Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Symboles de la Renaissance. Tome I

 | 
Daniel Arasse

Muscipula diaboli”, le symbolisme du retable de Mérode

Meyer Schapiro

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Dans le retable de Mérode, peint par le Maître de Flémalle, Joseph est figuré, sur un volet à côté de l’Annonciation, en artisan qui fabrique des souricières. Ce n’est pas seulement la présence de Joseph dans le contexte de l’Annonciation qui est exceptionnelle dans l’art chrétien ; on est également surpris de ce que son activité de charpentier puisse être appliquée à quelque chose d’aussi inattendu et secondaire par rapport à son métier. Ceux qui ont écrit sur la peinture flamande ont reconnu dans ce détail singulier l’esprit propre à l’auteur, qui montre, ailleurs dans son œuvre, un goût indéniable pour le domestique, l’intime, le minuscule ; ses œuvres représentent un monde bourgeois, douillet, bien entretenu où les personnages vivent confortablement à l’aise. On l’à appelé le “Maître à la souricière”1 et un critique a regretté le nom qui a cours aujourd’hui, car le premier était, selon lui, “plus joli et plus caractéristique”2.

Je crois que ce détail de la souricière est plus qu’...

© Éditions Rue d’Ulm, 1976

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540