Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'École normale de l'An III. Vol. 2, Leçons d'histoire, de géographie, d'économie politique

 | 
Daniel Nordman

Leçons d’histoire de Volney

Deuxième leçon

23 pluviôse/11 février

Texte intégral

1Nous avons vu, dans notre première séance, que pour apprécier la certitude des faits historiques, l’on devait peser, dans les narrateurs et dans les témoins, 1o les moyens d’instruction et d’information ; 2° l’étendue des facultés morales, qui sont la sagacité le discernement ; 3° les intérêts et les affections, d’où peuvent résulter trois espèces de partialité ; celle de la contrainte, celle de la séduction et celle des préjugés de naissance et d’éducation ; cette dernière, pour être excusable, n’en est que plus puissante et plus pernicieuse, en ce qu’elle dérive et qu’elle s’autorise des passions même et des intérêts des nations entières, qui, dans leurs erreurs, non moins opiniâtres et plus orgueilleuses que les individus, exercent sur leurs membres le plus arbitraire et le plus accablant des despotismes, celui des préjugés nationaux, civils ou religieux.

2Nous aurons plus d’une occasion de revenir sur ces diverses conditions de la valeur des témoignages. Aujourd’hui, continuant de développer la même question, nous allons examiner les divers degrés d’autorité qui résultent de leur éloignement plus ou moins grand, plus ou moins médiat, des faits et des événements.

3En examinant les divers témoins ou narrateurs de l’histoire, on les voit se ranger en plusieurs classes graduelles et successives, qui ont plus ou moins de titres à notre croyance : la première est celle de l’historien acteur et auteur, et de ce genre sont la plupart des écrivains de mémoires personnels, d’actes civils, de voyages, etc. Les faits, en passant immédiatement d’eux à nous, n’ont subi que la moindre altération possible. Le récit a son plus grand degré d’authenticité ; mais ensuite la croyance en est soumise à toutes les conditions morales, d’intérêt, d’affection et de sagacité dont nous avons parlé, et son poids en reçoit des défalcations toujours assez nombreuses, parce que là se trouve agir au premier degré l’intérêt de la personnalité.

  • a [1800] : « il pourrait y survenir, il y surviendrait certainement contradiction ou modification ». (...)
  • 1 Vie de César, LVI : « A. Pollion prétend que ces commentaires ont été composés avec trop peu de so (...)
  • 2 (75 av. J.-C. — 4 apr. J.-C). Compagnon de César dont il se fit l’historiographe, il se rallia à A (...)

4Aussi les écrivains autographes n’ont-ils droit à notre croyance, qu’autant que leurs récits ont, 1° de la vraisemblance, et il faut avouer qu’en quelques cas, ils portent un concours si naturel d’événements et de circonstances, une série si bien liée de causes et d’effets, que notre confiance en est involontairement saisie, et y reconnaît, comme l’on dit, le cachet de la vérité, qui est encore plus celui de la conscience ; 2° qu’ils sont appuyés par d’autres témoignages, également soumis à la loi des vraisemblances ; d’où il suit que, même en leur plus haut degré de crédibilité, les récits historiques sont soumis à toutes les formalités judiciaires d’examen et d’audition de témoins, qu’une expérience longue et multipliée a introduites dans la jurisprudence des nations ; que par conséquent, un seul écrivain, un seul témoignage, n’ont pas le droit de nous astreindre à les croire ; et que c’est même une erreur de regarder comme constant un fait qui n’a qu’un seul témoignage, puisque, si l’on pouvait appeler plusieurs témoins, il pourrait y survenir contradiction ou modificationa Ainsi l’on regarde vulgairement les commentaires de César comme un morceau d’histoire qui, par la qualité de son auteur et parce qu’il n’a pas été contrarié, porte un caractère éminent de certitude. Cependant Suétone1 nous apprend qu’Asinius Pollion2 avait observé dans ses annales, qu’un grand nombre de faits cités par César n’étaient pas exactement tels qu’il les avait représentés, parce que, très souvent, il avait été induit en erreur par les rapports de ses officiers ; et Pollion, homme croyable par sa qualité d’homme consulaire et d’ami d’Horace et de Virgile, indique plusieurs cas où César avait eu des intérêts personnels de déguiser la vérité.

  • b [1800] : « des vraisemblances ».
  • c [1800] : « un conseil impérieux ».

5La seconde classe est celle des témoins immédiats, et présents à l’action, ne portant pas l’apparence d’un intérêt personnel, comme l’auteur-acteur ; leur témoignage inspire, en général, une plus grande confiance, et prend un plus haut degré de crédibilité, toujours avec la condition de vraisemblanceb, 1° selon le nombre de leurs témoignages ; 2° selon la concordance de ces témoignages ; 3° selon les règles dominantes que nous avons établies de jugement sain, d’observation exacte et d’impartialité. Or, si l’expérience journalière de ce qui se passe autour de nous et sous nos yeux, prouve que l’opération de constater un fait, même notoire, avec évidence et précision, est une opération délicate, il en résulte, pour quiconque étudie l’histoire, un conseil puissantc de ne pas admettre légèrement, comme irrécusable, tout ce qui n’a pas subi l’épreuve rigoureuse des témoignages suffisants en qualité et en nombre.

  • d [1800] : « de la bouche du témoin ; ils en sont encore bien près ».

6La troisième classe est celle des auditeurs des témoins, c’est-à-dire, de ceux qui ont entendu les faits de la première main ; ils sont encore bien prèsd, et là cependant s’introduit tout à coup une différence extrême dans l’exactitude du récit et la précision des tableaux. Les témoins ont vu et entendu les faits, leurs sens en ont été frappés ; mais en les peignant dans leur entendement, ils leur ont déjà imprimé, même contre leur gré, des modifications qui en ont altéré les formes ; elles s’altèrent bien plus, lorsque, de cette première glace ondulante et mobile, ils sont réfléchis dans une seconde aussi variable ; là, devenu non plus un être fixe et positif, comme il l’était dans la nature, mais une image fantastique, le fait prend d’esprit en esprit, de bouche en bouche, toutes les altérations qu’introduisent l’omission, la confusion, l’addition des circonstances ; il est commenté, discuté, interprété, traduit : toutes opérations qui altèrent sa pureté native, mais qui exigent que nous fassions ici une distinction importante entre les deux moyens employés à le transmettre : celui de la parole, et celui de l’écriture.

  • e [1800] : « sévère critique, à tous les soupçons que fait naître en toute occasion la clandestinité (...)

7Si le fait est transmis par l’écriture, son état est, dès ce moment, fixé, et conserve, d’une manière immuable, le genre d’autorité qui dérive du caractère de son narrateur ; il peut bien déjà être défiguré, mais tel qu’il est écrit, tel il demeure ; et si, comme il arrive, divers esprits lui donnent diverses acceptions, il n’en est pas moins vrai qu’ils sont obligés de se raccorder sur ce type, sinon original, du moins positif ; et tel est l’avantage que procure toute pièce écrite, qu’elle transmet immédiatement, malgré les intervalles des temps et des lieux, l’existence quelconque des faits ; elle rend présent le narrateur, elle le ressuscite, et à des milliers d’années de distance, elle fait converser, tête-à-tête, avec Cicéron, Homère, Confucius, etc. Il ne s’agit plus que de constater que la pièce n’est point apocryphe, et qu’elle est réellement leur ouvrage. Si la pièce est anonyme, elle perd un degré d’authenticité, et son témoignage, par cela qu’il est masqué, est soumis à toutes les perquisitions d’une sévère critiquee ; si la pièce a été traduite, elle ne perd rien de son authenticité ; mais dans ce passage par une glace nouvelle, les faits s’éloignent encore d’un degré de leur origine ; ils reçoivent des teintes plus faibles ou plus fortes, selon l’habileté du traducteur ; mais du moins a-t-on la ressource de les vérifier et de les redresser.

  • f [1800] : « de la transmission des faits par la parole, c’est-à-dire de la tradition. »
  • g [1800] : « de temps et de lieu ».
  • 3 Bataille livrée par Louis XV contre les Anglais le 11 mai 1745. Volney prend pour exemple, et sans (...)
  • h [1800] : « l’ignorance dans le système moral ».
  • i [1800] : « en ce moment chez les peuples sauvages et même chez ceux que l’on appelle civilisés ».
  • j [1800] : « la preuve de cette invraisemblance de récits ».
  • k [1800] : « les Indiens, les Arabes, les Turks, les Tartares ».

8Il n’en est pas ainsi de la transmission des faits par parole, ou de la traditionf Là se déploient tous les caprices, toutes les divagations volontaires ou forcées de l’entendement ; et jugez qu’elles doivent être les altérations des faits transmis de bouche en bouche, de génération en génération, lorsque nous voyons souvent dans une même personne le récit des mêmes faits varier selon les époques, selon le changement des intérêts et des affections. Aussi l’exactitude de la tradition est-elle en général décriée, et elle le devient d’autant plus, qu’elle s’éloigne de sa source primitive à un plus grand intervalle de temps et de lieuxg. Nous en avons les preuves irrécusables sous nos propres yeux ; que l’on aille dans les campagnes et même dans les villes, recueillir les traditions des anciens sur les événements du siècle de Louis XIV, et même des premières années de ce siècle (je suppose que l’on mette à part tous les moyens d’instruction provenant de pièces écrites), l’on verra quelle altération, quelle confusion se sont introduites, quelle différence s’établit de témoins à témoins, de conteurs à conteurs ! Nous en avons une preuve évidente dans l’histoire de la bataille de Fontenoy3, sur laquelle il y a quantité de variantes. Or, si un tel état d’oubli, de confusion, d’altération a lieu dans des temps d’ailleurs éclairés, au sein d’une nation déjà policée, et qui, par d’autres moyens, trouve le secret de le corriger et de s’en garantir, concluez ce qui doit être arrivé chez les peuples où les arts sont dans l’enfance ou l’abâtardissement ; chez qui le désordre règne dans l’ordre social, l’ignorance dans l’ordre moralh, l’indifférence dans tout ce qui excède les premiers besoins. Aussi, le témoignage des voyageurs exacts nous présente-t-il encore en ce moment chez les peuples sauvagesi, la preuve de cette incohérence de récitsj, de cette absurdité de traditions dont nous parlons ; et ces traditions sont nulles, à beaucoup d’égards, même dans le pays de l’Asie, où l’on en place plus particulièrement le foyer et la source ; la preuve s’en tire de l’ignorance où les naturels vivent des faits et des dates qui les intéressent le plus, puisque les Indiens, les Arabes et les Tartaresk ne savent pas même rendre compte de leur âge, de l’année de leur naissance, ni de celle de leurs parents.

9Cependant, citoyens, c’est par des traditions, c’est par des récits transmis de bouche en bouche, de générations en générations qu’a dû commencer, qu’a nécessairement commencé l’histoire ; et cette nécessité est démontrée par les faits de la nature, encore subsistants, par la propre organisation de l’homme, par le mécanisme de la formation des sociétés.

10En effet, de ce qu’il est prouvé que l’homme naît complètement ignorant et sans art ; que toutes ses idées sont le fruit de ses sensations, toutes ses connaissances l’acquisition de son expérience personnelle, et de l’expérience accumulée des générations antérieures ; de ce qu’il est prouvé que l’écriture est un art extrêmement compliqué dans les principes de son invention, que la parole même est un autre art qui l’a précédé, et qui seule a exigé une immense série de générations. Il en conclut, avec certitude physique, que l’empire de la tradition s’est étendu sur toute la durée des siècles qui ont précédé l’invention de l’écriture ; j’ajoute même de l’écriture alphabétique ; car elle seule a su peindre toutes les nuances des faits, toutes les modifications des pensées ; au lieu que les autres écritures qui peignent les figures, et non les sens, telles que les hiéroglyphes des Égyptiens, les nœuds ou quippos des Péruviens, les tableaux des Mexicains, n’ont pu peindre que le canevas et le noyau des faits, et ont laissé dans le vague les circonstances et les liaisons. Or, puisqu’il est démontré, par les faits et le raisonnement, que tous ces arts d’écriture et de langage sont le résultat de l’état social, qui, lui-même n’a été que le produit des circonstances et des besoins ; il est évident que tout cet édifice de besoins, de circonstances, d’arts et d’état social, a précédé l’empire de l’histoire écrite.

  • l [1800] : « disparaissent devant l’aube du jour et les rayons de l’aurore. »

11Maintenant remarquez que la contre-preuve de ces faits physiques se trouve dans la nature même des premiers récits offerts par l’histoire. En effet, si, comme nous le disons, il est dans la constitution de l’entendement humain de ne pas toujours recevoir l’image des faits parfaitement semblable à ce qu’ils sont ; de les altérer d’autant plus qu’il est moins exercé et plus ignorant, qu’il en comprend moins les causes, les effets, et toute l’action : il s’en suit, par une conséquence directe, que plus les peuples ont été grossiers, et les générations novices et barbares, plus leurs commencements d’histoire, c’est-à-dire leurs traditions doivent être déraisonnables, contraires à la véritable nature, au sain entendement. Or, veuillez jeter un coup d’œil sur toutes les histoires, et considérez s’il n’est pas vrai que toutes débutent par un état de choses tel que je vous le désigne ; que leurs récits sont d’autant plus chimériques, représentent un état d’autant plus bizarre, qu’ils s’éloignent plus dans les temps anciens ; qu’ils tiennent plus à l’origine de la nation de qui ils proviennent ; qu’au contraire, plus ils se rapprochent des temps connus, des siècles où les arts, la police, et tout le système moral ont fait des progrès, plus ces récits reprennent le caractère de la vraisemblance, et peignent un état de choses physique et moral, analogue à celui que nous voyons : de manière que l’histoire de tous les peuples comparée, nous offre ce résultat général, que ses tableaux sont d’autant plus éloignés de l’ordre de la nature et de la raison, que les peuples sont plus rapprochés de l’état sauvage, qui est pour tous l’état primitif ; et qu’au contraire ses tableaux sont d’autant plus analogues à l’ordre que nous connaissons, que ces mêmes peuples s’éclairent, se policent, se civilisent : en sorte que, lorsqu’ils arrivent aux siècles où se développent les sciences et les arts, on voit la foule des événements merveilleux, des prodiges et des monstres de tout genre disparaître devant leur lumière, comme les fantômes, les larves et les spectres dont les imaginations peureuses et malades peuplent les ténèbres et le silence de la nuit, disparaissent devant les rayons de l’aurorel.

12Posons donc cette maxime féconde en résultats dans l’étude de l’histoire, que l’on peut calculer, avec une sorte de justesse, le degré de lumière et de civilisation d’un peuple, par la nature même de ses récits historiques ; ou bien en termes plus généraux, que l’histoire prend le caractère des époques et des temps où elle a été composée.

  • 4 Gutenberg (vers 1394/99—1468), auteur de la mise au point de l’imprimerie à caractères mobiles, s’ (...)
  • 5 Volney a déjà abordé cette question de l’infuence de l’imprimerie sur les développements de l’hist (...)

13Et ici se présente à notre examen la comparaison de deux grandes périodes où l’histoire a été composée avec des circonstances de moyens et de secours très différents : je veux parler de la période des manuscrits et de la période des imprimés. Vous savez que jusque vers la fin du quinzième siècle, il n’avait existé de livres et de monuments qu’écrits à la main ; que ce fût seulement vers 1440 que parurent les premiers essais de Jean Gutenberg, d’immortelle mémoire, puis de ses associés Fuchs et Scheffer4, pour écrire avec des caractères, d’abord de bois, ensuite de métal, et par cet art simple et ingénieux obtenir instantanément un nombre infini de répétitions ou de copies d’un premier modèle ordonné. Cette heureuse innovation apporta, dans le sujet que nous traitons, des changements qu’il est important de bien remarquer5.

  • m [1800] : « compulsations ».
  • n [1800] : « n’existant qu’en petit nombre dans les dépôts publics et dans les mains de quelques par (...)
  • o [1800] : « ce n’était point l’opinion publique, mais un esprit de faction ou de coterie qui pronon (...)

14Lorsque les écrits, actes ou livres se traçaient tous à la main, la lenteur de ce pénible travail, les soins qu’il renouvelait sans cesse, les frais qu’il multipliait, en rendant les livres chers, les rendaient plus rares, plus difficiles à créer, plus faciles à anéantir. Un copiste produisait lentement un individu livre ; l’imprimerie en produit rapidement une génération : il en résultait pour les consultationsm, et par conséquent pour toute instruction, un concours rebutant de difficultés. Ne pouvant travailler que sur des originaux, et ces originaux n’existant qu’en petit nombre dans les mains de quelques particuliers et dans des dépôts publicsn ; les uns jaloux, les autres avares, le nombre des hommes qui pouvaient s’occuper d’écrire l’histoire, était nécessairement très borné ; ils avaient moins de contradicteurs ; ils pouvaient plus impunément ou négliger ou altérer ; le cercle des lecteurs étant très étroit, ils avaient moins de juges, moins de censeurs ; ce n’était point l’opinion publique, mais un esprit de coterie qui prononçaito ; et alors c’était bien moins le fond des choses, que le caractère de la personne qui déterminait le jugement.

  • p [1800] : « possible ou du moins facile ».

15Au contraire, depuis l’imprimerie, les monuments originaux, une fois constatés, pouvant, par la multiplication de leurs copies, être soumis à l’examen, à la discussion d’un grand nombre de lecteurs, il n’a plus été possible ou facilep d’en atténuer, d’en dévier le sens, ni même d’en altérer le manuscrit, par l’extrême publicité des réclamations, et de ce côté la certitude historique a réellement acquis et gagné.

16Il est vrai que chez les anciens, par cela même qu’un livre exigeait plusieurs années pour être composé, et davantage encore pour se répandre, sans que pour cela on pût dire qu’il fût divulgué, il était possible d’y déposer des vérités plus hardies, parce que le temps avait détruit ou éloigné les intéressés, et ainsi la clandestinité favorisait la véracité de l’historien ; mais elle favorisait aussi sa partialité : s’il établissait des erreurs, il était moins facile de les réfuter, il y avait moins de ressource à la réclamation. Or, ce même moyen de clandestinité étant également à la disposition des modernes, avec le moyen d’en combattre les inconvénients, l’avantage paraît être entièrement pour eux de ce côté.

17Chez les anciens, la nature des circonstances dont je viens de parler, soit dans l’étude, soit dans la composition de l’histoire, la concentrait presque nécessairement dans un cercle étroit d’hommes riches, puisque les livres étaient très coûteux, et d’hommes publics, et de magistrats, puisqu’il fallait avoir manié les affaires pour connaître les faits ; et en effet, nous aurons l’occasion fréquente d’observer que la plupart des historiens grecs et romains ont été des généraux, des magistrats, des hommes d’une fortune ou d’un rang distingué. Chez les Orientaux c’était presqu’exclusivement les prêtres, c’est-à-dire la classe qui s’était attribué le plus puissant des monopoles, celui des lumières et de l’instruction. Et de là, ce caractère d’élévation et de dignité dont on a fait de tous temps la remarque chez les historiens de l’antiquité, et qui fut le produit naturel et même nécessaire de l’éducation cultivée qu’ils avaient reçue.

18Chez les modernes, l’imprimerie ayant multiplié et facilité les moyens de lecture et de composition, cette composition même étant devenue un objet de commerce, une marchandise, il en est résulté pour les écrivains une hardiesse mercantile, une confiance téméraire qui a trop souvent ravalé ce genre d’ouvrage, et profané la sainteté de son but.

19Il est vrai que l’antiquité a eu aussi ses compilateurs et ses charlatans ; mais la fatigue et l’ennui de copier leurs ouvrages en ont délivré les âges suivants, et l’on peut dire à cet égard que les difficultés ont servi la science.

  • 6 Deux des plus célèbres familles patriciennes de Rome. La première a joué un rôle éminent dans la v (...)

20Mais d’autre part cet avantage des anciens se compense par un inconvénient grave, le soupçon fondé d’une partialité presque nécessitée, 1° par l’esprit de personnalité dont les ramifications étaient d’autant plus étendues, que l’écrivain acteur ou témoin avait eu plus de rapports d’intérêts et de passions dans la chose publique ; 2° par l’esprit de famille et de parenté, qui chez les anciens et surtout dans la Grèce et dans l’Italie, constituait un esprit de faction général et indélébile. Et remarquez qu’un ouvrage composé par l’individu d’une famille en devenait la commune propriété ; qu’elle en épousait les opinions par là-même, que l’auteur avait sucé ses propres préjugés. Ainsi un manuscrit de la famille des Fabius, des Scipions6, se transmettait d’âge en âge et par héritage ; et si un manuscrit contradictoire existait dans une autre famille, la plus puissante saisissait comme une victoire l’occasion de l’anéantir : c’était en petit, l’esprit des nations en grand ; cet esprit d’égoïsme orgueilleux et intolérant, par lequel les Romains et les Grecs ennemis de l’univers ont anéanti les livres des autres peuples, et par lequel nous privant du plaidoyer de leurs parties adverses dans la cause célèbre de leurs rapines, ils nous ont rendu presque complices de leur tyrannie, par l’admiration éclatante et par l’émulation secrète que nous portons à leurs triomphes criminels.

  • 7 Réclamée dans de nombreux cahiers de doléances, la liberté de la presse est garantie par l’article (...)
  • q [1800] : « qu’à leurs gouvernants ».

21Chez les modernes au contraire, en vain un ouvrage historique s’environnerait-il des moyens de la clandestinité, du crédit de la richesse, du pouvoir de l’autorité, de l’esprit de faction ou de famille, un seul jour, une seule réclamation suffisent à renverser un édifice de mensonge combiné pendant des années ; et tel est le service signalé que la liberté de la presse7 a rendu à la vérité, que le plus faible individu, s’il a les vertus et le talent de l’historien, pourrait censurer les erreurs des nations jusque sous leurs yeux, fronder même leurs préjugés malgré leur colère, si d’ailleurs il n’était pas vrai que ces erreurs, ces préjugés, cette colère que l’on attribue aux nations, n’appartiennent bien plus souvent qu’à leurs gouvernementsq

  • 8 Volney est alors tout à la préparation de son voyage en Amérique, envisagé avant son arrestation e (...)
  • r [1800] : « les frottements violents capables de la détruire ».
  • 9 Volney insiste au même moment, dans les Questions de statistique à l’usage des voyageurs, sur l’im (...)
  • s « Deux systèmes distincts et divers » deviendrait selon [1980] « deux systèmes distinctifs et dive (...)
  • t [1800] appelle alors une note : « La liberté, et non la licence ».
  • 10 Volney adopte un point de vue similaire dans les Questions de statistique à l’usage des voyageurs, (...)

22Dans l’habitude où nous sommes de vivre sous l’influence de l’imprimerie, nous ne sentons point assez fortement tout ce que la publicité qui en dérive nous procure d’avantages politiques et moraux ; il faut avoir vécu dans les pays où n’existe point l’art libérateur de la presse pour concevoir tous les effets de sa privation, pour imaginer tout ce que la disette de livres et de papiers-nouvelles jette de confusion dans les récits, d’absurdités dans les ouï-dire, d’incertitude dans les opinions, d’obstacles dans l’instruction, d’ignorance dans tous les esprits. L’histoire doit des bénédictions à celui qui le premier, dans Venise, s’avisa de donner à lire des bulletins de nouvelles, moyennant la petite pièce de monnaie appelée gazetta, dont ils ont retenu le nom ; et en effet les gazettes sont des monuments instructifs et précieux jusque dans leurs écarts, puisqu’elles peignent l’esprit dominant du temps qui les a vu naître, et que leurs contradictions présentent des bases fixes à la discussion des faits. Aussi lorsque l’on nous dit que dans leurs nouveaux établissements, les Américains8 tracent d’abord un chemin, et portent une presse pour avoir un papier-nouvelle, me paraissent-ils dans cette double opération avoir atteint le but, et fait l’analyse de tout bon système social, puisque la société n’est autre chose que la communication facile et libre des personnes, des pensées et des choses, et que tout l’art du gouvernement se réduit à empêcher les frottements violents capables de détruirer. Et quand par inverse à ce peuple déjà civilisé au berceau, les états de l’Asie arrivent à leur décrépitude sans avoir cessé d’être barbares, sans doute c’est parce qu’ils n’ont eu ni imprimerie, ni chemins de terre ou d’eau9 ; telle est la puissance de l’imprimerie, telle est son influence sur la civilisation, c’est-à-dire sur le développement de toutes les facultés de l’homme dans le sens le plus utile à la société, que l’époque de son invention divise en deux systèmes distincts et diverss, l’état politique et moral des peuples antérieurs et des peuples postérieurs, ainsi que de leurs historiens, et son existence caractérise à tel point les lumières, que pour s’informer si un peuple est policé ou barbare, l’on peut se réduire à demander : a-t-il l’usage de l’imprimerie ? A-t-il la libertét de la presse10 ?

  • u [1800] : « parcourez Denys d’Halicarnasse, Polybe et Tacite lui-même ».

23Or, si, comme il est vrai, l’état de l’antiquité à cet égard fut infiniment semblable à l’état actuel de l’Asie, si même chez les peuples regardés comme libres, les gouvernements eurent presque toujours un esprit mystérieux de corps et de faction, et des intérêts privilégiés qui les isolaient de la nation ; s’ils eurent en main les moyens d’empêcher ou de paralyser les écrits qui les auraient censurés, il en rejaillit un soupçon raisonnable de partialité, soit volontaire, soit forcée, sur les écrivains. Comment Tite-Live, par exemple, aurait-il osé peindre dans tout son odieux la politique perverse de ce sénat romain, qui pour distraire le peuple de ses demandes longtemps justes et mesurées, fomenta l’incendie des guerres qui, pendant cinq cents ans, dévorèrent les générations, et qui, après que les dépouilles du monde furent entassées dans Rome comme dans un antre, n’aboutirent qu’à offrir le spectacle de brigands enivrés de jouissances, et toujours insatiables, qui s’entr’égorgèrent pour le partage du butin. Parcourez Polybeu et Tacite lui-même, vous n’y citerez pas un de ces mouvements d’indignation que devait arracher le tableau de tant d’horreurs qu’ils nous ont transmises ; et malheur à l’historien qui n’a pas de ces mouvements, ou malheur à son siècle, s’il se les refuse !

  • 11 Le cours de probabilités était assuré par Laplace. La question de l’application des probabilités a (...)
  • v [1800] : « selon ses habitudes et son tempérament, car le tempérament gouverne la foule des hommes (...)
  • 12 Volney reprend ici les termes mêmes du débat autour du « pyrrhonnisme historique », qui avait agit (...)

24De toutes ces considérations, je conclus que, dans l’étude de l’histoire, le point précis de la vérité est délicat à saisir, difficile à poser, et que la certitude que nous pouvons nous permettre, a besoin, pour être raisonnable, d’un calcul de probabilités, qu’à juste titre l’on a classé au rang des sciences les plus importantes qui vous seront démontrées dans l’École normale11. Si j’ai insisté sur ce premier article, c’est parce que j’ai senti son importance, non point abstraite et, spéculative, mais usuelle et applicable à tout le cours de la vie : la vie est pour chacun de nous son histoire personnelle où le jour d’hier devient la matière du récit d’aujourd’hui et de la résolution de demain ; si comme il est vrai, le bonheur dépend de ces résolutions, et si ces résolutions dépendent de l’exactitude des récits, c’est donc une affaire importante que la disposition d’esprit propre à les bien juger : et trois alternatives se présentent dans cette opération ; tout croire, ne rien croire, ou croire avec poids et mesure. Entre ces trois partis, chacun choisit selon son goût, je devrais dire selon ses habitudes et son tempéramentv Quelques-uns, mais en très petit nombre, arrivent à force d’abstractions à douter même du rapport de leurs sens ; et tel fut, dit-on, Pyrrhon, dont la célébrité en ce genre d’erreur a servi à la désigner sous le nom de pyrrhonisme. Mais si Pyrrhon12 qui doutait de son existence au point de se voir submerger sans pâlir, et qui regardait la mort et la vie comme si égales et si équivoques, qu’il ne se tuait pas, disait-il, faute de pouvoir choisir ; si dis-je Pyrrhon a reçu des Grecs le nom de philosophe, il reçoit des philosophes celui d’insensé, et des médecins celui de malade ; la saine médecine apprend en effet que cette apathie et ce travers d’esprit sont le produit physique d’un genre nerveux usé ou obtus, soit par les excès d’une vie trop contemplative, dénuée de sensations, soit par les excès de toutes les passions qui ne laissent que la cendre d’une sensibilité consumée.

  • w [1800] modifie très profondément le paragraphe jusqu’à ce point : « Si douter de tout est la malad (...)

25Si douter de tout est une maladie chronique, rare et seulement ridicule, par inverse, ne douter de rien est une maladie plus commune et beaucoup plus dangereuse, en ce qu’elle est du genre des fièvres ardentes qui finissent par le délice et la frénésie ; telles sont les périodes de sa marche fondée sur la nature du cœur et de l’entendement humain, qu’une opinion ayant d’abord été admise par paressew, par négligence de l’examiner, on s’y attache, l’on s’en tient certain par habitude, on la défend par amour propre, par opiniâtreté, et de la défense passant à l’attaque, bientôt l’on veut imposer sa croyance, par cette estime de soi appelée orgueil, et par ce désir de domination qui dans l’exercice du pouvoir aperçoit le libre contentement de toutes ses passions. Il y a cette remarque singulière à faire sur le fanatisme et le pyrrhonisme, qu’étant l’un et l’autre deux termes extrêmes diamétralement opposés, ils ont néanmoins une source commune, l’ignorance, avec cette simple différence que le pyrrhonisme est l’ignorance faible qui ne juge jamais, et le fanatisme l’ignorance robuste qui juge toujours, qui a tout jugé.

  • x [1800] : « examiner, tâter autour d’un objet avec défiance ».
  • y [1800] : « comme l’a fait l’un de vous dans notre dernière conférence ». Plus loin, après la citat (...)
  • 13 Lors de la première séance des Débats, par la question de Carré ? (Cf. Débats, p. 84-85). Il y aur (...)
  • 14 Volney transpose ici le début de la deuxième sourate du Coran (2-5).
  • z [1800] modifie la rédaction du passage jusqu’à « il n’y a point de doute en ce livre » : « d’escla (...)
  • aa [1800] : « où elles le conduisent ».
  • bb [1800] : « malheur au conducteur s’ils viennent à se mutiner ».

26Entre ces excès il est un terme moyen ; celui d’asseoir son jugement lorsque l’on a pesé et examiné les raisons qui le déterminent, de le tenir en suspens tant qu’il n’y a pas de motif suffisant à le poser, et de mesurer son degré de croyance et de certitude sur les degrés de preuves et d’évidence, dont chaque fait est accompagné. Si c’est là ce qu’on nomme scepticisme, selon la valeur du mot qui signifie examiner, voir autour d’un objet avec attentionx, et si l’on me demande, comme on l’a déjà faity13, si mon dessein est de vous conduire au scepticisme, je dirai d’abord qu’en vous présentant mes réflexions je ne prêche pas une doctrine, mais que si j’avais à en prêcher une, ce serait la doctrine du doute tel que je le peins ; et je croirais servir en ce point, comme en tout autre, la cause réunie de la liberté et de la philosophie, puisque le caractère spécial de la philosophie est de laisser à chacun la faculté de juger selon la mesure de sa sensation, et de sa conviction ; je prêcherais le doute examinateur, parce que l’histoire entière m’a appris que la certitude est la doctrine de l’erreur ou du mensonge, et l’arme constante de la tyrannie ; le plus célèbre des imposteurs et le plus audacieux des tyrans a commencé son livre par ces mots : il n’y a point de doute dans ce livre ; il conduit droit celui qui marche aveuglement, celui qui reçoit sans discussion ma parole qui sauve le simple, et confond le savant14 ; par ce seul début, l’homme est dépouillé du libre usage de sa volonté, de ses sens ; il est dévoué à l’esclavage, mais en récompense, d’esclavez le vrai croyant devient ministre de Mahomet ; et recevant de lui le Coran et le sabre, il dit à son tour : Il n’y a point de doute en ce livre ; y croire, c’est-à-dire, penser comme moi ou la mort : doctrine commode, il est vrai, puisqu’elle dispense celui qui la prêche des peines de l’étude : elle a même cet avantage que, tandis que l’homme douteux calcule et examine, le croyant fanatique exécute et agit : le premier apercevant plusieurs routes à la fois, est obligé de s’arrêter pour examiner où elles conduisentaa ; le second ne voyant que celle qui est devant lui, n’hésite pas. Il la suit, semblable à ces animaux opiniâtres dont on borne la vue par des cuirs latéraux pour les empêcher de s’écarter à droite ou à gauche, et surtout pour les empêcher de voir le fouet qui les morigène ; mais malheur au guide s’ils se mutinentbb, car dans leur fureur, déjà demi-aveugles, ils poussent toujours devant eux, et finissent par le jeter avec eux dans les précipices.

  • cc [1800] : « me laisseraient la ressource ou me donneraient ».
  • 15 Térence, Heautontimorumenos, I, 1, vers. 77 : « Homo sum ; humani nihil a me alienum puto ». La ci (...)

27Tel est, citoyens, le sort que prépare la certitude présomptueuse, à l’ignorance crédule ; par inverse, l’avantage qui résulte du doute circonspect et observateur est tel que, réservant toujours dans l’esprit une place pour de nouvelles preuves, il le tient sans cesse disposé à redresser un premier jugement ; à en confesser l’erreur. De manière que si, comme il faut s’y attendre, soit dans cette matière, soit dans toute autre je viens en énoncer quelqu’une, les principes que je professe me laissent la ressource ou me donnerontcc le courage de dire sans trop de confusion : Je suis homme, et rien de l’homme ne m’est étranger15.

  • dd [1800] : « sur le sujet que j’ai traité aujourd’hui ».
  • ee [1800] : « il rendrait un véritable service non seulement aux lettres, mais encore aux sciences mo (...)

28La prochaine séance étant destinée à une conférence je vous invite, citoyens, à rechercher et à rassembler les meilleures observations qui ont été faites sur cette matièredd ; malheureusement elles sont éparses dans une foule de livres, où elles sont noyées de questions futiles ou paradoxales. Presque tous les auteurs qui ont traité de la certitude historique, en ont traité avec cette partialité de préjugés dont je vous ai parlé ; et ils ont exagéré cette certitude et son importance, parce que c’est sur elle que presque tous les systèmes religieux ont eu l’imprudence de fonder les questions de dogme, au lieu de les fonder sur des faits naturels, capables de procurer l’évidence ; il serait à désirer que quelqu’un traitât de nouveau et méthodiquement cet objet : il rendrait un véritable service aux lettres, et à la véritéee.

Notes

a [1800] : « il pourrait y survenir, il y surviendrait certainement contradiction ou modification ». Un peu plus bas, «  et Pollion, que sa qualité d’homme consulaire et d’ami d’Horace et de Virgile rend un témoin de poids, indiquait que César avait eu des intérêts personnels de déguiser la vérité. » Volney ajoute également en note la référence : « Suétone, Vie de César, § 54. »

aa [1800] : « où elles le conduisent ».

b [1800] : « des vraisemblances ».

bb [1800] : « malheur au conducteur s’ils viennent à se mutiner ».

c [1800] : « un conseil impérieux ».

cc [1800] : « me laisseraient la ressource ou me donneraient ».

d [1800] : « de la bouche du témoin ; ils en sont encore bien près ».

dd [1800] : « sur le sujet que j’ai traité aujourd’hui ».

e [1800] : « sévère critique, à tous les soupçons que fait naître en toute occasion la clandestinité. »

ee [1800] : « il rendrait un véritable service non seulement aux lettres, mais encore aux sciences morales et politiques. »

f [1800] : « de la transmission des faits par la parole, c’est-à-dire de la tradition. »

g [1800] : « de temps et de lieu ».

h [1800] : « l’ignorance dans le système moral ».

i [1800] : « en ce moment chez les peuples sauvages et même chez ceux que l’on appelle civilisés ».

j [1800] : « la preuve de cette invraisemblance de récits ».

k [1800] : « les Indiens, les Arabes, les Turks, les Tartares ».

l [1800] : « disparaissent devant l’aube du jour et les rayons de l’aurore. »

m [1800] : « compulsations ».

n [1800] : « n’existant qu’en petit nombre dans les dépôts publics et dans les mains de quelques particuliers ».

o [1800] : « ce n’était point l’opinion publique, mais un esprit de faction ou de coterie qui prononçait »

p [1800] : « possible ou du moins facile ».

q [1800] : « qu’à leurs gouvernants ».

r [1800] : « les frottements violents capables de la détruire ».

s « Deux systèmes distincts et divers » deviendrait selon [1980] « deux systèmes distinctifs et divers » ; ni [1800], ni [1810] ni [1822] à la B.N.ne donnent cette modification.

t [1800] appelle alors une note : « La liberté, et non la licence ».

u [1800] : « parcourez Denys d’Halicarnasse, Polybe et Tacite lui-même ».

v [1800] : « selon ses habitudes et son tempérament, car le tempérament gouverne la foule des hommes plus qu’ils ne s’en aperçoivent eux-mêmes. »

w [1800] modifie très profondément le paragraphe jusqu’à ce point : « Si douter de tout est la maladie chronique, rare et seulement ridicule, des tempéraments et des esprits faibles ; par inverse, ne douter de rien est une maladie beaucoup plus dangereuse en ce qu’elle est du genre des fièvres ardentes, propres aux tempéraments énergiques, chez qui, acquérant par l’exemple une intensité contagieuse, elle finit par exciter les convulsions de l’enthousiasme et la frénésie du fanatisme. Telles sont les périodes du progrès de cette maladie de l’esprit, dérivant de la nature, et de celle du cœur humain, qu’une opinion ayant d’abord été admise par paresse... ».

x [1800] : « examiner, tâter autour d’un objet avec défiance ».

y [1800] : « comme l’a fait l’un de vous dans notre dernière conférence ». Plus loin, après la citation du Coran, [1800] appelle en note : « Voyer le premier chapitre du Qoran, verset 1 et suivants. » [1821] conserve cette note.

z [1800] modifie la rédaction du passage jusqu’à « il n’y a point de doute en ce livre » : « d’esclave qu’il se fait, le vrai croyant devient ministre du Prophète, et recevant de Mahomet le sabre et le Coran, il devient prophète à son tour et dit : Il n’y a point de doute en ce livre... ». Plus loin, « il faut l’avouer » remplace « il est vrai », « douteux » devient « douteur » et les deux interpellations « citoyens » sont remplacées dans [1800] par « messieurs ».

1 Vie de César, LVI : « A. Pollion prétend que ces commentaires ont été composés avec trop peu de soins et trop peu de respect pour la vérité, car, dit-il, la plupart du temps César a enregistré sur parole, sans contrôle, les actions des autres ; quant aux siennes, soit à dessein, soit même faute de mémoire, il les a présentées de façon inexacte ; à son avis, l’auteur se proposait de refaire et corriger son ouvrage » [traduction de H. Ailloud, Collection des Universités de France, Paris, 1930, p. 40].

2 (75 av. J.-C. — 4 apr. J.-C). Compagnon de César dont il se fit l’historiographe, il se rallia à Antoine puis quitta la carrière politique et militaire pour se consacrer aux lettres et à l’histoire. Son œuvre ne nous est connue que par des fragments ou des citations postérieures.

3 Bataille livrée par Louis XV contre les Anglais le 11 mai 1745. Volney prend pour exemple, et sans doute à dessein, une bataille franco-anglaise remportée par les Français, point trop éloignée dans le temps et qui a eu lieu en Europe, au contraire de celles, plus récentes, de la guerre d’indépendance américaine. Peut-être a-t-il eu entre les mains l’édition de 1756 du Précis du siècle de Louis XV de Voltaire, où ce dernier précise à propos de Fontenoy : « Nul officier ne peut avoir tout vu. Beaucoup voient avec des yeux préoccupés, et il y en a qui n’ont qu’une vue courte. C’est beaucoup d’avoir consulté les bureaux de la guerre, et surtout de s’être instruit par les généraux et par les aides de camp ; mais il est encore nécessaire de parler aux commandants des différents corps et de confronter leurs relations, afin de ne dire que les faits dans lesquels ils s’accordent » [édition R. Pomeau, Paris, 1957, p. 1744]. Volney a de toute façon déjà utilisé cet exemple de Fontenoy dans le Voyage en Egypte et en Syrie. « Quels faits [...] n’ont pas [de variantes de circonstances] ? La bataille de Fontenoy n’a-t-elle pas dix versions différentes ? Il suffit d’obtenir les principaux résultats, d’admettre les plus grandes probabilités, et j’ai pu apprendre par moi-même, en cette occasion [la rédaction du chapitre III, qui relate l’histoire d’Ali-bek], combien la stricte vérité des faits historiques est difficile à obtenir ». (O.C., p. 139 en note). Fontenoy est l’exemple type de l’événement reconstruit après coup, image particulièrement frappante qui s’ancre dans les mentalités et les représentations collectives au travers du récit historique, comme l’a montré Michel Gilot (Le souvenir d’une belle bataille, in L’histoire auxviiiesiècle, Actes du colloque d’Aix-en-Provence, 1er, 2 et 3 mai 1975, Aix-en-Provence, 1980, p. 307-328).

4 Gutenberg (vers 1394/99—1468), auteur de la mise au point de l’imprimerie à caractères mobiles, s’était associé en 1450 à J. Fuchs (mort en 1466) pour fonder une imprimerie d’où sortit la célèbre Bible (1455). Ils se séparèrent peu après, Fuchs continuant l’exploitation de l’établissement avec son futur associé et gendre P. Scheffer (mort en 1502).

5 Volney a déjà abordé cette question de l’infuence de l’imprimerie sur les développements de l’histoire dans le Voyage en Egypte et en Syrie, au chapitre XVIII de l’État politique de la Syrie (« Des arts, des sciences et de l’ignorance »). Il la reprend ici sous une forme analogue, mais avec plus de vigueur et de sens critique s’agissant des historiens, et en lui donnant surtout le caractère réfléchi d’un système d’analyse. Après avoir rappelé la rareté des livres et de l’imprimé en Orient, il en établit la cause : l’absence de l’imprimerie, laquelle, « en y réfléchissant [...] [est seule] peut-être le vrai mobile des révolutions qui depuis trois siècles sont arrivées dans le système moral de l’Europe » (O.C., p. 300). Il poursuit sur l’utilité de l’imprimerie dans la diffusion des connaissances et l’établissement de la certitude historique : « [...] en donnant aux faits une grande et prompte publicité, l’on a mieux constaté leur certitude. Au contraire, dans l’état des livres écrits à la main, le recueil que composait un homme n’ayant d’abord qu’un seul exemplaire, il ne pouvait être vu et critiqué que par un petit nombre de lecteurs ; et ces lecteurs sont d’autant plus suspects, qu’ils étaient au choix de l’auteur. S’il permettait d’en tirer des copies, elles ne se multipliaient et ne se répandaient que très lentement. Pendant ce temps les témoins mouraient, les réclamations périssaient, les contradictions naissaient, et le champ restait libre à l’erreur, aux passions, au mensonge : voilà la cause de ces faits monstrueux dont fourmillent les histoires de l’Antiquité, et même celles de l’Asie moderne. Si parmi ces histoires il en est qui portent des caractères frappants de vraisemblance, ce sont celles dont les écrivains ont été témoins des faits qu’ils racontent, ou des hommes publics qui ont écrit à la face d’un peuple qui pouvait les contredire. Tel est César, acteur principal de ses mémoires ; tel Xénophon, général des Dix Mille, dont il raconta la savante retraite ; tel Polybe, ami et compagnion de Scipion, vainqueur de Carthage ; tels encore Salluste et Tacite, consuls ; Thucydide, chef d’armée ; Hérodote même, sénateur et libérateur d’Halicarnasse. Lorsqu’au contraire l’histoire n’est qu’une citation de faits anciens rapportés sur tradition, que ces faits ne sont recueillis que par de simples particuliers, ce n’est plus ni le même genre, ni le même caractère ; quelle différence n’y a-t-il point des écrivains précédents aux Tite-Live, aux Quinte-Curce, aux Diodore de Sicile ! Heureusement encore les pays où ils écrivirent étaient policés, et la lumière publique put les guider dans les faits peu reculés. Mais quand les nations étaient dans l’anarchie, sous le despotisme qui règne aujourd’hui dans l’Orient, les écrivains, imbus de l’ignorance et de l’incrédulité qui accompagnent cet état, purent déposer hardiment leurs erreurs et leurs préjugés dans l’histoire [...] » (ibid.).

6 Deux des plus célèbres familles patriciennes de Rome. La première a joué un rôle éminent dans la vie publique romaine depuis les débuts de la République ; la seconde s’est notamment illustrée au temps des guerres carthaginoises avec Scipion Émilien (c. 185—129 av. J.-C.) et son oncle, Publius Cornélius, dit l’Africain (235 ?—183 av. J.-C). Ce dernier représente pour les révolutionnaires l’image de la vertu civique, qui « est telle qu’elle arrive presque à changer sa nature d’homme pour en faire une sorte de principe intangible, dépassant de très loin les vanités de la perfidie humaine » (J. Bouineau, Les toges du pouvoir ou la Révolution de droit antique (1789—1799), Toulouse, 1986, p. 111). C’est dire la portée iconoclaste des propos de Volney dans la suite du paragraphe.

7 Réclamée dans de nombreux cahiers de doléances, la liberté de la presse est garantie par l’article 11 de la Déclaration des droits de l’homme (« La libre communication des pensées et des opinions est un des droits les plus précieux de l’homme ; tout citoyen peut donc parler, écrire, imprimer librement, sauf à répondre de l’abus de cette liberté dans les cas déterminés par la loi »). La presse politique, déjà existante en France avant la Révolution, connaît alors un considérable essor. Voir à ce sujet la mise au point de Cl. Bellanger, Histoire générale de la presse française, T. I, « Des origines à 1814 », Paris, 1969, p. 405-431, qui prend La sentinelle du peuple de Volney comme exemple de la presse prérévolutionnaire en province. Nous avons, à la suite de Jean Gaulmier (cf. note 8, p. 149 dans [1980]) rappelé dans l’introduction l’importance revêtue pour Volney par le journalisme et la liberté de la presse. Il en donne une application dans le Précis de l’état de la Corse, paru dans le Moniteur des 20 et 21 mars 1793 (donc antérieur aux Leçons) : « Il n’existe en Corse aucune liberté politique et civile (...) ; il n’y a pas de feuille publique circulant dans le département, les journaux français sont entendus de peu de personnes ; il n’y a aucun libraire vendant des livres ; il n’y a qu’une imprimerie entièrement soumise au directoire, par qui elle subsiste » (O.C., p. 739).

8 Volney est alors tout à la préparation de son voyage en Amérique, envisagé avant son arrestation et par conséquent repoussé, comme le souligne Jean Gaulmier ([1980] p. 150, note 9) : il a donc comme à son habitude beaucoup lu sur les États-Unis et l’Amérique en général. Il est cependant difficile de dire d’où il tire l’exemple ici cité. Saint John de Crèvecœur a certes souligné l’importance de la presse aux États-Unis, tant dans la formation de l’esprit public que dans l’économie et la société (Lettres d’un cultivateur américain, Paris, 1784, I, p. 21-23 et p. 131). Mais Volney ne fait que reprendre ses idées sous une forme différente et développe un thème traité par tous les voyageurs de la fin du xviiie siècle (ainsi par exemple J.-P. Brissot, Nouveau voyage dans les Etats-Unis de l’Amérique septentrionale, Paris, 1791, II, p. 25). Pour situer la vision américaine de Volney par rapport à celle de ses contemporains, voir D. Echeverria, Mirage in the West, a History of the French Image of American Society to 1815, Princeton, 2e éd., 1968.

9 Volney insiste au même moment, dans les Questions de statistique à l’usage des voyageurs, sur l’importance des communications pour le commerce (O.C., p. 751-752).

10 Volney adopte un point de vue similaire dans les Questions de statistique à l’usage des voyageurs, seconde section (« État politique »), cinquième article (« Gouvernement et administration »), questions 131 : « Y a-t-il des imprimeries, des papiers-nouvelles, des bibliothèques ? » et 132 : « Les citoyens se rassemblent-ils pour des conversations et des lectures ? » (O.C., p. 752, col. 2). Voir également les questions 133 : « Y a-t-il une grande circulation de personnes et de choses dans le pays ? », et 134 : « Y a-t-il des établissements de poste aux chevaux et aux lettres ? » (ibid.).

11 Le cours de probabilités était assuré par Laplace. La question de l’application des probabilités aux « sciences humaines » et à l’histoire en particulier est abordée dans sa leçon du 21 floréal : voir J. Dhombres dir., L’Ecole normale de l’an III. Leçons de Mathématiques, Paris, 1992, p. 125-140.

12 Volney reprend ici les termes mêmes du débat autour du « pyrrhonnisme historique », qui avait agité les milieux éclairés dans le premier tiers du xviiie siècle. Les uns faisaient du doute le moyen de s’opposer rationnellement aux attaques contre l’autorité de la révélation, les autres, et notamment le père Hardouin (1646-1729) tombant dans un excès « hypercritique » et contestant l’ensemble des connaissances historiques généralement admises. On se reportera sur tous ces points à C. Borghero, La certezza e la storia : Cartesianesimo, pirronismo e conoscenza storica, Milan, 1983. On touche ici aux problèmes concrets des origines de la civilisation, de l’écriture, et aux contradictions chronologiques de la Bible, questions que Volney aborde tout au long de son cours (voir en particulier quatrième leçon, p. 94-95 ; cinquième leçon, p. 104-106).

13 Lors de la première séance des Débats, par la question de Carré ? (Cf. Débats, p. 84-85). Il y aurait alors contradiction chronologique : toute la sténographie des débats et conférences a probablement été reportée à une seule date par commodité.

14 Volney transpose ici le début de la deuxième sourate du Coran (2-5).

15 Térence, Heautontimorumenos, I, 1, vers. 77 : « Homo sum ; humani nihil a me alienum puto ». La citation que fait Volney n’est pas originale dans le contexte plus général du xviiie siècle. Nombreux en effet sont les philosophes qui en ont usé comme « devise des Lumières considérées en tant que philosophie morale et militante » (M. Delon, « ’Homo sum’... Un vers de Térence comme devise des Lumières », xviiie siècle, 16, 1984, p. 279-296, ici p. 279).

© Éditions Rue d’Ulm, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540