Version classiqueVersion mobile

L’Esthétique musicale classique et romantique

 | 
Carl Dahlhaus

chapitre 5. « Travail de l’esprit sur un matériau propre à l’esprit »

Sur l’« esthétique viciée du sentiment »

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

L’esthétique du sentiment, que Hanslick nommait « viciée » en 1854 dans la préface de son traité Du Beau musical, se présente encore et toujours, un siècle après, comme la philosophie populaire dominante de la musique. Et l’herméneutique musicale est, dans une proportion non négligeable, interprétation et paraphrase des affects, sentiments, éléments expressifs et ambiances, dont on pense qu’ils forment la teneur de la musique. Dans la conscience générale du public musical – dont un historien ne peut ignorer les catégories et dont il doit bien plutôt faire son point de départ, afin de les nuancer, les abolir ou les rejeter –, l’approche analytique est associée à l’esthétique formaliste, l’approche herméneutique à l’esthétique du contenu. Même si l’on considère cette dichotomie comme un clivage malheureux – un reste de « mauvais xixe siècle » –, on ne peut que l’accepter comme un fait historique : comme une forme de pensée esthétique qui a fait l’histoire de la musique.

Si l’esthétique...

© Éditions Rue d’Ulm, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search