Version classiqueVersion mobile

Vivantes figures

 | 
Carl Einstein

Textes esthétiques de Carl Einstein

[Paysage et paysage peint] (1910 ?)7

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Il faut établir une distinction entre la sensation combinée d’un paysage et d’une peinture de paysage. Dans le cas du premier, des sensations tactiles entrent pour ainsi dire dans des associations de sensations – qui tiennent au caractère de la perception de l’objet – alors que, dans le cas de la seconde, ces combinaisons sont une illusion : ainsi, dans la peinture de paysage, la lumière est exprimée et absorbée dans la totalité de l’œuvre, elle est fondue dans une sensation générale de la forme – elle est dématérialisée – étant donné qu’elle n’est représentée que dans ses effets. La source de lumière est immanente à l’œuvre d’art.

L’objet naturel est un objet de nature empirique – que nous pouvons poursuivre ad infinitum, car l’objet dépasse lui-même les causes de son apparition ; autrement dit, l’examen de l’objet procède par déductions causales, dans une succession de causes et d’effets, alors que, face à une œuvre d’art, la contemplation se fonde justement sur la disparition de c...

© Éditions Rue d’Ulm, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search