Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Symboles de la Renaissance. Tome I

 | 
Daniel Arasse

Ars memoriae et symboles visuels : la critique de l’imagination et la fin de la Renaissance

Daniel Arasse

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Frances Yates a raison. A part les spécialistes, peu de gens savent que les Grecs ont inventé, entre autres arts, un art de la mémoire1. Moins de gens encore, sans doute, distinguent l’importance que cet art a eue dans la constitution de la culture européenne et dans la mise au point de certaines de ses formes les plus élaborées, jusqu’au début du xviiie siècle.

Si l’art de la mémoire a été ainsi oublié, ce n’est pas sans raisons.

D’abord, l’art de la mémoire est un art secret ; sans parier des formes magiques ou occultes qu’il a pu prendre au Moyen Age ou à la Renaissance, c’est de toute façon un art, τχνη une qui reste, à part les exposés théoriques ou pédagogiques qui en sont faits, un art intérieur : ses inventions ne se donnent pas à voir dans la mesure même où elles ne servent qu’à permettre le souvenir de ce dont on parle, de ce que l’on montre. A l’origine, l’art de la mémoire est en effet lié à la rhétorique : pour se rappeler ses discours, l’orateur antique imaginait des bâ...

Auteur

© Éditions Rue d’Ulm, 1976

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540