Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'École normale de l'An III. Vol. 2, Leçons d'histoire, de géographie, d'économie politique

 | 
Daniel Nordman

Leçons d’histoire de Volney

Quatrième Leçon

13 ventôse/3 mars

Texte intégral

  • a [1800] : « des précautions et un art particulier ».

1Nous avons vu que que les faits historiques fournissaient matière à trois genres d’utilité : l’une relative aux particuliers, l’autre relative aux gouvernements et aux sociétés, et la troisième applicable aux sciences et aux arts. Mais, parce que cette utilité quelconque ne s’offre point d’elle-même, ni sans le mélange d’inconvénients et de difficultés ; parce que, pour être recueillie, elle exige des précautions et un arta, nous avons commencé l’examen des principes et des règles de cet art ; et nous allons continuer aujourd’hui de les développer, en les divisant en deux branches : art d’étudier l’histoire ; art de composer et d’écrire l’histoire.

  • b [1800] : « dont ils doivent [...] » ; les pronoms sont ensuite modifiés en conséquence.
  • c [1800] : « le partage né de l’étourderie ».
  • 1 On sait que les disciples de Pythagore devaient, pendant cinq ans, méditer en silence sans voir le (...)

2J’ai déjà indiqué que, sous aucun rapport, l’étude de l’histoire ne me paraissait convenir aux enfants, parce que les faits dont elle se compose exigent une expérience déjà acquise et une maturité de jugement incompatible avec leur âge ; que par conséquent elle devait être bannie des écoles primaires, avec d’autant plus de raison que la très grande majorité des citoyens y est destinée aux métiers et aux arts, dont elle doitb tirer sa subsistance, et dont la pratique absorbant tout son temps, lui fera oublier et lui rendra nécessairement inutile toute notion purement savante et spéculative ; j’ajoute qu’obligée de croire sur parole et sur autorité magistrale, elle y pourrait contracter des erreurs et des préjugés, dont l’influence s’étendrait sur toute la vie. Il ne s’agit pas de savoir beaucoup, mais de savoir bien ; car le demi-savoir est un savoir faux, cent fois pire que l’ignorance. Ce qu’on peut se permettre d’histoire avec les enfants, et j’étends ce nom à tous les hommes simples et sans instruction, doit se réduire à la morale, c’est-à-dire aux préceptes de conduite à leur usage ; et, parce que ces préceptes, tirés des faits et des exemples, deviennent plus saillants, l’on peut se permettre d’employer des anecdotes et des récits d’actions vertueuses, surtout si l’on en use sobrement ; car l’abondance est indigeste et, pour le dire en passant, un vice majeur de l’éducation française est de vouloir trop dire et trop faire. On apprend aux hommes à parler ; on devrait leur apprendre à se taire : la parole dissipe la pensée, la méditation l’accumule : le partagec né de l’étourderie engendre la discorde ; le silence, enfant de la sagesse, est l’ami de la paix. Athènes éloquente ne fut qu’un peuple de brouillons : Sparte silencieuse fut un peuple d’hommes posés et graves ; et ce fut, sans doute, pour avoir érigé le silence en vertu, que Pythagore reçut des deux Grèces le titre de sage1.

  • 2 C. Rollin, Histoire ancienne des Égyptiens, des Carthaginois, des Babyloniens, des Mèdes et des Per (...)
  • 3 Histoire de France depuis l’établissement de la monarchie jusqu’au règne de Louis XIV, par l’abbé P (...)
  • d [1800] : « est-ce bien l’histoire que l’on enseigne ».
  • e [1800] appelle alors la note suivante : « Et en général, toute l’histoire n’est-elle pas les faits (...)
  • 4 Le christianisme.
  • 5 Jean Gaulmier souligne, dans [1980], p. 153, la confusion opérée par Volney entre Scandinaves, Celt (...)
  • f [1800] : « si la génération actuelle ».
  • g [1800] appelle ici la note suivante : « Lorsque j’écrivais ceci, en ventôse de l’an III, je venais (...)
  • 6 Paul-Henri Mallet (Genève, 1730 — Genève, 1807), qui enseigna au Danemark puis à Genève, fut avec l (...)

3Au-dessus des écoles primaires, et dans le second degré de l’instruction, l’esprit des jeunes gens, plus développé, devient plus capable de recevoir celle qui naît de l’histoire. Cependant, si vous vous rappelez les impressions de notre jeune âge, vous vous ressouviendrez que, pendant longtemps, la partie qui, dans nos lectures, excita le plus notre intérêt, qui l’attacha presqu’exclusivement, fut celle des combats et des anecdotes militaires. Vous observerez qu’en lisant l’Histoire ancienne, par Rollin2, ou l’Histoire de France, par Velly3, nous glissions rapidement, ou nous nous traînions languissamment sur les articles de mœurs, de lois, de politique, pour arriver aux sièges, aux batailles, ou aux aventures particulières ; et dans ces aventures, et dans les histoires personnelles, nous préférions ordinairement celles des guerriers à grands mouvements, à la vie paisible des législateurs et des philosophes ; ce qui m’amène à deux réflexions : l’une, que l’étude de l’histoire ne devient que très tardivement utile aux jeunes gens, à qui elle offre peu de points de contact ; l’autre, que ne les touchant que par le côté moral, et surtout par celui des passions, il serait dangereux de les y livrer d’eux-mêmes et sans guide. L’on ne peut leur mettre en main que des histoires préparées, ou choisies dans une intention : or, en un tel cas, est-ce bien l’histoire qu’on leur enseigned ? Sont-ce les faits tels qu’ils sont qu’on leur montre, ou n’est-ce pas plutôt les faits tels qu’on les voit, tels qu’on veut les faire voire ? Et alors n’est-ce pas un roman et un mode d’éducation ? Sans doute, et je l’ai déjà dit, ce mode à des avantages ; mais il peut avoir des inconvénients : car, de même que nos ancêtres du Moyen Âge se sont trompés en adoptant une morale4 qui contrarie tous les penchants de la nature, au lieu de les diriger, de même il est à craindre que l’âge présent ne se trompe aussi en en prenant une qui ne tend qu’à exalter les passions au lieu de les modérer ; de manière que, passant d’un excès à l’autre, d’une crédulité aveugle à une incrédulité farouche, d’une apathie misanthropique à une cupidité dévorante, d’une patience servile à un orgueil oppresseur et insociable, nous n’aurions fait que changer de fanatisme, et quittant celui des Goths du neuvième siècle, nous retournerions à celui des enfants d’Odin, les Francs et les Celtes nos premiers aïeux5 ; et tels seraient les effets de cette moderne doctrine, qui ne tend qu’à exalter les courages, qu’à les pousser au-delà du but de défense et de conservation qu’indique la nature, qui ne prêche que mœurs et vertus guerrières, comme si l’idée de la vertu, dont l’essence est de conserver, pouvait s’allier à l’idée de la guerre, dont l’essence est de détruire ; qui appelle patriotisme une haine farouche de toute autre nation ; comme si l’amour exclusif des siens n’était pas la vertu spéciale des loups et des tigres ; comme si dans la société générale du genre humain, il y avait une autre justice, d’autres vertus pour les peuples que pour les individus ; comme si un peuple guerrier et conquérant différait d’un individu perturbateur et méchant qui s’empare du bien de son voisin parce qu’il est le plus fort ; une doctrine enfin qui ne tend qu’à ramener l’Europe aux siècles et aux mœurs féroces des Cimbres et des Teutons : et cette doctrine est d’autant plus dangereuse que l’esprit de la jeunesse, ami du mouvement et porté à l’enthousiasme militaire, adopte avidement ses préceptes. Instituteurs de la nation, pesez bien un fait qui est sous vos yeux : si vous, si votre actuelle générationf élevée dans des mœurs douces, et qui, pour objet de son enfance, ne connut que les poupées et les petites chapelles ; si cette génération a pris en si peu de temps un tel essor de mœurs sanguinairesg, que sera-ce de celle qui s’élève dans la rapine et le carnage, et qui fait les jeux de son bas âge, des horreurs que nous inventons ? Encore un pas, et l’on ressuscitera parmi nous les étranges effets de démence et de frénésie que la doctrine d’Odin produisit jadis en Europe, et dont, au dixième siècle, l’école danoise du gouverneur de Iomsbourg offrait un exemple digne d’être cité : je le tire de l’un des meilleurs ouvrages de ce siècle, l’histoire de Danemark, par le professeur Mallet6 ; après avoir parlé, dans son introduction, livre 4, de la passion que les Scandinaves, comme tous les Celtes, avaient pour la guerre ; après en avoir montré la cause dans leurs lois, dans leur éducation et dans leur religion, il raconte le fait suivant :

4L’histoire nous apprend que Harald, roi de Danemark, qui vivait dans le milieu du xe siècle, avait fondé, sur la côte de Poméranie, une ville, nommée Julin, ou Jomsbourg : qu’il y avait envoyé une colonie de jeunes Danois, et en avait donné le gouvernement à un nommé Palnatocko. Ce nouveau Lycurgue avait fait de sa ville une seconde Lacédémone ; tout y était uniquement dirigé vers le but de former des soldats ; il avait défendu, dit l’auteur de l’histoire de cette colonie, d’y prononcer seulement le nom de la peur, même dans les dangers les plus imminents. Jamais un citoyen de Julin ne devait céder au nombre, quelque grand qu’il fût, mais se battre intrépidement, sans prendre la fuite, même devant une multitude très supérieure. La vue d’une mort présente n’eût pas même été une excuse pour lui. Il paraît que ce législateur parvint en effet à détruire dans le plus grand nombre de ses élèves, jusqu’au dernier reste de ce sentiment si profond et si naturel qui nous fait redouter notre destruction ; rien ne le prouve mieux qu’un trait de leur histoire qui mérite d’avoir place ici par sa singularité.

5Quelques-uns d’entre eux, ayant fait une irruption dans les États d’un puissant seigneur norvégien, nommé Haquin, furent vaincus, malgré l’opiniâtreté de leur résistance ; et les plus distingués ayant été fait prisonniers, les vainqueurs les condamnèrent à mort conformément à l’usage du temps. Cette nouvelle, au lieu de les affliger, fut pour eux un sujet de joie ; le premier se contenta de dire, sans changer de visage, et sans donner le moindre signe d’effroi : Pourquoi ne m’arriverait-il pas la même chose qu’à mon père ; il est mort, et je mourrai. Un guerrier, nommé Torchill, qui leur tranchait la tête, ayant demandé au second ce qu’il pensait, il répondit qu’il se souvenait trop bien des lois de Julin pour prononcer quelque parole qui marquât la peur. À la même question, le troisième répondit qu’il se réjouissait de mourir avec sa gloire, et qu’il la préférait à une vie infâme, comme celle de Torchill. Le quatrième fit une réponse plus longue et plus singulière : « Je souffre, dit-il, la mort de bon cœur, et cette heure m’est agréable ; je te prie seulement, ajouta-t-il en s’adressant à Torchill, de me trancher la tête le plus prestement qu’il sera possible, car c’est une question que nous avons souvent agitée à Julin, de savoir si l’on conserve quelque sentiment après avoir été décapité ; c’est pourquoi je vais prendre ce couteau d’une main, et si, après avoir été décapité, je le porte contre toi, ce sera une marque que je n’ai pas entièrement perdu le sentiment ; si je le laisse tomber, ce sera une preuve du contraire, hâte toi de décider cette question ». Torchill, ajoute l’historien, se hâta de lui trancher la tête, et le couteau tomba. Le cinquième montra la même tranquilité, et mourut en raillant ses ennemis. Le sixième recommanda à Torchill de le frapper au visage ; « je me tiendrai, dit-il, immobile, tu observeras si je ferme seulement les yeux ; car nous sommes habitués à Jomsbourg à ne pas remuer, même quand on nous donne le coup de la mort ; nous nous sommes exercés à cela les uns les autres ». Il mourut en tenant sa promesse, et en présence de tous les spectateurs. Le septième était, dit l’historien, un jeune homme d’une grande beauté, et à la fleur de l’âge, sa longue chevelure blonde semblait de soie, et flottait en boucles sur ses épaules : Torchill lui ayant demandé s’il redoutait la mort, « je la reçois volontiers, dit-il, puisque j’ai rempli le plus grand devoir de la vie, et que j’ai vu mourir tous ceux à qui je ne puis survivre : je te prie seulement qu’aucun esclave ne touche mes cheveux, et que mon sang ne les salisse point ».

  • h [1800] appelle ici une note : « avant Thermidor de l’an II ».

6Ce trait vous prouve quelle est la puissance des préceptes de l’éducation, dans un genre même aussi contraire à la nature ; et il peut en même temps prouver l’abus qu’il serait possible de faire de l’histoire, puisqu’un tel exemple, il y a plusieurs moish, n’eût pas manqué de servir à autoriser le fanatisme ; et tel est le danger qu’en effet je trouve à l’histoire, d’offrir presqu’éternellement des scènes de folie, de vice et de crime, et par conséquent des modèles et des encouragements aux écarts les plus monstrueux.

  • i [1800] : « à y enhardir ». La note suivante est appelée un peu plus bas, après vice: « les prêtres (...)

7En vain dira-t-on que les maux qui en résultent suffisent pour en détourner. Il est en morale une vérité profonde à laquelle on ne fait point d’attention ; c’est que le spectacle du désordre et du vice laisse toujours de dangereuses impressions ; qu’ils sert moins à en détourner qu’à y accoutumer par la vue, et en y enhardiri par l’excuse que fournit l’exemple ; c’est le même mécanisme physique qui fait qu’un récit obscène jette le trouble dans l’âme même la plus chaste, et que le meilleur moyen de maintenir la vertu, c’est de ne pas lui présenter les images du vice.

8Dans le genre dont je parle, je dirai volontiers que les meilleurs ouvrages sont les moins mauvais, et que le parti le plus sage serait d’attendre que les jeunes gens eussent déjà un jugement à eux, et libre de l’influence magistrale, pour les introduire à la lecture de l’histoire ; leur esprit neuf, mais non pas ignorant, n’en serait que plus propre à saisir des points de vues nouveaux, et à ne point fléchir devant les préjugés qu’inspire une éducation routinière. Si j’avais à tracer un plan d’études en ce genre, après avoir requis ces conditions, voici la marche qui me paraîtrait la plus convenable.

  • j [1800] : « l’écrivain le plus estimé ».
  • 7 Dans la mythologie grecque, le fils de Prométhée et l’époux de Pyrrha. Il construisit une arche qu’ (...)
  • 8 Jason, fils du roi de Thessalie, était allé conquérir les trésors du roi de Colchide, symbolisés pa (...)
  • 9 Premier empereur de Chine selon les annales chinoises, et connu du public cultivé car un des élémen (...)
  • k [1800] : « je vois bien des besoins usuels ».
  • 10 Volney se place dans un courant historiographique particulier en assimilant Alexandre à Tamerlan et (...)
  • l [1800] : « Pythagore, Socrate, Zoroastre ».
  • 11 Volney utilise ici l’ouvrage bien connu du P. du Halde Description géographique, historique, chrono (...)

9D’abord, j’exigerais que mes élèves eussent des notions préliminaires dans les sciences exactes, telles que les mathématiques, la physique, l’état du ciel et du globe terrestre ; c’est-à-dire qu’ils eussent l’esprit muni de moyens et de termes de comparaison, pour juger des faits qui leur seront racontés : j’ai dit l’état du ciel et du globe terrestre, parce que, sans quelques idées d’astronomie, l’on ne conçoit rien en géographie, et que sans un aperçu de géographie, l’on ne sait où placer les scènes de l’histoire, qui flottent dans l’esprit comme les nuages dans l’air. Je ne trouverais point nécessaire qu’ils eussent approfondi les détails de ces deux sciences : l’histoire les leur fournira ; et je ne demanderais point qu’ils fussent exempts de préjugés, soit en morale, soit en idées religieuses : il suffirait qu’ils ne fussent entêtés de rien, qu’ils eussent l’esprit ouvert à l’observation ; et je ne doute pas que le spectacle varié de tous les contrastes de l’histoire ne redressât leurs idées en les étendant. C’est pour ne connaître que soi et les siens qu’on est opiniâtre ; c’est pour n’avoir vu que son clocher, qu’on est intolérant ; parce que l’opiniâtreté et l’intolérance ne sont que les fruits d’un égoïsme ignorant ; et que quand on a vu beaucoup d’hommes, quand on a comparé beaucoup d’opinions, on s’aperçoit que chaque homme a son prix, que chaque opinion à ses raisons, et l’on émousse les angles tranchants d’une vanité neuve, pour rouler doucement dans le torrent de la société ; ce fruit de sagesse et d’utilité que l’on recueille des voyages, l’histoire le procure aussi ; car l’histoire est un voyage qui se fait avec cet agrément, que sans péril ni fatigue, et sans changer de place, on parcourt l’univers des temps et des lieux. Or, de même qu’un voyageur ne commence pas par s’aller placer en ballon dans les terres australes, ni dans les pays inaccessibles et inconnus, pour prendre de là sa course vers la terre habitée ; de même si j’en suis cru de mes élèves en histoire, ils ne se jetteront point d’abord dans la nuit de l’antiquité, ni dans les siècles incommensurables, pour de là tomber, sans savoir comment, dans des âges contigus au nôtre, qui n’ont aucune ressemblance avec les premiers : ils éviteront donc tous ces livres d’histoire qui, d’un seul bond, vous transportent à l’origine du monde, qui vous en calculent l’époque, comme du jour d’hier, et qui vous déclarent que là, il n’y a point à raisonner, et que là il faut croire sans contester. Or, comme les contestations sont une mauvaise chose, et que cependant le raisonnement est une boussole que l’on ne peut quitter, il faut laisser ces habitants des antipodes dans leur pôle austral ; et imitant les navigateurs prudents, partir d’abord de chez nous, voguer terre à terre, et n’avancer qu’à mesure que le pays nous devient connu. Je serais donc d’avis que l’on étudiât d’abord l’histoire du pays où l’on est né, où l’on doit vivre, et où l’on peut acquérir la preuve matérielle des faits, et voir les objets de comparaison. Et cependant je ne prétendrais pas blâmer une méthode qui commencerait pas un pays étranger ; car cet aspect d’un ordre de choses, de coutumes, de mœurs qui ne sont pas les nôtres, a un effet puissant pour rompre le cours de nos préjugés, et pour nous faire voir nous-mêmes sous un jour nouveau, qui produit en nous le désintéressement et l’impartialité : l’unique condition que je tienne pour indispensable, est que ce soit une histoire de temps et de pays bien connus, et possibles à vérifier. Que ce soit l’histoire d’Espagne, d’Angleterre, de Turquie ou de Perse, tout est égal, avec cette seule différence qu’il paraît que jusqu’ici nos meilleures histoires ont été faites sur les pays d’Europe, parce que c’est eux que nous connaissons le mieux. D’abord nos élèves prendraient une idée générale d’un pays et d’une nation donnés, dans l’écrivain principal le plus estiméj qui en a traité. Par là, ils acquerraient une première échelle de temps, à laquelle tout viendrait et tout devrait se rapporter. S’ils voulaient approfondir les détails ils auraient déjà trouvé dans ce premier ouvrage l’indication des originaux, et ils pourraient les consulter et les compulser. Ils le devraient même sur les articles où leur auteur aurait témoigné de l’incertitude et de l’embarras. D’une première nation, ou d’une première période connue, ils passeraient à une voisine qui les aurait plus intéressés, qui aurait le plus de connexion avec des points nécessaires à éclairer ou à développer. Ainsi, de proche en proche, ils prendraient une connaissance suffisante de l’Europe, de l’Asie, de l’Afrique et du Nouveau-Monde ; car, suivant toujours mon principe de ne procéder que du connu à l’inconnu, et du voisin à l’éloigné, je ne voudrais pas qu’ils remontassent dans les temps reculés, avant d’avoir une idée complète de l’état présent ; cette idée acquise, nous nous embarquerions pour l’antiquité, mais avec prudence, et gagnant d’échelle en échelle, de peur de nous perdre sur une mer privée de rivages et d’étoiles ; arrivés aux confins extrêmes des temps historiques, et là trouvant quelques époques certaines, nous nous y placerions comme sur des promontoires, et nous tâcherions d’apercevoir dans l’océan ténébreux de l’antiquité, quelques-uns de ces points saillants, qui, comme des îles, surnagent aux flots des événements. Sans quitter terre, nous essayerions de connaître par divers rapports, comme par des triangles, la distance de quelques-uns ; et elle deviendrait une base chronologique pour nous, qui servirait à mesurer la distance des autres. Tant que nous verrions de tels points certains, et que nous pourrions en mesurer l’intervalle, nous avancerions, le fil à la main ; mais alors que nous ne verrions plus que des brouillards et des nuages, et que les faiseurs de cosmogonies et de mythologies viendraient pour nous conduire aux pays des prodiges et des fées, nous retournerions sur nos pas ; car ordinairement ces guides imposent pour condition de mettre un bandeau sur les yeux, et alors on ne sait où l’on va ; de plus ils se disputent entre eux à qui vous aura, et il faut éviter les querelles ; ce serait payer trop cher un peu de science, que de l’acheter au prix de la paix. A la vérité, mes élèves reviendraient l’esprit plein de doutes sur la chronologie des Assyriens et des Égyptiens ; ils ne seraient pas sûrs de savoir, à cent ans près, l’époque de la guerre de Troie, et seraient même très portés à douter et de l’existence humaine de tous les demi-dieux, et du déluge de Deucalion7, et du vaisseau des Argonautes8, et des 115 ans de règne de Fohi le Chinois9, et de tous les prodiges indiens, chaldéens, arabes, plus ressemblants aux mille et une nuits qu’à l’histoire ; mais pour se consoler, ils auraient acquis des idées saines sur une période d’environ trois mille ans, qui est tout ce que nous connaissons de vraiment historique. Et en compulsant leurs notes et tous les extraits de lecture qu’ils auraient soigneusement faits, ils auraient acquis les moyens de retirer de l’histoire toute l’utilité dont elle est susceptible. Je sens que l’on me dira qu’un tel plan d’études exige des années pour son exécution, et qu’il est capable d’absorber le temps et les facultés d’un individu ; que par conséquent il ne peut convenir qu’à un petit nombre d’hommes qui, soit par leurs moyens personnels, soit par ceux que leur fournirait la société, pourraient y consacrer tout ce temps et toutes ces facultés. Je conviens de la vérité de cette observation, et j’en conviens d’autant plus aisément, qu’elle est mon propre résultat. Plus je considère la nature de l’histoire, moins je la trouve propre à devenir le sujet d’études vulgaires et répandues dans toutes les classes. Je conçois comment et pourquoi tous les citoyens doivent être instruits dans l’art de lire, d’écrire, de compter, de dessiner ; comment et pourquoi l’on doit leur donner des notions des mathématiques, qui calculent les corps ; de la géométrie qui les mesure ; de la physique qui rend sensibles leurs qualités ; de la médecine élémentaire qui nous apprend à conduire notre propre machine, à maintenir notre santé ; de la géographie même qui nous fait connaître le coin de l’univers où nous sommes placés, où il nous faut vivre : dans toutes ces notions, je vois des besoins usuelsk, pratiques, communs à tous les temps de la vie, à tous les instants du jour, à tous les états de la société ; j’y vois des objets d’autant plus utiles que sans cesse présents à l’homme, sans cesse agissants sur lui, il ne peut ni se soustraire à leurs lois par sa volonté, ni éluder leur puissance par des raisonnements et par des sophismes ; le fait est là, il est sous son doigt, il le touche, il ne peut le nier. Mais dans l’histoire, dans ce tableau fantastique de faits évanouis dont il ne reste que l’ombre, quelle est la nécessité de connaître ces formes fugaces qui ont péri, qui ne renaîtront plus ? Qu’importe au laboureur, à l’artisan, au marchand, au négociant, qu’il ait existé un Alexandre, un Attila, un Tamerlan10, un empire d’Assyrie, un royaume de Bactriane, une république de Carthage, de Sparte ou de Rome ? Qu’ont de commun ces fantômes avec son existence ? Qu’ajoutent-ils de nécessaire à sa conduite, d’utile à son bonheur ? En serait-il moins sain, moins content pour ignorer qu’il ait vécu de grands philosophes, même de grands législateurs, appelés Pythagore, Platon, Zoroastrel Confucius, Mahomet ? Les hommes sont passés, les maximes restent ; et ce sont les maximes qui importent et qu’il faut juger, sans égard au moule qui les produisit, et que sans doute pour nous instruire, la nature elle-même a brisé : elle n’a pas brisé les modèles, et si la maxime intéresse l’existence réelle, il faut la confronter aux faits naturels ; leur identité, ou leur dissonance décidera de l’erreur ou de la vérité. Mais, je le répète, je ne conçois point la nécessité de connaître tant de faits qui ne sont plus, et j’aperçois plus d’un inconvénient à en faire le sujet d’une occupation générale et classique : c’en est un que d’y employer un temps et d’y consumer une attention qui seraient bien plus utilement appliqués à des sciences exactes et de premier besoin ; c’en est une autre que cette difficulté de constater la vérité et la certitude des faits, difficulté qui ouvre la porte aux débats, aux chicanes d’argumentation ; qui à la démonstration palpable des sens, substitue des sentiments vagues de conscience intime, et de persuasion ; raisons de ceux qui ne raisonnent point, et qui s’appliquant à l’erreur comme à la vérité, ne sont que l’expression de l’amour propre, toujours prêt à s’exaspérer par la moindre contradiction, et à engendrer l’esprit de parti, l’enthousiasme et le fanatisme. C’est encore un inconvénient de l’histoire de n’être utile que par des résultats dont les éléments sont si compliqués, si mobiles, si capables d’induire en erreur, que l’on n’a presque jamais une certitude complète de s’en trouver exempt. Aussi persisté-je à regarder l’histoire, non point comme une science, parce que ce nom ne me paraît applicable qu’à des connaissances démontrables, telles que celles des mathématiques, de la physique, de la géographie ; mais comme un art systématique de calculs, qui ne sont que probables, tel qu’est l’art de la médecine : or, quoiqu’il soit vrai que dans le corps humain les éléments aient des propriétés fixes, et que leurs combinaisons aient un jeu déterminé et constant ; cependant, parce que ces combinaisons sont nombreuses et variables, qu’elles ne se manifestent aux sens que par leurs effets, il en résulte pour l’art de guérir un état vague et conjectural, qui forme sa difficulté, et l’élève au-dessus de la sphère de nos connaissances vulgaires. De même, en histoire, quoiqu’il soit certain que des faits ont produit tels événements et telles conséquences ; cependant, comme l’état positif de ces faits, comme leurs rapports et leurs réactions ne sont pas déterminés ou connus, il en résulte une possibilité d’erreur, qui rend leurs applications, leur comparaison à d’autres faits, une opération délicate, qui exige des esprits très exercés dans ce genre d’étude, et doués d’une grande finesse de tact. Il est vrai que dans cette dernière considération, je désigne particulièrement l’utilité politique de l’histoire, et j’avoue qu’à mes yeux cette utilité est son propre et unique but ; la morale individuelle, le perfectionnement des sciences et des arts ne me paraissent que des épisodes et des accessoires ; l’objet principal, l’art fondamental, c’est l’application de l’histoire au gouvernement, à la législation, à toute l’économie politique des sociétés ; de manière que j’appellerais volontiers l’histoire, la science physiologique des gouvernements, parce qu’en effet elle apprend à connaître, par la comparaison des états passés, la marche des corps politiques, futurs et présents, les symptômes de leurs maladies, les indications de leur santé, les pronostics de leurs agitations et de leurs crises, enfin les remèdes que l’on y peut apporter. Sans doute ce fut pour avoir senti sa difficulté sous ce point de vue immense, que chez les anciens, l’étude de l’histoire était particulièrement affectée aux hommes qui se destinaient aux affaires publiques ; que chez eux, comme chez les modernes, les meilleurs historiens furent ce que l’on appelle des hommes d’État ; et que dans un empire célèbre, pour plus d’un genre d’institutions sages, à la Chine, l’on a, depuis des siècles, formé un collège spécial d’historiens. Les Chinois ont pensé, non sans raison, que le soin de recueillir et de transmettre les faits qui constituent la vie d’un gouvernement et d’une nation, ne devaient point être abandonné au hasard ni aux caprices des particuliers ; ils ont senti qu’écrire l’histoire était une magistrature qui pouvait exercer la plus grande influence sur la conduite des nations et de leurs gouvernements ; en conséquence, ils ont voulu que des hommes choisis, pour leurs lumières et pour leurs vertus, fussent chargés de recueillir les événements de chaque règne, et d’en jeter les notes, sans se communiquer, dans des boites scellées, qui ne sont ouvertes qu’à la mort du prince ou de sa dynastie11. Ce n’est pas ici le lieu d’examiner cette institution, il me suffit d’indiquer combien elle appuie l’idée élevée que je me fais de l’histoire. Je viens à l’art de la composer.

  • 12 Lucien de Samosate (c. 125—190) avocat et sophiste, établi à Athènes, écrivit une œuvre très variée (...)
  • 13 Les attaques de Lucien dont parle Volney sont p. 21-51, après un exorde général ; la seconde partie (...)
  • m [1800] : « les mêmes symptômes que celles dont l’Europe moderne a montré des exemples presque chez (...)

10Deux écrivains distingués ont traité spécialement de la manière d’écrire l’histoire. Le premier, Lucien12, né à Samosate, sous le règne de Trajan, a divisé son traité en critique et en préceptes ; dans la première partie13, il persifle, avec cette gaieté piquante qui lui est propre, le mauvais goût d’un essaim d’historiens, que la guerre de Marc Aurèle contre les Parthes fit subitement éclore, et vit périr de même, comme un essaim de papillons après un orage. Parmi les défauts qu’il leur reproche, l’on remarque surtout, l’ampoulure du style, l’affectation des grands mots, la surcharge des épithètes, et, par une suite naturelle de ce défaut de goût, la chute dans l’excès contraire, l’emploi d’expressions triviales, les détails bas et dégoûtants, le mensonge hardi, la lâche flatterie ; de manière que l’épidémie, dont furent attaqués sur la fin du second siècle les écrivains romains, eut les mêmes symptômes que celles qui, par périodes, renaissent chez les autres peuplesm.

  • 14 « Je commencerai par vous observer que quiconque veut bien écrire l’histoire doit réunir deux quali (...)
  • n [1800] selon [1980] : « ni esprit de parti, ni aucun esprit national ». [1800], [1810] et [1822] do (...)
  • 15 « L’essentiel de l’histoire [...] est de tout sacrifier au vrai ; et quiconque entreprend de l’écri (...)

11Dans la seconde partie, Lucien expose les qualités et les devoirs d’un bon historien14. Il veut qu’il soit doué de sagacité ; qu’il ait le sentiment des convenances ; qu’il sache penser et rendre ses pensées ; qu’il soit versé dans les affaires politiques et militaires ; qu’il soit libre de crainte et d’ambition, inaccessible à la séduction ou à la menace ; qu’il dise la vérité sans faiblesse et sans amertume ; qu’il soit juste sans dureté, censeur sans acreté et sans calomnie ; qu’il n’ait ni esprit de parti, ni même esprit nationaln ; je le veux, dit-il, citoyen du monde, sans maître, sans loi, sans égard pour l’opinion de son temps, et n’écrivant que pour l’estime des hommes sensés, et pour le suffrage de la postérité15.

  • o [1800] selon [1980] : « quelquefois même agrandi, presque poétique ». [1800], [1810] et [1822] donn (...)
  • p [1800] : « s’il rapporte un fait merveilleux, qu’il l’expose dûment ».
  • 16 Volney reprend ici comme dans tout le paragraphe les expressions mêmes de Massieu. « Si vous avez à (...)
  • 17 En fait 84. C’est Massieu lui-même qui recommande la comparaison des deux textes à son lecteur, dan (...)

12Quant au style, Lucien recommande qu’il soit facile, pur, clair, proportionné au sujet, habituellement simple comme narratif, quelquefois noble, agrandi, presque poétiqueo, comme les scènes qu’il peint, rarement oratoire, jamais déclamateur ; que les réflexions soient courtes ; que la matière soit bien distribuée, les témoignages bien scrutés, bien pesés, pour distinguer le bon du mauvais aloi ; en un mot que l’esprit de l’historien, dit-il, soit une glace fidèle où soient réfléchis, sans altération, les faits ; s’il rapporte un fait merveilleux, qu’il l’expose nuementp, sans affirmer ni nier, pour ne point se rendre responsable16 ; qu’en un mot, il n’ait pour but que la vérité, pour mobile que le désir d’être utile, pour récompense que l’estime, toute stérile qu’elle puisse être, des gens de bien et de la postérité : tel est le précis des 9417 pages du traité de Lucien, traduit par Massieu.

  • 18 Volney résume ici De la manière d’écrire l’histoire, publié à Paris en 1783, réédité dans le tome X (...)
  • 19 P. 268-269.

13Le second écrivain, Mably18, a donné à son ouvrage la forme du dialogue, et l’a divisé en deux entretiens. On est d’abord assez surpris de voir trois interlocuteurs grecs parler de la guerre des Insurgents contre les Anglais19 : Lucien eût raillé ce mélange ; mais Mably n’entend pas raillerie. Dans le premier entretien, il parle des différents genres d’histoire, et d’abord des histoires universelles, et de leurs études préliminaires. Dans le second, il traite des histoires particulières, de leur objet, et de quelques observations communes à tout genre.

  • 20 « On naît historien, comme on naît poète, orateur, etc. Si vous n’avez point été frappé d’une sorte (...)
  • 21 Condillac, dans son Traité des sensations (Paris, 1754), développe en effet la thèse que les idées (...)
  • q [1800] : « le bonheur, c’est-à-dire celle qui est le véritable droit naturel ».
  • 22 « Avez-vous étudié le droit naturel ? Si vous ne connaissez pas l’origine de la puissance publique (...)
  • 23 « Pourquoi Grotius leur est-il si supérieur [aux historiens modernes] ? C’est qu’ayant profondément (...)
  • 24 p. 289-290.
  • r [1800] : « l’histoire romaine de Tite-Live, qu’une juste critique a le droit d’appeler un roman ».
  • 25 Les allusions à Tite-Live sont en effet courantes dans tout le livre de Mably. Voir en particulier (...)
  • 26 « Jamais [...] il n’y aura d’histoire à la fois instructive et agréable sans harangues » (p. 324). (...)
  • 27 p. 320-322. « [...] l’histoire universelle, ouvrage inutile aux personnes peu instruites, mais qui (...)
  • 28 « Telle est, pour vous le dire en passant, l’histoire universelle de Voltaire. J’étais très disposé (...)
  • s [1800] : « il maltraite Voltaire jusqu’à la grossièreté ».
  • t [1800] : « et l’on s’épargnerait tout le chagrin de sa bilieuse satire ».
  • u [1800] : « n’aurait besoin que d’un bon régime ».
  • v [1800] : « dans ces hommes que l’on appelle acariâtres et intolérants ».

14En ouvrant le premier, l’on trouve pour précepte qu’il faut être né historien20 : l’on est étonné d’une semblable phrase dans le frère de Condillac21 ; mais Condillac, aimable et doux, analysait ; Mably, sévère et âpre, jugeait et tranchait. Il veut ensuite, avec plus de raison, que ses disciples aient étudié la politique, dont il distingue deux espèces : l’une, fondée sur les lois que la nature a établies, pour procurer aux hommes le bonheur, c’est-à-dire le véritable droit naturelq22 ; l’autre, ouvrage des hommes, droit variable et conventionnel, produit des passions, de l’injustice, de la force, dont il ne résulte que de faux biens, et de grands revers. La première donnera à l’historien des idées saines de la justice, des rapports des hommes, des moyens de les rendre heureux ; la seconde lui fera connaître la marche habituelle des affaires humaines ; il apprendra à calculer leurs mouvements, à prévoir les effets et à éviter les revers : dans ces préceptes et dans quelques autres semblables, Mably est plus développé, plus instructif que Lucien ; mais il est fâcheux qu’il n’en ait imité ni l’ordre ni la clarté, ni surtout la gaieté. Tout son ouvrage respire une morosité sombre et mécontente ; aucun moderne ne trouve grâce devant lui : il n’y a de parfait que les anciens, il se passionne pour eux, et cependant il préfère Grotius23, dans son Histoire des Pays-Bas, à Tacite. Tacite, dit-il, n’a tiré aucune leçon du règne de Tibère : son pinceau est fort, son instruction nulle ; à sa manière de peindre la conduite des Romains envers les peuples dits barbares, l’on a de justes raisons de douter de sa philosophie24. Mably ne voit, ne connaît de beau, d’admirable que l’histoire romaine et Tite-Liver25 ; et cependant il voudrait en retrancher une foule de morceaux qui le chagrinent. Il aime les harangues que les acteurs de l’histoire n’ont jamais faites26 ; il vante Bossuet pour avoir présenté un grand tableau dramatique27, et il maltraite Voltaire28 jusqu’à l’indécences, pour avoir dit que l’histoire n’était qu’un roman probable, bon seulement quand il peut devenir utile. L’on ne peut le dissimuler : l’ouvrage de Mably, diffus et redondant, écrit sans style, sans méthode, n’est point digne de l’auteur des Observations sur l’histoire de France : il n’a point cette concision didactique qui devait être son principal mérite, et qui, à la vérité, manque aussi à Lucien. Les cent quatre-vingt pages de Mably se réduiraient facilement à vingt bonnes pages de préceptes : l’on gagnerait huit-neuvièmes de temps, et l’on s’épargnerait tout le chagrin de la satyret. Ne lui en faisons cependant pas un crime, puisqu’elle faisait son tourment. On ne naît pas historien ; mais on naît gai ou morose, et malheureusement la culture des lettres, la vie sédentaire, les études opiniâtres, les travaux d’esprit ne sont propres qu’à épaissir la bile, qu’à obstruer les entrailles, qu’à troubler les fonctions de l’estomac, sièges immuables de toute gaîté et de tout chagrin. On blâme les gens de lettres, on devrait les plaindre ; on leur reproche des passions ; elles font leur talent, et l’on en recueille les fruits : ils n’ont qu’un tort, celui de s’occuper plus des autres que d’eux-mêmes, d’avoir jusqu’à ce jour trop négligé la connaissance physique de leur corps, de cette machine animée par laquelle ils vivent, et d’avoir méconnu les lois de la physiologie et de la diététique, sciences fondamentales de nos affections. Cette étude conviendrait surtout aux écrivains d’histoires personnelles, et leur donnerait un genre d’utilité aussi important que nouveau ; car si un observateur, à la fois moraliste et physiologiste, étudiait les rapports qui existent entre les dispositions de son corps et les situations de son esprit ; s’il examinait avec soin, à quels jours, à quelles heures il a de l’activité dans la pensée ou de la langueur, de la chaleur dans le sentiment ou de la roideur et de la dureté, de la verve ou de l’abattement, il s’apercevrait que ces phases ordinairement périodiques de l’esprit correspondent à des phases également périodiques du corps, à des digestions lentes ou faciles, bonnes ou mauvaises, à des aliments doux ou âcres, stimulants ou calmants, dont certaines liqueurs en particulier, telles que le vin et le café, offrent des exemples frappants ; à des transpirations arrêtées ou précipitées ; il se convaincrait, en un mot, que le jeu bien ou mal réglé de la machine corporelle est le puissant régulateur du jeu de l’organe pensant ; que, par conséquent, ce qu’on appelle vice d’esprit ou de caractère n’est bien souvent que vice de tempérament ou de fonction qui, pour être corrigé, n’aurait quelquefois besoin que d’un bon régimeu ; et il résulterait d’un tel travail, bien fait et bien présenté, cette utilité que, nous montrant dans des habitudes physiques la cause de bien des vices et de bien des vertus, il nous fournirait des règles précieuses de conduite, applicables selon les tempéraments, et qu’il nous porterait à un esprit d’indulgence qui, dans ces hommes que l’on appelle acariâtres et malveillantsv, ne nous ferait voir ordinairement que des hommes malades ou mal constitués, qu’il faut envoyer aux eaux minérales.

Notes

a [1800] : « des précautions et un art particulier ».

b [1800] : « dont ils doivent [...] » ; les pronoms sont ensuite modifiés en conséquence.

c [1800] : « le partage né de l’étourderie ».

d [1800] : « est-ce bien l’histoire que l’on enseigne ».

e [1800] appelle alors la note suivante : « Et en général, toute l’histoire n’est-elle pas les faits tels que les a vus le narrateur, et n’est-ce pas le cas d’appliquer ce mot de Fontenelle: l’histoire est le roman de l’esprit humain, et les romans sont l’histoire du cœur ? »

f [1800] : « si la génération actuelle ».

g [1800] appelle ici la note suivante : « Lorsque j’écrivais ceci, en ventôse de l’an III, je venais de traverser la France depuis Nice, et j’avais vu très fréquemment les enfants lanternant les chats, guillotinant les volailles, et imitant les tribunaux révolutionnaires. » Un peu plus haut, « hochets » remplace « objet ».

h [1800] appelle ici une note : « avant Thermidor de l’an II ».

i [1800] : « à y enhardir ». La note suivante est appelée un peu plus bas, après vice: « les prêtres l’ont si bien senti, que, par une contradiction digne de leur système, ils ont toujours interdit à la jeunesse, et en général au peuple, la lecture des Bibles, pleines de récits grossiers et atroces, et pourtant dictés par le Saint-Esprit ».

j [1800] : « l’écrivain le plus estimé ».

k [1800] : « je vois bien des besoins usuels ».

l [1800] : « Pythagore, Socrate, Zoroastre ».

m [1800] : « les mêmes symptômes que celles dont l’Europe moderne a montré des exemples presque chez chaque peuple. »

n [1800] selon [1980] : « ni esprit de parti, ni aucun esprit national ». [1800], [1810] et [1822] donnent « ni même » dans les ex. de la B.N.

o [1800] selon [1980] : « quelquefois même agrandi, presque poétique ». [1800], [1810] et [1822] donnent « noble... » dans les ex. de la B.N.

p [1800] : « s’il rapporte un fait merveilleux, qu’il l’expose dûment ».

q [1800] : « le bonheur, c’est-à-dire celle qui est le véritable droit naturel ».

r [1800] : « l’histoire romaine de Tite-Live, qu’une juste critique a le droit d’appeler un roman ».

s [1800] : « il maltraite Voltaire jusqu’à la grossièreté ».

t [1800] : « et l’on s’épargnerait tout le chagrin de sa bilieuse satire ».

u [1800] : « n’aurait besoin que d’un bon régime ».

v [1800] : « dans ces hommes que l’on appelle acariâtres et intolérants ».

1 On sait que les disciples de Pythagore devaient, pendant cinq ans, méditer en silence sans voir le maître.

2 C. Rollin, Histoire ancienne des Égyptiens, des Carthaginois, des Babyloniens, des Mèdes et des Perses, des Macédoniens et des Grecs, Paris, 1731-1738, et Histoire romaine, depuis la fondation de Rome jusqu’à la bataille d’Actium, c’est-à-dire jusqu’à la fin de la République, Paris, 1738-1748. Sur l’abbé Rollin (Paris, 1661—Paris, 1741), on ne dispose que de la synthèse ancienne de H. Ferté, Charles Rollin, sa vie, son œuvre et l’Université de son temps, Paris, 1902.

3 Histoire de France depuis l’établissement de la monarchie jusqu’au règne de Louis XIV, par l’abbé Paul-François Velly (1709—1759), Claude Villaret (1715 7—1766) et l’abbé Jean-Jacques Garnier (1729—1805), respectivement responsables de la rédaction des volumes I à VIII, IX à XVII, XVIII à XXX. Sur cet immense succès de librairie, publié de 1755 à 1786, qui présente l’histoire de France de façon traditionnelle, chronologiquement et par règne, voir B. Grosperrin, La présentation de l’histoire de France dans l’historiographie des Lumières, 1978, Lille, 1982, t. I, p. 165-181.

4 Le christianisme.

5 Jean Gaulmier souligne, dans [1980], p. 153, la confusion opérée par Volney entre Scandinaves, Celtes et Germains, préjugé alors répandu, au confluent de plusieurs courants du monde intellectuel des Lumières: la mode celte, la recherche des origines historiques de la France, et par ce biais la justification ou non des structures sociales de la France d’Ancien Régime. Voir en particulier B. Grosperrin, op. cit., 1978, p. 165-181.

6 Paul-Henri Mallet (Genève, 1730 — Genève, 1807), qui enseigna au Danemark puis à Genève, fut avec l’abbé Pelloutier, auteur de Y Histoire des Celtes, Paris, 1740, le vulgarisateur de la civilisation nordique dans l’Europe des Lumières: Introduction à l’histoire du Danemark, où l’on traite de la religion, des mœurs, des lois et des usages des anciens Danois, Copenhague, 1755-1756 ; Monuments de la mythologie et de la poésie des Celtes, et particulièrement des anciens Scandinaves, Copenhague, 1756 ; Histoire du Danemark, Copenhague, 1758. (C’est l’édition en trois tomes que cite Volney, de préférence à la réimpression de Genève, 1788, réputée fautive et incomplète par les spécialistes du temps), De la forme du gouvernement de Suède [...], Copenhague, 1756. Il avait aussi touché à la littérature (Mémoires sur la littérature du Nord, Copenhague, 1759-1760), traduit les Voyages de W. Coxe en Pologne, Russie, Suède et Danemark (Genève, 1786), et publié le sien propre en Norvège. Son influence fut considérable, notamment en littérature, où elle recoupe celle des Poèmes d’Ossian en réalité écrits par Mac Pherson. Il rédige son Histoire très classiquement, mais aussi méthodiquement, ce qui ne pouvait que plaire à Volney (cinq livres: origine des Danois, tableau de l’ancienne religion Scandinave, gouvernement et lois, guerre et marine, mœurs, usages et arts des anciens Danois).

7 Dans la mythologie grecque, le fils de Prométhée et l’époux de Pyrrha. Il construisit une arche qu’il échoua en haut du Mont Parnasse lors du déluge provoqué par Zeus pour la destruction de l’humanité. Sauvé avec sa femme, ils repeuplèrent la terre en lançant des cailloux de la montagne qui devinrent des hommes ou des femmes, suivant qu’ils avaient été jetés par lui ou par elle.

8 Jason, fils du roi de Thessalie, était allé conquérir les trésors du roi de Colchide, symbolisés par la Toison d’or, avec ses compagnons, les plus braves guerriers de la Grèce, à bord du vaisseau Argo, d’où le nom d’Argonautes. La légende était encore tenue pour vraie par certains, et l’historicité de Jason incontestée: « Cette expédition de Jason [...] doit être placée à l’an 2273 du monde, 1262 av. J.-C, 69 ans avant le commencement de la guerre de Troie » (L. Moreri, Le grand dictionnaire historique [...], Paris, 1759, art. « Jason »).

9 Premier empereur de Chine selon les annales chinoises, et connu du public cultivé car un des éléments de la controverse sur l’antiquité de la Chine: « [...] les chinois assurent qu’il a joui de cet Empire pendant 115 ans, ce qui n’est pas incroyable, puisqu’en ce temps les patriarches vivaient plusieurs siècles, comme il se voit par l’Écriture sainte. [...] l’Histoire de Fohi, de l’aveu même des Chinois, est fabuleuse, et n’est pas établie sur des monuments authentiques » (L. Moreri, op. cit., art. « Fohi »).

10 Volney se place dans un courant historiographique particulier en assimilant Alexandre à Tamerlan et Attila, conquérants et bâtisseurs d’empires autant que tyrans violents et sanguinaires. L’image d’Alexandre est en effet double à l’époque moderne, suivant une tradition qui remonte d’ailleurs aux sources antiques. On oppose ainsi le souverain éclairé, magnanime et généreux, à l’homme violent que des accès de fureur peuvent entraîner aux pires extrémités. Sur tous ces points, voir Ch. Grell et Ch. Michel, L’école des princes ou Alexandre disgracié, Essai sur la mythologie monarchique de la France absolutiste, Paris, 1988, en particulier p. 81-95 sur l’évolution de l’image d’Alexandre et de son appréhension par les historiens du xviiie siècle. On ne s’étonnera pas de voir Volney, généralement critique à l’égard des héros antiques, insister sur le côté tyrannique et sanglant d’Alexandre.

11 Volney utilise ici l’ouvrage bien connu du P. du Halde Description géographique, historique, chronologique, politique et physique de l’Empire de la Chine et de la Tartarie chinoise, Paris, 1735, l’une des sources essentielles de connaissance de la Chine au xviiie siècle. La description du collège des historiens impériaux, avec des réflexions similaires sur leur impartialité, est au tome III, p. 290-292 (« Du goût des Chinois pour la poésie, pour l’histoire et pour les pièces de théâtre »).

12 Lucien de Samosate (c. 125—190) avocat et sophiste, établi à Athènes, écrivit une œuvre très variée: exercices de rhétorique, dialogues philosophiques, esthétiques, littéraires (dont De la manière d’écrire l’histoire, 165), biographies, pamphlets, dialogues comiques et romans satiriques. Volney avait le choix entre deux traductions récentes, celle de Belin de Ballul, Paris, 1788, et celle de l’abbé J.-B. Massieu, futur constituant et conventionnel (1743—1818),
Paris, 1781-1787, qu’il précise utiliser un peu plus loin dans le texte. C’est donc de cette traduction que nous tirons les références qui suivent (le traité est au t. VI, 1787).

13 Les attaques de Lucien dont parle Volney sont p. 21-51, après un exorde général ; la seconde partie sur les qualités de l’historien p. 51-67 ; les questions de style sont traitées p. 67-84. Volney donne un fidèle résumé de l’ouvrage.

14 « Je commencerai par vous observer que quiconque veut bien écrire l’histoire doit réunir deux qualités absolument indispensables: une grande sagacité à juger les événements politiques, et l’art de rendre les faits d’une manière convenable » (p. 51). Plus loin: « Qu’on me donne pour disciple un homme qui sache penser et écrire ; qu’il soit éclairé dans les affaires, et en état de les conduire lui-même ; qu’il joigne les connaissances militaires à celles de la politique [...]. En un mot, qu’on ne me donne point un homme qui ne soit jamais sorti de chez lui, et qui s’en rapporte aux relations d’autrui. Mais par dessus tout, qu’il soit parfaitement libre dans ses sentiments, et qu’il n’ait rien à craindre ni à espérer de personne » (p. 55-56). Ou encore: « Je veux donc qu’un historien soit inaccessible à la crainte, incorruptible, sincère, ami de la liberté et de la vérité, et, comme dit le poète, qu’il appelle un chat un chat ; qu’il n’écoute ni haine, ni amitié, ni indulgence, ni pitié, ni honte ni commisération. Qu’il soit juste, qu’il soit bienveillant envers tout le monde, sans donner à qui que ce soit plus qu’il ne lui est dû. Qu’il soit cosmopolite dans son ouvrage, sans patrie, sans loi, sans maître, ne s’inquiétant nullement de ce que pense celui-ci ou celui-là, mais disant ce qui s’est passé » (p. 65).

15 « L’essentiel de l’histoire [...] est de tout sacrifier au vrai ; et quiconque entreprend de l’écrire ne doit avoir que ce but, sans s’inquiéter du reste. En général une règle sûre et infaillible en ce genre, c’est de ne tenir aucun compte de l’opinion du moment, et de n’avoir égard qu’à la postérité » (p. 63). « Une chose que je ne puis trop répéter, c’est de bien vous souvenir de ne point écrire pour le moment présent, ni pour être loué de vos contemporains. Ayez sans cesse la postérité devant les yeux, et ne travaillez que pour les siècles futurs. N’attendez votre récompense que de ceux qui vivront alors, et qu’ils puissent dire de vous: cet écrivain fut libre et courageux, jamais adulateur ni bas, mais toujours ami de la vérité » (p. 81-82). Également p. 83: « L’histoire doit donc être écrite en vue de la vérité et des siècles futurs, plutôt que par des motifs d’adulation et l’envie de s’entendre louer de son vivant ».

16 Volney reprend ici comme dans tout le paragraphe les expressions mêmes de Massieu. « Si vous avez à rapporter quelque fait merveilleux, faites en l’exposé tout simple, sans l’affirmer, et laissez à chacun la liberté d’en penser ce qu’il voudra. Én ne se prononçant ni pour, ni contre, vous n’en serez point responsable » (p. 81). Voir ainsi p. 67-70 pour les autres remarques sur le style de l’historien.

17 En fait 84. C’est Massieu lui-même qui recommande la comparaison des deux textes à son lecteur, dans une note p. 20-21, et qui a donc peut-être inspiré Volney sur ce point précis: « M. l’abbé de Mably a publié, depuis quelques années, un traité De la manière d’écrire l’histoire, que nous regardons comme supérieur à celui de Lucien, par la méthode, la clarté, la profondeur de vues, l’abondance et le choix des exemples. Les préceptes y sont les mêmes pour le fond, et ne pouvaient pas être différents. Cependant l’écrivain moderne doit beaucoup à l’ancien, et il faut convenir aussi qu’il avait sur lui l’avantage de pouvoir parler d’un grand nombre d’historiens anciens et modernes, des différents siècles et des différentes nations. Comme il faudra citer tout l’ouvrage de M. l’abbé de Mably, pour rapprocher ses observations de celles de notre auteur, nous nous contentons d’y renvoyer une fois pour toutes, et d’engager le lecteur à comparer les deux écrivains sur cette matière intéressante [...] ». Suit une référence précise à Mably ; d’autres sont données p. 29-30 et p. 33.

18 Volney résume ici De la manière d’écrire l’histoire, publié à Paris en 1783, réédité dans le tome XII des Œuvres complètes (Londres, 1789, plusieurs fois réédité, notamment à Lyon en 1796), ainsi que l’autre ouvrage théorique de Mably sur l’histoire, De l’étude de l’histoire. Il les avait tous deux empruntés, le 6 pluviôse, à la bibliothèque du Comité d’Instruction publique (cf. Introduction, p. 38, note 1). On dispose aujourd’hui de l’édition donnée par Barbara de Negroni dans le Corpus des œuvres de philosophie en langue française, Paris, 1988, dont nous tirons nos références pour les notes qui suivent.

19 P. 268-269.

20 « On naît historien, comme on naît poète, orateur, etc. Si vous n’avez point été frappé d’une sorte d’émulation en lisant les grands historiens: si les peintures de Tite-Live, de Salluste et de Tacite n’ont pas excité en vous une sorte d’enthousiasme, [...], je vous conseillerais de ne point vous jeter dans l’histoire, car malgré votre talent pour écrire avec grâce et même avec force, vous seriez incapable de lui donner cette âme qui la rend également utile et agréable » (p. 270).

21 Condillac, dans son Traité des sensations (Paris, 1754), développe en effet la thèse que les idées viennent des sens. Sur Condillac et l’histoire, voir L. Guerci, Condillac storico. Storia e politica nel « Cours d’étude pour l’instruction du prince de Parme », Milan-Naples, 1978.

22 « Avez-vous étudié le droit naturel ? Si vous ne connaissez pas l’origine de la puissance publique dans la société, les devoirs de l’homme comme citoyen et comme magistrat ; si vous ignorez les droits et les devoirs des nations les uns à l’égard des autres ; quelle règle, je vous prie, aurez-vous pour juger de la justice ou de l’injustice des entreprises que vous raconterez ? » (p. 273). Volney est plus précis que Mably dans sa définition, même s’il le paraphrase (p. 275 pour ce paragraphe).

23 « Pourquoi Grotius leur est-il si supérieur [aux historiens modernes] ? C’est qu’ayant profondément médité les droits et les devoirs de la société, je retrouve en lui l’élévation et l’énergie des anciens » (p. 274). La comparaison avec Tacite se trouve après un hommage argumenté à l’Histoire des Pays-Bas (p. 298-300), une des nombreuses œuvres de Hugo de Groot, dit Grotius (Delft, 1583—Rostock, 1645): « Par la disposition générale de son ouvrage, Grotius me paraît fort supérieur à Tacite. On dirait que ce dernier historien a pris la plume avant que d’avoir bien connu toute l’étendue du projet qu’il méditait » (p. 300). Sur Tacite, p. 300-304. Le parallèle sera repris dans le second entretien, p. 375-376, p. 380, 382-383, 385-386.

24 p. 289-290.

25 Les allusions à Tite-Live sont en effet courantes dans tout le livre de Mably. Voir en particulier p. 294-298.

26 « Jamais [...] il n’y aura d’histoire à la fois instructive et agréable sans harangues » (p. 324). Cette idée est développée ensuite à l’aide de Thucydide et Tite-Live (p. 324-326).

27 p. 320-322. « [...] l’histoire universelle, ouvrage inutile aux personnes peu instruites, mais qui fera éternellement les délices de celles qui sont dignes de l’entendre. Quel jugement profond dans le choix des événements ! Quelle habileté dans la manière de les présenter ! On voit les empires se former, s’accroître, chanceler, tomber, se succéder les uns aux autres. La curiosité des lecteurs est continuellement invitée à rechercher les causes de ces événements qui présentent à la fois toute la grandeur et toute la faiblesse des choses humaines » (p. 320-321).

28 « Telle est, pour vous le dire en passant, l’histoire universelle de Voltaire. J’étais très disposé à lui pardonner sa mauvaise politique, sa mauvaise morale, son ignorance et la hardiesse avec laquelle il tronque, défigure et altère la plupart des faits. Mais j’aurais voulu au moins trouver dans l’historien un poète qui eût assez de sens pour ne pas faire grimacer ses personnages, et qui rendît les passions avec le caractère qu’elles doivent avoir. J’aurais désiré un écrivain qui eût assez de goût pour savoir que l’histoire ne doit jamais se permettre des bouffonneries, et qu’il est barbare et scandaleux de rire et de plaisanter des erreurs qui intéressent le bonheur des hommes. Ce qu’il dit n’est ordinairement qu’ébauché ; veut-il atteindre au but ? Il le passe, il est outré » (p. 445). Voltaire est également attaqué p. 293 et 355-356 (à propos de L'Histoire de Charles XII).

© Éditions Rue d’Ulm, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540