Version classiqueVersion mobile

L’Esthétique musicale classique et romantique

 | 
Carl Dahlhaus

chapitre 5. « Travail de l’esprit sur un matériau propre à l’esprit »

Esthétique du sentiment et théorie des formes musicales

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

1

L’analyse formelle des œuvres musicales est impopulaire. Les réserves qu’elle rencontre se révèlent aux métaphores qui les désignent couramment. Dans un essai consacré à la Symphonie fantastique, Schumann écrivait :

Assurément, Berlioz n’a jamais disséqué la tête d’un bel assassin – il a étudié la médecine dans sa jeunesse – avec plus de répugnance que je n’en ai éprouvé en anatomisant cette première partie de sa symphonie. Et de surcroît, ai-je été de quelque utilité à mes lecteurs en pratiquant cette dissection ?116

Il semble presque que Schumann, l’anatomiste, se sentait lui-même meurtrier ; la dissection suppose la mort de l’œuvre qu’elle dissèque.

La comparaison entre les analyses musicale et médicale devint un topos. Franz Brendel, qui succéda à Schumann comme rédacteur en chef de la Neue Zeitschrift für Musik, parlait de la forme comme de la « structure osseuse et musculaire » d’une œuvre musicale. Et la métaphore exprimait un mépris : « l’esprit » était selon lui l’élément « o...

© Éditions Rue d’Ulm, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search