Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'École normale de l'An III. Vol. 2, Leçons d'histoire, de géographie, d'économie politique

 | 
Daniel Nordman

Leçons d’histoire de Volney

Troisième leçon

3 Ventôse/21 février

Texte intégral

1Jusqu’ici nous nous sommes occupés de la certitude de l’histoire, et nos recherches, à cet égard, peuvent se résumer dans les propositions suivantes :

  1. Que les faits historiques, c’est-à-dire, les faits racontés, ne nous parvenant que par l’intermède de sens d’autrui, ne peuvent avoir ce degré d’évidence, ni nous procurer cette conviction qui naissent du témoignage de nos propres sens.
  2. Que si, comme il est vrai, nos propres sens peuvent nous induire en erreur, et si leur témoignage a quelquefois besoin d’examen, il serait inconséquent et attentatoire à notre liberté, à notre propriété d’opinions, d’attribuer aux sensations d’autrui une autorité plus forte qu’aux nôtres.
  3. Que, par conséquent, les faits historiques ne peuvent jamais atteindre aux deux premiers degrés de notre certitude, qui sont la sensation physique et le souvenir de cette sensation ; qu’ils se placent seulement au troisième degré, qui est celui de l’analogie, ou comparaison des sensations d’autrui aux nôtres ; et que là, leur certitude se distribue en diverses classes, décroissantes selon le plus ou le moins de vraisemblance des faits, selon le nombre et les facultés morales des témoins, et selon la distance qu’établit entre le fait et son narrateur le passage d’une main à l’autre. Les mathématiques étant parvenues à soumettre toutes ces conditions à des règles précises et à en former une branche particulière de connaissances sous le nom de calcul des probabilités, c’est à elles que nous remettons le soin de compléter vos idées sur la question de la certitude de l’histoire. Venons maintenant à la question de l’utilité ; et la traitant selon qu’elle est posée dans le programme, considérons quelle utilité sociale et pratique l’on doit se proposer soit dans l’étude, soit dans l’enseignement de l’histoire. Je sens bien que cette manière de présenter la question n’est point la plus méthodique, puisqu’elle suppose le fait principal déjà établi et prouvé ; mais elle est la plus économique de temps, par conséquent, elle-même la plus utile, en ce qu’elle abrège beaucoup la discussion ; car si je parviens à spécifier le genre d’utilité que l’on peut retirer de l’histoire, j’aurai prouvé que cette utilité existe ; au lieu que, si j’eusse mis en question l’existence de cette utilité, il eût d’abord fallu faire la distinction de l’histoire, telle qu’on l’a traitée ou telle qu’elle pourrait l’être, puis la distinction entre tels et tels livres d’histoire ; et peut-être eussé-je été embarrassé de prouver quelle utilité résulte de quelques-uns, même très accrédités et très influents que l’on eût pu citera ; et par là j’eusse donné lieu d’élever et de soutenir une thèse assez piquante, savoir si l’histoire n’a pas été plus nuisible qu’utile1, n’a pas causé plus de mal que de bien, soit aux nations, soit aux particuliers, par les idées fausses, par les notions erronées, par les préjugés de toute espèce qu’elle a transmis et comme consacrés ; et cette thèse aurait eu sur la nôtre l’avantage de s’emparer de nos propres faits, pour prouver que l’utilité n’a pas même été le but ni l’objet primitif de l’histoire ; que le premier mobile des traditions grossières, de qui elle est née, fût d’une part dans les raconteurs, ce besoin mécanique qu’éprouvent tous les hommes de répéter leurs sensations, d’en retentir comme un instrument retentit de ses sons, d’en rappeler l’image, quand la réalité est absente ou perdue, besoin qui, par cette raison, est la passion spéciale de la vieillesse qui ne jouit plus, et constitue l’unique genre de conversation des gens qui ne pensent point ; que, d’autre part, dans les auditeurs, ce mobile fut la curiosité, second besoin aussi naturel que nous éprouvons de multiplier nos sensations, de suppléer par des images aux réalités, et qui fait de toute narrationb, un spectacle, si j’ose le dire, de lanterne magique pour lequel les hommes les plus raisonnables n’ont pas moins de goût que les enfants ; cette thèse nous rappellerait que les premiers tableaux de l’histoire, composés sans art et sans goût, ont été recueillis sans discernement et sans but, qu’elle ne fût d’abord qu’un ramas confus d’événements incohérents et surtout merveilleux, par là même fixant davantage l’attentionc ; que ce ne fut qu’après avoir été fixés par l’écriture et être déjà devenus nombreux, que les faits, plus exacts et plus naturels, donnèrent lieu à des réflexions et à des comparaisons, dont les résultats furent applicables à des situations ressemblantes ; et qu’enfin, ce n’est que dans des temps modernes, et presque seulement depuis un siècle, que l’histoire a pris ce caractère de philosophie qui, dans la série des événements, cherche un ordre généalogique de causes et d’effets pour en déduire une théorie de règles et de principes propres à diriger les particuliers et les peuples vers le but de leur conservation ou de leur perfection.

2Mais en ouvrant la carrière à de semblables questions, j’aurais craint de trop donner lieu à envisager l’histoire sous le rapport de ses inconvénients et de ses défauts ; et puisqu’une critique trop approfondie peut quelquefois être prise pour de la satyre ; puisque l’instruction a un caractère si saint qu’elle ne doit pas se permettre même les jeux du paradoxe, j’ai dû en écarter jusqu’à l’apparence, et j’ai dû me borner à la considération d’une utilité déjà existante, ou du moins d’une utilité possible à trouver.

3Je dis donc qu’en étudiant l’histoire, avec l’intention et le désir d’en retirer une utilité pratique, il m’a paru en voir naître trois espèces : l’une applicable aux individus, et je la nomme utilité morale ; l’autre applicable aux sciences et aux arts, je l’appelle utilité scientifique ; la troisième, applicable aux peuples et à leurs gouvernements, je l’appelle utilité politique.

4En effet, si l’on analyse les faits dont se compose l’histoire, on les voit se diviser comme d’eux-mêmes en trois classes ; l’une de faits individuels, ou actions des particuliers ; l’autre de faits publics, ou d’ordre social et de gouvernement ; et la troisième de faits d’arts et de sciences, ou d’opérations de l’esprit.

  • d [1800] : « d’Aristide ou de Thémistocle, de Socrate ou d’Alcibiade, de Scipion ou de Catilina, de C (...)
  • 2 Volney prend ici comme exemple des figures importantes dans la culture et les mentalités de l’époqu (...)
  • e [1800] : « dont Plutarque et Cornélius Népos nous offrent des exemples dans leurs Hommes illustres  (...)
  • f [1800] : « même avoir été lié assez intimement avec lui ».
  • g [1800] : « ses preuves et son appui dans bien des mémoires de nos jours ».
  • h [1800] : « et ce cas est le plus légitime et le plus raisonnable ».
  • i [1800] : « un moyen nécessaire et intéressant ». Plus haut, « cénobitique » remplace « cénobite ».
  • 3 Voyez le début des Confessions de J.-J. Rousseau ; il n’est peut-être aucun livre, où tant d’orguei (...)
  • j [1800] appelle ici une longue note sur Rousseau : « Il y a cette différence caractéristique entre R (...)
  • 4 Les cendres de Rousseau ont été transférées au Panthéon le 17 vendémiaire an III (la décision remon (...)

5Relativement à la première classe, chacun a pu remarquer que, lorsque l’on se livre à la lecture de l’histoire, et que l’on y cherche, soit l’amusement qui naît de la variété mobile des tableaux, soit les connaissances qui naissent de l’expérience des temps antérieurs, il arrive constamment que l’on se fait l’application des actions individuel les qui sont racontées ; que l’on s’identifie, en quelque sorte, aux personnages, et que l’on exerce son jugement ou sa sensibilité sur tout ce qui leur arrive, pour en déduire des conséquences qui influent sur notre propre conduite : ainsi, en lisant les faits de la Grèce et de l’Italie, il n’est point de lecteur qui n’attache un intérêt particulier à certains hommes qui y figurent, qui ne suive avec attention la vie privée ou publique d’Aristide, de Thémistocle, de Socrate, d’Épaminondas, de Scipion, de Catilina, de Césard2, et qui, de la comparaison de leur conduite et de leur destinée, ne retire des réflexions, des préceptes qui influent sur ses propres actions ; et ce genre d’influence et, si j’ose le dire, de préceptorat de l’histoire, a surtout lieu dans la partie appelée biographique, ou description de la vie des hommes, soit publics, soit particuliers, telles que Plutarque et Cornelius Nepos nous en offrent des exemples dans leurs Hommes illustrese : mais il faut convenir que, dans cette partie, l’histoire est soumise à plus d’une difficulté, et que d’abord on peut l’accuser de se rapprocher souvent du roman ; car on sent que rien n’est plus difficile que de constater avec certitude, et de retracer avec vérité les actions et le caractère d’un homme quelconque. Pour obtenir cet effet, il faudrait l’avoir habituellement suivi, étudié, connu, et même lui avoir été liéf ; et dans toute liaison l’on sait combien il est difficile qu’il ne soit pas survenu, qu’il ne se soit pas mêlé des passions d’amitié ou de haine, qui dès lors altèrent l’impartialité ; aussi les ouvrages de ce genre ne sont-ils presque jamais que des panégyriques ou des satyres ; et cette assertion trouverait au besoin ses preuves et son appui dans ceux de nos joursg, dont nous pouvons parler comme témoins bien informés sur plusieurs articles. En général, les histoires individuelles ne sauraient avoir d’exactitude et de vérité, qu’autant qu’un homme écrirait lui-même sa vie, et l’écrirait avec conscience et fidélité. Or, si l’on considère les conditions nécessaires à cet effet, on les trouve difficiles à réunir, et presque contradictoires ; car, si c’est un homme immoral et méchant, comment consentira-t-il à publier sa honte, et quel motif aura-t-on de lui croire la probité qu’exige cet acte ? Si c’est un homme très vertueux, comment s’exposera-t-il aux inculpations d’orgueil et de mensonge, que ne manqueront pas de lui adresser le vice et l’envie ? Si l’on a les faiblesses vulgaires, ces faiblesses n’excluent-elles pas le courage nécessaire à les révéler ? Quand on recherche tous les motifs que les hommes peuvent avoir de publier leur vie, on les voit se réduire, ou à l’amour-propre blessé qui défend l’existence physique ou morale contre les attaques de la malveillance et de la calomnie, et ce cas est le plus raisonnableh ; ou à l’amour-propre ambitieux de gloire et de considération, qui veut manifester les titres auxquels il en est, ou il s’en croit digne. Telle est la puissance de ce sentiment de vanité que, se repliant sous toutes les formes, il se cache même en ces actes d’humilité religieuse et cénobite, où l’aveu des erreurs passées est l’éloge indirect et tacite de la sagesse présente, et où l’effort que suppose cet aveu devient un moyen nécessaire et intéresséid’obtenir pardon, grâce ou récompense, ainsi que nous en voyons un exemple saillant dans les confessions de l’évêque Augustin : il était réservé à notre siècle de nous en montrer un autre, où l’amour-propre s’immolerait lui-même, uniquement par l’orgueil d’exécuter une entreprise qui n’eut jamais de modèle ; de montrer à ses semblables un homme qui ne ressemble à aucun d’eux, et qui, étant unique en son genre, se dit pourtant l’homme de la nature 3 ; comme si le sort eût voulu qu’une vie passée dans le paradoxe, se terminât par l’idée contradictoire d’arriver à l’admiration, et presqu’au cultej4, par le tableau d’une suite continue d’illusions d’esprit et d’égarements de cœur.

  • k [1800] : « l’idée d’un caractère chagrin, soupçonneux, envieux » selon [1980], mais l’ex. B. N. don (...)
  • 5 Volney pense bien évidemment ici à la Lettre à d’Alembert sur les spectacles (1758).
  • l [1822] : appelle après Omar la note suivante : « Fraternité ou la mort, c’est-à-dire, pense comme m (...)
  • m [1800] modifie toute la rédaction du passage à partir de ce point : « et si une doctrine renouvelée (...)
  • 6 Exemple type d’un discours anti-révolutionnaire, à tout le moins anti-jacobin, par le biais d’allus (...)
  • n [1800] : « en aliénation d’esprit » ; appel de note à cet endroit : « L’on sait que Rousseau est mo (...)

6Ceci nous mène à une seconde considération de notre sujet, qui est qu’en admettant la véracité dans de tels récits, il serait possible que par là même l’histoire fut inférieure en utilité au roman ; et ce cas arriverait, si des aventures véritables offraient le spectacle immoral de la vertu plus malheureuse que le vice, puisque l’on n’estime dans les aventures supposées que l’art qui présente le vice comme plus éloigné du bonheur que la vertu ; si donc il existait un livre où un homme regardé comme vertueux, et presqu’érigé en patron de secte, se fut peint comme très malheureux ; si cet homme confessant sa vie, citait de lui un grand nombre de traits d’avilissement, d’infidélité, d’ingratitude ; s’il nous donnait de lui l’idée d’un caractère chagrin, orgueilleux, jalouxk ; si non content de révéler ses fautes, qui lui appartiennent, il révélait celles d’autrui qui ne lui appartiennent pas ; si cet homme d’ailleurs doué de talent, comme orateur et comme écrivain, avait acquis une autorité comme philosophe ; s’il n’avait usé de l’un et de l’autre que pour prêcher l’ignorance et ramener l’homme à l’état de brute5, et si une secte renouvelée d’Omarl ou du Vieux de la montagnem6, se fut saisie de son nom pour appuyer son nouveau Koran, et jeter un manteau de vertu sur la personne du crime, peut-être serait-il difficile, dans cette trop véridique histoire, de trouver un coin d’utilité ; peut-être conviendrait-on que c’est apprendre à trop haut prix que dans un individu organisé d’une certaine manière, la sensibilité poussée à l’excès peut dégénérer en égarement physiquen ; et l’on regretterait sans doute que l’auteur d’Émile, après avoir tant parlé de la nature, n’ait pas imité sa sagesse, qui montrant au dehors toutes les formes qui flattent nos sens, a caché dans nos entrailles et couvert de voiles épais tout ce qui menaçait de les choquer. Ma conclusion sur cet article est que l’utilité morale que l’on peut retirer de l’histoire n’est point une utilité spontanée qui s’offre d’elle-même ; mais qu’elle est le produit d’un art soumis à des principes et à des règles dont nous traiterons à l’occasion des écoles primaires.

7Le second genre d’utilité, celui qui est relatif aux sciences et aux arts, a une sphère beaucoup plus variée, beaucoup plus étendue, et sujette à bien moins d’inconvénients que celui dont nous venons de parler. L’histoire, étudiée sous ce point de vue, est une mine féconde où chaque particulier peut chercher et prendre à son gré les matériaux convenables à la science ou à l’art qu’il affectionne, qu’il cultive ou veut cultiver : les recherches de ce genre ont le précieux avantage de jeter toujours une véritable lumière sur l’objet que l’on traite ; soit par la confrontation des divers procédés ou méthodes, employés à des époques différentes chez des peuples divers ; soit par la vue des erreurs commises et par la contradiction même des expériences, qu’il est toujours possible de répéter ; soit enfin par la seule connaissance de la marche qu’a suivie l’esprit humain, tant dans l’invention que dans les progrès de l’art ou de la science : marche qui indique par analogie celle à suivre pour les perfectionner.

  • o [1800] : « d’un genre de construction devenu le besoin le plus pressant de notre situation » rempla (...)
  • p [1800] : « remplit très bien d’ailleurs... » ; [1800] appelle un peu plus haut, à : « rassemblés »  (...)
  • q [1800] : « qui ne s’accommode guère ».
  • r [1800] : « ainsi que l’empereur Joseph II en fit l’épreuve ».
  • 7 Joseph II avait visité l’Italie, en passant par Vérone, en 1769.
  • 8 Très probablement le Teatro Argentina, construit par le marquis Teodoli en 1732, et qui possédait, (...)
  • s [1800] coupe tout le passage qui suit jusqu’à « constructions déjà commencées », et appelle une lon (...)

8C’est à de telles recherches que nous devons des découvertes nombreuses, tantôt nouvelles, tantôt seulement renouvelées, mais qui méritent toujours à leurs auteurs des remerciements : c’est par elles que la médecine nous a procuré des méthodes, des remèdes ; la chirurgie des instruments ; la mécanique des outils, des machines ; l’architecture des décorations, des ameublements. Il serait à désirer que ce dernier art s’occupât d’un genre de construction à l’ordre du jour, et d’une véritable importanceo, la construction des salles d’assemblées, soit délibérantes, soit professantes. Novices à cet égard, nous n’avons encore obtenu depuis cinq ans que les essais les plus imparfaits, que les tâtonnements les plus vicieux ; je n’entends pas néanmoins y comprendre le vaisseau où nous sommes rassemblés, qui quoique trop petit pour nous, à qui il ne fut point destiné, remplit bienp d’ailleurs le but de son institution ; mais je désigne ces salles où l’on voit l’ignorance de toutes les règles de l’art, ou le local n’a aucune proportion avec le nombre des délibérants qu’il doit contenir ; où ces délibérants sont disséminés sur une vaste surface, quand tout invite, quand tout impose la loi de les resserrer dans le plus petit espace ; où les lois de l’acoustique sont tellement méconnues que l’on a donné aux vaisseaux des formes carrées et barlongues, quand la forme circulaire se présentait comme la plus simple et la seule propre aux effets d’audition demandés ; où, par ce double vice de trop d’étendue et de figure carrée, il faut des voix de stentor pour être entendu, et par conséquent où toute voix faible est exclue de fait, est privée de son droit de conseil et d’influence, encore qu’une voix faible et une poitrine frêle soient souvent les résultats de l’étude et de l’application, et par suite les signes présumés de l’instruction ; tandis qu’une voix trop éclatante et de forts poumons sont ordinairement l’indice d’un tempérament puissant, qui ne s’accorde guèreq de la vie sédentaire du cabinet et qui invite, ou plutôt qui entraîne malgré soit à cultiver ses passions plus que sa raison : j’entends ces salles enfin où par la nécessité de faire du bruit pour être entendu, l’on provoque le bruit qui empêche d’entendre ; de manière que par une série de conséquences étroitement liées, la construction du vaisseau favorisant et même nécessitant le tumulte, et le tumulte empêchant la régularité et le calme de la délibération, il arrive que les lois qui dépendent de cette délibération, et que le sort d’un peuple qui dépend de ces lois, dépendent réellement de la disposition physique d’une salle. Il est donc d’une véritable importance de s’occuper activement des recherches à cet égard, et nous avons tout à gagner, en consultant, sur cette matière, l’histoire et les monuments de la Grèce et de l’Italie ; nous apprendrons de leurs anciens peuples qui avaient une expérience longue et multipliée des grandes assemblées sur quels principes étaient bâtis ces cirques et ces amphithéâtres, dans lesquels cinquante mille âmes entendaient commodément la voix d’un acteur, ainsi qu’on en a fait l’épreuver, il y a quelques années, dans l’amphithéâtre restauré de Vérone7. Nous connaîtrons l’usage de ces conques qu’ils pratiquaient dans certaines parties des murailles, de ces vases d’airain qui gonflaient les sons dans l’immense cirque de Caracalla, de ces bassins à fond de cuve, soit en métal, soit en brique, dont le moderne opéra de Rome a fait un usage si heureux8, que dans une salle plus grande qu’aucune des nôtres, un orchestre de onze instruments seulement produit autant d’effet que nos cinquante instruments de l’opéra ; nous imiterons ces vomitoires qui facilitent l’entrée et la sortie individuelle, et même l’évacuation totale du vaisseau, sans bruit et sans confusion ; enfin nous pourrons rechercher tout ce que l’art des anciens a imaginé en ce genre, et en faire des applications immédiates ou des modifications heureusess, selon les indications et les convenances de notre sujet. Il y a quelques mois que j’avais entrepris un travail sur cette intéressante matière, et j’avais d’autant plus lieu d’en attendre quelque succès que je dirigeais mes idées de concert avec un artiste qui joint, à l’habileté de la pratique, les lumières de la théorie : mais le travail qui m’occupe près de vous me laisse désormais peu de moyens d’achever et de compléter celui-là ; et malheureusement il viendra trop tard pour remédier aux inconvénients des constructions déjà commencées.

  • t [1800] : « incomplets ou vicieux ».
  • u [1800] : « surtout dans les faits privés et préliminaires ».
  • v [1800] appelle ici une note : « Ainsi encore le détail des négociations, de qui dépendent les grand (...)
  • w [1800] ajoute ici : «, faussement imitatives, ».

9Le troisième genre d’utilité que l’on peut retirer de l’histoire, celui que j’appelle d’utilité politique ou sociale, consiste à recueillir et à méditer tous les faits relatifs à l’organisation des sociétés, au mécanisme des gouvernements, pour en induire des résultats généraux ou particuliers, propres à servir de termes de comparaison, et de règles de conduite en des cas analogues ou semblables ; sous ce rapport, l’histoire, prise dans son universalité, est un immense recueil d’expériences morales et sociales, que le genre humain fait involontairement et très dispendieusement sur lui-même ; dans lesquelles chaque peuple, offrant des combinaisons variées d’événements, de passions, de causes et d’effets développe, aux yeux de l’observateur attentif, tous les ressorts et tout le mécanisme de la nature humaine : de manière que si l’on avait un tableau exact du jeu réciproque de toutes les parties de chaque machine sociale, c’est-à-dire des habitudes, des mœurs, des opinions, des lois, du régime intérieur et extérieur de chaque nation, il serait possible d’établir une théorie générale de l’art de les composer, et de poser des principes fixes et déterminés de législation, d’économie politique, et de gouvernement. Il n’est pas besoin de faire sentir toute l’utilité d’un pareil travail. Malheureusement il est soumis à beaucoup de difficultés ; d’abord, parce que la plupart des histoires, surtout les anciennes, n’offrent que des matériaux incompletst ; ensuite, parce que l’usage que l’on peut en faire, les raisonnements dont ils sont le sujet, ne sont justes qu’autant que les faits sont représentés exactement, et nous avons vu combien l’exactitude et la précision sont épineuses à obtenir, surtout dans les faits accessoiresu ; or, il est remarquable que dans l’histoire, ce ne sont pas tant les faits majeurs et marquants qui sont instructifs, que les faits accessoires, que les circonstances qui les ont préparés et produits ; car ce n’est qu’en connaissant ces circonstances préparatoires que l’on peut parvenir à éviter ou à obtenir de semblables résultats ; ainsi dans une bataille, ce n’est pas son issue qui est instructive, ce sont les divers mouvements qui en ont décidé le sort, et qui, quoique moins saillants, sont pourtant les causes, tandis que l’événement n’est que l’effetv. Telle est l’importance de ces notions de détail que, sans elles, le terme de comparaison se trouve vicieux, n’a plus d’analogie avec l’objet auquel on veut en faire l’application ; et cette faute, si grave dans ses conséquences, est pourtant habituelle et presque générale en histoire : on accepte des faits sans discussion, on les combine sans rapports certains ; on dresse des hypothèses qui manquent de fondement ; on en fait des applications qui manquent de justesse ; et de là, des erreurs d’administration et de gouvernementw qui entraînent quelquefois les plus grands malheurs : c’est donc un art et un art profond que d’étudier l’histoire sous ce grand point de vue ; et si, comme il est vrai, l’utilité qui en peut résulter est du genre le plus vaste, l’art qui la procure est du genre le plus élevé ; c’est la partie transcendante et, s’il m’est permis de le dire, les hautes mathématiques de l’histoire.

  • x [1800] ajoute : «, ou de Salluste, ».
  • 9 Allusion à l’Histoire du peuple de Dieu, publiée en 1728 (Ancien Testament), 1753 (Nouveau Testamen (...)
  • y [1800] : « n’en vaudrait peut-être ni le soin ni les frais ».

10Ces diverses considérations, loin de faire digression à mon sujet, m’ont au contraire préparé une solution facile de la plupart des questions qui y sont relatives. Demande-t-on si l’enseignement de l’histoire peut s’appliquer aux écoles primaires ? Il est bien évident que ces écoles, étant composées d’enfants dont l’intelligence n’est point encore développée, qui n’ont aucune idée, aucun moyen de juger des faits de l’ordre social, ce genre de connaissances ne leur convient point ; qu’il n’est propre qu’à leur donner des préjugés, des idées fausses et erronées, qu’à en faire des babillards et des perroquets, ainsi que l’a trop prouvé, depuis deux siècles, le système vicieux de l’éducation dans toute l’Europe. Qu’entendions-nous dans notre jeunesse à cette Histoire de Tite-Livex, à ces Commentaires de César, à ces Annales de Tacite que l’on nous forçait d’expliquer ? Quel fruit, quelle leçon en avons-nous tiré ? D’habiles instituteurs9 avaient si bien senti ce vice que, malgré leur désir d’introduire dans l’éducation la lecture des livres hébreux, ils n’osèrent jamais le tenter, et furent obligés de leur donner la forme du roman connu sous le nom d’Histoire du peuple de Dieu ; d’ailleurs, si la majeure partie des enfants des écoles primaires est destinée à la pratique des arts et métiers, qui absorberont tout leur temps pour fournir à leur subsistance, pourquoi leur donner des notions qu’ils ne pourront cultiver, qu’il sera indispensable d’oublier, et qui ne laisseront qu’une prétention de faux savoir, pire que l’ignorance ? Les écoles primaires rejettent donc l’histoire sous son rapport politique ; elles l’admettraient d’avantage sous le rapport des arts, parce qu’il en est plusieurs qui se rapprochent de l’intelligence du jeune âge, et que le tableau de leur origine et de leurs progrès pourrait leur insinuer l’esprit d’analyse ; mais il faudrait composer, en ce genre, des ouvrages exprès, et le fruit que l’on en obtiendrait ne vaudrait ni le soin, ni les fraisy.

  • z [1800] : « convenir ».
  • aa [1800] selon [1980] : « des traits reçus dans de belles lectures » ; [1800], [1810], [1822] donnent (...)
  • bb [1800] : « fréquemment ».

11Le seul genre d’histoire qui me paraisse convenablez aux enfants est le genre biographique, ou celui des vies d’hommes privés ou publics ; l’expérience a prouvé que cette sorte de lecture, pratiquée dans les veillées, au sein des familles, produisait un effet puissant sur ces jeunes cerveaux, et excitait en eux ce désir d’imitation qui est un attribut physique de notre nature, et qui détermine le plus nos actions. Ce sont souvent des traits reçus dans de tellesaa lectures qui ont décidé de la vocation et du penchant de toute la vie ; et ces traits sont d’autant plus efficaces qu’ils sont moins préparés par l’art, et que l’enfant, qui fait une réflexion et porte un jugement, a plus le sentiment de sa liberté, en ne se croyant ni dominé ni influencé par une autorité supérieure. Nos anciens l’avaient bien senti, lorsque pour accréditer leurs opinions dogmatiques ils imaginèrent ce genre d’ouvrage que l’on appelle Vie des saints ; il ne faut pas croire que toutes ces compositions soient dépourvues de mérite et de talent. Plusieurs sont faites avec beaucoup d’art, et une grande connaissance du cœur humain : et la preuve en est qu’elles ont bienbb rempli leur objet, celui d’imprimer aux âmes un mouvement dans le sens et la direction qu’elles avaient en vue.

12À mesure que les esprits se sont dégagés des idées du genre religieux, on a passé aux ouvrages du genre philosophique et politique, et les hommes illustres de Plutarque et de Cornélius Népos, ont obtenu la préférence sur les martyrs et les saints pères du désert : et du moins ne pourra-ton nier que ces modèles, quoique dits profanes, ne soient plus à l’usage des hommes vivants en société ; mais encore ont-ils l’inconvénient de nous éloigner de nos mœurs, et de donner lieu à des comparaisons vicieuses et capables d’induire en de graves erreurs. Il faudrait que ces modèles fussent pris chez nous, dans nos mœurs, et s’ils n’existaient pas il faudrait les créer ; car c’est surtout ici le cas d’appliquer le principe que j’ai avancé, que le roman peut être supérieur à l’histoire en utilité. Il est à désirer que le gouvernement encourage des livres élémentaires de ce genre ; et comme ils appartiennent moins à l’histoire qu’à la morale, je me bornerai à rappeler à leurs compositeurs deux préceptes fondamentaux de l’art, dont ils ne doivent point s’écarter : concision et clarté. La multitude des mots fatigue les enfants et les rend babillards ; les traits concis les frappent, les rendent penseurs ; et ce sont moins les réflexions qu’on leur fait que celles qu’ils se font, qui leur profitent.

Notes

a [1800] : « même des plus accrédités, et des plus influents, que l’on eût pu me citer ».

aa [1800] selon [1980] : « des traits reçus dans de belles lectures » ; [1800], [1810], [1822] donnent « telles » dans les ex. B.N.

b [1800] : « besoin qui fait de toute narration ».

bb [1800] : « fréquemment ».

c [1800] : « par là même excitant davantage l’attention ».

d [1800] : « d’Aristide ou de Thémistocle, de Socrate ou d’Alcibiade, de Scipion ou de Catilina, de Cicéron ou de César ».

e [1800] : « dont Plutarque et Cornélius Népos nous offrent des exemples dans leurs Hommes illustres ».

f [1800] : « même avoir été lié assez intimement avec lui ».

g [1800] : « ses preuves et son appui dans bien des mémoires de nos jours ».

h [1800] : « et ce cas est le plus légitime et le plus raisonnable ».

i [1800] : « un moyen nécessaire et intéressant ». Plus haut, « cénobitique » remplace « cénobite ».

j [1800] appelle ici une longue note sur Rousseau : « Il y a cette différence caractéristique entre Rousseau et Voltaire considérés comme chefs d’opinion que si vous attaquez Voltaire devant ses partisans, ils le défendent sans chaleur, par raisonnements et par plaisanterie, et vous regardent tout au plus comme un homme de mauvais goût. Mais si vous attaquez Rousseau devant les siens, vous leur causez une espèce d’horreur religieuse, et ils vous considèrent comme un scélérat. Ayant moi-même dans ma jeunesse éprouvé ces impressions, lorsque j’en ai recherché la cause, il m’a paru que Voltaire, parlant à l’esprit plutôt qu’au cœur, à la pensée plutôt qu’au sentiment, n’échauffait l’âme d’aucune passion ; et parce qu’ils s’occupait plutôt de combattre l’opinion d’autrui que d’établir la sienne, il produisait l’habitude du doute plutôt que celle de l’affirmation, ce qui mène à la tolérance. Rousseau au contraire s’adresse au cœur plutôt qu’à l’esprit, aux affections plutôt qu’au raisonnement ; il exalte l’amour de la vertu et de la vérité (sans les définir), par l’amour des femmes, si capable de faire illusion ; et parce qu’il a une forte persuasion de sa droiture, il suspecte en autrui d’abord l’opinion, et puis l’intention : situation d’esprit, d’où résulte immédiatement l’aversion quand on est faible, et l’intolérance persécutrice lorsque l’on est fort. Il est remarquable que parmi les hommes qui, dans ces derniers temps, ont le plus déployé ce dernier caractère, le grand nombre était ou se disait disciples et admirateurs de J. J. Rousseau. »

k [1800] : « l’idée d’un caractère chagrin, soupçonneux, envieux » selon [1980], mais l’ex. B. N. donne le texte « chagrin, orgueilleux, jaloux » ; [1822] revient à la leçon de [an III].

l [1822] : appelle après Omar la note suivante : « Fraternité ou la mort, c’est-à-dire, pense comme moi ou je te tue ; ce qui est littéralement la profession de foi d’un mahométan ».

m [1800] modifie toute la rédaction du passage à partir de ce point : « et si une doctrine renouvelée d’Omar s’était masquée de son nom et de ses principes pour prêcher l’inutilité des sciences et des arts, pour proscrire tout talent, toute richesse, et par conséquent tout travail qui les crée, peut-être serait-il difficile [...] ».

n [1800] : « en aliénation d’esprit » ; appel de note à cet endroit : « L’on sait que Rousseau est mort dans cet état, rendu évident par ses derniers écrits. Au reste, déterminer avec précision le point où commence l’aberration de l’esprit appelée « folie » est un problème très délicat qui exige toutes les formes de la médecine et de la philosophie réunies. » [1822] s’arrête à « derniers écrits », selon [1980]. Les ex. B.N. donnent pour [1822] et [1800] la même note, qui s’arrête à « derniers écrits ».

o [1800] : « d’un genre de construction devenu le besoin le plus pressant de notre situation » remplace « d’un genre de construction à l’ordre du jour et d’une véritable importance ».

p [1800] : « remplit très bien d’ailleurs... » ; [1800] appelle un peu plus haut, à : « rassemblés » ; la note suivante : « L’amphithéâtre de chimie au Jardin des plantes donnant sur la rue de Seine. »

q [1800] : « qui ne s’accommode guère ».

r [1800] : « ainsi que l’empereur Joseph II en fit l’épreuve ».

s [1800] coupe tout le passage qui suit jusqu’à « constructions déjà commencées », et appelle une longue note explicative : « Ce sujet est si important que le lecteur ne trouvera pas mauvais que j’insère ici les résultats de mes observations sur les différentes salles où je me suis trouvé.
L’objet principal, même unique, d’une salle délibérante, est que les discutants se parlent avec aisance, s’entendent avec clarté ; décoration, construction, règles de l’art, tout doit être subordonné à ce point final. Pour l’obtenir, il faut :

  1. Que les délibérants soient rapprochés les uns des autres, dans le plus petit espace conciliable avec la salubrité et la commodité ; sans cette condition, ceux qui ont des voix faibles sont dépouillés de fait de leur droit de voter, et il s’établit une aristocratie de poumons qui n’est pas l’une des moins dangereuses ;

  2. 2° Que les délibérants siègent dans l’ordre le plus propre à mettre en évidence tous leurs mouvements ; car, sans respect public, il n’y a point de dignité individuelle ; ces deux premières conditions établissent la forme circulaire et amphithéâtrale ;

  3. 3° Que les rangs de délibérants forment une masse continue sans division matérielle qui en fasse des quartiers distincts ; car ces divisions matérielles favorisent et même fomentent des divisions morales de parti et de faction ;

  4. 4° Que le parquet de la salle soit interdit à toute autre personne qu’aux secrétaires et aux huissiers ; rien ne trouble plus la délibération, que d’aller et venir dans ce parquet ;

  5. 5° Que les issues d’entrée et de sortie soient nombreuses, indépendantes les unes des autres, de manière que la salle puisse s’évacuer ou se remplir rapidement et sans confusion ;

  6. 6° Que l’auditoire soit placé de manière à ne gêner en rien les délibérants.

Comme cette dernière condition pourrait sembler un problème, voici le plan que j’ai calculé sur ces diverses données, et qu’il n’appartient qu’à des architectes de rectifier dans l’exécution.
Je trace une salle en fer à cheval, ou formant un peu plus que le demi-cercle ; je lui donne une aire suffisante à placer cinq cents délibérants au plus ; car des assemblées plus nombreuses sont des cohues, et peut-être trois cents sont-ils un nombre préférable. J’élève cinq ou six rangs de gradins en amphithéâtre dont le rayon est de trente-six à quarante pieds au plus : dans chacun de ces rangs, je pratique une foule d’issues dites vomitoires, pour entrer et sortir. Autour du parquet règne une balustrade qui l’interdit au dernier gradin. A l’un des bouts du demi-cercle, et hors des rangs, est le siège du président ; derrière lui, hors du cercle, est un appartement à son usage, par où il entre et sort ; devant lui sont les secrétaires ; à l’autre bout, en face, et aussi hors des rangs, est la tribune de lecture, destinée seulement à lire les lois et les rapports ; chaque membre devant parler sans quitter sa place ; cette tribune et le siège du président ne se regardent pas, mais sont un peu tournés vis-à-vis le fond de l’amphithéâtre. Au-dessus des rangs, en retrait dans le mur, sont des tribunes où siègent les preneurs de notes, dits journalistes qui, dans un gouvernement républicain, me paraissent des magistrats très influents, sont élus partie par le peuple, partie par le gouvernement ; enfin, j’admets quelques tribunes grillées pour les ambassadeurs et pour divers magistrats.
La voûte de cette salle est non pas ronde, mais aplatie et calculée pour des effets suffisants d’audition : nombre de chassis y sont pratiqués pour rafraîchir l’air de la salle, et pour y jeter de la lumière. Aucune fenêtre latérale, aucune colonne ne rompt l’unité de l’enceinte. S’il y a trop d’écho, l’on tend des draperies. Le long des murs sont des thermomètres pour mesurer et tenir à un même degré la chaleur des pôles souterrains en hiver, et des conduits d’air en été ; cette partie est sous l’inspection de trois médecins ; car la santé des délibérants est un des éléments des bonnes lois.
Jusqu’ici l’on ne voit point d’auditoire, et cependant j’en veux un avec la condition commode de le faire plus ou moins nombreux, selon qu’on le voudra : pour cet effet, j’adapte à l’ouverture du demi-cercle ci-dessus, un autre demi-cercle plus petit, ou plus grand, ou égal, qui représente une salle de spectacle sans galeries. Les délibérants se trouvent à son égard comme dans un théâtre élevé qui domine d’assez haut le parterre. Ces deux salles sont séparées par un passage et une balustrade, presque comme l’orchestre, pour s’opposer, au besoin, à tout mouvement. L’on entre par ce passage pour se présenter à la barre située entre le président et la tribune de lecture : enfin, une cloison latérale mobile vient, dans les cas de délibération secrète, isoler en un clin d’œil les délibérants, sans déplacer la masse des spectateurs. Il y a tout lieu de croire qu’un tel édifice ne coûterait pas 100 000 F, parce qu’il exclut toute espèce de luxe ; mais dût-il coûter le double, sa construction est la chose la plus praticable, même dans nos circonstances ; car sans toucher au trésor public, une souscription de 12 à 15 F par mois, de la part de chaque membre des conseils, remplirait l’objet qu’ils désirent également, sans être une charge onéreuse sur leur traitement. »
J. Gaulmier donne comme remplacement une courte note qui figurerait dans [an III] ; il s’agit en fait d’une partie du passage coupé.

t [1800] : « incomplets ou vicieux ».

u [1800] : « surtout dans les faits privés et préliminaires ».

v [1800] appelle ici une note : « Ainsi encore le détail des négociations, de qui dépendent les grands événements de la paix et de la guerre, sont de tous les faits historiques les plus instructifs, puisque l’on y voit à nu tout le jeu des intrigues et des passions ; et ces faits seront toujours les moins connus, parce qu’il n’est peut-être aucun de leurs agents qui osât en rendre un compte exact, pour son propre honneur ou son intérêt. »

w [1800] ajoute ici : «, faussement imitatives, ».

x [1800] ajoute : «, ou de Salluste, ».

y [1800] : « n’en vaudrait peut-être ni le soin ni les frais ».

z [1800] : « convenir ».

1 Première attaque contre Rousseau avec une allusion au Discours sur les sciences et les arts, couronné par l’Académie de Dijon en 1750.

2 Volney prend ici comme exemple des figures importantes dans la culture et les mentalités de l’époque révolutionnaire : Ainsi Aristide (c. 530—468 av. J.-C), un des promoteurs de l’impérialisme athénien par la fondation de la ligue de Délos, célèbre pour être mort pauvre après avoir exercé les plus hautes responsabilités : « Les plus grands législateurs sont ceux qui ont fondé la législation sur la morale [et non sur la richesse, supposée garantie de l’indépendance]. Aristide subjuga seul par sa vertu les suffrages, non seulement de sa patrie, mais de la Grèce entière » (Robespierre, août 1791, cité par J. Bouineau, op. cit., 1986, p. 364, note 11). Son contemporain et adversaire Thémistocle (c. 460—c. 425) est aussi unanimement admiré, tant pour son action en faveur de la démocratie que pour sa victoire à Salamine et son civisme une fois qu’il a été banni d’Athènes (ibid., p. 103-104). La référence à Épaminondas (c. 420—362 av. J.-C), réorganisateur de l’armée thébaine, vainqueur des Spartiates à Leuctres et qui mourut à Mantinée se justifie par ses traits vertueux, rapportés dans Cornélius Nepos. On n’insistera pas sur les modèles de civisme, de vertu ou de philosophie que représentent alors Scipion l’Africain (voir deuxième leçon, note 16) et Socrate. Ce dernier fournit le sujet de peintures fort nombreuses à la fin du xviiie siècle, dont la plus célèbre, La mort de Socrate, de David, date de 1787 (voir R. Rosenblum, L’art au xviie siècle, transformations et mutations, Saint-Pierre de Salerne, 1989, p. 65). Une deuxième série iconographique se développe au même moment sur le thème de Socrate et Alcibiade, ce dernier (vers 450—404 av. J.-C.) symbolisant la richesse, la beauté, l’intelligence et la jeunesse ainsi que tous les risques qui y sont attachés. Catilina (c. 108—62 av. J.-C.) est lui plus controversé, car s’il a comploté contre la République, c’est en s’appuyant sur le parti populaire. Il semble avoir été pour les révolutionnaires moins le défenseur des pauvres (rôle qu’on tend aujourd’hui à lui donner) que l’image du séditieux et de l’ennemi intérieur. César, quant à lui, est aussi bien l’autocrate que l’imperator victorieux et le réformateur de la République romaine, et c’est surtout le 18 brumaire qui fixera son image : désormais « la réminiscence [ne pourra plus se réduire] à une simple culture scolaire, à un jeu de l’esprit de latinistes ; [ce sera] au contraire un élément dans la construction mentale du dogme philosophico-politique » (J. Bouineau, op. cit., 1986, p. 113). Tous, sauf Socrate et Catilina, ont vu leur vie écrite par Plutarque ou Cornelius Nepos. La rédaction de [1800], outre qu’elle introduit Cicéron et Alcibiade et supprime Épaminondas, joue sur le balancement rhétorique et historique (les législateurs d’Athènes, le maître et l’élève, le citoyen vertueux et l’ennemi intérieur, les modèles latins de l’écrivain homme d’action).

3 Voyez le début des Confessions de J.-J. Rousseau ; il n’est peut-être aucun livre, où tant d’orgueil ait été rassemblé dans aussi peu de lignes, que dans les dix premières.

4 Les cendres de Rousseau ont été transférées au Panthéon le 17 vendémiaire an III (la décision remontait au 25 germinal an II), donc longtemps après celles de Voltaire (11 juin 1791). Jean Gaulmier souligne dans [1980] l’attitude nuancée des idéologues par rapport à Rousseau (p. 152, n. 5). Voir aussi J. Roussel, La réception des « Confessions » entre 1795 et 1830, Œuvres et critiques, Paris, 1978, notamment p. 23 sq.

5 Volney pense bien évidemment ici à la Lettre à d’Alembert sur les spectacles (1758).

6 Exemple type d’un discours anti-révolutionnaire, à tout le moins anti-jacobin, par le biais d’allusions historiques soigneusement choisies. Volney développe sa critique sur deux points : le vandalisme et le fanatisme prolongés par l’assassinat politique. Omar (c. 581—644), deuxième calife, qui présida à l’expansion de l’Islam et posa les fondements de l’empire des Omeyyades, était en effet alors tenu pour le responsable, indirect, de l’incendie de la Bibliothèque d’Alexandrie. Le Vieux de la Montagne était le surnom donné par les croisés à Rachid el-Din el-Sinan, qui vécut au xiiie siècle et fut le chef de la secte des Assassins. On sait que ces derniers, renommés pour leur fanatisme et une obéissance aveugle à leurs chefs, pratiquaient couramment l’assassinat politique ou religieux. Cette vigoureuse attaque contre la Révolution prise sous l’angle culturel et moral sera reprise sous forme allusive à la fin de la cinquième leçon (p. 111-115).

7 Joseph II avait visité l’Italie, en passant par Vérone, en 1769.

8 Très probablement le Teatro Argentina, construit par le marquis Teodoli en 1732, et qui possédait, avant sa reconstruction par Valadier au début du xixe siècle, un système acoustique proche de celui décrit par Volney. Il est question de ce même théâtre dans l’Encyclopédie, à propos des salles de spectacle et d’opéra, ainsi que dans l’ouvrage, alors célèbre, de Pierre Patte, Essai sur l’architecture théâtrale, ou de l’ordonnance la plus avantageuse à une salle de spectacle, relativement aux principes de l’optique et de l’acoustique, Paris, 1782. Patte, qui a pu être lu par Volney, y traite des théâtres antiques (p. 40-56) en faisant d’ailleurs allusion aux vases d’airain (p. 52-54), et consacre une notice au Teatro Argentina comme aux principales autres salles européennes (p. 89-91 et pl. XVII pour un plan du théâtre).

9 Allusion à l’Histoire du peuple de Dieu, publiée en 1728 (Ancien Testament), 1753 (Nouveau Testament) à Paris, et 1758 à Lyon (Actes et Épîtres) par le père jésuite J. I. Berruyer (Rouen, 1681—Paris, 1758). Paraphrase de la Bible, l’ouvrage cherchait à la rendre intelligible et plaisante pour les fidèles, ne se cachant d’ailleurs pas d’utiliser dans ce but toutes les ressources de la littérature. « Nous essayons de ménager aux fidèles la consolation de lire l’Écriture sainte, et de se nourrir de la parole de Dieu, sans les exposer jamais aux dangers et à l’obscurité des traductions purement littérales » (I, p. XXXV-XXXVI). Le livre provoqua un immense scandale, fut condamné par Benoît XIV et Clément XIII, et entraîna la Société de Jésus elle-même (« les habiles instituteurs ») dans des querelles internes et externes, en relançant les polémiques liées au jansénisme.

© Éditions Rue d’Ulm, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540