Version classiqueVersion mobile

L’Esthétique musicale classique et romantique

 | 
Carl Dahlhaus

chapitre 6. Apories de la musique à programme

Thèses sur la musique à programme

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

1

Enfermer dans les limites d’une définition arrêtée le terme de « musique à programme », terme qui possède la concision trompeuse d’une formule frappante, voilà qui est probablement difficile voire impossible, parce que les représentations associées à ce mot dépendent, pour une part non négligeable, des fonctions qu’il remplit depuis le milieu du xixe siècle dans la querelle entre les musiciens de la nouvelle école allemande <Neudeutschen> et leurs adversaires1. Le contenu du concept est déterminé par des aspects pragmatiques. Les partisans de la musique à programme ont tendance à recourir à une définition large, les sceptiques à une définition étroite, car dans un but apologétique, il est utile de ranger dans cette catégorie controversée des œuvres caractérisées par des titres, comme les pièces pour piano de Schumann, dont la légitimité esthétique ne fait aucun doute, tandis qu’à l’inverse, dans des propos à visée polémique, on est tenté de limiter le domaine de la musique à progra...

© Éditions Rue d’Ulm, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search