Version classiqueVersion mobile

L’Esthétique musicale classique et romantique

 | 
Carl Dahlhaus

chapitre 7. « Opus metaphysicum »

Ernst Bloch, philosophe de la musique de Wagner

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Le fait qu’il existe une philosophie de la musique qui ne traite pas celle-ci comme un objet occasionnel et marginal de réflexions éparses, mais la lie intimement à ses questionnements essentiels, n’a rien d’une évidence. Le souvenir de l’Antiquité, de Platon et des pythagoriciens, ne doit pas nous abuser sur ce point. Dans la philosophie grecque, c’est moins la musique elle-même – en tant que fait sonore – qui était érigée en objet philosophique, que la structure mathématique sous-jacente à l’organisation des échelles de sons et l’effet produit sur l’âme par les modes et les rythmes.

Avant le xixe siècle, il aurait été inconcevable pour la philosophie de prendre la musique au sérieux en tant qu’art et quintessence d’œuvres musicales, et plus encore d’en faire le cœur de ses réflexions. À l’époque du baroque et du rococo, alors même que l’opéra était au centre de la culture aristocratique, la musique était encore perçue comme un art secondaire et marginal, qui se tenait dans l’ombre ...

© Éditions Rue d’Ulm, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search