Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'École normale de l'An III. Vol. 2, Leçons d'histoire, de géographie, d'économie politique

 | 
Daniel Nordman

Leçons d’histoire de Volney

Chronologie et résumés des leçons et du débat

Texte intégral

1Seules les éditions « collectives » des cours de l’an III permettent l’établissement d’une chronologie à peu près sûre, car elles donnent les dates à la fois des différentes leçons de Volney et de celles de ses collègues. Il n’en va pas de même en ce qui concerne les débats, tous regroupés en une seule séance de convention : diverses allusions dans le texte des leçons permettent au contraire d’en supposer plusieurs (ainsi est-il fait allusion dans la deuxième leçon à une précédente conférence). Le résumé de chaque séance est celui de Volney, sauf pour les débats. Nous avons en effet repris les têtes de chapitre de l’édition « séparée » de 1800, que nous n’avons donc pas fait figurer dans les variantes ; nous avons par contre rédigé le résumé des débats, qui ne figurent pas dans cette édition, ni dans aucune autre.

PROGRAMME : 3 pluviôse an III (22 janvier 1795)

2Objet, plan et distribution de l’étude de l’histoire.

PREMIÈRE LEÇON : 3 pluviôse an III (22 janvier 1795)

3Le sens littéral du mot histoire est recherche, enquête (de faits). — Modestie des historiens anciens. — Témérité des historiens modernes. L’historien qui écrit sur témoignages, prend le rôle de juge, et reste témoin intermédiaire pour ses lecteurs. — Extrême difficulté de constater l’état précis d’un fait ; de la part du spectateur, difficulté de le bien voir ; de la part du narrateur, difficulté de le bien peindre. — Nombreuses causes d’erreur provenant d’illusion, de préoccupation, de négligence, d’oubli, de partialité, etc.

DEUXIÈME LEÇON : 23 pluviôse an III (11 février 1795)

4Continuation du même sujet. — Quatre classes principales d’historiens avec des degrés d’autorité divers : 1° historiens acteurs ; 2° historiens témoins ; 3° historiens auditeurs de témoins ; 4° historiens sur ouï-dire ou traditions. — Altération inévitable des récits passés de bouche en bouche. — Absurdité des traditions des temps reculés, commune à tous les peuples. — Elle prend sa source dans la nature de l’entendement humain. — Caractère de l’histoire toujours relatif au degré d’ignorance ou de civilisation d’un peuple. — Caractère de l’histoire chez les anciens et chez les peuples sans imprimerie. — Effets de l’imprimerie sur l’histoire. — Changements qu’elle a produit dans les historiens modernes. — Disposition d’esprit la plus convenable à bien lire l’histoire. — Ridicule de douter de tout, moins dangereux que de ne douter de rien. — Être sobre de croyance.

TROISIÈME LEÇON : 3 ventôse an III (21 février 1795)

5Résumé du sujet précédent. — Quelle utilité peut-on retirer de l’histoire ? — Division de cette utilité en trois genres : 1° utilité des bons exemples, trop compensée par les mauvais ; 2° transmission des objets d’art et de sciences ; 3° résultats politiques des effets des lois, et de la nature des gouvernements sur le sort des peuples... — L’histoire ne convient qu’à très peu de personnes sous ce dernier rapport ; elle ne convient à la jeunesse, et à la plupart des classes de la société, que sous le premier. — Les romans bien faits sont préférables.

DÉBAT : 7 ventôse an III (25 février 1795)

6Les qualités nécessaires à l’historien (Lévêque) ; scepticisme et pyrrhonisme en histoire (Carré) ; faits impossibles, faits invraisemblables (Barraud) ; la question de la fidélité des traductions, le cas de celle d’Hérodote par Larcher (Latapie) ; une proposition de Volney : une société de traducteurs ; La certitude des faits historiques croît avec le nombre d’hommes ou de générations qui leur donnent leur assentiment (Mourier) ; évidence et certitude des faits, croyance de l’entendement sont des choses différentes ; l’historien doit tracer la différence entre le vraisemblable et l’invraisemblable, le possible et l’impossible (Moline) ; utilité des témoignages humains, conditions de leur utilisation ; deux règles pour évaluer la croyance et le jugement : l’utilité sociale, se borner aux conséquences directes.

QUATRIÈME LEÇON : 13 ventôse an III (3 mars 1795)

7De l’art de lire l’histoire ; cet art n’est point à la portée des enfants : l’histoire, sans enseignement, leur est plus dangereuse qu’utile. — De l’art d’enseigner l’histoire. — Vues de l’auteur sur un cours d’études de l’histoire. — De l’art d’écrire l’histoire. — Examen des préceptes de Lucien et de Mably.

CINQUIÈME LEÇON : 3 germinal an III (23 mars 1795)

8Continuation du même sujet. — Distinction de quatre méthodes de composer l’histoire : 1° par ordre de temps (les annales et les chroniques) ; 2° par ordre dramatique ou systématique ; 3° par ordre de matières ; 4° par ordre analytique ou philosophique. — Développement de ces diverses méthodes ; supériorité de la dernière : ses rapports avec la politique et la législation. — Elle n’admet que des faits constatés, et ne peut convenir qu’aux temps modernes. — Les temps anciens ne seront jamais que probables : nécessité d’en refaire l’histoire sous ce rapport. — Plan d’une société littéraire pour recueillir dans toute l’Europe les monuments anciens. — Combien de préjugés seraient détruits, si l’on connaissait leur origine. — Influence des livres historiques sur la conduite des gouvernements, sur le sort des peuples. — Effet des livres juifs sur l’Europe. — Effet des livres grecs et romains introduits dans l’éducation. — Conclusion.

© Éditions Rue d’Ulm, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540