Version classiqueVersion mobile

Vivantes figures

 | 
Carl Einstein

Textes esthétiques de Carl Einstein

Sur Paul Claudel (1913)21

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

L’art actuel se replie sur la force autonome qui lui est spécifique. Les peintres pensaient à l’élémentaire d’un point de vue optique, aux fondements a priori de leur art. Nous ne voyons pas les choses en les circonscrivant par la flatterie ou en nous soumettant à elles mais bien plutôt en fonction des éléments qui nous correspondent et qui les font devenir corps. L’espace ne signifie pas pour nous un médium suggéré ou une association colorée ; il représente pour nous le sens de la peinture tout court. Peindre signifie créer de l’espace, lui donner la densité de corps conformes à des lois qui sont comprimés pour former une unité véhémente.

Dans nos arts actuels, on observe un éveil de forces autonomes, une augmentation de l’activité consciente. Il n’est possible d’exprimer celle-ci qu’en conformité avec des lois ; c’est ainsi que nous retrouverons peut-être la force de l’humilité, la volonté de style, qui repousse la bizarrerie.

On nous a fait des reproches – « Vous êtes des maîtres d...

© Éditions Rue d’Ulm, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search