Version classiqueVersion mobile

L’Esthétique musicale classique et romantique

 | 
Carl Dahlhaus

chapitre 6. Apories de la musique à programme

Littérature et poème symphonique

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Quand on l’analyse sommairement et dans une première approche, le concept de « poème symphonique » forgé par Liszt dit qu’il s’agit, d’une part, d’un genre qui revendique une dimension symphonique et, d’autre part, d’œuvres qui doivent se comprendre comme des poèmes en sons. Et l’on est tenté de partir de l’hypothèse selon laquelle l’idée poétique ne peut pas plus être rendue intelligible sans le principe formel musical qu’à l’inverse le principe formel musical sans l’idée poétique.

En revendiquant une place aux côtés de la symphonie au sein du système des genres, le poème symphonique se distinguait de l’ouverture de concert dont il procède. Joachim Raff, qui est à l’époque l’assistant musical de Liszt, indique fin 1849 dans une lettre qu’il a « orchestré en partie et mis au net les ouvertures de concert “Ce qu’on entend sur la montagne” et “Les 4 Éléments” ». (Le poème symphonique rapporté après coup à l’ode de Lamartine « Les Préludes » était à l’origine une ouverture à des chœurs ...

© Éditions Rue d’Ulm, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search