Version classiqueVersion mobile

L’Esthétique musicale classique et romantique

 | 
Carl Dahlhaus

chapitre 7. « Opus metaphysicum »

Wagner critique de Berlioz et l’esthétique du Laid

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

1

L’étiquette de « néoromantique » que certains historiens de la musique comme Walter Niemann et Ernst Bücken ont accolée à Wagner et à Liszt62 pour désigner leur place dans l’histoire des idées, sans que le sens du mot soit jamais défini de façon univoque, est empruntée par Wagner lui-même au discours journalistique des années 1840, où c’était alors un vocable à la mode63. Sous la plume de Wagner, toutefois, le terme revêt une fonction plus polémique qu’apologétique ; dans l’esquisse d’histoire de la musique qu’il trace en 1851 dans Opéra et drame, apparaissent comme « néoromantiques » le détesté Meyerbeer64 et à ses côtés – par un étrange attelage – Berlioz :

[Berlioz] est la victime tragique d’une tendance dont les succès furent recueillis d’un autre côté [Wagner parle ici de Meyerbeer, NdA65] avec l’impudence la moins scrupuleuse, et la plus belle indifférence du monde. L’opéra, que nous allons considérer maintenant, s’assimila le néoromantisme de Berlioz comme une huître grasse e...

© Éditions Rue d’Ulm, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search