Version classiqueVersion mobile

L’Esthétique musicale classique et romantique

 | 
Carl Dahlhaus

chapitre 7. « Opus metaphysicum »

Wagner et la musique à programme

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

La lettre ouverte de Wagner « Sur les poèmes symphoniques de Franz Liszt » (1857), dans laquelle le musicien entreprend de justifier la musique à programme, a toujours suscité la méfiance des historiens. Alfred Heuss a parlé à son sujet d’un « essai quelque peu contraint1 », Paul Moos d’un « parti pris flagrant [qui aurait] entravé2 » Wagner, alors même que ni le ton de la lettre ni les faits biographiques ne justifient que l’on mette en doute la bonne foi de son auteur. Wagner, on le sait, a étudié avec sympathie et enthousiasme les premiers poèmes symphoniques que Liszt lui a envoyés en 1856.

Et pourtant ce soupçon, qui implique une méfiance à l’égard de la chose même – la musique à programme –, se conçoit. D’une part, le texte de Wagner est très touffu, et il semble naturel que des historiens de l’esthétique, en tentant de le démêler, aient cru retrouver en lui leurs propres préventions à l’égard de cette musique. D’autre part, habitué que l’on était à voir dans l’esthéticien Wagn...

© Éditions Rue d’Ulm, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search