Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Symboles de la Renaissance. Tome II

 | 
Frederick Hartt
, 
Michelangelo Muraro
, 
Aby Moritz Warburg

Métaphore, lieux communs et récit exemplaire : les images de la folie simulée dans la Vie du terrible Robert le Dyable (1496)

Jacques Berlioz

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

« Je reconnais authentiquement de notre farine ceux qui se plaisent à écouter ou à conter de mensongères et monstrueuses histoires de miracles. Ils ne se lassent pas d’entendre des fables énormes sur les fantômes, lémures et revenants, sur les esprits de l’Enfer et mille prodiges de ce genre. Plus le fait est invraisemblable, puis ils s’empressent d’y croire et s’en chatouillent agréablement les oreilles. Ces récits, d’ailleurs, ne servent pas seulement à charmer l’ennui des heures ; ils produisent quelque profit, et tout au bénéfice des prédicateurs ».Erasme, .Éloge de la folie, 40, trad. de P. de Nolhac, Paris, 1964, p. 49.

Le 7 mai 1496 sort des presses de Pierre Mareschal et de Bernabé Chaussard, imprimeurs à Lyon, un ouvrage promis au plus grand succès : la Vie du terrible Robert le dyable1. De 1496 à 1580, onze éditions se succèdent : sept à Paris, trois à Lyon, une à Rouen2. En février 1522, huit cents exemplaires de cet ouvrage sont dénombrés chez Jean Janot, libraire juré de...

© Éditions Rue d’Ulm, 1982

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540