Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'École normale de l'An III. Vol. 2, Leçons d'histoire, de géographie, d'économie politique

 | 
Daniel Nordman

Leçons d’histoire de Volney

Avertissement de Volney (éditions 1800)

Texte intégral

1Nous donnons ici l’Avertissement de Volney placé en tête de l’édition isolée des Leçons en 1800, et qui ne figure donc dans aucune des éditions « collectives » des cours de l’an III, celle de 1795 comme celles de 1800 et de 1808. On trouvera le résumé de chaque leçon, rédigé par Volney lui-même pour cette édition séparée de son texte, et suite logique de cet avertissement, dans la chronologie que nous avons établie par ailleurs.

  • * Le lecteur observera que les professeurs de l’École normale s’étaient imposés la loi de faire leur (...)

2Les leçons d’histoire que je présente au public, sont les mêmes qui, l’an III, obtinrent son suffrage à l’École normale : J’aurais désiré de les en rendre plus dignes par plus de corrections et de développement ; mais j’ai éprouvé qu’un nouveau travail gâtait le mérite original de l’ancien, celui d’une composition de premier jet, en quelque sorte improvisée*. D’ailleurs, dans nos circonstances, il s’agit moins de gloire littéraire, que d’utilité sociale, et dans le sujet présent, cette utilité est plus grande qu’elle ne le semble au premier coup d’oeil : depuis que j’y ai attaché mes idées, plus j’ai analysé l’influence journalière qu’exerce l’Histoire sur les actions et les opinions des hommes, plus je me suis convaincu qu’elle était l’une des sources les plus fécondes de leurs préjugés et de leurs erreurs. C’est de l’Histoire que dérive la presque totalité des opinions religieuses ; et en accordant à l’orgueil de chaque secte d’excepter les siennes, il n’en est pas moins évident que, là ou la religion est fausse, l’immense quantité d’actions et de jugements dont elle est la base porte aussi à faux et croule avec elle. C’est encore de l’Histoire que dérivent la plupart des maximes et des principes politiques qui dirigent les gouvernements, les renversent ou les consolident ; et l’on sent quelle sphère d’actes civils et d’opinions embrasse dans une nation ce second mobile. Enfin ce sont les récits, que nous entendons chaque jour, et qui sont une branche réelle de l’Histoire, qui deviennent la cause plus ou moins médiate d’une foule d’idées et de démarches erronées ; de manière que, si l’on soumettait au calcul les erreurs des hommes, j’oserais assurer que sur milles articles, neuf cent quatre-vingt appartiennent à l’histoire ; et je poserais volontiers en principe que ce que chaque homme possède de préjugés et d’idées fausses vient d’autrui, par la crédule confiance accordée aux récits ; tandis que ce qu’il possède de vérités et d’idées exactes vient de lui-même et de son expérience personnelle.

3Je croirais donc avoir rendu un service éminent, si mon livre pouvait ébranler le respect pour l’histoire, passé en dogme dans le système d’éducation de l’Europe ; si, devenant l’avis préliminaire, la préface universelle de toutes les histoires, il prémunissait chaque lecteur contre l’empirisme des écrivains, et contre ses propres illusions ; s’il engageait tout homme pensant à soumettre tout homme raconteur à un interrogatoire sévère sur ses moyens d’information, et sur la source première des ouï-dire ; s’il habituait chacun à se rendre compte de ses motifs de croyance, à se demander :

  1. Si, lorsque nous avons tant d’insouciance habituelle à vérifier les faits ; si, lorsque l’entreprenant nous y trouvons tant de difficultés, il est raisonnable d’exiger d’autrui plus de diligence et de succès, que de nous-mêmes ;
  2. Si, lorsque nous avons des notions si imparfaites ou si fausses de ce qui se passe sous nos yeux, nous pouvons espérer être mieux instruits de ce qui se passe ou s’est passé à de grandes distances de lieux ou de temps ;
  3. Si, lorsque nous avons plus d’un exemple présent de faits équivoques ou faux, envoyés à la postérité avec tous les passeports de la vérité, nous pouvons espérer que les hommes des siècles antérieurs aient eu moins d’audace ou plus de conscience ;
  4. Si, lorsqu’au milieu des factions chaque parti menace l’historien qui écrirait ce qui le blesse, la postérité ou l’âge présent ont le droit d’exiger un dévouement qui n’attirerait pour salaire, que l’accusation d’imprudence, ou l’honneur stérile d’une pompe funèbre ;
  5. Si, lorsqu’il serait imprudent et presque impossible à tout général d’écrire ses campagnes, à tout diplomate ses négociations, à tout homme public ses mémoires en face des acteurs et des témoins qui pourraient le démentir ou le perdre, la postérité peut se flatter, quand les témoins et les acteurs morts ne pourront plus réclamer, que l’amour propre, l’animosité, la honte, l’éloignement du temps et le défaut de mémoire lui transmettront plus fidèlement l’exacte vérité ;
  6. Si la prétendue information et l’impartialité, attribuées à la postérité, ne sont pas la consolation trompeuse de l’innocence, ou la flatterie de la séduction ou de la peur ;
  7. S’il n’est pas vrai que souvent la postérité reçoit et consacre les dépositions du fort survivant, qui étouffe les réclamations du faible écrasé ;
  8. Et si en morale il n’est pas aussi ridicule de prétendre que les faits s’éclaircissent en vieillissant, qu’en physique de soutenir que les objets, à force de s’éloigner, deviennent plus distincts.

4Je serais satisfait si les imperfections même de mon travail en provoquaient un meilleur, et déterminaient quelqu’esprit philosophique à traiter à fond toutes les questions que je n’ai fait qu’indiquer, particulièrement celles de l’autorité des témoignages, et des conditions requises pour la certitude, sur lesquelles nous n’avons rien de péremptoire et qui sont cependant le pivot de la plupart de nos connaissances, ou, selon le mot d’Helvétius, de notre ignorance acquise. Pour moi, que la comparaison des préjugés et des habitudes d’hommes et de peuples divers a convaincu et presque dépouillé de ceux de mon éducation et de ma propre nation ; qui, voyageant d’un pays à l’autre, ai suivi les nuances, et les altérations de rumeurs et de faits que je vis naître ; qui, par exemple, ai trouvé accréditées aux États-Unis des notions très fausses d’événements de la Révolution française dont je fus témoin, de même que j’ai reconnu l’erreur de celles que nous avons en France sur beaucoup de détails de la Révolution américaine, déjà dissimulés par l’égoïsme national ou l’esprit de parti, je ne puis m’empêcher d’avouer que chaque jour je suis plus porté à refuser ma confiance aux historiens et à l’histoire ; que chaque jour je ne sais de quoi m’étonner le plus, ou de la légèreté avec laquelle les hommes, même réfléchis, croient sur les plus frivoles motifs ; ou de leur tenace véhémence à agir d’après ce premier mobile adopté ; qu’enfin, chaque jour, je suis plus convaincu que la disposition d’esprit la plus favorable à l’instruction, à la découverte de la vérité, à la paix et au bonheur des individus et des nations, c’est de croire difficilement : aussi, en me prévalant du titre d’instituteur dont m’honora le gouvernement, si j’ose recommander un précepte aux instituteurs de tout ordre, aux parents instituteurs-nés de leurs enfants, c’est de ne pas subjuguer leur croyance par une autorité magistrale ; c’est de ne pas les habituer à croire sur parole, à croire ce qu’ils ne conçoivent pas ; c’est, au contraire, de les prémunir contre ce double penchant à la crédulité et à la certitude, d’autant plus puissant, qu’il dérive de l’ignorance, de la paresse et de l’orgueil, naturels à l’homme ; c’est enfin d’asseoir le système de l’instruction et de l’éducation, non sur les faits du monde idéal, toujours susceptibles d’aspects divers et de controverses, mais sur les faits du monde physique dont la connaissance, toujours réductible à la démonstration et à l’évidence, offre une base fixe au jugement ou à l’opinion, et mérite seule le nom de philosophie et de science.

Notes

* Le lecteur observera que les professeurs de l’École normale s’étaient imposés la loi de faire leurs leçons sur de simples notes, à la manière des orateurs. Ces leçons, recueillies à l’instant par des écrivains aussi prompts que la parole, étaient légèrement révisées, et de suite envoyées à l’impression ; mes trois premières sont dans ce cas, et je n’eus que quinze jours pour m’y préparer.

© Éditions Rue d’Ulm, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540