vertu, en l’appliquant aux fureurs guerrières, ils en eussent fait sentir l’extravagance et le crime ; il est très probable que l’esprit des deux jeunes princes en eût reçu une autre direction, et qu’ils eussent tourné leur activité vers une gloire solide, dont le Tchar Pierreg eut un sentiment infiniment plus noble et plus vrai.

  • 31 Roi et prêtre, Melchisedech bénit Abraham et offre en sacrifice du pain et du vin (Genèse, 14, 18). (...)
  • 32 Samuel, prophète et juge d’Israël, après la lutte contre les Philistins, établit la royauté en nomm (...)
  • 33 Ezechias, roi de Juda de 716 à 688 av. J.-C, établit solidement le culte de Dieu en Israël et suit (...)
  • 34 Ahod (ou Éhud), juge d’Israël, tue par ruse Églon, roi des Moabites qui a soumis les Juifs (Juges, (...)
  • 35 Volney a bien vu l’importance de la diffusion écrite de la Bible dans le succès de la Réforme. Il f (...)
  • h [1800] appelle ici une note : « voyez le Common sensé par Thomas Paine ».
  • 36 Volney, comme il le précise par sa note dans [1800], fait ici référence au Common sensé, Philadelph (...)
  • i [1800] appelle ici une note : « c’est-à-dire directrice et conductrice qui sont les sens du mot nor (...)
  • 37 Volney reprend ici un des exemples habituels qu’adressent à la Bible les historiens des Lumières, c (...)
  • 38 Volney rejoint ici l’article Philosophie des Sarrasins de l’Encyclopédie, dont on sait qu’il est de (...)
  • j [1800] : « l’insuffisance et le vice de ces livres ».

14Je viens de citer des exemples individuels, je vais produire des exemples populaires et nationaux. Quiconque a lu avec attention l’histoire du bas empire d’Occident et d’Orient, ainsi que celle de l’Europe moderne, a pu remarquer que dans tous les mouvements des peuples depuis quinze cents ans, dans les guerres, dans les traités de paix ou d’alliance, les citations et les applications de traits historiques des livres hébreux sont perpétuelles ; si les papes prétendent oindre et sacrer les rois, c’est à l’imitation de Melchisedech31 et de Samuel32 ; si les empereurs pleurent leurs péchés aux pieds des pontifes, c’est à l’imitation de David et d’Ézéchias33 ; c’est à l’imitation des juifs, que les Européens font la guerre aux infidèles ; c’est à l’imitation d’Ahod, d’Églon et de Judith, que des particuliers tuent les princes, et obtiennent la palme du martyre34. Lorsqu’au quinzième siècle l’imprimerie divulgua ces livres jusqu’alors manuscrits et en fit des livres vulgaires et presque classiques, ce fut un redoublement d’influence et une sorte d’épidémie d’imitation : vous en connaissez les funestes effets dans les guerres d’Allemagne, promues par Luther ; dans celles d’Angleterre, conduites par Cromwell ; et dans celles de la ligue terminées par Henri IV35. De nos jours même, ces effets ont été puissants dans la guerre d’Amérique, et les passages de la Bible, où Moïse et Samuel exposent les abus de la royauté, n’ont pas peu servi à déterminer l’insurgence comme ils avaient servi à renverser le trône de Jacques et de Charlesh36. Ainsi le principe moteur du destin de l’univers, la règle normalei d’une immensité de générations ont été puisés dans l’histoire d’un petit peuple presqu’inconnu de l’antiquité, dont les 12 tribus, mélange d’Arabes et de Phéniciens, n’occupaient que 275 lieues carrées, de manière que Salomon, dans toute sa gloire, n’en posséda jamais plus de 400 à moitié désertes, et ne commande jamais à 800 000 âmes, ni par conséquent à 200 000 soldats37. Supposez la non-existence de ces livres, tout le système de Mahomet, singé sur celui de Moïse, n’eût point existé38 : et tout le mouvement du monde romain depuis dix siècles, eût pris une direction différente. Supposez encore que les premières imprimeries eussent répandu à leur place de bons ouvrages de morale et de politique, ou qu’eux-mêmes en eussent contenu les préceptes, l’esprit des nations et des gouvernements en eût reçu une autre impulsion, et l’on peut dire que l’insuffisance de ces livresj, à cet égard, a été une cause, sinon radicale, du moins subsidiaire des maux qui ont désolé les nations.

  • k [1800] : « Enfin la vraie philosophie, la philosophie amie de la paix et de la tolérance universell (...)
  • l [1800] : « dans un extrême contraire ».
  • m [1800] : « nous ont comme frappés de vertige », avec ici la note : « voyez l’histoire de 1793 ». En (...)
  • n [1800] : ils nous ont vanté la liberté, l’esprit d’égalité de Rome et de la Grèce, et ils ont oubli (...)
  • o [1800] : « que sur environ quatre millions qui durent peupler l’ancienne Grèce, plus de trois milli (...)
  • p [1800] : « qui dans Polybe, dans Tite-Live, dans Thucydide ».

15Enfin la philosophie avait amorti ce ferment, et le dix-huitième siècle, ami de la paix et de la tolérance universelles, croyait toucherk à la plus belle époque de l’humanité, lorsqu’une tempête nouvelle, emportant les esprits dans un sensl contraire, a renversé l’édifice naissant de la raison, et nous a fourni un nouvel exemple de l’influence de l’histoire, et de l’abus de ses comparaisons. Vous sentez que je veux parler de cette manie de citations et d’imitation grecques et romaines qui, depuis quatre ans, nous ont frappé d’un véritable vertigem. Nous reprochions à nos aïeux l’adoration superstitieuse des Juifs, et nous sommes tombés dans une adoration non moins superstitieuse des Romains et des Grecs ; nos ancêtres juraient par Jérusalem et la Bible, et une secte nouvelle a juré par Sparte, Athènes et Tite-Live. Ce qu’il y a de bizarre dans ce nouveau genre de religion, c’est que ses apôtres n’ont pas même eu une juste idée de la doctrine qu’ils prêchent, et que les modèles qu’ils nous ont proposés sont diamétralement contraires à leur énoncé ou à leur intention ; ils nous ont vanté la liberté de Rome et de la Grèce, et ils ont oublié qu’à Sparte une aristocratie de trente mille nobles tenait, sous un joug affreux, six cent mille serfsn ; que pour empêcher la trop grande population de ce genre de nègres, les jeunes Lacédémoniens allaient de nuit à la chasse des Ilotes, comme de bêtes fauves ; qu’à Athènes, ce sanctuaire de toute liberté, il y avait quatre têtes esclaves contre une tête libre ; qu’il n’y avait pas une maison où le régime despotique de nos colons d’Amérique, ne fût exercé par ces prétendus démocrates ; que sur environ cinq millions de têtes, qui peuplaient la totalité de la Grèce, plus de trois millions cinq cent mille étaient esclaveso ; que l’inégalité politique et civile des hommes était le dogme des peuples, des législateurs ; qu’il était consacré par Lycurgue, par Solon, professé par Aristote, par le divin Platon, par les généraux et les ambassadeurs d’Athènes, de Sparte et de Rome, qui, dans Thucydide et dans Tite-Livep, parlent comme les ambassadeurs d’Attila et de Tchinguizkan ; ils ont oublié que chez les Romains ces mêmes mœurs, ce même régime, régnèrent dans ce que l’on appelle les plus beaux temps de la république ; que cette prétendue république, diverse selon les époques, fût toujours une oligarchie, composée d’un ordre de noblesse et de sacerdoce, maître presqu’exclusif des terres et des emplois, et d’une masse plébéienne grevée d’usure, n’ayant pas quatre arpents par tête, et ne différant de ses propres esclaves que par le droit de les fustiger, de vendre son suffrage et d’aller vieillir ou périr sous le sarment des centurions, dans l’esclavage des camps et les rapines militaires ; que dans ces prétendus états d’égalité et de liberté, tous les droits politiques étaient concentrés aux mains des habitants oisifs et factieux des métropoles qui, dans les alliés et associés, ne voyaient que des tributaires ; oui, plus j’ai étudié l’antiquité et ses gouvernements si vantés, plus j’ai conçu que celui des Mamlouks d’Égypte et du Dey d’Alger, ne différaient point essentiellement de ceux de Sparte et de Rome ; et qu’il ne manque à ces Grecs et à ces Romains tant prônés que le nom de Huns et de Vandales, pour nous en retracer tous les caractères. Guerres éternelles, égorgements de prisonniers, massacres de femmes et d’enfants, perfidies, factions intérieures, tyrannie domestique, oppression étrangère : voilà le tableau de la Grèce et de l’Italie pendant cinq cent ans, tels que nous le tracent Thucydide, Polybe et Tite-Live. À peine la guerre, la seule guerre juste et honorable contre Xerxès est-elle finie, que commencent les vexations d’Athènes sur la mer, puis l’horrible guerre du Peloponnèse ; puis celle des Thébains, puis celles d’Alexandre et de ses successeurs, puis celles des Romains, sans que jamais l’âme puisse trouver pour se reposer une demi-génération de paix.

  • q [1800] La rédaction du paragraphe est à partir de là très transformée dans [1800] : « [...] et cett (...)
  • r [1800] : « de peuples à demi sauvages » ; en outre appel de note à cet endroit : « Maintenant que j (...)
  • s [1800] modifie la rédaction du paragraphe jusqu’à « qui les faisaient vivre » en mettant à la place (...)
  • t [1800] remplace la suite du paragraphe par « parce qu’étant le fruit d’un système d’extorsions et d (...)
  • u [1800] appelle ici une longue note : « Lorsque je songe que l’église dite Sainte-Geneviève, aujourd (...)
  • v [1800] : « les 4 600 000 000 qu’à coûté son château déjà en dégât » ; une note est également appelé (...)
  • 39 J. Law (1671-1729) a exprimé des idées novatrices dans ses Considérations sur le numéraire et le co (...)
  • w [1800] : « ni la banqueroute de Law, ni ses conséquences reproduites parmi nous. Ah ! cessons d’adm (...)
  • x [1800] rédaction fortement modifiée dans [1800] à partir de ce point : « Après nous être affranchis (...)
  • y [1800] appelle ici une note : « Par la main de Charlotte Corday : cependant il est vrai que chez le (...)
  • 40 Le chiffre donné par Volney apparaît comme exagéré, car il n’y inclut pas les victimes des guerres (...)
  • 41 Macchabée est le surnom de Judas (200-160 av. J.-C), qui mène la révolte d’Israël, la guerre sainte (...)
  • z [1800] : « l’histoire n’offre que ».
  • aa La rédaction du texte jusqu’à la fin du paragraphe est à partir de là profondément changée dans [18 (...)

16On vante les législations des anciens : quel a été leur but, quels furent leurs effets, sinon d’exercer les hommes dans le sens de ces animaux féroces, que l’on dresse au combat du lion et du taureau ? On admire leurs constitutions. Quelle était donc cette constitution de Sparte qui, coulée dans un moule d’airain, était une vraie règle de moines de la Trappe, et qui condamnait absurdement une nation de 30 mille hommes à ne jamais s’accroître en population et en terrain ? L’on a voulu nous donner des modèles grecs ou romains, mais quelle analogie existe entre un État qui, comme la France, contient 27 mille lieues carrées, et 25 millions de têtes de population, et cette Grèce, oùq le Peloponnèse contenait 17 à 18 états indépendants, dans onze cent cinquante lieues carrées ; où cette fameuse Laconie n’en contenait que deux cent trente ; où l’Attique, y compris les vingt lieues de la Mégaride, n’était composée que de cent soixante-cinq lieues ; où tout le continent grec n’avait pas 4 800 lieues carrées, y compris la Macédoine, qui en a 2 500, c’est-à-dire le sixième de la France, et cela en terrain pour la grande partie peu fertile. Quelle comparaison établira-t-on entre les mœurs et les habitudes de petits peuples à demi-sauvagesr, pauvres et pirates, divisés et ennemis par naissance et par préjugé, et un grand corps de nation qui, le premier, offre dans l’histoire une masse de 25 millions d’hommes, parlant la même langue, ayant les mêmes habitudes, et dont tous les frottements, depuis quinze cent ans, n’ont abouti qu’à produire plus d’unité dans ces habitudes et le gouvernement. De modernes Lycurgues nous ont parlé de pain et de fer ; le fer des piques ne produit que du sang ; le pain ne s’acquiert qu’avec la charrue : ils appellent les poètes pour célébrer ce qu’ils nomment les vertus guerrières ; pour répondre aux poètess, appelons les loups et les oiseaux de proie qui dévorent l’affreuse moisson des batailles, ou montrons leur les veuves et les orphelins pleurant dans la disette la mort des hommes qui les faisaient vivre. On a voulu nous éblouir de la gloire des combats ; malheur aux peuples qui remplissent les pages de l’histoire. Tels que les héros dramatiques, ils payent leur célébrité du prix de leur bonheur. On a séduit les amis des arts par l’éclat de leurs chefs-d’œuvres et l’on a oublié que ce sont ces édifices et ces temples d’Athènes qui ont été la première cause de sa ruine, le premier symptôme de sa décadence, parce que ces masses de pierrest, quoique bien comparties, sont un emploi stérile du travail et un absorbement ruineux de la richesse. Ce sont les palais du Louvre, de Versailles et la multitude des templesu dont est surchargée la France qui ont aggravé nos impôts, et jeté le désordre dans nos finances : si Louis XIV eût employé en chemins et en canaux les deux milliards de numéraire qu’a coûté son château qui croulev, la France n’eût vu ni la banqueroute de Law39, ni ses conséquencesw. Ah ! Cessons d’admirer les anciens qui nous ont peu appris en morale, et rien en économie politique, seuls résultats vraiment utiles de l’histoire. Cessons de haïr nos contemporains, nos voisins, qui, les premiers nous ont enseigné les vraies théories du gouvernement, en démontrant, par une série évidente et simple de faits et de raisonnements, qu’il n’y a de richesses que dans les produits de la terre, qui alimentent, vêtissent et logent les hommes ; que l’on n’obtient ces produits que par le travail ; que le travail étant une peine, il n’est excité chez les peuples libres que par l’attrait des jouissances, c’est-à-dire par la sécurité des propriétés ; que, pour maintenir cette sécurité, il faut une force publique que l’on appelle le gouvernement, en sorte que le gouvernement peut se définir une banque d’assurance, à la conservation de laquelle chacun est intéressé en raison des actions qu’il y possède, et que ceux qui n’y en ont aucune peuvent désirer naturellement de briserx : cessons d’admettre une doctrine sauvage qui, par la guerre, conduit toute nation victorieuse ou vaincue à une ruine certaine, parce que l’abandon des cultures et des ateliers, effet des guerres extérieures, mène à la disette, aux troubles, aux guerres civiles, et au pouvoir final du plus fort. Après nous être affranchis du fanatisme juif, repoussons ce fanatisme romain ou vandale, qui place l’assassinat même au rang des vertus, quand toute l’histoire s’accorde à prouver que les assassinats n’ont jamais causé que de plus grands désastres, parce qu’où se montrent les poignards, là s’éclipsent les lois ; et quand, parmi nous, l’assassinat même de son plus vil apôtrey n’a servi qu’à fonder la tyrannie, et à faire périr cent mille des plus honnêtes citoyens40. On tue les hommes, on ne tue point les choses, ni les circonstances dont ils sont le produit : Brutus et Casca poignardent César, et la tyrannie se consolide ; pourquoi cela ? Parce que, depuis les tribuns, il n’y avait plus d’équilibre de pouvoirs ; parce que les volontés du peuple de Rome étaient devenues la loi ; parce que, depuis la prise de Corinthe et de Carthage, ce peuple oisif, pauvre et débauché, était à l’encan des généraux, des proconsuls, des questeurs, gorgés de richesses. Brutus et Casca sont devenus, pour notre âge, ce qu’étaient Ahod et les Macchabées41 pour l’âge antérieur ; ainsi, sous des noms divers, un même fanatisme ravage les nations ; les acteurs changent sur la scène ; les passions ne changent pas, et l’histoire n’estz que la rotation d’un même cercle de calamités et d’erreurs. Plus on la litaa, plus on la médite, et plus l’on s’aperçoit de la vérité de cette assertion ; en sorte que, considérant combien la conduite des nations et des gouvernements, dans des circonstances analogues, se ressemble, et combien la série de ces circonstances suit un ordre généalogique ressemblant, je suis, de plus en plus, porté à croire que les affaires humaines sont gouvernées par un mouvement automatique et machinal, dont le moteur réside dans l’organisation physique de l’espèce.

  • bb La rédaction de la fin du texte est également modifiée dans [1800] : « Désormais j’ai épuisé plutôt (...)

17Désormaisbb, j’ai complété mes observations préliminaires sur l’histoire ; il faudrait maintenant en faire l’application à quelques ouvrages remarquables modernes ou anciens, et vérifier par expérience les règles de critique que je vous ai proposées ; mais le travail précipité et exagéré, auquel j’ai été soumis depuis deux mois, ne me permet pas de courir cette seconde carrière, sans reprendre haleine ; et après avoir fait acte de dévouement, en fournissant la première sans une préparation de plus de quinze jours, et privé de tous mes manuscrits, il me devient indispensable de suspendre mes leçons, ne fût-ce que pour reposer mes forces, et avoir le temps d’assembler de nouveaux matériaux. Cela n’empêchera pas néanmoins que je ne puisse vaquer aux conférences, et celle du 8 prochain aura lieu à l’ordinaire.

Notes

a [1800] ajoute ici : « Nous en avons des exemples brillants dans les Révolutions de Portugal, de Suède et de Rome, par Vertot, et dans un nombre infini d’autres histoires moins bien écrites. »

aa La rédaction du texte jusqu’à la fin du paragraphe est à partir de là profondément changée dans [1800] : « [...] de calamités et d’erreurs... Mais comme en même temps toute l’histoire proclame que ces erreurs et ces calamités ont pour cause générale et première l’ignorance humaine, qui ne sait connaître ni ses vrais intérêts, ni les moyens d’arriver au but même de ses passions, il résulte de nos réflexions, non des motifs de découragement, ni une diatribe misanthropique et antisociale, mais des conseils plus pressants d’instruction politique et morale appliquée aux peuples et aux gouvernements ; et c’est sous ce point de vue particulièrement que l’étude de l’histoire prend son plus noble caractère d’utilité, en ce qu’offrant une immense collection de faits et d’expériences sur le développement des facultés et des passions de l’homme dans l’état social, elle fournit au philosophe des principes de législation plus généraux et plus conformes à chaque hypothèse ; des bases de constitution plus simples et plus conciliantes ; des théories de gouvernement plus appropriées au climat et aux mœurs ; des pratiques d’administration plus habiles et plus éprouvées par l’expérience ; en un mot, des moyens plus efficaces et plus paternels de perfectionner les générations à venir, en commençant par améliorer le sort de la génération présente. »

b [1800] : « une des moindres tâches de cette sanglante époque ».

bb La rédaction de la fin du texte est également modifiée dans [1800] : « Désormais j’ai épuisé plutôt que complété mes considérations sur l’histoire ; il faudrait maintenant que j’en fisse l’application à quelques ouvrages remarquables, modernes ou anciens, et que je vérifiasse en pratique les règles de critique que je vous ai proposées ; mais le travail exagéré et précipité auquel j’ai été soumis depuis deux mois ne me permet pas de fournir cette seconde carrière sans reprendre haleine ; et après avoir fait acte de dévouement à la chose publique, en fournissant la première sans une préparation de plus de quinze jours, privé même de mes manuscrits, il me devient indispensable de suspendre ces leçons, pour reposer mes forces et avoir le temps d’assembler de nouveaux matériaux.
« Nota. L’école normale ayant été dissoute peu de temps après, l’auteur n’a plus eu de motifs de continuer ce travail. »
En outre, une note est appelée dans [1800] à « chose publique » : « l’auteur, après dix mois de détention (jusqu’au 6 fructidor an II), se trouvait exilé de Paris, par le décret contre les détenus, lorsqu’il reçut à Nice, au mois de frimaire, sa nomination inopinée à l’une des places de professeur, et l’invitation du comité d’instruction publique de venir sur-le-champ la remplir. »

c [1800] : « toutes ces prétendues universelles de Rollin, de Bossuet, de Fleury, etc., seront des livres à refaire, dont il ne restera pas même les réflexions, puisque les faits qui les basent sont faux ou altérés. »

d [1800] : « qu’ils parlaient l’idiome ».

e [1800] appelle ici une note : « Wedn-esday chez les Anglais ».

f [1800] modifie la rédaction de tout le passage qui suit à partir de ce point : « ...cette manie de limitation d’Alexandre, dont les effets furent d’abord l’ébranlement, puis raffermissement de l’empire russe, et en quelque sorte sa transplantation d’Asie en Europe, par la fondation de Pétersbourg et l’abandon de Moscou, où, sans cette crise, le Tzar Pierre Ier fut probablement resté. Que si [...] ».

g [1800] : « Pierre Ier, malgré son défaut de culture et d’éducation ».

h [1800] appelle ici une note : « voyez le Common sensé par Thomas Paine ».

i [1800] appelle ici une note : « c’est-à-dire directrice et conductrice qui sont les sens du mot norma ».

j [1800] : « l’insuffisance et le vice de ces livres ».

k [1800] : « Enfin la vraie philosophie, la philosophie amie de la paix et de la tolérance universelle, avait amorti ce ferment, et le xviiie siècle croyait toucher ».

l [1800] : « dans un extrême contraire ».

m [1800] : « nous ont comme frappés de vertige », avec ici la note : « voyez l’histoire de 1793 ». En outre un long passage est rajouté après « vertige » dans [1800] : « Noms, surnoms, vêtements, usages, lois, tout a voulu être Spartiate ou romain ; de vieux préjugés effrayés, des passions récentes irritées, ont voulu voir la cause de ce phénomène dans l’esprit philosophique qu’ils ne connaissent pas ; mais l’esprit philosophique, qui n’est que l’observation dégagée de passion et de préjugé », en trouve l’origine plus vraie dans le système d’éducation qui prévaut en Europe depuis un siècle et demi : ce sont ces livres classiques si vantés, ces poètes, ces historiens, qui, mis sans discernement aux mains de la jeunesse, l’ont imbue de ses principes ou de leurs sentiments. Ce sont eux qui, lui offrant pour modèles certains hommes, certaines actions, l’ont enflammée du désir si naturel de l’imitation ; qui l’ont habituée sous la férule collégiale à se passionner pour des vertus ou des beautés réelles ou supposées, mais qui étant également au-dessus de sa conception, n’ont servi qu’à l’affecter du sentiment aveugle appelé enthousiasme. On le voit cet enthousiasme, au commencement du siècle, se manifester par une admiration de la littérature et des arts anciens, portée jusqu’au ridicule ; et maintenant que d’autres circonstances l’ont tourné vers la politique, il y déploie une véhémence proportionnée aux intérêts qu’elle met en action : varié dans ses formes, dans ses noms, dans son objet, il est toujours le même dans sa nature ; en sorte que nous n’avons fait que changer d’idoles, et que substituer un culte nouveau au culte de nos aïeux. Nous leur reprochons l’adoration superstitieuse des Juifs, et nous sommes tombés dans une adoration non moins superstitieuse des Romains et des Grecs ; nos ancêtres juraient par Jérusalem et la Bible [...] ».

n [1800] : ils nous ont vanté la liberté, l’esprit d’égalité de Rome et de la Grèce, et ils ont oublié qu’à Sparte une aristocratie de trente mille nobles tenait sous un joug affreux deux cent trente mille serfs ».

o [1800] : « que sur environ quatre millions qui durent peupler l’ancienne Grèce, plus de trois millions étaient esclaves » ; après Grèce, [1800] appelle une longue note justificative des chiffres du texte : « La totalité des pays désignés sous le nom de Grèce contient environ 3 850 lieues carrées ; de ce nombre 1 100 composent la Macédoine, qui, selon Strabon, contenait, au temps d’Alexandre, c’est-à-dire au plus haut degré de prospérité, 1 000 000 de têtes ; c’est un peu moins de 1 000 âmes par lieue carrée, et cette proportion est celle des pays les plus peuplés ; je l’applique à toute la Grèce, afin de n’avoir pas de contestation avec les adorateurs de l’Antiquité ; elle est d’ailleurs le cas le plus favorable des portions de la Grèce moderne ; car, d’après des recherches faites avec beaucoup de soin et d’intelligence par Félix, consul de Salonique, la Macédoine actuelle n’a que 70 000 âmes, ce qui en donne en moins trois dixièmes ; la Morée n’en a que 300 000 pour 700 lieues carrées ; l’Attique 20 000, et toute la Grèce réunie pas 2 000 000, ce qui ne donne que 500 âmes par lieue carrée, et ce terme est plus fort que l’Espagne. »

p [1800] : « qui dans Polybe, dans Tite-Live, dans Thucydide ».

q [1800] La rédaction du paragraphe est à partir de là très transformée dans [1800] : « [...] et cette Grèce, où le Péloponnèse contenait six confédérations indépendantes dans 700 lieues carrées ; où cette fameuse Laconie qui, selon Thucydide, formait les deux cinquièmes du Péloponnèse, ne contenait que 280 lieues ; où tout le continent grec n’avait pas plus de 3 850 lieues carrées en tout, y compris la Macédoine qui en a 110, c’est-à-dire le sixième de la France et cela en terrain qui n’est généralement pas fertile. Quelle comparaison établirait-on [...] ».

r [1800] : « de peuples à demi sauvages » ; en outre appel de note à cet endroit : « Maintenant que j’ai vu les sauvages d’Amérique, je persiste de plus en plus dans cette comparaison, et je trouve que le premier livre de Thucydide, et tout ce qu’il dit des mœurs des Lacédémoniens, conviennent tellement aux cinq nations, que j’appellerais volontiers les Spartiates, les Iroquois de l’ancien monde. »

s [1800] modifie la rédaction du paragraphe jusqu’à « qui les faisaient vivre » en mettant à la place : « répondons aux poêtes par les cris des loups et des oiseaux de proie qui dévorent l’affreuse moisson des batailles ; ou par les sanglots des veuves et des orphelins, mourant de faim sur les tombeaux de leurs protecteurs. »

t [1800] remplace la suite du paragraphe par « parce qu’étant le fruit d’un système d’extorsions et de rapines, ils provoquèrent à la fois le ressentiment et la défection de ses alliés, la jalousie et la cupidité de ses ennemis, et que ces masses de pierre, quoique bien comparties, sont partout un emploi stérile du travail et un absorbement ruineux de la richesse. Ce sont les palais du Louvre [...] ».

u [1800] appelle ici une longue note : « Lorsque je songe que l’église dite Sainte-Geneviève, aujourd’hui le Panthéon, a coûté plus de 30 millions ; que Saint-Sulpice, et vingt autres églises dans Paris, en ont coûté depuis cinq jusqu’à dix ; qu’il n’est pas de ville de plus de 10 000 âmes en France qui n’ait pour un million en construction d’églises, pas de paroisse qui n’en ait pour 60 à 80 000 F, je suis porté à croire que la France a employé 10 milliards à entasser de petits morceaux de pierre sans utilité ; c’est-à-dire, quatre ans de son revenu actuel, et plus du double de son revenu au temps des constructions : et voilà la sagesse des peuples et des gouvernements ! »

v [1800] : « les 4 600 000 000 qu’à coûté son château déjà en dégât » ; une note est également appelée ici dans [1800] : « Il existait chez l’ancien intendant des bâtiments (d’Angivilliers) un volume manuscrit superbement relié, qui était le registre des frais de la construction de Versailles, et dont le résumé au dernier feuillet était de 1 400 000 000 de livres tournois : mais l’argent était à 16 F le marc, il est de nos jours à 52 F. »

w [1800] : « ni la banqueroute de Law, ni ses conséquences reproduites parmi nous. Ah ! cessons d’admirer les anciens qui n’eurent pour constitution que des oligarchies, pour politique que des droits exclusifs de cité, pour morale que la loi du plus fort et la haine de tout étranger ; cessons de prêter à cette antiquité guerroyeuse et superstitieuse une science de gouvernement qu’elle n’eut point, puisqu’il est vrai que c’est dans l’Europe moderne que sont nés les principes ingénieux et féconds du système représentatif, du partage et de l’équilibre des pouvoirs, et ces analyses savantes de l’état social qui, par une série évidente et simple de faits et de raisonnements, démontrent qu’il n’y a de richesses que dans les produits de la terre, qui alimentent, vêtissent et logent les hommes ; »

x [1800] rédaction fortement modifiée dans [1800] à partir de ce point : « Après nous être affranchis du fanatisme juif, repoussons ce fanatisme vandale ou romain, qui, sous des dénominations politiques, nous retrace les fureurs du monde religieux ; repoussons cette doctrine sauvage, qui par la résurrection des haines nationales, ramène dans l’Europe policée les mœurs des hordes barbares ; qui de la guerre fait un moyen d’existence, quand toute l’histoire dépose que la guerre conduit tout peuple vainqueur ou vaincu à une ruine égale ; parce que l’abandon des cultures et des ateliers, effet des guerres du dehors, mène à la disette, aux séditions, aux guerres civiles, et finalement au despotisme militaire ; repoussons cette doctrine qui place l’assassinat même au rang des vertus, quand toute l’histoire prouve que les assassinats n’ont jamais causé que de plus grands désastres, parce que, où se montrent les poignards, là s’éclipsent les lois, et quand, parmi nous, l’assassinat de son plus vil apôtre n’a servi qu’à égarer l’opinion publique et à faire périr 100 000 des meilleurs citoyens. On tue les hommes, on ne tue point les choses (...) ».

y [1800] appelle ici une note : « Par la main de Charlotte Corday : cependant il est vrai que chez les Juifs l’assassinat des tyrans fut inspiré et protégé par l’Esprit Saint ; que chez les chrétiens il a été enseigné et recommandé par saint Thomas d’Aquin, et par les jésuites, qui l’ont pratiqué sur des princes qui n’étaient pas tyrans... Aujourd’hui que deux empereurs, effrayés de cette doctrine en d’autres mains, veulent rétablir l’ordre des jésuites, il pourra se faire, s’ils y réussissent, qu’ils aient un jour plus de peine à se débarrasser de ces bons pères, que n’en ont eu les rois de France, d’Espagne et de Portugal ; car ils n’auront plus à leur secours Voltaire, Helvétius, d’Alembert, et tant d’autres philosophes antifanatiques, haïs maintenant par les rois, quoique Frédéric II fût de leur nombre. »

z [1800] : « l’histoire n’offre que ».

1 Il est à noter que commence en 1796 la publication d’une histoire universelle qui répond aux vœux de Volney, Histoire des sciences et des arts depuis leur renaissance jusqu’à la fin du xviiie siècle. Ses onze volumes traitent respectivement de l’histoire de la culture et de la littérature de l’époque moderne, des beaux-arts, des belles-lettres, de la philologie, de l’histoire, de la philosophie, des mathématiques et de la tactique, des sciences naturelles, de la médecine, de la jurisprudence et de la théologie.

2 A. Goguet (1716—1758), conseiller au parlement de Paris, avait fait paraître à Paris en 1758 De l’origine des lois, des arts et des sciences, et de leurs progrès chez les anciens peuples (rééditions en 1759 et 1778). Il y étudie systématiquement, depuis les origines jusqu’au règne de Cyrus, les questions touchant au gouvernement, les arts et métiers, les sciences, le commerce et la navigation, l’art militaire et enfin les mœurs et les usages.

3 Volney a personnellement connu J.-S. Bailly, son collègue à la Constituante, où tous deux ont fait partie du comité chargé de préparer la Constitution, nommé le 6 juillet 1789 (J. Gaulmier, op. cit., 1951, p. 169). Bailly (1736-1793) était connu avant 1789 pour ses travaux scientifiques en matière d’astronomie : Histoire de l’astronomie ancienne depuis son origine jusqu’à l’établissement de l’école d’Alexandrie, Paris, 1775, ici citée par Volney ; Histoire de l’astronomie moderne depuis la fondation de l’école d’Alexandrie jusqu’à l’époque de 1750, Paris, 1779-1782 ; le Traité de l’astronomie indienne et orientale, Paris, 1787, couronne l’ensemble. Dans des vues originales, aujourd’hui complètement dépassées ou tenues pour erronées, il y défend entre autres l’existence d’une astronomie antédiluvienne et surtout une origine commune de la civilisation dans les pays du Nord (Lettres sur l’origine des sciences, Paris 1777 ; Lettres sur l’Atlantide de Platon, Paris, 1778). Volney, qui l’a lu, ne retient pourtant pas cette idée dans Les Ruines, mais celle d’une « conformité profonde dans les traditions et les croyances qui rassemble tous les peuples de l’Asie dans une commune cosmologie superstitieuse » (J. Gaulmier, op. cit., 1951, p. 208). Le rôle de Bailly a été important dans les débuts de la Révolution, comme député puis maire de Paris, mais il se retire de la vie publique en 1791 après la fusillade du Champ-de-Mars. Arrêté chez Laplace, il est guillotiné peu après.

4 W. Robertson (Édimbourg, 1721 — Édimbourg, 1793), historien britannique, représentant avec Hume de 1’« école écossaise », auteur notamment d’une History of Scotland (Londres, 1754-1759, trad, fr., Paris, 1759), d’une History of the Reign of the Emperor Charles V, with a View of the Progress of Society from the Subversion of the Roman Empire to the Beginning of the Sixteenth Century (Londres, 1770, trad, fr., Paris, 1771), qui lui donne une réputation européenne, d’une History of America, son ouvrage le plus connu (Londres, 1777, trad. fr. dès Mil), enfin de l’ouvrage cité ici par Volney : An Historical Disquisition concerning the Knowledge the Ancients had of India, Londres, 1791 (traduction parue chez Buisson à Paris en 1792 : Recherches historiques sur la connaissance que les Anciens avaient de l’Inde et sur les progrès du commerce de cette partie du monde avant la découverte du passage par le Cap de Bonne-Espérance).

5 L’économiste F. Véron de Forbonnais (Le Mans, 1722—Paris, 1800), collègue de Volney à l’Institut, auteur de Considérations sur les finances d’Espagne, Paris, 1753, des Éléments du commerce, Paris, 1754, et des Recherches et considérations sur les finances de France depuis l’année 1595 jusqu’à l’année 1721, Paris, 1758. Volney s’est sans aucun doute intéressé à ses Questions sur le commerce de France dans le Levant, Paris, 1755.

6 L’abbé Pluquet (Bayeux, 1716—Paris, 1790) a occupé la chaire de philosophie morale au Collège Royal (1776), puis celle d’histoire (1778-1782), au moment donc où Volney poursuit ses études à Paris et suit le cours d’arabe de Leroux des Hautesrayes, également au Collège Royal. Il a publié un Examen du fatalisme ou exposition et réfutation des différents systèmes du fatalisme qui ont partagé les philosophes sur l’origine du monde, sur la nature de l’âme et sur le principe des actions humaines, Paris, 1757. Il est aussi l’auteur des Mémoires pour servir à l’histoire des égarements de l’esprit humain par rapport à la religion chrétienne, ou dictionnaire des hérésies [...], Paris, 1762, ainsi que d’un Traité philosophique et politique sur le luxe, Paris, 1786. Volney a utilisé Pluquet dans les Ruines (J. Gaulmier, op. cit., 1951, p. 208).

7 La célèbre « théorie des climats » est exprimée par Montesquieu dans L’esprit des lois (1748), en particulier dans la troisième partie, livres 14 à 18.

8 La pensée de Volney rejoint en effet souvent celle d’Hippocrate dans ce traité, ou s’en inspire. On en prendra pour exemple l’introduction : « Celui qui veut approfondir la médecine doit faire ce qui suit : il considère d’abord les saisons de l’année et l’influence que chacune d’elles exerce (...). Puis il examine quels sont les vents chauds et froids, surtout ceux qui sont communs à tous les pays, ensuite ceux qui sont propres à chaque localité. Il est nécessaire de connaître la qualité des eaux [...]. Donc, lorsqu’un médecin arrive dans une ville à lui inconnue, il en observera la situation et les rapports avec le vent et le lever du soleil [...]. Il acquerra des notions très précises sur la nature des eaux dont les habitants font usage [...]. Il étudiera les divers éléments du sol [...]. Il reconnaîtra le genre de vie des habitants [...]. C’est de là qu’il faut partir pour juger chaque chose. » (trad. E. Littré, Paris, 1840, t. II, p. 13-14). Hippocrate étudie ensuite systématiquement l’influence des vents, des eaux, des saisons et des lieux sur la constitution humaine, avant de comparer sur tous ces points l’Asie (antique) et l’Europe. C’est ce qui a retenu l’attention de Volney dans la préparation de son voyage en Orient et les observations qu’il a pu faire sur place. Rappelons l’importance d’Hippocrate dans l’enseignement de la médecine en France lors des études de Volney (cf. J. Gaulmier, op. cit., 1951, p. 32).

9 Volney reprend ici les Questions de statistique, première section (État physique du pays), articles I (situation géographique), II (climat), III (état du sol), IV (produits naturels). Le texte respecte d’ailleurs par la suite l’ordre de la deuxième section (État politique), divisée en population, agriculture, industrie, commerce, gouvernement et administration. Cf. O.C., p. 751 sq.

10 Volney parle ici du peuple juif.

11 Volney fait ici référence aux travaux de 1’Asiatic Society of Bengal, fondée en 1784 à l’initiative de sir William Jones (1746—1794). Ce dernier, juriste et universitaire, auteur d’une Grammar of the Persian Language (Londres, 1771) que Volney a peut-être utilisée, s’est engagé dans l’étude du sanscrit pour une comparaison des traditions juridiques hindoues et musulmanes (Muhammedan Law of Inheritance, Londres, 1792, Institute of Hindu Law, ibid., 1794). Pionnier de la philologie comparée, il a postulé l’existence d’une langue commune, souche du grec et du sancrit, dans un discours à la Société Asiatique. C’est par ses travaux et les Asiatic Researches, (publiées à partir de 1788), que se diffusent en Europe la culture hindoue et la connaissance du sanscrit et de son rôle.

12 Johann Gottlieb Georgi (Gut Wachholzhagen, 1729—Saint Pétersbourg, 1802), géographe et chimiste, a accompagné Pallas en Sibérie. Volney pense sans doute ici à ses deux principales publications : Beschreibung aller Nationen des russischen Reiches [...], Saint-Pétersbourg, 1776-1780, et Bemerkungen einer Reise im russischen Reich im Jahre 1772, ibid., 1775.

13 Pierre-Simon Pallas (Berlin, 1741—Berlin, 1811), naturaliste et ethnographe, un des grands savants allemands qui travaillent en Russie au xviiie siècle. Ses travaux, connus et réputés dans toute l’Europe savante, s’orientent dans deux directions principales : l’étude de la flore (Flora russica, Saint-Pétersbourg, 1784), et la rédaction de nombreux récits de ses voyages en Sibérie (auxquels Volney fait ici allusion), Russie et Crimée. Mais Pallas s’est aussi attaché à l’étude des langues : Linguarium totius orbis vocabularia comparativa, Saint-Pétersbourg, 1787-1790, dont Volney louera l’ampleur de vues et la nouveauté tout en en critiquant certaines parties dans un compte rendu à l’Académie celtique en 1806 (J. Gaulmier, op. cit., 1951, p. 515-516). Volney cite aussi cet ouvrage dans son Tableau du climat et du sol des États-Unis, avec les mêmes louanges et les mêmes réserves (éd. Didot, p. 728).

14 Philippe-Jean Strahlenberg (Poméranie suédoise, 1676—Carlshamm, Suède, 1747), officier poméranien au service de Charles XII, prisonnier des Russes, avait passé treize ans en Sibérie. Il laissa Das nord und ostliche Theil von Europa und Asia [...], Stockholm, 1730, trad. française à Amsterdam/Paris, 1757 : Description historique de l’empire russien.

15 Georges Horn, dit Hornius (Grenssen, 1620—Leyde, 1670), historien allemand et professeur à l’université de Leyde, s’est intéressé à l’origine du monde (De Vera, AZtate Mundi, 1659), mais est surtout connu à l’époque de Volney pour ses travaux d’érudition et de synthèse : Historia ecclesiastica et politica, Leyde, 1665 (trad. française, Rotterdam, 1700). Sa Description exacte de l’univers, ou Ancienne géographie sacrée et profane, La Haye, 1741, a été publiée en latin à Leyde en 1653.

16 Jean Elichman, Silésien qui pratique la médecine à Leyde où il meurt en 1639. Il pense que les langues persane et allemande ont une source commune, et laisse une traduction de Pythagore ainsi que sa thèse De termino inte secundum mentum orientalum, Leyde, 1639.

17 Paul-Ernest Jablonski (Berlin, 1693—Francfort-sur-l’Oder, 1757), fils du célèbre théologien protestant D.-E. Jablonski (1660-1742) ; lui-même ministre protestant, il se consacra surtout à l’enseignement des langues orientales (Pantheon Aegyptiorum, Francfort, 1750).

18 Volney écrit Marcow. Nous n’avons pu repérer aucune figure intellectuelle marquante de ce nom. Aussi proposons-nous d’identifier cette personnalité énigmatique au très connu J.-J. Mascov ou Mascou (Dantzig, 1689—Leipzig, 1762), juriste et historien allemand, dont la figure et les œuvres s’intégreraient sans difficultés dans les références données ici par Volney (Geschichte der Teutschen, Leipzig, 1726).

19 J. Gebhard (Neubourg, 1592—Göttingen, 1632), professeur d’histoire et de langue grecque à l’université de Groningue, auteur d’un grand nombre de livres d’érudition et de commentaires sur les auteurs antiques.

20 Jean Ihre (1707-1780), professeur à Uppsala, connu surtout pour son Glossarium Suio Gothicum (Uppsala, 1769), mais aussi auteur d’un Swenskt dialect lexicon, ibid., 1766, de recherches sur la langue méso-gothique publiées à Berlin en 1773 (Scripta varia versionem ulphilanam et linguam maesogothicam spectantia), ainsi que d’études diverses sur l’origine des caractères runiques, les voyages des Scandinaves et les antiquités d’Uppsala.

21 Volney pense aux ouvrages suivants, tous fort connus et réputés : Bossuet, Discours sur l’histoire universelle, Paris, 1681 ; Fleury, Histoire ecclésiastique, Paris, 1691-1738 ; Condillac, Cours d’étude pour l’éducation du prince de Parme, vol. V-X (Introduction à l’histoire ancienne) et XI-XVI (Introduction à l’histoire moderne), Parme, 1775 ; Histoire universelle depuis le commencement du monde, jusqu’à présent, traduite de l’anglais par une société de gens de lettres, 46 vol., Amsterdam/Leipzig/Paris, 1747-1792 (une Table a paru en 1802).

22 Volney fait plus haut référence à la Société Asiatique de Calcutta. L’Académie des Sciences de Saint-Pétersbourg a été fondée en 1725 par Pierre le Grand et acquit une grande renommée par ses publications (les Novi commentarii) et les travaux de ses membres, comme Pallas, cité plus haut. Volney pense ici plus vraisemblablement à M. Lomonossov (1711-1765), dont le rôle fut déterminant pour la fixation et l’étude de la langue, et par voie de conséquence celle de l’histoire russe. Sa Grammaire russe, publiée en 1755, reste son ouvrage alors le plus connu, mais il ne faut pas oublier son Histoire de l’ancienne Russie jusqu’en 1054 (1766) traduite par d’Holbach. Nous n’avons pu préciser les ouvrages allemands auxquels Volney fait référence, sans doute ceux de Gatterer et de Schloezer cités plus loin.

23 Johann-Christoph Gatterer (Lichtenau, 1727—Göttingen, 1799), historien allemand qui enseigne à Göttingen et qui est à l’origine du développement d’une histoire allemande fondée en priorité sur les sources. Il publie sept abrégés de l’histoire universelle de 1767 à 1792 (le dernier : Versuch einer allgemeine Weltgeschichte [...], Göttingen, 1792), dirige la publication de l’Historisches Journal à Göttingen (1772-1781) et de l’Allgemeine historische Bibliothek à Halle, où il donne des mémoires sur la Thrace vue par Hérodote et Thucydide, sur l’origine des peuples slaves et lettons, sur les Huns et les Alains.

24 Auguste-Louis de Schloetzer (Jagstadt, 1737—Göttingen, 1809) qui enseigne la philosophie et la politique à l’université de Göttingen, et qui développe l’histoire des pays du Nord en insistant, comme Gatterer, sur l’importance des sources et de leur vérification. On le connaît surtout par son Introduction à l’histoire du Nord, 1771, où il distingue nettement trois groupes, Scandinave, slave et letton, et établit huit rameaux principaux dans les langues nordiques en remontant à l’origine du peuplement dans les pays du Nord.

25 Ou Danaos, roi d’Egypte avec son frère Ramsès. Menacé par ce dernier, il se serait enfui en Grèce, où il aurait fondé Argos. Cadmus ou Cadmos, fondateur avec son frère Phénix des royaumes de Tyr et de Sidon, serait passé en Grèce où il aurait fondé Thèbes et surtout apporté les seize lettres de l’alphabet primitif. Suivant la même tradition, Palamède aurait augmenté l’alphabet grec de quatre nouvelles lettres au temps de la guerre de Troie, comme Volney le dit un peu plus loin, et Simonide l’aurait définitivement achevé en y ajoutant les quatre dernières.

26 Venture de Paradis, Grammaire et dictionnaire abrégés de la langue berbère, Paris, 1844. Volney, dépositaire du manuscrit, l’aurait remis à la Bibliothèque nationale après la mort de Venture de Paradis dans la retraite d’Acre au cours de la campagne d’Égypte. Il n’a été publié que lors de la conquête de l’Algérie. Volney a connu Venture de Paradis (1739-1799) avant la Révolution. Cet orientaliste de valeur, diplomate de carrière, est en effet mêlé de diverses façons au voyage en Égypte et en Syrie (Cf. J. Gaumier, introduction à la Zubda Kachf el-Mamâlik de Khalîl az-Zâhirî, Beyrouth, 1950 sur Venture de Paradis, en particulier p. xxiii-xxiv, et n° 1 p. xxiv, et op. cit., 1951, p. 61, 77, 97-99, 193-194 notamment).

27 A.-G. de Busbecq (1522-1592), ambassadeur de Ferdinand 1er auprès de Soliman II, également précepteur des enfants de Maximilien II. La relation de ses voyages chez les Turcs (Itinera Constantinopolitum et Amasianum [...], Anvers, 1582, Legationes Turcicœ Epistolœ IV, Paris, 1589) eut un énorme succès. Volney est sans doute séduit par la mine d’informations concrètes et de faits qu’elles renferment. Le passage auquel il est fait ici référence se situe au début de la quatrième lettre, où Busbecq rend compte de la visite d’envoyés de la Chersonnèse taurique, c’est-à-dire la Crimée. « J’avais entendu dire qu’elle [la Crimée] avait une ressemblance parfaite avec les Allemands, que le langage était le même, les mœurs presqu’égales, la physionomie, le maintien à s’y méprendre. » (trad. fr. par l’abbé de Foy, Paris, 1748, t. II p. 304-305). Busbecq donne un peu plus loin un ensemble de mots « qui ont un singulier rapport avec ceux de la langue allemande » (ibid., p. 308). On en trouvera la liste non dans cette édition, où le passage est coupé, mais dans l’original latin (ainsi dans l’édition de 1595, p. 135-136). Les systèmes de numération sont également comparés, et les ressemblances établies : on comprend mieux alors la remarque de Volney.

28 Histoire du grand Genghizcan, premier empereur des anciens Mongols et Tartares, Paris, 1710, de F. Pétis de La Croix, un des promoteurs de l’orientalisme en France : « [la ville de Cashgar] était alors la capitale des pays que Gurcan possédait dans le Turquestan [...]. C’est de cette ville que les Suédois tirent leur origine, [en note] Mr Sparvenfeldt est introducteur des ambassadeurs à la Cour du roi de Suède ; étant à Paris en 1691, il assura à l’auteur avoir lu dans les anciennes annales de Suède que l’origine des Suédois était de la ville de Cashgar, dans le Turquestan. »

29 Plutarque rapporte en effet qu’Alexandre avait une édition d’Homère qu’il gardait sous son oreiller, voulant s’imprégner de la valeur guerrière des héros de l’Illiade (Vie d’Alexandre, VIII, 2).

30 Voltaire, dans son Histoire de Charles XII, 1731 : « Il prit pour ce livre [Quinte-Curce] un goût que le sujet lui inspirait plus encore que le style. Celui qui lui expliquait cet auteur lui ayant demandé ce qu’il pensait d’Alexandre : « Je pense, dit le prince, que je voudrais lui ressembler. — Mais, lui dit-on, il n’a vécu que trente-deux ans. — Ah ! reprit-il, n’est-ce pas assez quand on a conquis des royaumes ? » (éd. R. Pomeau, Paris, 1957, p. 62). Charles XII aurait reconnu n’avoir lu, pendant longtemps, que les Commentaires de César et L’histoire d’Alexandre (ibid., p. 273). Voltaire d’ailleurs appuie souvent sur la comparaison entre les deux souverains.

31 Roi et prêtre, Melchisedech bénit Abraham et offre en sacrifice du pain et du vin (Genèse, 14, 18). La tradition chrétienne fait de ce geste une préfiguration de l’eucharistie.

32 Samuel, prophète et juge d’Israël, après la lutte contre les Philistins, établit la royauté en nommant Saûl, puis, secrètement, David par l’onction de l’huile sainte (Livres de Samuel). Volney reviendra sur ce dernier point dans son Histoire de Samuel, inventeur du sacre des rois, Paris, 1819, critique qui vise à dissuader Louis XVIII de se faire sacrer (J. Gaulmier, op. cit., 1951, p. 551-555).

33 Ezechias, roi de Juda de 716 à 688 av. J.-C, établit solidement le culte de Dieu en Israël et suit les conseils d’Isaie, (II Rois 17-20), mais c’est surtout David qui personnifie la soumission des rois au pouvoir spirituel lorsqu’après son adultère avec Bethsabée il est condamné par Nathan puis se repent (II Samuel 11-12).

34 Ahod (ou Éhud), juge d’Israël, tue par ruse Églon, roi des Moabites qui a soumis les Juifs (Juges, 3). Judith assassine le général assyrien Holopherne en le séduisant puis le décapitant pendant son ivresse (Livre de Judith).

35 Volney a bien vu l’importance de la diffusion écrite de la Bible dans le succès de la Réforme. Il faut ensuite allusion aux grandes guerres religieuses du xvie et du xviie siècles : guerre des Paysans (1524-1526), dans laquelle Luther a, au début, une influence directe, puis troubles liés à la Réforme et surtout guerre de Trente Ans (1618-1648) ; guerre civile anglaise (1642-1649) ; La Sainte Ligue enfin joue un rôle essentiel dans les dernières guerres de religion en France, de 1576 à 1594, avant qu’Henri IV ne l’amène à soumission.

36 Volney, comme il le précise par sa note dans [1800], fait ici référence au Common sensé, Philadelphie, 1776 de T. Paine, un des pamphlets les plus vigoureux contre le gouvernement anglais aux débuts de la guerre d’Indépendance américaine. Ainsi : « La volonté du tout puissant, telle que la proclament Gédéon et le prophète Samuel, réprouve expressément tout gouvernement fondé sur les rois. Les passages antimonarchiques des Écritures ont tous été discrètement passés sous silence dans les régimes monarchiques, mais ils méritent incontestablement de retenir l’attention des pays dont le gouvernement reste encore à instituer » (éd. et trad. de B. Vincent, Paris, 1983, p. 73 ; les citations de Samuel sont données p. 76-79). Les « passages de la Bible » auxquels Volney fait allusion sont notamment I Samuel 8 et Deutéronome, 17, 14-20. Jacques et Charles sont respectivement le dernier roi Stuart et catholique d’Angleterre, Jacques II (1633-1707) chassé par la « glorieuse Révolution » et Guillaume d’Orange, et son père Charles 1er (1600-1649), renversé par Cromwell.

37 Volney reprend ici un des exemples habituels qu’adressent à la Bible les historiens des Lumières, celui de ses invraisemblances, comme le montre M.-H. Cotoni, La critique biblique en 1779, xviiie siècle, 11, 1979, p. 214-233. « Les grands débats touchent à la critique d’authenticité et à l’histoire du Canon, à l’unité et à l’intemporalité du message divin. Mais révélation et inspiration sont souvent contestées à travers les absurdités et les exemples d’immoralité qui font de la Bible la simple histoire d’un peuple grossier, ou par la reconstitution raisonnable, opposée à l’image conventionnelle et hiératique, d’une figure vraisemblable de Jésus. A côté de l’histoire des textes, la critique biblique des Lumières se livre ainsi à une réfutation des « preuves » tendant à donner valeur absolue à la religion chrétienne et à entraver, du même coup, l’exégèse » (p. 218). De même « l’étude comparative des religions replace au milieu des fables des temps reculés certains épisodes bibliques. Le livre qu’on prétend révélé perd ainsi tout caractère spécifique et même toute priorité chronologique lorsqu’on montre qu’il imite souvent les inventions d’autres peuples » (p. 220). On voit que Volney développe dans les Leçons les thèmes présents chez Voltaire, Diderot et d’Holbach, ce qui n’est pas pour étonner vu l’incrédulité qu’il manifesta toute sa vie. On a ici tout autant un écho de préoccupations personnelles et le souvenir des années de formation parisiennes que l’illustration d’un courant de pensée très vivace. Ajoutons que la référence à Salomon est développée dans le Dictionnaire philosophique, à l’article « Salomon », ainsi que dans La Bible enfin expliquée, où Voltaire reprend la critique fondée sur l’étendue du territoire, contestant ainsi à la fois le nombre d’hommes employés à la construction du Temple, et celui des chevaux de Salomon (Œuvres complètes, Paris, Garnier,

1880, Mélanges, T. IX, p. 205 n. 2 et 4, 206 n. 3 ; cf. aussi p. 431 (Samuel et Ezechias), p. 436 (Ahod, les Macchabées).

38 Volney rejoint ici l’article Philosophie des Sarrasins de l’Encyclopédie, dont on sait qu’il est de Diderot, et où l’islam est attaqué comme l’une des figures du christianisme.

39 J. Law (1671-1729) a exprimé des idées novatrices dans ses Considérations sur le numéraire et le commerce (1705) : création d’une banque d’État et utilisation du papier-monnaie, qu’il met en pratique à partir de 1718, d’abord avec succès, mais qui se soldent par une faillite en 1720, lorsque de gros actionnaires veulent réaliser leurs capitaux. D’où une méfiance en France à l’égard du papier-monnaie, que ne devait pas corriger l’assignat sous la Révolution, très rapidement dévalué par rapport à sa valeur faciale. Volney est explicite sur ce point dans [1800].

40 Le chiffre donné par Volney apparaît comme exagéré, car il n’y inclut pas les victimes des guerres de Vendée, mais seulement celles de la Terreur. Rappelons qu’on évalue le nombre de prisonniers alors détenus entre 100 000 et 300 000, et celui des morts entre 35 000 et 40 000, en tenant compte des exécutions sans jugement.

41 Macchabée est le surnom de Judas (200-160 av. J.-C), qui mène la révolte d’Israël, la guerre sainte, contre Antiochus IV, Epiphane. On l’applique par extension à ses quatre frères, Jean, Simon, Éléazar et Jonathan, qui ont combattu à ses côtés.

© Éditions Rue d’Ulm, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540