Version classiqueVersion mobile

L’Esthétique musicale classique et romantique

 | 
Carl Dahlhaus

chapitre 5. « Travail de l’esprit sur un matériau propre à l’esprit »

Prémisses esthétiques de la « forme sonate » chez Adolf Bernhard Marx

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

1

Au fondement des modèles interprétatifs sur la base desquels des phénomènes musicaux comme « la » forme sonate – dont Charles Rosen (dans Sonata Forms) avait sans aucun doute raison d’affirmer qu’elle n’existait qu’au pluriel – deviennent l’objet d’une théorie qui croit découvrir dans l’infinité du particulier les contours du général, il y a presque toujours des prémisses esthétiques implicites sans lesquelles on ne peut pas les comprendre entièrement, mais dont la reconstruction est parfois difficile et n’est possible que lorsqu’on prend plus au sérieux qu’elles ne semblent le mériter à première vue des métaphores qu’un auteur emploie apparemment en passant et sans grande prétention théorique.

La théorie des formes musicales d’Adolf Bernhard Marx (1837-1847) doit sa célébrité à une image destinée à devenir une formule toute faite, tant elle allie prégnance et banalité : l’idée consistant à caractériser le thème principal de la forme sonate comme « masculin » et le thème secondaire ...

© Éditions Rue d’Ulm, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search