Version classiqueVersion mobile

L’Esthétique musicale classique et romantique

 | 
Carl Dahlhaus

chapitre 7. « Opus metaphysicum »

Wagner et Bach105

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

« Révélation »

Il me joua le quatrième prélude et fugue (en do dièse mineur). Je savais bien ce que je pouvais espérer de Liszt au piano ; mais ce que j’appris alors, je ne l’avais pas même attendu de Bach, si bien que je l’eusse étudié. Mais je vis alors ce qu’est l’étude par rapport à la révélation : dans l’interprétation de cette unique fugue, Liszt me révéla Bach tout entier, et je sais maintenant infailliblement à quoi m’en tenir sur ce maître ; de ce point de départ, je l’embrasse dans toutes ses parties, et je crois pouvoir résoudre vigoureusement le moindre égarement, le moindre doute à son sujet106.

Dans « L’art de diriger l’orchestre » (1870), Wagner, pour illustrer la différence entre « étude » et « révélation », fait le récit de sa conversion à Bach. L’épisode a pu avoir lieu à Starnberg en 1864 ou à Triebschen en 1867. Il a laissé à Wagner une impression profonde, comme l’attestent, outre sa profession de foi publique, ses confidences à Cosima, à qui il déclare que « c’es...

© Éditions Rue d’Ulm, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search