Version classiqueVersion mobile

L’Esthétique musicale classique et romantique

 | 
Carl Dahlhaus

chapitre 7. « Opus metaphysicum »

Wagner et Schopenhauer

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Il serait trop simple de penser que l’intérêt d’un compositeur pour un philosophe porte avant tout sur son esthétique musicale. À vrai dire, le contraire n’aurait même rien d’étonnant. Car s’il pouvait être réconfortant pour un compositeur – en particulier au xixe siècle, où les musiciens suscitaient encore la réserve ou la méfiance de la bourgeoisie – de voir la musique élevée au rang d’objet ou d’instrument de la connaissance philosophique et parée d’une dignité métaphysique, on imagine quel pouvait être son embarras face au dilettantisme musical dont portaient trace les conceptions musico-esthétiques des philosophes. C’est ainsi que, dans la réception qu’il fait de Schopenhauer à partir de 1854, Wagner n’accorde qu’une signification secondaire à l’esthétique musicale du philosophe.

Wagner, qui a connu l’échec et les désillusions de la révolution, a fait sienne avec enthousiasme la théorie de la délivrance par la « négation de la volonté de vivre », qui traduisait son propre état d...

© Éditions Rue d’Ulm, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search