Version classiqueVersion mobile

Vivantes figures

 | 
Carl Einstein

Textes esthétiques de Carl Einstein

Sur le roman. notes (1912)19

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Je propose d’abandonner pour l’instant la désignation « roman » – le terme d’épopée suffit et, dans la mesure où une distance temporelle suffisante nous sépare de la culture humaniste et de l’idyllique Virgile, il est moins discrédité.

Le roman psychologique se fonde sur un mode d’inférence causal et ne donne pas une forme, car on ne peut prévoir jusqu’où remonte l’inférence et où elle s’arrête. Ce facteur est le plus souvent lié à l’anecdote – donc, une science inductive.

En revanche, l’anecdote est le non-art de l’hétérogène, toujours partial et moralisant, car la pointe est à chaque fois contingente. Ces motivations et ce terme d’une anecdote ne pourraient être renversés sans heurt. Car l’anecdote est ce qui n’est pas. C’est la force de l’exposé qui la constitue en fait.

Le lyrisme est coquetterie. Si un pianiste joue une fugue de Bach et y mêle ses propres thèmes, il ne fait aucun doute qu’il sera mis à la porte de la salle de concert. Ce ne sera pas totalement injustifié.

Le roman ...

© Éditions Rue d’Ulm, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search